AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

G

G

France, 1894 : Jugeotte, secs commun. Avoir du G G, n’être pas une bête.

G (la cote)

Rigaud, 1881 : Objets insignifiants qu’un clerc de notaire s’approprie pendant les inventaires. (Littré.) — G pour j’ai, — dans le jargon de MM. les clercs, amis du calembour.

G. D. G.

Delvau, 1866 : Phrase ironique qu’emploient fréquemment les faubouriens, qui dédaignent d’en dire plus long, affectant de n’en pas savoir davantage. Avec ou sans g, d. g. ? disent-ils souvent, à propos des moindres choses. Il est inutile d’ajouter que ce sans g. d. g. est l’abréviation de sans garantie du gouvernement.

G. G.

Delvau, 1866 : s. m. Bon sens, jugeotte. Avoir du g.-g. N’être pas un imbécile.

Gabahoter

Delvau, 1864 : Gamahucher une femme.

Et s’il ne me suffit pas de gabahoter,
Je greluchonne alors aussi, sans hésiter.

L. Protat.

Gabari

Virmaître, 1894 : Perdre au jeu, jargon des ouvriers de fer. L. L. Le gabari est une plaque de tôle ou de zinc taillée sur un modèle donné pour que l’ouvrier mécanicien ou menuisier puisse confectionner exactement sa pièce. Avant l’invention de la machine à diviser, une roue d’engrenage ne pouvait être juste sans le secours du gabari pour aligner les dents (Argot des ouvriers). N.

Gabari (passer au)

Rigaud, 1881 : Perdre, perdre au jeu, être vaincu, — dans le jargon des ouvriers du fer. Avoir passé un camaro au gabari, avoir gagné une partie de cartes à un camarade.

France, 1894 : Perdre au Jeu ; de l’italien gabarre, se moquer, berner. Celui qui perd est berné. Gaberie, en vieux français, fraude.

Gabarit

France, 1894 : Poitrine ; argot des marins.

— J’aime pas bien son gabarit sans bossoirs. Elle a plutôt l’air d’un moussaillon que d’autre chose.

(Jean Richepin, La Glu)

Gabatine

d’Hautel, 1808 : Fourberie ; subtilité ; menterie ; phrases flatteuses et galantes ; cajoleries.
Donner de la gabatine. Pour dire, tromper quelqu’un ; chercher à lui en faire accroire.

Delvau, 1866 : s. f. Plaisanterie, — dans l’argot du peuple, héritier des anciens gabeurs, dont il a lu les prouesses dans les romans de chevalerie de la Bibliothèque Bleue. Donner de la gabatine. Se moquer de quelqu’un, le faire aller, en s’en moquant.

Rigaud, 1881 : Raillerie, plaisanterie, tromperie ; vieux mot français.

La gabatine est franche et la ruse subtile.

(Le Docteur amoureux, comédie.)

Il est vrai, notre nation
Donne souvent la gabatine.

(Scarron. Poésies.)

Galans fiéfés, donneurs de gabatine.

(Deshouillères.)

La Rue, 1894 : Raillerie.

France, 1894 : Raillerie, plaisanterie ; du vieux français gabe, farce. Donner de la gabatine, railler, tromper.

Gabegie

d’Hautel, 1808 : Micmac ; intrigue ; manigance ; pratique secrète ; mauvais dessein.
Il y a la-dessous de la gabegie. Pour dire quelque chose qui n’est pas naturel ; quelque manège.

Larchey, 1865 : Mauvais dessein. De l’ancien mot gaberie : tromperie. V Roquefort.

Assurément, il y a de la gabegie là-dessous.

Deslys.

Delvau, 1866 : s. f. Fraude, tromperie. Est-ce un souvenir de la gabelle, ou une conséquence du verbe se gaber ?

Rigaud, 1881 : Fraude ; cachotterie.

La Rue, 1894 : Fraude, cachotterie.

France, 1894 : Fraude, tromperie : du viens mot gaberie, même sens.

On ne sauvera l’institution parlementaire qu’en l’appliquant d’une façon nouvelle, avec un personnel renouvelé. Ce ne sont pas quelques misérables gabegies qui sont dangereuses en soi : c’est le système lui-même, qui fait de la division des pouvoirs, dans la pratique, un mot vide de sens. Si on ne peut pas toucher par la base à l’électorat, il est devenu indispensable d’en limiter les effets, et de réduire les députés à servir le pays, non à rendre service à des électeurs.

(Nestor, Gil Blas)

Sa force l’avait matée : mais elle y opposa ses gabegies de femme. Toute la journée du lendemain, elle demeura au lit, jouant les douleurs de l’avortement, la main sur son ventre. Alors une frousse le prit de la voir accoucher avant terme.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Gabelle

d’Hautel, 1808 : Frauder la gabelle. Voy. Frauder.

Gabelou

Larchey, 1865 : Employé des contributions indirectes. — Du vieux mot gabloux : officier de gabelle. V. Roquefort.

Bras-Rouge est contrebandier… il s’en vante au nez des gabelous.

E. Sue.

Delvau, 1866 : s. m. Employé de l’octroi, le Gabellier de nos pères.

La Rue, 1894 : Douanier ou employé d’octroi.

France, 1894 : Employé de l’octroi ou de la douane ; du vieux mot français gabelle.

Un gabelou ! dix-sept degrés plus bas qu’un chien ; passé en proverbe chez les contrebandiers à l’endroit des gardes-côtes.

(Ch. Rouget)

Pendant le siège de Paris, les gabelous étaient armés et montaient la garde concurremment avec des soldats.

(Sutter-Laumann)

Gaber

France, 1894 : Moquer, railler ; du bas allemand gabb, raillerie, ou de l’italien gabba.

Gabian

France, 1894 : Mouette, dans l’argot des matelots du Midi.

Comment en vînmes-nous à parler d’Apulée ?
Ce fut, oui ! je me le rappelle, à propos de cet oiseau blanc que l’on voit se jouer sur la crête des flots, et que l’auteur de l’Âne d’or nommait gabian, comme le nomment, encore aujourd’hui, les matelots de nos contrées.

(Paul Arène)

Gabier volant

France, 1894 : Matelot employé dans les arsenaux maritimes.

Il est toutefois des ateliers qui font exception, et dont les ouvriers possèdent des idées bien arrêtées sur leurs devoirs et même une instruction assez étendue : ainsi l’artillerie, les boussoles, la sculpture, les modèles occupent des hommes fort au-dessus de la masse, et quelquefois très distingués sous tous les rapports. Enfin, beaucoup de vieux matelots, sous le nom de gabiers volants, sont compris dans la catégorie des ouvriers ; ils sont employés à bord des navires en commission, aident aux travaux d’armement, ou confectionnent le gréement dans les magasins de la garniture. Ceux-là ne perdent point leur caractère primitif, ils restaient ce qu’ils ont toujours été depuis leur temps de mousse.

(G. de La Landelle)

Gâchage

Rigaud, 1881 : Désordre, gaspillage. — Gâcheuse, gaspilleuse.

France, 1894 : Gaspillage.

Gâcher

d’Hautel, 1808 : Au propre détremper du plâtre. Au figuré, travailler malproprement ; bousiller.
Un ouvrage gâché. C’est-à-dire, bousillé, fait à la hâte, sans soins, sans précaution.

Delvau, 1866 : v. n. Se dit à propos du mauvais temps, de la boue et de la neige qui rendent les rues impraticables. Cependant, au lieu de Il gâche, on dit plus fréquemment : Il fait gâcheux ou il fait du gâchis.

Gâcher du gros

Delvau, 1866 : v. a. Levare ventris onus.

Rigaud, 1881 : Sacrifier à la compagnie Lesage.

Virmaître, 1894 : Aller pisser comme les poules. Allusion aux maçons qui mangent énormément et qui font de même (Argot du peuple).

France, 1894 : Faire ses besoins.

L’aqua-fortiste B… devient amoureux d’une grosse servante d’auberge, super gouge d’ailleurs, en la voyant gâcher du gros.

Gâcher serré

Rigaud, 1881 : Travailler avec ardeur ; terme emprunté aux maçons.

France, 1894 : Travailler avec ardeur.

Gachette (appuyer sur la)

Merlin, 1888 : Mettre les points sur les i.

Gâcheur

d’Hautel, 1808 : Sobriquet injurieux que l’on donne, dans tout état, à un mauvais ouvrier ; c’est aussi dans quelques métiers le nom qui distingue celui qui dirige les ouvriers.

Delvau, 1866 : adj. et s. Écrivain médiocre, qui gâche les plus beaux sujets d’articles ou de livres par son inhabileté ou la pauvreté de son style. Argot des gens de lettres.

Virmaître, 1894 : Le président de la Cour d’assises. Quand il condamne, il gâche la vie des gens (Argot des voleurs). N.

France, 1894 : Compagnon charpentier.

France, 1894 : Président de cour d’assises.

France, 1894 : Mauvais écrivain.

Gâcheuse

Delvau, 1866 : s. f. Femme ou fille du monde de la galanterie, qui ne connaît le prix de rien excepté celui de ses charmes.

France, 1894 : Mauvaise ménagère.

Gâchifouilli

France, 1894 : Même sens que gâchis avec aggravation.

… Ce que le pére Bossuet appelle les « variations » et ce que nous nommons, nous autres. « révolutions, chabardement, gâchifouillis et leçons de la Providence » selon les styles.

(Émile Bergerat)

Gâchis

d’Hautel, 1808 : Plusieurs choses brouillées ensemble ; saleté, vilenies répandues dans quelqu’endroit ; perplexité, embarras.
Le voilà dans un beau gâchis. Se dit d’un homme qui s’est mis dans un grand embarras, ou dans un état honteux.

Delvau, 1866 : s. m. Embarras politique ou financier. Il y aura du gâchis. On fera des barricades, on se battra.

France, 1894 : Désordre.

Gadelle

France, 1894 : Groseille rouge.

Gadellier

France, 1894 : Groseillier à fruits rouges.

Gadille

France, 1894 : Rouge-gorge.

Gadin

Delvau, 1866 : s. m. Bouchon, — dans l’argot des voyous. Flancher au gadin. Jouer au bouchon.

Delvau, 1866 : s. m. Vieux chapeau qui tombe en loques. Argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Bouchon, — dans l’ancien argot.

Rigaud, 1881 : Chapeau délabré, chapeau qui arbore des tons roux.

Rigaud, 1881 : Soulier ; abréviation de rigadin.

La Rue, 1894 : Bouchon. Chapeau usé. Soulier.

Virmaître, 1894 : Vieux chapeau. L. L. Le gadin est un bouchon. Le jeu qui consiste à abattre le bouchon chargé de gros sous se nomme gadiner. Il y a plus de cinquante ans que cette expression est populaire (Argot du peuple). N.

France, 1894 : Vieux chapeau, vieux soulier, bouchon. Flancher au gadin, jouer au bouchon.

Rossignol, 1901 : Bouchon. Une personne qui tombe ramasse un gadin.

Gadouan

Delvau, 1866 : s. m. Garde national de la banlieue, — dans l’argot des voyous.

France, 1894 : Garde national de la banlieue dont la tenue et la propreté laissaient généralement à désirer.

Gadouard

France, 1894 : Conducteur des gadoues ou voitures d’immondices.

Gadoue

Larchey, 1865 : Sale femme. — Du vieux mot gadoue : ordure, fumier.

Fils, mon fiston, roule ta gadoue, mon homme, ça pue.

Cat. poissard, 1844.

Rouler veut dire ici Mener plus loin.

Delvau, 1866 : s. f. Immondices des rues de Paris, qui servent à faire pousser les fraises et les violettes des jardiniers de la banlieue. D’où l’on a fait Gadouard, pour Conducteur des voitures de boue.

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme de mauvaise vie, — dans l’argot des faubouriens, sans pitié pour les ordures morales.

Rigaud, 1881 : Sale femme. Mot à mot : femme qui se traîne dans la gadoue, la boue.

France, 1894 : Prostituée, du vieux mot gadoue, ordure, dérivé de l’allemand godau, jus de fumier.

— Sentez-vous cette odeur nauséabonde qu’elle exhale ? C’est un mélange d’absinthe et de puanteur de gadoue, son parfum habituel à cette fille. Elle est jeune encore, trente ans à peine. À travers ses lèvres lippues et baveuses, on aperçoit d’assez belles dents. Elle a dû être jolie.

(G. Macé, Un Joli Monde)

Cette fille avait le mot dur, l’attaque brusque, et la riposte insolente. Elle en avait vu de toutes les couleurs, et dans la crudité de son langage elle disait en parlant d’elle, et en faisant allusion à l’affreux métier de sa Jeunesse : « Je suis une vieille gadoue. »

(Louis Davyl, 13, rue Magloire)

Rossignol, 1901 : Femme de rien, rouleuse.

Gadouille

France, 1894 : Sot, dupe.

Gadoule

France, 1894 : On appelle ainsi un supplice fort en usage chez les pirates du Tonkin et qu’ont subi nombre de nos malheureux soldats pris par l’ennemi. On applique au patient un chiffre déterminé de coups de lanière et sur les plaies saignantes on verse du fiel.

Gadzart

France, 1894 : Élève des arts et métiers ; abréviation de gas-des-arts.

Nous étions une soixantaine d’élèves, jeunes et vieux, résidant au Creusot ; nous convoquâmes les camarades des villes et des départements voisins, et, au jour dit, nous festoyâmes joyeusement au nombre de quatre-vingts, ni hommes ni femmes, comme dit l’Auvergnat, tous gadzarts.

Déjà du vieux Creusot la grande cheminée
Des gaz et des vapeurs vers le soir s’éclairait ;
La cloche avait sonné la fin de la journée,
Et chacun au logis pour souper accourait…
Déjà se dispersait la foule industrieuse,
Contente d’aller reposer,
Quand près de l’escalier, sur la terre boueuse,
Un groupe se mit à causer.
C’étaient de bons soldats, soldats de l’industrie,
Aux visages loyaux, pleins de cordialité,
Ils se réunissaient pour boire à la Patrie,
À la science, aux arts, à la Fraternité,
Et quelque temps après, au bruit d’une rasade
D’un vieux vin velouté,
Un soldat se leva pour chanter sa ballade,
En disant : Chers Gadzarts, écoutez !

(R. Roos)

Gaf

Bras-de-Fer, 1829 : Guet.

Gafe

Larchey, 1865 : Soldat de service. — Gafe de sorgue : Patrouille. — Gafer : Guetter. — Gafeur : Sentinelle (Vidocq). — Est-ce une acception figurée du vieux mot gafe : crochet ? — Gafer serait mot à mot accrocher (V. ce mot) les malfaiteurs. C’est une image analogue à celle que présente la raclette. V. ce mot.

Gâfe

Hayard, 1907 : Geôlier, gardien de prison, chiourme.

Gâfe (faire le)

Hayard, 1907 : Faire le guet.

Gâfe à gail

Hayard, 1907 : Garde à cheval.

Gâfe de sorgue

Hayard, 1907 : Garde de nuit.

Gafe, gaffe

France, 1894 : Factionnaire, surveillant de prison, gardien, agent de police.

(Mémoires de M. Claude)

Ce mot vient du bâton à crochet qui sert à happer ou harponner.
Être en gaffe, rester en gaffe, faire le guet.

Nous étions restés en gaffe afin de donner l’éveil en cas d’alerte.

(Vidocq)

Grivier de gaffe, soldat de garde.
Voir la terre au bout d’une gaffe, rester à bord. Monter une gaffe, tromper.

Gafer, gaffer

France, 1894 : Guetter, surveiller, ou simplement voir. Gaffer la mirette, ouvrir l’œil ; gaffer du riff, surveiller avec attention.

Gâferie

Hayard, 1907 : Les gardes-chiourmes.

Gaff

un détenu, 1846 : Gardien, surveillant, vedette.

Fustier, 1889 : Gardien de la paix en bourgeois. V. plus bas Guignol.

Gaffe

Clémens, 1840 : Celui qui fait le guet.

Delvau, 1866 : s. f. Les représentants de l’autorité en général, — dans l’argot des voleurs, qui redoutent probablement leur gaflach (épée, dard). Être en gaffe. Monter une faction ; faire sentinelle ou faire le guet.

Delvau, 1866 : s. m. Représentant de l’autorité en particulier. Gaffe à gail. Garde municipal à cheval ; gendarme. Gaffe de sorgue. Gardien de marché ; patrouille grise. On dit aussi Gaffeur.

Delvau, 1866 : s. m. Gardien de cimetière, — dans l’argot des marbriers.

Delvau, 1866 : s. f. Bouche, langue, — dans l’argot des ouvriers. Se dit aussi pour action, parole maladroite, à contretemps. Coup de gaffe. Criaillerie.

Rigaud, 1881 : Balourdise. Faire gaffe sur gaffe.

Rigaud, 1881 : Patrouille ; gardien, guichetier. — Gaffe des machabées, gardien de cimetière. — Gaffe à gayet, garde municipal à cheval. — Gaffe de sorgue, gardien de nuit dans un marché. — Être en gaffe, être en faction.

Rigaud, 1881 : « Cette main est terrible, c’est-à-dire dans l’argot significatif du jeu, une vraie gaffe ! » (A. Cavaillé.) Elle tire tout l’argent des pontes vers le banquier comme ferait une gaffe.

La Rue, 1894 : Balourdise. Gardien. Surveillance. Guet. Bouche, langue.

Virmaître, 1894 : Faire le guet pour avertir des complices de l’arrivée de la rousse ou des passants qui pourraient les déranger (Argot des voleurs).

France, 1894 : Maladresse, balourdise, bévue. Faire une gaffe, commettre une maladresse.

Mme Ledouillard. — Mon mari… j’adore mon mari ; c’est extraordinaire, mais c’est comme ça. Et puis, quand par hasard j’ai envie de le tromper, je me dis : Mon Dieu ! si ça allait ne pas être meilleur, ou même moins bien, c’est ça qui serait une gaffe !

(Maurice Donnay, Chère Madame)

La gaffe, ou impair, est certainement une source innocente de rire dont la littérature actuelle a tiré l’effet comique le plus nouveau. Alfred de Musset, que Deschanel n’aime point, doit à l’étude de la gaffe un de ses plus jolis ouvrages, ce délicieux proverbe : On ne saurait songer à tout, que la Comédie-Française ne joue jamais, naturellement.

(Émile Bergerat)

Aux uns et aux autres, la réclame offerte par l’interview ne déplait pourtant pas outre mesure ; mais ils sont gênés par la brusquerie de l’interrogatoire. Les prudents craignent de faire une gaffe et les prophètes se méfient de l’improvisation. Car nous n’avons plus que de faux prophètes, sans délire sacré, des sibylles, pas bien solides sur le trépied.

(François Coppée)

À propos, dis donc à ton frère
De ne pas mettre, en m’écrivant,
Eros, le gosse de Cythère,
Avec un h en commençant.
Alors, pour réparer la gaffe,
Il en met un dans le mot cœur !
Je crois qu’au jeu de l’orthographe
Il ne sort pas souvent vainqueur.

(Jacques Rédelsperger)

France, 1894 : Grande fille sèche et maigre. Allusion au harpon appelé gaffe.

… Une grande gaffe chaude, à nez de perroquet, qui n’avait pas trouvé à se marier malgré ses folles envies d’homme, et que les lurons s’amusaient à leurrer de promesses, la pinçant au gras des côtes, toute rouge et les paupières battantes.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

France, 1894 : Bouche, langue ; corruption du vieux mot gave. Coup de gaffe, criaillierie. Avaler sa gaffe, mourir.

Rossignol, 1901 : Gardien de prison.

Rossignol, 1901 : Faire ou dire une maladresse. Prendre la main de son ami, dessous la table, croyant prendre celle de sa femme, c’est faire une gaffe.

Hayard, 1907 : Dire ou faire une bêtise.

Gaffe (en commettre une)

Virmaître, 1894 : Dire ou faire une bêtise, parler trop et à côté (Argot du peuple).

Gaffe à gail

France, 1894 : Gendarme à cheval, garde municipal.

Gaffe de sorgue

Virmaître, 1894 : Gardien de marché ou surveillant de maisons en construction. Autrefois, c’étaient des invalides qui remplissaient ces fonctions (Argot des voleurs).

France, 1894 : Gardien de nuit.

Gaffe des macchabées

France, 1894 : Gardien de cimetière ou de la Morgue.

Gaffer

Delvau, 1866 : v. a. et n. Surveiller.

Fustier, 1889 : Commettre des fautes, des sottises.

La Rue, 1894 : Regarder, surveiller, guetter.

France, 1894 : Attendre.

Il fallait faire gaffer un roulant pour y planquer les paccins.

(Vidocq)

Rossignol, 1901 : Faire le guet.

Gaffer, faire gaffe

Rigaud, 1881 : Surveiller. — Gaffer la mirette, ouvrir l’œil.

Gaffeur

Virmaître, 1894 : Qui commet des gaffes. Il y en a de célèbres, par exemple, dire au maître de la maison dans laquelle on est invité :
— Qui est donc cette vilaine bossue qui fait tant de grimaces.
— Monsieur, c’est ma femme (Argot du peuple).

France, 1894 : Éclaireur, homme aux aguets.

Rossignol, 1901 : Celui qui fait des gaffes.

Gaffeur, euse

Fustier, 1889 : Du verbe argotique gaffer, commettre des impairs.

J’en connais (une femme) une qui est fort jolie, et qui possède un salon fort convenablement fréquenté… Un peu gaffeuse, par exemple.

(Charivari, avril 1887.)

Gaffeur, gaffeur de braise

Rigaud, 1881 : Caissier, — dans le jargon des voleurs. Mot à mot : celui qui garde l’argent.

Gaffeur, gaffeuse

France, 1894 : Maladroit qui commet des impairs ou dit des grossièretés sans s’en douter.

Paloignon est invité à dîner. À un moment du repas, le maître de la maison regarde à droite et à gauche, paraissant impatienté.
— Vous cherchez quelque chose ? demande Paloignon d’un ton aimable.
— Oui, je cherche les cornichons.
— Ah ! c’est cela… aussi je voyais bien que vous n’étiez pas dans votre assiette.

Nous sommes, en histoire du moins, très épris de vérité aujourd’hui ; et c’est une tendance caractéristique de notre époque que de tâcher de rétablir les choses telles qu’elles furent exactement. Le pauvre Latude lui-même n’a pas échappé à ce souci de débarrasser de la part de roman les physionomies légendaires. Il reste un être fort pitoyable, dont les âmes sensibles peuvent toujours déplorer les malheurs. Mais le terrible Gascon qui était en lui apparait aussi, à la lumière des recherches, et semble un peu, s’il est permis d’employer cette expression très contemporaine, un entêté gaffeur qui fut, on peut l’avancer, son pire ennemi.

(Paul Ginisty, Causerie littéraire)

Gaffier

Clémens, 1840 : Gardien.

Rigaud, 1881 : Voleur qui rôde aux halles centrales pour faire récolte de porte-monnaie dans la poche des ménagères et des bonnes.

Fustier, 1889 : Synonyme de l’argot gaffur.

Lucien D…, soixante ans, député de la Seine-Inférieure, terriblement maladroit ; réputation méritée de gaffier.

(Bataille, nov. 1885.)

Gaffeur est beaucoup plus usité.

France, 1894 : Filou.

France, 1894 : Surveillant, gardien de prison.

Gaffiller

La Rue, 1894 : Faire attention. Gaffille ! Guette.

Gaffre

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Gardien. Gaffre de garuche, gardien de prison.

Halbert, 1849 : Gardien de prison.

Gafille !

France, 1894 : Attention !

Gafiller

Fustier, 1889 : Écouter attentivement ; prêter attention à… Argot des rôdeurs.

France, 1894 : Faire attention, surveiller.

Gaga

Delvau, 1866 : s. m. Gâteau, — dans l’argot des enfants, qui, de même que M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, emploient à leur insu l’allitération, l’aphérèse et l’apocope. Ouf !

Rigaud, 1881 : Pour gâteux, crétin. — Tiens ! Amanda et son gaga.

France, 1894 : Gâteux.
M. Dubut de Laforest a été condamné, par des magistrats atteints de bérengerisme, à deux mois de prison et 3,000 francs d’amende pour un livre longuement et sérieusement travaillé, intitulé : Le Gaga, œuvre scientifique et étude de pathologie.

Le Gaga est tout autant un ouvrage de science qu’un roman, dans le sens ordinaire du mot. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la place qu’y occupent l’histoire de la maladie, les pages consacrées à l’histoire de la décadence romaine ; les récits touchant les incubes et les succubes, les observations purement médicales et relatives aux névropathes, aux gâteux, aux satyrisiaques.

(Dubut de Laforest)

— Comme il me suffirait d’un mot, pensa Mme Michaud, pour réveiller tes souvenirs, mon pauvre gaga ! Quel âge peut-il avoir ? Il doit être vieux, vieux, et il a été ministre, ce brave maréchal ? Dans ces conditions-là, il est bien permis de perdre la tête, mais il n’est guère permis de courir après des fillettes.

(Edgar Monteil, La Jambe)

Gaga, gagace

France, 1894 : Stéphanois, Stéphanoise. C’est ainsi que se désignent entre eux les habitants de Saint-Étienne, sans d’ailleurs attacher à ce nom une signification injurieuse. Parler gaga, parler le patois de Saint-Étienne. C’était, d’abord, le nom donné aux houilleurs et aux forgerons qui s’est étendu ensuite à tous les habitants de la localité.

Gagatisme

France, 1894 : État du gaga.

Le roman tend à devenir charcotique ; tout écrivain, avide de succès immédiat, de plus d’argent que de gloire, choisit pour collaborateur le médecin spécialiste : ça s’appelle le roman scientifique. C’est en général plus mortellement ennuyeux que les aventures de La Calprenède et c’est aussi dégoûtant que les planches d’anatomie. C’est le gagatisme littéraire.

(Caribert, Paris)

Gage

d’Hautel, 1808 : Casser aux gages. Voyez Casser.

Halbert, 1849 : Cheval.

Gagel

France, 1894 : Geai.

Gager

d’Hautel, 1808 : Je gagerois ma tête à couper. Affirmation folle et extravagante, pour dire qu’on est très-sûr de ce que l’on avance.

Gagne-pain

d’Hautel, 1808 : Instrument, ou le métier avec lequel chacun gagne sa vie.

Gagne-petit

d’Hautel, 1808 : Surnom que l’on donne à un artisan ambulant, et notamment aux émouleurs de couteaux, de ciseaux, qui vont de maison en maison avec une meule sur le dos.

Gagner

d’Hautel, 1808 : Gagner la porte ; gagner les champs. Pour s’esquiver ; s’en aller ; décamper.
N’est pas marchand qui toujours gagne. Signifie que le commerce a ses vicissitudes ; que tous les jours n’apportent pas également du bénéfice.
Crier ville gagnée. Se glorifier à haute voix d’un avantage que l’on a remporté.
On leur a bien fait gagner leur avoine. Se dit des hommes ou des animaux que l’on a bien fait travailler.

Gagner des mille et des cents

Delvau, 1866 : v. a. Gagner beaucoup d’argent, — dans l’argot des bourgeois.

Gagner le gros lot

Virmaître, 1894 : C’est assez extraordinaire de ne pas mettre à une loterie et d’avoir cette chance. Ce gros lot se gagne sans billet.

La garde qui veille aux barrières du Louvre
N’en défend pas les rois.

On dit aussi : je suis assaisonné (Argot du peuple). V. Quinte, quatorze et le point.

Gagui

d’Hautel, 1808 : Une grosse gagui. Nom que l’on donne par dérision à une fille ou femme qui a beaucoup d’embonpoint, et qui fait l’enjouée, la résolue.

France, 1894 : Maritorne, grosse commère réjouie.

Je suis mon conducteur sans me faire prier ;
Nous enfilons un sombre et petit escalier ;
Nous arrivons tous deux dans un troisième étage :
J’y trouve deux gaguis d’un assez beau visage,
Qui me font en entrant force civilités ;
Louis sont partagés aussi-tôt qu’aportés.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Lui, cependant, ne disait rien de ses projets, placide, un peu sournois, l’ayant prise par besoin d’une jolie fille et par goût de sa saine jeunesse épanouie comme une plante rare parmi les gaguis épaisses et les graisseuses souillons où les autres cherchaient leurs maîtresses.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Gaguie

Delvau, 1866 : s. f. Bonne commère d’autant d’embonpoint que de gaieté. Argot du peuple.

Gahete

France, 1894 : Femme qui conçoit vite, qui devient rapidement enceinte, comme les Allemandes et les Anglaises ; du béarnais gahent, qui prend, qui se colle, gluant, visqueux.

Gahisto

Rigaud, 1881 : Diable, — dans l’ancien argot, du basque gaiztoa, mauvais.

Gai

Rigaud, 1881 : Légèrement gris. Mot à mot : mis en gaieté par la boisson.

Gai (être)

Larchey, 1865 : Montrer une gaîté due à un léger excès de boisson.

Delvau, 1866 : Avoir un commencement d’ivresse, — dans l’argot des bourgeois. On dit aussi Être en gaieté.

France, 1894 : Commencer à se promener dans les vignes du Seigneur.

Gail

un détenu, 1846 : Cheval.

Delvau, 1866 : s. m. Cheval, — dans l’argot des souteneurs de filles et des maquignons. Quelques Bescherelle de Poissy veulent qu’on écrive gaye et d’autres gayet.

Boutmy, 1883 : s. m. Cheval.

Hayard, 1907 : Cheval.

Gail, gaillière

anon., 1907 : Cheval, jument.

Gail, gayet

Rigaud, 1881 : Cheval, — dans l’ancien argot. Remis en circulation depuis quelque temps, principalement par les maquignons.

France, 1894 : Cheval ; du vieux français galier.

Gail, gayet, gaillon

La Rue, 1894 : Cheval.

Gaillard à trois brins

France, 1894 : Vieux matelot, loup de mer.

J’ai travaillé, mangé, gagné mon pain parmi
Des gaillards à trois brins qui me traitaient de mousse.

(Jean Richepin, La Mer)

Gaillard d’arrière

France, 1894 : Derrière.

Un sultan, s’ennuyant, dit un matin à sou bouffon :
— Il faut, sous peine de décapitation, qu’avant la fin du jour tu me fasses la plus grande injure qu’on puisse faire à un sultan, et qu’aussitôt tu trouves, pour ton excuse, une injure plus grande encore.
Le fol, qui tenait à sa tête, comme sa tête tenait à lui, ne la perdit pas.
Il laisse tomber vigoureusement sa main sur le gaillard d’arrière du tyran turc.
Puis :
— Mille pardons, maître, je croyais taper sur celui de la sultane.

(Le Grelot)

Gaillarde

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme à qui les gros mots ne font pas peur et qui se plaît mieux dans la compagnie des hommes que dans la société des femmes. Argot des bourgeois.

Gaillardes

Virmaître, 1894 : Joues (Argot des voleurs). V. Jaffles.

France, 1894 : Joues.

La grosse Stéphanie avait de belles gaillardes, mais je leur préférais son gaillard d’arrière.

(Les Propos du Commandeur)

Gaille

Clémens, 1840 : Cheval.

M.D., 1844 : Un cheval.

France, 1894 : Chèvre ; du patois lorrain.

Gaillon

Rigaud, 1881 : Cheval. C’est une forme nouvelle de gail, gaye. Les cochers de fiacre appellent leurs chevaux tantôt des gaillons, tantôt des canards.

France, 1894 : Cheval. Voir Gail.

Gaillonnerie

France, 1894 : Écurie.

Gaitte

France, 1894 : Argent. Corruption de l’allemand geld, même sens.

Gajard

Virmaître, 1894 : Gros homme (Argot des voleurs). N.

France, 1894 : Gros homme.

Hayard, 1907 : Homme robuste (pour gaillard).

Gala

Delvau, 1866 : s. m. Repas copieux, fête bourgeoise.

Galant

d’Hautel, 1808 : Mot équivoque et trivial qui se dit de quelqu’un qui a la gale.

Delvau, 1864 : Amant — d’une galanterie douteuse, souvent.

Elle a quatre galants,
Et de la préférence
Les flatte en même temps.

Collé.

Galanterie

Delvau, 1864 : Maladie vénérienne.

Sur la fin de la quatrième année, je m’aperçus que la supérieure m’avait communiqué ce qu’on appelle une galanterie.

Du Laurens.

Je suis un malheureux qui ne mérite pas
De posséder si tôt de si charmants appas.
Je suis dans un état…
— Achevez, Je vous prie :
Auriez-vous attrapé quelque galanterie ?

Legrand.

Delvau, 1866 : s. f. Le mal de Naples, — depuis si longtemps acclimaté à Paris.

Galantiser

France, 1894 : Faire la cour, le galant.

Il avait la langue dorée et s’entendait à merveille à galantiser. La sauvage Mancienne écoutant, troublée, ces galanteries qu’elle prenait au sérieux et qui coulaient comme miel des lèvres souriantes de cet élégant garçon.

(André Theuriet)

Galants

France, 1894 : Bouffettes et nœuds de rubans que portaient, sous Henri III, les seigneurs de la cour, qui avaient pris cette mode des Espagnols comme l’indique le mot. Galan, joli, mignon, dérivé de gala, fête, resté dans notre langue.

Les nobles seuls avaient le droit de porter des palmes et des galants. Mais les riches bourgeois empiétèrent sur ce droit : ils préféraient payer une amende et se parer de l’attribut des gentilshommes. Ils exagérèrent même tellement la mode que le peuple créa à leur adresse le proverbe : « Quand on prend du galant, on n’en saurait trop prendre. » L’abus amena le ridicule, et les galants disparurent du vêtement civil ; ils furent recueillis par les soldats, qui s’en parèrent à leur tour. Ce fut alors que le mol espagnol galon, diminutif de galan, se substitua au mot galant. Il fit fortune chez nous, et le proverbe resta, avec une légère modification dans son sens primitif : il est probable qu’il vivra aussi longtemps qu’il y aura des hommes amoureux des distinctions extérieures, c’est-à-dire toujours.

(Ch. Ferrand)

Galapiat

Larchey, 1865 : Galopin. — Corruption du mot.

Il dit aux avocats : Vous êtes un tas de galapiats qui vous fichez du monde.

Balzac.

Delvau, 1866 : s. m. Fainéant, voyou, — dans l’argot du peuple. On dit aussi : Galapiau, Galapian, Galopiau, qui sont autant de formes du mot Galopin.

Galapiat, galapiau

Rigaud, 1881 : Galopin, mauvais drôle, — dans le jargon du peuple.

Galbe

Delvau, 1866 : s. m. Physionomie, bon air, élégance, — dans l’argot des petites dames. Être truffé de galbe. Être à la dernière mode, ridicule ou non, — dans l’argot des gandins. Ils disent aussi Être pourri de chic.

France, 1894 : Élégance, bon air. Être truffé de galbe, être à la dernière mode.

Galbeux

Delvau, 1866 : adj. Qui a du chic, une désinvolture souverainement impertinente, — ou souverainement ridicule.

Rigaud, 1881 : Qui a du galbe, de l’élégance, — dans le jargon des peintres.

Rien ne vaut encore le bon gommeux disant, avec son accent à lui, du vaudeville qu’on vient de jouer : « C’est excessivement galbeux, tout ce qu’il y a de plus galbeux ! »

(Figaro du 5 nov. 1878.)

Le mot galbeux, parti des ateliers d’artistes, est un mot qui a fait son chemin. Il est très fréquemment employé, non seulement par les gommeux, mais encore par les ouvriers.

Virmaître, 1894 : Avoir du galbe, posséder un visage correct et avenant. On dit d’une jolie fille :
— Elle est galbeuse.
Au superlatif : elle est truffée de galbe (Argot des filles).

Rossignol, 1901 : Être beau ou bien mis, c’est être galbeux.

Galbeux, galbeuse

France, 1894 : Personne mise à la dernière mode.

— Tu es très galbeux, Symphorien. Monte encore un peu ton pantalon, car on ne voit pas assez tes chevilles et tes élastiques ! La mode est aux élastiques.

(Dubut de Laforest, L’Homme de joie)

Le mot est employé adjectivement, dans le sens de bon, excellent.

Les cambrioleurs de notre époque n’ont plus ces galbeuses façons : ils sont trop égoïstes et ne s’attaquent pas assez aux riches. — aussi, y a pas à dire, ils sont mal vus du populo.

(Almanach du Père Peinard, 1894)

Comment cela finira-t-il ? — Oh ! ce n’est pas bien compliqué ; ça finira, comme toutes les sociétés décrépites, par un cataclysme qui démantibulera le vieux monde. Et de ces ruines sortir une société galbeuse où sera inconnu le vol, — légal ou illégal — où nul n’exploitera son voisin, où chacun turbinera à sa guise, ou personne n’aura intérêt à faire des mistoufles à son semblable.

(La Sociale, 1896)

Gale

d’Hautel, 1808 : La gale ni l’amour ne peuvent se cacher. Parce que ces deux maladies ont des signes visibles ; des indices certains.
Qui a la gale la gratte. Synonyme de qui se sent morveux se mouche.

Delvau, 1866 : s. f. Homme difficile à vivre, ou agaçant comme un acarus, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Teigne.

France, 1894 : Personne désagréable, acariâtre, méchante.

Georgette passait à juste titre pour une gale et elle avait entre les mains des liasses de lettres plus que compromettantes, de ces diablesses de lettres qui s’abattent un jour comme un paquet de mitraille dans un ménage heureux et y creusent d’irréparables brèches…

(R. Maizeroy)

Gale (mauvaise)

Rigaud, 1881 : Femme acariâtre, mauvaise langue.

Galefretier

d’Hautel, 1808 : Homme d’une basse extraction, sans aveu.

Galejade

France, 1894 : Plaisanterie ; de l’idiome provençal.

Dans cet almanach (l’Armana Marsihès), en effet, sous l’habile déguisement de contes joyeux, vers chanteurs et galejades, se dissimule la violente attaque du Midi contre le Nord.
Il n’est que temps de sévir contre ces fanatiques séparatistes.

(Le Journal)

Galer

d’Hautel, 1808 : Pour gratter.
Il ne fait que se galer. Se dit de celui qui éprouve de fréquentes démangeaisons, et qui se gratte continuellement.

Galère

d’Hautel, 1808 : C’est une véritable galère. Se dit d’une maison où l’on a beaucoup de peine, et peu de profits.
Vogue la galère ! Pour au jour le jour ; prenons le temps comme il vient ; abandonnons tout au hasard ; ne pensons point à l’avenir.

Galerie

d’Hautel, 1808 : Ce sont ses galeries. Se dit d’un homme qui hante souvent le même lieu ; qui va se promener toujours dans le même endroit.

Delvau, 1866 : s. f. La foule d’une place publique ou les habitués d’un café, d’un cabaret. Parler pour la galerie. Faire des effets oratoires ; — parler, non pour convaincre, mais pour être applaudi, — et encore, applaudi, non de ceux à qui l’on parle, mais de ceux à qui on ne devrait pas parler. Que de gens, de lettres ou d’autre chose, ont été et sont tous les jours victimes de leur préoccupation de la galerie ?

Boutmy, 1883 : s. f. Salle de composition, le plus ordinairement de forme rectangulaire. Les rangs sont placés perpendiculairement à chacun des grands côtés du rectangle. L’espace laissé libre au milieu est en partie occupé par les marbres.

Galérien

d’Hautel, 1808 : Il travaille comme un galérien. Pour il est très assidu à son travail, il est alerte, laborieux, infatigable.

Galérienne

Rigaud, 1881 : « Sous les sombres galeries qui bordent, au rez-de-chaussée, la salle de danse du Casino, se tiennent volontiers des femmes grasses et maquillées… On les appelle Galériennes, parce qu’elles font galerie. » (Ces Dames du Casino, 1862.)

France, 1894 : « Sous les sombres galeries qui bordent, au rez-de-chaussée, la salle de danse du Casino, se tiennent, veloutées, des femmes grasses et maquillées.
On les a flagellées d’une épithète horrible, mais d’une implacable étymologie : on les appelle galériennes, parce qu’elles font galerie. Assises sur des banquettes obscures, elles attendent que l’insecte… pardon, que le visiteur imprudent se jette dans la toile de la séduction qu’elles ont tendue ! »

(Ces Dames du Casino, 1862)

Galetas

d’Hautel, 1808 : C’est un vrai galetas. Se dit par mépris d’une chambre mal en ordre, d’une maison mal tenue d’un tripot.

Galetouse

La Rue, 1894 : Gamelle.

Galettard

France, 1894 : Riche, qui a de la galette.

— Oh ! là, là ! Mais regardez-vous donc dans la glace. Sans être un Apollon, n’empêche que Jean vous fait encore rudement la pige à tous les trois. Et puis, il est moins gourde que vous, qui ne fichez rien de vos dix doigts.
— Parbleu ! il n’a pas le sou.
— La voilà bien, la grande raison. Parce que vous êtes très galettards, vous vous croyez des malins. La belle affaire ! Est-ce vous qui l’avez gagnée, votre belle galette ou bien vos papas ?

(Yvan Bouvier)

Galette

Larchey, 1865 : Homme nul et plat ; contre-épaulette portée autrefois par les soldats du centre.

Pour revêtir l’uniforme et les galettes de pousse-cailloux.

La Bédollière.

Aux écoles militaires, une sortie galette est une sortie dont tous les élèves profitent, même ceux qui sont punis.

Delvau, 1866 : s. f. Imbécile, homme sans capacité, sans épaisseur morale. Argot du peuple.

Delvau, 1866 : s. f. Matelas d’hôtel garni.

Rigaud, 1881 : Grand, complet, — dans le jargon des Saint-Cyriens.

Rigaud, 1881 : Argent. Boulotter sa galette, manger son argent, — dans le jargon des voyous.

Rigaud, 1881 : Individu sans intelligence.

Rigaud, 1881 : Mauvais petit matelas aplati comme une galette.

Fustier, 1889 : Petit pain rond et plat qu’on sert dans certains restaurants.

La Rue, 1894 : Matelas. Imbécile. Mauvais soulier. Monnaie.

Virmaître, 1894 : Argent (Argot du peuple). V. Aubert.

France, 1894 : Matelas très mince et dur.

France, 1894 : Mauvais soulier.

France, 1894 : Mauvais acteur.

… Il est donc très avantageux pour le correspondant de traiter avec des galettes semblables, qui, sans cesse à l’affut de nouveaux engagements, sont obligés d’avoir recours à son entremise.

(Charles Friès, Le Correspondant dramatique)

France, 1894 : Nom donné par les saint-cyriens à la contre-épaulette de sous-lieutenant. Il y a une chanson intitulée : La Galette, dont voici une strophe qui donnera l’idée du reste.

Notre galette que ton nom
Soit immortel en notre histoire,
Qu’il soit embelli par la gloire
D’une brillante promotion !

On dit aussi : fine galette.
Autrefois les soldats du centre portaient tous des galettes en guise d’épaulettes.

France, 1894 : Argent.

—Les femmes, ça sert à quelque chose ou ça sert à rien. Si ça sert à rien, fourrez-les dedans, mais ne vous en servez pas. Non ! ces Messieurs veulent bien rigoler ; puis, quand ils ont casqué, qu’ils en ont eu pour leur argent, ils se plaignent… On dirait qu’ils regrettent leur galette. Faudrait peut-être les prendre à l’œil ! Ça serait pas à faire !… Et le commerce donc !

(Oscar Méténier)

Ô sainte Galette dorée
Devant qui l’on est à genoux,
Par toute la terre adorée,
Bonne sainte, priez pour nous !
Telle est votre toute-puissance
Aux yeux avides des mortels,
Que même en pâte on vous encense
Et qu’on vous dresse des autels.

(Jacques Rédelsperger)

Le lendemain de la fête des Rois, un marmot demande à un autre :
Y avait-il un bébé, hier, dans ta galette ?…
L’autre répond :
— Ah ! ouiche, rien du tout, et j’ai même entendu la nuit, papa qui disait à maman : « Avant d’avoir le bébé, faudrait avoir la galette ! »

(Le Charivari)

Embrassons-nous, ma gigolette,
Adieu, sois sage et travaill’ bien,
Tâch’ de gagner un peu d’galette
Pour l’envoyer à ton pauv’ chien ;
Nous r’tourn’rons su’ l’bord de la Seine,
À Meudon, cueillir du lilas,
Après qu’j’aurai fini ma peine
À Mazas.

(Aristide Bruant)

Bouffer la galette de quelqu’un, manger son argent, le ruiner.

Solange avait à elle environ quatre cents francs d’économies couchés sur un livret de la Caisse d’épargne postale ; de son côté, Camille, pour ne pas être en reste, ni accusé un jour de lui avoir bouffée sa galette, s’ingénia, parvint à tirer une carotte de cinq cents francs à sa famille, peu aisée pourtant et souvent déjà tapée dans les grands prix.

(Paul Alexis)

On dit aussi bonne galette.

Angèle se tenait derrière sa porte. Vous la voyez d’ici : des bas à fleurs, un peigne rose, ouvert du haut en bas, sur des chairs écroulées, et qui se gonflait au courant d’air. Une âcre odeur de musc flottait autour de ses aisselles ; ses cheveux étaient rougis par le fer, et la ligne blanche du maquillage, arrêtée à son cou, faisait paraitre sa graisse plus jaune.
— C’est vrai, me dit-elle, mon mignon, que tu veux m’apporter ta bonne galette ?

(Hugues Le Roux)

France, 1894 : Homme sans valeur, caractère plat comme une galette.

France, 1894 : Fête, dans l’argot des saint-cyriens. Sortie galette, sortie générale, sortie de fête.

Rossignol, 1901 : Argent.

Hayard, 1907 : Argent.

Galette (avoir ou toucher de la)

Merlin, 1888 : Avoir ou recevoir de l’argent. On dit aussi : avoir de la douille.

Galettes

Rigaud, 1881 : Souliers ramassés dans la rue par les chiffonniers et vendus deux sous la paire aux ribouiseurs.

Galeux

d’Hautel, 1808 : Qui se sent galeux se gratte. V. Gratter.
Il ne faut qu’une brebis galeuse pour gâter tout un troupeau. Signifie qu’un mauvais sujet peut corrompre toute la société où il se trouve.

Galfatre

d’Hautel, 1808 : Sobriquet que l’on donne à un garçon d’hospice, ou à un garçon d’auberge.

Rigaud, 1881 : Glouton.

Galfâtre

La Rue, 1894 : Goulu.

France, 1894 : Goinfre, goulu ; corruption du provençal galioufard, même sens.

Certes, il n’aimait pas les corbeaux ; ça lui crevait le cœur de porter ses six francs à ces galfâtres-là qui n’en avaient pas besoin pour se tenir le gosier frais.

(Émile Zola, L’Assommoir)

En un coin de la salle, à une table séparée, s’emplissait d’un rata fortement alliacé au galfâtre à grosses joues.

(Les Propos du Commandeur)

Galibot

France, 1894 : Ouvrier employé comme aide dans les travaux de mines.

Galienne

France, 1894 : Jument.

Galienne ou galière

Halbert, 1849 : Cavale.

Galier

Halbert, 1849 : Cheval.

Larchey, 1865 : Cheval (Bailly). V. Gayet.

France, 1894 : Cheval.

Galifard

Larchey, 1865 : « Commissionnaire, saute-ruisseaux qui porte au client les marchandises vendues au Temple. » — Mornand.

Delvau, 1866 : s. m. Cordonnier, — dans l’argot des revendeuses du Temple.

Rigaud, 1881 : Cordonnier.

La Rue, 1894 : Apprenti cordonnier. Galifarde, apprentie, fille de boutique.

France, 1894 : Apprenti, commissionnaire ; saute-ruisseau.

Les galifards sont des façons de commissionnaires saute-ruisseaux, qui portent aux clients les marchandises vendues. Il y a aussi les galifardes.

(Félix Mornand)

Les galifardes sont plus généralement appelées trottins.

Une petite galifarde aux appas rondelets se tortillait et faisait des mines derrière le comptoir.

(Les Propos du Commandeur)

Galifard, galifarde

Rigaud, 1881 : Apprenti, apprentie, — dans le jargon des marchands du Temple.

Galifarde

Delvau, 1866 : s. f. Fille de boutique.

Galiffar

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Bouchon.

Galigue

France, 1894 : Mauvais garnement ; argot des marins.

Galilée (aller en)

France, 1894 : Remanier une composition ; argot des typographes. Jeu de mot sur galée, planche carrée avec deux rebords formant l’angle droit et sur laquelle l’ouvrier met les lignes à mesure qu’il les tire du composteur. On dit aussi dans le même sens : aller en Germanie.

Galimafrée

d’Hautel, 1808 : Bribes, reste de viandes que l’on mêle et que l’on fricasse ensemble ; salmigondis.

Delvau, 1866 : s. f. Ragoût, ou plutôt Arlequin, — dans l’argot du peuple. S’emploie aussi au figuré.

France, 1894 : Ragoût de différentes viandes.

Galimart

France, 1894 : Galimatias. Vieux mot : c’était, du temps de Rabelais, l’étui à plumes que l’on portait sur soi avec l’encrier.

Galimathias

d’Hautel, 1808 : Mélange de paroles obscures ; discours embrouillés ; confusion de toutes choses disparates et qui ne peuvent s’accorder.

Galinette

France, 1894 : Coccinelle on bête à bon Dieu ; du latin gallina, poule, à cause du dos rond qui imite celui de la poule.

Galiote

Delvau, 1866 : s. f. « Complot entre deux joueurs qui s’entendent pour faire perdre ceux qui parient contre un de leurs compères. » On dit aussi Gaye.

France, 1894 : Entente entre deux joueurs pour faire perdre ceux qui parient contre un de leurs compères.

Galiotte (faire une)

Rigaud, 1881 : Tricher au détriment de ses associés et au profit d’un compère. — On fait généralement la galiotte à l’écarté : deux grecs tiennent les cartes ; l’un met cinq louis devant lui, ses associés le renforcent d’une cinquantaine ou d’une centaine de louis. Le compère tient tout et gagne tout, grâce au soin qu’a pris le premier grec de lui donner un jeu magnifique.

Galiotte, gaye

Larchey, 1865 : Partie entamée entre une dupe et deux grecs.

Galipeteur

France, 1894 : Clown.

Galipette

La Rue, 1894 : Cabriole. Galipeteur, clown.

France, 1894 : Saut, cabriole, culbute ; du breton galipein.

Le mot galipein — il a un grand air de ressemblance, entre parenthèse, avec les vocables galoper et galopin — est constamment employé à Lorient et aux environs.
Si vous charger le premier marin venu d’une commission, vous ajoutez :
— Galipet founus ! (cours vite !)
Les habitants de Lorient connaissent tous cette expression – et aussi celle-ci :
— Je viens de faire une galipette, c’est-à-dire une course rapide.
Les paysans l’emploient pour vanter la rapidité de leurs chevaux :
— Me yo galipet mad (mon cheval court bien).
Les jeunes officiers l’emploient encore pour indiquer leurs recherches galantes et disent :
— Je vais faire une galipette.
C’est même, ajouterons-nous, dans ce sens qu’on emploie le plus souvent le terme de galipette.

(Intermédiaire des chercheurs et curieux)

Les gigolots, les gigolettes
S’tenant la main,
S’en vont faire des galipettes
Loin du chemin
Et, quand ils croient l’père et la mère
Moins attentifs,
Ils s’épous’nt, sans l’secours du maire,
Sur les fortifs !

(Victor Meusy, Chansons d’hier et d’aujourd’hui)

Galipot

Delvau, 1866 : s. m. Stercus humain, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine. À proprement parler le Galipot est un mastic composé de résine et de matières grasses.

France, 1894 : En terme de marine, le galipot est un mastic composé de résine et de graisse dont on se sert pour enduire les vergues, d’où ce nom donné aux excréments.

— Eh ! dis donc, toi, tu fais bien le fier ! Il ne ferait pas bon poser un galipot sur tes godillots sans être muni d’une trique solide.

(Les Gaietés du régiment)

Galipoter

Delvau, 1866 : v. n. Cacare.

France, 1894 : Se vider les entrailles.

Galipoter le fondement

Delvau, 1864 : Besogner dans le derrière au lieu de besogner dans le devant, faire acte de bougre au lieu de faire acte d’honnête homme.

Maint’nant que j’ t’ai, sacré’ vessie,
Galipoté le fondement,
J’ te préviens qu’ j’ai z’une avarie
Qui me rong’ tout le tour du gland.

A. Karr.

Galletausse

France, 1894 : Gamelle.

Galli-baton

Delvau, 1866 : s. m. Vacarme ; rixe, — dans l’argot des faubouriens.

Galli-bâton

France, 1894 : Vacarme, rixe.

Galli-trac

Delvau, 1866 : s. m. Poule-mouillée, homme qui a le trac.

France, 1894 : Poule mouillée. Ce nom est-il une allusion à la célèbre cantatrice Galli-Marié, la créatrice de Mignon, qui tremblait en abordant un rôle pour la première fois ?

Gallier

anon., 1827 : Cheval.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Cheval.

Bras-de-Fer, 1829 : Cheval.

Galoche

d’Hautel, 1808 : Un menton de galoche. Menton pointu et recourbé.

Halbert, 1849 : Menton.

Delvau, 1866 : s. f. Jeu du bouchon, — dans l’argot des gamins.

Rigaud, 1881 : Jeu de bouchon.

France, 1894 : Jeu du bouchon.

Galons (arroser ses)

Larchey, 1865 : Payer à boire lorsqu’on est promu sous-officier.

Je ne dis pas que… avec les camarades, pour arroser mes galons.

Cormon.

Merlin, 1888 : Fêter sa promotion, en vidant force bouteilles, suivant l’usage. En cette occurrence, ce sont généralement les parents du promu qui ont casqué.

France, 1894 : Payer à boire lorsqu’on reçoit de l’avancement.

Galons d’imbécile

Delvau, 1866 : s. m. pl. Grade subalterne obtenu à l’ancienneté, — dans l’argot des troupiers.

Rigaud, 1881 : Chevrons au-dessus du coude servant à marquer le nombre d’années de service dans un régiment.

Merlin, 1888 : Galons de soldat de 1re classe ou de caporal.

France, 1894 : Grade ou avancement obtenu à l’ancienneté.

Galop

d’Hautel, 1808 : Donner un galop à quelqu’un. Pour le gourmander, lui donner un forte mercuriale.
Il s’en va au grand galop. Se dit de quelqu’un qui est tombé en langueur, et dont la vie est fort en danger.

Larchey, 1865 : Réprimande énergique.

Tu as tant fait que ma mère va me donner un galop.

Champfleury.

Allusion au bruit précipité des paroles.

Delvau, 1866 : s. m. Réprimande, — dans l’argot des ouvriers.

La Rue, 1894 : Vive réprimande.

Galop, galopade

France, 1894 : Réprimande.

— Non, non, je ne puis rester plus longtemps, dit le trottin au vieux satyre qui la retenait par les jupes, j’ai déjà trop tardé à écouter vos saloperies… ma mère en rentrant va me flanquer un galop !

(Les Propos du Commandeur)

Galopante

France, 1894 : Diarrhée.

Galopé

Delvau, 1866 : adj. Fait à la hâte, sans soin, sans goût.

Galopée

France, 1894 : Travail hâtif.

Puis commençait la galopée des crocheteurs, bondissant par bandes de quatre de chaque côté des rouleaux, leurs lourdes pinces en arrêt pour saisir au passage la barre de fer, dès sa sortie des cylindres. Et la barre s’allongeait, finissait par ressembler à un énorme serpent écarlate, se tordant dans la fuite et la bousculade du train.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Galoper

d’Hautel, 1808 : Travailler à la hâte, bousiller, sabouler un ouvrage.

Larchey, 1865 : Envahir au galop. Très-expressif et toujours pris au figuré.

Voilà la peur qui me galope. Qu’est-ce que je pourrai dire ?

E. Sue. — Galoper :

Travailler à la hâte, bousiller un ouvrage.

1808, d’Hautel.

Delvau, 1866 : v. n. Se dépêcher. Signifie aussi Aller çà et là. Activement, ce verbe s’entend dans le sens de Poursuivre, Courir après quelqu’un.

France, 1894 : Se dépêcher à une besogne, travailler à la hâte.

Galoper une femme

Delvau, 1866 : Lui faire une cour pressante.

France, 1894 : Lui faire une cour assidue et pressante.

Galopeuse

France, 1894 : Ville coquette qui galope après les hommes.

Adonc, je conviens volontiers qu’il est singulièrement pénible si l’on va, au théâtre, en compagnie d’une mère ou d’une sœur, de voir sa mère ou sa sœur placée à côté de quelque vielle galopeuse qui pue comme une boutique de parfumerie, parle haut et salue un tas de petits messieurs de petits gestes de petite gamine.

(Albert Dubrugeaud, Écho de Paris)

Galopin

d’Hautel, 1808 : Nom que l’on donne aux enfans qui courrent les rues, aux petits polissons ; sobriquet injurieux quand il s’attribue à un homme, et qui équivaut à manant ; individu qui n’a aucune recommandation personnelle.
Un galopin de cuisine. Un marmiton, un tourneur de broche ; celui qui exerce les plus bas emplois dans une cuisine.

Delvau, 1866 : s. m. Apprenti, — dans l’argot des ouvriers. Mauvais sujet, — dans l’argot des bourgeois. Impertinent, — dans l’argot des petites dames.

Rigaud, 1881 : Apprenti, terme d’amitié dont se servent les ouvriers pour stimuler le zèle de l’apprenti.

Fustier, 1889 : Petit verre de bière.

France, 1894 : Polisson, apprenti. Primitivement c’est le petit garçon qui fait des commissions, qui galope. On donnait autrefois le nom de galopin aux chirurgiens sous-aides-majors des régiments. S’emploie au féminin pour désigner une fillette vive, éveillée et pas bégueule.

Voilà de singuliers arguments à donner, et vous n’y pensez pas, méchante galopine ! Un pied de nez vous me faites ? Et vos lèvres de cerises me tendent une moue à baiser. Pour que je vous pardonne, n’est-ce pas ? Eh bien ! soit, mignonne, car la morale que je vous prêchais, elle m’est odieuse. Et vous seule avez raison, coureuse d’aventures, amoureuse des hasards, immortelle et délicieuse petite Brin-de-Mai !

(Jean Richepin)

France, 1894 : Petit verre de bière que l’on sert aux gens qui viennent dans un café, on un café chantant, non pour consommer, mais four simplement s’asseoir, écouter ou causer avec un camarade. Le galopin se paie aussi cher que le bock ordinaire. Chez Bruant, on sert à l’usage du patron maints galopins. Galopin est aussi une petite mesure de vin, environ un demi-setier.

Galopin (petit)

Rigaud, 1881 : Petite chope de bière. Le galopin se vend quinze ou vingt centimes.

Galoubet

Delvau, 1866 : s. m. Voix, — dans l’argot des coulisses. Avoir du galoubet. Avoir une belle voix. Donner du galoubet. Chanter.

Rigaud, 1881 : Voix. — Avoir un bon galoubet, avoir une belle voix. — Galoubet fêlé, voix fausse, éraillée.

La Rue, 1894 : Voix.

France, 1894 : Voix. Avoir du galoubet, posséder une belle voix ; donner du galoubet, chanter.

— En scène, les fées ! Attaquons vivement le chœur d’entrée. Du galoubet et de l’ensemble.

(Paul Mahalin)

Galoubet (en avoir)

Virmaître, 1894 : Posséder une belle voix ou crier bien fort. On dit d’un chanteur émérite :
— Il a un rude galoubet.

Galoubet (nettoyer son)

Merlin, 1888 : Boire un coup.

Galouser

Halbert, 1849 : Chanter.

France, 1894 : Chanter.

Galtos

Rigaud, 1881 : Gamelle, — dans l’argot des marins. Passer à galtos, manger à la gamelle.

Galtouze

Merlin, 1888 : (?) Gamelle.

La Rue, 1894 : Argent.

Virmaître, 1894 : Argent (Argot du peuple). V. Aubert.

France, 1894 : Argent ; corruption de galletausse, gamelle. Quand on a de l’argent, on a droit à la gamelle ; d’où argent, gamelle, galette sont devenus synonymes.

Rossignol, 1901 : Argent.

Hayard, 1907 : Argent, et aussi gamelle (en prison).

Galtron

Halbert, 1849 : Poulain.

Rigaud, 1881 : Petit cheval, — dans l’ancien argot.

France, 1894 : Poulain.

Galuche

Delvau, 1866 : s. m. Galon, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Galon. — Galucher, galonner.

France, 1894 : Galon.

Galuché

La Rue, 1894 : Galouné.

Galucher

Larchey, 1865 : Galonner. — Corruption de mot. — V. Tirant.

J’li ferai porter fontange et souliers galuchés.

Vidocq.

Delvau, 1866 : v. a. Galonner.

France, 1894 : Galonner.

Galuchet

Larchey, 1865 : Valet de cartes. — Allusion aux galons de sa livrée.

Cinq atouts par le monarque son épouse et le galuchet.

Montépin.

Qu’est-ce que c’est que ça, galuchet ? — C’est le valet.

Méry.

Delvau, 1866 : s. m. Valet, — dans l’argot des voyous.

Rigaud, 1881 : Valet d’un jeu de cartes.

Je dormais jusqu’à cinq heures du soir et je voyais flotter sur mon traversin la grande ombre de Galuchet.

(Ed. About, Trente et Quarante.)

La Rue, 1894 : Valet.

France, 1894 : Valet ; allusion au galon de la livrée.

Galupe

Rigaud, 1881 : Femme, — dans le jargon des voyous ; c’est-à-dire peau à gale.

Fustier, 1889 : Femme, fille de mauvaise vie.

Les galup’s qu’a des ducatons
Nous rincent la dent.

(Richepin)

France, 1894 : Fille de mauvaise vie ; corruption de gaupe, par l’interpolation de l.

— V’là qu’en plein mitant de l’hiver, cette galupe se ramène avec une grossesse. Comprenez-vous ça, vous ? À son âge, s’faire faire un éfant ! On l’avait mise femme de chambre chez de grosses gens, à la ville. Une fille, quand c’est gentil et que ça va sur ses dix-neuf, ça fait son chemin, qu’on s’était dit. Ah ! sûrement quelle a fait du chemin, c’te salope-là ! Si seulement elle savait d’qui c’est, l’éfant. Mais y a l’vieux monsieur, y a l’fils, y a les domestiques, tout un tremblement dans cette fichue maison-là. Ah ! ben non, vrai, les gens ne sont pas délicats au jour d’aujourd’hui.

(Camille Lemonnier)

Les galup’s qu’a des ducatons
Nous rinc’nt la dent, nous les battons.

(Jean Richepin)

France, 1894 : Bateau plat servant au chargement et au déchargement des navires, dans le port de Bayonne.

Galupier

Fustier, 1889 : Qui entretient des galupes. (Richepin.)

France, 1894 : Coureur de galupes.

Le vieux galupier, ardent champion contre la licence des rues et membre de plusieurs sociétés pour l’extirpation du vice, entretenait une maîtresse toute jeune, petit trottin vicieux, qu’il avait acheté à sa tante lorsqu’elle comptait à peine quatorze ans.

(Les Propos du Commandeur)

Galure

Rigaud, 1881 : Chapeau haute forme, par abréviation de galurin, — dans le jargon des ouvriers. — Qui s’est assis sur mon galure ? Qui s’est trouvé mal sur mon galure ?

France, 1894 : Chapeau. Abréviation de galurin.

J’arrive à l’audience bien pomponnée, MM. les avocats sont d’ailleurs très gentils avec moi. Mais, mon Dieu ! qu’ils sont donc cocasses avec leurs manches pagodes et leur galure !

(Gil Blas)

Galure ou Galurin

Rossignol, 1901 : Chapeau.

Galurin

Delvau, 1866 : s. m. Chapeau. Ce mot ne viendrait-il pas, par hasard, du latin galea, casque, ou plutôt de galerum, chapeau ?

Rigaud, 1881 : Chapeau.

Vous mettez votre galurin ?

(Huysmans, les Sœurs Vatard.)

La Rue, 1894 : Chapeau.

Virmaître, 1894 : Chapeau. On dit quand il a une hauteur exagérée :
— Mince de galure (Argot du peuple). V. Bloum.

France, 1894 : Chapeau ; du bas latin galerum, chapeau.

Ton galurin, rougi par le soleil, détrempé par l’averse, ta cotte déchirée aux coudes, ton grimpant qui s’effrange, et tes godillots en gueule de poisson mort, crois-tu que ça ne trouble pas la digestion de tes exploiteurs ? tu les gênes : tu es un reproche vivant et permanent contre leur existence de jouisseurs. On va te coffrer.

(La Révolte)

La poussière et l’humidité l’ayant terni, il a été décidé qu’on ferait donner un coup de fer au vénéré couvre-chef. On confia la mission aux deux fils, qui portèrent le galurin, comme un vrai saint-sacrement, chez le chapelier du coin.

(Maurice Vaucaire)

Hayard, 1907 : Chapeau.

Galurin à viskop

France, 1894 : Chapeau à larges bords.

Galvains

France, 1894 : Nom donné autrefois par les élèves de l’École polytechnique à ceux d’entre eux qui sortaient dans le service télégraphique avant la réunion de ce service à celui des postes. Galvain est une altération du nom du célèbre physicien Galvani.

Galvaudage

Larchey, 1865 : Tripotage.

Surtout pas de galvaudage ni de chipoteries.

Balzac.

Se galvauder : Compromettre sa réputation.

Delvau, 1866 : s. m. Désordre, gaspillage de fortune et d’existence. Argot des bourgeois.

Rigaud, 1881 : Flânerie crapuleuse, dégradation morale. — Mauvaise fréquentation. Se livrer au galvaudage, s’encanailler de parti pris.

France, 1894 : Désordre, gaspillage, souillure.

M. Gigou. — Regarde le petit Gardon ; il est raisonnable, beaucoup de tenue. Seulement, il a su choisir une maîtresse dans un monde honorable, dans notre monde, une amie de sa sœur, qui ne l’affiche pas et qui ne lui coûte pas un sou.
Mme Gigou, — Ah ! oui… c’est ce qu’il faudrait à notre Georges, une femme mariée qui n’aurait pas beaucoup de liberté et qu’il ne verrait que de temps en temps. Ça le fatiguerait moins… Encore faudrait-il l’aider ; mais nous ne voyons personne, nous vivons comme des ours dans notre coin. Alors, ce garçon s’ennuie à la maison, il va n’importe où et rencontre n’importe qui.
M. Gigou. — Nous ne pouvons pas donner des bals pour coller notre fils comme on en donne pour marier sa fille !
Mme Gigou. — Mais, sans donner des bals, on peut donner des diners, des soirées. Ainsi font les Gardon, et c’est chez eux que leur fils a rencontré cette petite Mme du Tilleul, pour ne pas la nommer : on est sûr, de la sorte, qu’un enfant ne tombe pas dans le galvaudage avec des femmes de mauvaise compagnie.

(Maurice Donnay, Les Bons Parents)

Galvauder

d’Hautel, 1808 : Traiter quelqu’un avec hauteur ; le maltraiter de paroles, l’injurier.

Delvau, 1866 : v. a. Gâcher, gâter, dissiper.

France, 1894 : Salir, souiller, dissiper, gâcher ; du latin galbanum, sorte de casaque que portaient les esclaves.

Le romantisme, ou, si l’on veut, l’idéalisme, puisque les tartufes galvaudent ce terme, nous propose l’hypocrisie sous le couvert de l’illusion. Sa morale, qui est une politique au service des formes sociales rétrogrades, n’a que le souci de nous dérober au mépris de nous-mêmes.

(Joseph Caraguel)

Je ne parlerai que pour mémoire des fêteurs pratiques, qui sont enchantés qu’un camarade ou un inconnu les débarrasse d’une femme gênante, leur donne, comme on dit, barre sur elle, qui reprennent leurs anciennes habitudes, le jeu, la jolie petite camarade et le reste, et ne demandent à celle qui a désormais la bride sur le col que de ne pas trop galvauder leur nom, de ne pas faire de bruit inutile, de ne pas les obliger à endosser quelque fâcheuse grossesse. Ceux-là appartiennent au répertoire courant des vaudevilles grivois, et manquent de relief.

(Champaubert)

Galvauder (se)

Delvau, 1866 : Vivre dans le désordre ; ou seulement Hanter les endroits populaciers.

Rigaud, 1881 : S’encanailler à plaisir, se traîner moralement dans la boue.

France, 1894 : Vivre dans le désordre, fréquenter mauvaise compagnie, s’encanailler.

Exubérant de forces, d’ardeurs, de convoitises, comme brûlée par quelque flamme intérieure, telle qu’une errante qui découvre tout à coup la terre promise du haut d’une colline, qui s’élance avec des clameurs joyeuses, des regards luisants, des battements de cœur vers les paradis entrevus, elle n’eut que du dégoût, que de la répulsion pour l’homme fatigué, démoli, enfiévré dont elle était légalement la femme. Elle sentit sourdre en son corps les ferments originels, elle redevint « peuple », s’en donna à sa soif et à ses caprices, se galvauda, se prostitua.

(René Maizeroy)

Galvaudeuse

Rigaud, 1881 : Coureuse ; femme adonnée à la prostitution subalterne.

À côté de ce groupe bruyant de galvaudeuses, s’en forme un plus sérieux.

(F. d’Urville, Les Ordures de Paris.)

Galvaudeux

Delvau, 1866 : s. m. Fainéant, bambocheur. Argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Vagabond. — Mauvais sujet. — Homme de peine qu’on emploie tantôt à une besogne, tantôt à une autre.

Rigaud, 1881 : Individu qui se plaît dans la fréquentation de la crapule, celui qui s’encanaille par goût.

France, 1894 : Vagabond.

Gamahuché (être)

Delvau, 1864 : Se dit de l’un comme de l’autre sexe, la langue étant à la disposition de tous les deux.

Un vit, sur la place Vendôme,
Gamahuché par l’aquilon.

(Parnasse satyrique.)

Gamahucher le canal

Delvau, 1864 : Sucer un homme, aspirer la moelle qui coule dans son canal de l’urètre.

Si, comme la race canine,
Nous pouvions, sans gêne et sans mal,
Nous gamahucher le canal.

Dumoulin.

Gamahucher une femme

Delvau, 1864 : La faire jouir en jouant de la langue dans son con, au lieu d’y jouer de la pine. Un métier de chien !

Celle-là, sur son lit nonchalamment couchée,
Par un vieux Cupidon était gamahuchée.

L. Protat.

Gamahuter

Fustier, 1889 : Assassiner. Argot du peuple. Du nom de l’assassin Gamahut.

B… est venu gamahuter dans les bureaux du Cri du Peuple et il a été acquitté.

(Cri du Peuple, avril 1885.)

Gambade

d’Hautel, 1808 : Faire des gambades d’oreillers. Pour bailler fréquemment, ce qui dénote l’envie de dormir.
Faire ses gambades. Danser follement ; faire des singeries, des fredaines.

Gambader

d’Hautel, 1808 : Se réjouir, danser, cabrioler ; faire le fou ; se livrer à toutes les extravagances d’une jeunesse fougueuse.

Gambayer (se)

France, 1894 : Étendre les jambes ; vieux français.

Gambergement

Rossignol, 1901 : Truc. Combinaison qui se trouve dans les jeux de hasard où il n’y a rien a toucher ; le gambergement se fait de lui-même.

Gamberger

M.D., 1844 : Compter.

M.D., 1844 : Compter.

Gambette

Fustier, 1889 : Jambe. Jouer des gambettes, fuir.

France, 1894 : Jambe ; de l’italien gambetta, petite jambe.

Dans un bal d’artist’s un bonhomme
De la ligu’ du pèr’ la Pudeur
S’était glissé pour voir, en somme,
Les dames décoll’tées jusqu’au cœur.
Le reconnaissant, un’ brunette
En déshabillé suggestif
Lui dit, tout en l’vant la gambette
Juste à la hauteur de son pif…

(Muffat et Desmarets)

Gambette de bois

France, 1894 : Béquille.

Gambettes

Virmaître, 1894 : Jambes.
— Elle est bien molletonnée (montée en gambettes) (Argot du peuple). V. Brancards.

Rossignol, 1901 : Les jambes.

Hayard, 1907 : Jambes.

Gambettiste

Rigaud, 1881 : Partisan de la politique de M. Gambetta ; admirateur de M. Gambetta. — Fonctionnaire nommé par M. Gambetta, à l’époque de la guerre de 1870-71. — Préfet, général gambettiste.

France, 1894 : Partisan de Gambetta, ou fonctionnaire nommé par Gambetta.
Des buveurs de bocks, des braillards de brasserie du quartier Latin furent bombardés sous-préfets, préfets, officiers supérieurs d’état-major et devinrent d’enragés gambettistes.

Gambi

France, 1894 : Estropié d’une jambe, boiteux ; du patois bourguignon.

Gambie

France, 1894 : Boiteuse.

J’ai ouï dire par mon professeur d’histoire que c’est par la façon dont cette gambie (Mlle de la Vallière) remuait en marchant la croupe, qu’elle excita le furieux amour de Louis XIV.

(Les Propos du Commandeur)

Gambier

Fustier, 1889 : Pipe en terre. Du nom du fabricant.

France, 1894 : Pipe en terre du nom du fabricant.

Gambillade

France, 1894 : Danse.

Après la gambillade
Se filant sur l’estrade
D’esbrouf je l’estourbis.

Gambillard

Delvau, 1866 : adj. et s. Homme alerte qu’on rencontre toujours marchant.

Rigaud, 1881 : Bon marcheur.

France, 1894 : Homme alerte ; chanteur qui danse.

Le vicomte. — Prête-moi les cinquante mille francs dont j’ai besoin, et je me voue à l’industrie, je me régénère par la machine à bon marché. Sans cela, je débute dans huit jours chez Lisbonne, je débute dans le genre gambillard !
Le comte. — Qu’est-ce que c’est ?
Le vicomte. — Ça veut dire que je chanterai en dansant, ou que je danserai en chantant, si tu aimes mieux. C’est ce qu’on appelle le genre gambillard !
Le comte. — Comme Paulus !

(Maurice Donnay)

Gambille

Rigaud, 1881 : Jambe.

La Rue, 1894 : Jambe. Gambiller, sauter, danser. Gambillade, cancan, danse.

France, 1894 : Jambe ; vieux français encore usité dans les campagnes du nord-est.

Gambiller

d’Hautel, 1808 : Remuer les jambes ; se démener, se trémousser.

M.D., 1844 : Danser.

Larchey, 1865 : Danser. — Mot de langue romane. V. Roquefort. — Tout récemment une danseuse du Casino portait le sobriquet de Gambilmuche. V. Coquer. — Gambille : Jambe. Diminutif du vieux mot gambe.

Delvau, 1866 : v. n. Danser, remuer les jambes. Il est tout simple qu’on dise gambiller, la première forme de jambe ayant été gambe.

Si souslevas ton train
Et ton peliçon ermin,
Ta cemisse de blan lin,
Tant que ta gambete vitz.

dit le roman d’Aucassin et Nicolette.

Rigaud, 1881 : Danser ; sauter. — Gambilleur, gambilleuse, danseur, danseuse. — Gambilleur, gambilleuse de tourtouse, danseur, danseuse de corde.

Virmaître, 1894 : Danser. Mot à mot : faire marcher ses gambettes (Argot du peuple).

France, 1894 : Danser, courir ; jouer des jambes ; du vieux français gambille, diminutif de gambe, latin gamba.

Le vertige noir les invite
À gambiller sur le chemin.
Les fous vont vite, vite, vite !…
Sait-on qui sera fou demain ?

(Émile Bergerat)

Houp ! la Mort au nez ridicule
Les fait sauter comme des chats ;
Tout ça gambille, gesticule,
Dans de suprêmes entrechats.

(Jean Richepin)

Aussitôt Phrasie et Dédèle, qui, entre deux contredanses au bastringue, étaient venues se faire régaler de grenadine par leurs amants, deux clampins plus jeunes qu’elles, se mirent à gambiller sous la table.ve :

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Rossignol, 1901 : Danser.

Gambilles

Delvau, 1866 : s. f. pl. Jambes.

Rossignol, 1901 : Jambes.

Gambilleur

Delvau, 1866 : s. m. Danseur, — dans l’argot des voleurs qui, comme de simples vaudevillistes, prennent le bien des autres où ils le trouvent. Gambilleur de tourtouse. Danseur de corde.

Rigaud, 1881 : Bourreau.

L’même gambilleur qui t’a marqué sur l’épaule gauche t’a bien marqué.

(Le nouveau Vadé, 1824.)

Rigaud, 1881 : Homme politique qui saute en l’honneur de tous les régimes, pourvu qu’il y trouve quelque avantage.

Virmaître, 1894 : Danseur (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Danseur.

Gambilleur de tourtouse

Virmaître, 1894 : Danseur de corde. Gambiller, danser, tortouse, corde. Cette expression servait autrefois à désigner la corde employée par le bourreau pour expédier ses clients dans l’autre monde. L’image est juste, le condamné gambille au bout de la tourtouse (Argot des voleurs).

Gambilleur, gambilleuse

France, 1894 : Coureur et coureuse de bals. Gambilleur de tourtouse, danseur de corde.

Gambriade

Delvau, 1866 : s. f. La danse, et principalement le Cancan.

Rigaud, 1881 : Danse échevelée.

France, 1894 : Danse.

France, 1894 : Dame élégante. D’après Lorédan Larchey, gambriade doit être une déformation de combriade et dérivé de combrieu, chapeau ; mot à mot : femme à chapeau, femme bien mise. On se rappelle qu’autrefois les bourgeoises seules se permettaient le chapeau.

Game

Halbert, 1849 : Rage.

France, 1894 : Hydrophobie. En terme de vétérinaire, c’est le goitre des moutons.

Gamelage

Rigaud, 1881 : Dénonciation, — dans le jargon des voleurs. — Gameler, dénoncer. C’est une forme nouvelle de l’ancien et classique manger le morceau : gameler, c’est-à-dire manger dans la gamelle.

Gameler

La Rue, 1894 : Quitter. Dénoncer. On dit aussi attacher une gamelle, un bidon.

France, 1894 : Dénoncer, c’est-à-dire figurativement attacher une gamelle, comme on fait aux chiens.

Gamelle

Rigaud, 1881 : Auge de maçon.

Gamelle (attacher une)

France, 1894 : Abandonner, lâcher une maîtresse sans la prévenir.

Gamelle (en attacher une)

Virmaître, 1894 : Quitter une femme avec laquelle on est collé, sans la prévenir. Rendre son tablier sans faire ses huit jours (Argot du peuple).

Gamelle (ramasser une)

Fustier, 1889 : Argot militaire. Tomber.

Gamelle (s’attacher une)

Hayard, 1907 : S’enfuir.

Gamelle (tremper une)

Rigaud, 1881 : Synonyme de tremper une soupe, — dans le jargon des ouvriers ; c’est-à-dire porter des coups, assommer de coups. — Dans le jargon des voleurs, l’expression n’est qu’une variante de gameler et a également le sens de dénoncer.

Gamelle aux amours

France, 1894 : Maîtresse de souteneur.

Gameller

Rossignol, 1901 : Quitter quelqu’un, c’est le gameller.

Gameller (se)

Hayard, 1907 : Même sens : s’enfuir.

Gamelles

Virmaître, 1894 : Seins. Les troupiers, dans les jardins publics, se placent de préférence sur les bancs, à côté des nourrices qui allaitent leurs nourrissons. Ils se pourlèchent les lèvres à la vue des nichons blancs et volumineux.
— Mademoiselle, en voilà un heureux gaillard de manger à une pareille gamelle.
Quand il y en a pour un, il y en a pour deusse.
Le camarade se penche : « Il y en aurait bien pour troisse » (Argot des troupiers). N.

France, 1894 : Seins de nourrice

Gamelliste

France, 1894 : Sobriquet donné aux royalistes depuis l’emprisonnement du fils aîné du comte de Paris, devenu prétendant, et appelé le prince Gamelle. On sait qu’il était venu en France sous prétexte de faire son service militaire et de partager la gamelle du soldat.

Gamet

Delvau, 1866 : s. m. Raisin des environs de Paris avec lequel on fait de la piquette. Argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Raisin des environs de Paris, raisin qui sert à faire le ginglard.

France, 1894 : Mauvais raisin avec lequel on fait de la piquette.

Gamin

Delvau, 1866 : s. m. Enfant qui croit comme du chiendent entre les pavés du sol parisien, et qui est destiné à peupler les ateliers ou les prisons, selon qu’il tourne bien ou mal une fois arrivé à la Patte d’Oie de la vie, à l’âge où les passions le sollicitent le plus et où il se demande s’il ne vaut pas mieux vivre mollement sur un lit de fange, avec le bagne en perspective, que de vivre honnêtement sur un lit de misères et de souffrances de toutes, sortes.
Ce mot, né à Paris et spécial aux Parisiens des faubourgs, a commencé à s’introduire dans notre langue sous la Restauration, et peut-être même un peu auparavant, — bien que Victor Hugo prétende l’avoir employé le premier dans Claude Gueux, c’est-à-dire en 1834.

Delvau, 1866 : s. m. Homme trop impertinent, — dans l’argot des petites dames, qui ne pardonnent les impertinences qu’aux hommes qui en ont les moyens.

Gamin (faire le)

Delvau, 1864 : Quand une femme a bien fait la patte d’araignée, collé un joli bécot sus le bout du vit d’un homme, quand, enfin, elle a usé de toutes les gamineries capables de le faire bander, elle n’a plus qu’à s’enfourcher sur la glorieux priape façonné par elle, — pour elle. — Alors : Hue ! dada !… notre gamin allant au trot, puis au galop : patatrot, patatrot ! — comme s’il sautait sur les genoux de son grand-père, — se bourre le vagin à sa fantaisie, jusqu’à ce que plaisir s’ensuivant, le cavalier tombe épuisé sur sa monture. — C’est du nanan ! — Voir le Tire-bouchon américain.

Gamin, gamine

France, 1894 : Enfant. Ce mot, dont l’étymologie est inconnue, n’est guère employé que depuis un siècle et désignait autrefois les petits déguenillés qui courent les rues de Paris.
« Paris a un enfant et la forêt a un oiseau ; l’oiseau s’appelle le moineau ; l’enfant s’appelle le gamin… Il n’a pas de chemise sur le corps, pas de souliers aux pieds, pas de toit sur la tête ; il est comme les mouches du ciel qui n’ont rien de tout cela. Il a de sept à treize ans, vit par bandes, bat le pavé, loge en plein air… culotte les pipes, jure comme un damné, hante le cabaret, connait les voleurs, tutoie les filles, parle argot, chante des chansons obscènes, et n’a rien de mauvais dans le cœur » — du moins c’est Victor Hugo qui le dit dans les Misérables en ajoutant qu’il a dans l’âme « une perle, l’innocence ! »
Il est difficile de concilier l’innocence avec tout cela. « Tant que l’homme est enfant, Dieu veut qu’il soit innocent », affirme-t-il encore. Les gamins de son temps différaient fort de ceux du nôtre !
Le docteur Grégoire, dans son Dictionnaire humoristique, a peint en trois lignes, et plus fidèlement, le gamin de Paris : « L’esprit même, et l’incarnation de tous les vices. Un gibier de potence pour qui Gavroche a plaidé victorieusement les circonstances atténuantes. »

Gaminer

Delvau, 1866 : v. n. Faire le gamin ou des gamineries.

France, 1894 : Se livrer à des jeux ou à des plaisanteries d’enfant.

Gaminerie

Delvau, 1866 : s. f. Plaisanterie que font volontiers les grandes personnes à qui l’âge n’a pas apporté la sagesse et le tact. Faire des gamineries. Écrire ou faire des choses indignes d’un homme qui se respecte un peu.

France, 1894 : Acte puéril, malséant.

Gamme

d’Hautel, 1808 : Chanter la gamme. Gronder, réprimander, quereller, faire de vifs reproches.
Changer de gamme. Changer de ton, d’entretien, de conduite, de manière de vivre.
Mettre quelqu’un hors de gamme. Le mettre hors de lui-même ; le rendre confus, le troubler.

Delvau, 1866 : s. f. Correction paternelle, — dans l’argot du peuple. Faire chanter une gamme. — Châtier assez rudement pour faire crier. On dit aussi Monter une gamme.

France, 1894 : Admonestation, gronderie. Monter une gamme, gronder. Faire chanter une gamme, administrer une correction de façon à faire crier.

Avec dame Junon sa femme
Qui souvent lui chante la gamme.

(Scarron, Virgile travesti)

Gamme (monter une)

Larchey, 1865 : Gronder, tancer crescendo.

Rigaud, 1881 : Administrer une correction à un enfant jusqu’à ce qu’il crie. — Les gosses gueulent à la tortore. — Monte-z’y leur une gamme et qu’ils nous f… la paix : — Les enfants demandent à manger. — Bats-les et qu’ils nous laissent tranquilles. (Fragment d’une conversation faubourienne prise sur le vif.) Gamme signifiait, au XVIIe siècle, réprimande, récrimination, comme le prouvent les exemples suivants :

Je m’en vais le trouver et lui chanter sa gamme.

(Molière.)

Avec dame Junon, sa femme,
Qui souvent lui chante la gamme.

(Scarron.)

Gammer

France, 1894 : Manger ; terme de marine dont le passage suivant donne l’explication :

Les capitaines s’invitent à dîner par signaux appropriés à ce langage : on hisse à la corne de brigantine un jambon, une dame-jeanne, ce qui veut dire : — Je puis vous recevoir ; — sinon, le pavillon en berne signifie : — J’ai du biscuit et de la viande salée à votre service ; invitez-moi, j’absorberais volontiers quelque repas meilleur. — On masque donc le grand hunier ; puis on gamme, selon l’expression consacrée, c’est dire que les uns vont visiter les autres.

(Te Goumi Niho-Touka, Les Baleiniers)

Gammifère

France, 1894 : Qui a la manie des gammes.

La campagne contre les bas-bleus est chétive ; dirigez vos coups, moralistes, contre les gammifères. Le Domisoldo, chant national, nous tue nos femmes et nos filles. Il est le fléau social. N’est-il pas sinistre de penser qu’à l’heure où vous lisez ces lignes, des millions de douces créatures font crouler la gamme inexorable et abrutissante sur les bruits enchanteurs de la nature et même sur les criailleries vivaces des marmots ?

(Émile Bergerat)

Ganache

d’Hautel, 1808 : Au propre, la mâchoire inférieure du cheval ; au figuré, perruque vieille et crasseuse.
On dit aussi, et fort injurieusement, d’un homme âgé et radotteur, qui a l’esprit lourd et pesant, c’est une vieille ganache.

Larchey, 1865 : « On dit d’un homme âgé et radoteur : C’est une vieille ganache. » — d’Hautel 1808. — Du vieux mot ganache : grosse mâchoire. V. ce mot.

Le père ganache ou le père dindon, ou bien encore le compère, c’est le nom d’un emploi dans lequel le père Brunet et Lepeintre jeune ont excellé. Ce type du vieillard imbécile et crédule est une création de Térence. On lui a donné le nom de ganache, à cause des efforts que fait la mâchoire pour articuler des sons.

Duflot.

Larchey, 1865 : Ennemi du progrès.

Il déblatérait contre les ganaches de la Chambre.

G. Sand.

Larchey, 1865 : Fauteuil de forme basse.

Puis s’étant blottie dans une ganache, elle tendit ses jambes.

Achard.

Delvau, 1866 : s. f. Homme qui ne sait rien faire ni rien dire ; mâchoire. Dans l’argot des gens de lettres, ce mot est synonyme de Classique, d’Académicien.

Montesquieu toujours rabâche,
Corneille est un vieux barbon ;
Voltaire est une ganache
Et Racine un polisson !

dit une épigramme du temps de la Restauration.
Père Ganache. Rôle de Cassandre, — dans l’argot des coulisses. On dit aussi Père Dindon.

France, 1894 : Vieil imbécile, radoteur.

Ce type du vieillard imbécile et crédule est une création de Térence. On lui a donné le nom de ganache à cause des efforts que fait la mâchoire pour articuler les sons.

(F. Duflot)

Montesquieu toujours rabâche,
Corneille est un vieux barbon,
Voltaire est une ganache
Et Racine un polisson.

(Chant des Hugolâtres)

France, 1894 : Fauteuil de forme basse, commode pour les vieillards.

Ganacherie

France, 1894 : Imbécillité, préjugé, radotage de vieillard.

Implorer le ciel ? demander au nommé Dieu du courage et des forces ? Il y avait belle lurette qu’elle avait jeté par-dessus bord toutes ces ganacheries, et qu’en vraie fille de son siècle, elle ne croyait plus qu’à la raison, à la science, à l’indéfectible progrès !

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Ganaderia

France, 1894 : Assemblage de taureaux ou de vaches destinés aux courses. Mot espagnol.

Il y a demain course de novillas à la Plaza, quatro bravas vacas a estocado et quatro vacas in puntas, et l’auberge où l’on musique est celle où sont descendus les bouviers andalous et meneurs de ces vaches, toute la racaille en larges sombreros poussiéreux de la ganaderia qui a fourni le bétail à l’abattoir de demain.

(Jean Lorrain)

Ganaler

un détenu, 1846 : Chanter dans les rues.

Gance

anon., 1827 : Clique.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Bande, société, clique.

Bras-de-Fer, 1829 : Clique.

Halbert, 1849 : Clique.

Delvau, 1866 : s. f. Clique, bande, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Société nombreuse et mal choisie.

La Rue, 1894 : Société de gens tarés.

Virmaître, 1894 : Bande. Association de malfaiteurs (Argot des voleurs).

France, 1894 : Bande de voyous, association de malfaiteurs. Germanisme.

Gandille

Rigaud, 1881 : Épée, — dans l’ancien argot.

Gandin

Delvau, 1864 : Imbécile bien mis qui paie les filles pour qu’elles se moquent de lui avec leurs amants de cœur. Il reste une consolation aux gandins qui grappillent dans les vignes amoureuses après ces maraudeurs de la première heure, c’est de se dire :

Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse !

A. Delvau.

Nous soupions au sortir du bal. Quelques gandins,
Portant des favoris découpés en jardin,
Faisaient assaut d’esprit avec des femmes rousses.

Th. De Banville.

Larchey, 1865 : Dandy ridicule. Du nom d’un personnage de vaudeville.

L’œillet rouge à la boutonnière, Les cheveux soigneusement ramenés sur les tempes comme deux gâteaux de pommade, le faux-col, les entournures, le regard, les favoris, le menton, les bottes ; tout en lui indiquait le parfait gandin, tout, jusqu’à son mouchoir fortement imprégné d’essence d’idiotisme.

Figaro, 1858.

Delvau, 1866 : s. m. Oisif riche qui passe son temps à se ruiner pour des drôlesses, — et qui n’y passe pas beaucoup de temps, ces demoiselles ayant un appétit d’enfer. Le mot n’a qu’une dizaine d’années. Je ne sais plus qui l’a créé. Peut-être est-il né tout seul, par allusion aux gants luxueux que ces messieurs donnent à ces demoiselles, ou au boulevard de Gand (des Italiens) sur lequel ils promènent leur oisiveté. On a dit gant-jaune précédemment.

Delvau, 1866 : s. m. Coup monté ou à monter, — dans l’argot des voleurs. Hisser un gandin à quelqu’un. Tromper.

Delvau, 1866 : s. m. Amorce, paroles fallaces, — dans l’argot des marchandes du Temple. Monter un gandin. Raccrocher une pratique, forcer un passant à entrer pour acheter.

Rigaud, 1881 : Duperie, attrape-nigaud. Hisser un gandin à un gonse, tromper un individu. — Monter un gandin, — dans le jargon des revendeurs du Temple, signifie chauffer l’article, harceler le client pour lui faire acheter quelque chose.

Rigaud, 1881 : Dandy dégénéré. Homme à la mise recherchée, prétentieuse et ridicule. D’où vient-il ? Est-ce de gant ? Est-ce de l’ancien boulevard de Gand ? Est-ce du nom d’un des personnages — Paul Gandin — des Parisiens de la Décadence, de Th. Barrière ? Est-ce de gandin, attrape-nigaud, en retournant la signification : nigaud attrapé ? Est-ce de dandy, avec changement du D en G, addition d’un N et réintégration de l’Y en I ? Je ne sais. — Le gandin s’éteignit en 1867, en laissant sa succession au petit-crevé qui creva en 1873, en léguant son héritage au gommeux, qui le léguera à un autre, et ainsi de suite jusqu’à la consommation des siècles.

Rigaud, 1881 : Fort, — dans le jargon des barrières. Il est rien gandin.

Fustier, 1889 : Honnête, convenable, gentil. Argot du peuple.

Autrefois on avait deux sous de remise par douzaine. À présent, on les prend (des pièces de cuivre) chez Touchin. Il ne donne rien, ce muffle-là. Vrai ! c’est pas gandin !

(Fournière : Sans métier.)

La Rue, 1894 : Duperie. Coup monté. Riche oisif.

France, 1894 : Riche oisif, jeune fainéant dont le père a travaillé sa vie durant pour qu’il passe la sienne à ne rien faire, parasite social. C’est le successeur et l’imitateur des lions du temps de Louis-Philippe, qui succédèrent eux-mêmes aux dandys et aux fashionables de la Restauration, aux beaux de l’empire, engendrés par les incroyables et les muscadins du Directoire, fils des petits maîtres de la fin du règne de Louis XV, descendants des talons rouges et des roués de la Régence, neveux des marquis de Louis XIV. Le nom de gandin parait pour la première fois en 1854 dans une pièce de Théodore Barrière, Les Parisiens, porté par un élégant ridicule, mais il ne se répandit guère dans le publie avant 1858. Gandin vient-il du boulevard de Gand, devenu le boulevard des Italiens et qui était la promenade habituelle des jeunes et riches oisifs, ou, suivant quelques étymologistes, du patois beauceron gandin, dont les éleveurs de la Beauce désignent le jeune mouton ? La bêtise, la simplicité, la passivité du mouton adolescent qui suit pas à pas celui qui le précède, et les instincts moutonniers, l’épaisse imbécillité de ces jeunes abrutis qui se copient tous en habits, en langage et en gestes offrent quelque créance à la seconde version. Cependant le public parisien ignore le patois de la Beauce, gandin adolescent mouton est inconnu sur le boulevard, et pour cette raison nous nous en rapporterons à la première.

Cigare aux dents, lorgnon dans l’œil,
Chaussé par Fabre, habillé par Chevreuil,
Un de ces élégants dont l’esprit reste en friche,
Nommés gandins hier, cocodès aujourd’hui,
Et qui nonchalamment promènent leur ennui
Depuis la Maison d’Or jusques au Café Riche…

(J.-B. de Mirambeaux)

Adieu, gandins infects, drôlesses éhontées, vous tous, abrutis qui, depuis ma majorité, n’avez cessé de jeter un froid dans mon existence. Je vous lâche !

C’était à l’Ambigu, la jeune X… des Folies Dramatiques se pavanait dans une avant-scène en compagnie de plusieurs crétins, tous gandins, et plus bêtes les uns que les autres, par conséquent.

(Léon Rossignol, Lettres d’un Mauvais jeune homme à sa Nini)

On l’emploie adjectivement dans le sens de beau, élégant.

— Il est pourtant gandin, mon panier, insiste le gitane avec le plus pur accent du faubourg Antoine ; étrennez-moi, Monsieur, ça vaut une thune et à deux balles je vous le laisse.

(Jean Lorrain)

Gandin (monter un)

France, 1894 : Tromper ; du vieux français gande, tromperie, qui existe encore dans le Midi sous le nom de ganda et dans le Berry sous celui de gandoise.

Gandin d’altèque

Larchey, 1865 : Croix, décoration (Vidocq).

Delvau, 1866 : s. m. Décoration honorifique quelconque, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Décoration honorifique ; ruban de décoration. Gandin pour gaudin, jeu de mots argotiques, par à peu près. Gaudin veut dire peinture décorative, décoration d’appartements.

Virmaître, 1894 : Homme décoré d’un ruban quelconque. Homme portant une particule (Argot du peuple).

France, 1894 : Homme orné d’une décoration à la boutonnière.

Gandin, battre un gandin

Clémens, 1840 : Croix d’honneur, faire semblant d’être occupé.

Gandine

Delvau, 1866 : s. f. La femelle du gandin, — un triste mâle et une triste femelle.

France, 1894 : Féminin de gandin, sobriquet donné aux belles-petites d’alors.

Gandiné

France, 1894 : Décoré.

Gandinerie

Delvau, 1866 : s. f. Actions, habitudes de gandin. Peu usité.

Gandinerie, gandinisme

Larchey, 1865 : Genre du gandin.

La population du quartier latin aspira à la gandinerie, elle n’eut plus qu’un but, le luxe.

Le Passé de ces Dames, 1860.

Le gandinisme, c’est le ridicule dans la sottise.

G. Naquet.

France, 1894 : État de crétinisme du gandin.

Alors, le clerc, le cœur plein de joie, remerciait la bienveillante grande dame et se retirait dans sa petite chambre, où les cœurs les plus durs eussent été touchés, en voyant les efforts inutiles qu’il faisait devant sa glace pour donner un tour galant à sa chevelure et un air de gandinisme à sa démarche.

(Jules Noriac, La Bétise humaine)

Gandisme, gandinisme

Rigaud, 1881 : Manière d’être du gandin. Art d’élever la toilette à la hauteur d’une institution. C’est dandisme avec changement de la première lettre. Dandysme pourrait bien être la véritable étymologie.

Gandouse

Rigaud, 1881 : Pour gadoue. Boue et même excréments humains.

Tous les gêneurs qui f… de la gandouse sur la route de Marianne.

(Le Titi, 1879.)

France, 1894 : Boue ; corruption de gadoue.

Gane

France, 1894 : Abréviations de ganelon, traître.

Ganelon

France, 1894 : Traître, conseiller de Charlemagne, celui qui livra l’arrière-garde dans les défilés de Roncevaux et causa le désastre.

Roncevaux… Roncevaux… toute l’épopée de Charlemagne, empereur à la barbe fleurie, de Roland s’essoufflant à sonner éperdument du cor dans la gorge fameuse, les Sarrasins massés aux crêtes des rochers, au-dessus du ravin, et la traitrise de Ganelon, et les adieux d’Olivier à Roland, et les suprêmes paroles de l’archevêque Turpin ; toute la poésie du moyen âge chevaleresque et chrétien.

(Jean Lorrain)

Ganelonnerie

France, 1894 : Traîtrise.

Ganivet (pour canivet)

France, 1894 : Petit couteau. Vieux mot.

Gannaliser

France, 1894 : Embaumer un cadavre d’après le procédé du chimiste Gannal.

Gannir

France, 1894 : Crier à la façon du renard.

Gant

d’Hautel, 1808 : Ne faut-il pas mettre des gants ou des mitaines pour lui parler. Se dit lorsqu’on a adressé quelques paroles dures et désobligeantes à quelqu’un, et qu’on vous en fait reproche.

d’Hautel, 1808 : Souple comme un gant. Signifie doux, humble, que l’on manie comme on veut.
Il n’en aura pas les gants. Signifie, il n’en tirera pas vanité ; il n’en aura pas les prémices ; il ne s’attribuera pas la gloire de cette action.

Gant jaune

Larchey, 1865 : « Il n’y a plus que deux classes d’hommes en France… ceux qui portent des gants jaunes et ceux qui n’en portent pas. Quand on dit d’un homme qu’il porte des gants jaunes, qu’on l’appelle un gant jaune, c’est une manière concise de dire un homme comme il faut. C’est en effet tout ce qu’on exige pour qu’un homme soit réputé comme il faut. » — Alph. Karr, 1841.

Rigaud, 1881 : Fashionable de 1840.

France, 1894 : Homme distingué, monsieur chic, celui qui tente les filles. C’était, sous Louis-Philippe, le suprême bon ton de porter des gants jaunes.

Mais voici que, tout à coup, ce jeune homme métamorphose ses mœurs et amende la coupe de ses habits : il devient gant jaune, casse intrépidement l’angle de son faux col et se permet à la boutonnière l’œillet rouge républicain.

(Arnould Frémy)

Ganter

Delvau, 1866 : v. a. et n. Convenir, agréer, — dans l’argot des bourgeois.

Delvau, 1866 : v. n. Payer plus ou moins généreusement, — dans l’argot des filles. Ganter 5 ½. N’être pas généreux. Ganter 8 ½. Avoir la main large et pleine.

Rigaud, 1881 : S’adapter à, en parlant d’un vêtement. Cette robe la gante. — Convenir : Cette femme le gante. — Ganter juste, être avare ; ganter large, être généreux, — dans le jargon des demoiselles entretenues.

La Rue, 1894 : Convenir. Payer les faveurs d’une fille.

Virmaître, 1894 : Il ou elle me gante. Synonyme de chausse.
— Cet homme me gante, il a une rude pointure.
Pas d’explications superflues (Argot des filles).

France, 1894 : Convenir, Cela me gante, c’est-à-dire cela me va comme un gant. Même sens que botter. Dans l’argot des filles, ganter signifie posséder des qualités extrêmement viriles.

France, 1894 : Payer une fille.
Ganter cinq et demi, n’être pas généreux. Ganter huit et demi, avoir la main large et pleine.

(A. Delvau)

Gantière

Fustier, 1889 : « En langage parisien, ce mot est un pavillon qui couvre certain commerce où il ne se débite pas que de la peau de chien ou de la peau de chevreau. »

(Voltaire.)

Gants

Delvau, 1864 : Ce qu’on donne aux femmes galantes comme supplément au prix convenu pour les baiser, qu’elles vous demandent avant de vous ouvrir leurs cuisses et qu’il est prudent de ne leur donner qu’après avoir joui — si elles vous ont fait jouir. Ce sont nos anciennes épingles, la drinkgeld des Flamands, le paraguantes des Espagnols et la buena mancia des Italiens — à propos de laquelle on pourrait dire, avec Rabelais, que ces sortes de femmes aiment mieux la manche que le bras.

Leurs vêtements sont élégants,
Mais toujours quelque chose y cloche :
Dans leur bourse elles ont leurs gants,
Et leur corset est dans leur poche.

A. Delvau.

Employé dans un sens obscène pour désigner la virginité.
Elle fit toutes les grimaces que ses parents lui avaient dit de faire, pour lui faire croire qu’il en avait eu les gants.

(La France galante.)

Mainte fille a perdu ses gants.

La Fontaine.

Je puis donc m’attendre, dit Potiron, que si j’épouse cette demoiselle, je n’en aurai pas les gants.

Voisenon.

Delvau, 1866 : s. m. pl. Les deux sous du garçon des filles, — avec cette différence que les sous du premier sont en cuivre et les sous des secondes en argent, et même en or. Ce sont nos anciennes épingles, la drinkgeld des Flamands, le paraguantes des Espagnols et la buona mancia des Italiens.

Rigaud, 1881 : Pourboire donné à ces dames ; le pourboire de la prostitution.

On donne ce qu’on veut à la femme pour ses gants.

(F. d’Urville, Les Ordures de Paris, 1874.)

France, 1894 : Gratification donnée à une fille en dehors du prix convenu. Cette expression était autrefois prise dans le sens de pourboire. Elle vient de l’espagnol paraguante.

Ces cadeaux particuliers d’argent que les clients laissent aux prostituées à titre de gratitude, comme un pourboire à un cocher, s’appellent « des gants ». Les filles se disent entre elles en parlant de cette générosité : « J’ai reçu tant pour mes gants. » C’est le seul et unique produit qu’elles retirent de leur prostitution ; mais il n’est sorte de moyens qu’elles n’emploient pour l’obtenir ; quand elles sont rusées, qu’elles ont affaire à des jeunes gens ou à des hommes compatissants, elles parviennent à leur soutirer des sommes importantes.

(Léo Taxil, La Prostitution contemporaine)

Méfiez-vous des intrigants
Et surtout des femmes galantes
Qui vous demanderont des gants.

(A. Glatigny)

Rossignol, 1901 : Pourboire. Celui qui fait une mauvaise opération en est pour ses gants.

Gants (avoir les)

France, 1894 : Avoir le mérite d’une découverte, le bénéfice d’une affaire, la virginité d’un garçon ou d’une fille.

Gants (donner pour les)

Larchey, 1865 : Donner une gratification en sus du prix convenu — Expression dont l’usage est restreint au monde de la galanterie banale. Prise au dix-septième siècle dans l’acception générale de pourboire. Elle venait de l’espagnol paragante.

Et le luy rendoit moyennant tant de paragante.

Tallemant des Réaux.

Gants (pour mes)

Virmaître, 1894 : Pourboire sous quelque forme que ce soit. Cette expression, néanmoins, est plus généralement employée pour les filles qui réclament un supplément au prix convenu. Gant est synonyme d’épingle (Argot des filles).

Gants (se donner des)

France, 1894 : Se vanter, mot à mot : se donner à soi-même une gratification, mais elle diffère de celle donnée aux filles, en ce sens qu’on ne l’a pas méritée.

Gants de… (avoir les)

Delvau, 1866 : Avoir tout le mérite d’une découverte, tout l’honneur d’une affaire, etc. Se donner les gants de… Se vanter d’une chose qu’on n’a pas faite ; s’attribuer l’honneur d’une invention, le mérite d’une fine repartie, — en un mot, et il est de Génin, « s’offrir à soi-même un pourboire » gagné par un autre.

Ganymède

Delvau, 1864 : Ce que l’on nommait anciennement un giton et que les Parisiens appellent une tante.

Gap

La Rue, 1894 : Guet.

France, 1894 : Guet.

Garan

France, 1894 : Grue.

Garannier

France, 1894 : Giroflée jaune.

Garantisme

France, 1894 : État de garantie mutuelle qui, dans le système fouriériste, doit remplacer notre civilisation. C’est la sixième phase avant d’arriver à la complète harmonie. Ces phases, au nombre de huit, sont : l’édenisme, la sauvagerie, le patriarcat, la barbarie, la civilisation, le garantisme, le sociantisme, l’harmonie.

Garbure

France, 1894 : Soupe épaisse composée de choux hachés, de croûtes de pain et de lard salé que l’on sert dans le Midi ; de l’espagnol garbias, ragoût. On y met aussi, selon la saison, des haricots, des fèves et des pois.

Après nous être réconfortés avec la traditionnelle garbure, potage excellent du reste, surtout quand on a fait à jeun trois heures de chemin de fer, et avec le non moins traditionnel jambon de Bayonne couvert d’un grand nombre d’œufs, nous nous risquâmes à franchir sous un soleil équatorial le pont de l’Adour…

(J. Grison-Poncelet)

On dit aussi garburre.

Garçaille

France, 1894 : Petite garce, fillette. Provincialisme breton.

Vous connaissez tous la Fanchette
Que j’aimais avant d’embarquer ;
C’était ben la plus mignonnette
Des garçailles à reluquer
Entre la Vilaine et la Loire,
Verse à boire !
Entre Douarnenez et Redon,
Buvons donc !

(Théodore Rotrel)

Garce

d’Hautel, 1808 : Mot déshonnête et insultant que l’on ne donne qu’à une fille ou femme de mauvaise vie.

Delvau, 1864 : Mot qui, dans le vieux langage, a signifié fille pucelle, et qui, dans le langage moderne, signifie tout le contraire.

Car il n’aſſiert à garces diffamées,
User des droits de vierges bien famées.

Cl. Marot.

Allons, la garce, haut la quille !
Mon vit est crânement drissé.

A. Karr.

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme qui recherche volontiers la compagnie des hommes, — surtout quand ils sont riches. Un mot charmant de notre vieux langage, que l’usage a défloré et couvert de boue. Il n’y a plus aujourd’hui que les paysans qui osent dire d’une jeune fille chaste : « C’est une belle garce. » S’emploie fréquemment avec de, à propos des choses.

France, 1894 : Fille nubile ; féminin de gars, auquel l’imbécillité populaire a attribué un sens injurieux.

Le mâle est gars à quatorze ans, et la femelle est garce à douze.

(Montfaucon)

— Il me faut bien avouer que j’y fus garce au-delà même de tout ce qu’il est possible ! Il n’est amant que je ne me souvienne d’avoir trompé, soit que pour m’y résoudre celui-ci me donnât un écu, ou celui-là un nœud à mettre au chignon, ou un autre rien du tout, mais il avait de noires moustaches touffues sur de belles rouges lèvres !…

(Catulle Mendès, Le Journal)

— Oh ! pourtant je vous jure bien que je n’l’aurais pas pris si je n’l’avais pas aimé. Et puis, tu m’app’lais garce toujours… Voilà tout, que j’vous dis… J’aurais p’tê’te été autrement si on m’avait appris… Maintenant, quoi ?… j’suis perdue… vous m’maudissez… j’ai voulu être… un peu heureuse, moi, j’en avais bien le droit.

(L.-V. Meunier, Chair à plaisir)

Garcette

France, 1894 : Fillette qui approche de la nubilité.

Toutes ces petites apprenties, ces trottins, ces garcettes, déjà vicieuses autant que leurs frères, marlous où aspirants marlous, et en sachant aussi long qu’eux sur le vocabulaire d’amour…

(Les Propos du Commandeur)

Garçon

d’Hautel, 1808 : Se faire beau garçon. Locution équivoque qui signifie se mettre dans un état honteux, s’embarrasser dans de mauvaises affaires.

Delvau, 1866 : s. m. Voleur, — dans l’argot des prisons. Brave garçon. Bon voleur. Garçon de campagne. Voleur de grand chemin.

La Rue, 1894 : Voleur consommé.

Virmaître, 1894 : Les hôtes habituels des prisons appellent garçon un voleur. Le garçon de campagne est un voleur de grand chemin, qui a pour spécialité de dévaliser les garnaffes. V. ce mot (Argot des voleurs).

France, 1894 : Voleur, jeune gaillard solide et d’attaque, luron qui a fait ses preuves et sur qui les camarades peuvent compter. C’est l’ancienne signification de ce mot conservée dans le monde des voleurs ; au moyen âge, appeler quelqu’un garçon constituait une grosse injure. Dans ses Curiosités de l’étymologie, Charles Nisard cite ces deux exemples :

Icelui Pierre appellast le suppliant arlot, tacain, bouc, qui vault autant à dire en langaige du pays de par delà, garçon, truand, bastard.

(Lettres de rémission de 1411)

Et lui dit : Baille moi celle espée. — Non ferai, dit l’escuyer ; c’est l’épée du roy ; tu ne vaus pas que tu l’ayes, car tu n’es qu’un garson.

(Froissard)

Garçon avait aussi le sens de lenon, de pédéraste. Ce mot a suivi une évolution exactement contraire à celle de garce.

— Sûrement, j’ai la mort dans le cœur à penser que j’peux pas te contenter, que notre bonheur ne recommencera jamais et que bientôt, quand j’aurai un petit jardin sur le ventre, si tu viens m’appeler, je ne répondrai plus. Tout de même, il faut que tu m’obéisses et que tu vives, pour te souvenir de moi, pour dire aux amis, quand on parlera de moi : Orlando était un garçon !… Il a été trahi par des copailles, mais lui ne les a pas livrés.

(Hugues Le Roux, Les Larrons)

Rossignol, 1901 : Dans le monde des voleurs et rôdeurs de barrières, garçon veut dire homme sur qui on peut compter, incapable de faire une dénonciation. Garçon signifie aussi courageux ; celui qui fait le coup de poing à tout propos est un garçon.

Hayard, 1907 : Voleur franc, à qui ses pairs n’ont rien à reprocher ; (être) être refait.

Garçon à deux mains

Rigaud, 1881 : Garçon boucher qui travaille tantôt à l’abattoir, tantôt à l’étal. (Vinçard.)

Garçon d’accessoires

Delvau, 1866 : s. m. Employé chargé de la garde du magasin où sont renfermés les accessoires. Argot des coulisses. On dit aussi Accessoiriste.

Garçon de bidoche

France, 1894 : Garçon boucher.

Garçon de cambrouse

Larchey, 1865 : Voleur de campagne.

La cognade a gayet servait le trèpe pour laisser abouler une roulotte farguée d’un ratichon, de Charlot et de son larbin et d’un garçon de cambrouse que j’ai reconobré pour le petit Nantais.

Vidocq.

Au moyen âge, garson signifiait souvent vaurien. V. Roquefort.

Garçon de campagne

Bras-de-Fer, 1829 : Voleur de grand chemin.

Garçon de campagne ou de cambrousse

France, 1894 : Voleur de grand chemin, dévaliseur de maisons isolées.

Garçon, garçon de cambrouse

Rigaud, 1881 : Voleur, — dans le jargon des paysans des environs de Paris. — Garçon de campagne, voleur de grand chemin. — Brave garçon, bon voleur.

Garçonnaille

France, 1894 : Ramassis de polissons, de mauvais drôles.

Garçonner

Delvau, 1866 : v. n. Se plaire avec les petits garçons quand on est petite fille, et avec les jeunes hommes quand on est femme. Argot des hourgeois.

France, 1894 : Fréquenter les garçons.

Garçonnet

d’Hautel, 1808 : Diminutif de garçon.
Mon garçonnet. Nom que l’on donne par bienveillance à un petit garçon.

France, 1894 : Petit garçon.

Il est juste de confesser que les garçonnets sont toujours plus jeunes en esprit que les fillettes.

(George Sand)

Garçonnière

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris. Fille qui a des mœurs irrégulières, et qui aime à fréquenter les garçons.

Delvau, 1866 : adj. et s. Fille qui oublie son sexe en jouant avec des garçons qui profitent de cet oubli.

France, 1894 : Fille qui se plaît dans la compagnie des garçons. « Toute fille est plus ou moins garçonnière. »

France, 1894 : Appartement de garçon où les femmes sont généralement bien reçues.

Aline maintenant allait trois ou quatre fois la semaine faire visite au commis-voyageur, dans la garçonnière qu’il occupait à un cinquième étage du quai des Grands-Augustins. Il avait là deux gentilles pièces très claires, très gaies, coquettement meublées, l’une en chambre à coucher, l’autre on salle à manger, salon et fumoir.

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

L’épouse qui, prise en l’ornière
Des vertus, arrive dernière
Aux fêtes de la garçonnière.

(Catulle Mendès)

Et quand les sèves printanières
Mettent des baisers dans les nids,
On pleure au fond des garçonnières :
Les hivers d’amour sont finis !

(Jacques Rédelsperger)

Madame est comme une mégère,
Car elle songe avec ennui
Que la petite garçonnière
Ne la verra pas aujourd’hui.

Garçons de campagne

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Voleurs de grand chemin.

Gardanne

France, 1894 : Rognure ou coupon de soie.

Garde

d’Hautel, 1808 : Descendre la garde. Tomber d’un lieu élevé ; s’en aller dans l’autre monde, mourir.

Garde (descendre la)

Larchey, 1865 : Mourir.

Kléber, un grand mâtin qu’a descendu la garde, assassiné par un Égyptien.

Balzac.

Garde national

Delvau, 1866 : s. m. Paquet de couenne, — dans l’argot des faubouriens, irrévérencieux envers l’institution inventée par La Fayette.

Virmaître, 1894 : Paquet de couennes. On dit aussi nœud d’épée, allusion à la forme (Argot des charcutiers).

Garde nationale

France, 1894 : Paquet de couenne.

France, 1894 : Le mauvais soldat, malpropre et aimant ses aises, dans l’argot de l’armée, où l’on professait le plus profond mépris pour les milices citoyennes.

— Allons, espèce d’empoté, faut-il aller vous chercher une paire de gants pour ramasser votre crottin ? ou bien vous donner un congé de réforme pour maladresse et mauvaise tournure ? Propre à rien, sale soldat, cochon malade, garde national !

(Les Joyeusetés du régiment)

Rossignol, 1901 : Voir pédé.

Garde nationale (en être)

Virmaître, 1894 : Femme pour femme (Argot des filles). V. Accouplées.

Garde nationale (être de la)

Delvau, 1864 : Avoir des habitudes pédérastiques.

Il s’approche, je crois qu’il en veut à ma montre que je m’empresse de préserver ; il s’approche davantage, avance sournoisement la main vers l’objet chéri des dames : je vis qu’il était de la garde nationale, et alors…

J. Le Vallois.

Rigaud, 1881 : Faire partie du régiment de Sapho, avoir un goût prononcé pour les plaisirs saphiques, — dans le jargon des filles. — Encore une qui est de la garde nationale.

Garde ta vache, bonhomme

France, 1894 : Prends garde qu’on ne te trompe.

Garde-manger

Delvau, 1866 : s. m. Water-Closet, — dans l’argot du peuple, moins décent que l’argot anglais, qui ne fait allusion qu’à l’estomac en disant : Victualling-Office.

Rigaud, 1881 : Postérieur. — Lieux d’aisances.

France, 1894 : Lieux d’aisances ; le derrière.

Rossignol, 1901 : Le ventre. Les water-closets sont aussi le garde-manger.

Garde-proye

Halbert, 1849 : Garde-robe.

Garden-party

France, 1894 : Partie de jardin. Anglicisme et superfétation dans la langue. On y prend le thé, on y émiette des gâteaux et l’on connaît le comble de l’ennui. C’est le châtiment des oisifs d’imiter en les exagérant tous les ridicules des oisifs voisins.

Pour les garden-partys, la toilette pour les dames est la toilette de ville, très habillée, avec chapeau avec brides ou sans brides. Pour les hommes, la tenue adoptée est la redingote boutonnée, chapeau gris haut de forme, gants gris perle, fleur à la boutonnière. Le grand chic, cette année, est l’hortensia ou l’orchidée, qui égayera la toilette généralement très sombre des hommes.

(Un Snob)

J’ai vu, dans la société des grandes villes australiennes, des femmes de toute beauté, de jolies figures admirablement plantées sur ces épaules superbes, plantureuses sans être exagérées ; mais j’y ai rencontré les femmes les plus frivoles qu’il se puisse imaginer. Bals, dîners, soirées, visites de convenance, garden et lawn-tennis parties, voilà le seul but, l’unique occupation de leur vie.

(Max O’Rell, La Maison John Bull et Co)

Garder

d’Hautel, 1808 : Est-ce que j’ai gardé les cochons un avec vous. Se dit à quelqu’un qui prend une trop grande familiarité ; qui vous tutoie sans en avoir le droit.
Garder une poire ou une pomme pour la soif. Ménager quand on est riche quelque chose pour le besoin qui peut venir.
Je lui en garde une bonne. Pour, j’attends l’occasion de me venger.
Chacun son métier, les vaches sont bien gardées. Signifie qu’il ne faut jamais se mêler d’une profession à laquelle le sort ne nous a point appelés.

Delvau, 1866 : v. n. Être près du bouchon ou de l’une des pièces tombées. Argot des gamins.

Garder à carreau (se)

Delvau, 1866 : S’arranger de façon à n’être pas surpris par une réclamation, par un désaveu, par une attaque, etc. Argot du peuple. Signifie aussi : Ne pas dépenser tout son argent. On dit de même Avoir une garde à carreau.

France, 1894 : Se tenir sur ses gardes, prêt à parer à tout accident ; le sens premier était : se garer des projectiles, le carreau étant le fer de la lance, ainsi que l’indiquent encore les cartes.

Armand Marrast était de ceux qui ont l’art de se faire des amis d’un jour, quoiqu’il gardât toujours une pointe d’impertinence. Il appelait ça se garder à carreau.

(Arsène Houssaye, Souvenirs de jeunesse)

Garder des charrettes (se)

France, 1894 : Cette expression fort ancienne est maintenant tombée en désuétude ; en voici l’origine à titre de curiosité. On la trouve racontée par Christine de Pisan dans le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles : « Le comte de Tancarville demandé par le Roy s’envoya excuser disant qu’il avoit été malade pour le trop long séjour fait à Paris, pour cause de mauvais air, et pour ce s’esbattoit à chasser en la forest de Bière (Fontainebleau) mais bientôt viendroit. Le roi entendant cette excuse de mauvais air, pensa que partout où il étoit et demouroit ne devoit répugner à ses sujets, repondit au messager : « D’y a (assurément) il y a meilleure cause ; il ne voit mie bien clair, et il y a à Paris trop de charrettes ; si s’en fait bon garder. » Le comte comprit et accourut aussitôt. De quoi vint le commun mot : Gardez-vous des charrettes. »

Garder le mulet

France, 1894 : Attendre longtemps une personne qui vient de vous quitter et a promis de revenir. Cette expression fort vieille date du temps où les magistrats, médecins, et quelques seigneurs, montaient à mulet ou à mule pour aller en ville à leurs affaires ou au palais. Arrivés à destination, ils laissaient leur monture aux soins d’un valet qui attendait quelquefois fort longtemps.

Un bavard qui se promenait avec un de ses amis entre dans une maison où il n’avait — disait-il — qu’un mot à dire. L’ami l’attend à la porte et assez longtemps pour perdre patience. L’autre revient enfin et lui dit d’un ton plaisant :
— Vous gardiez donc le mulet ?
— Non, répondit l’ami un peu piqué, je l’attendais.

(Didier Loubens, Les Proverbes et locutions)

Garder les manteaux

France, 1894 : Attendre pendant que d’autres s’amusent, tenir le manteau de sa femme pendant qu’elle danse.

Garder les poulets d’Inde (aller)

France, 1894 : Se dit d’une fille de la ville qui se marie avec un paysan.

Garder un chien de sa chienne

France, 1894 : Garder rancune à quelqu’un d’une offense et se proposer de la lui rendre en double.

Garder un chien de sa chienne à quelqu’un

Delvau, 1866 : Se proposer de lui jouer un tour ou de lui rendre un mauvais office. On dit aussi Garder une dent, et, absolument, la garder.

Garder une poire pour la soif

Delvau, 1866 : Faire des économies ; épargner, jeune, pour l’heure où l’on sera vieux.

France, 1894 : Faire des économies.

Gardes nationaux

Rigaud, 1881 : « C’est ainsi qu’à Mazas, on a baptisé les haricots. » (Figaro du 15 sept. 1880.)

France, 1894 : On appelait ainsi les haricots au temps où l’on mettait les soldats citoyens manquant à leurs devoirs militaires à la prison qui leur était spécialement destinée dite Hôtel des Haricots.

Gardien

Delvau, 1866 : s. m. Variété de Sentinelle ou de Factionnaire. (V. Insurgé de Romilly.)

France, 1894 : Excrément ; même plaisanterie que sentinelle et factionnaire.

Gardien (ange)

France, 1894 : Individu qui reconduit les ivrognes à leur domicile et les vole souvent en chemin.

Gardien de bananes

France, 1894 : Soldat de l’infanterie de marine appelé à faire son service dans les colonies où poussent les bananiers.

Gardiens de bananes

Merlin, 1888 : Soldats de l’infanterie de marine appelés à garder les colonies, où poussent les bananiers.

Gare

d’Hautel, 1808 : Gare la tête ceux qui en ont. Se dit en plaisantant et lorsqu’on a jeté quelque chose en l’air, pour avertir les personnes sur qui cela pourroit tomber, de prendre garde à elles.

Gare à fafflards

Virmaître, 1894 : Bureau. Allusion à l’utilité de ce meuble pour garer ses papiers. Garer, serrer, faflards, papiers (Argot des voleurs).

Garé des voitures

Larchey, 1865 : Prudent et rangé. — L’effrayant tohu-bohu de la circulation parisienne devait enfanter ce synonyme.

Rigaud, 1881 : Rangé ; retiré du tourbillon des plaisirs.

France, 1894 : Homme prudent qui se gare des accidents comme on se gare des voitures.

Gare l’eau !

France, 1894 : Pot de chambre. Dans nombre de villes du Midi, il était et il est encore d’usage de vider le vase de nuit par la fenêtre avec ou même sans l’avertissement Gare l’eau ! Les vieux quartiers de Marseille sont longtemps restés célèbres pour cette façon de se débarrasser des immondices.

Gare-l’eau

Delvau, 1866 : s. m. « Pot qu’en chambre on demande. », — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Reçoit-tout.

Garenne

France, 1894 : Nature de la femme. On y place des lapins. Voir Écuelle.

Garer son piton

Virmaître, 1894 : Mettre son nez à l’abri des coups qu’il pourrait recevoir. Cette précaution est nécessaire dans les quartiers excentriques où les souteneurs mangent sans faire de façon, le piton du bourgeois qui n’apprécie pas les charmes de leurs marmites. Avant l’annexion de la banlieue à Paris, Belleville et la Villette étaient renommés pour ce genre d’exercice (Argot des souteneurs).

Gargalet

France, 1894 : Éclat de rire, cri de joie ; de l’espagnol gargalizar, crier.

Gargamelle

Virmaître, 1894 : Le gosier. C’est une très vieille expression qui a été remplacée par celles plus modernes de dalle, sifflet, couloir (Argot du peuple).

France, 1894 : Gosier : vieux français. Se rincer la gargamelle, boire.

Je vais me rafraîchir un peu la gargamelle.

(Hauteroche)

C’est, dans Rabelais, le nom de la femme de Grandgousier, la mère de Gargantua.

Rossignol, 1901 : Gosier.

Gargamelle, gargoine, gargue

Larchey, 1865 : Gosier. — Du bas latin. V. Du Cange. — De là le nom de Gargamelle donné par Rabelais à une gourmande. — Notre langue usuelle a encore Gargariser. V. Taper.

Gargamelle, gargouenne, gargouille

Rigaud, 1881 : Gosier.

Le froid humide du dernier voyage m’ayant enroué la gargamelle comme une charrette mal graissée.

(Épitre aux curieux, frontispice des chansons de Gaultier-Garguille.)

Gargantua

Delvau, 1866 : s. m. Grand mangeur, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : Gros mangeur ; allusion au héros du livre de Rabelais.

C’est un Gargantua qu’on ne peut assouvir.

(Viennet)

Gargariser (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Boin ; un canon de vin ou un petit verre d’eau-de-vie.

Rigaud, 1881 : Boire la goutte.

Rigaud, 1881 : En terme de théâtre, c’est, pour un artiste dramatique, faire ronfler les R ; pour un artiste lyrique, c’est faire rouler les notes. Le mot est du chanteur Martin.

Rigaud, 1881 : Se livrer, au piano, à une débauche d’arpèges.

Les joues enluminées, Ségurola, au piano, déchaînait une tempête de gammes vertigineuses. Aristide lui cria : Dis donc, auras-tu bientôt fini de te gargariser ?

(Hennique, La Dévouée.)

France, 1894 : Boire. « Se gargariser le sifflet, ou le rossignolet. »

Gargariser le fusil (se)

Rigaud, 1881 : Boire la goutte, — dans le jargon des soldats d’infanterie. C’est une variante du « gargariser » de Rabelais : « Bâille que je gargarise. »

Gargarisme

Delvau, 1866 : s. m. Verre de vin ou d’eau-de-vie.

Rigaud, 1881 : Petit verre.

France, 1894 : Verre de vin ou, plus généralement, d’eau-de-vie.

Gargarisme, gargouillade

Rigaud, 1881 : Borborygmes ; le cri des boyaux en détresse.

Gargarismes

Rigaud, 1881 : Débauche d’arpèges.

Gargarousse

Fustier, 1889 : Gosier. (Richepin.)

France, 1894 : Gosier.

Gargoine

Delvau, 1866 : s. f. Gorge, gosier, γαραρεών. Se rincer la gargoine. Boire.

Virmaître, 1894 : La bouche. Par abréviation : la gargue. Quelques uns écrivent gargouenne (Argot du peuple). V. Affamée.

France, 1894 : Gosier ; vieux mot dérivé du grec gargar oun.

Tout ce qui passe par la gargoine emplit le beauge (ventre).

(Vidocq)

Gargoine (la)

Halbert, 1849 : Le museau, la bouche.

Gargot

Delvau, 1866 : s. m. Petit restaurant où l’on mange à bon marché et mal. On dit aussi Gargote.

Rigaud, 1881 : Restaurant de bas étage.

Rigaud, 1881 : Entrepreneur d’abatage pour bouchers et charcutiers. Celui qui débite de la viande aux bouchers et aux charcutiers.

France, 1894 : Petit restaurant. Abréviation de gargotte, du latin gargustium, mauvaise hôtellerie. Le Duchat fait venir ce mot de l’allemand Garküche, cuisine toujours prête.

Elle tenait un gargot
À Maisons-Laffitte,
Chez elle le cheminot
Trouvait table et gîte.

(Jules Célès)

On appelle aussi gargot le restaurateur.

Un autre fourbi qui se pratique en grand dans les prisons de la Seine, c’est ce qu’on pourrait appeler « le truc des quartiers d’hiver ».
Quand le frio s’amène, le pauvre bougre qui se trouve sans feu ni lieu se fait poisser pour une couillonnade quelconque. Habituellement, le type s’en va dans une gargotte, s’appuie un bon gueuleton et, quand vient le quart d’heure de Rabelais, il appelle le patron et le prie d’aller quérir les sergots.
Si le purotin est par hasard tombé sur un bon frère qui l’envoie se faire pendre ailleurs, il en est quitte pour recommencer chez le gargot d’à côté. La muflerie commerçante est si répandue qu’il est rare que l’empileur ait besoin de s’y reprendre à trois fois.

(La Sociale)

Gargotage

d’Hautel, 1808 : Aliment mal apprêté ; ramassis, repas servi sans propreté.

Delvau, 1866 : s. m. Mauvais ragoût ; chose mal apprêtée, — au propre et au figuré. On dit aussi Gargoterie.

France, 1894 : Mauvais ragoût, ratatouille.

Gargote

d’Hautel, 1808 : Mauvaise auberge, où l’on est servi malproprement, et où l’on fait maigre chère.
Vivre à la gargote. Vivre en garçon ; manger à l’auberge.

Gargoter

d’Hautel, 1808 : Boire et manger mal proprement ; fréquenter les mauvaises auberges, les cabarets borgnes.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Cuisiner à la hâte et malproprement. On trouve « Gargoter la marmite » dans les Caquets de l’accouchée. Signifie aussi Hanter les gargotes.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Travailler sans goût, à la hâte.

Rigaud, 1881 : Faire de la mauvaise cuisine, de la cuisine qui rappelle celle des gargots.

Virmaître, 1894 : Cuisinière qui rate tous ses ragoûts. Mot à mot : faire de la mauvaise cuisine, de la gargote. Gargoter un travail ou le savater, le gâcher en un mot (Argot du peuple).

France, 1894 : Faire une cuisine de gargotte, malpropre et mauvaise.

— N’est-ce pas, mon chéri, dit une nouvelle mariée, que tu ne regrettes pas ta vie de garçon ?
— Oh ! non, mon Adèle adorée, l’on gargote si mal dans les restaurants !

France, 1894 : Travailler mal et sans goût.

Gargotier

d’Hautel, 1808 : Aubergiste, mauvais traiteur ; celui qui tient gargote.

Delvau, 1866 : s. m. Mauvais traiteur, au propre ; mauvais ouvrier au figuré.

France, 1894 : Teneur de gargotte, mauvais cuisinier.

Gargouëne

un détenu, 1846 : Bouche, gorge.

Gargouenne

anon., 1827 : Bouche.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Bouche. Plomber de la gargouenne, sentir mauvais de la bouche.

Bras-de-Fer, 1829 : Bouche.

France, 1894 : Bouche.

Gargouillade

Delvau, 1866 : s. f. Borborygmes. Se dit aussi de Fioritures de mauvais goût.

France, 1894 : Borborygmes.

— J’ai le ventre plein de gargouillades.
— Méfions-nous, tu vas accoucher d’un pet.

(Les Joyeusetés du régiment)

Gargouille

d’Hautel, 1808 : Grosse bouteille ; tuyau d’une gouttière par où l’eau s’écoule.
On donne aussi par mépris ce nom à une grosse fille de campagne ; à une femme replète et rebondie.

Rossignol, 1901 : Gosier.

Gargouiller

d’Hautel, 1808 : Les boyaux lui gargouillent dans le ventre. Manière populaire d’exprimer le bruit que font les intestins, lorsqu’on a besoin de manger.
Ils ne font que gargouiller. Se dit des enfans qui barbottent dans l’eau des ruisseaux.

Delvau, 1866 : v. n. Avoir des borborygmes. On dit aussi Trifouiller.

Rigaud, 1881 : Crever la faim ; avoir des borborygmes, faire de la musique avec ses boyaux.

Gargouillis

d’Hautel, 1808 : Bruit produit par l’eau qui tombe d’une gargouille ; ou par les intestins, lorsqu’on éprouve quelque besoin naturel, ou qu’on a la colique.

Gargousses de la canonnière

France, 1894 : Haricots ; argot des marins.

Gargue

Delvau, 1866 : s. f. Bouche, — dans l’argot des voleurs. C’est l’apocope de Gargoine.

Rigaud, 1881 : Bouche, — clans le jargon des voleurs. — Ivoires en gargue, dents blanches.

Virmaître, 1894 : La bouche (Argot du peuple).

France, 1894 : Gosier, bouche. Entre-bâiller la gargue, parler.

Hayard, 1907 : La bouche (de gargamelle).

Gargue (la)

M.D., 1844 : La bouche.

Gargue, gargouenne

La Rue, 1894 : Bouche.

Garguillon

France, 1894 : Gosier ; du latin gurgulia.

Garibaldi

Larchey, 1865 : Courte chemise rouge, petit chapeau de feutre. — Allusion au costume du patriote italien.

On peut faire le dandy,
La vareuse en futaine
Et le Garibaldi
Sur le coin de l’oreille.

Le Gai Compagnon maçon, chanson.

Rigaud, 1881 : Biscuits secs farcis de raisins de Corinthe. Ce sont les petits-fours des petits bourgeois qui donnent de petits thés.

France, 1894 : Chemise de laine rouge comme en portait le fameux général de ce nom. Chapeau de feutre noir, comme en portait également le patriote italien.

Garibaldi (coup de)

Rigaud, 1881 : Coup de tête porté par un malfaiteur dans le creux de l’estomac de celui qu’il veut dépouiller. (L. Larchey) Ce coup se nomme encore : « Coup de bélier, coup de la rencontre », et le vol qui le suit : « Vol à la dure ».

France, 1894 : Coup de tête dans l’estomac.

Garidelle (lém.)

France, 1894 : Rouge-gorge.

Garigue, garrigue

France, 1894 : Lande.

Gariole

France, 1894 : Perdrix.

Garitiau

France, 1894 : Étui à épingles.

Garnafe

Rigaud, 1881 : Fermier, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Ferme. Garnafier, fermier.

France, 1894 : Ferme ; corruption de grenasse, de l’argot des chauffeurs de l’an VIII. « Grenasse et grenassier, c’est le grand grenier à blé et l’homme qui travaille à le remplir. Les fermes du Nord et de la Beauce, où opéraient jadis les chauffeurs, étaient des fermes de céréales. » (Lorédan Larchey)

Garnaffe

Delvau, 1866 : s. f. Ferme, — dans le même argot [des voleurs].

Garnaffier

Delvau, 1866 : s. m. Fermier, paysan.

Garnafier

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Fermier, cultivateur.

Bras-de-Fer, 1829 : Fermier.

Larchey, 1865 : Fermier. — Garnafle : Ferme (Vidocq).

France, 1894 : Fermier ; corruption de grenassier.

— J’ai eu tort de ne pas refroidir tous les garnafiers que j’ai mis en suage, je n’en aurais pas le taf aujourd’hui.
— Allons boire un coup, bonhomme.
— Ceci n’est point de refus.

(Marc Mario)

Garnement

d’Hautel, 1808 : Vaurien, vagabond, libertin. Vulgairement on prononce garniment, ce qui est un barbarisme ; garniment est un terme d’arts.

Garnes

France, 1894 : Branches de sapin.

Sur la route blanche, étroite, montueuse, tortueuse qui va de Pelussin à Saint-Étienne, marche péniblement un âne, de moyenne taille, traînant une vielle charrette chargée de fagots de garnes.

(Charles Romain, Le Père Ambroise)

Garni

Larchey, 1865 : « Un lit en bois peint, une commode en noyer, un secrétaire en acajou, une pendule en cuivre, des vases de porcelaine peinte avec des bouquets de fleurs artificielles sous verre ; cela s’appelle un garni. » — Champfleury.

France, 1894 : Chambre garnie, ou petit hôtel meublé.

Garni de tolérance

France, 1894 : Maison de passe.

Dans les villes de province, surtout dans les villes maritimes, il est une classe de filles isolées que la police oblige à loger dans un quartier affecté à la prostitution de bas étage.
Elles habitent des maisons garnies, appelées garnis de tolérance, pour un loyer de 1 à 2 francs par jour. Ce sont de simples chambres au rez-de-chaussée, prenant jour sur la voix publique par une fenêtre et une porte. Les filles se tiennent tout le jour et souvent ln nuit, jusque vers le matin, assises ou debout, sur le seuil de leur porte, pour appeler les passants. Elles forment ainsi, dans toute la longueur des rues, un double rang de sentinelles, échangeant des interpellations rauques ou aiguës, des injures ou des lazzis ; allant, venant d’une maison à l’autre ; coiffées de fleurs fanées ou de madras à carreaux ; chaussées de savates ou de sabots, débraillées, fardées, avinées, faisant aux passants des signes et des appels, elles donnent à tout le quartier un aspect étrange et repoussant.

(Dr Jeannel)

Garnison

d’Hautel, 1808 : On dit par plaisanterie d’une personne qui est sujette à la vermine, aux poux, qu’Elle a une garnison dans la tête.

Delvau, 1866 : s. f. Pediculi, — dans l’argot du peuple. Naturellement c’est une garnison de grenadiers.

Rigaud, 1881 : Réunion de poux sur une seule et même tête. — Collection de vermine dans un logement.

France, 1894 : Vermine de corps.

N’approchez pas de ce loqueteux, il a de la garnison.

Garno

Rigaud, 1881 : Garni, par antiphrase, sans doute. — Misérable chambre, misérable cabinet dégarni de meubles ; un lit, une chaise et, quelquefois, une commode, voilà l’ameublement du garno.

Rigaud, 1881 : Hôtel garni. Les garnos de dernier ordre fréquentés par la crapule de Paris ont reçu des noms typiques ; en voici quelques-uns : le Pou volant, le Grand Collecteur, le Chien mort, la Gouape, la Retape, la Carne, la Camarde, la Boîte à Domange, la Débine, le Corbillard, la Loupe, la Gadoue, l’Auberge des Claque-Dents, la Charmante, la Punaise enragée, la Ruine, l’Abattoir, la Pégrotte, la Bérésina, le Choléra, le Grand-Pré, tous noms qui présentent une signification sui generis, qui dégagent une odeur de crime et de vermine.

Rossignol, 1901 : Hôtel garni.

Garno, garnot

France, 1894 : Corruption de garni.

Et les garnos pour la plupart
Se trouvent débarrassés par
La rafle.

(E. Blédort)

Garnouilleur

France, 1894 : Gâter, salir ; du patois rémois.

Garou

France, 1894 : Sorcier ; vieux mot.

Garouage (aller au)

France, 1894 : Fréquenter les lieux suspects. Allusion au garou.

Garrau

d’Hautel, 1808 : Il ressemble à Thibaut-Garrau, il fait son cas à part. C’est-à-dire, il ne communique ses affaires à personne.
Ce Thibaut-Garrau étoit d’Orléans, et gagna beaucoup de biens dans le négoce ; mais il ne voulut jamais avoir d’associé.

Garrigue

France, 1894 : Terre inculte, en Languedoc.

Garrotage (vol au)

France, 1894 : Vol précédé de l’étranglement de la victime. Allusion an garrot avec lequel on exécute en Espagne les condamnés à mort.

Gars à poil

Delvau, 1864 : Homme qui a des couilles au cul et passe pour un rude jouteur.

… Mon aîné ?… c’est un gars à poil, et qui vous a une vraie pine de famille. Il foutra votre femme, vos deux filles, et vous enculera par-dessus le marché, histoire de dire qu’il a mis un pied chez vous.

(Les Deux Beaux-Pères.)

Garuche

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Prison. Comte de la garuche, geôlier.

France, 1894 : Prison. Voir Carruche.

Garzotte

France, 1894 : Sarcelle.

Gas

Delvau, 1866 : s. m. Garçon, enfant mâle, — dans l’argot du peuple, qui trouve plus doux de prononcer ainsi que de dire gars. Beau gas. Homme solide. Mauvais gas. Vaurien, homme suspect.

France, 1894 : Garçon solide. « Un rude gas », un vigoureux gaillard.

Gascar

Rossignol, 1901 : Gascon. Terme de camelot.

Gascon

d’Hautel, 1808 : Faire la lessive du gascon. Retourner sa chemise ou sa cravate, quand elle est sale d’un côté.
C’est un gascon. Pour, c’est un menteur, c’est un homme qui ne tient aucune de ses promesses.

Gasconnade

d’Hautel, 1808 : Menterie, langage de gascon.

Gasconner

d’Hautel, 1808 : Parler en gascon ; mentir ; craquer à la manière gasconne.

Gasfot

France, 1894 : Petit croc dont on se sert pour tirer d’entre les roches les crabes, homards, oursins et autres crustacés.

Gaspard

Rigaud, 1881 : Chat, rat, — dans le jargon des chiffonniers. C’est le nom du chat et du rat dans leurs rapports avec la hotte.

France, 1894 : Homme rusé et retors.

Gaspillage

d’Hautel, 1808 : Prodigalité, désordre profusion.

Gaspiller

d’Hautel, 1808 : Bouleverser, gâter ; faire des dépenses inutiles.

Gaspilleur

d’Hautel, 1808 : Brouillon, dépensier, dissipateur, prodigue.

Gasser

France, 1894 : Agiter dans l’eau un linge que l’on vient de frotter au savon ; du patois bourguignon et champenois, dérivé de l’italien guazzare, agiter des liquides.

Gassouillat

France, 1894 : Eau bourbeuse, ruisseau fangeux ; de l’italien guazzatoio, mare.

Gassouiller

France, 1894 : Farfouiller dans une mare ou une eau bourbeuse.

Gast

France, 1894 : Dégat, dévastation ; du vieux français gaster, gâter.

Gastadour

France, 1894 : Destructeur, pillard. Vieux mot.

Gastrolâtre

France, 1894 : Adorateur du ventre. Sobriquet donné autrefois aux moines.

Gat

Rigaud, 1881 : Chat, — dans l’ancien argot ; mot emprunté au provençal gat, de l’espagnol gato.

France, 1894 : Chat ; corruption de l’anglais cat.

Gâte-enfant

d’Hautel, 1808 : Qui a trop d’indulgence, trop de foiblesse pour les enfans.

Gâte-métier

d’Hautel, 1808 : Celui qui donne ses peines, ses services ; sa marchandise à trop bon compte.

Delvau, 1866 : s. m. Ouvrier qui met trop de cœur à l’ouvrage ; marchand qui vend trop bon marché, — dans l’argot du peuple, qui, s’il le connaissait, citerait volontiers le mot de Talleyrand : « Pas de zèle ! Pas de zèle ! »

France, 1894 : Ouvrier, commis ou employé qui prend au sérieux sa besogne et met trop de cœur à l’ouvrage. Il gâte le métier des fainéants.

Gâte-pate

d’Hautel, 1808 : Sobriquet que l’on donne à un mauvais boulanger, à un pâtissier Jacques.

Gâte-pâte

Rigaud, 1881 : Lutteur redoutable. (L. Cladel.)

Gâte-sauce

d’Hautel, 1808 : Sobriquet que l’on donne à un mauvais cuisinier, à un mauvais traiteur.

Delvau, 1866 : s. m. Garçon pâtissier.

Virmaître, 1894 : Garçon pâtissier. A. D. Gâte-sauce ne s’emploie pas exclusivement pour désigner un garçon pâtissier, cette expression s’applique à tous les métiers. Dire à un mari qu’il est cocu et troubler la félicité des amants, c’est gâter la sauce. Quand un commissaire de police tombe comme un aréolithe au milieu d’un tripot, la sauce est gâtée pour les joueurs. Dans le peuple, de tout, ce qui va mal, la sauce se gâte. Le synonyme est : ça tourne au vinaigre (Argot du peuple).

France, 1894 : Garçon pâtissier, marmiton ou généralement trouble-fête.

En face de moi se trouvait un jeune homme d’une vingtaine d’années, revêtu d’un costume de franc-tireur : casquette américaine, vareuse et pantalon bleu foncé, bottes en cuir fauve. La vareuse était fortement galonnée et, sur l’épaule gauche, retombait tu flot d’aiguillettes, comme en portent les aspirants de marine… On causa. Intrigué, je lui demandai quelle était sa profession : « Cuisinier », me répondit-il. Mon admiration baissa d’un cran. Je me sentis même humilié de mon peu de pénétration, ayant pris un gâte-sauce pour un artiste.

(Sutter Laumann, Histoire d’un Trente sous)

Ils étaient quinze ou vingt
Gâte-sauce, écoliers, un tas de rien qui vaille.

(François Coppée)

Gâte-sauce littéraire

France, 1894 : Petit journaliste sans talent, sans instruction, sans style, médisant et envieux, qu’on emploie à toutes les sauces, surtout les plus sales.

Mais à côté des écrivains honnêtes, il y a malheureusement dans la presse une foule d’écrivains — que je pourrais nommer — pour qui toutes les renommées sont un sujet d’envie et de haine, et qui cherchent par tous les moyens à ternir les réputations les mieux acquises. On pourrait les nommer les petits polissons de la littérature, les gâte-sauce littéraires, les saute-ruisseaux de libraires, les ahuris et les abrutis de la petite presse.

(Victorien Monnier)

Gâteau

d’Hautel, 1808 : Mère gâteau. On appelle ainsi une mère qui a de grandes foiblesses pour ses enfans. Ce nom se donne surtout aux grand’mamans, et généralement à toutes les personnes âgées qui ont beaucoup de complaisances pour les enfans.
Trouver la fève au gâteau. Rencontrer une occasion favorable ; avoir du bonheur ; faire fortune.
Avoir part au gâteau. Être intéressé dans quelque gain ou récompense ; avoir droit à une succession.
Il ne mange pas son gâteau dans sa poche. Se dit de quelqu’un qui ne fait point de cachettes ; qui partage de bon cœur les bénéfices d’une affaire avec ceux qui la lui ont procurée.

Fustier, 1889 : Séquence. Argot des joueurs. V. infra : séquence.

France, 1894 : Argent. Avoir sa part du gateau, partager le produit d’une recette illicite.

Gâteau (papa, maman ou parents)

France, 1894 : On appelle ainsi ceux qui gâtent les enfants, les bourrent de friandises et de gâteaux et sont pour eux d’une coupable faiblesse.

Gâteau feuilleté

Delvau, 1866 : s. m. Bottes qui se délitent, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Soulier dont la semelle se divise.

France, 1894 : Chaussures dont les semelles s’effeuillent.

Gâteaux

Rigaud, 1881 : Fragments de nuages apportant dans leurs flancs des amours de six ans ou des talismans envoyés du royaume des fées, — dans le jargon des coulisses. (J. Dullot.)

Gâter

d’Hautel, 1808 : Gâter un enfant. Condescendre par foiblesse à ses moindres désirs, à ses caprices ; s’en rendre absolument l’esclave.

Gâter la taille (se)

Delvau, 1866 : Pour une femme « devenir enceinte ».

France, 1894 : Devenir enceinte.

— Viens-tu, Sophie ?
— Où ?
— Dans mon lit.
— Non. Tu serais capable de me gâter la taille.

(Les Joyeusetés du régiment)

Gâteuse

Rigaud, 1881 : Long pardessus avec patte derrière formant ceinture, sorte de robe de chambre à l’usage des hommes et des femmes depuis 1873.

Que nous fait, je vous le demande, que le maréchal Canrobert ait fait son entrée dans Rome avec une redingote poudreuse et M. Patrice de Mac-Mahon avec une gâteuse ?

(John Lemoinne, Journal des Débats, du 18 janvier 1878.)

France, 1894 : Longue redingote qui fait ressembler celui qui la porte à un pensionnaire de l’hospice des vieillards.

Gâteux

Delvau, 1866 : s. m. Journaliste sans esprit, sans style et sans honnêteté, — dans l’argot des gens de lettres, qui n’y vont pas de plume morte avec leurs confrères.

Rigaud, 1881 : Très sot, énormément bête.

France, 1894 : Imbécile.

J’ai reçu des volumes stupides avec dédicaces et sortant pour la plupart de l’usine Michel Lévy ; mes amis ont dit beaucoup de mal de moi, et quelques-uns de mes amis intimes quelque bien ; plusieurs cabotins m’ont demandé des réclames et plusieurs drôlesses des lettres, des recommandations : j’ai avalé des bocks frelatés, fumé des londrès douteux, lu des journaux idiots ; et enfin j’ai coudoyé une centaine de gâteux…

(Léon Rossignol)

Gatezar

Fustier, 1889 : Élève de l’École des arts et métiers. Il est facile de voir dans ce mot une corruption de Gars des Arts. Le mot est employé dans toutes les écoles d’arts et métiers et aussi par le peuple des villes où se trouvent ces écoles.

Gâtisme

France, 1894 : Imbécillité.

Gau

Delvau, 1866 : s. m. Pou, — dans l’argot des voleurs. Basourdir des gaux. Tuer des poux. On a écrit autrefois Goth ; Goth a été pris souvent pour Allemand ; les Allemands passent pour des gens qui « se peignent avec les quatre doigts et le pouce » : concluez.

La Rue, 1894 : Pou. Gau picandi, pou de corps.

France, 1894 : Pou, dans l’argot des voleurs ; corruption de Goth, Allemand. Les mercenaires allemands avaient, au moyen âge, la réputation d’être couverts de cette vermine.

France, 1894 : Coq. Vieux mot, déformation du latin gallus.

Hayard, 1907 : Pou.

Gau dîneur

Delvau, 1866 : s. m. Peintre-décorateur.

Gau picandi

Virmaître, 1894 : Pou qui pique. Quand il provoque des démangeaisons trop vives, qu’il pique trop fort, comme aux jours d’orages, par exemple, pour s’en débarrasser on le tue ; cela s’appelle : basourdir un gau (Argot du peuple).

Gau picanti

Delvau, 1866 : s. m. Le pediculus vestimenti.

Gauche

d’Hautel, 1808 : Il ne connoît pas sa main gauche d’avec sa main droite. Se dit d’un homme inexpérimenté ; d’un mauvais ouvrier qui veut passer pour habile.

Gauche (à la)

Rigaud, 1881 : À la queue, — dans le jargon des soldats de cavalerie. Vous arrivez en retard, mettez-vous à la gauche. La gauche est tout ce qui n’est pas bon. — Jusqu’à la gauche signifie, dans le même jargon, jusqu’à ce que vous n’en puissiez plus, jusqu’à la mort. Vous trotterez jusqu’à la gauche, s’il le faut.

Gauche (à) !

France, 1894 : Manqué !

France, 1894 : Cri par lequel on prévient, dans les grands magasins, que l’heure du repas a sonné.

Gauche (aller à)

Rigaud, 1881 : Aller prendre ses repas, — dans le jargon des employés de magasins de nouveautés. — Dans presque tous ces magasins, la salle à manger est à gauche, les lieux d’aisances sont à droite. De là : aller à gauche, être à gauche, aller à droite, être à droite, pour établir la différence des fonctions.

Gaucher

France, 1894 : Membre de la gauche à l’Assemblée nationale.

Gaudé

France, 1894 : Réjouissance ; latinisme. Sorte de noël que l’on chante en Provence.

Gaudeamus

France, 1894 : Festin ; latinisme : « Réjouissons-nous. ».

Gaudes

France, 1894 : Sorte de bouillie que l’on fait en Franche-Comté, dans la Bourgogne et la Bresse, avec de la farine de maïs. On connait l’offre de la paysanne au curé de son village : « Monsieur le curé, voulez-vous des gaudes ? nos cochons n’en veulent plus. »

Ève en pleurant dit à l’enfant têtu :
Que veux-tu, mon fils, que veux-tu ?
Soudain, avec un juron inédit
À faire rougir des ribaudes,
Le jeune Caïn répondit :
Je veux manger des gaudes.

(Alfred L. Marquiset, Rasure et Ramandous)

Gaudiffe ou gaudille

Halbert, 1849 : Épée.

Gaudille

anon., 1827 : Épée.

Bras-de-Fer, 1829 : Épée.

France, 1894 : Épée.

Gaudines

France, 1894 : Gaudes, dans le Languedoc ; c’est aussi festin, liesse. Être de gaudines, être en noce.

Gaudineur

Larchey, 1865 : Décorateur (Vidocq). — De gaudiner : s’amuser. V. Roquefort. — La gaîté des peintres en bâtiment est proverbiale.

Rigaud, 1881 : Peintre en décors. — Du vieux mot gaudine, bosquet.

France, 1894 : Peinte en décors ; du vieux mot gaudiner, s’amuser, rire, les peintres décorateurs ayant la réputation d’être de joyeux compagnons.

Gaudissard

Delvau, 1866 : s. m. Commis-voyageur, loustic, — dans l’argot du peuple. Le type appartient à Balzac, qui en a fait un roman ; mais le mot appartient à la langue du XVIe siècle, puisque Montaigne a employé Gaudisserie pour signifier Bouffonnerie, plaisanterie.

Gaudissart

France, 1894 : Hâbleur, amusant loustic, d’après le célèbre roman de Balzac qui a pour héros un commis-voyageur de ce nom. Dans le vieux français ou trouve gaudisserie, farce, bouffonnerie, folâtrerie, du latin gaudere, s’amuser, se réjouir. Ce type ne se rencontre plus guère qu’au fond de quelque province. « Les hommes de ma génération, dit Jean Richepin, en ont contemplé encore quelques exemplaires vivants ; mais nous serons les derniers à l’avoir ainsi connu en chair et en os, et désormais l’illustre Gaudissart n’existe plus qu’en effigie dans le prodigieux musée ethnologique de la Comédie humaine. Immortel chez Balzac, Gaudissart, partout ailleurs, est mort…
C’est que les commis-voyageurs d’aujourd’hui non seulement se sont transformés, mais ont à cœur qu’on s’aperçoive de leur transformation. Eux-mêmes font en quelque sorte la police de leur dignité et ne souffrent pas qu’un d’entre eux, mauvais plaisant ou imbécile, les déconsidère. Ils sont une corporation qui a sa valeur, qui le sait et qui tient à ce qu’on le sache. Et ils n’ont pas tort. »

Il débita tout cela d’une haleine, non du ton d’un commis-voyageur, d’un Gaudissart qui fait valoir la marque de la maison pour laquelle il travaille, mais du ton important de quelqu’un qui débite des vérités qu’il faut écouter, et qui sont sérieuses, et sans lesquelles le monde s’en irait dans la débâcle.

(Félicien Champsaur)

Ces Gaudissarts, comme disent quelques orléanistes cléricaux et repus, tournent, paraît-il, aux idées socialistes et ne se gênent pas pour blaguer partout les cocasses doctrines économiques du périmé Paul Leroy-Beaulieu.
Comme tous ceux qui voyagent beaucoup, qui voient sans cesse une foule de gens nouveaux et qui comparent, les voyageurs de commerce sont, en général, fort intelligents, et rien n’est plus naturel que de les entendre prôner les idées de justice sociale.

(Alphonse Allais)

Gaudrille

France, 1894 : Débauché, fille de joie ; du patois bourguignon, dérivé du latin gaudere, se réjouir.

Une bande de gaudrilles des deux sexes déambulait en chantant par les rues.

(Les Propos du Commandeur)

Gaudriole

Delvau, 1866 : s. f. Parole leste dont une femme a le droit de rougir, — dans l’argot des bourgeois, qui aiment à faire rougir les dames par leurs équivoques.

Gaudrioler

Delvau, 1866 : v. n. Rire et plaisanter aux dépens du goût et souvent de la pudeur.

Gaudrioles

d’Hautel, 1808 : Colifichets, ornemens superflus ; gaillardises, sornettes, balivernes.

Gaudrioleur

Delvau, 1866 : s. et adj. Bourgeois farceur, qui a de l’esprit aux dépens de Piron, qu’il a lu sans le citer, et de la morale, qu’il blesse sans l’avertir.

Gauffeux

France, 1894 : Trompeur, flatteur. Vieux mot.

Que ces gazons sont verds ! que la guingette est belle !
Dit Cartouche à Lisette, en la mangeant des yeux,
Votre aspect, ma Déesse, embellit seul ces lieux.
Non, jamais je ne vis beauté plus accomplie,
Ni plus… — Pour belle, non, je ne suis que jolie,
Répond-elle à l’instant d’un petit air sucré.
Vous êtes un gauffeux…

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Gauffrier

France, 1894 : Nature de la femme. Voir Écuelle.

Gaufres (faire des)

France, 1894 : Se dit de deux personnes marquées de petite vérole qui s’embrassent.

Gaule

Halbert, 1849 : Cidre.

Rossignol, 1901 : Voir bogue.

Gaulé

Larchey, 1865 : Cidre (Vidocq). — Mot à mot, boisson gaulée dans les pommiers.

Delvau, 1866 : s. m. Cidre, — dans l’argot des voleurs et des paysans.

France, 1894 : Cidre. Il est fait de fruits abattus à coups de gaule.

Gaule d’omnicroche

France, 1894 : Conducteur d’omnibus.

Gaule de jettard

France, 1894 : Barreau de prison.

Gaules de schtard

Rigaud, 1881 : Barreaux de fer d’une prison.

La Rue, 1894 : Barreaux des grilles de prison.

Virmaître, 1894 : Barreau de prison. Gaule : allusion à la rigidité du fer (Argot des voleurs).

Gaulois

Larchey, 1865 : « Autrefois c’était peut-être un compliment à un écrivain que de dire : Vous êtes Gaulois. L’esprit gaulois, c’est-à-dire la belle humeur triviale, est devenu un anachronisme. » — Aubryet.

Delvau, 1866 : adj. et s. Homme gaillard en action, et surtout en paroles, — dans l’argot du peuple, qui a conservé « l’esprit gaulois » de nos pères, lesquels étaient passablement orduriers.

Gaupe

d’Hautel, 1808 : Terme d’injure et de mépris, qui se dit d’une femme malpropre et désagréable. ACAD.
Vulgairement on donne ce nom à une coureuse, à une femme de mauvaises mœurs.

Delvau, 1864 : Fille légère — comme chausson.

Delvau, 1866 : s. f. Fille d’une conduite lamentable.

La Rue, 1894 : Basse prostituée.

France, 1894 : Fille de mauvaise vie, ignoble et malpropre.

— Jour de Dieu ! je saurai vous frotter les oreilles :
Marchons, gaupe, marchons…

(Molière)

— Tais-toi, mou de veau mal lavé,
Pourquoi m’appelles-tu bâtarde,
Bassinoire de corps de garde,
Gaupe ! — Moi, gaupe ! gaupe, moi !
Ah ! chienne ! pan… Tiens, v’là pour toi.

(Vadé)

Il était 10 heures du matin, Nestine, éreintée, reposait entre les bras de son amant, quand un coup violent retentit à la porte.
— Nestine… ouvre-moi !
La gamine se réveilla en sursaut.
— M’man ! C’est m’man ! nous sommes pincés !
— De quoi ? de quoi ? fit Anatole en se frottant les yeux. Ta mère ? Eh bien ! je m’en fous. Je suis chez moi et je paye mon terme…
— Veux-tu ouvrir, petite gaupe ! continua la voix de la mère. Ouvre, ou je vas chercher les fliques !

(Oscar Méténier)

Gauperie

Delvau, 1866 : s. f. Actions, conduite, dignes d’une gaupe.

France, 1894 : Conduite ou acte d’une gaupe.

Gausse

d’Hautel, 1808 : Conter des gausses. Faire des mensonges badins et plaisans ; lâcher des gasconnades.

France, 1894 : Mensonge.

Pour s’excuser d’une infraction à la règle disciplinaire, il sait aussi construire avec promptitude une gausse dont un expert chercherait en vain le côté faible.

(Henri Rolland, L’Écolier)

Gausser (se)

d’Hautel, 1808 : Pour se moquer, se jouer de quelqu’un.
Il s’emploie aussi sans pronom personnel, et signifie mentir, débiter des choses plaisantes et controuvées.

Gausser, gaussiller (se)

France, 1894 : Se moquer.

— Vous serez récompensé bien au delà de vos désirs : vous aurez mon collier de fines perles, ma ceinture orfévrée de topazes et mon ruban de front où s’enchâssent trois opales.
Le jeune seigneur s’esclaffa d’insolente façon.
— Ouais ! dit-il, je me gausse de ces quincailles-là ! En ma demeure, j’en ai ma satiété. Mais à votre frais visage, à votre fluette main blanche, petite fille, j’estime que le reste de vous est suave et tendrelet. Ce n’est donc point ce qui brille sur vos vêtements qui me tente, mais bien ce qui se cache dessous, depuis votre nuque gracieuse jusqu’à vos mignonnes chevilles.

(Charles Foley)

Jean Pichet s’gaussillait d’moi,
Y n’a pas un brin d’ma chance,
Il s’en va servir le roi
Par tous les pays d’la France.

(Vieille chanson)

Gausserie

d’Hautel, 1808 : Raillerie, moquerie, bouffonnerie.

France, 1894 : Raillerie, moquerie ; du vieux verbe gausser.

Gausseur

d’Hautel, 1808 : Moqueur, railleur, gascon ; conteur de gausses.

Gausseur, gausseuse

France, 1894 : Moqueur, moqueuse.

Margot, morbleu !
Est par trop joyeuse ;
Elle est jaseuse,
Gausseuse.

(Vadé)

Gaussiller

La Rue, 1894 : Se moquer.

Gautier-Garguille

d’Hautel, 1808 : Je ne connois ni Gautier ni Garguille. C’est-à-dire personne.

Gaux

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Vermine.

Halbert, 1849 : Époux.

Larchey, 1865 : Pou (Vidocq).

Rigaud, 1881 : Poux, vermine. — Estourbir des gaux, tuer des poux.

Gaux picantis

Bras-de-Fer, 1829 : Pous.

Gaux-picantis

anon., 1827 : Des pous.

Gavache

Rigaud, 1881 : Auvergnat, habitant d’un pays de montagnes.

Rigaud, 1881 : Poltron.

Et moi plus qu’un enfant, capon, flasque, gavache.

(Petrus Borel, Rhapsodies, 1831.)

France, 1894 : Gueux, étranger, homme lâche et sale.
C’est ainsi que dans la Gascogne et le Languedoc on désigne les descendants des colons de la Saintonge et de l’Angoumois qui, après la peste de 1524-1523, vinrent repeupler le pays. Gabacha, en espagnol, signifie fille publique.

Gave

Fustier, 1889 : Estomac. (Richepin.)

France, 1894 : Estomac ; c’est, au propre, le gosier des oiseaux.

Gavé

Delvau, 1866 : s. m. Ivrogne, — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Gaviolé.

France, 1894 : Bourgeois riche et repu, gorgé de boissons et de victuailles.

Écrasons sur les pavés
Les richards et les gavés,
Ces Aryas…
Leurs femmes en falbalas
Serviront de matelas
Aux parias.

(Jean Richepin)

Gavé, gaviolé

Larchey, 1865 : Ivre (Vidocq). — Mot à mot : gorgé jusqu’au gosier. — Du vieux mot gaviot : gosier. V. Roquefort.

Gaver (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Manger, — dans l’argot du peuple, qui prend l’homme pour un pigeon.

Gaveur

France, 1894 : Celui qui paye à manger et à boire, ou qui donne la becquée aux volailles.

Un directeur de grand théâtre,
Qu’avait à s’plaind’ d’un écrivain,
Réunit, criant comme quatre,
Tous ceux qu’il traitait de copain
Et leur dit : Épurons nos listes,
Je ne veux plus fair’ le gaveur :
À ces canaill’s de journalistes,
Supprimons les billets d’faveur.

(Jehan Denain)

Gaviau

France, 1894 : Goéland.

Rossignol, 1901 : Gosier.

Gaviole

France, 1894 : Même sens que gavé ; du vieux français gaviot.

Gavion

d’Hautel, 1808 : Pour, le gosier, la gorge.
Il en a jusqu’au gavion. Se dit d’une personne qui a mangé avec excès, dont l’estomac ne peut plus rien contenir.
On dit vulgairement et par corruption gaviau.

France, 1894 : Gésier.

Gaviot

Delvau, 1866 : s. m. Gorge, gosier. Serrer le gaviot à quelqu’un. L’étrangler, l’étouffer. Autrefois on disait Gavion.

Rigaud, 1881 : Gosier ; d’où gavé. — Avoir le gaviot à sec, être altéré.

Virmaître, 1894 : Le gosier. Serrer le gaviot : faire passer le goût du pain. Mot à mot : étrangler un individu (Argot du peuple). V. Qui-Qui.

France, 1894 : Gorge, gosier.

Hayard, 1907 : Gosier.

Gaviteau

France, 1894 : Bouée.

Gavot

Larchey, 1865 : Compagnon. V. Dévorant.

Delvau, 1866 : s. m. Rival du Dévorant, — dans l’argot du compagnonnage.

Rigaud, 1881 : Compagnon indépendant. — Les Gavots et les Dévorants étaient ennemis et se battaient toutes les fois qu’ils se rencontraient.

Ils se nomment compagnons du Devoir de Liberté, afin précisément qu’on ne les confonde pas avec vous autres Dévorants, qui n’êtes partisans d’aucune liberté.

(George Sand, le Compagnon du tour de France.)

Le mot gavot, dans la bouche d’un Dévorant, était une injure à l’adresse du compagnon indépendant.

France, 1894 : Compagnon.

Gavroche

Delvau, 1866 : s. m. Voyou, — dans l’argot des gens de lettres, qui ont lu les Misérables de Victor Hugo.

Rigaud, 1881 : Gamin de Paris. Le voyou sublime, type créé par M. V. Hugo dans les Misérables.

France, 1894 : Gamin blagueur et spirituel, tel qu’il en pousse dans les rues de Paris. Gavroche est un type des Misérables de Victor Hugo.

Gay

Larchey, 1865 : Laid, drôle (Vidocq).

Gaye

Virmaître, 1894 : Cheval. Quand le cheval est vieux on dit qu’il est une rosse (Argot des maquignons).

France, 1894 : Chèvre ; du patois messin.

France, 1894 : Cheval.

Rossignol, 1901 : Cheval.

Rossignol, 1901 : Inventer une chose désagréable à un ami pour le faire mettre en colère, c’est lui monter une gaye.

Gayerie

Larchey, 1865 : Cavalerie (id.).

Gayet, galier

Larchey, 1865 : Cheval. — Mot ancien ; car on trouve dans Roquefort le diminutif gaillofre ; mauvais cheval, rosse. V. Garçon.

Gayetier

France, 1894 : Joueur de cornemuse, de l’espagnol gaitero. Vieux mot.

Gaz

Delvau, 1866 : s. m. Les yeux, que la passion allume si vite, — dans l’argot des faubouriens. Allumer son gaz. Regarder avec attention.

Delvau, 1866 : s. m. Ventris flatus. On dit aussi Fuite de gaz. Lâcher son gaz. Crepitare. Avoir une fuite de gaz dans l’estomac. Feticium halitum emittere.

Rigaud, 1881 : Eau-de-vie. Prendre un gaz, prendre un verre d’eau-de-vie. Le gaz allume l’ivrogne.

Rigaud, 1881 : Yeux. — Allumer son gaz, regarder avec attention. — Fermer le gaz, dormir.

France, 1894 : Eau-de-vie. Elle brûle comme le gaz.

Gaz (allumer son)

France, 1894 : Regarder avec attention ; mot à mot : s’éclairer.

Gaz (éteindre son)

France, 1894 : Mourir.

Gaz (faire son)

France, 1894 : Satisfaire ses besoins.

Gaz (lâcher le)

Larchey, 1865 : Pêter. — Double allusion à la nature et à la mauvaise odeur de l’expulsion.

D’autres dans un coin, mais sans honte, Lâchent le gaz et font des renards.

Chansonnier, 1836.

Rigaud, 1881 : Faire à voix basse l’éloge du haricot de Soissons.

France, 1894 : Lâcher un vent.

Dans un diner de l’hôtel de ville :
Un monsieur légèrement échauffé, en causant à sa voisine, laisse échapper un certain bruit.
La dame pince les lèvres, mais ne dit rien.
Quelques instants plus tard, toujours parlant à sa voisine, il en fait entendre un d’un autre genre.
La dame, cette fois, ne se contient plus :
— Ah çà ! Monsieur, vous avez donc le gaz à tous les étages ?…

Gaz dans l’estomac (avoir une fuite de)

Rigaud, 1881 : Sentir mauvais de la bouche.

Gazer

Delvau, 1866 : v. a. et n. Ne pas dire les choses crûment, — dans l’argot des bourgeois.

Gazette (lire la)

France, 1894 : Jeûner.

Gazier

Rigaud, 1881 : Celui qui a l’habitude de lâcher le gaz ; le panégyriste du haricot.

Gazon

Larchey, 1865 : Perruque mal peignée, ébouriffée comme une touffe d’herbes.

Delvau, 1866 : s. m. Perruque plus ou moins habilement préparée, destinée à orner les crânes affligés de calvitie.

Rigaud, 1881 : Chevelure authentique, — dans le jargon du peuple. — Ne plus avoir de gazon sur la pelouse, être chauve.

Rigaud, 1881 : Chevelure apocryphe, perruque « jouant la nature », comme s’expriment les prospectus et les traités de littérature de pissotière.

Je mets mon gazon, mes favoris, mon tuyau de poêle en toile cirée et me voilà cocher.

(X. de Montépin, Le Fiacre no 13.)

La Rue, 1894 : Chevelure. Perruque.

France, 1894 : Cheveux, perruque. Se râtisser le gazon, se peigner. Se gazonner la plate-bande, porter perruque.

Rossignol, 1901 : Cheveux, perruque. Celui qui n’a plus de cheveux, n’a plus de gazon sur la fontaine.

Gazon de la femme

Delvau, 1864 : Les poils de sa motte.

Nature t’a fourni un corsage bien fait,
Mais un con renfrogné, dont l’ouverture ronde
Assise est platement et sans aucun gazon.

Théophile.

Mais nos peintres, tondant leurs toiles
Comme des marbres de Paros,
Fauchent sur les beaux corps sans voiles
Le gazon où s’assied Eros.

Th. Gautier.

Gazouiller

Halbert, 1849 : Parler.

Larchey, 1865 : Parler. — Mot de langue romane. V. Roquefort.

Laquelle de tous les deux qu’a le plus de choses dans le gazouillage.

Vadé, 1788.

Delvau, 1866 : v. n. Parler, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi Répondre.

Rigaud, 1881 : Sentir mauvais. Le gaz répand une odeur insupportable ; d’où gazouiller dans le sens de puer.

Oh ! là, là, ça gazouille, dit Clémence, en se bouchant le nez.

(É. Zola.)

La Rue, 1894 : Puer.

France, 1894 : Parler.

France, 1894 : Sentir mauvais ; jeu de mot sur gaz. Avoir une fuite de gaz dans l’estomac, avoir mauvaise haleine.

— Oh ! là, là ! ça gazouille, dit Clémence en se bouchant le nez.

(Émile Zola)

Geai

d’Hautel, 1808 : On dit trivialement d’une personne qui va souvent à la selle, qu’elle est comme un geai, qu’elle a toujours le derrière ouvert, par allusion à cet oiseau qui digère les alimens aussitôt qu’il les a pris.

Géant

d’Hautel, 1808 : Aller à pas de géant. Se dit figurément, pour aller grand train ; faire de grands progrès dans une affaire.

Gebhart

France, 1894 : Gobelet ; argot des polytechniciens.

Le gebhart est un gobelet dans lequel on verse à chaque élève, à 11 heures et demie, une ration de vin d’un quart de litre ; ce vin accompagné d’un morceau de pain lui permet d’attendre le déjeuner qui n’a lieu qu’à 2 heures. Cette innovation appréciée des estomacs à jeun depuis 8 heures du matin est due au général Gebhart… On discuta longtemps pour savoir si le gobelet en question porterait le nom de Gebhart ou celui de Freycinet, alors ministre de la guerre ; à la suite d’un vote, le nom de Gebhart sortit victorieux.

(Albert Lévy et G. Pinet, L’Argot de l’X)

Geffrard

Rigaud, 1881 : Double cinq d’un jeu de dominos ; par allusion à la couleur du président Geffrard.

Geignard, geigneur

France, 1894 : Personne qui se plaint, qui se lamente sans cesse et sans raison.

Geigneur

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme qui aime à se plaindre sans avoir de sérieux motifs de plainte, — dans l’argot du peuple, ennemi de ces hommes-femmes-là.

Rigaud, 1881 : Pleurnicheur sempiternel qui passe sa vie à geindre.

Gein

France, 1894 : « File d’ouvriers travaillant dans un champ, sur une même ligne, laquelle s’avance à mesure que l’ouvrage se fait »

(Lucien Adam, Les Patois lorrains)

Geindre

d’Hautel, 1808 : Plaindre ; gémir continuellement sans sujet, et souvent les mains pleines.

Delvau, 1866 : v. n. Se plaindre.

France, 1894 : Ouvrier boulanger, appelé ainsi à cause de l’effort respiratoire qu’il produit en pétrissant la pâte pour rythmer son travail, et qui ressemble à une sorte de gémissement. « Les geindres se sont mis en grève. »

Gelée

d’Hautel, 1808 : Un beau plat de gelée. Expression métaphorique, pour dire une belle gelée, un froid vif et serré.

Gelée de loup

France, 1894 : Teinture d’antimoine.

Gelée de mer

France, 1894 : Méduse.

Geler

d’Hautel, 1808 : Il gèle à pierre fendre. Pour dire il gèle fortement.
Il n’a pas le bec gelé. Se dit d’un homme qui parle continuellement ; d’un grand babillard.

Geline

France, 1894 : Poule ; vieux mot, du latin gallina.

Gelinette

France, 1894 : Poule d’eau ; corruption de gelinotte.

Gendarme

d’Hautel, 1808 : On dit d’une femme hommasse, hardie et effrontée, que c’est un vrai gendarme.

Delvau, 1864 : Concubine ou femme légitime qui, toujours pendue au bras de son homme, ou sur ses talons, le suit partout — et quand même.

Delvau, 1866 : s. m. Hareng saur, — dans l’argot des charcutiers.

Delvau, 1866 : s. m. Femme délurée et de grande taille, — dans l’argot du peuple.

Delvau, 1866 : s. m. Fer à repasser, — dans l’argot des ménagères, qui ont constaté que la plupart de ces utiles instruments sortaient de la maison de la veuve Gendarme. Branleuse de gendarme. Repasseuse.

Rigaud, 1881 : Hareng-saur.

Rigaud, 1881 : Cigare d’un sou à bout coupé.

Rigaud, 1881 : Breuvage composé de vin blanc, de sirop de gomme et d’eau ; très apprécié des ivrognes les lendemains des jours de fêtes bachiques. Dans leur reconnaissance, ils ont nommé le même mélange : un « protecteur ».

Rigaud, 1881 : Gaillarde qui vaut un et quelquefois deux hommes. L’ouvrier parisien appelle volontiers sa femme « mon gendarme, le gendarme », quand elle est criarde, ou quand elle est maîtresse au logis, ou quand elle vient en gesticulant l’arracher aux douceurs du cabaret.

La Rue, 1894 : Hareng saur. Cigare de cinq centimes. Logeur. Moisissure. Fer à repasser.

Virmaître, 1894 : Fer à repasser. Gendarme est le nom du fabricant le plus renommé (Argot des blanchisseuses).

France, 1894 : Hareng saur.

France, 1894 : Moisissure sur le vin. D’après Delvau, ce nom serait un jeu de mot parce que cette moisissure arrête le travail de bonification. On ne peut pas dire de cette explication fantaisiste : Si non cero, bene torovato.

France, 1894 : Femme de grande taille, délurée et hardie. On dit, dans le même sens, dragon.

France, 1894 : Fer à repasser, parce que, dit encore Delvau, la plupart de ces utiles instruments sortaient de la maison de la veuve Gendarme, d’où une repasseuse est appelée branleuse de gendarme.

France, 1894 : Logeur en garni.

France, 1894 : Cigare d’un sou.

France, 1894 : Boisson composée de vin blanc, sirop de gomme et eau.

Gendarme déguisé en bourgeois

Rigaud, 1881 : Canne à épée.

Ah ! fit-il, en repoussant vivement le poignard, ton gendarme déguisé en bourgeois.

(V. Hugo.)

Gendarmer

d’Hautel, 1808 : Se gendarmer. Faire de la résistance, se débattre sur une affaire, s’escrimer, se mettre en colère.

Gendarmer (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. S’offenser. Signifie aussi : Regimber, résister.

France, 1894 : S’offenser, se rebiffer, protester.

Gendarmes

Delvau, 1866 : s. m. pl. Moisissures que le contact de l’air développe à la surface du vin, — dont cela arrête ainsi le travail de bonification.

Rigaud, 1881 : Moisissures qui attaquent le vin, lorsqu’une barrique tire à sa fin.

Gendeletirisme

France, 1894 : Maladie épidémique qui s’est singulièrement développée depuis que la demi-instruction est mise à la portée de tous.

Gendelettre

Delvau, 1866 : s. m. Homme de lettres, — dans l’argot des bourgeois, qui font de ce mot ce que le peuple a fait du mot précédent, primitivement écrit gens d’armes.

France, 1894 : Homme de lettres. « Le moindre plumitif se dit gendelettre. »

Géné

Fustier, 1889 : Général. Argot de l’École polytechnique.

L’habitude est à l’école d’abréger tous les mots. On ne dit pas le colonel, mais le colo, le général, mais le gêné…

(Gil Blas, juin 1882.)

France, 1894 : Apocope de général ; argot des polytechniciens.

Gène

Delvau, 1866 : s. f. Pauvreté, — dans l’argot du peuple, dont c’est le vice principal.

Gêne

d’Hautel, 1808 : Où il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir. Proverbe populaire qui se dit en plaisantant, pour excuser les trop grandes libertés, les écarts que l’on se permet.

Gêné

Virmaître, 1894 : Malheureux momentanément, embarrassé dans ses affaires. Gêné dans ses entournures : être habillé trop étroitement. Gêné par quelqu’un : n’avoir pas ses coudées franches, être tenu en laisse. Gêné : être mal à l’aise dans un milieu auquel on n’est pas habitué. Dans le peuple, gêné a une signification toute différente. Quand une femme a un amant, elle lui dit au moment psychologique :
— Fais comme mon mari, gêne-toi (Argot du peuple). N.

Gêné dans les entournures

France, 1894 : Guindé, ne savoir que faire du ses membres.

Gêné dans ses entournures

Delvau, 1866 : Ennuyé, agacé par quelqu’un ou par quelque chose, — dans l’argot des faubouriens, qui aiment les vêtements larges et les « bons enfants ».

Général Macadam

Delvau, 1866 : s. m. Le public, qui est le Salomon de toutes les filles. On disait le général Pavé, avant l’introduction en France du système d’empierrement des rues dû à l’ingénieur anglais Mac Adam.

France, 1894 : Le public ; se disait du temps où la composition boueuse inventée par Mac Adam transformait en dépotoir les rues de Paris. Une fille publique était entretenue par le général Macadam ou le général Pavé.

Général pavé

Virmaître, 1894 : Les filles publiques qui arpentent les rues du malin au soir à la recherche de clients sont entretenues par ce général, qui est souvent bien dur pour elles. L’allusion est claire (Argot du peuple). N.

Genetin ou gennetin

France, 1894 : Raisin et vin blanc de l’Orléanais.

Gêneur

Delvau, 1866 : s. et adj. Type essentiellement parisien, — comme la punaise. C’est plus que l’importun, plus que l’indiscret, plus que l’ennuyeux, plus que le raseur : c’est — le gêneur.

Rigaud, 1881 : Importun personnage qui fait de la morale à des gens qui ne demandent qu’à s’amuser. Le peuple les envoie à Chaillot rejoindre tous ceux qui l’ennuient. À Chaillot les gêneurs !

France, 1894 : Importun, trouble-fête, indiscret.

Geneviève

France, 1894 : Genièvre.

Genevisme

France, 1894 : Langage et style des Genevois, qui s’imaginent parler et écrire le français.

Genévrette

France, 1894 : Boisson faite avec des fruits sauvages et aromatisée de genièvre, en usage surtout dans le Gâtinais. Elle sert à remplacer le vin et la bière chez les gens de la campagne.

Génie (un)

Merlin, 1888 : Un soldat du génie.

Génisse

Delvau, 1866 : s. f. Femme trop libre.

France, 1894 : Mot poli pour désigner certaines femmes plus communément appelées vaches.

Géniteur

Delvau, 1864 : Homme qui ne peut baiser une femme sans lui faire un enfant, — genitor.

Rigaud, 1881 : Père.

Trois ans se sont écoulés depuis que mon géniteur a cessé d’exister et de gouverner la France.

(Armand Charlemagne, Les trois B, 1809.)

Génitoires

Delvau, 1864 : Les couilles, qui contiennent la liqueur de la génération.

Mes doigts, légèrement promenés sur les fesses, les cuisses et les génitoires de l’Adonis, paraissaient lui faire grand plaisir. — Oh ! oui, comme cela, chatouille, mon petit ange, chatouille-les bien !…

A. de Nerciat.

Et le montrait, voyant tout chacun ses génitoires.

(Les Cent Nouvelles nouvelles.)

Un roi dans les grecques histoires,
Sachant des siens la trahison,
Voulut, pour en tirer raison,
Qu’on leur coupât les génitoires.

(Cabinet satyrique.)

Gennade

France, 1894 : Femme qui a épousé un homme d’une condition inférieure à a sienne. Vieux mot.

Genoper

France, 1894 : Garrotter ; argot des marins. La genope est un bout de filin qui sert à fixer deux cordages l’un sur l’autre pour les empêcher de glisser.

Genou

d’Hautel, 1808 : Il coupe comme les genoux de ma grand’mère. Se dit d’un mauvais couteau qui n’est point affilé, qui n’est point habile à la coupe.
Rompre l’anguille au genou. Se servir de moyens peu convenables pour réussir dans une affaire.

Larchey, 1865 : Tête chauve.

Il ébauchait une calvitie dont il disait lui-même sans tristesse : Crâne à trente ans, genou à quarante.

Victor Hugo.

Delvau, 1866 : s. m. Crâne affligé de calvitie. Avoir son genou dans le cou. Être chauve.

Rigaud, 1881 : Crâne dénudé. — Homme chauve. — On voit beaucoup de genoux à l’orchestre de la Comédie-Française.

France, 1894 : Crâne chauve. Avoir son genou dans de cou, être dépourvu de cheveux.

Je la connus un peu avant son divorce, et les émotions de cette crise la rendaient plus jolie et plus intéressante. Elle était même courtisée, en même temps par un banquier fort riche, mais vieux, chauve comme un genou, et vraiment laid.

(Paul Alexis)

Bébé joue avec un vieux beau, cassé comme un divan d’hôtel meublé, chauve comme un concombre :
— Oh ! Dis, Monsieur, s’écrie tout à coup Bébé en caressant le crâne du vieux beau, pourquoi n’y mets-tu pas une jarretière ?

Genoulelète

France, 1894 : Perdrix grise.

Genre

d’Hautel, 1808 : Avoir le genre ; prendre le genre ; être dans le bon genre. Ces locutions signifient, en termes de petit maître, avoir la tournure à la mode, les airs musqués ; faire l’important.
Pour parvenir à ce que l’on nomme le bon genre, ou le suprême bon ton, il faut d’abord maniérer son langage et grasseyer en parlant ; prendre un air hautain, délibéré et suffisant ; occuper continuellement la conversation de sa personne, de ses qualités, de son savoir, de ses goûts, de ses fantaisies ; parler tantôt de son coiffeur, de son tailleur, de son bottier ; puis de ses maîtresses, de chevaux ; des spectacles, de Brunet, de Forioso, et de mille autres objets de cette importance : un homme du bon genre doit en outre avoir en main une badine, avec laquelle, lorsqu’il ne la porte pas à sa bouche, il frappe à tort et à travers sur tous les meubles qui sont autour de lui ; et s’il n’est vautré sur un sopha, en présence de toutes les femmes, debout devant une glace, sur laquelle ses yeux sont constamment fixés, il s’enthousiasme des charmes de sa personne ; et, tout en fredonnant quelqu’air fade et langoureux, il s’occupe négligemment à réparer les désordres d’une Titus ébourriffée ; enfin tout ce qui est ridicule, outré, insipide et féminin, doit se trouver réuni dans ce qu’on appelle un homme du bon genre.
On ne sait de quel genre il est, s’il est mâle ou femelle. Se dit d’un homme sournois, et qui mène une vie très-retirée.

Larchey, 1865 : Ostentation.

Un éteignoir d’argent, pus que ça de genre !

La Bédollière.

Monsieur fait du genre : Monsieur fait ses embarras.

Delvau, 1866 : s. m. Manières ; embarras ; pose, — dans l’argot du peuple. Que ça de genre ! est son exclamation favorite à propos de choses ou de gens qui « l’épatent ».

Genre (se donner un)

Rigaud, 1881 : Vouloir paraître ce qu’on n’est pas. — Se donner un genre artiste, militaire. — Se donner du genre, singer les grandes manières.

Ne pas dîner pour s’acheter des gants.

Genre humain

d’Hautel, 1808 : Les hommes pris ensemble.
C’est l’horreur du genre humain. Se dit de quelqu’un qui inspire de l’aversion, pour lequel on a le plus grand mépris ; ou de quelque chose que l’on veut décréditer.

Genreux

Rigaud, 1881 : Élégant, celui qui fait du genre, — dans le jargon du peuple.

Une histoire scandaleuse, dont potine à cette heure tout le Paris genreux.

(Petite Lune, 1879.)

France, 1894 : Poseur, homme qui fait du genre, de l’ostentation.

Gens

d’Hautel, 1808 : Ce n’est pas pour de si bonnes gens, c’est pour mon père et ma mère. Se dit en badinant, lorsque l’on fait à la grosse quelque chose pour soi, et à dessein de faire entendre que l’on ne craint pas d’en avoir des réprimandes.
Nous sommes gens de revue. Se dit pour marquer la confiance que l’on a dans une personne avec laquelle on a contracté quelqu’obligation ; se dit aussi d’une affaire que l’on remet à un autre moment.
Il y a gens et gens. Pour dire que tous les hommes ne se ressemblent pas, qu’ils ont des mœurs différentes.
Vous moquez-vous des gens ? C’est se moquer des gens. Espèce d’apostrophe que l’on fait à quelqu’un qui fait des propositions déraisonnables.

d’Hautel, 1808 : C’est la crême des honnêtes gens. V. Crême.
Gens de sac et de corde. Pour dire filous, voleurs qui méritent la corde.
À gens de village trompette de bois. Voyez Bois.
De fines gens. Des personnes adroites, rusées, dont il faut se méfier.
Nous prenez-vous pour des gens au — delà de l’eau. C’est-à-dire, pour des gens qui ne savent rien, auxquels on peut aisément en conter.

Gens de lettres (société des)

Rigaud, 1881 : Chantage par lettre. — Faire partie de la Société des gens de lettres, adresser une lettre à quelqu’un en le menaçant de mort, s’il ne dépose pas une certaine somme à un endroit désigné. En pareil cas, la marche à suivre est de porter immédiatement l’épître au commissaire de police.

Gentilhommaille

France, 1894 : Ramassis de nobles, de hobereaux.

Gentilhomme

d’Hautel, 1808 : C’est un gentilhomme de Beauce, qui reste au lit quand on refait ses chausses. Se dit ironiquement d’un homme pauvre qui fait le gros seigneur.

France, 1894 : Cochon, sans doute parce qu’il ne travaille pas, s’engraisse à ne rien faire. Les Irlandais appellent le cochon « le gentilhomme qui paye la rente ».

Gentilhomme à lièvre

France, 1894 : Hobereau qui passe son temps à chasser dans ses terres ; gentilhomme campagnard de petite fortune et de petite noblesse.

Ce mot vient d’une aventure plaisante racontée par le greffier Tillet en ses Mémoires : « Les armées de Philippe V, roy de France, et d’Édouard, troisième roy d’Angleterre, estant sur le point de donner bataille, un lièvre se donna près du camp des François. Les soldats les plus proches firent, en le voyant, un si grand bruit, que ceux qui estoient à l’arrière-garde crurent qu’on estoit aux mains. Quelques écuyers, ayant eu cette pensée, vinrent se jeter aux pieds du roy pour lui demander l’accolade de chevaliers ; mais n’y ayant point eu de combat, et l’alarme se trouvant avoir esté seulement causée par un lièvre, on nomma par raillerie ceux qui avoient esté faits chevaliers, les chevaliers du lièvre. On a depuis appliqué ce proverbe aux gentilshommes casaniers et qui passent leur vie à la chasse.

(Fleury de Bellingen, Étym.. des prov. franç.)

Gentilhomme de la manche

France, 1894 : Gentilhomme qui accompagnait un prince adolescent.

Gentilhomme de parage

France, 1894 : Fils d’un père noble, pouvant être fait chevalier, tandis que le fils d’une mère noble et d’un père roturier ne pouvait aspirer à la chevalerie, tout en étant gentilhomme.

Gentilhomme de parchemin

France, 1894 : Sobriquet que donnaient les gentilshommes de vieille noblesse aux roturiers anoblis.

Gentilhomme de verre

France, 1894 : Noble qui exerçait la profession de verrier, la seule industrie qui ne fit pas perdre la noblesse.

Gentilhomme de verre,
Si vous tombez à terre,
Adieu vos qualités.

(Maynard)

Gentilhomme sous-marin

France, 1894 : Souteneur.

Gentilhommerie

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris. Se dit en parlant de quelqu’un de petite noblesse, ou nouvellement anobli.

Gentilhommière

d’Hautel, 1808 : Petite maison qui sert d’apanage à un noble pauvre.

Gentille (être bien)

Delvau, 1864 : Bien arranger un homme, le faire jouir à gogo.

Joli garçon, viens avec moi, tu ne t’en repentiras pas… je serai bien gentille…

Lemercier de Neuville.

Gentille au dodo (être bien)

Delvau, 1864 : Promesse que vous fait une fille en vous raccrochant ; cela consiste à vous faire jouir comme jamais vous n’avez joui avec aucune femme, soit en vous suçant, soit en vous branlant, soit en se laissant enculer par vous, soit en vous faisant postillon pendant que vous la foutez, — et tout cela pour arriver à vous faire tirer un pauvre petit coup de deux liards qui ne vous remue pas autant que le premier baiser de votre première bonne amie.

Gentillesse

d’Hautel, 1808 : C’est une de ses gentillesses. Se dit en mauvaise part, pour c’est une de ses fredaines, un de ses tours.

Gentleman

Delvau, 1866 : s. m. Homme d’une correction de langage et de manières à nulle autre pareille, — dans l’argot des gandins. On dit aussi Parfait Gentleman, mais c’est un pléonasme, puisqu’un Gentleman qui ne serait pas parfait ne serait pas gentleman.

France, 1894 : Homme bien élevé ; anglicisme.

Un gentilhomme peut ne pas être un gentleman.

Gentleman-rider

France, 1894 : Homme du monde qui monte dans les courses ; du verbe anglais to ride, monter à cheval. Les membres du Jockey-Club et les officiers de cavalerie ont seuls le droit de monter dans les courses des gentlemen-riders.

Gentlemen

France, 1894 : Pluriel de gentleman.

Gentry

France, 1894 : Haute bourgeoisie, d’origine aristocratique ; anglicisme.

Genus irritabile vatum

France, 1894 : La race irritable des poètes. Locution tirée des Épîtres d’Horace et passée dans la langue.

Géo

France, 1894 : Géométrie et géographie, dans l’argot des écoles.

Georget

Halbert, 1849 : Gilet.

France, 1894 : Gilet. Est-ce à cause de la forme des gilets du célèbre médecin aliéniste de ce nom, mort en 1828 ?

Gerbable

Rigaud, 1881 : Menacé d’une condamnation. — Gerbé, condamné.

France, 1894 : Accusé certain d’être condamné.

Gerbe

Clémens, 1840 : Condamné.

Virmaître, 1894 : Prison. Gerbé : condamné. Gerbe à vioc : être condamné aux travaux forcés à perpétuité. Gerbe à la passe : condamné à mort (Argot des voleurs).

France, 1894 : Prison. Une gerbe, une année de prison.

Hayard, 1907 : Prison.

Gerbé

France, 1894 : Condamné. Gerbé à vioc ou à la vioque, condamné à perpétuité ; gerbé à la passe, condamné à mort ; gerbé à la grotte, condamné au bagne.

Rossignol, 1901 : Condamné.

Gerbé (être)

M.D., 1844 : Être condamné.

M.D., 1844 : Être condamné.

Hayard, 1907 : Condamné.

Gerbement

Delvau, 1866 : s. m. Jugement, condamnation, — dans l’argot des voleurs.

France, 1894 : Condamnation, jugement.

La conversation, qu’ils eussent été très embarrassés d’alimenter autrement, roulait sur les camarades qui étaient au pré, sur ceux qui étaient en gerbement.

(Marc Mario et Louis Launay)

Rossignol, 1901 : Condamnation.

Gerbement, gerbe

Rigaud, 1881 : Jugement. — Gerber, juger ; condamner. — Gerber à la passe, gerber à la faux, condamner à mort. La passe, pour le passage de la vie à la mort. — Gerbier, juge, juré. — Gerberie, tribunal. — Planque du gerbe, cour d’assises.

Gerber

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Emprisonner.

un détenu, 1846 : Condamner, être gerbé, être condamné.

Halbert, 1849 : Condamner.

Larchey, 1865 : Juger (Vidocq). — Mot à mot : réunir tous les actes de la vie passée, en faire une gerbe, un faisceau pour l’accusation. — Gerbement : Jugement. V. Manger. — Gerberie : Tribunal. — Gerbier : Juge.

Delvau, 1866 : v. a. Condamner. Gerber à vioc. Condamner aux travaux forcés à perpétuité. Gerber à la passe ou à conir. Condamner à mort.

La Rue, 1894 : Juger, condamner.

France, 1894 : Juger, condamner. On réunit en gerbe tous les chefs d’accusation.

— Te voilà pris avec cinq vols qualifiés, trois assassinats, dont le plus récent concerne deux riches bourgeois… tu seras gerbé à la passe.

(Balzac)

Gerber à la grotte

La Rue, 1894 : Condamner au bagne ; à la vioque, à perpétuité.

Gerber à la passe

Bras-de-Fer, 1829 : Guillotiner.

Larchey, 1865 : Condamner à mort. — On dit souvent en parlant de la mort : Il faut la passer.

On va le buter. Il est depuis deux mois gerbé à la passe.

Balzac.

Gerberie

Delvau, 1866 : s. f. Tribunal, Cour d’assises.

France, 1894 : Tribunal.

Gerbier

Clémens, 1840 : Juge.

un détenu, 1846 : Juge. Meg des gerbiers ; le président d’un tribunal.

Delvau, 1866 : s. m. Avocat d’office, — dans l’argot des voleurs, qui, certainement à leur insu, donnent à leur défenseur, médiocre porte-toge, le nom du très célèbre avocat au parlement de Paris. Signifie aussi Juge.

La Rue, 1894 : Juge. Juré. Avocat d’office.

Virmaître, 1894 : Président de la Cour d’assises (Argot des voleurs).

France, 1894 : Juge.

Rossignol, 1901 : Juge. Celui qui gerbe.

Gerbierres

Rigaud, 1881 : Fausses clés.

La Rue, 1894 : Fausses clés.

France, 1894 : Fausses clefs.

Gerce

Delvau, 1866 : s. f. Maîtresse, — dans l’argot des voyous pour qui, sans doute, c’est la vermine.

Rigaud, 1881 : Maîtresse, — dans le jargon des voleurs. C’est garce, avec changement d’une lettre.

Virmaître, 1894 : Femme (Argot du peuple).

France, 1894 : Fille, maîtresse ; du patois normand où gerce signifie brebis, ou peut-être de gerce, fente dans la peau, allusion aux organes sexuels, ou peut-être encore de gerce, teigne qui ronge les étoffes.

Quant au choix qu’i’ faut en faire,
Les p’tit’s gerc’s, c’est pus girond ;
Mais ça n’sait qu’l’ap’ de l’affaire
Et ça rent’ quèqu’fois sans l’rond.

(Blédort)

Hayard, 1907 : Femme.

Gérir (se)

France, 1894 : Se conduire.

Gerlon

France, 1894 : Cuve de papetier.

Germanie (aller en)

France, 1894 : Remanier une composition ; argot des typographes. Jeu de mot ; littéralement : « Je remanie. »
Voir Aller en Galilée.

Germinisme

France, 1894 : Pédérastie ; néologisme de date récente, créé après l’aventure du comte de Germiny, membre de la Société de Saint-Vincent de Paul et président des cercles catholiques ouvriers.
Les synonymes de pédéraste sont nombreux dans l’argot des gens du monde comme dans celui des faubourgs, ce qui prouve l’étendue et la persistance de ce vice honteux, commun aux deux sexes. Nous en citerons pour mémoire quelques-uns : bique et bouc, corvette, Émile, emproseur, frégate, gosselin, Jésus, pédé, pédéro, tante, tapette, rivette.

Germinyser

Virmaître, 1894 : Membre d’un cercle catholique qui cherche à pénétrer dans un centre ouvrier. La condamnation qui frappa un personnage célèbre reconnu coupable d’un délit, qui n’était assurément qu’un acte de folie érotique a donné naissance à cette expression devenue populaire (Argot du peuple).

Gernaffe, gernaffier

France, 1894 : Ferme, fermier ; forme de garnaffe.

Gernafle

Halbert, 1849 : Ferme.

Géromé

France, 1894 : Fromage de Gérardmer ; corruption de ce mot.

Gérontocratie

Larchey, 1865 : Puissance de la routine et des anciennes idées, représentées au théâtre par le type de Géronte.

La gérontocratie sous laquelle tout se flétrit en France.

Balzac.

Delvau, 1866 : s. f. Puissance des préjugés, de la routine et des idées caduques, « sous laquelle tout se flétrit en France ». — où les Gérontes sont encore plus nombreux que les Scapins. L’expression est d’Honoré de Balzac.

Rigaud, 1881 : Rabâchage, routine, idées surannées. M. Éd. About s’est souvent servi de ce mot.

France, 1894 : Gouvernement par les vieilles gens. Abus de la prétendue sagesse des viellands qui n’est presque toujours que l’impuissance. Géronte est un personnage de comédie qui représente la routine, les préjugés et l’encroutement.

Gerse

La Rue, 1894 : Prostituée.

Rossignol, 1901 : Femme.

Gerzeau

France, 1894 : Nielle.

Gerzerie

France, 1894 : Ivraie ; provincialisme.

Gésier

d’Hautel, 1808 : Le second ventricule de certains oiseaux qui se nourrissent de grains. Ce mot est absolument défiguré parmi le peuple qui prononce gigier.

Delvau, 1866 : s. m. Gorge, gosier, — dans l’argot du peuple. Avoir mal au gésier. Avoir une laryngite ou une bronchite.

Rigaud, 1881 : Gosier. — Se laver le gésier, boire un coup.

Gesseur

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui fait des embarras, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi Grimacier, excentrique. Je n’ai pas besoin de dire que l’étymologie de ce mot est geste, et que c’est par euphonie qu’on le prononce ainsi que je l’écris.

France, 1894 : Grimacier, faiseur d’embarras ; corruption de gesteur, qui fait des manières, des gestes.

Gesseuse

Delvau, 1866 : s. m. Femme minaudière, qui fait sa sucrée — et même « sa Sophie ».

France, 1894 : Minaudière, prude.

Gessir

France, 1894 : Sortir, être issu.

Get

France, 1894 : Jonc, pour jet.

Get, geti

Rigaud, 1881 : Jonc, — dans l’ancien argot.

Geule

France, 1894 : Maladie de la vigne dans laquelle les bourgeons se développent au détriment du raisin.

Ghetto

France, 1894 : Juiverie ; italianisme. Quartier de Rome, de Turin et autres villes d’Italie, réservé aux juifs et qu’on fermait la nuit au moyen de chaînes. Le nom de ghetto a été donné à tous les quartiers juifs.

Naples de même et ses ghetto révèlent mieux, en une brève escale, la crasse orientale à venir que les relations de voyage les plus documentées.

(Paul Bonnetain)

Entre ces parquets à jour l’eau fuit, rapide comme un malfaiteur. Les délayages ignobles des savonnages, des teintures, les immondices, les épluchures ont déposé un humus de vase qui est de la lie humaine. Des papiers, des débris d’assiettes collent sur ce fond une mosaïque. Des poignées de cheveux s’y fixent en façon d’algues. Et l’on songe tout ensemble à une Venise de truands et à un ghetto de lépreux, où l’ordure se coagule dans le vomissement des ivresses et dans le sang des rixes.

(Hugues Le Roux)

Gi

Halbert, 1849 : Oui.

France, 1894 : Oui.

Hayard, 1907 : Oui.

Gibasse

Delvau, 1866 : s. f. pl. Gorge qui a peut-être promis, mais qui ne tient pas.

Gibe

France, 1894 : Bosse ; du latin gibba, gibbosité.

France, 1894 : Chapeau, pour gibus.

Gibelet (avoir un coup de)

France, 1894 : Agir légèrement, sans réflexion, comme si l’on avait bu. Le gibelet est un petit foret qui sert à percer les tonneaux, pour en déguster le vin.

Gibelotte de gouttière

Delvau, 1866 : s. f. Chat de toits, — dans l’argot du peuple.

Virmaître, 1894 : Il existe des industriels qui, la nuit, vont chasser les chats ! Ils les fourrent dans un sac de toile, les dépouillent, puis les vendent aux restaurateurs de bas-étage qui les transforment en lapin sauté ou en lapin chasseur. Ils les préparent plus particulièrement en gibelotte parce que le vin et les épices atténuent un peu l’odeur sauvage du chat-lapin. Dans les portions servies au public, jamais il n’y a de tête ; elle ferait reconnaître facilement la nature du lapin (Argot du peuple).

France, 1894 : Chat.

Giberne

Delvau, 1864 : Le fessier, d’une femme, qui est, si on le veut, une boîte à cartouches. Allusion à la place ordinaire de la giberne.

Elle a une crâne giberne, ton adorée, faut lui rendre justice. Tout est-il à elle, dis ?

Charles Monselet.

Delvau, 1866 : s. f. La partie du corps dont les femmes augmentent encore le volume à grand renfort de jupons et de crinolines. Ce mot, — de l’argot des faubouriens, s’explique par la position que les soldats donnaient autrefois à leur cartouchière.

France, 1894 : Derrière, fesses.

La grosse dondon qui nous servait à table était agrémenté de rotondités antérieures et postérieures qui faisaient loucher les jeunes lieutenants ; on n’entendait que ces exclamations : « Pristi ! quelles avant-scènes ! Nom de Dieu ! Belle giberne !

(Les Gaietés du régiment)

Giberne (avoir, une belle)

Merlin, 1888 : Avoir les rotondités postérieures proéminentes.

Giberne (enfant de)

Larchey, 1865 : Enfant de troupe.

Giberne (tailler une)

La Rue, 1894 : Raconter une histoire ennuyeuse, donner une corvée désagréable.

France, 1894 : Raconter une histoire ennuyeuse. Faire porter une giberne, donner une corvée. « La giberne, dit Lorédan Larchey, se porte quand on est de service, et le service est généralement peu agréable. »

Giberner

France, 1894 : Faire une besogne désagréable.

Giberneur

Fustier, 1889 : « On appelle vulgairement giberneurs des industriels qui se livrent au commerce des herbes, telles que fougères, pervenches, feuilles de vigne, etc., servant à l’étalage des fruits et à l’ornementation des vitrines des restaurateurs et marchands de comestibles. »

(Journal des Débats, déc. 1882.)

Ils ont aussi reçu le nom d’hommes sauvages, car beaucoup d’entre eux n’ont d’autres moyens de se procurer de la marchandise que les déprédations qu’ils commettent dans les propriétés de la banlieue.

Gibesse

France, 1894 : Gorge pendante et molle.

Gibier

d’Hautel, 1808 : Pour dire femme ou fille de joie ; celui ou celle que l’on peut duper facilement.

Gibier d’amour

Delvau, 1864 : Jolie fille que l’on chasse — pour mieux la tenir et la posséder.

Vrai gibier d’amour, Colette,
Par moi fut prise au collet.

Vaubertrand.

Gibier de Cayenne

Delvau, 1866 : s. m. Voleur, ou meurtrier, — dans l’argot du peuple.

Gibier de potence

Virmaître, 1894 : Filou, voleur, souteneur ; tous ceux qui, en un mot, se mettent en dehors des lois et sont justiciables de la planche à pain ou du carré des petites gerbes (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Tout individu qui se met hors la loi.

Gibier de saint-lazare

Delvau, 1864 : Fille publique, qui mérite toujours, peu ou prou, d’aller passer quelques jours ou quelques mois dans cette prison.

Giblet

d’Hautel, 1808 : Il a un coup de giblet. Se dit d’un homme qui a la tête un peu éventée, qui est atteint de folie.

Giboudot

France, 1894 : Raisin noir des bords de la Loire.

Giboyer

Delvau, 1866 : s. m. Journaliste d’estaminet, homme de lettres à tout faire, — dans l’argot des gens de lettres, qui consacrent ainsi le souvenir de la comédie d’Émile Augier. Encore un nom d’homme devenu un type.

France, 1894 : Journaliste à tout faire : c’est le personnage d’une comédie d’Émile Augier.

Gibraltar

France, 1894 : Gros pâté de foie gras ; sobriquet donné aux Anglais après qu ils se furent emparés par surprise du fameux rocher qui commande l’entrée de la Méditerranée.

Vraiment, vraiment, Marguerite, il y a de quoi rire
De voir dans c’monde toutes ces figures tartares,
Des drôles d’habits, des poches comme une tirelire,
S’cachant du col comme des vrais Gibraltars.

(Vadé)

Gibus

Rigaud, 1881 : Chapeau, chapeau à claque, du nom du fabricant.

France, 1894 : Chapeau ; primitivement le chapeau à claque, du nom de l’inventeur.

…J’ai dépouillé cette minable touche
Dont m’affublait hier ce marmiteux gibus
Qu’inonda tant l’averse en haut des omnibus.

(George Bois, Cœur au vent)

Une dame en wagon attrape une colique ;
À côté d’elle était un gibus magnifique.
Le voyageur dormait… le reste va de soi.

Gibut

France, 1894 : Bossu ; de gibe.

Gicler (pour jicler)

France, 1894 : Jaillir. Vieux mot ; du latin jaculare.

Gicler, gigler, giscler, jicler

Rigaud, 1881 : Jaillir, rejaillir, couler en jet. — Le sang giscle d’une blessure. — Les gens qui chiquent gisclent en crachant. — Manière de cracher particulière aux gens qui mâchent du tabac.

Puis, v’lan, par je ne sais quels cribles, Par mille pertuis invisibles, Une eau nous jicle sur les pieds.

(A. Pommier, Paris.)

Gicler, giscier

La Rue, 1894 : Jaillir, couler en jet. Cracher en jet.

Giffe ou Giffle

Delvau, 1866 : s. f. Soufflet, — dans l’argot du peuple, qui se rappelle sans doute que ce mot signifiait autrefois joue.

Giffle

d’Hautel, 1808 : Pour mornifle, tape, taloche.
Donner une giffle à quelqu’un. Lui appliquer un soufflet, le battre avec la main.

Giffler

d’Hautel, 1808 : Souffleter, confirmer quelqu’un, lui donner une mornifle.

Delvau, 1866 : v. a. Souffleter quelqu’un.

Gigi

France, 1894 : Gésier.

Gigolette

Delvau, 1864 : Drôlesse de quinze à seize ans qui débute dans la vie en même temps que dans le vice et qui est du bois — pourri — dont on fait les putains.

La gigolette est une adolescente, une muliérocule… qui tient le milieu entre la grisette et la gandine, — moitié ouvrière et moitié-fille.

A. Delvau.

Delvau, 1866 : s. f. Jeune fille qui a jeté sa pudeur et son bonnet pardessus les moulins, et qui fait consister son bonheur à aller jouer des gigues dans les bals publics, — surtout les bals de barrière.
Je crois avoir été un des premiers, sinon le premier, à employer ce mot, fort en usage dans le peuple depuis une quinzaine d’années. J’en ai dit ailleurs (Les Cythères parisiennes) ; « La gigolette est une adolescente, une muliéricule. Elle tient le milieu entre la grisette et la gandine, — moitié ouvrière et moitié fille. Ignorante comme une carpe, elle n’est pas fâchée de pouvoir babiller tout à son aise avec. le gigolo, tout aussi ignorant qu’elle, sans redouter ses sourires et ses leçons. »

Rigaud, 1881 : Apprentie ouvrière doublée d’une danseuse de bals publics. Comme son mâle, le gigolo, type éteint, la gigolette est venue à l’époque du succès des Mystères de Paris. C’est Rigolette encanaillée, bastringueuse, avec changement de la première lettre.

Virmaître, 1894 : Fille des faubourgs qui, à l’âge ou les autres vont encore à l’école, a déjà jeté son bonnet par dessus la Tour Eiffel. La gigolette travaille pour l’amour de l’art. Comme elle fréquente les bals publics où elle gigotte avec frénésie, l’expression gigolette est indiquée (Argot du peuple).

France, 1894 : Grisette, coureuse de bals publics, maîtresse de souteneur.
D’après Jean Richepin, autorité en la matière, gigolette viendrait de gigue qui signifie non seulement en argot, mais en français, jambe. Une gigolette est donc une femme qui joue des jambes, c’est-à-dire qui danse. Mais dans le sens attaché à ce mot, une gigolelte n’est pas seulement une danseuse, c’est surtout une gourgandine, la maîtresse d’un gigolo, une raccrocheuse enfin. Nous trouvons alors son étymologie en anglais dans les mots giglot et gigglett signifiant tous deux coureuse, fille lascive, impudique, ce qui répond à notre cas. Giglot et gigglett dérivent du saxon geagl, folâtre, gai, bruyant, peu scrupuleux en matière de morale.
Cette origine nous semble plus naturelle que celle donnée par Berey, connu comme poète argotique sous le pseudonyme de Blédort :
« Ce mot, dit-il, avec l’acceptation actuelle, existe en argot depuis une quinzaine d’années. Dans le numéro 36 du Chat Noir (sept. 1882), on trouve ce vers :

… En f’sant masser ma gigolette.

Gigolo, dont c’est le féminin, vient des pronoms personnels moi, toi, soi ; en patois, mé, té, sé ; en argot, mézigo, tésigo, sézigo ou mézig, tésig, sézig. L’argot déforme les mots par addition ou suppression ; ainsi s’est formé le mot zig, devenu par altérations successives : zigoyo, gigoyo, et enfin gigolo. »
M. François Deloncle, qui se rallie à l’opinion de Jean Richepin, a trouvé dans différents textes du XVIIe et du XVIIIe siècle les mots gigole, gigolan et gigolard, danse, dansant et danseur. Gigolette, d’après lui, n’a paru qu’en 1836.
Tout cela ne fait que confirmer l’étymologie anglaise de giglot et gigglett, femme qui aime à lever la jambe.

Autrefois, femme de rapport,
D’un’ Terreur d’la Villette
J’étais l’unique et cher trésor ;
J’étais la gigolette
À Totor,
J’étais sa gigolette…

(L’Imagier : L. D.)

Dire que pendant qu’à Nanterre
Les couples se roulent à terre,
Avec des gestes immoraux
À la Morgue les gigolettes,
En voyant nos tristes binettes,
Rigolent devant les carreaux !!!

(Georges Prud’homme)

Rossignol, 1901 : Femme légère, au point de vue mœurs.

Gigolette et Gigolo

La Rue, 1894 : Petite ouvrière doublée d’une danseuse des bals publics et son amant de cœur. Récemment le nom de gigolette a été donné abusivement à toute une classe de prostituées.

Gigolo

Delvau, 1864 : Le mâle de la gigolette — comme le pierrot est celui de Pierrette, comme le maquereau celui de la maquerelle.

Le gigolo est un adolescent, un petit homme… qui tient le milieu entre Chérubin et Don Juan, — moitié nigaud et moitié greluchon.

A. Delvau.

Delvau, 1866 : s. m. Mâle de la gigolette. C’est un adolescent, un petit homme. Il tient le milieu entre Chérubin et don Juan, — moitié nigaud et moitié greluchon. Type tout à fait moderne, que je laisse à d’autres observateurs le soin d’observer plus en détail.

Rigaud, 1881 : Petit commis de magasin doublé d’un petit amant de cœur dont le métier, le soir, était de faire danser la gigolette.

Si tu veux être ma gigolette, moi je serai ton gigolo.

(Chanson jadis populaire.)

Virmaître, 1894 : L’amoureux de la gigolette. Un vieux refrain très populaire, dit :

Si tu veux être ma gigolette
Moi, je serai ton gigolo.

Gigolo s’applique aussi à un individu peu aimable.
— Qu’est-ce qui nous a foutu un gigolo aussi bassinant que toi (Argot du peuple).

France, 1894 : Jeune homme dépourvu de préjugés et de scrupules, amant de la gigolette.

Est-ce qu’un vigoureux gaillard, — même quadragénaire, — ayant beaucoup retenu, ne sait pas, moralement et physiquement, rendre une maîtresse plus heureuse qu’un gigolo de vingt ans !

(Pompon, Gil Blas)

Ah ! plaignez-moi ! J’ai trop d’amis !
Totor, je te regrette !
J’avais qu’un gigolo, tandis
Que j’suis la gigolette
À trent-six…
Je suis leur gigolette !

(L’Imagier : L. D.)

— Tu m’entends, salope, tu m’entends je te l’ai toujours dit et je te le répéterai toujours, tu y auras tout laissé, à tes gigolos, tout, ton avenir, ta fortune, ta gloire, et les frusques qui te trainent encore sur les fesses, et ton talent aussi…

(Jean Richepin)

Rossignol, 1901 : Homme, amant.

J’ai rencontré Julie au bras de son gigolo.

Gigolo, lotte

Hayard, 1907 : Amant, maîtresse.

Gigon

Rigaud, 1881 : À l’École Polytechnique toute espèce de supplément a reçu le nom de gigon, en souvenir d’un certain Gigon, le premier admis dans une liste supplémentaire. Ainsi on dit indistinctement : un gigon de frites et un gigon d’argent. (Gaulois du 23 mars 1881.)

Gigot

d’Hautel, 1808 : Pour jambes.
Étendre ses gigots. Pour étendre ses jambes, les allonger d’une manière peu décente.

Rigaud, 1881 : Jambe humaine.

Elle n’allait plus que d’un gigot.

(Scarron, Gigantomachie.)

La Rue, 1894 : Oui ! Compris ! Bravo ! Signifie aussi cuisse et main large.

France, 1894 : Oui, entendu.

France, 1894 : Cuisse, main large.

— Vous avez vu ses gigots ? Ah ! elle en a des gigots ! C’est les plus beaux gigots du monde officiel, on peut le dire. Et il lui en faut de la place pour s’asseoir ! Ainsi, à votre fête, vous aviez des petites chaises dorées que vous aviez louées chez Belloir, à ce qu’on m’a dit… eh bien ! il lui en fallait deux pour se poser.

(Edgar Monteil, Le Monde officiel)

Un cordelier exploitait gente nonne
Qui paraissait du cas se soucier :
Presto ! presto ! disait le cordelier,
Haut le gigot, le coup de vêpres sonne,
— Ne vous troublez, lui répartit la bonne,
Ami, ce n’est encor que le premier.

(L’Abbé de Grécourt)

Rossignol, 1901 : Oui. Gigots, les cuisses.

Gigot sans manche

Delvau, 1864 : Les cuisses et les fesses d’une femme, qui n’ont de manche que le vit que l’on peut y mettre.

De Montrouge un noir habitant
Repoussant la jeune Glycère
Qui veut le conduire à Cythère,
Lui dit : — À Sodome on m’attend.
Vous avez la peau fine et blanche ;
Mais un certain défaut vous nuit :
Apprenez qu’un gigot sans manche
À notre four n’a jamais cuit.

Blondel.

Gigoteaux

France, 1894 : Jambes.

Gigoter

Delvau, 1866 : v. n. Remuer les gigues ; danser.

France, 1894 : Remuer, agiter les jambes, littéralement : les gigots.

Le boiteux vient, clopine sur la tombe,
Crie hosanna, saute, gigote et tombe.

(Voltaire)

L’officier souffleta le juif, de sa main gantée, avec tant de force, que le pauvre diable fut projeté de la borne sur le sol, où il gigota ainsi qu’un lièvre atteint d’un coup de feu.

(Jacques Celti, Du Nord au Midi)

J’eus avec celle-ci la même explication, mais elle eut une crise et gigota de telle sorte que je dus appeler sœur Rébecca, qui la fit revenir à elle en lui jetant un baquet d’eau sur la tête.

(Hector France, Chez les Indiens)

France, 1894 : Danser.

… Et pendant qu’elle gigotait, furibonde, ses jupons relevés jusqu’aux jarretières, sous les rires et les huées…

(Camille Lemonnier)

On dit aussi gigoter du jarret :

— Je vous promets, dans tous les cas, de me faufiler au bal quelques minutes.
— C’est ça, et nous y gigoterons du jarret.

(Ange Pitou)

Gigoter dans l’espace

France, 1894 : Être pendu.

On lui mit au cou une corde, qu’on passa par-dessus les isolateurs : on le fit monter à une échelle, qu’on renversa d’un coup de pied ; plusieurs mains de bonne volonté le hissèrent et il gigota dans l’espace. Manière un peu imparfaite, mais efficace, quoique moins expéditive que celle pratiquée en prison.

(Hector France)

Gigots

Delvau, 1866 : s. m. pl. Cuisses de l’homme, — dans l’argot des faubouriens, toujours contempteurs de l’humanité.

Rigaud, 1881 : Cuisses. — Mains larges, épaisses et rouges. On dit également pour désigner ce genre de mains : « Des épaules de mouton ».

Virmaître, 1894 : Les cuisses.
— Mon cher elle a des gigots épastrouillants, c’est de la bidoche première catégorie (Argot du peuple). V. Boudinots.

Gigots (les)

Hayard, 1907 : Les cuisses.

Gigotter

Delvau, 1864 : Remuer, saccader, osciller et jouer des reins ; danser la gigue sur les reins, ayant un homme entre les cuisses. — Dans un autre cas, on dit gigotter, pour manger du gigot. D’où cette facétie :

J’aime le lapin ; ma femme préfère le gigot. Or, quand nous dînons dehors, chacun son goût : je prends mon plat de chat, mon lapin et elle son gigot. — Quand je lapine ; ma femme gigotte.

Gigue

d’Hautel, 1808 : Une grande gigue. Pour une fille grande, maigre, d’un mauvais maintien, et qui ne fait que sautiller.

d’Hautel, 1808 : Signifie aussi jambe.

Larchey, 1865 : Jambe. — Gigot est resté. — Au moyen âge, gigue signifiait cuisse.

Je me jette sur tous les deux en empoignant le Maître d’École par une gigue.

E. Suc.

De là gigoter : remuer les jambes.

Ils gigotaient sous l’archet de Musard.

Chauvelot aîné.

Delvau, 1866 : s. f. Femme maigre et d’une taille élevée. On dit aussi Grande gigue.

Rigaud, 1881 : Jambe. — Femme grande et maigre, femme toute en jambes. Grande gigue.

La Rue, 1894 : Jambe. Femme maigre.

France, 1894 : Femme grande et maigre.

Gigue et jon !

France, 1894 : Exclamation joyeuse des marins, annonçant une prochaine orgie.

Largue l’écoute ! bitte et bosse !
Largue l’écoute ! gigue et jon !
Largue l’écoute ! on s’y fait des bosses
Chez la mère Barbe-en-jonc.

(Jean Richepin, La Mer)

Giguer

Delvau, 1866 : v. n. Danser.

France, 1894 : Danser.

Gigues

Delvau, 1866 : s. f. pl. Jambes, — dans l’argot du peuple, qui s’en sert pour danser la gigue ou la faire danser aux gens qui l’ennuient. On disait autrefois gigoteaux.

France, 1894 : Jambes.

Rossignol, 1901 : Les jambes.

Gilbocque

Halbert, 1849 : Billard.

Gilboque

Larchey, 1865 : Billard (Bailly). — Onomatopée.

Rigaud, 1881 : Billard, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Billard.

France, 1894 : Billard.

Gilet

Delvau, 1866 : s. m. Estomac ; poitrine. S’emplir le gilet. Boire ou manger. Avoir le gilet doublé de flanelle. Avoir mangé une soupe plantureuse. Gilet à la mode. Belle gorge de femme, où le lard abonde.

Virmaître, 1894 : La poitrine. On dit d’une femme qui en possède une copieuse :
— La nature à rien été généreuse, pige donc le bath devant de gilet.
On dit également :
— Elle a un rude plastron.
Cela a donné naissance à un jeu de mots que les farceurs ne manquent jamais de faire. À l’époque des élections, ils arrêtent une fille dans la rue et lui demandent :
— Mademoiselle, pour qui vos tétons ?
Une autre plaisanterie est encore commune :
— Mademoiselle qu’avez-vous donc dans votre corset ?
— Du foin pour amuser les ânes ? (Argot du peuple). N.

France, 1894 : Estomac, poitrine.

Gilet (le)

Hayard, 1907 : La poitrine chez la femme.

Gilet à la mode

France, 1894 : Belle gorge.

Gilet en cœur

Rigaud, 1881 : Élégant. Le surnom a été donné aux élégants qui portaient, vers 1865-66, des gilets très échancrés dits « gilets en cœur », boutonnés à deux boutons et qui montraient la chemise en grand étalage sur la poitrine. Le mot a passé, mais non la mode. Aujourd’hui les gilets en cœur bâillent sur la poitrine des gommeux.

France, 1894 : Élégant, à cause du ridicule gilet ouvert jusqu’au nombril, affectant la forme d’un cœur, à la mode depuis quelques années.

Gileton

Hayard, 1907 : Gilet.

Gille

d’Hautel, 1808 : Un grand Gille. Sobriquet que l’on donne à un niais, à un homme d’un esprit simple et borné.

Gilles

Delvau, 1866 : s. m. Nom d’homme devenu celui de tous les hommes dont l’esprit et le cœur ne se sont pas développés autant que les jambes. Paire Gilles. S’en aller, — s’enfuir.

Gilles (faire)

France, 1894 : S’enfuir précipitamment. Cette expression n’est plus guère usitée que dans le Midi : nous la donnons à titre de curiosité. S’il faut s’en rapporter au Moyen de parvenir, elle viendrait de ce qu’un certain Gilles, seigneur du Languedoc, s’enfuit pour ne pas être contraint à prendre la couronne qu’on lui offrait. On le canonisa pour ce fait.

Mais avant que passer outre, dit de bonhomme Scaliger, pourquoy est-ce que, quand quelqu’un s’en est enfui, on dit « Il a fait Gilles ! » — C’est pour ce que saint Gilles s’enfuit de son pays, et se cacha de peur d’être faít roi.

Je prens, sans balancer, ce que j’avois d’argent
De papiers, de bijoux et d’un soin diligent,
Tous quatre, de Thémis aprehendans les pates,
Sans bruit, nous faisons Gilles avec nos Dieux pénates.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Jupin leur fit prendre le saut,
Et contraignit de faire Gille
Le grand Typhon jusqu’en Sicile.

(Scarron, Virgile travesti)

On attribuait à ce saint modeste le pouvoir de guérir les cancers ; aussi désignait-on cette horrible maladie sous le nom de mal Saint-Gilles.

Gilmont

Delvau, 1866 : s. m. Gilet, — dans l’argot des voleurs. On dit aussi Georget.

Rigaud, 1881 : Gilet, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Gibet.

France, 1894 : Déformation de gilet.

Gilotin

France, 1894 : Nom donné autrefois aux boursiers du collège de Sainte-Barbe, de Gilot, fondateur de ces bourses.

Gilquin

Delvau, 1866 : s. m. Coup de poing, — dans l’argot des artistes et des canotiers. On dit aussi Coup de Gilquin.

Rigaud, 1881 : Coup de poing.

La Rue, 1894 : Coup de poing.

France, 1894 : Coup de poing.

Gimblette (faire la)

Delvau, 1864 : Se donner mutuellement des douceurs, entre pensionnaires : — se masturber. — Dans le tableau de Frago, c’est une jeune fille qui se fait lécher le con par un chien qu’elle attire avec une gimblette (petite pâtisserie appelée ainsi).

Gin

Delvau, 1866 : s. m. Genièvre, — dans l’argot des faubouriens, qui s’anglomanisent par moquerie comme les gandins par genre.

France, 1894 : Fausse eau-de-vie de baies de genièvre, que l’on fabrique en Angleterre avec des résidus de la distillation du whisky et aromatisé aux huiles de genièvre et de térébenthine. Le gin est la boisson ordinaire des femmes qui fréquentent les cabarets : c’est avec le gin qu’elles s’enivrent.

… Des pauvresses maigres à longues figures hâves et des gouges enluminées passent la tête et entrent. Elles avalent des potées de gin ou de bière, en silence, puis ressortent s’essuyant la bouche du revers de la main, ou du coin du tablier. Groupées, d’autres bavardent, essuyant des bouts de chansons ou des pas de gigue. Des jeunes de quinze ans et des vieilles de soixante hoquètent au même pot, et saoules de la même ivresse, hébétées, trébuchantes, sortent, se poussant, faisant place à d’autres, et ainsi jusqu’à minuit, l’heure où se vident les tavernes, où le publicain aidé du policeman pousse dans la rue, comme des paquets d’ordure, les clientes ivres-mortes.

(Hector France, Les Va-nu-pieds de Londres)

Fils du genièvre et frère de la bière,
Bacchus du Nord, obscur empoisonneur,
Écoute, ô gin ! un hymne en ton honneur.

(Auguste Barbier)

Laissons à l’Angleterre
Ses brouillards et sa bière !
Laissons-là dans le gin
Boire le spleen !

(Théodore de Banville)

Gingeolier

France, 1894 : Jujubier.

Gingeon

France, 1894 : Canard siffleur.

Ginger-beer

France, 1894 : Bière de gingembre. Anglicisme passé depuis quelque temps sur le boulevard. C’est une boisson composée de sucre, de jus de citron, de crème de tartre, de teinture de gingembre et d’eau. On met cette composition dans des cruchons de grès hermétiquement bouchés, que l’on tient debout dans un endroit frais, et après huit ou dix jours on obtient une boisson gazeuse, pétillante et rafraîchissante.

Ginger-bread

France, 1894 : Pain d’épices. Anglicisme ; mot à mot : pain de gingembre.

Gingin

France, 1894 : Jugement, bon sens ; de gingeole, endroit du navire où se place la boussole.

Ginginer

Larchey, 1865 : Faire une œillade.

Elle gingine à mon endroit…

Gavarni.

Rigaud, 1881 : Cligner des yeux. — Regarder quelqu’un amoureusement.

France, 1894 : Lancer des œillades.

Ginglard

Larchey, 1865 : Piquette. — Diminutif du vieux mot ginguet : petit vin fort aigre. V. Roquefort.

Nous avons arrosé le tout avec un petit ginglard à six qui nous a fait éternuer… oh ! mais, c’était ça.

Voizo, Chanson.

France, 1894 : Vin âpre, piquette ; du vieux ginguet, même sens.

Ginglard, guinglet ou reginglard

Virmaître, 1894 : Petit vin aigre, il faut se cramponner à la table pour le boire. Une vieille chanson dit :

C’est un nectar, un vrai chasselas
Ça vous coupe la gueule à quinze pas.

Ce petit vin tire son nom d’un clos très ancien qui était situé sur les hauteurs du Mesnil-Montant : il appartenait au XVIe siècle à un nommé Guinguet (Argot du peuple). N.

Ginglet

France, 1894 : Même sens que ginglard, corruption de ginguet.

Ginglet, ginglard, ginguet

Rigaud, 1881 : Par altération de guinguet qu’on appelait vulgairement au XVIIe siècle

chasse-cousin

.

En avalant du vin délicieux, tandis que vous ne buvez que du gin-guet.

(P. d’Ablancourt, Dialogues de Lucien, 1637.)

Guinguette est un dérivé de guinguet — Les vins de Suresnes et d’Argenteuil sont les types du ginglard. Au XVIe siècle, on disait ginguet, pour désigner un vin vert ; le dictionnaire de l’Académie donne à ginguet la signification de petit vin faible.

Gingoule

France, 1894 : Girole ou chanterelle.

Ginguer

France, 1894 : Faire des effets de jambe.

Ginguet

d’Hautel, 1808 : Pour dire estropié, raccourci, trop court.
Un habit ginguet. Signifie un habit dans lequel il n’y a pas assez d’étoffe.
On dit aussi du vin ginguet, pour de la ripopée ; du vin qui n’est pas potable.

Giol

France, 1894 : Ivraie ; du latin lolium.

Giorno (a)

France, 1894 : Bien éclairé, comme en plein jour ; italianisme.

Gipailler

France, 1894 : S’ébattre, s’ébaudir, folâtrer ; du patois bourguignon : dérivé de gipe.

Gipe

France, 1894 : Sorte de souquenille que les palefreniers, paysans, vignerons et autres gens de peine portaient autrefois par-dessus leur pourpoint ; de l’espagnol gipo, jupon.

Comme la gipe était large et de grosse toile, le pourpoint, au contraire, étroit et ordinairement de drap, la coutume de ces gens-là, quand ils voulaient danser, sauter, folâtrer à leur aise, était de se mettre en simple gipe, d’où sont venus les noms de gipai et de gipailler.

(Guy Barozal, Noël bourguignon, 1720)

Girafe

Delvau, 1866 : s. f. Escalier en spirale, — dans l’argot des écoles de natation.

Girard, girardine

France, 1894 : Geai.

Giries

Delvau, 1866 : s. f. pl. Fausse modestie, refus des lèvres et non du cœur, — dans l’argot du peuple, qui a horreur de l’hypocrisie. Faire des giries. Faire semblant de pleurer quand on n’en a pas envie ; refuser ce qu’on meurt d’envie d’accepter. Faiseuse de giries. Fausse Agnès, fausse prude, — et vraie femme.

Rigaud, 1881 : Manières, embarras. — Faire des giries.

La Rue, 1894 : Manières, fausse modestie.

France, 1894 : Manières, fausse modestie, refus courtois d’une chose qu’on brûle d’accepter.

Elle ne le lâchait plus, lui reparlait continuellement de cet argent, lui promettant de prier pour lui, s’il voulait seulement lui dire où il avait caché… Lui cependant, la laissait dire, grommelant sourdement des jurons et par moments, quand elle se baissait, tâchant de lui saisir le cou pour l’étrangler ; mais elle se reculait, rabattait sa main inerte vers les draps, puis recommençait ses giries, têtue et bonasse. À la fin, las de lutter coutre la harpie, plus acharnée qu’un taon, il se mit à pousser des hurlements doux, pleurant et vagissant d’une voix d’enfant.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

— Pas tant de manières donc ! Râlait-il, pendant que ses mains impatientes et brutales faisaient leur office. Finissez toutes ces giries, ça ne sert à rien ! Voyons… Aline, voyons ! Et Thérèse qui m’assurait que vous étiez si bonne fille ! Je vous dis que je vous veux, là ! Et je vous aurai, je vous aurai, tonnerre de Dieu !

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Girofflée

d’Hautel, 1808 : Donner à quelqu’un une girofflée à cinq feuilles. Pour lui donner un soufflet.

Girofle

Larchey, 1865 : Jolie, aimable, bonne.

Montron drogue à sa largue : Bonnis-moi donc, girofle.

Vidocq.

V. Coquer. — Giroflerie : Amabilité. — De girolle : très-bien.

Rigaud, 1881 : Beau, belle, joli, aimable. — Largue girofle, belle femme, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Beau, belle, aimable.

France, 1894 : Jolie, aimable.

Girofle (clous de)

Rigaud, 1881 : Chicots ; dents noires et cassées.

Eh bien ! qu’as-tu donc à me regarder si j’ai dans la bouche des clous de girofle au lieu de dents ?

(Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes.)

Giroflée

Rossignol, 1901 : Gifle.

Si tu continues a m’embêter, je vais t’envoyer une giroflée à 5 branches.

Giroflée à cinq feuilles

Delvau, 1866 : s. f. Soufflet, — dans l’argot des faubouriens, qui savent très bien le nombre des feuilles du cheiranthus, et encore mieux celui des doigts de leur main droite. On dit aussi giroflée à plusieurs feuilles, — autre ravenelle qui pousse sur les visages.

Rigaud, 1881 : Soufflet.

Oui, qu’on le peut, à preuve que v’là une giroflée à cinq feuilles que j’applique sur ta joue gauche !

(Jacques Arago, Comme on dîne à Paris.)

J’ai appliqué une giroflée à cinq feuilles sur le bec du singe,

sur la figure du patron. (Le Sublime.)

Vers la fin du XVIIIe siècle, l’expression n’était pas moins usitée que de nos jours, parmi le peuple.

Virmaître, 1894 : Gifle. Allusion aux cinq doigts (Argot du peuple). V. Salsifits.

France, 1894 : Soufflet.

Jacqueline se met en devoir d’ôter le bonnet à Maré-Jeanne qui lui baille une giroflée à cinq feuilles.

(Vadé)

« Pour la querelle on a la giroflée », dit le langage des fleurs.

Giroflerie

Rigaud, 1881 : Amabilité, galanterie, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Amabilité, galanterie.

France, 1894 : Amabilité.

Girofléter

Delvau, 1866 : v. a. Souffleter. — Verbe créé par Balzac.

Girofletter

Larchey, 1865 : Souffleter. — De giroflée à plusieurs feuilles : soufflet.

Ah ! l’a-t-elle giroflettée !

Balzac.

Je vous lui donnai une giroflée a cinq feuilles sur le musiau.

Rétif, 1783.

Rigaud, 1881 : Souffleter ; mot créé par Balzac. Je ne l’ai relevé que dans la Cousine Bette.

France, 1894 : Souffleter.

Girol ou Gy

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Oui.

Girole

Halbert, 1849 : Soit.

Girole, gy

Rigaud, 1881 : Oui, — dans l’ancien argot ; revenu depuis peu dans le courant argotique.

La Rue, 1894 : Oui, soit.

Girolle

Larchey, 1865 : Très-bien. V. Gy.

Delvau, 1866 : adv. Soit, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Soit, volontiers, je marche. Par abréviation on dit simplement :
— Gy, mon ange (Argot des voleurs).

France, 1894 : Entendu, oui ; argot des voleurs.

Hayard, 1907 : Entendu, convenu.

Giron

Delvau, 1866 : s. m. La partie du corps comprise entre la ceinture et les genoux d’une femme assise, — dans l’argot du peuple, qui a conservé précieusement ce mot, en souvenir de ce qu’il représente pour lui, fils reconnaissant.

Girond

Rigaud, 1881 : Bien mis. Être girond, faire son girond, faire le beau, poser. C’est un diminutif de girondin, dans le sens de beau. (Jargon des voyous.)

France, 1894 : Joli, beau.

Ô quel minois girond !
Ô quel pif admirable !
Excusez, beau tendron,
Un zig impressionnable
Dont le cœur irritable
Est chipé par vos feux.
— Le français, dit la fable,
Est la langue des dieux.

(Alfred L. Marquiset, Rasure et Ramandous)

Rossignol, 1901 : Beau, synonyme de chatte. Une belle fille est gironde. Tout ce qui est beau est girond. Dans les régiments de zouaves, on nomme un girond le jeune soldat, beau garçon, qui campe avec un vieux. En route, le vieux a toutes les prévenances pour lui, il lui lave son linge, lui fait ses guêtres, lui porte ses cartouches et lui astique son fourbi. Un jour, un zouave faisait une réclamation parce que l’on voulait que le campement fût par trois et non par deux. « Laissez-les donc, dit le général qui entendait, la réclamation, camper comme bon leur semblera ; on sait bien ce que c’est que les petits ménages. » Voir Chatte.

Girond, gironde

Hayard, 1907 : Beau, belle.

Gironde

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Belle, jolie.

Clémens, 1840 : Gentil.

Halbert, 1849 : Fille perdue, jolie, terme de mépris énergique.

Larchey, 1865 : Jolie fille. — Terme de mépris (Bailly).

Delvau, 1866 : adj. f. Se dit de toute fille ou femme agréable, plaisante à voir ou à avoir. Argot des voleurs. On dit aussi Girofle.

Rigaud, 1881 : Jolie femme, belle femme.

La Rue, 1894 : Jolie femme.

Virmaître, 1894 : Belle femme (Argot des souteneurs). Le souteneur qui se lamente lorsqu’elle vieillit, lui chante :

Dans ce temps-là t’étais rien gironde.
Maint’nant tu toquardes de la frime
T’es comme une planche toujours en bombe,
T’es même des mois sans changer de lime.

France, 1894 : Jolie, bien faite.

Roméo. — Quelle est cette gonzesse qui déboule par ici !
Juliette. — Oh ! la jolie gueule !
Roméo. — Bonjour, Mam’zelle, vous êtes rien gironde.
Juliette. — Et vous, je vous trouve rudement chouette… Vous devez an moins vous appeler Alphonse.
Roméo. — Non. Roméo seulement.

(Le Théâtre Libre)

Ma gosse à moi, c’est eun’ gironde,
Mais a’ crân’ pas comm’ ces femm’s-là,
D’ailleurs faut qu’a’ parle à tout l’monde
Pisque c’est l’métier qui veut ça.

(Aristide Bruant)

Rossignol, 1901 : Belle.

Girondin

Rigaud, 1881 : Dupe, imbécile, — dans le jargon des camelots et des truqueurs. — Le girondin a donné, l’imbécile s’est laissé plumer.

La Rue, 1894 : Dupe.

France, 1894 : Nigaud, dupe ; argot des camelots.

Girondine

Delvau, 1866 : adj. Femme plus jeune et plus gentille que celle qui n’est que gironde.

France, 1894 : Jolie petite fille.

Girouette

d’Hautel, 1808 : C’est une vraie girouette. Se dit par mépris d’une personne légère, que l’on fait tourner à tout vent.

Larchey, 1865 : Homme politique dont les opinions changent selon le vent de la fortune. — On a publié depuis 1815 quatre ou cinq Dictionnaires de Girouettes.

Delvau, 1866 : s. f. Homme sans conscience et sans moralité, mais non sans habileté et sans esprit, qui tourne à tous les vents sociaux et politiques : royaliste avec les Bourbons, républicain avec la République, napoléonien avec l’Empire, mouton avec les gens qui bêlent, dogue avec les gens qui mordent, roquet avec les gens qui aboient, enclume avec le peuple et marteau avec le Pouvoir. Argot du peuple.

France, 1894 : Homme sans consistance, qui change à chaque instant d’opinion, dont les idées tournent comme une girouette à tous les vents. C’est en politique surtout que pullulent les girouettes.

Girouille

France, 1894 : Carotte, panais.

Gîte

d’Hautel, 1808 : On dit d’un homme qui vient finir ses jours dans son pays natal, qu’il ressemble à un lièvre, qu’il vient mourir au gîte.

Gite (dans le)

France, 1894 : Le meilleur ; allusion au gite à la noix.

Gîter

Delvau, 1866 : v. n. Habiter, demeurer.

Gîto (dans le)

Rigaud, 1881 : Dans le soigné. — Ouvrage fait dans le gîte, ouvrage très bien fait, — dans le jargon des ouvriers qui savent que le morceau du gite-à-la-noix est le morceau le plus délicat du bœuf.

Giton

Delvau, 1864 : Fils d’Hermès et d’Aphrodite, d’après M. de Chompré — qui avait lu le Satyricon de Pétrone ; nom du jeune homme qui est devenu celui de tous les jeunes hommes — du même sexe que celui qui servait aux plaisirs d’Ascylte et d’Encolpe.

Pour dérouter mon amant
Du gout qui l’attache
De son giton prudemment
Je prends quelquefois la tâche,
Quoiqu’il soit bien dur au con
Qu’on foute son compagnon
Jusque sous sa moustache !

Collé.

Gitre

anon., 1827 : J’ai.

Halbert, 1849 : J’ai.

France, 1894 : J’ai ; argot des voleurs ; mot à mot j’itre. Itrer, abréviation de litrer, signifie posséder, contenir.

Gitrer

Larchey, 1865 : Posséder (Vidocq). — Au moyen âge, on trouve gie pour j’ai. V. Roquefort.

Rigaud, 1881 : Avoir, posséder, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Avoir, posséder. Gitre, j’ai.

France, 1894 : Avoir, posséder.

Giverner

Delvau, 1866 : v. n. Passer la nuit à vagabonder, — dans l’argot des cochers de fiacre.

Rigaud, 1881 : Vagabonder pendant la nuit.

La Rue, 1894 : Vagabonder. Giverneur, rôdeur.

France, 1894 : Vagabonder de nuit.

Giverneur

Larchey, 1865 : Vagabond couchant dans la rue (Vidocq).

Delvau, 1866 : s. m. Vagabond, rôdeur de nuit.

Rigaud, 1881 : Rôdeur de barrière, vagabond nocturne.

Virmaître, 1894 : Vagabond habitué des refuges municipaux et de la bouchée de pain. Quand le giverneur ne trouve pas à coucher, il file la comète (Argot des voleurs).

France, 1894 : Vagabond de nuit, noctambule.

Hayard, 1907 : Vagabond.

Giverneur de refroidis

Rigaud, 1881 : Cocher de corbillard, — dans le jargon des voleurs.

Givier de bordel

Delvau, 1864 : Petite drôlesse qui fréquente avec les polissons de son âge, en attendant que les vieux polissons fréquentent avec elle, — ce qui la conduira fatalement au bordel.

Glace

d’Hautel, 1808 : Être ferré à glace. Être très-habile, très-savant dans une science ou un métier ; être inflexible à toute prière.
Être froid comme une glace. Pour, avoir un abord sérieux, flegmatique ; avoir le frisson, mourir de froid.
Rompre la glace. Vaincre les plus grandes difficultés ; ne plus garder de mesure dans une affaire.

anon., 1827 : Verre à boire.

Bras-de-Fer, 1829 : Verre à boire.

Halbert, 1849 : Verre à boire. On dit aussi glaci.

Virmaître, 1894 : Verre. On dit également glacis.
— Allons-nous sucer un glacis ? (Argot du peuple).

France, 1894 : Verre à boire ; déformation de l’anglais glass.

Glace (passer devant la)

Rigaud, 1881 : Perdre au jeu des consommations dans un café. Autrefois on annonçait les consommations et on payait soi-même au comptoir. Allusion à la glace qui est derrière la dame de comptoir, et devant laquelle le consommateur était forcé de passer. — C’est à tort, je crois, que dans la Fille Elisa, M. E. de Goncourt a donné à l’expression le sens contraire. D’après lui, passer devant la glace, c’est « une expression qui désigne l’entrée de faveur accordée, par la maîtresse d’une maison, à l’amant d’une fille. » Personne n’ignore que ces demoiselles corrompent bien des choses, mais cette expression n’a pas été corrompue jusqu’ici, même en passant par leur bouche.

La Rue, 1894 : Passer devant le tribunal. Perdre au jeu dos consommations. Partir sans payer une fille parce qu’on est son amant de cœur.

France, 1894 : Passer au comptoir pour payer des consommations perdues au jeu ; sortir d’un lupanar sans payer, parce qu’on est l’amant de cœur d’une fille.

Glace ou glacis

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Verre à boire.

Glace, glacis

Hayard, 1907 : Verre à boire.

Glace, glacis, gobbe

Larchey, 1865 : Verre à boire (Vidocq). — Le nom de la matière est appliqué à l’objet dans glace. — Glacis est un diminutif. — Gobbe est une abréviation de gobelet.

Glaci

un détenu, 1846 : Verre à boire.

Glaci, glacis

France, 1894 : Verre de vin. Se poser un glacis dans le cornet, boire.

Glacière pendue

Rigaud, 1881 : Réverbère, — dans l’ancien argot. Les voleurs disent également glacis refroidi.

France, 1894 : Réverbère.

Glacière pendue, glacis refroidi

La Rue, 1894 : Réverbère.

Glacière-pendue

Halbert, 1849 : Réverbère.

Glacis

Clémens, 1840 : Carreau en verre.

M.D., 1844 : Un verre.

Delvau, 1866 : s. m. Verre, — dans l’argot des voleurs, qui parlent anglais (glass) sans le savoir. Un glacis de lance. Un verre d’eau.

Delvau, 1866 : s. m. Ton léger et transparent, — dans l’argot des artistes. Se poser un glacis. Boire, — ce qui amène la transpiration sur le visage et le fait reluire en le colorant.

La Rue, 1894 : Verre à boire. Vitre.

Glacis ou Glace

Rossignol, 1901 : Le contenu d’un verre. Prendre une consommation est sucer un glacis.

Glacis refroidi

France, 1894 : Réverbère.

Glacis, glassis

Rigaud, 1881 : Verre à boire, — dans l’ancien argot.

Glaçon

Delvau, 1866 : s. m. Homme d’un abord un peu raide, — dans l’argot du peuple, que la distinction effarouche.

Rigaud, 1881 : Personne à l’aspect froid et sévère.

Gladiateurs

La Rue, 1894 : Souliers.

France, 1894 : Souliers.

Glaire

Delvau, 1864 : Sperme qui sort du membre viril, et qui ressemble, en effet, à une spermosité crachée par le trou de la pine. — On dit aussi : Pousser son glaire, pour introduire son membre dans la nature de la femme.

Glais

France, 1894 : Glaïeul.

Glaive

Delvau, 1866 : s. m. Couteau à découper, — dans l’argot des francs-maçons.

Rigaud, 1881 : Guillotine, — dans le jargon des voleurs. — Passer sa bille au glaive, être guillotiné. La variante est : Être glaivé ; en souvenir du fameux et vieux cliché : « Le glaive de la justice », si prodigué sous les voûtes de la Cour d’assises.

La Rue, 1894 : Guillotine.

France, 1894 : Couteau de table ; argot des francs-maçons.

France, 1894 : Guillotine. Passer sa bille au glaive, être guillotiné.

Glaiver

France, 1894 : Guillotiner.

Gland

d’Hautel, 1808 : Un rossignol à gland. Pour dire un cochon, un pourceau.
Ferme comme un gland. Se dit, en bonne part, de toute chose dont le caractère essentiel est la fermeté et la fraîcheur ; et dans un sens contraire, de quelque chose qui est fort dur.

Delvau, 1864 : La partie supérieure du membre viril, — ainsi nommée à cause de son exacte ressemblance avec le fruit du chêne et du hêtre. On prend souvent cette partie du membre pour le membre lui-même.

Comme le gland d’un vieux qui baise
Flotte son téton ravagé.

Anonyme.

Glas

Delvau, 1866 : s. m. Homme ennuyeux, qui répète toujours la même chose, — comme la cloche qui sonne la mort de quelqu’un. Argot du peuple. Les ouvriers anglais ont une expression du même genre : croaker, disent-ils.

France, 1894 : Personne ennuyeuse et funèbre comme le son de la cloche qui annonce l’agonie ou la mort.

Glaude

Delvau, 1866 : s. m. Innocent, et même niais. Évidemment le Glaude d’ici est un Claude, comme Colas est un Nicolas, et Miché peut être un Michel.

France, 1894 : Simple, crédule. Allusion à l’imbécile époux de Messaline.

Glaumet

France, 1894 : Pinçon.

Glaviau

Rossignol, 1901 : Crachat.

Glaviot

Larchey, 1865 : Crachat. — Le Dictionnaire d’Hautel dit Claviot. — De gaviau : gosier. V. Du Cange.

Delvau, 1866 : s. m. Mucosité expectorée, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Crachat très épais.

Virmaître, 1894 : Crachat. Un poitrinaire qui crache ses poumons lâche son glaviot. Dans les ateliers, par plaisanterie, on compte les glaviots ; arrivés à onze, les ouvriers, sans pitié, disent an malheureux :
— Il n’en faut plus qu’un pour faire la douzaine de Portugaises.
Pas ragoûtant pour les amateurs d’huîtres (Argot du peuple). N.

France, 1894 : Crachat épais.

Hayard, 1907 : Crachat.

Glavioter

Rigaud, 1881 : Se livrer à une longue et pénible expectoration matinale.

France, 1894 : Expectorer des mucosités.

Glaviotter

Delvau, 1866 : v. n. Cracher fréquemment et malproprement. Signifie aussi Débiner.

Glaviotteur

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui crache fréquemment et abondamment.

Glène

France, 1894 : Panier couvert de pêcheur.

Glier

Delvau, 1866 : s. m. Le Diable, — dans l’argot des voleurs. C’est une syncope de Sanglier probablement. Le Glier t’enrôle en son pasclin ! Le diable t’emporte en enfer (son pays). Signifie aussi Enfer.

Glier, boulanger ou glinet

Halbert, 1849 : Diable.

Glier, glinet

anon., 1827 : Le Diable.

Rigaud, 1881 : Diable, — dans l’ancien argot.

France, 1894 : Le diable ; argot des voleurs. « Que de glier t’entôle en son patelin ! » Que le diable t’emporte en enfer ! Glier est une abréviation de sanglier.

Glierr

Virmaître, 1894 : Le diable. Quand quelqu’un vous embête par trop, on dit dans le peuple :
— Va-t’en aux cinq cents diables,
— Que le diable t’emporte.
— Que le diable te patafiole.
Dans le monde des prisons on dit :
— Que le glier t’entôle en son patelin.
Patelin
(l’enfer), le pays du diable (Argot des voleurs).

Glinet

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Le diable.

Gliron

France, 1894 : Loir ; provincialisme. En latin gliris, même sens.

Glissade

Delvau, 1866 : s. f. Chute plus déshonorante que dangereuse pour la jeune fille qui la fait : elle ne casse que son sabot, mais il vaudrait mieux qu’elle se fût cassé la jambe. Argot du peuple. Faire des glissades. Changer souvent d’amants.

Rigaud, 1881 : Faute que commet une demoiselle en glissant dans les bras d’un amoureux. Faire des glissades, se laisser tomber dans une foule de bras tout prêts à vous recevoir simultanément ou les uns après les autres.

France, 1894 : Chute d’une fille ou d’une femme faite généralement sur herbe ou dans un lit.

Glissant

Larchey, 1865 : Savon (Vidocq). — Allusion d’effet.

Delvau, 1866 : s. m. Savon, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Savon, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Savon.

France, 1894 : Savon.

Glisser

d’Hautel, 1808 : Le pied lui a glissé. Pour dire qu’une personne s’est laissée entraîner dans quel que faute.

un détenu, 1846 : Mourir, succomber.

Delvau, 1866 : v. n. Mourir, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1894 : Mourir. On dit plus souvent : se laisser glisser.

Rossignol, 1901 : Mourir.

Glisser (se laisser)

Rigaud, 1881 : Mourir. Mot à mot : se laisser glisser de ce monde dans l’autre.

Virmaître, 1894 : Mourir (Argot du peuple).

Glissoire

Delvau, 1866 : s. f. Ruisseau gelé sur lequel les gamins s’amusent à glisser.

Rigaud, 1881 : Patinage dans le ruisseau. — Ruisseau gelé sur lequel le voyou se livre au patinage. C’est son lac du Bois de Boulogne.

Glob-trotter

France, 1894 : Voyageur. Anglicisme : littéralement, coureur du globe.

Il n’est pas permis à tout le monde d’aller à Corinthe, dit la sagesse antique. Mais ce proverbe est absurde, ou, tout au moins, il a vieilli, car il n’est pas aujourd’hui beaucoup plus malaisé d’aller à Corinthe que partout ailleurs, à Levallois-Perret, par exemple. Il faut un peu plus de temps et un peu plus d’argent ; voilà toute la différence. Que votre portefeuille soit suffisamment garni de bank-notes, et votre estomac capable de supporter la nourriture monotone des hôtels et des paquebots, et vous pouvez, entre le Grand Prix et l’ouverture des Chambres, vous transformer en glob-trotter et faire la même chose que Philéas Fogg, le fameux héros de Jules Verne.

(François Coppée)

Globe

Delvau, 1866 : s. m. Tête, — dans l’argot des faubouriens, qui la laissent souvent osciller sur son axe.

Virmaître, 1894 : La tête. Allusion de forme (Argot des voleurs).

France, 1894 : Ventre. Se faire arrondir le globe, se faire engrosser.

On s’a fait arrondir el’ globe,
On a sa p’tit’ butte, à c’que j’vois…
Eh ben, ça prouv’ qu’on n’est pas d’bois ;
A m’va’ c’te môm-là ; tiens !j’te gobe.

(André Gill, La Muse à Bibi)

— Taisez-vous, m’sieur Porphyre ! On voit bien que vous n’avez pas de filles à élever ! Et celles qui se font… qui se font arrondir le globe, comme dit votre chanson…

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Globe (s’être fait arrondir le)

Rigaud, 1881 : Être enceinte, — dans le jargon des voyous.

On s’a fait arrondir el’globe,
On a sa p’tit’ batte, à ce que je vois…
Eh ! ben, ça prouv’ qu’on est pas de bois.

(La Muse à Bibi, Nocturne.)

Globes (les)

Delvau, 1864 : Les tétons, sur lesquels les lèvres voyagent sans se lasser ; — quelquefois les fesses ou les testicule.

Et sa gorge charmante, au lieu d’être enfermée
Dans un affreux corset qui l’aurait déformée,
Montrant à découvert ses deux globes polis.
Se tenait d’elle-même et sans faire aucuns plis.

L. Protat.

Lequel montrait deux globes faits au tour,
Qu’on aurait pris pour ceux du tendre Amour.

Voltaire.

Deux petits globes au dessous,
Pour fortifier le mystère,
Donnent le contrepoids aux coups,
Et rendent le jeu moins austère.

(Cabinet satyrique.)

Globes arrondis

France, 1894 : Seins.

À peine on voyait s’élever sur son sein
Ces globes que l’Amour arrondit de sa main.

(Colardeau)

Globes arrondis (les)

Delvau, 1866 : La gorge, — dans l’argot des Académiciens. Quelques-uns ajoutent quelquefois : par la main des Grâces.

Globo (in)

France, 1894 : Littéralement dans le globe ; latinisme. En masse, en bloc, sans entrer dans les détails.

Glochette

Halbert, 1849 : Poche.

Gloria

Larchey, 1865 : Petit verre d’eau-de-vie versé dans une tasse de café.

À la chaleur d’une demi-tasse de café bénie par un gloria quelconque.

Balzac.

De même que le gloria patri se dit à la fin des psaumes, ce gloria d’un autre genre est la fin obligée d’un régal populaire.

Encyclopédiana.

Larchey, 1865 : Demi-demi-tasse.

Ne fût-ce qu’une absinthe ou un gloria.

About.

Delvau, 1866 : s. m. Tasse de café noir avec un petit verre d’eau-de-vie. Argot des limonadiers.

France, 1894 : Tasse de café noir mélangé d’eau-de vie. Pris dans un verre, c’est un champoreau.

— Ce qui m’a dégoûté de la religion, disait un pur, dans une réunion publique, c’est le cynisme des prêtres. Je ne suis entré qu’une fois dans une église, et, devant l’autel, ils demandaient tous un gloria et un domino !

Gloria-maris

France, 1894 : Gloire de mer. Rare et belle coquille de mer du genre cône.

Gloriette

France, 1894 : Tonnelle dans un jarde, dans un cabaret ; de l’espagnol glorieta, cabinet de verdure.

Glorieuses (les trois)

France, 1894 : Les trois journées des 27, 28 et 29 juillet 1830.

Pendant ces trois grands jours,
Plus prompte que la foudre,
Je portais de la poudre
Aux enfants des faubourgs…

dit Charlotte la Républicaine.

Glorieux

d’Hautel, 1808 : Il fait bon battre un glorieux, car il ne s’en vante pas. Signifie qu’un homme vain et orgueilleux garde toujours le secret sur les mésaventures qui peuvent lui arriver.
Il n’est pas corps glorieux. Signifie, il est sujet aux infirmités, aux vicissitudes humaines.

Gloriole

d’Hautel, 1808 : Vanité, orgueil minutieux et mal placé.

Glou-glou

d’Hautel, 1808 : Cri du dindon ; et imitation du bruit que fait une bouteille en se vidant.

Glouglou

Hayard, 1907 : Œil poché.

Glouglouter

Delvau, 1866 : v. n. Boire, faire des glouglous en buvant. Argot des faubouriens.

France, 1894 : Boire.

Gloupine

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Pinte.

Glousser

Delvau, 1866 : v. n. Parler.

France, 1894 : Parler abondamment, faire comme les dindes qui gloussent sans cesse.

Glove-fight

France, 1894 : Terme de boxe ; littéralement, combat avec des gants. Anglicisme.

Et Jim Haines m’explique que dans les glove-fights, où les boxeurs ne se servent que de gants non rembourrés, le sang coule toujours ; qu’après chaque reprise, dont la durée est déterminée d’avance, il n’est donné que trente secondes à chaque adversaire pour reprendre haleine, et que celui des deux qui à la trente et unième seconde ne peut reprendre immédiatement le combat est déclaré vaincu.

(Rodolphe Darzens, Gil Blas)

Glu

Fustier, 1889 : Ce mot a été inspiré par la pièce de M. Richepin, La Glu, jouée au théâtre de l’Ambigu. La Glu, c’est l’ancienne cocotte, la belle petite ou la tendresse d’hier.

Depuis quelques jours, on appelle ces dames des Glus. Le mot fera-t-il fortune ? Une jeune glu… une vieille glu… Parmi les glus à la mode… Cela a le défaut de faire pour l’oreille un peu calembours ; avec les grues. Bis in idem. Cela a l’avantage, par contre, de définir en désignant et surtout de ne pas poétiser le sujet.

(Monde illustré, 1883.)

Gluant

d’Hautel, 1808 : On dit par raillerie d’un homme qui est enclin à la rapine, qui dérobe tout ce qui lui tombe sous la main, qu’il a les mains gluantes.

Delvau, 1866 : s. m. Enfant à la mamelle que le lait qu’il tette et qu’il laisse baver sur lui rend tout poisseux et désagréable à toucher pour quiconque n’est ni son père ni sa mère.

Rigaud, 1881 : Enfant à la mamelle. (A. Delvau) Il est attaché au sein de la mère comme de la glu.

La Rue, 1894 : Enfant à la mamelle.

France, 1894 : Enfant à la mamelle. Personne tenace dont on se débarrasse difficilement, qui se colle à vous. Une femme qu’on n’aime plus est toujours gluante.

Parait que j’suis dab ; ça m’esbloque,
Un p’tit sale, a moi l’salaud !
Ma rouchi doit batt’ la berloque,
Un gluant, ça m’f’rait pas mon blot.

(Jean Richepin)

Gluau

Delvau, 1866 : s. m. Expectoration abondante. Lâcher son gluau. Cracher malproprement.

France, 1894 : Expectoration épaisse. Pisser son gluau, accoucher.

Gluau (en poser un)

Virmaître, 1894 : Quand les agents tendent un piège pour prendre des voleurs, ils posent un gluau. Allusion au chasseur qui pose des gluaux dans les arbres pour prendre les petits oiseaux.
— Ne va pas rôder avec la Tine, vous allez vous faire poser un gluau.
Mot à mot : ne va pas avec les autres, vous allez vous faire mettre en prison (Argot des voleurs).

Gluau (lâcher son)

Rigaud, 1881 : Expectorer bruyamment.

Virmaître, 1894 : Déballer. Pisser son gluau : accoucher. Allusion à l’aspect gélatineux du nouveau-né (Argot du peuple).

Gluau (poser un)

Rigaud, 1881 : Tendre un piège à un malfaiteur. Se faire poser un gluau, se faire arrêter.

Mes anciens compagnons de vol s’étaient fait poser un gluau.

(Mémoires de Lacenaire, 1836.)

La Rue, 1894 : Tendre un piège à un malfaiteur.

France, 1894 : Tendre un piège à un malfaiteur, arrêter.

Glueau

Rossignol, 1901 : Jeune enfant qui se tient constamment aux jupes de sa mère.

Glutouse

France, 1894 : Le visage.

Gnac

France, 1894 : Difficulté, querelle, embarras, obscurité. « Je ne veux pas me mêler de cette affaire, il y a du gnac. »
Voici l’explication donnée par Larousse à ce mot bizarre : « un jour, un courtisan qui sortait des appartements du Louvre cherchait vainement son manteau à l’endroit où il l’avait déposé en entrant ; s’adressant au gardien, il lui demanda quelles étaient les personnes sorties avant lui. De cette manière, il avait l’espoir de trouver son vêtement chez quelqu’une d’elles. Le gardien lui nomma deux ou trois gentilshommes gascons dont le nom se terminait en gnac, — Ah ! s’écria notre Normand, qui devait s’y connaître, puisqu’il y a du gnac ici, mon manteau est bien perdu !
Cette étymologie est-elle la bonne ? Nous ne nous permettrions pas de le nier, mais le mot gnac en Languedoc signifie morsure, ce qui peut conduire à une autre explication.

Gnaf

Merlin, 1888 : Cordonnier, savetier.

Gnaf, gniaf

Rigaud, 1881 : Savetier. La corporation des portiers fournit un nombreux contingent de gnafs. — Gnaf du drap, tailleur à façon, tailleur qui fait les raccommodages, autre industrie à la mode parmi MM. les portiers.

Gnafe

d’Hautel, 1808 : Un gnafe. Sobriquet que l’on donne à un savetier ; à un enfant de Saint-Crépin.

Gnan-gnan

Larchey, 1865 : Personnage mou, sans consistance. — Redoublement du vieux mot niant : rien. V. Roquefort. — Gnolle et Gnognote sont des diminutifs. — Talma écrivait à Mme Bourgoin, le 19 septembre 1825 :

Vous avez prouvé au public et à vos camarades que vous êtes en état de jouer autre chose que des gnans-gnans.

Gnangnan

Delvau, 1866 : adj. des deux g. Mou, paresseux, sans courage.

France, 1894 : Mou, fainéant. Air gnangnan, parler gnangnan ; du vieux mot niant, rien, néant.

Gnangnan, gnagne

Rigaud, 1881 : Mou, molle, sans énergie. Gnangnan est pour fainéant, que le peuple prononce feignant, avec suppression de la première syllabe et redoublement de la dernière.

Gnare, guenard

Rigaud, 1881 : Porte-carnier, rabatteur, en terme de chasseur.

Gnarrou

France, 1894 : Rongeur ; sobriquet donné aux juifs dans le Languedoc ; de gnarra, ronger.

Gnasse

Hayard, 1907 : (Mon) moi, (ton) toi, (son) lui, elle.

Gniaf

Delvau, 1866 : s. m. Ouvrier, — dans l’argot des cordonniers. Savetier, — dans l’argot des ouvriers.

La Rue, 1894 : Ouvrier cordonnier. Savetier.

Virmaître, 1894 : Plusieurs degrés au-dessous du savetier. On appelle gniaf tout individu qui gâte un ouvrage. Se conduire comme un gniaf : commettre des bassesses (Argot du peuple).

France, 1894 : Savetier, mauvais cordonnier ou, plus généralement, mauvais ouvrier ; de l’anglais to gnaw, ronger, rogner, qui vient lui-même du grec gnafô, racler, râtisser. L’apprenti cordonnier se nommé pignouf, corruption de petit gniaf.

À ce moment, je marchais rue Maubuée ; les gniafs, on les remue à la pelle dans le quartier, — on se réunissait chez l’un, chez l’autre, et on gueulait, nom de Dieu ! La maison en tremblait.

(Père Peinard)

Ces dessins, ces abominables — rt superbes ! — dessins du Père Peinard, ébauchés au gros trait, à la manière d’affiches et d’une tonalité si puissante, en dépit du manque de couleur, savez-vous de qui ils sont ? De galvaudeux, sans doute, de bohèmes, de ratés, de vieux gredins ayant noyé dans l’absinthe leur talent de jadis — ou de gniafs en mal d’esthétique ?
Ouitche ! mes maîtres, vous croyez ça ?
Ils sont l’œuvre d’lbels, de Félix Pizano, de Luce, de toute cette jeune et vaillante phalange d’artistes classés, acclamés déjà, qui s’en viennent derrière l’illustrateur de Paris, le maître Chéret.

(Séverine, Le Journal)

— Je t’avais connu acteur et tu étais un savetier, je te subis directeur et tu n’es plus qu’un gniaf.

(Henry Bauer, Les Grands Guignols)

Rossignol, 1901 : Cordonnier.

Hayard, 1907 : Cordonnier, savetier.

Gniaffe

Larchey, 1865 : Cordonnier en vieux.

C’est le cordonnier gniaffe que nous nous sommes proposé surtout de peindre.

P. Borel.

Gniaffer

Delvau, 1866 : v. a. Travailler mal ; faire une chose sans soin, sans goût, — comme un savetier.

France, 1894 : Travailler mal et maladroitement. Gniaffer un ouvrage.

Gniafferie

France, 1894 : Saleté, mauvais procédé envers un camarade, ce que, dans le monde des lettres, on appelles muflerie.

Gniafferie (en faire une)

Virmaître, 1894 : Faire une malpropreté à un camarade. Mot à mot : se conduire vis à vis de lui comme un goujat.

Gnias ou gniasse

Virmaître, 1894 : Soi-même.
— Pas mèche de me gerber, il n’y a que nib sur mon gniasse (Argot des voleurs).

Gniasse

France, 1894 : Je, moi, mon ; argot des voleurs ; corruption de niasse, même sens. Ton gniasse, toi.

Rossignol, 1901 : Moi, lui. Mon gniasse, moi. Son gniasse, lui.

Gniasse (Mon)

Fustier, 1889 : Je, moi, me. (Richepin.)

Gnient et bigore

M.D., 1844 : Rien du tout.

Gniff

Delvau, 1866 : s. et adj. Clair, dépouillé, — dans l’argot du peuple, qui dit cela spécialement à propos du vin.

Gninte

Rossignol, 1901 : Rien. Celui qui n’a que gninte, n’a rien.

Gniole

Fustier, 1889 : V. Delvau. Gnon.

Rossignol, 1901 : Bête, imbécile, niais.

Gniole, gnol

France, 1894 : Singulier, bizarre, niais, dont gniole est une corruption.

— Travailler‮? Pas si gniole ! À quoi ça sert de travailler ? Est-ce que c’est une carrière sérieuse que le travail ? Est-ce qu’on en voit pas tous les jours crever de misère et de faim qui suent et s’esquintent le tempérament du lever au coucher du soleil ? Travailler ? On s’en ferait mourir ! Ah ! non, par exemple, cest pas un état, ça !

(Montfermeil)

Gnioleries

France, 1894 : Bizarreries, sottises.

Les gas ayant plein le cul de toute discipline, en pinçant pour les avaros et les aventures, voudront réagir de vive lutte contre les gnioleries de la société qui les étouffe bêtassement. Oui, cré tonnerre ! dans le populo y aura des bougres râblés qui se foutront dans le banditisme par amour de l’art ; histoire de prouver leur audace et leur nerf, en attendant de povoir foutre en jeu, à la bonne franquette, leurs riches qualités, grâce à la sociale anarchote.

(Almanach du Père Peinard, 1894)

Gniolle

Hayard, 1907 : Imbécile.

Gniolle, gnolle

Rigaud, 1881 : Taloche. — Propre à rien.

Gnirgou-gnargou

France, 1894 : Baragouinage. On appelle ainsi, dans le Midi, une sorte de « javanais » qui consiste à défigurer les mots en les faisant suivre d’une ou plusieurs syllabes de convention.

Gnognote

Larchey, 1865 : Chose sans valeur.

Josepha… c’est de la gnognote.

Balzac.

Gnognotte

Delvau, 1866 : s. f. Marchandise sans valeur ; chose sans importance. Balzac a employé aussi ce mot à propos des personnes, — et dans un sens péjoratif, naturellement.

France, 1894 : Chose ou personne sans aucune valeur. Même origine que gnangnan.

Ils me font suer, avec leurs mélodies, symphonies, harmonies, oratorios… Ils auront beau racler, souffler, tapoter, ils ne feront rien d’aussi beau que la Marseillaise : « Allons, enfants de la patrie… » Voilà de la musique ! Mais leurs roucoulades, leurs pleurnicheries à porter le diable en terre, c’est de la gnognotte !

(Albert Goullé)

Les lascars useront du truc ; ils colleront des pétards au bon endroit, et le train ohéissant se jettera dans leurs bras. Le reste n’est que de la gnognotte : avec bougrement de politesse, ils passeront la visite sanitaire des voyageurs de première et de wagons-lits qui ont généralement le gousset bombé et la malle bien fournie.

(Almanach du Père Peinard, 1894)

— Sais-tu la différence qu’il y a entre toi et les autres hommes ?
— Non… Va, ma belle.
— Les autres hommes, moins on est vêtue, plus ils vous admirent et vous bénissent… et toi, c’est le contraire, avoue ?
— Oh ! j’avoue !… Le costume, c’est tout !
— Et une jolie femme nue, rien ? La Vénus de Milo et les Vénus en chair et en os, de la gnognotte, alors ?

(Dubut de Laforest, Angéla Bouchaud)

Nous arrivons à une décadence qui, si l’on n’y met bon ordre, ne sera que de la gnognotte en comparaison de celle qui força jadis un empereur romain à demander un abri au Domange de son époque.

(Léon Rossignol, Lettres d’un Mauvais Jeune homme à sa Nini)

— L’exemple des autres, leurs conseils comme leur expérience, tont ça, vois-tu, c’est de la gnognotte, comme on dit à Saint-Roch. On n’apprend bien que ce qu’on apprend à ses dépens.

(Léo Trézenik, La Confession d’un fou)

Hayard, 1907 : Rien qui vaille.

Gnognotte (de la)

Rigaud, 1881 : Pas grand’ ! chose, rien de bon.

Gnole

d’Hautel, 1808 : Il n’est pas gnole. Pour dire, il est adroit, fin et rusé ; il ne s’endort pas sur ses intérêts ; il est habile à manier les affaires.

France, 1894 : Coup de poing, tape. Abréviation de torgnole.

Ne t’avise pas d’approcher,
Car le diable me caracole
Si je ne t’applique une gnole
Qui tiendrait chaud à ton grouin.

(J.-J. Vadé)

Hayard, 1907 : Coup.

Gnollais

Delvau, 1866 : s. m. Batignollais, — dans l’argot des voyous.

France, 1894 : Abréviation de Batignollais.

Gnolle

Larchey, 1865 : Mou, sans force.

Mais il est si gnole ce gouvernement ! il est si feignant ! si propre à rien.

Montépin.

Pas si gnolle, c’est des gosses

Rousseliana, 1805.

Delvau, 1866 : adj. des deux g. Paresseux ; niais, — dans l’argot des faubouriens. Quelques lexicographes du ruisseau veulent que l’on écrive et prononce gniole.

Gnolle ou gnole

Virmaître, 1894 : Imbécile aussi niais qu’il est possible de l’être.
— Si ton point de côté savait que nous pagnotons ensemble, il te carderait le cuir.
— Y a pas de pet, il est trop gnolle, il a de la merde dans les chasses (Argot du peuple).

Gnolles-Ceaux

Delvau, 1866 : n. de l. Batignolles-Monceaux.

France, 1894 : Batignolles-Monceaux.

Gnolles-Chy

Delvau, 1866 : Batignolles-Clichy.

France, 1894 : Batignolles-Clichy.

Gnon

Delvau, 1866 : s. m. Meurtrissure que se fait une toupie ou un sabot, — dans l’argot des enfants ; et par extension, Blessure que se font les hommes en se battant. S’emploie au figuré.

Rigaud, 1881 : Contusion ; coup qui marque.

Virmaître, 1894 : Donner un coup ou le recevoir.
— Ce pauvre Léon, il est crapsé du gnon que lui a foutu sa pouffiace (Argot des souteneurs).

France, 1894 : Coup, meurtrissure ; corruption de gnole.

A’ poussa comme un champignon
Malgré qu’alle ait r’çu pus d’un gnon
L’soir, en faisant la cabriole
À Batignolles.

(Aristide Bruant)

— C’est cinq francs de commission que vous me devez.
— Cinq gnons dans la gueule, tu veux dire.

(Jean Richepin)

Dans une réunion politique, Bigorneau reçoit un soufflet.
Il n’en faut pas davantage pour allumer… son courroux, et il parle aussitôt d’envoyer des témoins à son insulteur.
Celui-ci, éclatant de rire :
— Quel mauvais caractère a ce garçon-là ! Il se fâche pour un oui, pour un gnon !…

(Le Journal)

Rossignol, 1901 : Coup. Recevoir un gnon, c’est recevoir un coup.

Hayard, 1907 : Coup de poing.

Gnouf-gnouf

France, 1894 : On appelle ainsi un dîner mensuel d’auteurs et d’artistes du Palais-Royal qui fut inauguré en 1858 à la suite du Punch-Grassot.

Les gnouf-gnouf se divisent en deux catégories, les gnouf-gnouf de Coblentz (ceux qui sont graves) et les gnouf-gnouf de Pologne (ceux qui sont gais).

(A. Delvau)

Graves ou gais, les gens d’esprit sont parfois bien bêtes.

Gnougnoutte

Virmaître, 1894 : Cette expression est employée par les filles dont ce n’est pas la profession d’aimer à crédit. Pas de galette, pas de gnougnoutte. L’expression est claire : pas d’argent, pas de viande (Argot des filles).

Gnourret

France, 1894 : Grognement, cri du pourceau.

Go

d’Hautel, 1808 : Tout-de-go. Librement, sans façon, brusquement, d’un seul coup, tout droit, tout bonnement.
Il y va tout-de-go. Pour, tout à la bonne, franchement.
Il y entre tout-de-go. C’est-à-dire tout droit, sans aucun effort.
Entrer dans un lieu tout-de-go. Y entrer brusquement et malhonnêtement, sans faire les salutations d’usage aux personnes qui s’y trouvent.

Rossignol, 1901 : Pou.

Go (de, ou tout de)

Delvau, 1866 : adv. Librement, sans façon, sans obstacle, — dans l’argot du peuple.

Go (parler en)

Larchey, 1865 : « Quand les termes qu’il s’agit d’altérer (en argot) sont trop courts pour pouvoir être abrégés, ils reçoivent seulement une terminaison qui en change la physionomie ; là devient lago ; là-bas, labago ; ici, icigo ; Versailles, Versigo. » — Marty Laveau. — (V. Mar, Man, Rama, Lem.)

Go (tout de)

France, 1894 : Librement, sans préparation, aisément, sans cérémonie. « Faire une chose tout de go. » On disait autrefois tout de gob, de gober, ce qui en indique l’origine : faire une chose d’une gobée.

Jadis tout alloit plus de gô :
Une main mise l’une en l’autre,
Sans curé et sans conjungo,
Fit leur hymen et rompt le nôtre,
On se marioit in petto,
Quelquefois même incognito,
Sans cierges et sans patenôtre.

(Mercure, 1735)

Quelques étymologistes font dériver cette expression du mot wallon go, qui signifie chien. Entrer tout de go serait donc entrer comme un chien.

Go ahead

France, 1894 : En tête, en avant ; anglicisme.

C’était quelqu’un. Il possédait, au suprême degré, l’esprit d’en avant, go head des Yankees. Homme d’action qui se jetterait dans la mêlée avec énergie, si jamais le destin en faisait un chef de parti politique, il pouvait être dangereux. D’ailleurs, c’était un de ses buts, après la fortune trouvée, d’être un chef en politique, un maître.

(Félicien Champsaur, Le Mandarin)

Goaille

d’Hautel, 1808 : Persifflage, moquerie ; ton railleur et piquant.

Goailleur

d’Hautel, 1808 : Persiffleur, railleur, mauvais plaisant.

Gob, gobin

Rigaud, 1881 : Bossu. Vieux mot emprunté au patois picard.

Gobage

Rigaud, 1881 : Amour. Fort gobage, amour passionné.

La Rue, 1894 : Amour. Gober, aimer.

France, 1894 : Amour.

Gobante

France, 1894 : Femme ou fille séduisante.

La petite bougresse était gobante en diable, mais, voilà le hic, surveillée comme jamais ne le fut le jardin des Hespérides par une terrible mère escortée de deux frères, redoutables héros de barrière, toujours préts à jouer du surin.

(Les Propos du Commandeur)

Gobbe, gobelot

Rigaud, 1881 : Calice, — dans le jargon des voleurs.

Gobe mouche

Virmaître, 1894 : Flâneur qui s’arrête à chaque boutique. Allusion à ce qu’il baille ébahi (Argot du peuple).

Gobe-la-lune

France, 1894 : Personne simple, crédule et facile à duper.

Comme nous avions raison de protester, nous autres, les artistes et les poètes, dès qu’il a été question d’édifier ce chenet monstrueux (la Tour Eiffel) ! Nous soulevâmes, je m’en souviens, l’indignalion de tous les jobards, de tous les gobe-la-lune, hypnotisés devant le « chef-d’œuvre de la métallurgie ». Eh bient ! il est réalisé le prodige, et il est abominable, et il ne sert absolument à rien.

(François Coppée)

Gobe-mouche

Halbert, 1849 : Espion.

Rigaud, 1881 : Espion, — dans l’ancien argot.

Gobe-moucherie

Delvau, 1866 : s. f. La franc-maçonnerie, — dans l’argot des voleurs.

Gobe-mouches

d’Hautel, 1808 : Oisif, paresseux, badaud qui a toujours le nez en l’air, et qui s’éprend d’une sotte admiration pour les choses les plus simples.

Delvau, 1866 : s. m. Imbécile, homme qui bée au vent au lieu de regarder à ses côtés, où se trouve parfois un pick-pocket. Argot du peuple.

France, 1894 : Même sens que gobe-la-lune.

Je ne vais pas compter parmi les oiseaux de Paris ceux du Jardin des Plantes ou des oiseleurs du quai, non plus que les grues du théâtre, ou les gobe-mouches de la Bourse, ou les perroquets étouffés chaque jour sur le coup de 5 heures. Non, je méprise ces facéties de chroniquailleur.

(Jean Richepin)

Gobe-prune

Rigaud, 1881 : Tailleur.

France, 1894 : Tailleur.

Gobe-son

Delvau, 1866 : s. m. Calice, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Le calice. À l’élévation le prêtre gobe son hostie (Argot des voleurs). V. Baignoire à bondieu.

Gobelet

d’Hautel, 1808 : Hausser le gobelet. Pour dire aimer à boire, avoir la passion du vin.

Gobelet (sous le)

France, 1894 : En prison.

Gobelin

Rigaud, 1881 : Gobelet d’escamoteur. — Petit gobelet dont se servent les robignoleurs pour escamoter la muscade et faire des dupes.

La Rue, 1894 : Crochet. Dé à coudre.

France, 1894 : Crochet ; dé à coudre.

France, 1894 : Démon ; du bas latin gobelinus.

Gobelius (le docteur)

Rigaud, 1881 : Recruteur de dupes, pour les maisons de jeu, — dans l’argot des joueurs du XVIIIe siècle. (Fr. Michel.)

Gobelot

France, 1894 : Ciboire.

Gobeloter

d’Hautel, 1808 : Boir du matin au soir ; s’établir dans un cabaret ; s’enivrer. Et non Gobeleter, comme on le dit ordinairement.

Gobelottage

Rigaud, 1881 : Plaisir, amusement.

Gobelotter

Delvau, 1866 : v. a. Aller de cabaret en cabaret. Signifie aussi, Buvotter, boire à petits coups.

Rigaud, 1881 : S’amuser, rire, boire et chanter. — Le dictionnaire de l’Académie le donne dans le sens de boire à plusieurs petits coups.

France, 1894 : Aller boire de cabaret en cabaret, vider des gobelets. « Façon de boire, quand on n’a pas soif, dit le docteur Grégoire. Et c’est la bonne. »

— Hein ? crois-tu que ça commence à être agréable d’être député ? Qu’est-ce que ce sera quand nous serons les maîtres… les maîtres en plein ?… Ce qu’on va gobelotter !

— Ah ! mais… vous savez, il y a une grande réception au ministère du commerce, ce soir : on va gobelotter à l’œil. Ah ! merci, il est temps ! Mac-Mahon, il se fiche de ça, lui. Il a beau mouiller son uniforme, il a, pour se chauffer, le bois de l’État, il vit aux frais de la princesse ; mais nous, nous qui votons les fonds de tous les budgétivores, grands et petits, nous ne gobelottons pas. En voilà un métier de faire gobeletter les autres, si on ne gobelotte pas soi-même. Moi, ce soir, je ne dépote pas du buffet.

(Edgar Monteil, Le Monde officiel)

Gobelotter, gobichonner, godailler

La Rue, 1894 : S’amuser, faire la noce, faire des bons repas. Rire, plaisanter.

Gobelotteur

Delvau, 1866 : s. m. Ami des franches lippées, et des plantureuses réfections.

Rigaud, 1881 : Celui qui aime à s’amuser, ami du plaisir.

France, 1894 : Pilier de cabaret, ivrogne et fainéant.

Gober

d’Hautel, 1808 : Pour dire manger, prendre de la nourriture.
Gober des mouches. Croquer le marmot, passer une vie oisive et désœuvrée.
Il a gobé le morceau. Se dit de quelqu’un qui dans une bataille ou un duel a été blessé ; d’un homme sur lequel sont tombés tous les frais d’une affaire.
Gober la chèvre. Voyez Chèvre.
Gober. Pour, prendre, se saisir.
On l’a gobé. Pour, on s’en est saisi, on l’a mis en prison.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Attraper. Être gobé, être pris sur le fait.

un détenu, 1846 : Aimer, affectionner.

Delvau, 1866 : v. a. Croire légèrement aux choses qu’on dit, avaler les mensonges avec autant de confiance que si c’étaient des vérités.

Delvau, 1866 : v. a. Avoir de la sympathie pour quelqu’un ; ressentir de l’enthousiasme pour certaines idées. Argot des faubouriens. Éprouver un sentiment subit de tendresse pour un compagnon, — dans l’argot des petites dames.

Rigaud, 1881 : Trouver bien ; trouver à son goût. Se dit principalement des personnes. Gober quelqu’un. — Ils se gobent, ils s’aiment, ils se plaisent mutuellement. — Se gober, avoir une haute opinion de sa personne, être infatué de soi-même.

Boutmy, 1883 : v. a. Avoir de la sympathie pour : C’est un bon compagnon, je le gobe. Se gober, être infatué de sa personne.

Virmaître, 1894 : Aimer quelqu’un. Gober : croire à quelque chose, même à une chose fausse.

Virmaître, 1894 : la pilule. Gober une aventure extraordinaire. Gober (se) : s’imaginer valoir plus que les autres (Argot du peuple).

France, 1894 : Croire légèrement, attraper au vol ce que l’on dit ; du gaélique gob, bouche, bec. Gober le morceau, se laisser duper.

Il lui semblait qu’elle était quelque chose de plus qu’avant, reniflait à pleines narines la senteur musquée du cosmétique mangé sur les cheveux de Ginginet, en même temps s’amusait, comme d’un bon tour, de ce mari cornard et qui n’en saurait rien. Elle lui collerait une histoire, qu’il goberait comme toutes les autres, et bernique pour le reste.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Songez-y bien et croyez-le : il n’y a chez nous que ceux partis, deux, et point davantage. Ceux qui « gobent » et ceux qui « blaguent ». Car il convient de parler la langue de son temps.
Telle est la grande division. Le reste n’est que subtilite électorale.

(Émile Beregerat)

France, 1894 : Aimer.

Autrefois, j’aimais les gendarmes.
Drôle de goût, me direz-vous.

Mais je les gobais tout de même,
Comme on prise de bons enfants.
Élitre de l’armée et crème
Et fleur, ils m’étaient triomphants.

(Paul Verlaine)

Je te parlerais bien de Millaud et du Petit Journal, mais le soir même je recevrais du papier timbré. Il ne plaisante pas, le papa Millaud. Le voilà, à l’heure qu’il est, intentant trois procès à trois journaux différents, qui ne gobent pas son papier à chandelle, et qui trouvent étranges les prétentions littéraires de ce banquier journaliste, libraire et marchand de tortues.

(Léon Rossignol, Lettres d’un Mauvais Jeune homme à sa Nini)

Moi, je n’gob’ pas
El’ son du glas
D’l’églis’ du Maine,
J’aim’ cent fois mieux
Les chants joyeux
Ed’ la Mad’leine.

(Aristide Bruant)

Gontran, vous voulez m’épouser ;
Je n’dis pas non, car vous m’plaisez,
Vous n’êt’s pas trop laid, pas trop bête,
Vous vous habillez… proprement,
Vous êtes très rich’ : (Naturell’ment !)
Et J’gob’ vot’ tête.

(L. Xanrof, L’Ingénue moderne)

Rossignol, 1901 : Aimer.

Gober (la)

Larchey, 1865 : Mourir, avaler une bourde, être victime d’un accident. — V. Esbigner.

Ce poltron-là, c’est lui qui la gobe le premier.

L. Desnoyer

Si bien que j’suis dupé, C’est moi qui la gobe.

Chanson, 1854.

Delvau, 1866 : Être ruiné pour avoir trop cru aux Mercadets. Par extension : Mourir.

Rigaud, 1881 : Être dupe ; être victime, ne pas avoir de chance dans une affaire, perdre de l’argent dans une entreprise.

Gober (se)

Delvau, 1866 : Avoir de la fatuité ; s’écouter parler et se regarder dans une glace en parlant.

France, 1894 : S’aimer, tomber dans le narcissisme, éprouver pour soi une admiration sans bornes.

À l’arrivée des premières huîtres, de jeunes gommeux très friands de ces mollusques en dégustent à la devanture d’un dépôt.
Passe Gavroche :
— Ah ! zut, j’aime pas les gens qui s’gobent !

 

Comme notre ami Barrère, un tantinet fat, vantait devant une dame ses propres mérites, ses propres qualités :
— Au moins, vous n’êtes pas comme les huîtres… lui demanda-t-elle&.
— J’espère que non, belle dame, mais pourquoi cette question ?
— Eh oui ! les huîtres, on ne les manne pas pendant les mois sans r, tandis que vous…
— Moi ?
— Vous, vous vous gobez toute l’année.

Gober la chèvre

Virmaître, 1894 : Être furieux d’une chose qui va de travers. On dit aussi pour exprimer la même idée : bouffer son bœuf. Ce que font souvent les typographes quand les casses sont embrouillées et que les lettres de différents corps y sont mélangés. Ils gobent aussi la chèvre quand un auteur méticuleux, qui ne connaît pas le métier, se mêle de leur donner des conseils (Argot d’imprimerie).

Gober le merlan

Delvau, 1864 : Sucer un homme jusqu’à l’éjaculation inclusivement, et boire le sperme qui sort de son membre frémissant, — par allusion au merlan roulé dans la farine et à sa forme allongée.

Gober sa chèvre

France, 1894 : Être en colère.

Gober sa chèvre, son bœuf

La Rue, 1894 : Être en colère.

Gober son bœuf

Delvau, 1866 : v. a. Être furieux, d’une chose ou contre quelqu’un, — dans l’argot des ouvriers.

Rigaud, 1881 : Être furieux d’une chose ou contre quelqu’un. (A. Delvau)

France, 1894 : Être furieux ; argot des typographes.

Gober un homme

Delvau, 1864 : Avoir envie de coucher avec lui.

Mon cher Arthur, Emma te gobe.

A. François.

Goberger

d’Hautel, 1808 : Se goberger. Prendre ses aises, ses coudées franches, se dorloter.

Goberger (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Se complaire dans un endroit, dans un bon lit, dans un bon fauteuil, auprès d’un bon feu ou d’une bonne table. On sait qu’on appelle goberges les ais du fond sanglé du lit.

Gobeson

Larchey, 1865 : Calice (Vidocq). — Diminutif de Gobbe.

Gobeson, gobette

Rigaud, 1881 : Verre à boire, — dans l’ancien argot.

Gobesson

France, 1894 : Calice, verre.

Gobet

d’Hautel, 1808 : C’est un bon gobet. Se dit en plaisantant d’un enfant difficile à conduire, d’un petit polisson.
Des gobets de Montmorency. Nom qu’on donne aux cerises qui viennent de la vallée de Montmorency.
Prendre quelqu’un au gobet. Le prendre au collet, au moment où il y pense le moins.

Delvau, 1866 : s. m. Morceau de viande quelconque. — dans l’argot des bouchers, qui emploient ce mot à propos delà viande non encore détaillée.

Delvau, 1866 : s. m. Polisson ; ouvrier qui se débauche, — dans l’argot du peuple. Mauvais gobet. Méchant drôle.

Rigaud, 1881 : Quartier de viande, — dans le jargon des bouchers.

Rigaud, 1881 : Vaurien. C’est-à-dire individu qui gobe, qui trouve bon… à prendre tout ce qu’il voit.

Virmaître, 1894 : Morceau de viande, bœuf ou mouton entier.
— Je ne veux pas de cette viande coupée, elle a été tripotée.
— Je vais vous en couper dans un gobet, répond le boucher (Argot des bouchers).

France, 1894 : Morceau que l’on gobe ; pièce de viande, dans l’argot des bouchers.

— Laisse-moi faire, nous mangerons de bons gobets ensemble.

(Hauteroche, Crispin médecin)

France, 1894 : Polisson, ouvrier débauché ; méchant gobet, mauvais drôle.

Gobette

Virmaître, 1894 : Gobelet de fer-blanc qui mesure 33 centilitres. Ce gobelet sert aux détenus dans les prisons pour prendre une ration de vin à la cantine où ils ont droit à trois gobettes par jour, en payant, bien entendu. Passer à la gobette, c’est prendre une tournée chez le marchand de vin (Argot des voleurs). N.

France, 1894 : Distribution de vin dans les prisons.

Puis vient l’heure attendue de la gobette. C’est la distribution quotidienne de vin que le cantinier est autorisé, moyennant finances, à faire aux détenus. Chacun se presse, se bouscule. C’est à qui approchera du guichet étroit par lequel passe le merveilleux et désiré gobelet contenant le liquide adoré. Malheur à qui n’est pas agile et vigoureux, car le gobelet qu’il tient et qu’il s’apprête à vider, tout à coup lui échappe, emporté par un concurrent plus prompt, plus fort. La loi de Darwin est souveraine au Dépôt. Tant pis pour les faibles !

(Edmond Lepelletier)

France, 1894 : « Gobelet de fer-blanc qui mesure 33 centimètres. Ce gobelet sert aux détenus dans les prisons pour prendre une ration de vin à la cantine où ils ont droit à trois gobettes par jour, en payant, bien entendu. »

(Charles Virmaître)

Hayard, 1907 : Gobelet.

Gobette (un)

Halbert, 1849 : Un verre de vin de prison.

Gobeur

La Rue, 1894 : Crédule.

Virmaître, 1894 : Individu qui avale tout, même les bourdes les plus impossibles (Argot du peuple).

Gobeur, gobeuse

Rigaud, 1881 : Naïf, naïve, crédule. Mot à mot : celui qui gobe, avale tout ce qu’on lui dit.

France, 1894 : Crédule ; naïf. Le Français est né gobeur et surtout le Parisien.

Gobichonnade

Delvau, 1866 : s. f. Ripaille.

France, 1894 : Repas plantureux.

Gobichonnade, gobichonnage

Larchey, 1865 : Régal, festin. V. Bitture.

En avant la gobichonnade !

Labiche.

Gobichonnage

Rigaud, 1881 : Amusement, plaisirs variés. — Gobichonner, s’amuser, faire un bon repas. — Gobichonneur, gobichonneuse, celui, celle qui aime à rire ; plaisant, plaisante, gourmand, gourmande.

France, 1894 : Amusement.

Gobichonner

Larchey, 1865 : Se régaler. — Diminutif du vieux mot gobiner qui avait le même sens. V. Roquefort.

Il se sentit capable des plus grandes lâchetés pour continuer à bien vivre… à gobichonner de bons petits plats soignés.

Balzac.

Delvau, 1866 : v. n. Courir les cabarets ; faire le lundi toute la semaine. Argot des ouvriers.

France, 1894 : Festoyer.

Il se sentit capable des plus grandes lâchetés pour continuer à gobichonner.

(Balzac)

Gobichonneur

Larchey, 1865 : Gourmand.

Le roi, le triomphateur des gobichonneurs.

La Bédollière.

Delvau, 1866 : s. m. Ami des franches lippées.

France, 1894 : Bambocheur.

— Oh donc ! je vas vous tambouriner le cuir un petit peu, moi, Fanfan La Blague, le roi, le triomphateur des chanteurs et des gobichonneurs.

(A. Lorentz, L’invalide)

Gobilleur

Halbert, 1849 : Juge d’instruction.

Rigaud, 1881 : Juge d’instruction, — dans l’ancien argot.

France, 1894 : Juge d’instruction : il vous tourne, vous retourne et vous roule comme une gobille.

Gobin

d’Hautel, 1808 : Terme de dérision, pour bossu, contrefait, homme laid et mal bâti.

Delvau, 1866 : s. m. Bossu.

France, 1894 : Bossu ; vieux mot.

Goblet (sous le)

Clémens, 1840 : En prison.

Gobseck

Rigaud, 1881 : Usurier, avare. Nom d’un des personnages de La Comédie humaine de Balzac. Le nom seul est une trouvaille, surtout venant après l’Harpagon de Molière.

France, 1894 : Usurier, personnage de la Comédie humaine de Balzac.

Avec son cortège damné
De Gobsecks à la mine blette
Qui vous disent d’un ton pincé :
« Ça fa tonc bas vort, la roulède ? »

(G. Jollivet)

Godaille

d’Hautel, 1808 : Débauche de bouche, alimens mal apprétés, mauvaises nourriture, mets de fantaisie.

France, 1894 : Débauche de table.

On était aux premiers jours d’octobre, les vendanges allaient commencer, belle semaine de godaille, où les familles désunies se réconciliaient d’habitude autour des pots de vin nouveau.

(É. Zola, La Terre)

Godaille, godaillerie

Rigaud, 1881 : Badinage, badinerie. — Godailler, rire, faire des farces, aimer à plaisanter. — Godailleur, celui qui aime la plaisanterie. — Flâneur. — Godailler, gobelotter, et gobichonner sont de la même famille et ont à peu près la même signification.

Godailler

d’Hautel, 1808 : Boire et manger avec excès à plusieurs reprises, riboter, faire ripaille.

Delvau, 1866 : v. n. Courir les cabarets. Ce verbe est un souvenir de l’occupation de Paris par les Anglais, amateurs de good ale.

Virmaître, 1894 : Courir les cabarets. Ce verbe est un souvenir de l’occupation de Paris par les Anglais, amateurs de good ale. A. D. Godailler est synonyme d’être en patrouille et aussi de flâner. Manquer un travail, c’est le godailler. Godailler, c’est ne jamais se trouver bien nulle part.
— On n’en fera jamais rien, c’est un mauvais ouvrier, il godaille sans cesse (Argot du peuple). N.

France, 1894 : Boire ; du vieux mot godale ou goudale, corruption de l’anglais good ale, bonne biére, ou de l’allemand goad ael, même signification.
On trouve godale dans le Roman de Berthe aux grands pieds :

Une rivière treuve qui d’un pendant avale ;
Volontiers en beust, mais trouble est cour godale.

Dans le roman d’Eustache Le Moine (XIIIe siècle), on lit goudale :

Por Diez ! biau Sire, passés nos
Je viens devers Nolrubellande (1),
Cinq ans ai esté en Irlande,
Tant ai beu de la goudale
Tout ai le vis et taint et pâle,
Or m’en revois boire des vins
À Argentuel ou à Prouvins.

(1) Le Northumberland, comté d’Angleterre.

Rossignol, 1901 : Flâner.

Godailleur

Delvau, 1866 : s. m. Ivrogne, pilier de cabaret.

Godan

Delvau, 1866 : s. m. Rubrique, mensonge, supercherie, — dans l’argot des faubouriens. Connaître le godan. Savoir de quoi il s’agit ; ne pas se laisser prendre à un mensonge. Tomber dans le godan. Se laisser duper ; tomber dans un piège.

Rigaud, 1881 : Piège ; mensonge, mensonge inventé pour faire patienter un créancier. — Monteur de godans, menteur. Mercadet de Balzac, est un monteur de godans. C’est un dérivé de goder, se réjouir, gaudere, en latin. Le débiteur qui trompe son créancier se donne la comédie à lui-même, il se réjouit des bonnes plaisanteries qu’il débite sérieusement.

La Rue, 1894 : Piège, mensonge, tromperie.

Godan (donner dans le)

Virmaître, 1894 : Croire à un mensonge. Synonyme de couper dans le pont (Argot du peuple).

Godan (le connaître)

Virmaître, 1894 : Éventer le mensonge et ne pas se laisser tromper (Argot du peuple).

Godan, godant

France, 1894 : Niaiserie, bêtise, mensonge, piège.

Ô Muse ! idéale amoureuse,
Va-t-en ! Je ne donne plus dans
Ces ponts vieillis et ces godans !
Ô Muse ! assez de viande creuse
Est venue agacer mes dents !

(A. Glatigny, Joyeusetés galantes)

— Ce matin, c’était le mystère de la Sainte Trinité… Te souviens-tu du mystère de la sainte Trinité ?
— Brumeusement.
— C’est crevant !.. Le Père, le Saint-Esprit, le Fils !… Le Père a engendré le Saint-Esprit en se contemplant lui-même… Toi, qui commences à être un vieux type, tu comprends pas grand’chose à ça, déjà ? Alors, quoi, nous, les mômes !…. Et après, le Père a contemplé le Saint-Esprit, et ils ont engendré le Fils !… C’est dommage, dis donc, qu’on n’ait pas organisé des trains de plaisir pour assister à ça, hein ?… Ils sont trois et ils ne sont qu’un… Ils ne sont qu’un et ils sont trois !… Arrange ça… Moi, encore, je ne suis pas trop bête, j’en prends et j’en laisse ; mais, autour de moi, au catéchisme, il y a un tas de pauvres petites gourdes qui en deviennent gaga. Tiens, veux-tu que je te dise ? Seulement, tu le répréteras pas à p’tite mère, qui coupe un peu dans ces godants-là ?

(Alphonse Allais)

Godancer

Delvau, 1866 : v. n. Croire à un mensonge ; tomber dans un piège, — dans un godan.

France, 1894 : Croire à un mensonge, à une sottise, à Notre-Dame de Lourdes ou à l’Immaculée Conception.

Godant

Hayard, 1907 : Mensonge.

Godard

d’Hautel, 1808 : Être godard. Devenir père ; se dit en plaisantant de celui dont la femme est accouchée.

Rigaud, 1881 : Mari d’une femme qui accouche. (L. Larchey)

France, 1894 : Père, mari d’une femme qui accouche. C’est gaudard qu’on devrait écrire, de gaudir, se réjouir.

Je devrions toutes trois
L’y faire dire un’ neuvaine,
Tu gouayes, toi ! mais moi, si j’étais reine,
Il serait godard dans neuf mois.

(Vadé)

Servez Godard, sa femme accouche.

(Courrier burlesque, 1650)

Godasse

Hayard, 1907 : Chaussures.

Goddam

Delvau, 1866 : s. m. Anglais, — dans l’argot du peuple, qui a trouvé moyen de désigner toute une nation par son juron favori.

France, 1894 : Anglais. On a donné ce sobriquet aux insulaires de la Grande-Bretagne à cause du juron God dam ! abréviation de God damned ! damné Dieu ! que l’on met fort à tort dans leur bouche. Pendant un séjour de vingt-cinq ans en Angleterre, je n’ai pas entendu une seule fois ce juron.

Oui, la patrie ne doit pas bouger, elle ne doit pas sortir d’entre ses montagnes, sa mer, et elle a de quoi y être heureuse. Chaque an, elle secoue sa mante de blés mûrs, sa chevelure de vignes rousses ; la vie en tombe, et ceux qui la moissonnent et la vendangent sont ses vrais fils. Voilà pourquoi ce sentiment de la patrie, qu’on ne détruira jamais dans le peuple des campagnes et des villes, s’éteint peu à peu dans l’âme d’une partie de la « société », la plus opulente, et qu’elle n’y devient qu’une fantaisie de bon ton. Tandis que les humbles demeurent à côté de leur mère, souffrent ses peines et chantent ses joies, les riches partent, voyagent indifférents, et à force d’aller à droite, à gauche, de se mêler aux Goddem et aux Tarteifle, ils deviennent à la fin cosmopolites, ce ne sont plus que des Anglais et des Allemands.

(Georges d’Esparbès)

Goddem

Larchey, 1865 : Anglais.

Un gros Auvergnat piqué jusqu’au vif, Au Goddem mettant le poing sous le pif.

Festeau.

M. Fr. Michel trouve godon dans les Poésies de Crétin, 1513.

Cryant qui vive aux godons d’Angleterre.

Mais Godon signifie là glouton et non goddem. V. Du Cange.

Gode-lureau

d’Hautel, 1808 : Damoiseau, olibrius, fat, pédant.

Godeau

France, 1894 : Niais ; de godiche.

Godelet

France, 1894 : Cidre ; du vieux mot godele, cervoise.

Godelureau

Delvau, 1866 : s. m. Jeune homme qui fait l’agréable auprès des « dames » et les réjouit, — dans l’argot des bourgeois qui n’aiment pas les Lovelaces. On écrivait au XVIe siècle gaudelereau, — ce qu’explique l’étymologie gaudere.

Godemichet

Delvau, 1864 : Phallus de cuir ou de velours avec ou sans ressorts, que les femmes libertines ou pusillanimes substituent au véritable phallus de chair et d’os que la prévoyante nature nous a soudé à tous au bas du ventre pour nous reproduire, et surtout pour jouir. Ce mot vient du latin : Gaude mihi, fais-moi plaisir. Cet engin, aussi singulier qu’ingénieux, — le rival sérieux de l’homme, dont la vigueur est malheureusement limitée, — cet engin est en usage depuis que le monde est monde, c’est-à-dire livré à la corruption. Les dames romaines s’en servaient bien avant les dames françaises, comme l’indique le Satyricon, où l’on voit le pauvre Encolpe-Polyænos étrangement arrangé par Œnathée, la vieille prêtresse. — Une autre preuve, c’est le passage suivant de l’École des Filles, où Suzanne la délurée dit à Fanchon, à peine déniaisée par son ami Robinet :

J’ai leu dans un livre l’histoire d’une fille de roy, qui se servoit d’une plaisante invention, au défaut du véritable masle. Elle avoit une statue d’homme de bronze, peinte en couleur de chair et fournie d’un puissant engin d’une matière moins dure que le reste. Cest engin estoit droit et creux, il avoit la teste rouge et un petit trou par le bout, avec deux pendants en forme de couillons, le tout imité au naturel. Et quand la fille avoit l’imagination eschauffée de la présence de ce corps, elle s’approchoit de cest engin, qu’elle se fourroit dedans le con, elle empoignoit les fesses de cette statue et les trémoussoit vers elle ; et quand ce venoit à descharger elle tournoit un certain ressort qui luy sortoit derrière les fesses, et la statue jettoit incontinent par l’engin une certaine liqueur chaude et espaisse, blanche comme bouillie, dans le con de la fille, dont elle estoit arrosée et satisfaite pour le coup.

Les anciens écrivains gaillards avaient donc raison d’écrire gaudemichi — qui se rapproche plus, étymologiquement, de gaude mihi que godemichet.

L’une se trouva saisie et accommodée d’un gros godemichet entre les jambes, si gentiment attaché avec de petites bandelettes autour du corps, qu’il semblait un membre naturel.

Brantôme.

Il ne reste plus rien du bien de mon partage
Qu’un seul godemichi, c’est tout mon héritage.

Théophile.

Et feignant de prier en fermant son volet,
Pour un godemichet quitte son chapelet.

Piron.

Goder

Rossignol, 1901 : (?)

Goderillaux

France, 1894 : Tripes de bœuf ; vieux mot.

Godet

Delvau, 1866 : s. m. Verre à boire, — dans l’argot du peuple.

Godets

Virmaître, 1894 : Les yeux (Argot des voleurs). V. Boule de loto.

Godiche

Delvau, 1866 : s. et adj. Niais, ou seulement timide. On dit aussi Godichon.

Godiche (être ou n’être pas)

Delvau, 1864 : Se laisser ou ne pas se laisser facilement duper par les femmes, ces éternelles monteuses de coups.

Ça me rappellera… le temps où j’étais si godiche avec le sexe, où les femmes m’allumaient si facilement.

Lemercier de Neuville.

Godiller

un détenu, 1846 : Frétiller, être en joie, en plaisirs.

Larchey, 1865 : Arriver au paroxysme du désir. — Diminutif de gaudir : se réjouir. V. Roquefort. — Louis Festeau a chanté Monsieur Godillard.

Delvau, 1866 : v. n. Se réjouir, être content.

Rigaud, 1881 : Donner des preuves de virilité.

La Rue, 1894 : Se réjouir, s’amuser.

Virmaître, 1894 : Se réjouir, être content. A. D. Godiller veut dire convoiter une femme. Ce couplet de la célèbre chanson d’Alphonse du Gros Caillou me dispensera d’explication :

Pourtant, des fois, fallait être solide
Le 15 août, fête de l’empereur.
C’était chez nous tout rempli d’invalides,
De fantassins, de dragons, d’artilleurs,
Dame ! Ce jour-là, ce que le soldat godille !
Eh bien tout ça sortait content de chez nous.

Godille vient du mot ancien gaudille (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : (?)

Godiller (faire)

Delvau, 1864 : Faire jouir une femme ou un homme. — Éprouver un accès de priapisme ; bander.

Je veux qu’on me paie pour me faire godiller, moi !

Lemercier de Neuville.

Godiller ou gaudiller

Delvau, 1864 : Jouir en baisant. — Cette expression a passé du dictionnaire des matelots dans celui des Parisiens, gens amphibies, moitié canotiers et moitié l’autre chose. Godiller, pour un homme de mer, c’est se servir d’un aviron appelé godille ou goudille, qui placé dans une entaille arrondie sur l’arrière d’une embarcation, lui sert à la diriger.

Puissé-je, en passant l’onde
Du fleuve au roi cornu,
Godiller ferme et dru,
Et cramper dans le cul
De ma blonde.

E. Debraux.

Godilleur

Rossignol, 1901 : Celui qui godille souvent.

Godillot

Rigaud, 1881 : Conscrit, — dans le jargon des troupiers.

Rigaud, 1881 : Soulier. Allusion au nom du fabricant d’habillements militaires.

C’est pas moi qui userais les clous de mes godillots pour une poupée pareille.

(P. Beyle.)

Merlin, 1888 : Soulier d’ordonnance, — du nom du fabricant. Godillot est aussi un terme de mépris ayant la même signification que bleu, conscrit.

La Rue, 1894 : Conscrit. Soulier.

Godinette

d’Hautel, 1808 : Pour amante, maîtresse.
Embrasser quelqu’un en godinette. C’est baiser sur la bouche, en pressant avec les doigts les joues de la personne que l’on veut embrasser, ainsi que le font les enfans entre eux.

Delvau, 1866 : s. f. Grisette, maîtresse. Baiser en godinette. « Baiser sur la bouche en pinçant les joues de la personne, » — sans doute comme baisent les grisettes des romans de Paul de Kock.

Virmaître, 1894 : Grisette. Elle gode pour tous les hommes (Argot du peuple).

Goffe

Delvau, 1866 : adj. Homme mal bâti, ou maladroit, grossier de corps ou d’esprit.

Goffeur

Rigaud, 1881 : Serrurier, — dans l’ancien argot, du celte goff, forgeron.

La Rue, 1894 : Serrurier.

Gogaille

d’Hautel, 1808 : Faire gogaille ; être en gogaille. Signifie faire débauche, faire un repas joyeux ; être en frairie.
De la gogaille. Se dit par mépris du vin de mauvaise qualité.

Delvau, 1866 : s. f. Repas joyeux et plantureux.

Gogne

Clémens, 1840 : Boiteux, borgne, manchot, etc.

Gogo

d’Hautel, 1808 : Avoir de tout à gogo. Pour avoir abondamment tout ce que l’on peut désirer ; être très à son aise ; être à même de se procurer les jouissances de la vie.

Larchey, 1865 : Dupe, homme crédule, facile à duper. — Abréviation du vieux mot gogoyé : raillé, plaisanté. V. Roquefort. — Villon paraît déjà connaître ce mot dans la ballade où il chante les charmes de la grosse Margot qui…Riant, m’assit le point sur le sommet, Gogo me dit, et me lâche un gros pet.

C’est en encore ces gogos-là qui seront les dindons de la farce.

E. Sue.

Avec le monde des agioteurs, il allèche le gogo par l’espoir du dividende.

F. Deriège.

Delvau, 1866 : s. m. Homme crédule, destiné à prendre des actions dans toutes les entreprises industrielles, même et surtout dans les plus véreuses, — chemins de fer de Paris à la lune, mines de café au lait, de charbon de bois, de cassonnade, enfin de toutes les créations les plus fantastiques sorties du cerveau de Mercadet ou de Robert Macaire. À propos de ce mot encore, les étymologistes bien intentionnés sont partis à fond de train vers le passé et se sont égarés en route, — parce qu’ils tournaient le dos au poteau indicateur de la bonne voie. L’un veut que gogo vienne de gogue, expression du moyen âge qui signifie raillerie : l’autre trouve gogo dans François Villon et n’hésite pas un seul instant à lui donner le sens qu’il a aujourd’hui. Pourquoi, au lieu d’aller si loin si inutilement, ne se sont-ils pas baissés pour ramasser une expression qui traîne depuis longtemps dans la langue du peuple, et qui leur eût expliqué à merveille la crédulité des gens à qui l’on promet qu’ils auront tout à gogo ? Ce mot « du moyen âge » date de 1830-1835.

Rigaud, 1881 : Niais, nigaud ; abréviation et redoublement de la dernière syllabe de nigaud. Gogo pour gaudgaud. — Quelques écrivains l’ont, par raillerie, employé comme synonyme d’actionnaire. C’est le nom d’un actionnaire récalcitrant dans la pièce de Robert-Macaire.

La Rue, 1894 : Niais, dupe.

Gogo (à)

Delvau, 1866 : adv. À profusion, en abondance.

Gogoles

Rossignol, 1901 : Traces scrofuleuses sur le visage.

Gogoter

Rigaud, 1881 : Puer, — dans le jargon des barrières. — Qu’est-ce qui gogote comme ça ?

Gogotte

Delvau, 1864 : Le membre viril, lorsqu’il manque de virilité ; vit d’enfant.

Tirez parti de ces tristes gogottes.
Vous en viendrez à pisser dans vos bottes.

(Chanson d’étudiant.)

Delvau, 1866 : adj. Faible, mou, sans caractère ; malpropre, mauvais, désagréable. Argot des faubouriens. Avoir la vue gogotte. Avoir de mauvais yeux, n’y pas voir clair, ou ne pas voir de loin. Être gogotte. Être un peu niais ; faire l’enfant.

Goguenau

Rigaud, 1881 : Récipient en fer-blanc remplissant, au régiment, l’office de tinette ; latrines portatives. — Par ironie, les troupiers appellent aussi « goguenaux » leurs gobelets en fer-blanc et leurs marmites de campagne. Par extension, sorte de valet de chambre dans une prison.

Le goguenau est un homme nommé par le concierge pour maintenir la propreté dans le corridor… et porter en certain lieu les objets odorants de la nuit.

(Em. Debraux, Voyage à Sainte-Pélagie, 1823.)

Goguenau, gogsis

La Rue, 1894 : Tinette. Vase et baquet de nuit.

Goguenaux

Larchey, 1865 : Lieux d’aisance.

Il fumera dans les goguenaux aux jours de pluie.

La Cassagne.

Gogueneau

Halbert, 1849 : Pot de nuit.

Goguenot

Clémens, 1840 : Pot de nuit, baquet.

Larchey, 1865 : « Grand quart, vase de fer-blanc de la contenance d’un litre dont se munissent les troupiers d’Afrique. Il va au feu, sert à prendre le café, s’utilise comme casserole et comme gobelet. » — De Vauvineux.

Larchey, 1865 : Baquet servant de latrines portatives.

La meilleure place, la plus éloignée de la porte, des vents coulis et du goguenot ou thomas.

La Bédollière.

Delvau, 1866 : s. m. Vase de fer-blanc, — dans l’argot des troupiers d’Afrique, qui s’en servent comme casserole et comme gobelet.

Delvau, 1866 : s. m. Baquet-latrine, — dans l’argot des prisons et des casernes. On dit aussi Goguenaux.

Merlin, 1888 : Gobelet, marmite en Afrique ; baquet, latrine, en France ; dans l’artillerie, les mortiers.

Virmaître, 1894 : Pot de chambre. Le locataire de la table de nuit (Argot du peuple).

Hayard, 1907 : Pot de chambre.

Goguetier

Rigaud, 1881 : Ami de la goguette, ami de la chanson bachique.

Goguette

d’Hautel, 1808 : Sornettes, badinerie, mot pour rire.
Faire ses goguettes. Se divertir, faire bonne, chère, mener une joyeuse vie.
Être en goguettes. Pour dire être en joyeuse humeur.
Chanter goguette. Pour gronder, réprimander quelqu’un, lui dire des injures.

Larchey, 1865 : Société chantante. — Au moyen âge, ce mot signifiait Amusement, réjouissance.

Il y a environ trois cents goguettes à Paris, ayant chacune ses affiliés connus et ses visiteurs. L’entrée de la goguette est libre.

Berthaud.

L’affilié de la goguette est un goguettier.

Delvau, 1866 : s. f. Société chantante, — dans l’argot du peuple, qui lui aussi a son Caveau.

Delvau, 1866 : s. f. Chanson joyeuse. Être en goguette. Être de bonne humeur, grâce à des libations réitérées.

Rigaud, 1881 : Cabaret où l’on, cultive la chanson inter pocula, en dînant et après dîner.

Goguettier

Delvau, 1866 : s. m. Chanteur de goguettes ; membre d’une société chantante.

Goï

Delvau, 1866 : s. m. Chrétien, — dans l’argot des voleurs.

Goinfrade

Delvau, 1866 : s. f. Repas copieux, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Goinfrerie.

Goinfre

Halbert, 1849 : Chantre.

Delvau, 1866 : s. m. Chantre, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Chantre. Il ouvre la bouche comme s’il allait avaler tout le monde.

Virmaître, 1894 : Gourmand qui mange à en crever. On dit aussi : goulaffe (Argot du peuple).

Virmaître, 1894 : Chantre. Sans doute parce qu’ils ouvrent, pour chanter, des bouches aussi grandes que des fours. On y engamerait un pain de deux livres (Argot des voleurs). N.

Hayard, 1907 : Gourmand.

Goinfre ou goinfreur

d’Hautel, 1808 : Glouton, écornifleur, parasite ; homme qui ne vit que pour manger.

Goinfrer

d’Hautel, 1808 : Rôder de table en table, ne chercher que mangeailles, faire le métier de parasite.

Goinfrer (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Boire et manger avec excès, — comme font les gens qui ne mangent pas tous les jours.

Goinfrerie

d’Hautel, 1808 : Intempérance, débauche excessive.

Goipeur

Clémens, 1840 : Malheureux sans asile.

Goitreux

Rigaud, 1881 : Imbécile.

La Rue, 1894 : Imbécile.

Goîtreux

Delvau, 1866 : s. m. Aménité de l’argot des gens de lettres, qui se croient autorisés à l’adresser à leurs rivaux, — qu’ils appellent aussi crétins, pour varier leurs injures.

Golgothe

Virmaître, 1894 : Martyr imaginaire. Ceux qui sont atteints du délire de la persécution golgothent sans cesse (Argot du peuple).

Golgother

Delvau, 1866 : v. n. Poser en martyr ; se donner des airs de victime ; faire croire à un Calvaire, à un Golgotha imaginaire. Ce verbe appartient à Alexandre Pothey, graveur et chansonnier — sur bois.

Gomberger

Delvau, 1866 : v. a. Compter — dans l’argot des prisons.

Gomme (faire de la)

Rigaud, 1881 : Faire du genre, faire l’élégant.

Si vous allez faire, quand même, de la gomme chez l’ouvrier, au moins ne grognez pas si on vous calotte.

(L’art de se conduire dans la société des pauvres bougres.)

Gomme (la)

Rigaud, 1881 : Manière d’être, état, genre du gommeux. Classification des élégants surnommés gommeux. Il y a la haute et la petite gomme. Les commis de magasin, les seconds clercs de notaires, les collégiens en rupture de bancs… de collège, qui veulent singer les gommeux du High-Life, font partie de la petite gomme.

Gommeux

Rigaud, 1881 : Fashionable qui se trouve charmant, et que le bon gros public avec son gros bon sens trouve ridicule. Le Figaro a beaucoup contribué à mettre le mot à la mode.

Le gommeux succède au petit crevé, qui avait succédé au gandin, qui avait succédé au fashionable, qui avait succédé au lion. qui avait succédé au dandy, qui avait succédé au freluquet, qui avait succédé au merveilleux, à l’incroyable, au muscadin, qui avait succédé au petit-maître.

(Bernadille, Esquisses et Croquis parisiens.)

J’ai rencontré tout à l’heure un gommeux de la plus belle pâte, ridiculement prétentieux de ton, de manières, d’allures.

(Maxime Rude.)

Quant à l’étymologie, les opinions sont partagées. Pour les uns, ils sont empesés, gommés dans leur toilette, dans leurs cols, d’où leur surnom. — D’autres veulent que l’état misérable de leur santé, à la suite d’une série d’orgies, en les réduisant à l’usage du sirop de gomme, soit la source du sobriquet. Déjà, avant que le mot eût fait fortune, les étudiants appelaient « amis de la gomme, gommeux », ceux de leurs camarades qui mettaient du sirop de gomme dans leur absinthe.

Rigaud, 1881 : Pris adjectivement a le sens de joli, agréable. (L. Larchey)

La Rue, 1894 : Voir Copurchic.

Gonce

un détenu, 1846 : Un jeune homme, un individu quelconque.

Delvau, 1866 : s. m. Homme quelconque du bois dont on fait les dupes, — dans l’argot des voleurs, qui ont remarqué que les bourgeois se parfumaient (concio).

Gonce, goncier

Virmaître, 1894 : Bourgeois facile à tromper (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Individu quelconque.

Gonce, gonsse

Rigaud, 1881 : Individu, le premier venu, homme, passant. Avait primitivement le sens d’entreteneur.

Une femme entretenue appelle son entre teneur un gonsse.

(Les Voleurs et les volés, 1840.)

Cette acception de gonsse donnerait à penser que ce mot a été également pris dans le sens d’imbécile.

Gonce, gonzesse

anon., 1907 : Homme, femme.

Goncesse

un détenu, 1846 : Femme, fille.

Goncier

un détenu, 1846 : Corps.

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme rusé, malin, qui enfonce le gonce.

Gond

d’Hautel, 1808 : Sortir des gonds. Pour s’impatienter, se dépiter ; sortir des bornes de son caractère.

Gondole

Fustier, 1889 : « Gondole est passé dans la langue ; on le dit couramment de l’objet qui a cessé de plaire, de la toilette de la femme et du talent que l’actualité récuse et dont la mode ne veut plus. — Non, trop gondole ! a remplacé le canaille : À Chaillot ! d’autrefois. »

(Événement, mai 1887.)

Gondolé (air)

Rigaud, 1881 : Mauvaise mine. Avoir l’air gondolé, avoir le visage boursouflé ; allusion au bois gondolé.

Gondoler (se)

Fustier, 1889 : C’est, dans l’argot courant, l’équivalent exact de notre expression familière : rire à se tordre.

La Rue, 1894 : Rire avec excès.

Virmaître, 1894 : Se tordre de rire. Rire à s’en mordre l’œil. C’est gondolant (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Rire.

Gonfle-bougres

Rigaud, 1881 : Haricots blancs.

Gonfler (faire) son andouille

Delvau, 1864 : Se masturber.

Ça m’ trifouille,
Ça m’ gargouille,
Ça fait gonfler mon andouille.

L. L.

Gongonner

Virmaître, 1894 : Terme employé dans les ménages d’ouvriers lyonnais et aussi par Gnaffron dans les Guignols :
— Ma vieille colombe gongonne toujours quand je liche une chopine.
— Tais-toi donc, vieux gongon.
Gongonner,
synonyme de bougonner et de ronchonner (Argot du peuple). N.

Gonin

d’Hautel, 1808 : Homme fin et madré, peu délicat dans ses procédés.
C’est un tour de maître Gonin. C’est-à-dire une subtilité, une escroquerie.

Gons

M.D., 1844 : Un homme.

Gons de c.

M.D., 1844 : Une homme com-il faut.

Gonse

Rossignol, 1901 : Homme, individu dont il s’agit ; le gonse, lui ; une gonsesse est une femme.

Gonsèce

Clémens, 1840 : Marchande.

Gonsesse

M.D., 1844 : Une femme.

Gonsesse de c.

M.D., 1844 : Une femme id. (com-il faut).

Gonsier

Rossignol, 1901 : Voir gonse.

Gonsier de pain d’épice

Rossignol, 1901 : Individu sans valeur, bon à rien.

Ma p’tite Suzon, il faut que j’te bonisse
Que tes manières commencent à m’rendre arnaud ;
J’t’ai démarrée d’un gonsier de pain d’épice
Qui n’savait pas t’arranger comme il faut.

Gonsse

Clémens, 1840 : Homme.

Gonsse argoté

Clémens, 1840 : Homme, malin, rusé.

Gonsse huppé

Clémens, 1840 : Richard, homme comme il faut.

Gonsse, gossier, gonzesse

La Rue, 1894 : Homme ; femme.

Gonsser

La Rue, 1894 : Manger.

Gonze

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Niais, dupe.

Bras-de-Fer, 1829 : Dupe.

Halbert, 1849 : Homme.

Gonze, gonzesse

Larchey, 1865 : Homme, femme. V Regout, Raleur. — Pris souvent dans le sens de Bourgeois à dépouiller.

Mais votre orange est fichée. Elle n’a point de queue ? — Allez donc, gonze.

Vadé, 1788.

Gonzesse

Delvau, 1864 : Fille on femme de mœurs beaucoup trop légères ; fille publique même.

Allumer tous les soirs la chandelle de l’hyménée en faveur d’un tas de gonzesses…

Lemercier de Neuville.

Ils entretienn’nt des gonzesses
Qui loge’ à la Patt’ de Chat.

Guichardet.

Delvau, 1866 : s. f. Femme en général, et, en particulier, Maîtresse, concubine.

Rigaud, 1881 : Femme, la première venue. — Amante.

Merlin, 1888 : Maîtresse, catin, — de l’argot parisien.

Hayard, 1907 : Femme.

Goret

d’Hautel, 1808 : Petit cochon.
Sale comme un goret. Comparaison injurieuse que l’on applique à un homme peu soigneux de sa personne, malpropre dans ses vêtemens.

Delvau, 1866 : s. m. Premier ouvrier, — dans l’argot des cordonniers.

Delvau, 1866 : s. m. Homme malpropre, petit cochon, — dans l’argot du peuple, qui a appelé la reine Isabeau la grande gore.

Rigaud, 1881 : Coupeur de chaussures ; premier ouvrier cordonnier.

Gorge

d’Hautel, 1808 : Faire grosse gorge. Se pavaner, faire l’orgueilleux, tirer vanité de quelque chose.
Ses ris ne passent pas le nœud de la gorge. Se dit de celui qui rit par complaisance ; d’un homme froid, flegmatique et sérieux, qui ne rit que forcément.
Rire à gorge déployée. Pour dire follement ; de toutes ses forces.
Rendre gorge. Pour vomir, dégobiller.
C’est un bon mâle, il a la gorge noire. Se dit d’un garçon jeune et vigoureux qui a la barbe noire et bien fournie.
Mettre le pied sur la gorge à quelqu’un. Tenir quelqu’un de très-près, l’opprimer ; ne pas lui donner de répit qu’il n’ait satisfait à ce qu’on exige.
Prendre quelqu’un à la gorge. En agir mal avec lui, le traiter de turc à more.
Se couper la gorge. Se battre en duel ; vider un différent à la pointe de l’épée.
Un coupe gorge. Lieu obscur et dangereux, où il ne fait pas bon à se trouver seul pendant la nuit.

Delvau, 1866 : s. f. Étui, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Étui, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Étui.

Gorge (avoir de la)

Delvau, 1864 : Posséder de plantureux tétons, — la seule richesse dont les femmes soient fières : c’est comme si elles avaient pignon sur rue.

Dis donc, a-t-elle autant de gorge que moi, ta madame !

Henry Monnier.

Je suis sûre qu’elle ne se tient pas comme la mienne, sa gorge.

Henry Monnier.

À voir sa gorge toute nue
Son corps tout du long étendu,
L’on jugeait qu’elle avait perdu
Sa pudeur et sa retenue.

Grécourt.

Ma gorge se tient mieux qu’un militaire,
Mon con est boisé comme l’est Meudon,
Afin de cacher l’autel du mystère
Où l’on officie en toute saison.

Anonyme.

Gorge-chaude

d’Hautel, 1808 : Raillerie, moquerie, per sifflage.
Il fait des gorges chaudes de tout ce qu’il entend. Signifie il tourne tout en plaisanterie, en ridicule.

Gorgniat

Delvau, 1866 : s. m. Homme malpropre, cochon, — dans l’argot des faubouriens, qui emploient cette expression au propre et au figuré.

Rigaud, 1881 : Homme malpropre, mal élevé.

Gorinfle

Hayard, 1907 : Masure de campagne.

Gos (des)

M.D., 1844 : Des pous.

Gose

Rigaud, 1881 : Gosier, par apocope.

Gosier

d’Hautel, 1808 : Il a le gosier sec. Se dit d’un homme toujours disposé à boire ; et notamment d’un musicien.
Avoir le gosier ferré ou pavé. Manger, avaler les alimens quand ils sont bouillans, sans se brûler la gorge.
Un gosier d’éponge. C’est-à-dire, altéré, qui a toujours soif.
Un grand gosier. Pour un grand mangeur.

Gosier pavé

Larchey, 1865 : Gosier supportant des boissons très-fortes ou très-chaudes.

Gosse

Clémens, 1840 : Enfant.

un détenu, 1846 : Enfant.

Delvau, 1866 : s. f. Bourde, menterie, attrape, — dans l’argot des écoliers et du peuple. Voilà encore un mot fort intéressant, à propos duquel la verve des étymologistes eût pu se donner carrière. On ne sait pas d’où il vient, et, dans le doute, on le fait descendre du verbe français se gausser, venu lui-même du verbe latin gaudere. On aurait pu le faire descendre de moins haut, me semble-t-il. Outre que Noël Du Fail a écrit gosseur et gosseuse, ce qui signifie bien quelque chose, jamais les Parisiens, inventeurs du mot, n’ont prononcé gausse. C’est une onomatopée purement et simplement, — le bruit d’une gousse ou d’une cosse.
Conter des gosses.
Mentir. Monter une gosse. Faire une arce.

Delvau, 1866 : s. m. Apprenti, — dans l’argot des typographes. Ils disent aussi Attrape-science et Môme.

Delvau, 1866 : s. m. Enfant, petit garçon, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Enfant, — dans le jargon du peuple, qui dit tantôt le gosse, tantôt la gosse, selon le sexe. — Dans le jargon des voyous, une gosse, une gosseline, c’est une fillette de quinze à seize ans ; sert encore à désigner une amante. Il est à remarquer que mion de gonesse signifiait, autrefois, petit jeune homme. (V. Oudin, Cur. franc.) Gosse pourrait bien être un diminutif de mion de gonesse.

Rigaud, 1881 : Mensonge, plaisanterie, mauvaise farce.

Boutmy, 1883 : s. m. Gamin. Dans l’imprimerie, les gosses sont les apprentis ou les receveurs.

La Rue, 1894 : Femme. Enfant. Mensonge.

Gosse, gosselin

Larchey, 1865 : Enfant, enfant mort-né. Quelquefois aussi, c’est un synonyme de jésus.

Gosselin

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Petit enfant.

M.D., 1844 : Petit garçon.

Delvau, 1866 : s. m. Nouveau-né, — dans l’argot des voleurs.

Gosselin, gosseline

Rigaud, 1881 : Nouveau-né, petite-fille au maillot, — dans le jargon du peuple.

Gosselin, ine

Halbert, 1849 : Jeune garçon, jeune fille.

Gosselinage

un détenu, 1846 : Enfance — Gosselin. Enfant.

Gosseline

M.D., 1844 : Petite fille.

Delvau, 1866 : Petite fille.

Gossemar, gossemard

France, 1894 : Gamin.

Gossemard

Delvau, 1866 : s. m. Gamin, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Goussemard.

Gosser

Rigaud, 1881 : Mentir, — dans le jargon des collégiens.

Gosseur

Delvau, 1866 : adj. et s. Menteur.

Rigaud, 1881 : Menteur, hâbleur.

France, 1894 : Menteur.

Gossi

France, 1894 : Étui de faux.

Gossier

France, 1894 : Homme.

Gossier, gonssier

Rigaud, 1881 : Homme, individu. C’est une forme nouvelle de gonsse, — dans l’argot des barrières.

Gossinet

Fustier, 1889 : Petit enfant dans le langage du peuple.

Y a pas classe à la laïque, tantôt ; puisque tu es d’enterrement, emmène donc le gossinet ; ça l’amusera, c’ t’ enfant.

(Petite République française, février 1887.)

Got

La Rue, 1894 : Certainement.

France, 1894 : Pou ; corruption de gou.

France, 1894 : Certainement.

Goteur

Halbert, 1849 : Paillard.

Delvau, 1866 : s. m. Débauché, libertin, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Libertin qui se plaît avec des souillons de cuisine et des souillons de tous genres, vulgo : Gothons.

France, 1894 : Paillard, débauché ; argot des voleurs.

Gothique

Delvau, 1866 : adv. Vieux, suranné, — dans l’argot du peuple.

Gothon

Delvau, 1864 : Abréviation de Margoton, qui signifie fille de mauvaise vie.

Delvau, 1866 : s. f. Cuisinière malpropre. Signifie aussi Coureuse, — dans l’argot des bourgeois.

Merlin, 1888 : Maîtresse, catin, comme ci-dessus. — Gothon est un prénom comme Margot.

Goton

France, 1894 : Abréviation de Margoton ; fille vulgaires, malpropre et de mœurs relâchées.

— Je ne vois qu’une chose, c’est qu’un garçon qui court les bastringues et les gotons ne risque que ses deux oreilles, tandis qu’une fille, en voulant agir comme lui, s’expose à en rapporter quatre au logis, d’oreilles.

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Les deux brutes se collètent et se culbutent dans le sable. Leurs muscles craquent !
Maintenant, le maigre est dessous. Le gros, pour décrocher la victoire, allonge la patte entre les cuisses de l’adversaire : il guigne les parties sexuelles… Veine ! S’il réussissait, ce serait le triomphe certain !
Et tous les pleins-de-truffe et les gotons, de jubiler au spectacle sinistre. Ça leur donne des émotions pas ordinaires… Une castration est opération rare et savoureuse.

(La Sociale)

On écrit quelquefois, mais à tort, gothon.

Or, partout, j’ai vu que les verres,
Tout larges qu’ils sont, ont un fond,
Que le sourire des chimères
Voile un ricanement profond ;
Que la plus belle des Lisettes
Finit par tourner en gothon ;
Qu’on se dégrise des grisettes
Comme on se blase du flacon.

(Alfred Delvau, Le Fumier d’Ennius)

Pleins de pudeur, nous constatons
Qu’au théâtre quelques gothons
Montrent leurs cuiss’s et leurs tétons.

(Catulle Mendès, Le Journal)

Gouache

Rigaud, 1881 : Figure, — dans l’argot des barrières ; les voyous prononcent couache, mais ce doit être une allusion aux portraits à la gouache.

La Rue, 1894 : Figure.

France, 1894 : Figure, physionomie.

Goualante

Delvau, 1866 : s. f. Chanson, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Chanson. Goualer, chanter. Goualeur, goualeuse, chanteur, chanteuse. Vient de gueuler. Goualer à la chienlit, crier au voleur.

La Rue, 1894 : Chanson. Goualer, gueuliber, chanter. Signifie aussi avouer à la justice.

France, 1894 : Chanson.

Des bandits chez les Angliches y en a eu des tripotées, et c’est à force de crapuleries que la gouvernance, aidée des curés, a fait disparaître cette bonne graine. Y a des quantités de goualantes, là-bas, qui vantent les coups de main de Robin Hood.

(Almanach du Père Peinard, 1894)

Rossignol, 1901 : Chanson.

anon., 1907 : Chanson.

Goualantes

Halbert, 1849 : Chansons.

Goualer

M.D., 1844 : Chanter.

Halbert, 1849 : Chanter.

Larchey, 1865 : Chanter. — Vient, comme gueuler, du vieux mot goule (gula) : gosier. — Goualeur, leuse : Chanteur, teuse.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Chanter. On dit aussi Galouser.

Virmaître, 1894 : Chanter. On se souvient de la goualeuse des Mystères de Paris. La goualante signifiant chanson, la chanter, goualer, cela va de soi (Argot du peuple).

France, 1894 : Chanter ; du vieux mot goule, gosier, gueule.

Rossignol, 1901 : Chanter.

Hayard, 1907 : Chanter.

Goualer en douce

France, 1894 : Fredonner.

Mais ce qui le rendait plus beau que tout, c’est que sa fatuité avait un air de souveraine indifférence.
L’air, et aussi la chanson, ma foi !
Car il ne se contentait pas de répondre aux sourires, aux œillades et aux pst pst, en n’y répondant pas. Il y ripostait, quand il avait fini de goualer, en gouaillant, par un haussement d’épaule, un clignement de paupière qui rigolait, un méprisant retroussis de lèvre qui disait très clairement :
— Ce n’est pas pour vous que le four chauffe, mes petites chattes !

(Jean Richepin)

Goualeur

un détenu, 1846 : Chanteur des rues.

Halbert, 1849 : Chanteur.

Delvau, 1866 : s. m. Chanteur des rues. Goualeuse. Chanteuse.

Goualeur, goualeuse

La Rue, 1894 : Chanteur, chanteuse.

France, 1894 : Chanteur, chanteuse.

— Dis donc, la Goualeuse, est-ce que tu ne vas pas nous goualer une de tes goualantes ?

(Eugène Sue, Les Mystères de Paris)

Goualeuse

M.D., 1844 : Chanteuse.

Halbert, 1849 : Chanteuse.

Rossignol, 1901 : Chanteuse.

Gouape

Larchey, 1865 : Débauche.

Mes amis, unissons nos voix pour le triomphe de la gouape.

L. Reybaud.

J’aime mieux jouer la poule. — Parce que t’es un gouêpeur, mais ceux qui préfèrent le sentiment la gouape, c’est pas ça.

Monselet.

Delvau, 1866 : s. f. Vagabondage ; fainéantise, — dans l’argot du peuple.

Delvau, 1866 : s. f. Filou, — dans l’argot des faubouriens. Faiseur de poufs, — dans l’argot des cabaretiers. On dit aussi Gouapeur. Cependant gouape a quelque chose de plus méprisant.

La Rue, 1894 : Vagabond, fainéant, débauché, filou.

Gouape (la)

Rigaud, 1881 : Vagabondage, paresse, débauche et filouterie mêlés. — Vagabond, vaurien : Une gouape.

Gouape, gouaper

Merlin, 1888 : Loustic, blagueur. — Ridiculiser quelqu’un, se moquer de lui (argot parisien).

anon., 1907 : Avoir de mauvaises fréquentations.

Gouape, gouapeur

France, 1894 : Fainéant, ivrogne et un peu escroc. Ce mot ne viendrait-il pas de l’espagnol guapo, beau, vêtu galamment ? — les fainéants ne s’occupant d’ordinaire qu’à se bien vêtir.

Découragés, les trois juges rapprochent leurs crânes beurre rance dans une délibération rapide. Pendant ce temps, Amaryllis, triomphante. se retourne et, du bout de ses doigts appliqués sur sa houche, fait s’envoler vers quelqu’un un doux baiser.
Le quelqu’un, campé au premier rang du public — joli tête de gouape — une cravate rose tendre au col, reçoit béatement les témoignages de tendresse que lui envoie Amaryllis.

(Montfermeil)

L’histoire l’amusait d’autant qu’il était bohème et gouapeur dans l’âme. La petite lui plaisait et l’excitait. Et, en vérité, tout cela était d’un imprévu absolument cocasse. La partie était presque terminée. Il en proposa une à trois. Le maître d’hôtel versa le champagne dans les coupes.

(René Maizeroy)

Oui, c’en est fait, il faut plier bagage
Et dire adieu pour toujours à Paris.
Que faire ici ? J’ai les mœurs d’un autre âge,
Du vieux quartier je suis le seul débris ;
Dernier rameau d’une tige brisée,
La ranimer, je l’essaierais en vain ;
Des vieux gouapeurs la race est épuisée ;
Non, il n’est plus, mon vieux quartier Latin.

(Lepère, député de l’Yonne)

On écrivait autrefois gouépeur :

Un soir, un gouépeur en ribotte
Tombe en frime avec un voleur

(Vidocq)

Gouape, gouapeur, gouapeuse

Larchey, 1865 : Débauché, coureur. — On trouve dans Horace vappa, avec le sens de vaurien. — Vigneul-Marville (dix-septième siècle) dit qu’il y a en Espagne de jeunes seigneurs appelés guaps qui ont rapport à nos petits-maîtres.

Pauvre Depuis, marchand de vin malheureux, que de gouapeurs trompèrent ta confiance !

Monselet.

En 1836, J.-E. Aubry a fait une chanson intitulée : le Gouappeur, très complète comme physiologie.

Gouaper

M.D., 1844 : Coucher dehors.

Delvau, 1866 : v. a. Flâner, chercher aventure.

France, 1894 : Vagabonder, mener une vie dissolue.

— J’ai comme un brouillard de souvenir d’avoir gouapé dans mon enfance avec un vieux chiffonnier qui m’assommait de coups de croc.

(Eug. Sue, Les Mystères de Paris)

Gouapeur

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Vagabond, homme sans asile.

M.D., 1844 : Homme sans asile.

un détenu, 1846 : Individu mal mis, déguenillé.

Rigaud, 1881 : Vaurien ; gouapeuse, vaurienne.

Virmaître, 1894 : Individu qui ne travaille jamais (Argot du peuple). V. Loupeur.

Gouapeuse

Delvau, 1864 : Petite drôlesse qui préfère la rue à l’atelier, le vagabondage au travail, et qui s’amuse avac les quéquettes des polissons de son âge en attendant l’occasion d’amuser les pines des messieurs plus âgés.

Gouapper

Rossignol, 1901 : Flâner, ne rien faire.

Goudale

France, 1894 : Mélange de potage et de vin. « Nos paysans, lorsqu’ils ont mangé la garbure ou toute autre soupe, versent du vin dans l’écuelle, l’assiette où ils ont laissé quelque peu de potage ; ils boivent ce mélange qu’ils trouvent très réconfortant, c’est ce qu’ils appellent ha la goudale. »
Faire la goudale, voir Lespy, Dictons du Pays de Béarn. Ce mélange de soupe et de vin se fait dans tous les pays de France et de Navarre.

Goudron

d’Hautel, 1808 : Comme de poix ; et vulgairement Godron. Ce mot, ainsi orthographié, se dit d’une espèce de pli que les femmes faisoient autrefois à leurs fraises.

Gouêper

Larchey, 1865 : « J’ai comme un brouillard d’avoir gouêpé (vagabondé) dans mon enfance avec un vieux chiffonnier. » — E. Sue.

Gouêpeur

Larchey, 1865 : Vagabond.

Sans paffes, sans lime, plein de crotte, aussi rupin qu’un plongeur, un soir un gouêpeur en ribotte tombe en frime avec un voleur.

Vidocq.

Quant aux vagabonds adultes qu’on désigne en style d’argot des goêpeurs.

M. Christophe.

Je couchais les bonnes nuits dans les fours à plâtre de Clichy en vrai gouêpeur.

E. Sue.

Gouet

France, 1894 : Mauvais raisin.

Gouffre

d’Hautel, 1808 : C’est un gouffre d’argent. Se dit d’un objet quelconque qui nécessite de grandes dépenses d’argent.

Gouffre secret

Delvau, 1864 : Grand et vieux con. — Engouffrez-vous, messieurs, voilà l’plaisir !

Ces femmes aident autant qu’elles peuvent à la méprise par les toilettes préparatoires : … elles compriment leurs tétons mollasses et pendants, elles réarent par des locions astringentes les hiatus trop énormes de leurs gouffres secrets.

(Anecd. sur la comtesse du Barry.)

Gouge

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme qui vend l’amour au lieu de le donner, — dans l’argot du peuple, qui a déshonoré là un des plus vieux et des plus charmants mots de notre langue. Gouge, comme garce, n’avait pas à l’origine la signification honteuse qu’il a aujourd’hui ; cela voulait dire jeune fille ou jeune femme. « En son eage viril espousa Gargamelle, fille du roy des Parpaillos, belle gouge, » dit Rabelais.

Rigaud, 1881 : Femme de mauvaise vie, mal élevée. C’est la femelle du goujat.

France, 1894 : Fille de mauvaise vie. Vieux mot qui signifiait autrefois jeune fille, servante ; de l’hébreu goje, servante chrétienne, et qui, comme garce, a perdu sa signification première : « En son âge viril espousa Gargamelle, fille du roy des Parpaillots, belle gouge », dit Rabelais.

La belle dame devint rouge
De honte qu’on l’estimat gouge.

(Scarron)

J’ai rêvé que la Nuit n’était que la putain
D’un vieux soudard paillard qui la paie en butin,
Ce sergent aviné d’une bande en guenilles
A tué des vieillards, des enfants et des filles,
A brûlé des maisons, a mutilé des morts,
S’est vautré dans un tas de crimes sans remords,
Et le feu l’a fait noir et le sang l’a fait rouge,
Et c’était pour gagner de quoi payer sa gouge.

(Jean Richepin)

Dans l’accoutrement d’une gouge,
Orgueil des spectacles forains,
Tu faisais ondoyer tes reins
Et ta gorge ronde qui bouge.

(Théodore Hannon, Rimes de joie)

Rossignol, 1901 : Femme.

Gouge, gouine

La Rue, 1894 : Vile prostituée.

Gougette

France, 1894 : Petite gouge.

Gougniotte

Rossignol, 1901 : Tribade.

Gougnottage

Rigaud, 1881 : Honteux commerce, honteuse cohabitation d’une femme avec une autre femme.

Gougnotte

Delvau, 1864 : « Fille ou femme qui abuse des personnes de son sexe », dit M. Francisque Michel — qui, par pudeur, manque de clarté ; la gougnotte est une fille qui ne jouit qu’avec les filles, qu’elle gamahuche ou qui la branlent ; une gougnotte préfère Sapho à Phaon, le clitoris de sa voisine à la pine de son voisin.

Delvau, 1866 : s. f. « Femme ou fille qui abuse des personnes de son sexe, — d’où le verbe gougnotter, » dit Francisque Michel. On dit aussi Gusse.

La Rue, 1894 : Lesbienne, disciple de Sapho. Femme dégradée qui recherche les individus de son sexe. Synonymes : Gusse ou gousse, magnuce, chipette, puce travailleuse ponifle, satin, etc.

Virmaître, 1894 : Femme qui déteste les hommes et qui a des mœurs à part. On dit aussi gousse (Argot des filles). V. Accouplées.

France, 1894 : Créature adonnée au vice qui rendit les Lesbiennes célébres ; on dit aussi gousse.

Les personnes qui ont vu les choses de près sont unanimes à déclarer que, dans les lupanars de la plus haute classe, l’espèce des marlous jouant le rôle d’amants des pensionnaires est totalement inconnue, et que toutes les filles, sans exception, sont des tribades ; c’est le nom qu’on donne aux femmes qui se signalent par cette passion contre nature ; on dit aussi gougnottes, mais en style familier.

(Léo Taxil, La Prostitution contemporaine)

Sur sa lèvre un sourire essayant d’être acerbe
Passe niaisement rêveur ;
Une gougnotte, en ce tambour-major imberbe,
Seule trouve quelque saveur.

(A. Glatigny, Joyeusetés galantes)

L’autre soir, deux cocottes de grande marque se sont prises au chignon dans un cabaret de nuit.
Et savez-vous la cause de cette bataille ? Vous croirez peut-être que ces dames se sont battues pour un jeune homme brun ou blond, ou bien pour un « boïard » enlevé par l’une des deux à sa camarade ?
Nullement. La cause en est beaucoup plus compliquée. Ces dames sont amoureuses, toutes deux, d’une blonde enfant pleine de charmes qui s’appelle Jeanne.
La petite Jeanne, qui n’a aucun goût pour visiter Lesbos, envoya promener ses aspirantes peu platoniques, ce qui ne les a pas empêchées de se jeter des carafes sur la tête et de se crier l’une à l’autre : « Oui, tu n’es qu’une g… ! »

(Gil Blas)

Gougnotte, gougne

Rigaud, 1881 : Tribade ; femme qui joue les travesties à huis clos.

Gougnotte, gousse

Larchey, 1865 : Tribade. — D’où les verbes gougnotter et gousser.

Gougnotter

Rigaud, 1881 : Se livrer au dévergondage entre femmes.

Gouille

France, 1894 : Mare, bourbe. Envoyer à la gouille, envoyer au diable.

France, 1894 : Volée de cloches. Sonner la gouille, sonner la volée.

— Les six cloches que vous avez vues, ici, marchaient. Nous étions attelés à seize dessus. Eh bien, c’était une pitié : ces gens-là, ils brimballaient comme des propres à rien, ils ruaient à contretemps, ils sonnaient la gouille !

(J.-K. Huysmans)

Gouille (à la)

Delvau, 1866 : À la volée, — dans l’argot des enfants, quand ils jouent à jeter des billes. Envoyer à la gouille. Renvoyer quelqu’un qui importune, — dans l’argot des faubouriens.

Gouille (envoyer à la)

Rigaud, 1881 : Envoyer promener.

Gouillon

France, 1894 : Sale gamin, qui barbote dans les mares, les ruisseaux des rues, la bourbe.

Gouillou

Delvau, 1866 : s. m. Gamin, voyou, — avec cette différence que le premier est le père du second, comme la lorette est la mère de la boule-rouge.

Gouin

France, 1894 : Mauvais matelot.

Gouine

d’Hautel, 1808 : C’est une franche gouine. Nom injurieux que l’on donne à une femme qui s’adonne au vice, à la crapule ; à une prostituée.

Delvau, 1864 : Nom qu’on donne à toute fille ou femme de mœurs trop légères, et que le Pornographe fait venir de l’anglais queen, reine — de l’immoralité ; mais qui vient plutôt de Nelly Gwinn, célèbre actrice anglaise qui avait commencé par être bouquetière, et qui, d’amant en amant, est devenue la maîtresse favorite de Charles II.

Delvau, 1866 : s. f. Coureuse, — dans l’argot du peuple, qui a un arsenal d’injures à sa disposition pour foudroyer les drôlesses, ses filles. À qui a-t-il emprunté ce carreau ? A ses ennemis les Anglais, probablement. Il y a eu une Nell Gwynn, maîtresse de je ne sais plus quel Charles II. Il y a aussi la queen, qu’on respecte si fort de l’autre côté du détroit et si peu de ce côté-ci. Choisissez !

Rigaud, 1881 : Guenon. Méchante femme.

France, 1894 : Fille de mauvaises mœurs, prostituée de bas étage.
Ce mot, d’origine anglaise, vient-il de la fameuse maîtresse de Charles II, la jolie Nelly Gwin, dont la basse extraction lui attira les sarcasmes haineux des dames de la cour ? Vient-il de queen, reine ? ou de l’anglo-saxon cwen, femme ? Nous laissons à de plus érudits le soin de le décider.

Mais une fois qu’ils ont conquis la palme désirée, ils t’oublient, vieille nourrice dont le lait leur sortirait encore du nez si on le pressait ; ils oublient qu’ils sont tes enfants, et ils te crachent joyeusement au visage pour complaire à cette gouine de Paris qui leur a laissé retrousser sa jupe sale et baiser sa bouche aux puanteurs d’égout !…
Oui, oui, tu n’es qu’une gouine, Paris de malheur ! Et une antique gouine, qui n’a même jamais été que cela !

(Jean Richepin)

Rossignol, 1901 : Prostituée.

Goujat

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris qui se dit d’un manœuvre, d’un artisan, d’un rustre, d’un grossier, d’un homme qui semble n’avoir reçu aucune éducation.

Delvau, 1866 : s. m. Homme mal élevé, — dans l’argot des bourgeoises.

France, 1894 : Homme grossier, mal élevé, amant d’une gouge.

Coule, ô sang rouge !
Que nul ne bouge !
La Mort est gouge ;
Moi, son goujat.

(Jean Richepin)

Goujon

d’Hautel, 1808 : Faire avaler le goujon à quelqu’un. V. Avaler.

Delvau, 1864 : Le membre viril, — qui frétille dans le con de la femme comme poisson dans l’eau.

Mais surtout prenez ce goujon,
Et mettez-le dans la fontaine
Qu’on voit tout le long, le long de la bedaine.

(Chanson anonyme moderne.)

Delvau, 1866 : s. m. Homme facile à duper, — dans l’argot des filles, qui ont pour hameçons leurs sourires et leurs regards ; — ainsi que dans l’argot des faiseurs, qui ont pour hameçons des dividendes invraisemblables.

Rigaud, 1881 : Jeune voyou qui vit aux crochets d’une pierreuse ou de toute autre prostituée ignoble. « Petit poisson deviendra grand / Pourvu que Dieu lui prête vie. »

Rigaud, 1881 : Petit morceau de fil de zinc dont les marbriers se servent, en guise de clou, pour ajuster les plaques de marbre.

La Rue, 1894 : Petit souteneur. Homme facile à duper.

France, 1894 : Dupe. Avaler le goujon, mourir. Lâcher son goujon, vomir.

France, 1894 : Petit souteneur.

Goujon (avaler le)

Larchey, 1865 : Mourir.

Quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, il faut avaler le goujon.

1815, Francis.

Se dit aussi pour Tomber dans un piège.

Goujon (lâcher son)

Rigaud, 1881 : Vomir.

T’as lâché ton goujon
Sur mon baluchon.

(Chans. pop.)

Goujon d’hôpital

Rigaud, 1881 : Sangsue, — dans le jargon des voyous.

France, 1894 : Sangsue.

Goujonner

Delvau, 1866 : v. a. Tromper, duper quelqu’un. On disait autrefois Faire avaler le goujon.

France, 1894 : Tromper.

Goule

d’Hautel, 1808 : La goule. Pour la bouche, le palais.

Delvau, 1866 : s. f. La gorge, le gosier, — dans l’argot du peuple, qui parle latin sans le savoir (gula).

France, 1894 : Gosier ; du latin gula. Faire péter la goule, parler.

France, 1894 : Défilé étroit, à la tête des montagnes.

Rossignol, 1901 : Gueule (patois normand).

Goulée

d’Hautel, 1808 : Ce qui peut tenir dans la bouche ; grosse bouchée.
Ce plat ne lui feroit qu’une goulée. Se dit d’un homme qui mange de très-gros morceaux à la fois.

Delvau, 1866 : s. f. Bouchée de viande ou cuillerée de soupe.

France, 1894 : Bouchée.

— Pas de ça, hein ? dit-elle… Mais comme elle tournait la tête vers lui, riant de la chatouille que cette bouche vorace lui glissait sur la peau, il sauta à ses joues, lui mangea la pourpre chaude de ses lèvres d’une goulée.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Gouliaffe

Delvau, 1866 : s. m. Gourmand, ou plutôt goinfre. Le mot est vieux, puisqu’on le trouve dans la langue romane. On dit aussi gouillafre, ou gouillaffe.

Gouliafre

d’Hautel, 1808 : Celui qui mange sans mesure et sans propreté.

France, 1894 : Glouton ; du latin gula, gueule.

Gouline

M.D., 1844 : Une valise.

Goulot

Delvau, 1866 : s. m. Bouche, gosier, — dans l’argot des faubouriens. Trouilloter du goulot. Fetidum halitum habere.

Rigaud, 1881 : Bouche, gosier. Repousser du goulot, sentir mauvais de la bouche.

Goulu

d’Hautel, 1808 : Qui fait un dieu de son ventre ; qui aime par-dessus tout, la table et la bonne chère.

d’Hautel, 1808 : Il en mange comme un goulu. Expression triviale et exagérée, pour dire qu’un homme est fort exercé et très-habile dans un art ou une profession quelconque.

Halbert, 1849 : Puits.

Larchey, 1865 : Poêle (Vidocq). Il avale beaucoup de bois.

Delvau, 1866 : s. m. Poêle, — dans l’argot des voleurs. Se dit aussi pour Puits.

Rigaud, 1881 : Puits. — Poêle à chauffer.

La Rue, 1894 : Puits. Poêle.

Virmaître, 1894 : Dévorer ses aliments (Argot du peuple). V. Baffrer.

Goupillon

Rigaud, 1881 : Commis au pair, — dans le jargon des employés de la nouveauté. C’est, sans doute, une altération de gouspillon, gouspin.

Goupillon (le)

Delvau, 1864 : Le membre viril — avec lequel on asperge de sperme les femmes, heureuses d’être ainsi aspergées.

En priant pour la sainte Vierge,
Vous prîtes votre goupillon,
Et le tenant droit comme un cierge,
Il semblait que le cotillon
Vous donnai certain aiguillon.

(Parnasse satyrique.)

Goupillonnard

Fustier, 1889 : Clérical, religieux.

Il ne pourra faire autrement… pour obtenir du bon Dieu le service dont a besoin le correspondant du journal goupillonnard.

(République anti-cléricale, août 1882.)

Goupine

Halbert, 1849 : Mise étrange.

Rigaud, 1881 : Tête, allure de voleur ; mise dans le goût de celle de Robert-Macaire.

Goupiner

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Faire quelque chose.

Bras-de-Fer, 1829 : Travailler.

Clémens, 1840 : Travailler.

un détenu, 1846 : Faire quelque chose. Un objet bien goupiné est un objet bien fait.

Larchey, 1865 : Voler. V. Estourbir, Butter.

Voilà donc une classe d’individus réduite à la dure extrémité de travailler sur le grand trimar, de goupiner

Cinquante mille voleurs de plus à Paris, Paris, 1830, in-8.

J’ai roulé de vergne en vergne pour apprendre à goupiner.

Vidocq.

Delvau, 1866 : v. a. Voler, — dans le même argot [des voleurs]. Goupiner les poivriers. Dévaliser les ivrognes endormis sur la voie publique.

Rigaud, 1881 : Voler, s’ingénier à faire le mal.

En goupinant seul et dans un pays étranger, on n’a à craindre ni les moutons ni les reluqueurs.

(J. Richepin, l’Assassin nu.)

Goupiner les poivriers, voler les ivrognes.

La Rue, 1894 : Voler. Travailler.

Virmaître, 1894 : Voler. On applique également ce mot à quelqu’un de mal habillé.
— Est-il goupiné ? (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 : Travailler.

Hayard, 1907 : Arranger, apprêter un vol.

Goupineur

Delvau, 1866 : s. m. Voleur.

Goupineurs

Virmaître, 1894 : Voleurs qui ont la spécialité de dévaliser les pochards qui s’endorment sur la voie publique. Ils goupinent les profondes (Argot des voleurs).

Goupline

anon., 1827 : Pinte.

Bras-de-Fer, 1829 : Pinte.

Halbert, 1849 : Une pinte.

Delvau, 1866 : s. f. Litre, — dans le même argot.

Rigaud, 1881 : Litre de vin, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Litre de vin.

Virmaître, 1894 : Litre de vin.
— C’est pas malin que nous étions chlasse ; à quatre, nous avons étranglé douze gouplines de ginglard à Charonne, au Petit Bonhomme qui chie (Argot du peuple). N.

Gour

Delvau, 1866 : s. m. Pot à eau ou à vin, — dans le même argot. Dans la langue des honnêtes gens, le gour est un creux plein d’eau dans un rocher, au pied d’un arbre, etc.

Gour plein de pivois

Halbert, 1849 : Un pot de vin.

Gourd

d’Hautel, 1808 : C’est un gaillard qui n’a pas les mains gourdes. C’est-à-dire, c’est un garçon qui travaille avec ardeur ; ou auquel il ne faut pas chercher dispute.
Se prend aussi en mauvaise part, et se dit d’un homme qui aime beaucoup à prendre, et dont il faut se méfier.

Rigaud, 1881 : Tromperie, mensonge, filouterie. D’où l’ancien verbe gourrer.

Pour gourrer les pauvres gens
Qui leur babil veulent croira.

(Parnasse des Muses.)

La Rue, 1894 : Pot.

Gourd, de

Delvau, 1866 : adj. Engourdi par le froid, — dans l’argot du peuple.

Gourde

d’Hautel, 1808 : Une gourde. Calebasse dans laquelle on met du vin ou des liqueurs pour se réconforter en voyage.
Un gros gourdin. Pour tricot, gros bâton.

Fustier, 1889 : Niais, imbécile.

La Rue, 1894 : Boucle d’oreille. Benêt.

Virmaître, 1894 : Homme pâteux, paysan mal dégrossi. Au superlatif : crème de gourde (Argot du peuple). N.

Gourde ou Gourdée

Rossignol, 1901 : Bête, imbécile.

Gourde, goudiflot

Hayard, 1907 : Simple, naïf.

Gourdement

anon., 1827 : Beaucoup, bien.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Beaucoup.

Bras-de-Fer, 1829 : Beaucoup, bien.

Halbert, 1849 : Beaucoup.

Larchey, 1865 : Bien, beaucoup. V. Pavillonner, Artie.

Delvau, 1866 : adv. Beaucoup, — dans l’argot des voyous.

Rigaud, 1881 : Beaucoup, très bien, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Beaucoup.

Gourdes (les)

Delvau, 1864 : Les testicules, dans lesquels il y a une provision du cordial qui réchauffe les femmes malades de langueur.

Le troupier : mes roustons, le cocher : mes roupettes ;
Le marchand de coco : des gourdes ; les grisettes :
Des machines…

Louis Protat.

Gourdifflot

Virmaître, 1894 : Petite gourde (Argot du peuple).

Gourdiflot

Rossignol, 1901 : Synonyme de gourde.

Gourdin

Delvau, 1866 : s. m. Gros bâton, — dans l’argot du peuple, qui pour le manœuvrer ne doit pas avoir les mains gourdes.

Gourdiner

Delvau, 1866 : v. a. Bâtonner quelqu’un.

Goure (vol à la)

France, 1894 : Offre à bas prix de marchandises de nulle valeur que l’on fait passer pour excellentes et bien au-dessus du prix qu’on en demande.

Gouré, ée

Halbert, 1849 : Trompé, trompée.

Gourée

France, 1894 : Friponnerie.

Gourer

Halbert, 1849 : Tromper.

Rigaud, 1881 : Duper, filouter.

La Rue, 1894 : Tromper. Goure, friponnerie.

Hayard, 1907 : Tromper, se gourer — douter.

Gourer (se)

Rigaud, 1881 : Ne pas observer la couleur locale, commettre un anachronisme, — dans le jargon des comédiens.

Les actrices de mélodrame se gourent quand elles courent à travers la montagne avec de petits souliers de satin blanc. À Chartres, j’ai vu Abraham mettre le feu au bûcher avec un briquet de M. Fumade.

(Petit Dict. des coulisses.)

France, 1894 : Se tromper.

C’est la raison pourquoi qu’je m’goure.

(Jean Richepin)

Rossignol, 1901 : Se méfier, se tromper. Celui qui craint d’être suivi par un agent pour le surveiller, se goure.

Tu te goures, si tu crois que c’est Jules qui m’a dit cela.

Gourer, gourrer

France, 1894 : Tromper, Vieux mot.

Pour gourrer les pauvres gens,
Qui leur babil veulent croire.

(Parnasse des Muses)

Goureur

Larchey, 1865 : « Les goureurs sont de faux marchands qui vendent de mauvaises marchandises sous prétexte de bon marché. — Le faux marin qui vend dix francs des rasoirs anglais de quinze sous… goureur. — Le chasseur d’Afrique qui rapporte d’Alger des cachemires… goureur. — L’ouvrier qui a trouvé une montre d’or et qui veut la vendre aux passants… goureur. »

H. Monnier.

Rigaud, 1881 : Escroc qui exploite la crédulité ou la bêtise de quelqu’un pour lui vendre fort cher un objet de peu de valeur. — Goureur de la haute, celui qui fait des dupes en émettant des actions d’une entreprise imaginaire, comme, par exemple, les actions de mines de pains à cacheter.

France, 1894 : « Les goureur sont de faux marchands qui vendent de mauvaises marchandises sous prétexte de bon marché. Le faux marin qui vend dix francs des rasoirs anglais de quinze sous… goureur. L’ouvrier qui a trouvé une montre d’or et qui vient la vendre aux passants… goureur.

(Lorédan Larchey)

Goureur, euse

Halbert, 1849 : Trompeur, trompeuse.

Goureurs

Virmaître, 1894 : Les goureurs sont des individus qui se déguisent en marins étrangers venant des pays lointains. Ils offrent au public des marchandises qu’ils ont soi-disant rapportées de l’Inde ou de la Perse, et qui proviennent tout bonnement d’un bazar quelconque (Argot des voleurs).

Gourgande

Delvau, 1866 : s. f. Apocope de Gourgandine, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1894 : Apocope de gourgandine.

Gourgandin

France, 1894 : Coureurs de filles.

Gourgandinage

Rigaud, 1881 : Débauche, plaisirs crapuleux.

Gourgandine

d’Hautel, 1808 : Catin, garce, fille perdue par la débauche.

Delvau, 1864 : Fille ou femme qui se laisse baiser par le premier homme venu, militaire ou pékin, gros ou petit, riche ou pauvre, qui lui offre un dîner, une robe, ou seulement un verre de jaune.

Toujours il a eu le même public mâle et femelle, les mêmes faubouriens et les mêmes faubouriennes, les mêmes voyous et les mêmes petites gourgandines.

A. Delvau.

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme qui court plus que ses jambes et la morale le lui permettent, et qui, en courant ainsi, s’expose à faire une infinité de glissades. Argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Femme de mauvaise vie ; coureuse. Au XVe siècle le mot avait le sens qu’il a aujourd’hui. On disait encore gourdine et gourdane. Les gourgandines habitaient l’île de la Gourdaine dans la Cité, anciennement (au XIIIe siècle) l’île aux Vaches. C’est dans l’île aux Vaches que furent brûlés les Templiers. (P. Dufour, Hist. de la prostitution, 1852.)

S’il pouvait devenir cocu
Épousant une gourgandine.

(Scarron, Poésies.)

Et sans sourdines,
Mener joyeuse vie avec des gourgandines.

(V. Hugo, Châtiments.)

La Rue, 1894 : Coureuse. Fille de mauvaise vie.

Gourgandiner

Delvau, 1864 : Hanter les mauvais lieux et les drôlesses qui les habitent.

Delvau, 1866 : v. n. Mener une vie libertine.

Rigaud, 1881 : Courir les bals, les soupers et les hommes. — Des drôlesses qui ne font que gourgandiner.

Gourgane

France, 1894 : Gosier ; pour gargouenne.

Gourganer

Delvau, 1866 : v. n. Manger de la prison, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1894 : Faire de la prison. Allusion aux gourganes ou fèves de marais qui forment le principal menu des établissements pénitentiaires.

Gourganes

Delvau, 1866 : s. f. pl. Lentilles ou haricots, — dans l’argot des prisons et des ateliers, où les nommes sont nourris comme des bestiaux. Gourganes des prés. Celles qui constituent la nourriture des forçats. Proprement, la gourgane est une petite fève de marais fort douce.

Gourgonnage

France, 1894 : Murmure ; argot des typographes. Ce mot et les deux suivants sont une onomatopée, venant du languedocien.

Gourgonner

France, 1894 : Murmurer.

Gourgoule

France, 1894 : Remous, bruit du remous, roulement de voix.

Gourgoussage

Delvau, 1866 : s. m. Murmure de mécontentement ou de colère, — dans l’argot des typographes.

Gourgousser

Delvau, 1866 : v. n. Murmurer.

Rigaud, 1881 : Se plaindre sans cesse, se répandre en jérémiades, — dans le jargon des typographes.

Boutmy, 1883 : v. intr. Se répandre en jérémiades, en récriminations de toute sorte et à propos de tout.

France, 1894 : Se répandre en récriminations, en jérémiades de toutes sortes et à propos de tout.

(Eug Boutmy, Argot des typographes)

Gourgousseur

Rigaud, 1881 : Celui qui se plaint sans cesse et à propos de rien. C’est une allusion au bruit produit par les borborygmes, ces plaintes que font entendre les boyaux incommodés ou en détresse.

Boutmy, 1883 : s. m. Celui qui gourgousse. Nous avons défini ce type dans la première partie de cette Étude.

France, 1894 : Celui qui gourgousse.

Au point de vue des types et des caractères individuels, il est impossible d’établir des divisions précises. Le typographe est un être ondoyant et divers, essentiellement fantaisiste et prime-sautier. Pourtant nous distinguerons les genres suivants. C’est d’abord le gourgousseur, qui ne sait pas renfermer en lui-même ses impressions et qui les exhale à tout propos en plaintes, en récriminations, en doléances de toutes sortes. De mémoire de compositeur, personne n’a vu le gourgousseur satisfait. Son caractère morose et grondeur fait le vide autour de lui mieux que ne le ferait une machine pneumatique. Le gourgousseur est presque toujours en même temps chevrotin, c’est-à-dire facilement irascible.

(Eugène Boutmy, Les Typographes)

Gourmande

Delvau, 1864 : Femme trop portée sur la queue, et difficile à satisfaire à cause de cela.

Hayard, 1907 : Bouche.

Gourme

Delvau, 1866 : s. f. La fougue de la jeunesse, — dans l’argot du peuple, qui sait que cet impetigo finit toujours par disparaître avec les années, — malheureusement ! Jeter sa gourme. Vivre follement, en casse-cou, sans souci des périls, des maladies et de la mort.

Gourpline

Halbert, 1849 : Plainte.

Gourrer

d’Hautel, 1808 : Tromper, duper, friponner, escroquer quelqu’un.
Il s’est laissé gourrer. Pour, il s’est laissé attraper.
Se gourrer. Se duper soi-même ; se tromper à son préjudice, dans un calcul ou dans une spéculation.

Delvau, 1866 : v. a. Tromper, duper, — dans l’argot des voleurs, qui se sont approprié là un verbe du langage des honnêtes gens. (Goure, drogue falsifiée ; goureur, qui falsifie les drogues.)

Gourreur

Delvau, 1866 : s. m. Trompeur.

Gourt (être à son)

France, 1894 : Être content : vieille expression que l’on trouve dans Villon :

L’hôtesse fut bien à son gourt,
Car, quand vint à compter l’escot,
Le seigneur ne dist oncques mot.

Gousli

France, 1894 : Mot importé du russe ; harpe horizontale.

Gouspin

Larchey, 1865 : Mauvais gamin. — Diminutif du vieux mot gous : chien.

Quarante ou cinquante jeunes gouspins bruyants et rageurs.

Commerson.

Delvau, 1866 : s. m. Voyou, jeune apprenti voleur, — dans l’argot des faubouriens, qui se servent de cette expression depuis longtemps.

Rigaud, 1881 : Petit polisson ; pauvre diable.

La Rue, 1894 : Voyou. Apprenti voleur.

Gouspin, goussepain

France, 1894 : Polisson, mauvais gamin, apprenti voleur.

Il en tira le corps d’un chat : « Tiens, dit le gosse
Au troquet, tiens, voici de quoi faire un lapin. »
Puis il prit son petit couteau de goussepain,
Dépouilla le greffier, et lui fit sa toilette.

(Jean Richepin)

Gouspiner

d’Hautel, 1808 : Vagabonder, faire le polisson ; jouer dans les rues à la manière des petits enfans et des écoliers.

Delvau, 1866 : v. n. Vagabonder au lieu de travailler.

Rigaud, 1881 : Vagabonder.

France, 1894 : Vagabonder ; du vieux mot gous, chien.

Gousse

Larchey, 1865 : Voir Gougnotte. — Mot à mot chienne.

France, 1894 : Lesbienne ; du vieux mot gousse, chienne.

Rossignol, 1901 : Tribade. On dit aussi vrille, gougniotte, marchande d’ail.

Gousse (la)

Delvau, 1866 : Nom donné au banquet mensuel des artistes du Vaudeville. Il a lieu, le premier jeudi de chaque mois, chez Laumonier-Brébant.

Gousse ou goussepin

d’Hautel, 1808 : Sobriquet que l’on donne ordinairement à un petit polisson, à un enfant d’humeur dissipée, qui ne fait que jouer dans les rues.
On donne aussi ce nom, par mépris, à celui qui dans une maison est chargé de toutes les commissions ; à un homme de fort basse extraction.

Gousse, gaupe

Rigaud, 1881 : Fille publique, — dans le jargon des voyous.

Goussepin

Rossignol, 1901 : Enfant.

Gousser

France, 1894 : Manger.

Gousset

Delvau, 1866 : s. m. Aisselle, — dans l’argot du peuple. Sentir du gousset. Puer.

Μασχάλη, axila, aisselle, sale odeur,

dit M. Romain Cornut, expurgateur de Lancelot et continuateur de Port-Royal.

Rigaud, 1881 : Aisselle. — Rifler du gousset, transpirer de dessous les bras.

La Rue, 1894 : Aisselle.

Gousset percé (avoir le)

Larchey, 1865 : N’avoir pas un sou en poche.

Comment faire quand on a le gousset percé

Letellier, Chanson, 1839.

Rigaud, 1881 : Être prodigue, ne pas savoir garder un sou en poche. — Ne pas avoir d’argent dans sa poche.

Gousset, gouffier

Rigaud, 1881 : Manger, — dans le jargon des voleurs.

Goût

d’Hautel, 1808 : Sentir un goût de renfermé. Exhaler une odeur de moisi.
Des goûts et des couleurs on ne peut disputer. Pour dire, chacun a son goût, ses fantaisies, ses caprices, ses inclinations.
Perdre le goût du pain. Laisser ses os dans une affaire, y mourir.
Le prix en fait perdre le goût. Signifie que l’on se dégoûte facilement d’une chose trop chère.

Goût du pain (faire passer le)

Rigaud, 1881 : Tuer.

Goût du pain (paire passer le)

La Rue, 1894 : Tuer.

Gout particulier

Delvau, 1864 : La pédérastie ou le gougnottisme, selon le sexe ; ainsi nommé parce que c’est un goût presque général chez les filles galantes de Paris.

Ne croyez pas que je contracte
Ce goût, déjà trop répandu ;
C’est bon pour amuser l’entr’acte
Quand le grand acteur est rendu.

Béranger.

Gout pour quelqu’un (avoir du)

Delvau, 1864 : Avoir envie de coucher avec telle femme plutôt qu’avec telle autre lorsqu’on est homme, ou avec tel homme plutôt qu’avec tel autre lorsqu’on est femme.

Elle en tombera à la renverse si elle a autant de goût pour moi que vous le dites.

La Popelinière.

Dit-on à présent : Je vous aime ?
Non, l’on dit : j’ai du goût pour vous.

Collé.

Goûter

Delvau, 1866 : v. n. Plaire, faire plaisir.

Gouter les plaisirs, les ébats, les joies, etc.

Delvau, 1864 : Baiser, ce qui est la félicité suprême.

Mais qu’importe, si l’on goûte
Le doux plaisir de la chair ?
Qu’importe, pourvu qu’on foute ?
Cela vous paraît-il clair ?

Collé.

Eh bien ! mon petit cœur, eh bien ! ma mignonnette,
Ne voulez-vous pas bien vous marier un jour
Pour goûter les ébats du petit dieu d’amour.

Trotterel

Quand elle eut commencé à goûter un peu les joies de ce monde, elle sentit que son mari ne la faisait que mettre en appétit.

Bonaventure Desperriers.

Gouts contre nature (avoir des)

Delvau, 1864 : Être pédéraste, si l’on est homme, — ou gougnotte, si l’on est femme.

On ne le lui met plus !… On le lui a donc déjà mis ? L’homme que j’ai honoré de mes faveurs aurait donc des goûts contre nature ?

Jean Du Boys.

Gouts lubriques (avoir des)

Delvau, 1864 : Être très corrompu en amour.

On l’accusa d’avoir des goûts lubriques,
Dont le récit fait dresser les cheveux ;
De dédaîgner Les amours platoniques
Et de boucher des trous incestueux.

Ch. Boyle.

Goutte

d’Hautel, 1808 : Elles se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Se dit par métaphore de deux sœurs, de deux personnes qui ont une ressemblance frappante.
C’est une goutte d’eau dans la mer. C’est-à dire, un point imperceptible dans cette affaire.
Aux fièvres et à la goutte, les médecins ne voient goutte. Pour le malheur du genre humain, ce ne sont pas à ces deux fléaux seuls que se bornent leur ignorance et leurs bévues.

Delvau, 1864 : Employé dans un sens obscène pour désigner le sperme.

Elle sucerait bien la goutte
De quelque gros vit raboulé,
Mais je veux qu’un goujat la foute
Avec un concombre pelé.

Théophile.

Larchey, 1865 : Ration d’eau-de-vie que les soldats boivent habituellement le matin avant l’appel, et les ouvriers avant l’heure du travail. — Allusion à la petite dose (goutte) d’alcool qu’on prend ou qu’on est censé prendre.

J’appelais ma mère qui buvait sa goutte au P’tit trou.

Rétif, 1783.

Mais pourvu qu’on paie la goutte aux anciens, N’est-ce pas, colonel ?

Gavarni.

Delvau, 1866 : adv. Peu ou point. N’y voir goutte. N’y pas voir du tout. On dit aussi N’y entendre goutte.

Delvau, 1866 : s. f. Petit verre d’eau-de-vie, — dans l’argot des ouvriers et des soldats. Marchand de goutte. Liquoriste.

Rigaud, 1881 : Mesure d’eau-de-vie de la capacité d’un décilitre. Prendre la goutte, boire un verre d’eau-de-vie. — Bonne goutte, bonne eau-de-vie. — Pour le peuple tout bon cognac, fût-il à vingt francs la bouteille, est de la bonne goutte.

Goutte (donner la)

Rigaud, 1881 : Donner à téter. — Demander la goutte, demander à téter en piaillant ou à haute et intelligible voix, comme font les enfants qui ne sont pas encore sevrés à deux ans. La mère dont les mamelles sont presque taries, ne peut plus donner qu’une pauvre goutte à son nourrisson.

Goutte militaire

Delvau, 1864 : Sécrétion gonorrhéique qui vient chaque matin au bout du membre viril qui a été à la guerre amoureuse et qui y a été blessé — sans daigner se guérir.

Rigaud, 1881 : Souvenir persistant d’un coup de pied de Vénus.

Rossignol, 1901 : Voir plombé.

Gouttière (lapin de)

Rigaud, 1881 : Chat, — dans le jargon du peuple qui, chaque fois qu’on lui sert du lapin à la gargote, renouvelle la plaisanterie, parce qu’il faut bien rire un peu.

Gouttière à merde

Rigaud, 1881 : Derrière, — dans le jargon des voyous. Va donc te laver ta gouttière à merde aura crevé, tu foisonnes trop. — Faudra faire mettre un bèquet à ta gouttière à merde.

Gouverne

Delvau, 1866 : s. f. Règle de conduite ; façon d’agir.

Gouvernement

Delvau, 1866 : s. m. Épée d’ordonnance, — dans l’argot des Polytechniciens, qui distinguent entre les armes que leur fournit le gouvernement et celles qu’ils se choisissent eux-mêmes. (V. Spickel.)

Rigaud, 1881 : Dans la bouche de l’ouvrier, ce mot est synonyme de « ma bourgeoise, mon gendarme. » Quand un ouvrier parle de sa femme, il dit volontiers « mon gouvernement ». — Hier, j’ai pris un fameux bain avec des camaros, je me suis cuité dans le gîte, reusement que mon gouvernement m’a pas entendu rentrer.

Rigaud, 1881 : Épée d’ordonnance des polytechniciens. Mot à mot : épée fournie par le gouvernement.

Virmaître, 1894 : Épée à l’École Polytechnique. A. D. Gouvernement : La femme dans les ménages d’ouvriers.
— Mon vieux, pas mèche d’aller gouaper avec toi, mon gouvernement est tellement rosse que je serais engueulé toute la semaine (Argot du peuple). N.

Goy, goym

Rigaud, 1881 : Chrétien, — dans le patois des marchands juifs. Râler le goye, tromper le chrétien. — Les marchands forains, mais principalement ceux du Midi, ont donné le nom de goye à l’acheteur doté d’une bonne tête d’imbécile.

La Rue, 1894 : Chrétien, dans l’argot des juifs. Râler le goye, tromper le chrétien.

Goye

Larchey, 1865 : Dupe, niais. — Signifie depuis longtemps Chrétien chez les juifs.

Le goye te mire, le pante te regarde.

Monselet.

Rigaud, 1881 : Boiteux, — dans le jargon des méridionaux de Paris.

Grabat

d’Hautel, 1808 : Mauvais lit. Être sur le grabat. Être dans une extrême indigence ; être à l’agonie, sur le point d’expirer, près de rendre l’ame.

Grabuge

d’Hautel, 1808 : Pour vacarme, désordre, sédition, tumulte, zizanie, querelle.

Delvau, 1866 : s. m. Trouble, vacarme, — dans l’argot du peuple.

Grace

d’Hautel, 1808 : Cela lui est venu par la grace de Dieu. Se dit d’un homme qui tout-à-coup est de venu riche, sans que l’on sache comment il a gagné son bien-être.

Gracieuser

d’Hautel, 1808 : Montrer de la bienveillance, faire un bon accueil à quelqu’un, l’agréer.

Gracieux

d’Hautel, 1808 : Il est gracieux comme la porte d’une prison. Se dit d’un homme qui a l’abord dur et repoussant, qui réellement est grossier et brutal.

Gradouble

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Plomb. Attrimer du gradouble, voler le plomb des gouttières.

Graffagnade

Rigaud, 1881 : Commerce de mauvais tableaux. — Tableau de commerce, — dans le jargon des marchands de bric-à-brac.

Graffigner

Delvau, 1866 : v. a. et n. Saisir, prendre, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi Égratigner.

Graffin

Delvau, 1866 : s. m. Chiffonnier.

Grafin

Rigaud, 1881 : Chiffonnier ; par allusion au crochet qui agrafe les épaves échouées le long des trottoirs.

Graillon

d’Hautel, 1808 : Au propre, excrétion de la poitrine ; au figuré, vieux restes de viande ; chiffons ; frivolités.
Sentir le graillon. Répandre une odeur de viande, ou de graisse brûlée.

Delvau, 1866 : s. f. Servante malpropre, cuisinière peu appétissante. Argot du peuple. On dit aussi Marie-Graillon.

Virmaître, 1894 : Cuisinière, laveuse de vaisselle. Fille sale qui pue la mauvaise graisse (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Mauvais cuisinier. La ménagère qui lave son linge est aussi un graillon.

Graillonner

d’Hautel, 1808 : Faire des efforts pour cracher ; expectorer continuellement.

Larchey, 1865 : Parler (Vidocq). — Diminutif du vieux mot grailler : croasser. V. Roquefort.

Delvau, 1866 : v. n. Cracher fréquemment.

Delvau, 1866 : v. n. S’entretenir à haute voix, d’une fenêtre ou d’une cour à l’autre, — dans l’argot des prisons.

Rigaud, 1881 : Converser à haute voix, d’une cour de prison à l’autre, du dortoir à la cour.

Rigaud, 1881 : Cracher avec effort, tousser gras.

La Rue, 1894 : Écrire. Cracher. Parler d’une fenêtre à l’autre, dans une prison.

Rossignol, 1901 : Mal laver une chose ou un objet, c’est le graillonner.

Graillonneur

d’Hautel, 1808 : C’est un graillonneur perpétuel. Se dit d’un homme qui graillonne, qui crachotte perpétuellement.

Larchey, 1865 : Homme qui expectore souvent.

Comme c’est ragoûtant d’avoir affaire avant son déjeuner à un graillonneur pareil !

H. Monnier.

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui crache à chaque instant.

Graillonneur, graillonneuse

Rigaud, 1881 : Celui, celle qui graillonne.

Comme c’est ragoûtant d’avoir affaire avant son déjeuner à un graillonneur pareil !

(H. Monnier, Scènes populaires.)

Graillonneuse

Delvau, 1866 : s. f. Femme qui vient laver son linge au bateau sans être du métier, — dans l’argot des blanchisseuses.

Rigaud, 1881 : Blanchisseuse par occasion. C’est le nom que donnent les blanchisseuses de profession aux ménagères qui vont au lavoir laver le linge de leur famille, parce que, ne possédant pas très bien le maniement du battoir, elles éclaboussent tout le monde autour d’elles.

Virmaître, 1894 : Ménagère qui va laver accidentellement son linge au lavoir (Argot des blanchisseuses). V. Baquet.

Grain

d’Hautel, 1808 : Un ventre à tout grain. Pour dire un homme peu délicat sur le manger, que les alimens les plus lourds ne peuvent incommoder ; un bélitre, un dissipateur.
Avoir des grains, amasser des grains. Pour avoir ou amasser de l’argent.
Un grain de six balles. Pour dire un écu de six francs.
Être dans le grain. Pour, être en bonne fortune ; avoir le vent en pouppe.
Un Catholique à gros grains. Voyez Catholique.
Il mangeroit cet homme avec un grain de sel. Pour dire, il est bien plus fort que lui ; il lui est infiniment supérieur.

anon., 1827 : Écu.

Bras-de-Fer, 1829 : Écu.

Halbert, 1849 : Écu.

Delvau, 1866 : s. m. Pièce de cinquante centimes, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Pièce de dix sous, — dans l’argot du Temple.

Grain (avoir un)

Delvau, 1866 : v. a. Être un peu fou, ou seulement maniaque, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Avoir l’esprit un peu dérangé. Mot à mot : un grain de folie.

Grain (écraser un)

Larchey, 1865 : Boire la goutte. Plus applicable à l’alcool dans lequel on conserve quelques grains de verjus.

Est-ce que nous n’écrasons pas un grain ?

La Bédollière.

Boutmy, 1883 : v. Boire, s’enivrer.

Grain de brune, saute-cou, terre-à-terre

La Rue, 1894 : Foulard. Il sert au voleur, le soir, pour étrangler et terrasser sa victime.

Grain, petit grain

Rigaud, 1881 : Animation causée par un commencement d’ivresse.

Graine

d’Hautel, 1808 : C’est de la graine de niais. Pour, c’est une attrape, il ne faut point ajouter foi à ce discours.
Monter en graine. Pour vieillir, se casser.
On dit d’une troupe de petits polissons, que c’est de la graine d’andouille.

Graine d’attrape

Delvau, 1866 : s. f. Mensonge, moquerie, tromperie.

Graine d’épinards

Larchey, 1865 : Épaulette d’officier supérieur. — Avant d’avoir quitté la branche, ces graines ressemblent en effet assez aux grosses torsades d’épaulettes.

Les grands qui viennent au monde avec des épinards d’amiral sur l’épaule.

L. Desnoyer.

Graine d’épinards à part, les officiers du 101e sont tous supérieurs.

Noriac.

Delvau, 1866 : s. f. Épaulettes des officiers supérieurs, — dans l’argot des troupiers, dont ce légume est le desideratum permanent. Porter la graine d’épinards. Avoir des épaulettes d’officier supérieur.

Graine de chou colossal

Delvau, 1866 : s. f. Amorce pour duper les simples. C’est un souvenir des réclames faites il y a vingt ans par un industriel possesseur d’une variété de brassica oleracea fantastique, « servant à la fois à la nourriture des hommes et des bestiaux, et donnant un ombrage agréable pendant l’été ».

Graisse

d’Hautel, 1808 : La graisse ne l’étouffe pas, ne l’empêche pas de marcher. Se dit en plaisantant d’une personne très-maigre, qui marche avec vivacité.
Faire de la graisse. Dormir trop long-temps, paresser, se laisser aller à la mollesse.
Ce n’est pas le tout que des choux, il faut encore de la graisse. Se dit lorsque l’on n’a qu’une partie des choses nécessaires à une entreprise.

Larchey, 1865 : Argent. — Il y a gras, il y a de la graisse : Il y a un bon butin à faire.

Il n’y a pas gras !

Gavarni.

Delvau, 1866 : s. m. Variété de voleur dont Vidocq donne le signalement et l’industrie (p. 193).

Delvau, 1866 : s. f. Argent, — dans l’argot du peuple, qui sait que c’est avec cela qu’on enduit les consciences pour les empêcher de crier lorsqu’elles tournent sur leurs gonds.

Rigaud, 1881 : Argent. L’huile et le beurre ont également eu la même signification ; aujourd’hui ces mots ne sont plus employés que par quelques vieux débris des anciens bagnes.

Graisse (se plaindre de trop de)

Rigaud, 1881 : Se plaindre mal à propos, se plaindre quand on ne manque de rien. Encore un qui se plaint de trop de graisse.

Graisser

d’Hautel, 1808 : Graisser la patte à quelqu’un. Le corrompre, le gagner à force d’argent.
Graisser ses bottes. Se disposer à partir ; à voyager dans l’autre monde.

d’Hautel, 1808 : Graisser le couteau. Manger de la viande au déjeûner, ce que l’on ne fait ordinairement qu’au dîner.
Graisser les épaules, ou la peau à quelqu’un. Le battre, lui donner une volée de coups de bâton.
Graisser le marteau d’une porte. Soudoyer, gagner un portier à force d’argent.
Graissez les bottes d’un vilain, il dira qu’on les lui brûle. Vieux proverbe qui signifie que l’on ne gagne rien à obliger un méchant homme.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Donner, contribuer, fournir, gratifier.

Halbert, 1849 : Gratter.

Delvau, 1866 : v. a. Gratter, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Je vais te graisser, te battre. Graisser les poches de quelqu’un : y mettre de l’argent. Graisser sa femme : allusion au graissage de l’essieu pour que la voiture roule mieux (Argot des souteneurs).

Rossignol, 1901 : Celui qui, enjouant, arrange les cartes de façon à avoir tout le jeu pour lui, fait de la graisse ; c’est un graisseur. On dit aussi faire du suif. Quand on dit à quelqu’un : J’te vas graisser, c’est lui dire : Je vais te flanquer des coups.

Graisser la marmite

Larchey, 1865 : Payer sa bienvenue.

À mon régiment, M’fallut graisser la marmite, Et j’n’ai plus d’argent.

Vachelot, Chansons, 1855.

Rigaud, 1881 : Payer sa bienvenue, — dans le jargon des troupiers. — Battre sa maîtresse, — dans le jargon des souteneurs.

Graisser la patte

Larchey, 1865 : Remettre une somme de la main à la main, corrompre.

Delvau, 1866 : v. a. Acheter la discrétion de quelqu’un, principalement des inférieurs, employés, concierges ou valets. On dit aussi graisser le marteau, — mais plus spécialement en parlant des concierges.

Graisser le train

Rigaud, 1881 : Battre, donner des coups de pied au derrière. Mot à mot : graisser le train de derrière, — dans le jargon des voyous.

Graisser le vagin (se)

Delvau, 1864 : Se faire baiser, s’oindre le con de sperme.

C’était ma femme au retour d’un voyage,
Et qui devait n’arriver que demain ;
Elle venait consoler mon veuvage,
Et pour cela se graissait le vagin.

Anonyme.

Graisser les bottes

Delvau, 1866 : v. a. Donner des coups à quelqu’un, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi : Faire des compliments à quelqu’un, le combler d’aise en nattant sa vanité.

Virmaître, 1894 : Mourir. L. L. Graisser les bottes : l’extrême-onction. Mot à mot : graisser les bottes pour le voyage lointain (Argot du peuple). N.

Graisser les roues

Rigaud, 1881 : Boire, — dans le jargon du peuple. Quand on graisse les roues, ça accélère le mouvement… des ivrognes.

Graisser sa punaise

Delvau, 1864 : Baiser sa maîtresse.

Je lui en veux : il a graissé ma punaise.

A. Pothey.

Graisser ses bottes

Larchey, 1865 : Se préparer au départ, et au figuré : Être près de mourir.

Delvau, 1866 : v. a. Recevoir l’Extrême-Onction, être en état de faire le grand voyage d’où l’on ne revient jamais.

Rigaud, 1881 : Être à l’article de la mort. Mot à mot : graisser ses bottes pour accomplir le grand voyage.

La Rue, 1894 : Mourir.

Grammaire Benoiton

Delvau, 1866 : s. f. La grammaire de la langue verte, — dans l’argot des journalistes, qui ont voulu ainsi fixer le passage, dans la littérature française, de la pièce de M. Victorien Sardou, la Famille Benoiton (1865-66). On dit aussi le Dictionnaire Benoiton.

Grand

d’Hautel, 1808 : Grand de taille et petit de nom. Se dit par raillerie de celui qui n’a pour tout mérite qu’une grande stature, et dont la conduite est repréhensible et généralement méprisée.
Grand comme un chien assis. Se dit par raillerie d’un fort petit homme.
Mettre les petits plats dans les grands. Mettre tout en l’air pour bien recevoir quelqu’un, pour le bien traiter.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Roi.

Grand arroseur

Delvau, 1866 : s. m. Dieu, — dans l’argot du peuple, qui devrait pourtant savoir (depuis le temps !) comment se forment les nuages et la pluie.

Grand chef

Rigaud, 1881 : Préfet de police, — dans le jargon des agents de police.

Allons ! allons ! le grand chef a parlé ; filez et plus vite que ça !

(L’Univers du 1er juillet 1880.)

Grand coësre

La Rue, 1894 : Chef de bande.

Grand court-bouillon

Delvau, 1866 : s. m. La mer. On dit aussi la Grande tasse, — où tant de gens qui n’avaient pas soif ont bu leur dernier coup.

Grand dabe

Larchey, 1865 : Roi.

Mais grand dabe qui se fâche dit : Par mon caloquet.

Vidocq.

Grand flanc (du)

M.D., 1844 : Parole d’honneur.

Grand jeu (le)

Delvau, 1864 : Toutes les polissonneries qui sont la ressource des filles savantes pour faire jouir les débauchés usés.

J’veux que mes cinq sens soient satisfaits : c’est c’que j’appelle le grand jeu, moi ! Le toucher ? tu m’as branlé. L’odorat ? tu m’as fait une langue à l’absinthe. La vue ? j’ai contemplé ces ordures, et toi. Il ne ne manqué plus que les satisfactions de l’ouïe et du goût.

Lemercier de Neuville.

Grand lumignon

Delvau, 1866 : s. m. Le soleil, — dans l’argot des voyous.

Grand meg (le)

M.D., 1844 : Un président.

Grand meg des meg (le)

M.D., 1844 : Dieu.

Grand pré

Hayard, 1907 : Le bagne.

Grand pré (le)

Virmaître, 1894 : Bagne. Les voleurs, autrefois, appelaient ainsi Toulon et Brest ; depuis ils disent la Nouvelle (Argot des voleurs).

Grand ressort

Delvau, 1866 : s. m. La volonté, le cœur, — dans l’argot du peuple, qui sait quels rouages font mouvoir la machine-homme. Casser le grand ressort. Perdre l’énergie, le courage nécessaires pour se tirer des périls d’une situation, des ennuis d’une affaire, pour rompre une liaison mauvaise, etc., etc.

Virmaître, 1894 : Le cœur. C’est en effet le grand ressort de la vie. Quand un individu meurt on dit : le grand ressort est cassé (Argot du peuple).

Grand singe

Fustier, 1889 : Président de la République.

Grand soulasse

Bras-de-Fer, 1829 : Assassinat.

Grand tour

Delvau, 1866 : s. m. Résultat de la digestion, — dans l’argot des enfants et des grandes personnes timides.

Grand trimar

M.D., 1844 : Grand’ route.

Grand trottoir (le)

Delvau, 1866 : Le répertoire classique, — dans l’argot des coulisses.

Grand Turc

Larchey, 1865 : Le Grand Turc et Le roi de Prusse jouissent d’un égal degré de la faveur d’être employés lorsqu’il s’agit d’une fin de non-recevoir.

Ma chère, il pense à toi comme au Grand Turc.

Balzac.

À qui voulez-vous que je le dise donc ? au Grand Turc ?

Murger.

Delvau, 1866 : s. m. Personnage imaginaire qui intervient fréquemment dans l’argot des bourgeois. S’en soucier comme du Grand Turc. Ne pas s’en soucier du tout. Travailler pour le Grand Turc. Travailler sans profit. Ce Grand Turc est un peu parent du roi de Prusse, auquel il est fait allusion si souvent.

Grand-bonnet

Halbert, 1849 : Évêque.

Grand-mecque

Halbert, 1849 : Président.

Grand-papa

Rigaud, 1881 : Surnom donné par les élèves de l’École Polytechnique au général commandant l’École.

Grande (la)

La Rue, 1894 : La prison de la Roquette.

Hayard, 1907 : La grande Roquette.

Grande boutique

Delvau, 1866 : s. f. La préfecture de police, — dans l’argot des voleurs, qui voudraient bien dévaliser celle-là de ses sommiers judiciaires.

Grande boutique (la)

Halbert, 1849 : La préfecture.

Grande confrérie

Delvau, 1864 : Celle des cocus, qui est, en effet, la plus nombreuse.

Quand Joseph épousa Marie,
Le grand-prêtre lui dit : Mon vieux,
Te voilà de la confrérie
Des époux et des… bienheureux !
Que près du lit de ta poulette
Vienne un ange avec un moineau…
Et qu’il lui mette, mette, mette,
Mette le doigt dans cet anneau.

Béranger.

Grande fille

Delvau, 1866 : s. f. Bouteille, — dans l’argot des ouvriers. Petite fille. Demi-bouteille.

Grande-sorgue

Rossignol, 1901 : La mort.

Grandes capotes

Rossignol, 1901 : Soldats de la ligne, ainsi nommés par les Arabes.

Grandes lèvres

Delvau, 1864 : Orifice du vagin de la femme ; tentacules s’emparant de tout priape qui vient regarder à l’entrée et ne le rendant à la liberté qu’après en avoir exprimé toute la moelle.

Grandir

d’Hautel, 1808 : Il grandit, mais c’est en méchanceté. Se dit par plaisanterie d’un enfant qui est opiniâtre, espiègle, lutin, et qui fait peu de progrès en croissance.

Grâne

Clémens, 1840 : Fameux.

Grange (la)

Delvau, 1864 : Le con.

Un jour ma Jeannette
Me dit : Robinet
Ma grange est bien nette,
Mets-y ton boquet.

(Chansons folastres.)

Granp dicime condé

M.D., 1844 : Le maire ou le préfet.

Graoudjem

Rigaud, 1881 : Charcutier, — dans le jargon des voleurs. — C’est gras-double estropié et doté de la terminaison jem. — Faire un graoudjem à la dure, voler un charcutier, voler du saucisson.

Grapiller

d’Hautel, 1808 : Faire des petits larcins, amasser en dérobant quelque petite chose.

Grappe

d’Hautel, 1808 : Mordre à la grappe. Mordre à l’hameçon, se laisser duper, se laisser entrainer par des paroles artificieuses.

Grappin

Delvau, 1866 : s. m. Main, — dans l’argot du peuple. Poser le grappin sur quelqu’un. L’arrêter. Poser le grappin sur quelque chose. Le prendre.

Grappiner

Delvau, 1866 : v. a. et n. Arrêter, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi Cueillir.

Gras

d’Hautel, 1808 : Quand on manie le beurre, on a les mains grasses. Signifie que, lorsqu’il passe beaucoup d’argent par les mains, il en reste toujours quelque chose. Le peuple dit par corruption, quand on magne le beurre, etc.

d’Hautel, 1808 : Jeter ses choux bien gras. Être peu économe, mettre au rebut ce dont on pouvoit encore tirer parti.
Gras comme un moine. Parce que ces religieux sont ordinairement fort gras par le peu d’exercice qu’ils prennent.
Il mourra de gras fondu. Se dit d’un homme dont l’embonpoint est extraordinaire.
Faire ses choux gras. S’en donner à cœur joie ; puiser en eau trouble.

Delvau, 1866 : adj. Gaillard, grivois, et même obscène, — dans l’argot des bourgeois. Parler gras. Dire des choses destinées à effaroucher les oreilles.

Delvau, 1866 : s. m. Profit, — dans l’argot des faubouriens. Il y a gras. Il y a de l’argent à gagner. Il n’y a pas gras. Il n’y a rien à faire là-dedans.

Delvau, 1866 : s. m. Réprimande, correction, — dans l’argot des voyous. C’est le suif des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Semonce, réprimande, — dans le jargon des ouvriers. C’est un frère qu’on a donné au suif et au savon pris dans le même sens. Attraper un gras du contre-coup en aboulant à la boîte, recevoir des réprimandes du contre-maître en arrivant à l’atelier.

Boutmy, 1883 : s. m. Réprimande. Recevoir un gras. Recevoir des reproches de la part du patron, du prote ou du metteur en pages, pour un manquement quelconque. On dit encore dans le même sens savon et suif. L’analogie est visible entre cette dernière expression et gras. Les Allemands emploient un autre terme : Recevoir son hareng hæhring.

Fustier, 1889 : Latrines. (Richepin.)

La Rue, 1894 : Argent. Latrines. Avoir son gras, être tué.

Rossignol, 1901 : Beaucoup. Voilà tout ce qui me revient sur mon mois d’appointements, il n’y a pas gras.

J’ai trouve un porte-monnaie où il y avait gras.

Gras (avoir son)

Rigaud, 1881 : Être tué. (L. Larchey)

Gras (il y a)

Larchey, 1865 : Voir Graisse, Train.

Faire tant d’embarras, Quand dans le gousset y n’i a pas gras.

Metay, Chansons.

Rigaud, 1881 : Il y a de l’argent.

M. Vervelle présentait un diamant de mille écus à sa chemise. Fougères regarda Magus et dit : — Il y a gras !

(Balzac.)

Virmaître, 1894 : Il y a beaucoup d’argent.
— Nous pouvons nettoyer le gonce, il y a gras dans sa cambrousse.
C’est de cette expression, gras, qu’est née celle de dégraisseur (le garçon de banque), pour exprimer qu’il enlève le gras (Argot des voleurs). N.

Gras (parler)

Larchey, 1865 : Tenir des propos grivois (1808, d’Hautel).

Gras (recevoir un)

Rossignol, 1901 : Recevoir des reproches, des réprimandes.

Gras à lard

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme chargé d’embonpoint, — dans l’argot du peuple.

Gras d’huile

d’Hautel, 1808 : Sobriquet injurieux et de mépris, pour dire un mauvais épicier ; un épicier détaillant.
Gras. On dit d’un homme qui a fait beaucoup d’affaires, sans être parvenu à s’enrichir, qu’il a bien travaillé et qu’il n’en est pas plus gras pour cela.
Parler gras. Tenir des propos grivois, indécens, obscènes.

Gras double

Clémens, 1840 : Plomb.

Virmaître, 1894 : Plomb (Argot des voleurs). V. Limousinier.

Hayard, 1907 : Plomb.

Gras-bœuf

Rigaud, 1881 : La soupe et le bœuf, l’ordinaire de l’École Polytechnique, — dans le jargon des élèves de cette école.

Gras-double

Larchey, 1865 : Feuille de plomb (Vidocq). — Allusion à la facilité avec laquelle on la roule. — Gras-doublier : Voleur de plomb. C’est sur les toits qu’il exerce ordinairement. V. Limousineur.

Delvau, 1866 : s. m. Plomb volé et roulé, — par allusion à la ressemblance qu’il offre ainsi avec les tripes qu’on voit à la devanture des marchands d’abats. Les voleurs anglais, eux, disent moos, trouvant sans doute au plomb une ressemblance avec la mousse.

Delvau, 1866 : s. m. Gorge trop plantureuse, — dans l’argot des faubouriens. L’analogie, pour être assez exacte, n’est pas trop révérencieuse ; en tout cas elle est consacrée par une comédie de Desforges, connue de tout le monde, le Sourd ou l’Auberge pleine : « Je ne voudrais pas payer madame Legras — double ! » dit Dasnières en parlant de l’aubergiste, femme aux robustes appas. Castigat ridendo mores, le théâtre ! C’est pour cela que les plaisanteries obscènes nous viennent de lui.

Rigaud, 1881 : Feuille de plomb, — dans le jargon des voleurs.

Rigaud, 1881 : Seins aussi vastes que fugitifs, — dans le jargon des voyous.

La Rue, 1894 : Plomb en feuille volé sur les toits. Le voleur l’enroule autour de lui.

Rossignol, 1901 : Plomb.

Gras-double (déjeuner du)

Rigaud, 1881 : Déjeuner de charcuterie institué le vendredi-saint par les libres-penseurs, ou mieux panseurs, qui regrettent qu’il n’y ait pas de gras-triple, pour mieux protester.

Gras-doublier

Delvau, 1866 : s. m. Plombier, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Voleur de plomb.

Grashou

Rossignol, 1901 : Charcutier.

Grasse

Rigaud, 1881 : Coffre-fort, — dans le jargon des voleurs. Esquinter, estourbir la grasse, forcer un coffre-fort.

La Rue, 1894 : Coffre-fort.

Grate

Rigaud, 1881 : Gratification obtenue pour travail supplémentaire, — dans le jargon des typographes.

Boutmy, 1883 : s. f. Abréviation de gratification. La journée des typographes, dans les ateliers de Paris, est de dix heures. Quand un ouvrage est pressé, le prote fait quelquefois travailler un ou plusieurs ouvriers en dehors des heures réglementaires ou les jours fériés. Ces heures supplémentaires donnent droit à une gratification que le Tarif fixe à 25 centimes par heure. C’est ce qu’on appelle la grate. Elle a été établie surtout en vue de provoquer le maître imprimeur à occuper le plus possible d’ouvriers. Il a, on le comprend, un moyen facile d’échapper à la gratification : c’est de mettre sur le même ouvrage un nombre d’hommes suffisant pour qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir recours aux heures supplémentaires. Tous le feraient assurément, si trop souvent l’espace ne leur manquait.

Fustier, 1889 : Le bénéfice accordé aux commis de nouveautés sur la vente de certains articles.

Grate, gratouille

La Rue, 1894 : Gale.

Grater les pavés

Bras-de-Fer, 1829 : Vivre dans la misère.

Gratias

d’Hautel, 1808 : Deo gratias les moines sont soûls. Se dit en plaisantant lorsque quelqu’un rote en compagnie.

Gratin

Fustier, 1889 : Le gratin, c’est dans l’argot boulevardier l’ensemble du monde élégant ou soi-disant tel.

Les échotiers mondains ont trouvé un mot assez pittoresque, mais par trop irrespectueusement culinaire, pour désigner ce que nos pères — non moins pittoresques, mais plus fleuris dans leur langage — appelaient le dessus du panier. Le mot des échotiers sus-mentionnés, c’est le gratin du gratin. Elles (les jolies femmes) essaiment comme des papillons. Plus de thés au coin du feu, plus de raoûts intimes où elles ne reçoivent que le gratin.

(Du Boisgobey : Le Billet rouge.)

De gratin, on a forgé le verbe gratiner, suivre la mode, être à la mode et l’adjectif gratinant, signifiant beau, joli, distingué.

La toquade pour l’instant, c’est la fête de Neuilly, c’est là qu’on gratine. Ce qui veut dire en français moins gommeux : c’est là que le caprice du chic amène tous les soirs hommes et femmes à la mode.

(Monde illustré, juillet 1882.)

Grand raoût chez la comtesse S…, un des plus gatinants de la saison. Tout le faubourg y est convié.

(Figaro, mars 1884.)

La Rue, 1894 : L’ensemble du monde à la mode.

Virmaître, 1894 : Il y a du gratin, il y a de quoi. Il est gratin : il est à la mode. Pour un homme du monde, on dit : C’est un homme du gratin. On traduit dans le peuple : personna grata par personne gratinée, du gratin. Les moutards préfèrent manger le gratin qui s’attache à la casserole, quand la mère prépare la bouillie du petit frère (Argot du peuple). N.

Gratin (du)

Rigaud, 1881 : Des coups, — dans le jargon du peuple.

Un grand sec, en bras de chemise, ouvre la porte, saute sur l’homme et lui fout un gratin à le tuer.

(La petite Lune, 1879.)

Refiler un gratin, donner une gifle formidable.

Gratis

Delvau, 1866 : s. m. Crédit, — dans l’argot des marchands de vin.

Rigaud, 1881 : Crédit, — dans l’argot des marchands de vin. Pour eux, faire crédit, c’est, souvent, donner la marchandise gratis.

Gratou

Halbert, 1849 : Rasoir.

Delvau, 1866 : s. m. Rasoir, — dans l’argot des voleurs.

Gratouille

Delvau, 1866 : s. f. Gale, — dans le même argot [des voleurs].

Virmaître, 1894 : La gale (Argot du peuple). V. Charmante.

Hayard, 1907 : La gale.

Gratouse

anon., 1827 : Dentelle.

Bras-de-Fer, 1829 : Dentelle.

Clémens, 1840 : Gale.

Halbert, 1849 : Dentelle.

Delvau, 1866 : s. f. Dentelle, — dans le même argot [des voleurs].

Rigaud, 1881 : Dentelle, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Dentelle.

Gratouze

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Dentelle.

Gratte

Larchey, 1865 : Abus de confiance.

Il y a de la gratte là-dessous.

la Correctionnelle.

Delvau, 1866 : s. f. Dîme illicite prélevée sur une étoffe, — dans l’argot des couturières, qui en prélèvent tant et si fréquemment qu’elles arrivent à s’habiller de soie toute l’année sans dépenser un sou pour cela. C’est un vol non puni, mais très punissable. Les tailleurs ont le même mot pour désigner la même chose, — car eux aussi ont la conscience large.

Rigaud, 1881 : Gale. — Avoir pincé la gratte, avoir attrapé la gale.

Rigaud, 1881 : Excédant d’une marchandise confiée à un ouvrier à façon, et qu’il croit devoir s’approprier.

Rossignol, 1901 : Bénéfice. Faire danser l’anse du panier, c’est faire de la gratte. Lorsqu’un patron donne à un ouvrier la matière première pour confectionner douze objets, et que l’ouvrier en tire quatorze, s’il garde le surplus, il fait de la gratte. Aucun ne se doute que cela constitue un vol.

Gratte (en faire)

Virmaître, 1894 : Chiper sa patronne en majorant les achats (Argot du peuple). V. Gratter.

Gratte (faire de la)

Hayard, 1907 : Bénéfice malhonnête.

Gratte (la)

Delvau, 1866 : La gale, — dans l’argot des faubouriens.

Hayard, 1907 : La gale.

Gratte-couenne

Halbert, 1849 : Perruquier.

Larchey, 1865 : Barbier. — Mot à mot : gratte-peau.

Rigaud, 1881 : Barbier.

Gratte-cu

d’Hautel, 1808 : Il n’y a point de si belle rose qui ne devienne gratte-cu. Pour dire que quel que belle que soit une femme, ses charmes ne sont point à l’abri de l’outrage des ans.
Ce proverbe est exprimé avec beaucoup de noblesse dans ces vers d’Horace :

Non semper idem floribus est honos
Vernis. . . . . . . . . .

Gratte-cul

Delvau, 1864 : Femme qui n’est plus bonne au service amoureux.

Dans c’ siècle-ci, plus d’un mauvais sujet
Change en gratte-cul la rose la plus belle.

E. Debraux.

Delvau, 1866 : s. m. Femme qui a été jolie comme une rose et n’a rien conservé de sa fraîcheur et de son parfum, — dans l’argot du peuple, qui ne sait pas que.

Si la jeunesse est une fleur,
le souvenir en est l’odeur.

Virmaître, 1894 : Vieille femme repoussante, laide à faire peur.
— Elle est laide comme un cul gratté à deux mains (Argot du peuple).

Gratte-papier

Larchey, 1865 : Fourrier. — Allusion à ses fonctions de scribe. V. Rogneur.

Delvau, 1866 : s. m. Employé, clerc d’huissier, expéditionnaire etc., — tous les scribes enfin.

Merlin, 1888 : Fourrier.

Virmaître, 1894 : Employé aux écritures (Argot du peuple). V. Chieur d’encre.

Gratte-poux

Rossignol, 1901 : Coiffeur.

Grattée

Delvau, 1866 : s. f. Coups donnés ou reçus. Se donner une grattée. Se battre à coups de poing.

Gratter

d’Hautel, 1808 : S’il n’a pas de quoi, qu’il en gratte. Se dit de celui à qui on refuse des secours ; que l’on éconduit impitoyablement.
Qui se sent galeux se gratte. Se dit de ceux qui prennent pour eux personnellement les reproches que l’on fait en général.
J’aimerois mieux gratter la terre. Sert à exprimer l’aversion que l’on a pour une chose.
Un âne gratte l’autre. Se dit deux personnes de peu de mérite qui se louent réciproquement. Asinus asinum fricat, dit Phèdre.
Gratter quelqu’un où cela lui démange. Lui parler d’une chose qu’elle prend plaisir à entendre, qui la flatte.
Trop gratter cuit, trop parler nuit. V. Cuire.

Halbert, 1849 : Raser.

Larchey, 1865 : Voler.

Au diable la gloire ! il n’y a plus rien à gratter.

M. Saint-Hilaire.

Larchey, 1865 : Arrêter (Vidocq). V. Raclette.

Delvau, 1866 : v. n. et a. Prélever un morceau plus ou moins considérable sur une pièce d’étoffe, — de façon à pouvoir trouver un gilet dans une redingote et un tablier dans une robe.

Rigaud, 1881 : Arrêter, — dans l’ancien argot. — Garder l’excédent d’une marchandise confiée pour un travail à façon. — Chiper, retirer un profit illicite. — Il n’y a rien a gratter dans cette baraque, il n’y a pas de bénéfices à faire dans cette maison.

La Rue, 1894 : Rouer de coups. Gratter le pavé, vivre misérablement.

Virmaître, 1894 : Battre quelqu’un.
— Je vais te gratter.
Gratter : prendre, grapiller sur tout pour grossir son lopin (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Raser.

J’ai la barbe longue, je vais me faire gratter.

Rossignol, 1901 : Donner des coups à quelqu’un, c’est le gratter.

Rossignol, 1901 : Prendre.

Je lui ai gratté son tabac.

Gratter (se faire)

Hayard, 1907 : Se faire raser, se faire battre ; travailler.

Gratter (se)

Rossignol, 1901 : Ne rien recevoir est se gratter. — « Tu as pris tout le fricot, moi, je me gratte. » On dit aussi : je me tape.

Gratter à la corbeille

Rigaud, 1881 : Dans le jargon de la Bourse, c’est ne plus pouvoir jouer sur les fonds publics, parce qu’on est dans l’impossibilité de fournir une couverture (provisions) à l’agent de change.

Gratter au foyer

Rigaud, 1881 : En terme de théâtre, c’est, pour un auteur, attendre le tour de sa pièce ; pour un acteur, c’est attendre un rôle.

Gratter dans la main

Delvau, 1864 : Déclaration muette. Sorte de pantomime, qui se joue discrètement dans le monde des filles. — Qu’un homme désire une femme ou… vice-versa, il lui suffit, profitant de la poignée de main d’adieu, de gratter légèrement du médium la paume de la main qu’il presse. Si la réponse a lieu de la même manière, l’affaire est dans le sac, — demande et réponse affranchie.

Gratter la couenne (se faire)

Virmaître, 1894 : Se faire raser (Argot du peuple).

Gratter les pavés

Rigaud, 1881 : Vivre dans une grande misère.

Gratter son devant

Delvau, 1864 : Se masturber.

Si j’eusse pensé que ma fille eût été si vite en besogne, je lui eusse laissé gratter son devant jusqu’à l’âge de vingt-quatre ans.

(Les Caquets de l’accouchée.)

Grattoir

Larchey, 1865 : Rasoir (Vidocq). — Il gratte l’épiderme. — Grattouse : Dentelle. — Elle gratte aussi légèrement la peau.

Delvau, 1866 : s. m. Rasoir, — dans l’argot du peuple. Se passer au grattoir. Se raser.

Rigaud, 1881 : Rasoir, — Passer au grattoir, se faire raser.

Grattou (un)

M.D., 1844 : Un rasoir.

Grattouse

Hayard, 1907 : La gale.

Gravelures

Delvau, 1864 : Obscénités dites ou chantées, comme il s’en dit et chante — principalement dans les réunions bourgeoises, chez les gens honnêtes, devant les grands parents et les petites filles.

Si j’ n’ons point d’gravelures,
C’n’est point, sur notre honneur,
Par pudeur.

Collé.

Graver

d’Hautel, 1808 : Gravé de petite vérole. Pour, marqué de petite vérole.

Graveur en cuir

Rigaud, 1881 : Savetier.

Graveur sur cuir

Delvau, 1866 : s. m. Cordonnier, — dans l’argot des faubouriens, qui prennent le tranchet pour un burin.

Gravonner

Delvau, 1864 : Patiner les testicules de l’homme pendant qu’il baise.

Afin que la femme pût lui toucher, mettre la main dessus, gravonner pendant le temps de la conjonction.

Mililot.

Gravoter

d’Hautel, 1808 : Bousiller en gravure ; n’être pas habile dans l’art des Audrans et des Edelinck.

Grebige ou Grebiche

Boutmy, 1883 : s. f. Cette expression, usitée seulement dans quelques ateliers, au Moniteur universel, par exemple, désigne la ligne de pied qui contient le nom d’imprimerie suivi ou précédé d’un numéro d’ordre ; c’est sans doute le nom même de celui qui fit cette petite innovation. Ex. : PARIS, IMP. LAROUSSE. — 1872.

Grec

d’Hautel, 1808 : Être grec. Signifie être avare, être lâdre et chiche ; tenir de trop près à ses intérêts ; être égoïste, sans pitié pour les maux d’autrui.
C’est du grec pour lui. Se dit d’une personne ignorante, simple et bornée, pour laquelle les plus petites choses sont des montagnes.
Ce n’est pas un grand grec. Pour dire, c’est un ignorant ; un homme peu industrieux.

Delvau, 1866 : s. m. Filou, homme qui triche au jeu, — dans l’argot des ennemis des Hellènes. Le mot a une centaine d’années de bouteille.

Rigaud, 1881 : Tricheur. — Dans le jargon des cochers de fiacre, un grec est un bourgeois, un voyageur qui manque de générosité ou qui ne donne pas de pourboire. Il floue le cocher.

La Rue, 1894 : Tricheur au jeu.

Grèce (la)

Rigaud, 1881 : Classification des tricheurs, art de tricher. — Tomber dans la Grèce, devenir tricheur après avoir été dupe au jeu.

Grécer, graisser

Rigaud, 1881 : Tricher. Être grécé, être volé au jeu.

Grécité

d’Hautel, 1808 : Villenie ; intérêt vil et bas, avarice sordide.

Grecque

Rigaud, 1881 : La femelle du grec.

Il y a également à Paris beaucoup de grecques qui fréquentent certains tripots clandestins.

(L. Paillet.)

Grecque (vol à la)

La Rue, 1894 : Il consiste à offrir un gros bénéfice pour change de monnaie, de l’or contre de l’argent, par exemple. Au cours de l’opération, on substitue du plomb au rouleau d’or.

Grecquer

Fustier, 1889 : Tricher au jeu. Se faire grecquer, se faire voler au jeu.

J’ai rencontré mon vieux camarade Mavernot qui venait de se faire grecquer dans un tripot clandestin.

(Gil Blas, juillet 1884.)

Grecquerie

Delvau, 1866 : s. f. Tricherie, art ou science des grecs. Le mot a été créé par Robert Houdin.

Grecs

Rossignol, 1901 : Individus qui ne vivent que d’escroqueries aux jeux de cartes, soit dans les cercles soit aux villes d’eaux.

Gredin

d’Hautel, 1808 : Nom injurieux qu’on donne à un homme sans foi, sans probité ; à un vagabond, à un vaurien.
On dit aussi gredine, en parlant d’une femme de mœurs déréglées.

Gréer (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. S’habiller, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine.

Greffe

d’Hautel, 1808 : Tout cela est passé dans son greffe. Se dit lorsqu’un homme retient injustement le salaire d’un autre pour en faire son profit.
Il a pris cela dans son greffe. Signifie, il a inventé, il a forgé ce qu’il débite.

Greffer

Halbert, 1849 : Manquer de nourriture.

Delvau, 1866 : v. n. Mourir de faim, — dans l’argot des voyous.

Rigaud, 1881 : Souffrir de la faim.

La Rue, 1894 : Souffrir de la faim.

Virmaître, 1894 : Attendre (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 : Jeûner faute d’argent.

Hayard, 1907 : Ne pas manger.

Greffer un tendron

Delvau, 1864 : Prendre une jeune fille pour un arbre, la grimper et lui faire un enfant.

Lorsque la charmille pousse,
D’une main légère et douce
Je lui donne une façon
Souvent je plante et je sème,
Mais, mon plaisir est extrême,
Lorsque je greffe un tendron.

(Vieille chanson anonyme.)

Greffier

d’Hautel, 1808 : Il est comme le greffier de Vaugirard, il ne peut écrire quand on le regarde.
Ce proverbe vient de ce que le greffier de Vaugirard tenoit son gref dans un lieu obscur, qui n’étoit éclairé que par un œil de bœuf, de sorte qu’on ne pouvoit le regarder sans lui intercepter tout le jour.

un détenu, 1846 : Chat.

Halbert, 1849 : Chat.

Delvau, 1866 : s. m. Chat, — dans l’argot des faubouriens, qui n’aiment pas les gens à robe noire, et emploient à dessein ce mot à double compartiment où l’on sent la griffe.

Virmaître, 1894 : Chat (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Chat.

Hayard, 1907 : Chat.

anon., 1907 : Chat.

Greffier, griffard

Rigaud, 1881 : Chat, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Chat.

Greffier, griffon

Larchey, 1865 : Chat. — Mot à mot : qui griffe.

Greffiers (les)

Merlin, 1888 : Les fantassins, — par allusion à la cartouchière comparée à la sacoche en cuir que portaient autrefois tous les hommes de justice et de plume et qui renfermait ce qu’il faut pour écrire.

Greffir

anon., 1827 : Dérober finement.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Voler adroitement, escamoter.

Bras-de-Fer, 1829 : Dérober finement.

Halbert, 1849 : Dérober finement.

Greffir, griffer

Rigaud, 1881 : Dérober adroitement, comme fait le chat.

Grègue

d’Hautel, 1808 : Espèce de haut-de-chausses.
Il a mis de l’argent dans ses grègues. Pour, il s’est bien enrichi.
Tirer ses grègues. Pour dire, s’enfuir. Voyez Guêtres.
Il en a dans les grègues. Se dit en parlant d’un homme qui a éprouvé quelque perte ou quelqu’accident fâcheux. ACAD.

Grêle

Larchey, 1865 : Tapage (Bailly) — Allusion au bruit de la grêle.

Delvau, 1866 : s. f. Petite vérole, — dans l’argot du peuple. On dit d’un homme dont le visage porte des traces de virus variolique : Il a grêlé sur lui.

Delvau, 1866 : s. m. Patron, maître, — dans l’argot des tailleurs. Le grêle d’en haut. Dieu. Grélesse. Patronne.

Rigaud, 1881 : Marques de petite vérole. — Ne s’être pas fait assurer contre la grêle, être marqué de la petite vérole.

La Rue, 1894 : Patron, dans l’argot des tailleurs.

Virmaître, 1894 : Patron. Il tombe souvent sur le dos des ouvriers comme la grêle sur les vignes.
— Attention, gare la grêle.
Signal pour prévenir les camarades (Argot du peuple). N.

Grêle (de la)

Halbert, 1849 : Du tapage.

Grêle, grelesse

Rigaud, 1881 : Patron, patronne d’une petite maison de tailleur, — dans le jargon des tailleurs. — Grelasson, patron d’une maison de dernier ordre.

Grelot

Delvau, 1866 : s. m. La voix humaine, — dans l’argot des faubouriens. Faire entendre son grelot. Parler.

Rigaud, 1881 : Langue bien affilée. — Beau parleur dans les réunions publiques.

Virmaître, 1894 : La voix (Argot du peuple). V. Affaler son grelot.

Rossignol, 1901 : La parole. Celui qui parle beaucoup a le grelot bien attaché. On dit aussi : Il fait claquer son fouet.

Grelot (faire péter son)

Rigaud, 1881 : Parler. Autrefois, c’était « faire péter la goule » (la gueule).

Car avant que le jour s’écoule
Nous en ferons péler la goule
Peut-être à monsieur l’avocat.

(Poisson, Zig-Zag.)

Grelot (mettre une sourdine à son)

Rigaud, 1881 : Se taire.

Grelotter

d’Hautel, 1808 : Et vulgairement gueurlotter ; avoir le frisson ; trembler de froid.

Grelotteux, grelotteuse

Fustier, 1889 : Homme, femme à la mode. Le grelotteux et sa compagne la grelotteuse ont succédé en 1884 au gommeux et à la gommeuse. Et maintenant pourquoi grelotteux ? Sans doute parce que le plus souvent, épuisés par les orgies, énervés par la vie qu’ils mènent, grelotteux et grelotteuses n’ont plus qu’un sang appauvri, une santé délabrée qui les font trembler à la moindre intempérie.

On rencontre des grelotteux (c’est, je crois, le dernier terme en usage) avec l’habit noir et la cravate blanche chez Bidel…

(Moniteur universel, juillet 1884.)

La baraque à Marseille (un lutteur) continue à être chaque soir le rendez-vous du gratin de nos horizontales et de nos grelotteuses.

(Écho de Paris, juillet 1884.)

Aujourd’hui le dubman est remplacé par le grelotteux qui dîne au bouillon Duval.

(Gil Blas, octobre 1885.)

Grelu

Delvau, 1866 : s. m. Blé, — dans l’argot des voleurs, qui font sans doute allusion à la gracilité de cette graminée.

Greluchon

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris ; nom que l’on donne à un homme qui se laisse entretenir par une femme qui a plusieurs amans.

Delvau, 1864 : Homme qui tient le milieu entre l’amant de cœur et le monsieur, entre celui qui paie et celui qui est payé.

Delvau, 1866 : s. m. Amant de cœur, — dans l’argot des gens de lettres qui ont lu le Colporteur de Chevrier, et connaissent un peu les mœurs parisiennes du XVIIIe siècle.

Rigaud, 1881 : Jeune niais, oisif ne s’occupant que de toilette et de plaisirs (1855).

Ces créatures attirent nécessairement une nuée de jeunes lions, de greluchons aimables, etc.

(Paris-Faublas.)

Autrefois greluchon avait le sens de souteneur, jeune souteneur.

Greluchonner

Delvau, 1864 : Synonyme de Paillassonner. Appliqué à un homme, signifierait : faire le greluchon. — Ce verbe s’applique plus logiquement à une femme galante, qui, lorsqu’elle ne travaille pas avec le miché sérieux, s’amuse avec un ami : elle greluchonne.

Delvau, 1866 : v. n. Se conduire en greluchon, comme se conduisent beaucoup de jeunes gens à qui leur famille a coupé les vivres et qui font de petits articles de petite littérature dans de petits journaux.

Rigaud, 1881 : Faire le métier de greluchon.

Grenadier

Larchey, 1865 : Pou. V. Négresse.

Delvau, 1866 : s. m. Pediculus, — dans l’argot des enfants, dont les mères assurent que c’est « la santé », et qui tous pourraient servir de modèles au fameux tableau de Murillo.

Rigaud, 1881 : Pou de forte taille.

La Rue, 1894 : Pou.

Virmaître, 1894 : Pou énorme. Allusion à l’expression populaire qui dit d’un enfant pouilleux : il a une rude garnison. Grenadier : pou d’élite. (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Pou.

Grenadier (tirer au)

Merlin, 1888 : Découcher.

Grenadiers (tirer aux)

Larchey, 1865 : Voir tirer.

Grenafe

Delvau, 1866 : s. f. Grange, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Grange. Les mendiants qui voyagent couchent dans les grenafes. Cela vient de ce que la grange abrite les grenailles (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Grange.

Grenasse

anon., 1827 : Grange.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Grange.

Bras-de-Fer, 1829 : Grange.

Halbert, 1849 : Grange.

Larchey, 1865 : Grenier. — Grenu : Blé. — Grenuche : Avoine. — Grenuse : Farine (Vidocq). — Tous ces mots dérivent de grain, comme les mots usuels de grenier, grenaille, etc. Le choix des désinences est remarquable par une sorte d’harmonie imitative. Grenuche indique bien les petites aspérités de l’avoine, et grenuse fait sentir la douceur de la farine.

Rigaud, 1881 : Grange, — dans l’ancien argot.

Grenier

d’Hautel, 1808 : Un grenier à coups de poing. On appelle ainsi un enfant que l’on maltraite, que l’on frappe continuellement, et dont on fait un véritable martyr.
Il va de la cave au grenier. Au propre, se dit d’un enfant qui écrit de travers ; au figuré, d’une personne qui a l’humeur bizarre, inégale, qui est d’un fort mauvais caractère.

Grenier à coups de poing

Delvau, 1866 : s. m. Femme d’ivrogne, — dans l’argot du peuple.

Grenier à coups de sabre

Delvau, 1866 : s. m. Fille à soldats.

Rigaud, 1881 : Fille à soldats.

Grenier à lentilles

Delvau, 1866 : s. m. Homme dont le visage est marqué de la petite vérole.

Rigaud, 1881 : Visage marqué de petite vérole.

Grenier à sel

Delvau, 1866 : s. m. La tête, siège de l’esprit.

Grenouillard

Delvau, 1866 : s. m. Buveur d’eau.

Rigaud, 1881 : Grand amateur de bains froids.

À Paris, durant tout l’été, le grenouillard se voit dans les écoles de natation.

(Ph. Audebrand.)

Grenouille

d’Hautel, 1808 : C’est un bon enfant, il n’est pas cause si les grenouilles manquent de queue. Se dit ironiquement pour exprimer qu’un homme est simple et très-borné ; qu’il n’entend malice en rien.
Grenouille. Apostrophe injurieuse que l’on adresse à une femme perdue de mœurs et de réputation.

Larchey, 1865 : Caisse, trésor.

Il tenait la grenouille.

Vidal, 1833.

Delvau, 1866 : s. f. Prêt de la compagnie, — dans l’argot des troupiers. Manger la grenouille. Dissiper le prêt de la compagnie. S’emploie aussi, dans l’argot du peuple, pour signifier : Dépenser l’argent d’une société, en dissiper la caisse.

Delvau, 1866 : s. f. Femme, — dans l’argot des faubouriens, qui emploient cette expression injurieuse, probablement à cause du ramage assourdissant que font les femmes en échangeant des caquets.

Rigaud, 1881 : Femme stupide et bavarde, — dans le jargon du peuple.

Des propres à rien Qui ne savent faire que courir la grenouille.

(Le Sans-Culotte, 1879.)

Rigaud, 1881 : Somme d’argent d’une certaine importance. — Manger la grenouille, dépenser l’argent confié, soustraire un dépôt d’argent. On a tant mangé de grenouilles, il y a tant eu de mangeurs de grenouilles depuis une vingtaine d’années, que l’expression, toute militaire, d’abord, s’est généralisée. Elle s’applique à tous ceux qui s’approprient un dépôt, et principalement aux caissiers infidèles.

La Rue, 1894 : La caisse. Prostituée vulgaire, coureuse de bals publics. Grenouillage, vol de caissier. Manger la grenouille, voler la caisse.

Virmaître, 1894 : Femme de rien (Argot du peuple).

Hayard, 1907 : Femme.

Grenouille (manger la)

Merlin, 1888 : Enlever la fin. caisse ; dissiper l’argent qui vous est confié.

Grenouiller

d’Hautel, 1808 : Boire de cabaret en cabaret, vivre crapuleusement, à la manière des ivrognes.

Larchey, 1865 : Boire beaucoup d’eau.

Delvau, 1866 : v. n. Boire de l’eau.

Rigaud, 1881 : Boire de l’eau.

La Rue, 1894 : Boire de l’eau.

Grenouillère

Delvau, 1866 : s. f. Établissement de bains.

Rigaud, 1881 : Bains froids dans l’île de Croissy. La Grenouillère a été très fréquentée par les grandes pécheresses qui y allaient laver leurs péchés.

Grenouse

M.D., 1844 : De l’avoine.

Grenu

anon., 1827 : Blé.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Blé.

Bras-de-Fer, 1829 : Blé.

Halbert, 1849 : Blé.

Rigaud, 1881 : Blé. — Grenuche, avoine. — Grenue farine, — dans le jargon des voleurs.

Grenuche

anon., 1827 : Avoine.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Avoine.

Bras-de-Fer, 1829 : Avoine.

Halbert, 1849 : Avoine.

La Rue, 1894 : Avoine.

Grenue

anon., 1827 : Farine.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Farine.

Bras-de-Fer, 1829 : Farine.

Halbert, 1849 : Farine.

Grès

Rigaud, 1881 : Cheval, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Cheval.

Gressier

Halbert, 1849 : Synonyme de greffier.

Grève

Delvau, 1866 : s. f. Cessation de travail, — dans l’argot des ouvriers, qui avaient, il y a quelques années encore, l’habitude de se réunir sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Faire grève. Cesser de travailler et se réunir pour se concerter sur les moyens d’augmenter le salaire. On dit aussi Se mettre en grève.

Fustier, 1889 : Lieu d’embauchage pour les ouvriers. Pris dans ce sens, le mot n’a point la consécration du Dictionnaire de l’Académie et ne se trouve pas davantage dans le Dictionnaire de Littré. C’est d’ailleurs moins un ternie d’argot qu’un néologisme employé aussi bien par le peuple que par l’Administration qui s’en sert dans ses avis officiels, ainsi qu’en témoignent les Ordonnances de Police.

Une des grèves les plus curieuses de Paris (ici le mot grève est pris dans le sens de lieu d’embauchage où se réunissent les ouvriers), est celle qui se tient rue Vaucanson, au coin de la rue Réaumur.

(Rappel, octobre 1884.)

Grève (prendre un ouvrier à la)

Rigaud, 1881 : Prendre le premier venu.

Grézillon

Rigaud, 1881 : Prise de tabac. (A. Belot.) Les synonymes sont : nasée, muffetée.

Griaches

Rigaud, 1881 : Baquet aux excréments, — dans le jargon des prisons. (Hist. des prisons, 1797.)

La Rue, 1894 : La tinette, dans les prisons.

Virmaître, 1894 : Seaux qui étaient dans les cellules des prisonniers et dans lesquels ils faisaient leurs ordures. Ce terme était employé dans les prisons vers 1790 ; on le trouve dans un rapport sur la Conciergerie, adressé au roi, qui voulait détruire l’horrible infection qui empoisonnait les malheureux (Argot des prisons).

Grib’loge

Virmaître, 1894 : Individu qui se plaint lorsqu’il est battu (Argot des voleurs).

Gribier

Hayard, 1907 : Soldat.

Griblage

Delvau, 1866 : s. m. Plainte, cri, reproche, — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Gourpline.

Gribouillage

d’Hautel, 1808 : Écriture indéchiffrable, discours, paroles inintelligibles.

Delvau, 1866 : s. m. Écriture mal formée ; dessin confus, incohérent. Argot du peuple. On dit aussi Gribouillis.

Gribouille

d’Hautel, 1808 : Il est fin comme gribouille qui se cache dans l’eau peur de la pluie. Voyez Fin.

Gribouiller

d’Hautel, 1808 : Écrire d’une manière illisible, gâter du papier ; faire de mauvais ouvrages.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Écrire illisiblement, dessiner incorrectement.

Gribouillette

d’Hautel, 1808 : Gribouillette, gribouillette. Mot dont on amuse les enfans, en faisant mouvoir les doigts sous leurs mentons, et en les chatouillant.
Jeter quelque chose à la gribouillette. Le jeter au hasard parmi une troupe d’enfans qui cherchent chacun à s’en saisir.

Delvau, 1866 : s. f. Objet quelconque lancé au milieu d’enfants, — dans l’argot des écoliers, qui se bousculent alors pour s’en -emparer. Cela constitue un jeu. Jeter une chose à la gribouillette. La lancer un peu au hasard, — dans l’argot du peuple.

Gribouilleur

d’Hautel, 1808 : Mauvais auteur ; celui dont on ne peut déchiffrer l’écriture.

Grie, gris

La Rue, 1894 : Froid. Vent.

Grif

Delvau, 1866 : adj. Froid, — dans l’argot des voleurs. Grielle. Froide.

Griffard

anon., 1827 : Chat.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Chat.

Bras-de-Fer, 1829 : Chat.

Griffarde

La Rue, 1894 : Plume.

Griffarde, griffonnante

Rigaud, 1881 : Plume à écrire, — dans le jargon des voleurs.

Griffarder

M.D., 1844 : Écrire.

Griffe

d’Hautel, 1808 : Pour, mains, doigts.
On dit figurément. Il s’est fait donner sur les griffes. Pour, on l’a réprimé, il a trouvé son maître.
Être sous la griffe de quelqu’un. Être soumis à son autorité, dépendre entièrement de lui.

Hayard, 1907 : Plume.

Griffer

anon., 1827 : Prendre.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Prendre.

Bras-de-Fer, 1829 : Prendre.

Delvau, 1866 : v. a. Saisir, prendre, dérober, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Agriffer.

La Rue, 1894 : Voler. Prendre. Saisir.

Griffeton

Rigaud, 1881 : Soldat ; pour griveton, — dans le jargon des voyous.

anon., 1907 : Soldat.

Griffeton, grivier

La Rue, 1894 : Soldat.

Griffleur

Halbert, 1849 : Brigadier de prison.

Griffon

Clémens, 1840 : Chat.

M.D., 1844 : Chat.

Griffonier

d’Hautel, 1808 : Celui qui griffonne, qui écrit d’une manière indéchiffrable.

Griffonner

d’Hautel, 1808 : Ecrire vite, à la hâte, et d’une manière illisible.

Halbert, 1849 : Jurer.

Rigaud, 1881 : Jurer, — dans l’ancien argot.

Griffonneur

Halbert, 1849 : Jureur.

Grigne

Rigaud, 1881 : Grimace. C’est un dérivé de grigner. On dit qu’un chien grigne, quand les dents de la mâchoire inférieure font saillie.

Grignon

d’Hautel, 1808 : Un grignon de pain. Pour une croûte, une bribe de pain.

Delvau, 1866 : s. m. Morceau, de pain spécialement.

Grignoter

d’Hautel, 1808 : Manger sans faim, sans appétit.
Il y a à peine de quoi grignoter dans cette affaire. Se dit d’une affaire qui ne présente pas de grands bénéfices, mais où il y a cependant quelque petits profits à faire.

Grignotter

Delvau, 1866 : v. n. Faire de maigres profits, et surtout des profits illicites.

Grignou

Rigaud, 1881 : Juge, — dans le jargon des voleurs. La physionomie du juge n’a rien d’aimable pour ces messieurs.

Grigou

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris, homme obscur et de néant ; sauvage, qu’une humeur noire et atrabilaire éloigne du commerce des hommes.
Vivre comme un grigou. Pour dire d’une manière vile et sordide, se retirer entièrement de la société.

Delvau, 1866 : s. m. Avare, homme qui vit sordidement.

Ce grigou, d’un air renfrogné
Lui dit : Malgré ton joli nez…

a écrit l’abbé de Lattaignant.

Gril

d’Hautel, 1808 : Être sur le gril. Pour dire être sur les épines, dans une grande anxiété ; souffrir du corps et de l’esprit.

Delvau, 1866 : s. m. Charpente légère et à jour qui s’étend au-dessus de la scène et où s’accrochent les frises. Argot des coulisses.

Rigaud, 1881 : Premier plancher général au-dessus de la scène, après les corridors du cintre. Son nom vient de ce qu’il est fait effectivement comme un gril. (A. Bouchard.)

Grillade

Rigaud, 1881 : Infidélité conjugale, — dans le jargon des ouvriers.

Grillante

Fustier, 1889 : Cigarette. Argot du peuple.

Grillante (une)

Merlin, 1888 : Cigarette de tabac.

Grille

d’Hautel, 1808 : Épouser une grille. Pour se renfermer dans un cloître, se faire religieux ou religieuse.

Grillé

Virmaître, 1894 : Une affaire est grillée quand on n’en peut plus rien tirer. Un agent est grillé quand il est démasqué par ceux qu’il est chaîné de poursuivre (Argot des voleurs). V. Brûlé.

Rossignol, 1901 : Voir brûlé.

Grillé (être)

Rigaud, 1881 : Être en prison. Allusion à la grille de la prison. Jadis on disait d’une femme qui prenait le voile : Elle a épousé la grille.

Vous souhaitez qu’elle épouse une grille.

(Hauteroche, Crispin musicien.)

Hayard, 1907 : Être devancé par un autre.

Grille (jeter de la)

Virmaître, 1894 : Arrêter un individu au nom de la loi.
— Il n’y a pas de grille (il n’y a pas de danger) (Argot du peuple).

Griller

d’Hautel, 1808 : Griller dans sa peau. Bouillir d’impatience, se dépiter d’attendre ; être exposé à l’intempérie de la chaleur.

Rigaud, 1881 : Faire une infidélité conjugale. — C’est moi qui ai grillé la bourgeoise hier soir.

La Rue, 1894 : Fumer. Dénoncer.

Griller (se faire)

Fustier, 1889 : Se faire arrêter, se faire mettre en prison. Les fenêtres du poste de la prison sont garnies de grilles.

Griller une (en)

Larchey, 1865 : Fumer une cigarette.

Passe-moi du tabac que j’en grille une.

Lem. de Neuville.

Delvau, 1866 : v. a. Fumer une pipe ou une cigarette, — dans l’argot des artistes et des ouvriers.

Rigaud, 1881 : Fumer une pipe. — Griller une sèche, fumer une cigarette.

Grilleuse de blanc

Rigaud, 1881 : Repasseuse.

La Rue, 1894 : Repasseuse.

Grilleuses de blanc

Virmaître, 1894 : Les repasseuses sont souvent distraites par les passants qui admirent leurs bras blancs ; alors, si le fer est trop chaud, tant pis pour la chemise elle est grillée (Argot du peuple).

Grillou

M.D., 1844 : Un étameur.

Grimace

Fustier, 1889 : Petite boîte en usage dans les administrations publiques et qui renferme des pains à cacheter. Le dessus de la boîte sert de pelote à épingles.

Grimaudin

d’Hautel, 1808 : Petit homme vieux et rabougri ; d’une humeur morose et caustique.

Grime

d’Hautel, 1808 : Terme d’écolier. Avare, mesquin ; qui annonce des inclinations sordides.

Halbert, 1849 : Arrêté, ou qui a la figure noircie.

Delvau, 1866 : s. m. Rôle de vieux, — dans l’argot des coulisses.

Grimé

La Rue, 1894 : Arrêté.

Grimelin

d’Hautel, 1808 : Nom injurieux que l’on donne à un homme intéressé, à un lâdre qui joue mesquinement, et dont tout dénote l’avarice.

Grimelinage

d’Hautel, 1808 : Petit jeu ; tripot où l’on ne joue que très-peu à la fois.

Grimeliner

d’Hautel, 1808 : Jouer mesquinement ; faire à la dérobée quelque petit gain ; se ménager un petit bénéfice dans une affaire.

Grimer

Clémens, 1840 : Prendre.

Grimer (se)

Rigaud, 1881 : Se griser ; avec changement d’une lettre.

Grimoire

d’Hautel, 1808 : Il a mis çà sur son grimoire. Pour, il se souviendra-de cette action quand l’occasion s’en présentera.

Delvau, 1866 : s. m. Le Code pénal, — dans l’argot des voleurs. Grimoire mouchique. Les sommiers judiciaires.

Grimoire mouchique

Rigaud, 1881 : Code pénal. — Dossier judiciaire.

La Rue, 1894 : Code pénal. Dossier judiciaire.

Grimpant

Rigaud, 1881 : Pantalon.

Mon grimpant se détraque et mes bottes sont blettes.

(Huysmans, Marthe.)

Merlin, 1888 : Pantalon.

Virmaître, 1894 : Pantalon (Argot du peuple). V. Falzar.

Rossignol, 1901 : Pantalon.

Hayard, 1907 : Pantalon.

Grimpant, montant, n° 11

anon., 1907 : Pantalon.

Grimpart (le)

M.D., 1844 : L’escalier.

Grimper

Delvau, 1864 : Baiser une femme, monter sur la cavale qui doit conduire au bonheur.

Neptune au fond des eaux y grimpe
Nymphes, sirènes et tritons.

Piron.

Tu t’es laissé grimper avant que… j’t’aie donné tes gants.

Lemercier de Neuville.

Les uns vont au bordel. Les autres
Grimpent les femmes des voisins,
Et de Priape heureux apôtres,
Vendangent les divins raisins.

(Parnasse satyrique.)

Grinchage

Rigaud, 1881 : Vol, friponnerie ; pour grinchissage.

Un journal racontait hier que T’Kindt était, du reste, un vrai artiste en matière de grinchage, appliqué au high-life.

(Pierre Yéron, Événement du 9 novembre 1878.)

Grinchage, grinchissage

La Rue, 1894 : Vol.

Grinche

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Voleur. Grinche de la haute pègre, voleur de distinction qui ne fait que de grands vols.

Clémens, 1840 : Voleur.

un détenu, 1846 : Petit voleur.

Halbert, 1849 : Voleur, escroc.

Delvau, 1866 : s. m. Voleur. On dit aussi Grinchisseur.

Rigaud, 1881 : Filou. C’est le terme générique des voleurs adroits.

La Rue, 1894 : Voleur. Grinchir, voler. La grinche, le monde des voleurs.

Virmaître, 1894 : Voler (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 : Voleur. Une femme est une grincheuse ; c’est aussi une grincheuse lorsqu’elle a mauvais caractère.

Hayard, 1907 : Voleur.

Grinche de la haute pègre

Bras-de-Fer, 1829 : Voleur de distinction.

Grinche, chisseur

Larchey, 1865 : Voleur.

Après avoir choisi l’écrin, Le grinche paie le joaillier.

Paillet.

Grinche, grinchisseur

Bras-de-Fer, 1829 : Voleur.

Grincher

anon., 1827 : Voler.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Voler.

Halbert, 1849 : Voler.

anon., 1907 : Voler.

Grincher, grinchir

Rigaud, 1881 : Voler. — Grinchir au prix courant, voler à l’étalage. Les variantes sont : Grinchir en plein trèpe, piocher dans le tas.

Grincheur

Rigaud, 1881 : Petit filou, apprenti voleur.

Grincheux

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme difficile à vivre, — dans l’argot du peuple et des gens de lettres.

Grinchir

Bras-de-Fer, 1829 : Voler, prendre.

un détenu, 1846 : Voler à l’étalage.

Larchey, 1865 : Voler (Vidocq). V. Turbinement, Plan, Douille, Affranchir. — Grinchissage, Vol. V. Parrain.

Delvau, 1866 : v. a. Voler quelque chose. On dit aussi Grincher. Grinchir à la cire. Voler des couverts d’argent par un procédé que décrit Vidocq (p. 205).

Grinchire

M.D., 1844 : Voler.

Grinchissage

Clémens, 1840 : Voler.

Delvau, 1866 : s. m. Vol. (V. Vidocq, p. 205-220, pour les nombreuses variétés de grinchissage : à la limonade, à la desserte, au voisin, aux deux lourdes, etc.)

Rigaud, 1881 : Filouterie. — Art de filouter ; métier du voleur, pratique du vol. — Maronner un grinchissage, manquer un vol. (Colombey.)

Grinchisseur

Virmaître, 1894 : Voleur (Argot des voleurs).

Grinchisseur à la chicane

Delvau, 1866 : s. m. Voleur adroit, qui travaille sans compère.

Grinchisseuse

Clémens, 1840 : Voleuse.

Grinchisseuse à la mitaine

Virmaître, 1894 : Voler avec les pieds. La voleuse laisse tomber un objet qu’elle cache prestement dans son soulier sans empeigne (Argot des voleurs).

Gringal

Rossignol, 1901 : Pain.

Gringale

Virmaître, 1894 : Pain (Argot des voleurs). V. Bricheton.

Gringalet

Delvau, 1866 : s. m. Gamin, homme d’apparence chétive, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Individu chétif.

Virmaître, 1894 : Mièvre, malingre, enfant pas réussi (Argot du peuple). V. Avorton.

Gringotter

d’Hautel, 1808 : Il nous a gringotté un air. Et plus communément, il nous a saboulé un air. Se dit d’un homme qui chante mal et qui a la manie de toujours vouloir fredonner.

Gringue

Rigaud, 1881 : Pain, — dans le jargon des ouvriers.

La Rue, 1894 : Pain.

Rossignol, 1901 : Pain.

Gringuenaude

d’Hautel, 1808 : Mot sale et déshonnête, espèce de petites boules ou crottes qui se forment au derrière d’une personne malpropre.

Gringuenaudes

Delvau, 1866 : s. f. pl. Ordures des environs du podex, — dans l’argot du peuple qui sent souvent le faguenat à cause de cela.

Grinte

Rigaud, 1881 : Figure désagréable. — Italianisme : de grinta, ride.

Gripard

Clémens, 1840 : Soldat.

Gripis

anon., 1827 : Meunier.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Meûnier.

Bras-de-Fer, 1829 : Meunier.

La Rue, 1894 : Meunier.

Grippard

Virmaître, 1894 : (et non Griffard) Chat (Argot du peuple). V. Greffier.

Rossignol, 1901 : Chat.

Grippard (?)

Rossignol, 1901 : Si vous dites à un ami qui n’est pas poli : « Les gens mal élevés sont ceux de Tarascon », c’est une façon moins grossière que de l’appeler du qualificatif que l’on entend journellement dans les rues et qui est synonyme de grippard.

Grippart

Fustier, 1889 : Chat. (Richepin.)

Grippe

d’Hautel, 1808 : Filouterie, friponnerie, fantaisie, caprice.
La grippe. Espèce de rhume fort commun à Paris pendant l’hiver ; comme dans cette grande capitale tout est de mode, il a été un temps où il étoit du bon ton d’avoir la grippe.

Delvau, 1866 : s. f. Caprice, mauvaise humeur contre quelqu’un, — dans l’argot des bourgeois. Avoir en grippe. Ne pas pouvoir supporter quelqu’un ou quelque chose. Prendre en grippe. Avoir de l’aversion pour quelqu’un ou quelque chose.

Grippe-Jésus

Larchey, 1865 : Gendarmes. — Le jésus n’est ici qu’un homme garrotté comme le Christ, lorsqu’il fut conduit devant Pilate.

Delvau, 1866 : s. m. Gendarme, dans — l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Gendarme. — Mot à mot : celui qui prend un innocent. À l’entendre, le malfaiteur est toujours une victime, un petit saint, un petit Jésus.

La Rue, 1894 : Gendarme.

Grippe-saucisses

Virmaître, 1894 : Apprenti qui va chercher le déjeuner des ouvriers et qui en chemin égratigne un petit morceau de chaque saucisse (Argot du peuple). N.

Grippe-sou

d’Hautel, 1808 : Celui qui reçoit les rentes pour des particuliers, et à qui on donnoit autrefois deux liards par livre, et maintenant un sou. On donne aussi ce nom aux gens de chicane.

Grippe-sous

Delvau, 1866 : s. m. Usurier, avare, — dans l’argot du peuple.

Virmaître, 1894 : Avare qui pousse sa passion jusqu’à se relover la nuit pour mettre un bouchon dans la douille de son soufflet pour en économiser le vent (Argot du peuple). N.

Gripper

d’Hautel, 1808 : Voler, filouter.
Être grippé. Avoir la grippe.
On lui a grippe sa montre, son argent, son. mouchoir. Pour, on lui a volé, etc.

Delvau, 1866 : v. a. Chiper, et même voler, — dans l’argot du peuple.

Gripperie

d’Hautel, 1808 : Pour, volerie, filouterie, exactions.

Grippette

Rossignol, 1901 : Plus jeune que grippard.

Gris

d’Hautel, 1808 : À la nuit tous chats sont gris. Voyez Chat.
Gris. Pour, ivre ; qui a trop bu d’un coup.

Larchey, 1865 : Vent froid (Bailly). — Mot de la langue romane. V. Roquefort. — La bise est la sœur du gris. On dit encore souvent : un froid noir.

Delvau, 1866 : adj. Cher, précieux, — dans l’argot des voleurs. Grise. Chère, aimable.

Gris (du)

Rossignol, 1901 : Étain.

Gris (le)

anon., 1827 : Le vent, le froid.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Le vent.

Bras-de-Fer, 1829 : Vent, froid.

Halbert, 1849 : Le vent, le froid.

Rigaud, 1881 : Le vent, — dans le jargon des voleurs.

Gris comme un cordelier

Virmaître, 1894 : Saoul à n’en plus pouvoir, incapable de retrouver sa maison et être obligé de s’asseoir sur une borne pour attendre qu’elle passe. Gris, allusion à la couleur de la robe de ces religieux (Argot du peuple).

Gris d’officier

Rigaud, 1881 : Légère ivresse. (Dr Danet, Moniteur universel, 10 août 1868.)

Gris jusqu’à la troisième capucine (être)

Delvau, 1866 : Être en complet état d’ivresse, à en déborder, — dans l’argot des troupiers, gui savent que la troisième capucine est près de la bouche du fusil.

Gris-pendart

France, 1894 : Pie-grièche.

Gris, grise

Rigaud, 1881 : Cher, chère, aimable.

La Rue, 1894 : Cher, chère. Aimable.

Grisaille

Delvau, 1866 : s. f. Sœur de charité, — dans l’argot des faubouriens qui savent qu’on appelle ces saintes filles des sœurs grises.

La Rue, 1894 : Sœur de charité.

Virmaître, 1894 : Sœur de charité (Argot des voleurs). V. Pampine.

Grisaille, la grise

Rigaud, 1881 : Sœur grise, sœur de charité ; par allusion à la couleur de la robe.

Grise

Delvau, 1866 : s. f. Chose extraordinaire et désagréable, — dans l’argot du peuple. En voir de grises. Peiner, pàtir. En faire voir de grises. Jouer des tours désagréables à quelqu’un.

Rossignol, 1901 : Patrouille, soldat. Avant l’annexion des barrières de Paris, vers 1860, il y avait, à presque toutes les portes, un poste de militaires, même un place de la Bastille, ou se trouve actuellement le bureau des tramways de Charenton. Celui qui voulait du secours criait à la garde, et un caporal venait avec quatre hommes : c’était la grise.

Griser

d’Hautel, 1808 : Une vesse de vigneron suffit pour le griser. Se dit en riant d’un mauvais buveur qui se grise au premier verre de vin.
Se griser. Se souler, s’enivrer.

Griserie

Delvau, 1866 : s. f. Ivresse légère, — dans l’argot des bourgeois.

Grises (en faire voir de)

Larchey, 1865 : Se jouer de quelqu’un, lui faire voir des choses qu’il ne peut démêler.

Ma tante Aurélie qui disait l’autre jour à maman qu’elle t’en ferait voir des grises…

Gavarni.

Griset

France, 1894 : Ce nom fut donné aux hommes qui s’alliaient ou vivaient avec les malheureuses filles de la classe du peuple qui, sous le règne de Louis XV, servaient d’instrument de plaisir aux seigneurs de la cour. Le nom de griset vient du costume gris que portaient les intermédiaires, généralement des laquais qui mettaient bas leur livrée pour remplir celle besogne. Après le maître, ils usaient de leurs victimes et les épousaient quand elles s’étaient créé de cette façon une dot.

Cette appellation passa dans le Midi après le retour à Toulouse du mari de la Dubarry. Bientôt, dit Eugène Dauriac, cette dénomination s’étendit dans tout le Languedoc. Le griset était connu auparavant, mais il n’était pas encore qualifié, et de ce moment il commença à être ce que nous le voyons aujourd’hui.

Grisette

d’Hautel, 1808 : Terme injurieux et de mépris. Petite ouvrière à mise simple et bourgeoise. Fille de moyenne vertu, qui prête l’oreille aux discours des garçons.

Virmaître, 1894 : Jeune fille, ouvrière plumassière, fleuriste, modiste ou polisseuse qui fit la joie de nos pères et le désespoir des leurs. Depuis qu’elle a passé les ponts, ce n’est plus qu’une vulgaire cocotte.

Type charmant, grisette sémillante,
Au frais minois, sous un piquant bonnet
Où donc es-tu, gentille étudiante
Reine sans fard de nos bals sans apprêts.

Ainsi s’exprime la chanson en vogue autrefois au quartier latin (Argot du peuple).

France, 1894 : Jeune ouvrière galante, appelée ainsi de la petite étoffe légère de ce nom que portaient les jeunes filles du peuple.
Le mot est vieux de près de trois siècles. On le rencontre souvent dans La Fontaine :

Sous les cotillons des grisettes
Peut loger autant de beauté
Que sous les jupes des coquettes,
D’ailleurs, il n’y faut point faire tant de façons.

(Joconde)

Une grisette est un trésor ;
Car sans se donner de la peine,
Et sans qu’aux bals on la promène,
On en vient aisément à bout ;
On lui dit ce qu’on veut, bien souvent rien du tout.

(Ibid.)

Ce type charmant et essentiellement parisien, célébré dans les romans de Paul de Kock et qui est maintenant complétement disparu, à été magistralement décrit par Jules Janin :

De tous les produits parisiens, le produit le plus parisien sans contredit, est la grisette. Voyagez tant que vous voudrez dans les pays lointains, vous rencontrerez des arcs de triomphe, des jardins royaux, des musées, des cathédrales, des églises plus ou moins gothiques ; comme aussi, chemin faisant, partout où vous conduira votre humeur vagabonde, vous coudoierez des bourgeois et des altesses, des prélats, et des capitaines, des manants et des grands seigneurs ; mais nulle part, ni à Londres, ni à Saint-Pétersbourg, ni à Berlin, ni à Philadelphie, vous ne rencontrerez ce quelque chose si jeune, si gai, si frais, si fluet, si fin, si leste, si content de peu, qu’on appelle la grisette. Que dis-je, en Europe ? vous parcourriez toute la France que vous ne rencontreriez pas dans toute sa vérité, dans tout son abandon, dans toute son imprévoyance, dans tout son esprit sémillant et goguenard, la grisette de Paris.
Les savants (foin des savants !), qui expliquent toute chose, qui trouvent nécessairement une étymologie à toute chose, se sont donné bien de la peine pour imaginer l’étymologie de ce mot-là : la grisette. Ils nous ont dit, les insensés ! qu’ainsi se nommait une mince étoile de bure à l’usage des filles du peuple, et ils en ont tiré cette conclusion : « Dis-moi l’habit que tu portes, et je te dirai qui tu es ! »…
Pour se vêtir, pour se nourrir, pour se loger, pour cultiver le parterre qui est devant sa fenêtre, pour le mouron de l’oiseau qui chante dans sa cage, pour le bouquet de violettes qu’elle achète chaque matin, pour cette chaussure si luisante et si bien tenue, pour cette élégance soutenue des pieds à la tête, dont serait fière plus d’une reine de préfecture, la grisette parisienne gagne à peine de quoi fournir chaque jour au déjeuner d’un surnuméraire du ministère de l’intérieur. Et cependant avec si peu, si peu que rien, elle est bien plus que riche, elle est gaie, elle est heureuse ; elle ne demande en son chemin qu’un peu de bienveillance, un peu d’amour.

 

Il est ainsi des œuvres — les seules vraiment populaires – assez banales et veules pour se prostituer aux lubies du lecteur. Celle de Murger s’affirma complaisante jusqu’à l’invraisemblance. Rien de plus étrange que la déformation de sa Mimi. Le livre la montre avide et coquette, infidèle et cruelle, torturant Rodolphe, exposant le vicomte Paul. De tendresse, pas un témoignage ; de charme, de poésie, nul indice. Si elle s’attendrit enfin, c’est sur elle-même, lorsque, dévorée par la phtisie elle agonise sur un lit d’hôpital. Eh bien ! de cette créature odieuse et lamentable, de cette fille banale entre toutes, le publie à fait la grisette, — sa grisette, la femme en qui il met toutes ses complaisances, maîtresse idéale de l’étudiant et du calicot, compagne élue des cœurs secs de la vingtième année. Rire et sourire, esprit et joliesse, elle a tous les petits charmes qui attirent sans retenir. Et que d’autres avantages ! Un regard la conquiert, un geste la congédie, un ruban l’habille. Elle s’en va si elle lasse, revient dès qu’on la rappelle, jamais ne coûte ni n’encombre. Et, lorsque sonne pour le jeune homme l’heure grave de l’établissement et du mariage, elle disparaît, pour toujours cette fois, discrète jusqu’au mystère, sans laisser le souci de ce qu’elle va devenir, sa vie avant le frêle et le vague du destin d’un oiseau.

(Joseph Carraguel)

— Et moi ! dit un grave professeur de philosophie, comment n’ai-je pas pleuré sur la dernière lettre que m’a écrite l’unique femme que j’aie adorée. C’était une grisette aussi, que je trahissais pour deux marquises. Je crois que je me souviendrai d’elle à mon dernier jour, et que je la regretterai dans l’autre monde. Cette lettre, que je conserve tendrement, elle se terminait ainsi : « Adieu, Monsieur, vous êtes un cochon. » Et il y avait en prost-scriptum : « Ah ! Gustave, je te croyais le cœur plus sensible. »

(H. de Latouche, Grangeneuve)

Les garçons de ces cafés — de mon temps du moins, hier — étaient des filles, plaisantes quelquefois, avatars de la grisette métamorphosée en tireuse de bocks.
Les grisettes, que sont-elles devenues ? Je sais bien une Parisienne, jolie, fine, essentiellement artiste, qui prétend avoir, à l’occasion, une âme de grisette, sans adresse, oui, si celle y tient, mais si mondanisée et si spirituelle qu’elle semble plutôt une reine de Petit-Trianon. — Que sont devenues les vraies grisettes, celles que les amoureux d’antan serrèrent dans leurs bras ? Où sont les jeunes créatures qui faisaient leur bonheur des feuilles qui leur tremblaient sur la tête, dans les charmilles de Fontenay-aux-Roses, des saladiers où bleuissait le vin des barrières, des rayons de soleil où dansent les papillons, d’un brin de chèvrefeuille arraché à la haie du chemin, et d’un baiser sonore cueilli sur la pourpre de leurs lèvres où sur la printanière fraicheur de leurs joues doucement teintées ?

— Te voilà veuf pendant une semaine,
Lui dit-il ; viens, nous dînerons ce soir
En devisant des heures envolées,
De ce beau temps où nous étions garçons,
Où nous laissions mille folles chansons
Jaillir sans fin de nos lèvres brûlées
Par les baisers de ces démons d’amour
Qu’on appelait, en ces temps, des grisettes,
Viens ! nous ferons au passé des risettes ;
Soyons garçons et libres pour un jour !

(A. Glatigny)

France, 1894 : Fauvette grise, appelée aussi syriot, et, en Provence, passerine.

Grison

d’Hautel, 1808 : Un grison. Pour dire un âne. On donne aussi ce nom à celui qui fait le métier d’espion.

Grisotter (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Se griser légèrement, honnêtement, pour ainsi dire, — dans l’argot des bourgeois, ennemis des excès parce qu’ils sont amis de la vie.

Grispin

Halbert, 1849 : Meunier.

Grispis

Larchey, 1865 : Meunier. — Du vieux mot griper : prendre. — Les meuniers ont souvent passé pour des accapareurs.

Grive

d’Hautel, 1808 : Soûl comme une grive. Abruti par le vin, qui a perdu tout équilibre.

un détenu, 1846 : Troupe, soldats, police.

Halbert, 1849 : La garde, la guerre.

Larchey, 1865 : Garde, patrouille (Bailly). — Grivier : Soldat. — Dans le vieil argot, grive signifiait armée comme on le voit ici.

Les drilles ou les narquois, en revenant de la grive, en trimardant, quelquefois basourdissent les ornies.

Vidocq.

Grive est donné par Roquefort comme synonyme de méchante, fâcheuse (on dit encore Griève). — Mot à mot, un grivier est donc pour les voleurs un vrai fâcheux. V. Cigogne.

Delvau, 1866 : s. f. La garde, — dans l’argot des voleurs, qui se rappellent peut-être que les soldats s’appelaient autrefois des grivois. Corps de grive. Corps de garde. Harnais de grive. Uniforme.

Rigaud, 1881 : Guerre. — Patrouille. — Garde républicaine.

La Rue, 1894 : La garde. La guerre. Cribler à la grive, crier à la garde.

France, 1894 : La garde, l’armée. Cribler à la grive, crier à la garde. Harnais de grive, uniforme.

Grive (la)

anon., 1827 : La guerre.

Bras-de-Fer, 1829 : Guerre.

Grivelage

France, 1894 : Profit illicite.

Grivelée

d’Hautel, 1808 : Gain, profit illicite, concussion.

France, 1894 : Rapine.

Griveler

d’Hautel, 1808 : Faire des gains, des profits illicites dans un emploi.

France, 1894 : Gagner d’une manière illicite.

Grivelerie

d’Hautel, 1808 : Action de griveler.

Grivèlerie

France, 1894 : Détournement, rapine.

Grivelette

France, 1894 : Merle.

Griveleur

d’Hautel, 1808 : Qui se permet des gains illicites, des tours de bâton.

Grivelin

France, 1894 : Moineau à gros bec.

Grivetin

France, 1894 : Fauvette.

Grivette

France, 1894 : Petite grive.

Grivier

anon., 1827 : Soldat.

Bras-de-Fer, 1829 : Soldat.

un détenu, 1846 : Soldat municipal.

Halbert, 1849 : Soldat.

Delvau, 1866 : s. m. Soldat.

Rigaud, 1881 : Soldat. — Grivier de gaffe, sentinelle, soldat en faction.

Virmaître, 1894 : Soldat de la ligne (Argot du peuple). V. Lignard.

France, 1894 : Soldat d’infanterie de ligne ; corruption de grivois, sobriquet donné autrefois aux soldats des régiments étrangers au service de la France.

Rossignol, 1901 : Soldat d’infanterie.

Grivier de parquois

Bras-de-Fer, 1829 : Soldat déserteur.

Grivière

M.D., 1844 : Soldat.

Grivois

d’Hautel, 1808 : Un bon grivois. Un compagnon gaillard, éveillé et libertin, qui ne pense qu’à se donner du plaisir ; qui se moque de tout, pourvu qu’il ait de quoi satisfaire ses passions.

Delvau, 1864 : Libertin en paroles ou en actions ; peloteur et, conséquemment, fouteur.

Mon grivois ne voit pas plus tôt un couillon mettre un pied dans sa chambre que, s’élançant par la ligne droite et franchissant la table, il me joint, me saisit avant que j’aie le temps d’ouvrir la bouche.

A. de Nerciat.

Delvau, 1866 : s. m. Libertin, — dans l’argot du peuple.

Grivoise

d’Hautel, 1808 : Vivandière, femme de joyeuse vie ; aventurière.

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme qui se plaît dans le commerce des hommes riches.

France, 1894 : Prostituée de garnison, femme du grivois.

Grivoise, c’est-à-dire coureuse, putain, débauchée, aventurière, dame suivante de l’armée ou gibier de corps de garde, une garce à soldats.

(Le Roux, Dictionnaire comique)

Grivron

France, 1894 : Grive.

Grofin

La Rue, 1894 : Chiffonnier.

Grog au bœuf

France, 1894 : Bouillon.

Grognard

d’Hautel, 1808 : Homme de mauvais caractère, qui trouve à redire à tout, qui murmure sur toutes choses.

Larchey, 1865 : « Le grognard d’aujourd’hui et le vieux grognard d’autrefois, ce vieux de la vieille, comme on dit encore en parlant des nestors de la garde impériale. » — M. Saint-Hilaire. — Allusion à l’humeur grognonne des vétérans.

Delvau, 1866 : s. m. Homme chagrin, mécontent, qui gronde sans cesse. L’expression (qui vient de grundire, grogner) ne date pas de l’empire, comme on serait tenté de le croire : elle se trouve dans le Dictionnaire de Richelet, édition de 1709. On dit aussi grognon.

Grognard (vieux)

Merlin, 1888 : Vieux soldat.

Grogne

Delvau, 1866 : s. f. Mauvaise humeur, chagrin.

Grognement

d’Hautel, 1808 : Murmure, mécontentement.

Grogner

d’Hautel, 1808 : Murmurer entre ses dents, grommeler à la manière des cochons.

Delvau, 1866 : v. n. Se plaindre ; gronder sans raison.

Grogneur, grogneuse

d’Hautel, 1808 : Qui murmure continuellement, qui est toujours à marmonner.

Grogou

Delvau, 1864 : Signifiait autrefois : lépreux, vieux grec. — Aujourd’hui, ce mot veut, dire : époux vieux, laid, avare et jaloux : — Othello et Bartholo réunis.

Il était une femme,
Femme d’un vieux grigou,
Toujours fermant porte et verrou.
Quand il allait en ville,
Pour plus de sureté,
Il emportait la clé.

(Vieille chanson anonyme.)

Groin

d’Hautel, 1808 : Pour bouche, menton, visage. Le peuple dit, d’après l’ancien usage, grouin.
Lécher le groin à quelqu’un. Pour baiser continuellement ; fatiguer par ses caresses, ses flatteries.
Donner un coup de groin. Pour dire un baiser.

Grolate

France, 1894 : Grondeuse ; de groler.

Groler, groller

France, 1894 : Murmurer, grogner. « Groler comme une agasse. » Du vieux mot grole, coassement.

Grolle

France, 1894 : Corbeau. Vieux mot.

La charmeuse avait des cheveux noirs comme des ailes de grolle, mais son âme était encore plus noire que ses cheveux.

(Les Propos du Commandeur)

Groller

Delvau, 1866 : v. n. Murmurer d’une façon désagréable, gronder, faire un bruit semblable à celui que fait en criant le freux, ou plutôt la grolle, une corneille. Signifie aussi : Remuer des tiroirs, ouvrir et fermer des portes, — et alors c’est un verbe actif.

Grolote

France, 1894 : Écuelle de bois.

Gromiau

Delvau, 1866 : s. m. Enfant, gamin, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1894 : Enfant.

Gromier

France, 1894 : Variété de raisin.

Grommeler

Clémens, 1840 : Se fâcher.

Grondin

Rigaud, 1881 : Porc, — dans le jargon des voleurs.

France, 1894 : Cochon ; argot des voleurs.

Groneau

France, 1894 : Grondeur.

Groom

Larchey, 1865 : Petit valet.

Savez-vous ce que c’est qu’un petit groom ? Eh bien ! c’est un petit bas des reins qu’est pas plus haut que ma botte, et qui trotte comme une ablette.

Festeau.

France, 1894 : Petit domestique ; vieux français revenu dans notre langue après s’être défiguré en Angleterre. Grome était chez nous, il y a quatre siècles, un valet ; c’est encore un valet, et non un petit valet, chez nos voisins d’outre-Manche.

Gros

d’Hautel, 1808 : Gros comme une tour. Se dit figurément d’un homme qui a beaucoup d’embonpoint.
On dit, dans un sens opposé, d’un homme fluet et délicat, qu’Il est gros comme pour deux liards de beurre. Voy. Beurre.
Les gros mangent les petits. Pour dire que, dans tout, les plus forts l’emportent.
Il a plus coûté d’or et d’argent qu’il n’est gros. Se dit d’un enfant à qui on n’a rien épargné, dont l’éducation a été très-soignée.
Gros-Guillaume. Mot paysan, qui signifie pain de ménage, pain bis.

Delvau, 1866 : adv. Beaucoup, — dans l’argot du peuple. Coucher gros. Dire quelque chose d’énorme. Gagner gros. Avoir de grands bénéfices. Il y a gros à parier. Il y a de nombreuses chances pour que… Tout en gros. Seulement.

Gros (le)

Rigaud, 1881 : Le point de neuf au jeu de baccarat, — dans le jargon des joueurs.

Gros (mon)

Rigaud, 1881 : Nom d’amitié qu’une femme mal élevée donne à son amant. C’est-à-dire mon gros chéri.

Gros (tout en)

d’Hautel, 1808 : Il a fait cela tout en gros. Manière ironique de dire que quelqu’un n’a presque rien fait ; qu’un ouvrier a mal employé sa journée.

Gros bonnet

France, 1894 : Personnage important, haut fonctionnaire, budgétivore de marque. Que de gros bonnets coiffant des cerveaux vides, que de crétins chamarrés et couverts de distinctions honorifiques, que de gourdes mitrées !

Tous les gros bonnets, dont on n’imprime le nom dans les journaux qu’avec l’épithète d’éminent ou de distingué, — des économistes qui étaient artivés à l’Institut pour avoir visité toutes les geôles de l’Europe et des deux Amériques, des statisticiens qui vous auraient dit, à un haricot près, ce qui se consomme dans les bagnes du monde entier, — tous les gens graves et compétents étaient d’accord sur ce point que, pour transformer en petits saints les enfants voleurs et vagabonds, il n’y a rien de tel que la vie pastorale, que les travaux de la campagne.

(François Coppée, Le Coupable)

Gros cul

Fustier, 1889 : Chiffonnier aisé.

Gros frère

France, 1894 : Cuirassier.

Rossignol, 1901 : Cuirassier.

Gros joufflu

Rigaud, 1881 : Le second visage d’une personne chargée d’embonpoint.

Gros légume

Rigaud, 1881 : Officier supérieur.

Gros légumes

Delvau, 1866 : s. m. pl. Les officiers supérieurs, — dans l’argot des troupiers.

Gros lolo

Rigaud, 1881 : Cuirassier, carabinier.

Gros lot

Delvau, 1866 : s. m. Mal de Naples.

La Rue, 1894 : Syphilis.

Gros lot (avoir, donner ou gagner le)

Delvau, 1864 : Avoir, donner la vérole, — le plus gros lot qu’on puisse gagner à la loterie de l’amour.

Gros numéro

Delvau, 1864 : Bordel.

Delvau, 1866 : s. m. Prostibulum.

Rigaud, 1881 : Maison de tolérance.

Gros papa

Delvau, 1866 : s. m. Homme bon enfant, rond de caractère comme de ventre, ayant ou non des enfants. On dit aussi Gros père.

Gros pointu

Rigaud, 1881 : Archevêque, — dans le jargon des voleurs.

Gros-colas

France, 1894 : Goéland à manteau noir.

Gros-cul

Rigaud, 1881 : Chiffonnier à son aise. Les gros-culs possèdent un âne et une petite voiture pour les besoins de leur industrie. Ils habitent en grande partie le passage Saint-Charles à Levallois.

France, 1894 : Chiffonnier aisé.

Gros-fin

France, 1894 : Chiffonnier.

France, 1894 : Sot qui veut faire de l’esprit.

Gros-guillaume

France, 1894 : Nom dont on désignait autrefois le pain bis.

On appelle du gros-guillaume du pain destiné, dans les maisons de campagne, à la nourriture des valets de cœur. Du gros-guillaume, mot parisien, pour dire du pain bis, du gros pain de ménage, tel que le mangent les paysans.

(Le Roux, Dictionnaire comique)

Gros-guilleri

France, 1894 : Moineau domestique mâle.

Gros, grosse

d’Hautel, 1808 : Il y a gros. Locution populaire et affirmative qui équivaut à certainement, assurément, il n’y a pas de doute.
Gros a été fort à la mode pendant long-temps à Paris, et les gens de qualité, et à la cour même, on disoit : Je suis gros de vous voir, je suis gros de vous connoître, pour je suis honoré, je suis heureux, satisfait, etc. Ces sortes d’acceptions ne sont plus en usage.
Il est du gros mur. Se dit d’un rustre, d’un grossier ; d’un homme de la lie du peuple.
Mon gros. Mot d’amitié que l’on donne à un petit garçon ; comme on appelle une jeune demoiselle ma petite.
Faire le gros. Se pavaner, s’enfler de vanité, d’orgueil.
Parler des grosses dents. Faire ses grosses dents. Voy. Dent.

Groseille de vidangeur

Rossignol, 1901 : Demi-setier. Le contenu d’un verre de vin rouge de 25 centilitres est une groseille de vidangeur.

Grosse caisse

Rigaud, 1881 : Prison, — dans le jargon du régiment.

Grosse cavalerie

Delvau, 1866 : s. f. Cureurs d’égout, — dans l’argot des faubouriens, qui font allusion aux grosses bottes de ces ouvriers troglodytes.

Delvau, 1866 : s. f. Figurantes du corps de ballet qu’on ne fait jamais donner, — dans l’argot des gandins, à qui cette grosse cavalerie fait toujours donner.

Rigaud, 1881 : Égoutiers. — Figurantes de la danse à l’Opéra. — L’élite, le dessus du panier des bagnes, la fleur des scélérats en villégiature à Cayenne. Ainsi nommés parce qu’ils chargent à fond de train sur leurs victimes.

La Rue, 1894 : Les plus grands scélérats.

Grosse culotte

Rigaud, 1881 : Ouvrier ivrogne et beau parleur. Ouvrier qui pérore chez le marchand de vin.

Virmaître, 1894 : Ivrogne, beau parleur. L. L. Grosse culotte est encore en usage dans les ateliers de forgerons. C’est une expression connue. Chez les compagnons forgerons depuis la création du compagnonnage, on l’applique à l’ouvrier le plus habile de la partie, à celui qui était appelé à tenir les grosses pièces avant l’invention des marteaux pilons. Deux d’entre eux furent célèbres, on s’en souvient, encore dans les ateliers ; ils se nommaient Dany et Pierre Virmaître, dit Bourguignon. Grosse culotte est toujours un terme consacré (Argot des ouvriers). N.

Grosse tôle

Rigaud, 1881 : Prison, — dans l’argot des marins.

Grosses légumes

Virmaître, 1894 : Gens millionnaires, magistrats élevés, généraux, etc. Quand, sous la Commune, un voyou demandait à être nommé général, à entrer dans les grosses légumes, il donnait pour raison qu’une de plus ou de moins dans le tas ça ne paraîtrait pas (Argot du peuple). N.

Grosses lèvres

Virmaître, 1894 : La tinette. Allusion aux rebords (Argot des voleurs). N.

Grossier comme du pain d’orge

Delvau, 1866 : adj. Extrêmement brutal, dans l’argot des bourgeois amis du pain blanc et des discours amènes.

Grotte

Virmaître, 1894 : Prison (Argot des voleurs). V. Gerbe.

Grouchy

Delvau, 1866 : s. m. Retardataire, flâneur, — dans l’argot du peuple. Passé de mode.

Delvau, 1866 : s. m. Article qui arrive trop tard à l’imprimerie. — dans l’argot des journalistes. L’expression est d’H. de Balzac. On dit aussi Rappel de Waterloo.

Grouchy (petit)

Larchey, 1865 : « Article arrivé en retard à l’imprimerie. » — Balzac. — Allusion à la tradition populaire, mais contestable, qui impute à Grouchy le retard de sa marche sur Waterloo.

Grouiller

d’Hautel, 1808 : Se mouvoir, se remuer, fourmiller.
Il a six enfans tout grouillans. C’est-à-dire, vivans. Cette locution ne s’emploie ordinairement qu’en parlant d’un homme indigent, et pour faire entendre qu’il ne peut suffire aux besoins de sa famille.
Il est tout grouillant de vers. Se dit d’un fromage, d’un morceau de viande dans lequel les vers fourmillent.
Que je te voie grouiller de-là. Se dit par menace à un enfant, pour, que je te voie remuer, broncher de-là.
La tête lui grouille. Pour, la tête lui remue, lui tremble.
Tout grouillant de vermine. Pour dire rempli, rongé de vermine.

Delvau, 1866 : v. n. Remuer, s’agiter, — dans l’argot du peuple.

Grouiller (se)

La Rue, 1894 : Se dépêcher.

Grouillis-Grouillot

Delvau, 1866 : s. m. Foule de gens ou d’animaux, — par allusion à leurs mouvements vermiculaires. Ce mot fait image et mérite d’être conservé, malgré sa trivialité.

Grouin

Delvau, 1866 : s. m. Visage, — dans l’argot des faubouriens, qui n’ont pas le moindre respect pour le « miroir de l’âme ».

Groule, groulasse

Rigaud, 1881 : Vaurienne ; petite fille malpropre. Les marchandes à la toilette, les revendeuses, appellent leurs apprenties « des groules ».

La Rue, 1894 : Apprentie, souillon.

Groumer

Delvau, 1866 : v. n. Gronder, murmurer, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine.

Rossignol, 1901 : Ne pas être content. Être fâché, c’est groumer.

Grouper

Rigaud, 1881 : Arrêter, saisir, — dans le jargon des voleurs. — Se faire grouper, se faire arrêter.

Gru

Clémens, 1840 : Pot.

Grubler

Fustier, 1889 : Grogner. (Richepin.)

Grue

d’Hautel, 1808 : Faire le pied de grue. S’humilier ; faire des soumissions devant quelqu’un ; monter la garde dans les antichambres d’un homme puissant.
Avoir un cou de grue. Avoir le cou long.
Il est planté là comme une grue. Pour, il ne sait quelle contenance tenir ; il croque le marmot.

Delvau, 1864 : Fille entretenue, parce que les filles de cette espèce sont souvent plus bêtes que belles — ce qui fait qu’on ne s’explique pas les folies que les gandins font pour elles.

Dans certains théâtres, on voit de jeunes aspirantes qui se font des yeux jusqu’aux oreilles et des veines d’azur du corset jusqu’aux tempes ; ce ne sont pas des femmes, ce sont des pastels ; cette première catégorie de grues s’appelle les maquillées.

Joachim Duflot.

Larchey, 1865 : « Pour qualifier une fille aux jambes maigres aux gros yeux à fleur de tête, à l’intelligence épaisse, on dit : C’est une grue. » — Scholl. — « Mme Croquoison : Nous sommes tous des grues. » — Le Rapatriage, parade du dix-huitième siècle.

Delvau, 1866 : s. f. Femme entretenue, que la Nature a douée d’autant de bêtise que de beauté, et qui abuse de celle-ci pour faire accepter celle-là. C’est un mot heureux que les gens de lettres ont trouvé là pour répondre à l’insolence des filles envers les honnêtes femmes. Bécasses ! disaient-elles. Grues ! leur répond-on. Mais ce mot, dans ce sens péjoratif, n’est pas né d’hier, il y a longtemps que le peuple l’emploie pour désigner un niais, un sot, un prétentieux.

Rigaud, 1881 : Femme sotte et prétentieuse. — Dans le dictionnaire de l’Académie, grue est donné dans le sens de niais. — Dans le jargon des comédiens, c’est une demoiselle qui possède de la beauté, de l’argent et des toilettes en quantité suffisante pour obtenir un bout de rôle où elle montre ses épaules, ses diamants et sa bêtise. Elle lève les gentilshommes de l’orchestre, comme la grue lève les fardeaux ; d’où son surnom.

La Rue, 1894 : Bête. Femme entretenue. V. Biche.

Virmaître, 1894 : Fille publique, jolie mais bête à manger du foin. De cette allusion est né un mauvais calembourg : Les camelots crient : Demandez l’Indicateur des grues de Paris pour rues (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Fille de bas étage.

Hayard, 1907 : Fille publique.

Gruerie

Delvau, 1866 : s. f. Bêtise rare, — comme il en sort tant de tant de jolies bouches.

France, 1894 : Bêtise légendaire des petites dames appelées grues.

Grugeon

d’Hautel, 1808 : Dépensier, prodigue ; monopoleur qui vit sur le bien d’autrui ; qui s’engraisse des malheurs publics.

Gruger

d’Hautel, 1808 : Pour, rapiner, voler, manger ; être aux crocs de quelqu’un ; lui soutirer de l’argent.
Il le gruge d’une belle manière. Pour, il le vole, il le ruine secrètement.

Delvau, 1866 : v. a. Manger le bien de quelqu’un, — dans l’argot du peuple. Les gens de lettres écrivent grue-ger, par allusion aux mœurs des grues, — ces Ruine-maison !

France, 1894 : Manger ; du bas allemand grusen, écraser, broyer avec les dents. Gruger quelqu’un, le piller, lui manger son bien.

Certes, ce monde circonscrit, brillant et mêlé, qui va du turf au Jockey, en passant par les foyers de théâtres, nous montre plus de princes tombés aux maquignonnages louches qu’aspirant aux hautes vertus démocratiques. Plus d’un, parmi ces brillants, à mis son grain air, sa renommée d’élégance au service de quelque cocotte, ambitieuse de gruger de jeunes bourgeois vaniteux.

(Francis Chevassu)

Dans Nos Intimes, Victorien Sardou essaye de faire le dénombrement des variétés d’amis. « Nous avons, dit l’illustre académicien, l’ami despote qui nous fait faire ses commissions, l’ami spirituel qui fait des mots à nos dépens, l’ami indiscret qui raconte aux hommes nos petites faiblesses et aux dames nos petites infirmités !… l’ami gêné qui est encore bien plus gênant, l’ami parasite qui nous mange, l’ami spéculateur qui nous gruge, enfin mille espèces d’amis dont le dénombrement serait éternel, depuis celui qui nous emprunte nos livres … qu’il ne nous rend pas, jusqu’à celui qui nous emprunte notre femme… qu’il nous rend ! »

Grugeur

d’Hautel, 1808 : Dépensier, mangeur de tout bien ; dissipateur ; fripon qui vit de ce qu’il escroque.

Delvau, 1866 : s. m. Parasite, faux ami qui vous aide à vous ruiner, comme si on avait besoin d’être aidé dans cette agréable besogne.

Rigaud, 1881 : Parasite. Celui qui vit aux dépens de quelqu’un ou de plusieurs.

Grumeau

d’Hautel, 1808 : Petites portions de lait qui se tournent et se caillent ; mot défiguré par le peuple, qui dit gromelot.

Grus

France, 1894 : Sorte de laitage suisse.

France, 1894 : Fruits sauvages en général, provenant des arbres sauvageons et de ceux qui bordent les routes et les avenues, marrons d’Inde, faines, glands.

Gruselle

France, 1894 : Variété de raisin.

Gruyère (morceau de)

France, 1894 : Visage marque de la petite vérole.

Guadeloupe

Rigaud, 1881 : Bouche, — dans l’argot des barrières. Le mot « guadeloupe » rappelle vaguement le mot « gueule ». Charger pour la Guadeloupe, manger.

Guano

Delvau, 1866 : s. m. Fèces, non pas des phénicoptères des mers du Sud, mais de l’homme, — dans l’argot des faubouriens, qui aiment les facéties grasses et remuent volontiers la lie de l’esprit pour en dégager les parfums nauséabonds au nez des autres et même à leur propre nez.

Guatte

France, 1894 : Jeune alose.

Gué

d’Hautel, 1808 : Sonder le gué. Prendre ses précautions, ses informations, ayant de s’engager dans une affaire.

Guédé

France, 1894 : Rassasié, assouvi, repu.

Oh ! je suis bien guédé ! Par ma foi, la science
Ne s’acquiert point du tout à force d’abstinence.

(Régnard)

Notre vaillant guerrier tout rempli d’allégresse,
Rhabillé, bien guédé, content de son hôtesse,
S’en alloit cheminant et par vaux et par monts,
Et couroit à Paris chercher ses compagnons.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Guedouze

France, 1894 : Mort.

Guédouze

Rigaud, 1881 : La mort, — dans l’ancien argot. — Du celte guenn-du, blanche-noire. (V. Hugo.)

Gueffe

France, 1894 : Jabot de la volaille.

Gueldre

France, 1894 : Amorce pour pécher la sardine, dont Jean Richepin, dans la Mer, donne la description :

La sardine est jolie en arrivant à l’air…
Mais pour aller la prendre il faut avoir le nez
Bougrement plein de poils, et de poils goudronnés ;
Car la gueldre et la rogue avec quoi l’on arrose
Les seines qu’on lui tend ne fleurent point la rose,
Gueldre, lisez mortier de crevettes, pas frais.

Guelte

Delvau, 1866 : s. f. Bénéfice (geld) qu’on abandonne aux commis d’un magasin qui sont parvenus à vendre un objet jugé invendable. Grâce à la faconde des gaudissards modernes, il est rare qu’un rossignol reste sur les rayons, et leur guelte s’en accroît d’autant.

Rigaud, 1881 : Bénéfice accordé à un placier, à un commis en nouveautés sur la vente d’un article.

Carpentier a touché ses deux mille cinq cents balles de guelte

(P. Mahalin.)

France, 1894 : Prime sur les articles vendus attribuée à l’employé dans les magasins de nouveautés et d’autant plus forte que ces articles sont défraîchis ou passés de mode, c’est-à-dire devenus des rossignols ; de l’allemand, geld, argent.

Guelter

Rigaud, 1881 : Réaliser un bénéfice sur une vente, — dans le jargon des employés de commerce.

Guenaud

Halbert, 1849 : Sorcier.

France, 1894 : Sorcier.

Guenaude

Halbert, 1849 : Sorcière.

Guéné

France, 1894 : Pépin, noyau.

Guenette

France, 1894 : Peur.

Guenille

d’Hautel, 1808 : Lambeau, vieil habit, vêtement déchiré.
Trousser ses guenilles. Pour, s’enfuir, plier bagage ; s’en aller au plus vite, et sans bruit.
Une vieille guenille. Nom injurieux que l’on donne à une personne vieille, sale et mal habillée.

Guenilles (les)

Delvau, 1864 : Les testicules de l’homme, que dédaignent les femmes — qui ne peuvent plus s’en servir.

Guenillon

d’Hautel, 1808 : Petite guenille. Se dit par mépris d’une petite fille malpropre.

Delvau, 1866 : s. m. Fille ou femme mal habillée, — dans l’argot des bourgeoises, qui ne tolèrent pas les infractions à la mode.

Virmaître, 1894 : Femme mal habillée. Traîneuse des rues. On dit aussi : vieille guenipe (Argot du peuple).

France, 1894 : Fille sale et mal accoutrée.

Guenipe

d’Hautel, 1808 : Terme bas et insultant, qui équivaut à gourgandine, vile prostituée.

France, 1894 : Fille ou femme sale et de mauvaise vie ; du hollandais knippe, lieu de prostitution.

À douze ans, il but et fuma comme un homme, jamais à court d’argent, qu’elle lui donnait ou qu’il volait, se guédant de bière et de genièvre au point de rouler, vomissant dans le ruisseau ; puis il connut les guenipes qui, postées aux portes des usines les jours de paye, se prostituent pour six sous. Et dès ce moment il eut le dégoût de sa petite cœur, la battit quand elle s’approchait de lui, câline, avec des étirements de jeune chatte.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

— T’as donc l’enfer en pension
Dans ta chienne d’âme pourrie !
Vieille anguille de la voirie !
Guenipe ! — Moi, guenipe ! moi !
Margot, mon p’tit cœur, bon pour toi :
Guenipe est le nom qu’on te garde.

(J.-J. Vadé)

Guenippe

Delvau, 1864 : Femme de mauvaise vie ; guenon.

Mais présentement que l’on grippe,
Et Lise, et toute autre guenippe.

(La France Galante.)

Sus donc, gentilles guenippes,
Prenez vos plus belles nippes,
Sans vos attiffets laisser…
Et vous faites enchâsser.

Le Sr de Sygognes.

Guenon

d’Hautel, 1808 : Une vieille guenon. Épithète outrageante, pour dire une vieille femme laide et difforme.

Delvau, 1864 : Femme de mauvaise vie, qui sa trousse et écarte les jambes au profit du premier orang-outang venu.

Le temps où les femmes m’allumaient si facilement que la première guenon venue qui me mettait la main dessus me f’sait faire bâton pendant quinze jours.

Lemercier de Neuville.

Delvau, 1866 : s. f. Femme laide ou corrompue, — dans l’argot du peuple. C’est la trot des Anglais. On dit aussi Guenippe et Guenuche.

Rigaud, 1881 : Femme du patron, — dans le jargon des ouvriers quand ils ne l’appellent pas« la singesse ».

France, 1894 : Femme ou fille laide ou de mœurs viles ; de l’ancien allemand guena, femme.

Mamsell’ Junon
Fait la guenon ;
Mamsell’ Pallas
On en est las ;
Mais qu’dites-vous de mamsell’ Vénus
Qui se marie aux premiers venus ?

(Vadé)

Une vieille guenon,
En prenant un clystère,
S’enfonçait le canon
Au fond de son derrière ;
Et saint Hubert ensuite
Priant avec ferveur,
Le canon prit la fuite
Sans lui faire de douleur.

(Vadé)

France, 1894 : Patronne, femme de patron ou singe.

Guenon (attraper la)

France, 1894 : « Dans mon Lauraguais, avoir grainé, être parti, en tenir une, prendre la cigale, acrocher la peau, tout cela veut dire attraper la guenon, — il faut lire : ivrogner — parce que, je le pense ainsi, un homme ivre fait des grimaces comme une affreuse singesse. Les jours de grande fête, de noce et chaque dimanche et chaque lundi, que de guenons se sont prises, au pays des moulins à vent, des cassolets, et du petit vin facile à boire ! »

(B. de Porto-Nobo, L’Alouettte)

Guenuche

d’Hautel, 1808 : Petite guenon ; femme laide, qui se pare ridiculement.

Delvau, 1864 : Variété de guenon.

Elle est sèche comme une criche,
Mal faite comme une guenuche,
Éloquente comme un Gascon, etc.

(Cabinet satyrique.)

France, 1894 : Petite guenon, jeune fille qui court après les hommes.

Un soir, agacé, il jura un bon coup, déclara qu’il en avait assez de ses manigances, et la planta dans le chemin, en pleine bruyère. Elle le laissa partir, sûre qu’il reviendrait. Mais il la bouda pendant trois jours. Alors elle craignit d’avoir été trop loin, redouta la rivalité des tapées de guenuches qui n’auraient pas demandé mieux que de lui manger son homme dans la main, et elle lui rendit un peu de sa personne, pour le tenir en haleine.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Guères

d’Hautel, 1808 : Je t’entends bien, mais je ne t’écoute guères. Locution triviale et populaire qui équivaut à, tout ce que tu dis et rien, c’est la même chose ; tu parles en vain.

Guérets

Delvau, 1866 : s. m. pl. Les blés mûrs, — dans l’argot des Académiciens.

Guéri

France, 1894 : Libéré, sorti de prison.

Guérie

d’Hautel, 1808 : Participe féminin du verbe Guérir. Les personnes sans éducation disent d’une femme qui est relevée de maladie, qu’elle est guérite au lieu de guérie.

Guérite

d’Hautel, 1808 : Gagner la guérite. Pour, s’esquiver, s’enfuir à bas bruit.

Delvau, 1866 : s. f. Chapelle, — dans l’argot des marbriers de cimetière, qui s’y réfugient au moment des averses.

France, 1894 : Chapelle de cimetière ; argot des marbriers.

Guérite à calotins

Rigaud, 1881 : Confessionnal, — dans le jargon du peuple. Elle est toujours fourrée dans les guérites à calotins. — Moi, j’y ficherais des calottes à ta place.

France, 1894 : Confessionnal.

Guerluchon

France, 1894 : Amant de cœur d’une femme galante. C’est à tort que quelques écrivains, entre autres Henry Bauer, emploient cette expression au lieu de greluchon. Voir ce mot.

Le guerluchon n’appartient pas toujours à la dernière classe de la société ; ce n’est pas toujours un cocher ou un palefrenier, c’est parfois même un homme du meilleur monde, aux grandes manières, à l’allure pleine de distinction ; seulement ce qui l’auréole aux yeux de la dame, c’est son absence complète de fonds : c’est un pique-assiette mondain, qui va piquer jusque dans… l’assiette de l’amour, aux frais des autres ; en un mot, il ne casque pas ! Ce guerluchon-là finit souvent par un mariage d’amour avec une rôtisseuse de balais hors d’âge.

(Jules Davray, L’Armée du Vice)

Guernipille

France, 1894 : Mauvais drôle, maraudeur, pillard. Nom que l’on donnait aux Anglais à cause des ravages qu’ils causaient. Les chansons normandes des XVe et XVIe siècles sont remplies d’allusions au séjour des Anglais en France et à leurs déprédations, volant les bestiaux, vidant les celliers, pillant les poulaillers ou guernilliers, affamant enfin les populations. Voir Grenipiller.

Guerre

d’Hautel, 1808 : À la guerre comme à la guerre. Manière de parler adverbiale qui équivaut à il faut prendre le temps comme il vient ; se donner du plaisir quand on en trouve l’occasion, et supporter patiemment les disgraces et les contrariétés quand elles se présentent.
Qui terre a, guerre a. Signifie que l’on ne peut posséder de bien sans avoir quelque procès.
Un nom de guerre. Sobriquet, surnom que l’on prend.
Faire la guerre au pain. Pour, être affamé, manger beaucoup de pain.

Guerre sans feu ne vaut pas mieux qu’andouille sans moutarde

France, 1894 : Mot prêté à Henri V, roi d’Angleterre, à la suite de la bataille d’Azincourt (1415), ses troupes se répandirent en France, pillant et ravageant tout. Les habitants de Paris lui envoyèrent une députation pour le prier d’empêcher les brigandages et les incendies, Henri V les renvoya en disant : « C’est l’usage de la guerre. Guerre sans feu ne vaut pas mieux qu’andouille sans moutarde. »

Guerroyer

d’Hautel, 1808 : Se battre en duel, se quereller, se disputer, se chicaner continuellement.

Guesdiste

France, 1894 : Partisan des théories de Jules Guesde, lui-même élève de Karl Marx. On les appelle aussi marxistes. Les guesdistes se déclarent socialistes scientifiques, partisans de l’action, traitant les possibilistes de révolutionnaires à l’eau de rose. « Nous voulons, disent-ils, la prise de possession du pouvoir politique par la classe ouvrière, en agissant révolutionnairement. » Ajoutons qu’ils sont communistes et veulent la transformation de la propriété individuelle en propriété commune.

Guet

d’Hautel, 1808 : Fonction d’un soldat qui est en sentinelle.
Ce mot est toujours masculin ; mais une habitude vicieuse et presque généralement consacrée, fait dire en parlant d’un chien : Ce chien est d’une bonne guette, au lieu de, est d’un bon guet.

Guet-à-pens

d’Hautel, 1808 : Voleur, assassin, filou ; homme sans aveu.
Être au guet. Pour être aux écoutes, sur les épines. Espionner.

Guêtre

d’Hautel, 1808 : Tirer ses guêtres. Pour s’enfuir.
Tirez vos guêtres. Pour troussez bagage ; allez-vous-en au plus vite.

Guêtres (laisser ses)

France, 1894 : Mourir ; spécialement, être tué à l’étranger.
Cette expression date du temps où les soldats portaient de longues guêtres qui leur montaient jusqu’aux genoux, la botte étant réservée aux officiers et aux nobles.

Guêtres (tirer ses)

Larchey, 1865 : Détaler.

Cadet, tire au loin tes guêtres, au lieu de m’approcher.

Cabassol.

Fuyons, tirons nos guêtres.

Le Rapatriage.

Guette

Delvau, 1866 : s. f. Gardien, — dans l’argot du peuple, qui dit cela à propos des chiens. Bonne guette. Chien qui aboie quand il faut, pour avertir son maître. Être de guette. Aboyer aux voleurs, ou aux étrangers.

Guette (bonne)

Rigaud, 1881 : Bonne garde, en parlant d’un chien. Cabot rup pour la guette, bon chien de garde.

Guette au trou

Virmaître, 1894 : Sage-femme (Argot du peuple).

Guette-au-trou

Hayard, 1907 : Sage-femme.

Guette-au-trou (madame)

France, 1894 : Sage-femme.

— Ugénie s’est fait une bosse au ventre, tant pis pour elle ! Dans neuf mois, ça regardera Madame Guette-au-trou, mais pas moi !

(Oscar Méténier)

Gueulard

d’Hautel, 1808 : Sobriquet fort incivil qui équivaut à gourmand, glouton, homme qui est fort sur sa bouche. On le donne aussi à celui qui se plaint continuellement, qui crie pour les plus petites choses.

anon., 1827 : Bissac.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Sac.

Bras-de-Fer, 1829 : Bissac.

M.D., 1844 : Un sac.

Larchey, 1865 : Braillard. — Gueulard : Gourmand.

La gourmandise a aussi une place d’honneur dans le cœur de l’écolier ; mais comme c’est un vice réclamé par les moutards, la honte de paraître gueulard comme eux en arrête la manifestation.

H. Rolland.

Gueulardise : Friandise. — Gueulard : poêle (Vidocq). V. Goulu. — Gueulard : Sac (id.). — Du vieux mot gueulle : gibecière, bourse (Roquefort). — Ce dernier sens confirme encore ce que nous avançons pour chanter. V. ce mot. L’homme qui chante ouvre sa gueule.

Delvau, 1866 : s. m. Gourmand. Signifie aussi Homme qui parle trop haut, ou qui gronde toujours à propos de rien.

Delvau, 1866 : s. m. Poêle, — dans l’argot des voleurs. Signifie aussi Bissac.

Rigaud, 1881 : Poêle. — Bissac.

Fustier, 1889 : Argot du peuple, de celui surtout oui, par métier, fréquente les Halles. Le gueulard est un individu à la voix claire et forte que louent certains marchands des quatre-saisons pour annoncer le contenu de leurs petites voitures. Ce n’est point une profession à dédaigner que celle de gueulard, et je sais de ces industriels qui gagnent plus de trois francs par jour. Ce sont, il est vrai, les forts ténors de la partie !

… Les autres s’emploient comme gueulards, profession non classée dans le Bottin…

(Français, nov. 1884.)

La Rue, 1894 : Poêle. Bissac. Poche.

France, 1894 : Gourmand.

France, 1894 : Bissac, poêle, poche. « Ils trollent généralement à leur côté un gueulard avec une rouillade pour mettre le pavois. »

France, 1894 : Ton tranché, violent, criard, dans l’argot des peintres.

On dit que la Bretagne est grise !!! Si la lumière y est douce, tamisée, en revanche il y a de la couleur à revendre. Éclairez-moi tout cela d’un grand soleil et ce serait gueulard en diable.

(A. Verchin, Sept jours en torpilleur)

Gueulard, de

Halbert, 1849 : Bissac, poche.

Gueularde

Delvau, 1866 : s. f. Poche, — dans le même argot [des voleurs].

Rigaud, 1881 : Poche, — dans le jargon des voleurs. La poche est la gueule, la bouche du paletot.

Gueulardise

Delvau, 1866 : s. f. Gourmandise, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : Mets friand.

Gueule

d’Hautel, 1808 : Pour bouche.
Il feroit tout pour la gueule. Se dit d’un homme qui aime excessivement la bonne chère.
Se prendre de gueule. S’injurier, se quereller à la manière des gens du port, des poissardes.
Avoir la gueule morte. Être confondu, ne savoir plus que dire.
Il n’a que de la gueule. Pour, c’est un hâbleur qui ne fait que parler, qui n’en vient jamais au fait quand il s’agit de se battre.
Mots de gueule. Pour, paroles impures, mots sales et injurieux.
La gueule du juge en pétera. Pour dire qu’une affaire amènera un procès considérable.
Il est venu la gueule enfarinée. Voyez Enfariner.
Gueule fraîche. Parasite, grand mangeur, toujours disposé à faire bombance.
Il a toujours la gueule ouverte. Se dit d’un bavard, d’un parleur éternel.
Gueule ferrée ; fort en gueule. Homme qui n’a que des injures dans la bouche.

Larchey, 1865 : Bouche.

Il faudrait avoir une gueule de fer-blanc pour prononcer ce mot.

P. Borel, 1833.

Gueule fine : Palais délicat.

Un régime diététique tellement en horreur avec sa gueule fine.

Balzac.

Fort en gueule : Insulteur. — Sur sa gueule : Friand.

L’on est beaucoup sur sa gueule.

Ricard.

Faire sa gueule : Faire le dédaigneux. — Casser, crever la gueule : Frapper à la tête.

Tu me fais aller, je te vas crever la gueule.

Alph. Karr.

Gueuler : Crier.

Leurs femmes laborieuses, De vieux chapeaux fières crieuses, En gueulant arpentent Paris.

Vadé, 1788.

Delvau, 1866 : s. f. Visage. Bonne gueule. Visage sympathique. Casser la gueule à quelqu’un. Lui donner des coups de poing en pleine figure. Gueule en pantoufle. Visage emmitouflé.

Delvau, 1866 : s. f. Appétit énorme. Être porté sur sa gueule. Aimer les bons repas et les plantureuses ripailles. Donner un bon coup de gueule. Manger avec appétit.

Delvau, 1866 : s. f. Bouche. Bonne gueule. Bouche fraîche, saine, garnie de toutes ses dents.

Rigaud, 1881 : Bouche. — Fine gueule, gourmet. — Porté sur la gueule, amateur de bonne chère. — Fort, forte en gueule, celui, celle qui crie des injures. — Gueule de travers, mauvais visage, mine allongée. — Gueule de raie, visage affreux. — Gueule d’empeigne, palais habitué aux liqueurs fortes et aux mets épicés ; laideur repoussante, bouche de travers, dans le jargon des dames de la halle au XVIIIe siècle, qui, pour donner plus de brio à l’image, ajoutaient : garnie de clous de girofle enchâssés dans du pain d’épice. — Gueule de bois, ivresse. — Roulement de la gueule, signal du repas, — dans le jargon du troupier. — Taire sa gueule, se taire. — Faire sa gueule, être de mauvaise humeur, bouder. Se chiquer la gueule, se battre à coups de poing sur le visage. — Crever la gueule à quelqu’un, lui mettre le visage en sang. — La gueule lui en pète, il a la bouche en feu pour avoir mangé trop épicé.

France, 1894 : Bouche.

— Dites-moi, papa, quand je saurai le latin, quel état ne donnerez-vous ? — Fais-toi cuisinier, mon ami : la gueule va toujours. — Mais, s’il y avait encore une révolution ? — Qu’importe !… Fais-toi cuisinier : nous avons vu passer les rois, les princes, les seigneurs, les magistrats, les financiers, mais les gueules sont restées : il n’y a que cela d’impérissable.

(Hoffman)

Dans le quartier Mouffetard :
Monsieur fait une scène horrible à Madame, qui finit par lui dire :
— Veux-tu taire ton bec ?
Alors l’héritier présomptif, qui a jusque-là écouté en silence :
— C’est bien vilain, maman, de dire : ton bec en parlant de la gueule de papa.

Et Grenipille fait souche
De petits Grenipillons.
Adieu les beaux papillons
Qui voltigeaient sur sa bouche
Dont nous nous émerveillions !
Elle aura gueule farouche,
La peau rude en durillons,
Sous les yeux de noirs sillons,
Pauvre mère qui s’accouche
Toute seule en ses haillons,
Ah ! guenilles, guenillons !
Et Grenipille fait souche
De petits Grenipillons.

(Jean Richepin)

— Ainsi, j’ai une vraie princesse pour cliente la fille d’un roi : elle vient chez moi deux fois la semaine, une personne bien distinguée, bien intelligente : malheureusement elle se saoule la gueule, et puis elle a de mauvaises habitudes. Elle faisait l’amour avec un ours, comme je vous le dis, Monsieur, avec un ours tout brun, tout velu : j’avais une peur de c’t’animal ! Je lui avais dit : Ça finira mal, un beau jour il vous mordra ! Ça n’a pas manqué et pas plus tard qu’hier… C’était à prévoir… quand elle se mettait nue, il faisait hou, hou, hou ; de l’antichambre on l’entendait, ça faisait froid.

(Jean Lorrain, Le Journal)

France, 1894 : Visage.

— Contemple encore là, sur le trottoir, devant l’entrée du tribunal civil, je crois, ces bêtes de justice, ces bas clercs d’avoués ou d’hommes d’affaires marrons, les chiens de procédure qui rapportent le papier timbré chez le maître. Hein ! leur trouves-tu assez des gueules de loups-cerviers, des mines de fouines ou des allures de chacals ?
— Ils me dégoûtent trop. Passons de l’autre côté pour ne pas les frôler.

(Félicien Champsaur)

Tas d’inach’vés, tas d’avortons
Fabriqués avec des viand’s veules.
Vos mèr’ avaient donc pas d’tétons
Qu’a’s ont pas pu vous fair’ des gueules ?

(Aristide Bruant)

Pendant qu’sur le bitume
La môm’ fait son turbin,
Chaqu’ gigolo l’allume
Chez le troquet du coin,
Quand elle rentre seule,
N’ayant pas d’monacos,
Ils lui défonc’nt la… gueule,
Les petits gigolos !

(Léo Lelièvre)

— Ah ! sa chiquerie avec Kaoudja a été épatante, c’était à propos d’un môme ! J’y étais et c’est la Goulue qui a écopé… Elle était par-dessous et Kaoudja voulait lui couper le nez avec ses dents. La Goulue criait :
— Ma pauvre gueule ! ma pauvre gueule !

(Oscar Méténier)

Gueule (faire la)

France, 1894 : Prendre des airs importants ou simplement ne pas paraître satisfait.

La bourgeoisie âpre et bégueule
Dont les plus beaux jours sont comptés,
D’ici peu fera triste gueule
Devant nos faubourgs révoltés.

(Georges Baillet)

Les quotidiens ont raconté, ces jours-ci, sans le plus léger commentaire, qu’à Londres, en plein tribunal, un prolo a réclamé le bagne, affirmant qu’il préférait vivre en prison qu’en liberté.
Le pauvre bougre en question, James Kendrick, fut arrêté sur le tas, il y a deux ans, en train de fracturer une porte. Son affaire paraissait si claire que, sans ajuster leurs bésicles, ni défriser leurs perruques d’étoupes blanches, les enjuponnés administrèrent à l’accusé trois ans de servitude pénale.
C’était justement ce que désirait Kendrick ! Tout au plus aurait-il renaudé parce que la dose n’était pas assez forte.
Gai ct content, notre condamné fut expédié au bagne de Portland ; jovial comme pas un, le type se fit gober de tout le monde, aussi bien des gardes-chiourme que des autres détenus. C’était un prisonnier modèle, aussi s’empressa-t-on de le fiche en liberté conditionnelle.
Kendrick fit bien un peu la gueule, mais il avait 102 francs de masse à palper et il se dit qu’il lui serait facile de se faire refoutre dedans, puisqu’il n’était qu’en liberté conditionnellement.

(La Sociale)

Gueule d’empeigne

Delvau, 1866 : s. f. Homme qui a une voix de stentor ou qui mange très chaud ou très épicé. Avoir une gueule d’empeigne. Avoir le palais assuré contre l’irritation que causerait à tout autre l’absorption de certains liquides frelatés. On dit aussi Avoir la gueule ferrée.

Virmaître, 1894 : Palais habitué aux liqueurs fortes. L. L. Dans tous les ateliers de de France, gueule d’empeigne signifie bavard intarissable qui a le verbe haut, qui gueule constamment. C’est un sobriquet généralement donné aux Parisiens qui font partie du compagnonnage (Argot du peuple). K.

France, 1894 : Palais cuirassé contre les plus forts alcools ou les plus chaudes épices. On dit aussi gueule ferrée, le contraire de gueule fine. On appelle aussi de ce nom un hâbleur, un bavard. Les voyous parisiens sont reconnaissables dans les régiments à leur gueule d’empeigne.

— Eh bien ! attends qu’on soye rentrés : je te montrerai, moi, si je suis saoul… (Un sou tombe.) Merci bien de votre bonne charité. Merci beaucoup, Messieurs et dames… (Bas) Avec ma main sur la figure… (Haut) pour nous et pour nos petits enfants… (Bas) et mon soulier dans le derrière. — Do, mi, sol ! Do, mi, sol… Deuxième couplet… (Bas) Gueule d’empeigne !… Figure de porc frais !…

(Georges Courteline)

Rossignol, 1901 : Celui qui parle beaucoup et qui a la repartie facile a une gueule d’empeigne. On dit aussi de celui qui mange sa soupe bouillante ou qui avale des liqueurs fortes sans sourciller, qu’il a une gueule d’empeigne.

Gueule de bois

Delvau, 1866 : s. f. Ivresse, — dans l’argot des faubouriens, qui ont voulu exprimer son résultat le plus ordinaire. Se sculpter une gueule de bois. Commencer à se griser.

La Rue, 1894 : Malaise spécial des lendemains d’ivresse. Va de pair avec le mal aux cheveux.

Hayard, 1907 : Malaise à la suite d’excès de boisson.

Gueule de bois (avoir la)

France, 1894 : État dans lequel on se trouve généralement le lendemain d’une fête à Bacchus. Argot populaire.

Oh ! demeurer ainsi toujours ! Je bois, je bois
Encor ! Oui, mais demain, je ne serai plus ivre ;
Demain, mal aux cheveux, et la gueule de bois !

(Jean Richepin, Les Blasphèmes)

— Clémentine !
— Madame ?…
— Donnez-moi un siphon, j’ai la gueule de bois…
— Bien, Madame.

(Montjoyeux)

On dit dans le même sens : se sculpter une gueule de bois.

On nous y enseignait tout : l’arithmétique, l’algèbre, la géométrie, la trigonométrie, la descriptive et la perspective, les plans cotés, les jeux de mots et les définitions. C’est là où nous avons appris que, quand on a fortement fêté Bacchus, cela s’appelle, en langage imagé : se sculpter une gueule de bois.

(Théo-Critt, Nos farces à Saumur)

Gueule de raie

France, 1894 : Vilaine tête.

Gueule de tourte

France, 1894 : Tête de niais.

Gueule en coup de sabre

Virmaître, 1894 : Bouche fendue jusqu’aux oreilles.
— Il peut manger la soupe avec une cuiller à pot (Argot du peuple).

Gueule en cul de poule

Virmaître, 1894 : Individu mâle ou femelle qui en faisant la moue serre les lèvres (Argot du peuple).

Gueule enfarinée

France, 1894 : Physionomie exprimant la confiance en un plaisir immédiat.

Et quand l’office est terminé,
Chaque vieux, gueule enfarinée,
S’assoit devant un bon diner.

(Alfred Marquiset)

Gueule enfarinée (avoir la)

Delvau, 1866 : Être alléché par quelque chose, par une promesse de dîner ou d’amour et se créer par avance une indigestion ou une félicité sans pareilles.

Gueule fine

Delvau, 1866 : s. f. Gourmet.

France, 1894 : Délicat sur la nourriture ; ce qui s’appelle, en d’autres termes, être sur sa gueule.

Gueule noire

France, 1894 : Surnom que se donnent eux-mêmes les ouvriers métallurgiques.

Il faisait partie de ce que l’on appelle dans l’anarchie les gueules noires, c’est-à-dire les corporations des ouvriers du fer, serruriers, maréchaux ferrants, etc.

(Flor O’Squarr, Les Coulisses de l’anarchie)

Les gueules noires, dans tous les centres, ont organisé des syndicats ; et chaque ouvrier versant un sou par jour pour l’entretien d’un compagnon — un véritable chef — que les métallurgistes ont choisi, les groupes, on le voit, suivent une direction établie.

(Auguste Marin)

Gueulée

Delvau, 1866 : s. f. Repas. Chercher la gueulée. Piquer l’assiette. Signifie aussi une grosse bouchée.

France, 1894 : Repas.

Gueulées

Delvau, 1866 : s. f. pl. Paroles fescennines, et même ordurières.

Gueulent (les soupapes)

Rigaud, 1881 : Terme des ouvriers du fer, des mécaniciens, lorsqu’ils veulent dire que la vapeur s’échappe par les soupapes. Au figuré, c’est lorsqu’un ivrogne donne congé aux flots de liquide qu’il a absorbés.

Gueuler

d’Hautel, 1808 : Crier à tue-tête, hurler à la manière des bêtes.

Delvau, 1866 : v. n. Crier, gronder. Signifie aussi Parler.

France, 1894 : Crier, invectiver.

Le drôle parlait de me faire passer au conseil pour refus de service. Il gueulait à faire crouler les murs. Des sergents vinrent, je m’expliquai, et tout rentra dans l’ordre.

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

— Deux litres tout de suite, chacun le sien ! gueula Jésus-Christ.

(Émile Zola, La Terre)

Et quand il sut jacter nature,
L’entraver comme un marloupin,
Il fit de la littérature ;
Et l’on entendit Montépin
Et Collas et d’autres rengaines
Hurler, crier, sur tous les tons,
Et gueuler comme des baleines…
… Et ce que nous nous en foutons !…

(Aristide Bruant)

Gueuleton

Larchey, 1865 : Repas plantureux, dont on a plein la gueule. — Gueuletonner : Faire un gueuleton.

Je ne vous parle pas des bons gueuletons qu’elle se permet, car elle n’est pas grasse à lécher les murs.

Vidal, 1833.

Chacun d’eux suivi de sa femme, À l’Image de Notre-Dame, firent un ample gueuleton.

Vadé, 1788.

Delvau, 1866 : s. m. Repas plantureux, ou simplement Repas. Fin gueuleton. Ripaille où tout est en abondance, le vin et la viande.

Rigaud, 1881 : Dîner fin, dîner de fines gueules.

De temps en temps, je me donne la fantaisie d’un petit gueuleton.

(Cogniard frères, La Chatte blanche.)

Gueuleton à chier partout, dîner succulent et copieux.

France, 1894 : Repas plantureux où l’on s’en donné à pleine gueule.

Les Trouche alors régnèrent en maîtres. Ils achevèrent la conquête de la maison, ils pénétrèrent dans les coins les plus étroits. L’appartement de l’abbé fut seul respecté. Ils ne tremblaient que devant lui. Ce qui ne les empêchait pas d’inviter des amis, de faire des gueuletons qui duraient jusqu’à 2 heures du matin. Guillaume Porquier vint avec des bandes de tout jeunes gens. Olympe, malgré ses trente-sept ans, minaudait, et plus d’un collégien échappé la serra de fort prés, ce qui lui donnait des rires de femme chatouillée et heureuse. La maison devint pour elle un paradis.

(Émile Zola, La Conquête de Plassans)

Madame continua plus que jamais à n’arriver que pour le déjeuner, — ou même après, si ce jour-là l’un de ses nombreux et puissants protecteurs avait eu la suave idée de l’inviter à un gentil petit gueuleton en cabinet particulier.

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Garnier, grand maître du fronton,
De l’astragale et du feston,
Demain, lâchant là mon planton,
Du fond de mon lointain canton
J’arriverai, tardif piéton,
Aidant mes pas de mon bâton,
Et précédé d’un mirliton,
Duilius du feuilleton,
Prendre part à son gueuleton
Qu’arrosera Le piqueton.

(Théophile Gautier, Épître à Garnier)

Hayard, 1907 : Bon repas.

Gueuletonner

Delvau, 1866 : v. n. Faire un gueuleton.

France, 1894 : Manger avec excès, faire des gueuletons.

Il est mort d’avoir trop gueuletonné. Je l’envie, car lui, au moins, il a pu se dire sur sa fin qu’il avait connu le bonheur.

(Hugues Le Roux)

Gueuliber

France, 1894 : Chanter, faire des aveux à la justice.

Gueurnottes

France, 1894 : Petits grains qui tombent sous le van.

Gueusaille

d’Hautel, 1808 : Canaille, multitude de misérables et de gueux. On donne aussi ce nom en plaisantant à un rassemblement de petits enfans.

Delvau, 1866 : s. f. La canaille.

France, 1894 : Canaille.

Gueusailler

d’Hautel, 1808 : Passer son temps dans de mauvais lieux ; mener une vie paresseuse et libertine.

Delvau, 1866 : v. n. Vagabonder, mendier, — dans l’argot des bourgeois.

France, 1894 : Vagabonder, mendier.

Gueusard

d’Hautel, 1808 : Nom que l’on donne à un petit polisson, à un vaurien ; et généralement aux escrocs et aux filous.

Larchey, 1865 : Petit gueux, amicalement parlant.

Appelle-moi gueusard, scélérat, lui dis-je.

Amours de Mahieu, chanson, 1832.

Et vous flânez souvent, gueusard

E. Sue.

Pris aussi en mauvaise part :

Les gueusards ! ils n’ont pas seulement le courage de faire leurs mauvais coups.

E. Sue.

Delvau, 1866 : s. m. Polisson.

Virmaître, 1894 : Rideau (Argot des voleurs). N.

France, 1894 : Polisson.

France, 1894 : Rideau.

Gueusards

Rossignol, 1901 : Seins.

Gueuse

d’Hautel, 1808 : Guenipe, canaille, vile prostituée.
Courir la gueuse. S’adonner à la crapule ; à de sales débauches.

Delvau, 1864 : Femme de mœurs beaucoup trop légères, qui n’est pas la femelle du gueux, — au contraire.

Quand d’un air tout de franchise
Une gueuse m’aborda

Piron.

Delvau, 1866 : s. f. Drôlesse qui exploite le plus pur, le plus exquis des sentiments humains, l’amour, et « s’en fait des tapis de pieds », — pour employer l’abominable expression que j’ai entendu un jour sortir, comme un crapaud visqueux, de la bouche de l’une d’elles. Courir les gueuses. Fréquenter le monde interlope de Breda-Street. En 1808 on disait : Courir la gueuse.

Rigaud, 1881 : Fille publique, maîtresse qui vous trompe avec tous vos amis et même avec vos ennemis.

Monsieur est encore ennuyé à cause de sa gueuse.

(G. Lafosse.)

Courir la gueuse, courir les filles.

La Rue, 1894 : Fille publique. Drôlesse sans cœur.

France, 1894 : Drôlesse, fille publique.

Dire que j’aime cette gueuse !…
Elle a seize ans, la malheureuse,
Et des yeux noirs comme l’enfer,
Deux yeux de froide charmeresse,
Où jamais pitié ni tendresse
N’allumeront le moindre éclair.

(André Gill)

Courir la gueuse, fréquenter des filles de mauvaise vie.

Rossignol, 1901 : Voir chatte.

Gueuse (la)

France, 1894 : Nom donné par la réaction à la République.

La gueuse a la vie dure, et M. de Cassagnac lui-même confesse qu’elle a trompé jusqu’à présent les espérances de ses ennemis.

(Le Voltaire)

Les gamellistes continuent à s’amuser. L’autre soir, ils pendaient la gueuse, comme ils disent en leur élégant langage d’antichambre, à la grille qui entoure, sur le Pont-Neuf, la statue du roi vert-galant.

(L’Intransigeant, novembre 1896)

Gueuserie

d’Hautel, 1808 : Subtilité, friponnerie, exaction.
Gueuserie. Se prend aussi pour misère, indigence, pauvreté.
C’est de la gueuserie toute pure. Pour, c’est un tour de misérable.

Delvau, 1866 : s. f. Action vile, honteuse, comme les coquins en peuvent seuls commettre.

France, 1894 : Coquinerie, action vile.

Gueux

d’Hautel, 1808 : Gueux comme un rat d’église. Réduit à la dernière indigence.
C’est un gueux revêtu. Se dit d’un homme pauvre qui, devenu riche, oublie son premier état.
C’est un gueux fieffé. Pour dire un fripon dans toute la force du terme.

Larchey, 1865 : « Que j’en ai gagné de c’te gueuse d’argent ! » — H. Monnier. — Pris en bonne part.

Larchey, 1865 : « Les dames des halles se servent toutes de chaufferettes et de ces horribles petits pots en grès qu’on nomme des gueux. Elles les posent sur leurs genoux pour se réchauffer les doigts. » — Privat d’Anglemont.

Delvau, 1866 : s. m. Petit pot de terre qu’on emplit de cendres rouges et que les marchandes en plein vent et les bonnes femmes pauvres placent sous leurs pieds pour se chauffer.

Delvau, 1866 : s. m. Coquin, — dans l’argot du peuple, qui, d’un seul mot, prouve ainsi éloquemment que le Vice est le fils naturel de la Misère.

Rigaud, 1881 : Chaufferette en grès ; la chaufferette des pauvres femmes.

La Rue, 1894 : Coquin. Malheureux. Le froid.

Virmaître, 1894 : Misérable (Argot du peuple). Tout le monde connaît la chanson de Béranger :

Les gueux, les gueux
Sont des gens heureux,
Ils s’aident entre eux,
Vivent les gueux !

Virmaître, 1894 : Coquin, canaille, gredin.
— Vous êtes un gueux d’avoir commis une aussi mauvaise action (Argot du peuple).

Virmaître, 1894 : Petit vase en argile qui sert de chaufferette aux portières ou aux marchandes des halles. C’est la chaufferette primitive. Le gueux a donné naissance à une plaisanterie assez drôle. À la foire de Saint-Romain, qui a lieu à Rouen tous les ans le ler novembre, une marchande, pour utiliser son feu, fait cuire des harengs ; elle a son gueux sous ses jupons, un gamin lui crie :
— Hé ? la mère, tes harengs vont brûler.
— A pas peur, petit, j’ai l’œil dessus (Argot du peuple).

France, 1894 : Chaufferette en terre dont se servent les marchandes en plein vent.

… Accroupie près d’un gueux sur les cendres duquel une cafetière ronronne.

(Paul Mahalin)

Gueux (le)

Rigaud, 1881 : Le froid, — dans le jargon du peuple. Le gueux pince dur ; le gueux pince comme un crabe.

Gueux d’argent !

Delvau, 1866 : Expression du même argot [du peuple], qui équivaut à l’argentum sceleratum (c’est-à-dire causa omnium scelerum) de l’argot des convives de Trimaldon, dans Pétrone. C’est un cri que poussent depuis longtemps les misérables et qui retentira longtemps encore à travers les âges.

Guibe, guibolle, guiche

La Rue, 1894 : Jambe.

Guibe, guibon, guibolle

Rigaud, 1881 : Jambe. — Guibe de satou, jambe de bois. — Guibe à la manque, boiteux. — Jouer des guibolles, décamper.

Guibes

Delvau, 1866 : s. f. pl. Jambes, — dans l’argot des voyous.

France, 1894 : Jambes ; corruption de gigue.

Guibes (les)

M.D., 1844 : Les jambes.

Guibolard

France, 1894 : Jocrisse parisien qu’on rencontre à chaque pas sur les boulevards. Le mot ne date guère que de 1875.

Guibole

France, 1894 : Jambe ; de gigue. Jouer des guiboles, courir.

Un bonhomme qui passait près de nous de toute la vitesse de ses vieilles guiboles nous jeta ces mots, sans s’arrêter une seconde, ni seulement tourner la tête :
— Les Prussiens !

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

— Voilà, continua-t-il, en posant son verre vide sur la table, voilà comme quoi, dans mon vieil âge, je suis resté seul au monde comme un orphelin. De fois à autre, je réussissais encore à bricoler par-ci, par-là, et à me mettre un morceau de pain sous la dent ; mais, l’hiver dernier, bernique ! Les guiboles n’ont plus voulu aller… Alors, j’ai obtenu d’être placé au dépôt le Nanterre… J’y ai passé trois mois ; mais, voyez-vous, j’y ai eu trop de maux… Toute la sainte journée, il me fallait brouetter des pierres, et mal nourri avec ça… Puis, quel sale monde !

(André Theuriet)

Guibolle

Clémens, 1840 : Jambe.

Guibolle de sabri

Clémens, 1840 : Jambe de bois.

Guibolle, guibbe

Larchey, 1865 : « Guibolles, c’est ce que vous nommez jambettes, petites jambes. » — Mélesville. — Du vieux mot guiber : se débattre des pieds.

Guibolles

un détenu, 1846 : Jambes.

Delvau, 1866 : s. f. pl. Jambes, — dans l’argot des faubouriens. Jouer des guibolles. Courir, s’enfuir.

Virmaître, 1894 : Jambes (Argot du peuple). V. Brancards.

Rossignol, 1901 : Jambes.

Hayard, 1907 : Jambes.

Guibolles italiques

Rigaud, 1881 : Jambes tordues. Se dit des jambes d’un bancal, — dans le jargon des typographes. Le caractère dit italique est un caractère penché, d’où guibolles italiques pour désigner des jambes qui ne sont pas droites.

Guibolles, poteaux, flûtes

anon., 1907 : Jambes.

Guibonné

France, 1894 : Jambe.

Mes jambes sont faites comme des trombonnes.
Oui, mais j’sais tirer — gar’ là-dessous ! —
La savate, avec mes guibonnés,
Comm’ celles d’un canard eud’ quinze sous.

(Jean Richepin)

Guibons

anon., 1827 : Jambes.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Jambes. Guibons de satou, jambes de bois.

Bras-de-Fer, 1829 : Jambes.

Guibons de satou

anon., 1827 : Jambes de bois.

Bras-de-Fer, 1829 : Jambes de bois.

Halbert, 1849 : Jambes de bois.

Guibons ou guibes

Halbert, 1849 : Jambes.

Guiche

La Rue, 1894 : Souteneur. Bal.

France, 1894 : Souteneur.

C’est un guiche, c’est-à-dire un jeune homme aux mains blanches, à l’accroche-cœur, l’Adonis des nymphes des musettes, quand ce n’est pas une tante !… La moitié des crimes qui se commettent à Paris est conçue par le cerveau des guiches…

(Les Mémoires de M. Claude)

On dit aussi dans le même sens : mec de la guiche, chevalier de la guiche.

Guiche (le bataillon de la)

France, 1894 : Le monde des souteneurs.

Et si la p’tit’ ponif’ triche
Su’ l’compt’ des rouleaux,
Gare au bataillon d’la guiche !
C’est nous qu’est les dos.

(Jean Richepin)

Guichemar

Larchey, 1865 : Guichetier (Vidocq). V. Mar.

Delvau, 1866 : s. m. Guichetier, — dans l’argot des voyous.

Guichemard

Rigaud, 1881 : Guichetier. Et les variantes inévitables : Guichemuche, guichemince et guichemincemar, et guichemincemuche.

France, 1894 : Guichetier.

Guiches

Rigaud, 1881 : Cheveux, — dans le jargon des voleurs, et principalement cheveux collés sur les tempes. — De là le surnom de « mecs de la guiche » ou simplement de « guiches » donné aux souteneurs. — « Ohé ! la guiche ! tu fais rien tongirond ! T’as passé aux épinards ? Ohé, le souteneur ! tu fais bien des embarras ! tu as reçu de l’argent de ta maîtresse ? » — Trifouiller les guiches, peigner.

La Rue, 1894 : Cheveux. Accroche-cœurs.

Virmaître, 1894 : Les cheveux que les souteneurs ramènent sur les tempes. On dit aussi roufflaquettes (Argot du peuple).

France, 1894 : Jambes.

Les bain’ à quat’ sous,
Voyez-vous,
C’est bon pour les gens riches,
Moi qu’a pas l’moyen,
Nom d’un chien !
Quand j’veux tremper mes guiches
Gratis pro Deo,
Sans bateau
J’m’en vais faire un’ pleine eau.

(Jean Richepin)

France, 1894 : Accroche-cœurs. On dit aussi rouflaquettes.

Rossignol, 1901 : Mèches de cheveux ramenées en pointes ou en crocs sur les tempes. Dans le temps, on disait des accroche-cœurs ; il n’y avait guère que les souteneurs ou rôdeurs de bals de barrière qui se coiffaient de la sorte.

Hayard, 1907 : Accroche-cœurs.

Guidatou

France, 1894 : Petit valet qui guide les bœufs attelés à la charrue, dans le Midi. Ce mot doit s’écrire ainsi et non guidatout, le féminin étant guidatoure.

Guignard

Rigaud, 1881 : Voué au guignon, au malheur.

Et semblait, entre les deux tableaux d’une taille, choisir toujours le plus guignard.

(Vast-Ricouard, Le Tripot.)

Guigne

Delvau, 1866 : s. f. Mauvaise chance, — dans l’argot des cochers qui ne veulent pas dire guignon. Porter la guigne. Porter malheur.

Rigaud, 1881 : Guignon. — Guignasse, guignon énorme. — Guignolant, guignolante, désespérant, désespérante.

France, 1894 : Mauvaise chance.

Elle surprit mon regard sur sa robe : — Vous regardez mes frusques ? Ah ! c’est la guigne, voyez-vous, et la guigne ça rend timide ; alors, telle que vous me voyez, je bois pour me donner de l’aplomb.

(Alphonse Allais)

— Allons, mes enfants, il ne faut pas se faire de bile… Ça ne sert à rien d’abord, et puis ça vous flanque la guigne pour l’avenir… Moi le premier, est-ce que vous croyez que je n’ai pas eu mes moments difficiles ?… On les surmonte, parbleu ! et un jour vient où l’on a l’assiette au beurre à son tour…

(Paul Alexis)

On regrette de n’avoir pas
Consommé ce premier repas,
Le cœur plus digne.
Et de notre fleur au trépas
Alphonse s’offre les appas…
Voilà la guigne.
Ils vous disent : « Faisons joujou,
Je te mettrai dans l’acajou… »
On se résigne.
Et bien souvent le sapajou
En est quitte pour un bijou…
Et vient la guigne.

(Blédort)

Rossignol, 1901 : Avoir la guigne est ne pas avoir de réussite. Il est né sous une mauvaise étoile, il a une guigne insensée : tout ce qu’il entreprend ne lui réussit pas.

Guigne à gauche

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui louche, — dans l’argot des faubouriens.

La Rue, 1894 : Borgne.

Virmaître, 1894 : Se dit d’une personne qui louche. Dans le peuple, on dit de celui qui est affligé d’une semblable infirmité, qu’il trempe la soupe et renverse les légumes dans les cendres, ou bien qu’il regarde en Bourgogne si la Champagne brûle (Argot du peuple). N.

France, 1894 : Louche.

On l’appelait guigne à gauche, à cause d’un œil qui n’était pas sur le même alignement que le voisin ; mais qu’importait cet œil ? Ce n’était pas lui, mais ses appâts rondelets et fermes que le brisquart ne cessait de reluquer ; il en louchait.

(Les Joyeusetés du régiment)

Rossignol, 1901 : Celui qui louche.

Guigner

Delvau, 1866 : v. a. Viser, convoiter, attendre, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : Regarder, lorgner.

Et ce corps — qu’on croit précieux –
D’un déhanchement gracieux
Du col au figne,
On veut le rendre vicieux
En passant près des vieux messieurs,
Pour qu’on nous guigne.

(Blédort)

Rossignol, 1901 : Regarder.

Guigner aux mouches

France, 1894 : Ne rien faire, baguenauder, regarder sans objet de droite et de gauche.

Guigner les vits

Delvau, 1864 : Porter souvent des regards à l’endroit du pantalon où se trahit le mieux le sexe de l’homme et par lequel on sait ainsi ce qu’il pense — des femmes présentes.

J’ai des cheveux roux comme des carottes,
Des yeux de faunesse, émerillonés,
Qui guignent les vits au fond des culottes
Et des pantalons les mieux boutonnés.

Anonyme.

Guignes

Delvau, 1864 : Les testicules — à cause de leur forme.

Ma cousine… empoigne-le bien fort… Tu sais si bien frotter, frotte-moi de l’autre main mes guignes.

Guignol

Fustier, 1889 : Gendarme. Argot des voleurs.

Survient-il dans une foire quelque figure rébarbative, le teneur flaire un gaff (un gardien de la paix en bourgeois), ou un guignol (un gendarme en civil)…

Petit Journal, mai 1886.

France, 1894 : Théâtre de marionnettes en plein vent, appelé ainsi de son principal personnage.
D’après Joanny Augier qui a décrit le canut dans les Français peints par eux-mêmes, Guignol aurait Lyon pour origine : « Il fréquente, dit-il en parlant du canut, un petit spectacle de marionnettes, tout à fait local, dont le principal personnage, assez semblable au Pulcinella des Italiens, au Punch des Anglais, est un nommé Guignol, type du canut lui-même, dont les lazzis moqueurs et dérisoires à son encontre font pourtant ses délices et son plus parfait amusement »
Guignol est une marionnette d’origine lyonnaise, et date de la fin du premier empire. Vers 1812 un entrepreneur de marionnettes, ruiné à la suite des guerres, se vit réduit à vendre aux enchères ses décors et ses pantins. Un seul acquéreur se présenta, un nommé Mourguet, connu depuis vingt ans dans Lyon où il vendait des chansons sur les places publiques, tandis que sa femme l’accompagnait en jouant de l’orgue de Barbarie. Il eut les marionnettes à très bon compte. Il loua alors dans un quartier pauvre de la ville, celui de Saint-Paul, une vieille salle qui pouvait contenir cent personnes, y installa, outre la scène, une galerie et un parterre. On payait de quatre à douze sous. On y joua d’abord les Jocrisse, qui étaient fort à la mode. Mais un directeur d’un des grands théâtres de la ville défendit, en vertu de son privilège, qu’on représentât les Jocrisse ailleurs que chez lui. Mourguet alors changea les types de ses personnes et appela Jocrisse Guignolant.
« Le nouveau Jocrisse était méconnaissable, dit Tony Révillon qui raconte l’anecdote dans le Drapeau noir. Son nez était aplati ; un petit serre-tête noir terminé par une queue ou salsifis en demi-cercle couvrait sa perruque rousse ; le justaucorps rouge des valets avait disparu pour faire place à la veste marron à boutons blancs de l’ouvrier lyonnais. L’accent s’était modifié comme le costume. Mourguet parlait canut. Il avait les ô et les â circonflexes de la Croix-Rousse, l’accent traînard et doux de Saint-Just.
Le succès fut immense.
Pendant six mois, on s’abordait par ces mots : « Avez-vous vu Guignol ? »
Le public, trouvant Guignolant trop long, avait baptisé lui-même le héros du théâtre lyonnais.
Mais en dépit du costume et de l’accent, Guignol rappelait trop Jocrisse. Son créateur le modifia.
Désormais il sera lui-même. Ouvrier, il représentera les misères, les tiraillements, les menues joies du peuple des tisseurs ; héros de théâtre, il incarnera la justice, protégera les faibles, se soustraira à la tyrannie par la ruse et châtiera la méchanceté par les coups. Gai comme tous les comiques, sa gouaillerie aura parfois la dent cruelle, mais la bonne humeur et la verve l’emporteront. Cette verve et le bâton de Polichinelle (le picarlat) sont italiens. Tout le reste est lyonnais, et surtout l’ami, le confident du héros, Benoit, qui plus tard deviendra Gnafron, mais qui aura laissé pour trace de son passage deux locutions : Dis donc, Benoit ! et Va donc, Benoit ! populaires aujourd’hui dans le département un Rhône. »
Un gendre de Mourguet, Josseraud, introduisit Guignol à Paris.

France, 1894 : Homme sans consistance, sans caractère et sans parole, qui n’est bon qu’à amuser les autres et sur lequel on ne peut compter. Faire le guignol, c’est faire de grands gestes, se remuer à tort et à travers.
On a donné le nom de guignol à tous les farceurs politiques et littéraires. Henry Bauer a publié une série d’études critiques sous le titre : Les Grands Guignols.

Parfois, dans mes rares éclaircies d’obnubilation politique, il me passe comme un sentiment confus de ce qu’ils veulent dire par : le jeu des portefeuilles. J’y entrevois une sorte de conséquence farce et logique du parlementarisme où nous pataugeons, et, — vous l’avouerai-je ? — la comédie la plus burlesque de son grand guignol national. Mais ce n’est qu’un éclair dans ma nuit de contribuable.

(Émile Bergerat)

Guignolant

Larchey, 1865 : Malheureux.

Ce n’est t’y pas guignolant, Rien qu’en balais Je me ruine en frais.

Ch. Voizo, Chanson.

Vient de Guignon.

Guignon

d’Hautel, 1808 : Avoir du guignon. Pour, être malheureux, n’avoir de succès en rien.
Jouer de guignon. Jouer de malheur ; perdre tout son argent au jeu.

Delvau, 1866 : s. m. Pseudonyme moderne du vieux Fatum. Avoir du guignon. Jouer de malheur, ne réussir à rien de ce qu’on entreprend.

France, 1894 : Mauvaise chance ; de guigner. C’est, comme dit le Dr Grégoire, la tête de Turc des impuissants et des fruits secs.

Tout a l’heure j’errais tristement dans la rue,
Car je pense, parfois, que naître est un guignon,
Et, levant vers le ciel mon visage grognon,
Je t’aperçus, gargouille à la face bourrue,
Qui me tirais la langue en haut de ton pignon !

(George Bois, Cœur au vent)

Guignonant

France, 1894 : Désagréable. On dit à tort guignolant.

Guignonnant

Delvau, 1866 : adj. Désagréable. C’est guignonnant ! C’est une fatalité ! On dit aussi — à tort — guignolant.

Guignonné (être)

Delvau, 1866 : Être poursuivi par la déveine au jeu, par l’insuccès dans ce qu’on entreprend.

Guigui

Delvau, 1864 : Le membre viril.

Ah ! petit coquin ! tu t’en vas… tu me quittes… ta pauvre guigui n’a ni force ni vertu.

La Popelinière.

Guiguitte

Delvau, 1864 : Priape enfant.

Guillaume

France, 1894 : Espèce de rabot.

Guilledou

d’Hautel, 1808 : Courir le guilledou. Pour, chercher les aventures ; fréquenter de mauvais lieux.

Delvau, 1864 : Vieux mot hors d’usage signifiant un mauvais lieu.

Je suis bien fait, car j’ai des cornes,
Puisque tu cours le guilledou.

La Fontaine.

Car Pallas, bien que la déesse
Du bons sens et de la sagesse,
Courait partout le guilledou.

Chapelle.

Guiller

d’Hautel, 1808 : Vieux mot qui signifie tromper.
Qui croit de guiller Guillot, Guillot le guille. Pour dire qu’un trompeur trouve quelquefois plus fin que lui.

Guilleri (compère)

France, 1894 : Célèbre capitaine de brigands devenu le héros d’une chanson populaire fort ancienne dont voici le refrain :

Toto carabi !
Toto carabo !
Compère Guilleri,
Te lairas-tu
Te lairas-tu
Te lairas-tu
Mouri ?

Guillochis

d’Hautel, 1808 : Compartimens faits pour orner différens ouvrages.
Les ouvriers qui travaillent dans ce métier disent guillochage.

Guillot

France, 1894 : Pingouin.

Guillotine sèche

France, 1894 : Guyane française.

L’éternelle légende de la guillotine sèche a été exhumée par un de nos confrères. Dame ! un officier de marine l’avait répétée : c’était parole d’Évangile. Mais alors, que deviennent les affirmations sincères, désintéressées, irréfutables de Crevaux, de Henri Coudreau, de Verschnur, l’éminent géographe des trois Guyanes ; de Santa Anna Néry, de l’illustre naturaliste Agassiz et de tant d’autres ? Que deviennent les documents apportés par M. Chessé, ancien gouverneur de la Guyane, et par M. Charvein, son gouverneur actuel ? Tous sont d’accord sur la parfaite salubrité du climat et la fertilité luxuriante de cette contrée.

(F.-A. Steenackers, Le Journal)

Guimauve blonde

France, 1894 : Littérature fade.

Saut’ pour que Monsieur Lenepveu
Ne fass’ plus de musique ;
Pour que Sarcey, sans feu ni lieu,
Abandonn’ la critique ;
Pour que Georg’s Ohnet,
Dans son cabinet,
N’fabriqu’ plus d’guimauv’ blonde.
Paillass’, mon ami,
N’saut’ pas à demi !
Saut’ pour le petit monde !

(Jules Jouy)

Guimbard

Rigaud, 1881 : Voiture cellulaire ; synonyme de panier à salade.

Guimbarde

Larchey, 1865 : Vieille voiture, grosse voiture a quatre roues.

Monsieur, pourquoi votre guimbarde n’est-elle pas prête ?

Cormon.

Delvau, 1866 : s. f. Voiture mal suspendue, comme les coucous d’il y a cinquante ans, — dans l’argot des faubouriens, qui emploient aussi cette expression à propos de n’importe quelle voiture. L’expression se trouve dans Restif de la Bretonne, qui l’emploie à propos d’une « grande voiture à quatre roues chargée de marchandises ». Se dit aussi en parlant d’une vieille guitare.

Rigaud, 1881 : Voix, parole, — dans le jargon des halles. — Couper la guimbarde, imposer silence.

Mon gesse et surtout mon n’harangue
Coupent la guimbarde aux plus forts.

(L. Festeau, Le Tapageur.)

Rigaud, 1881 : Horloge, — dans le jargon des voyous.

Au moment juste où douze plombes se sont décrochées à la guimbarde de la tôle.

(Le Père Duchêne, 1879.)

Rigaud, 1881 : Porte, — dans le jargon des ouvriers. — Bousculer la guimbarde, faire claquer la porte.

La Rue, 1894 : Porte. Guitare.

La Rue, 1894 : Mauvaise ou vieille voiture.

France, 1894 : Femme bonne à rien, qui ne sait pas se remuer, se tirer d’affaire.

Oui, une femme devrait savoir se retourner, mais la sienne avait toujours été une guimbarde, un tas. Ce serait sa faute, s’ils crevaient sur ls paille.

(Émile Zola, L’Assommoir)

France, 1894 : Porte.

France, 1894 : Voiture, fiacre.

L’autr’ soir un’ guimbard’ de l’Urbaine
Accroch’ mon pal’tot et m’entraîne
Sur l’pavé,
Je crie au cocher qui m’renverse :
Tu vois donc pas quand on traverse ?
Il m’répond : Fais pas tant l’mariole…
Y’a vingt ans que j’traîn’ ma carriole :
Quand j’te démolirais les côtes,
Heu !… j’en ai bien démoli d’autes.

(Aristide Bruant)

Le cocher, droit sur sa guimbarde,
À croire qu’un pal le retient,
Dédaigneusement me regarde
Et me traite de propre à rien !

(Henry Buguet)

Rossignol, 1901 : Fiacre.

Guinal

Bras-de-Fer, 1829 : Juif.

Larchey, 1865 : Juif (Vidocq). — Mot à mot : circoncis. — Guinaliser : Circoncir. — Du latin inguen, inguinis : partie située entre les deux aines. — Allusion à l’opération de la circoncision.

Delvau, 1866 : s. m. Juif, — dans l’argot des voleurs. Grand-guinal. Le Mont-de-Piété.

La Rue, 1894 : Juif. Usurier. Le Grand-Guinal, le Mont-de-piété.

Virmaître, 1894 : Juif (Argot des voleurs). V. Bout coupé.

France, 1894 : Juif ; argot des voleurs.

Rossignol, 1901 : Juif. On dit plutôt le mot hébreu yite, ou alors youtre.

Hayard, 1907 : Juif.

Guinal (grand)

France, 1894 : Mont-de-Piété.

Guinal, guignal

Rigaud, 1881 : Juif ; usurier. — Le grand guinal, le Mont-de-Piété. — Les chiffonniers appellent guinal, guignal, le marchand de chiffons en gros ou encore ogre, Abraham, Jouarez.

Guinaliser

France, 1894 : Prêter à usure.

Guinaliser, guignaliser

Rigaud, 1881 : Faire l’usure. — Acheter à vil prix, — dans le jargon des chiffonniers. — Dans l’ancien argot guinaliser, avait le sens de circoncire.

Guinche

Halbert, 1849 : Barrière.

Delvau, 1866 : s. f. Grisette de bas étage, habituée de bastringues mal famés.

Delvau, 1866 : s. f. Bal de barrière, — dans l’argot des voyous, qui appellent de ce nom la Belle Moissonneuse, Aux Deux Moulins, le Vieux chêne, rue Mouffetard, le Salon de la Victoire, à Grenelle, etc.

Rigaud, 1881 : Bal public, — Cabaret mal famé, — dans le jargon des voyous.

À la porte de cette guinche, un municipal se dressait sur ses ergots de cuir.

(Huysmans, les Sœurs Vatard.)

Guinche est une altération de guinguette. Le mot n’est pas moderne, mais il est très usité depuis quelque temps.

La Rue, 1894 : Bal public mal famé. Guincher, danser.

Virmaître, 1894 : Bal de barrière (Argot du peuple).

France, 1894 : Jeune personne de mœurs légères qui fréquente plus le bastringue que l’atelier.

France, 1894 : Danse, bal de barrières.

Ils ont de bell’s cravates,
De petits airs lascifs ;
Ils vont fair’ leurs épates,
Le jour, sur les fortifs,
L’soir, avec les aminches,
Ils tricot’nt des fuseaux,
Car ils fréquent’nt les guinches,
Les petits gigolos !

(Léo Lelièvre)

Rossignol, 1901 : Bal.

Guincher

Delvau, 1866 : v. n. Danser.

Rigaud, 1881 : Danser dans un bal public. Guinche, guincharde, danseuse de bals publics.

Virmaître, 1894 : (et non Guinguer) Danser, fréquenter la guinche (Argot du peuple).

France, 1894 : Danser.

Ah ! Ah ! la pauv’ Margot la belle,
Elle eut dans le cou le couteau.
Oh ! Oh ! l’Frisé guincha sur elle
Et puis s’lava des patt’s dans l’eau.

(Jean Richepin)

Si j’avais quelque rond
Je t’offrirais, aimable,
De sucer un litron,
Puis, en sortant de table,
Au bastringue ineffable
Nous guincherions, joyeux.

(Alfred Marquiset, Rasure et Ramadous)

Rossignol, 1901 : Danser.

Hayard, 1907 : Danser.

anon., 1907 : Danser.

Guincher (se)

Delvau, 1866 : S’habiller à la hâte, — et mal.

France, 1894 : S’habiller mal et hâtivement.

Guincheur

Delvau, 1866 : s. m. Habitué des bastringues.

Guindal

Delvau, 1866 : s. m. Verre, — dans l’argot des bouchers. Siffler le guindal. Boire.

Rigaud, 1881 : Verre, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Verre.

France, 1894 : Verre ; argot des bouchers. Siffler le guindal, boire.

Hayard, 1907 : Verre.

Guindé

France, 1894 : Ivre. Jeu de mot sur raide.

Guinder les portes

Fustier, 1889 : Argot théâtral. En attacher les deux battants à l’aide de cordes dites fils de façon à pouvoir aisément manœuvrer les décors.

France, 1894 : Attacher les battants d’une porte à l’aide de cordes ; argot des théâtres.

Guinette

France, 1894 : Pintade ; vieux mot.

Guinglet

France, 1894 : Petit vin, produit d’un clos de ce nom.
Charles Virmaître, dans Paris oublié, fait remonter à ce mot l’origine du mot guinguette.

La chaussée Ménilmontant, qui conduit sur le plateau de Charonne, de temps immémorial était fréquentée par une foule de Parisiens qui ne reculaient pas à gravir sa pente rapide pour se rendre aux guinguettes, si nombreuses sur la hauteur. On y buvait un petit vin, produit des vignes dépendant du clos Guinguet ; c’est ce qui donna le nom de guinguettes aux endroits où on le débitait. Aujourd’hui encore, par corruption, dans le faubourg, on dit : Allons boire un verre de guinglet.

Dans le nombre infini de ces réduits charmans,
Lieux où finit la ville et commencent les champs,
Il est une guinguette au bord d’une onde pure,
Où l’art a joint ses soins à ceux de la nature,
Là, tous les environs embellis d’arbres verts
Offrent contre le chaud mille berceaux couverts.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Guingois

d’Hautel, 1808 : Cela va tout de guingois. Pour, tout de travers.

Guingois (de)

Delvau, 1866 : adv. De travers, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : De travers.

Guinguette

d’Hautel, 1808 : Il a les jambes en pieds de banc de guinguette. Se dit par dérision d’un homme qui a les jambes torses et contrefaites.

Delvau, 1866 : s. f. Grisette, — parce qu’elle hante les bals de barrière.

France, 1894 : Cellule, prison ; argot des élèves des arts et métiers d’Angers.

Guipette

France, 1894 : Hirondelle de mer.

Guirlande

France, 1894 : Chaîne de forçat appelée ainsi parce que, remontant du pied à la ceinture où elle est fixée, elle retombe en décrivant un demi-cercle dont l’autre extrémité est rattachée à la ceinture du compagnon de chaîne.

Guise

d’Hautel, 1808 : Chacun fait à sa guise. Pour dire agit d’après sa volonté, ou son goût particulier.

Guiseau

France, 1894 : Sorte d’anguille.

Guitare

Larchey, 1865 : Rengaine. — Terme inventé par les Romantiques qui voulurent réagir contre l’école des Troubadours classiques de 1820. Chaque volume de vers était alors précédé du portrait de l’auteur drapé dans un manteau à grand collet et faisant vibrer son luth (guitare classique) au milieu de ruines éclairées par la lune.

On désigne au théâtre sous le nom de guitare une sorte de plainte incessante, revenant comme une mélopée, le son monotone d’une guitare modulant un rythme triste et sans fin

Duflot.

Delvau, 1866 : s. f. Rengaine ; plainte banale, blague sentimentale, — dans l’argot des artistes et des gens de lettres, reconnaissants à leur manière envers les beaux vers des Orientales de Victor Hugo.

Rigaud, 1881 : Redite, rabâchage, doléances. — Jouer de la guitare, rabâcher. — Pincer, jouer de la guitare, être en prison.

Virmaître, 1894 : Soufflet dont se servent les plombiers. Allusion de forme (Argot du peuple).

France, 1894 : Soufflet, à cause de sa forme.

France, 1894 : Rengaine, blague sentimentale, allusion aux joueurs de guitare qui jouent toujours les mêmes airs.

— Résumons, fit le président, vous parlez trop, et nullement à votre avantage. Les promesses que vous avez faites à l’accusée étaient donc mensongères ?
— Oh ! mensonges forcés ! Ça se promet toujours, le mariage. S’il fallait épouser toutes femmes auxquelles on chante cette guitare, on serait plus polygame qu’un Turc !

(Gazette des Tribunaux)

— Assez, je connais cette guitare, on me la chante trop souvent… Nous n’avons qu’un but, c’est d’avoir des louis, beaucoup de louis, tout plein de louis ! et la chasse que nous leur faisons possède le charme que vous pouvez trouver à celle des bécasses.

(Ces Dames du Casino, 1862)

Guitare (avoir une sauterelle dans la)

Boutmy, 1883 : v. Avoir le cerveau un peu détraqué. V. hanneton.

Guitariste

Rigaud, 1881 : Rabâcheur ; importun.

Guitoune

Rossignol, 1901 : Mot arabe qui veut dire la tente. En argot, guitoune signifie maison. « Où vas-tu ? — Je rentre à la guitoune. » Ce mot a certainement été rapporté par les zéphirs.

Gusse

France, 1894 : Lesbienne. Voir Gousse.

Guzla

France, 1894 : Sorte de guitare arabe.

Là, dans la rue étroite, grouillante, au seuil des portes basses, sur la chaussée, jusqu’au milieu de la rue, auprès des quinquets fumeux posés sur le pavé, le café lourd de poudre et le tabac de Perse à portée de leur nonchalante main, allongés et recroquevillés sur des tapis, les vieux Turcs en cafetan écoutent, les yeux aux étoiles, de roulement d’un tambourin ou la plainte d’une guzla de Tunis ; et, par les fenêtres ouvertes d’un bouge imbibé d’alcool, dans lequel tempête la joie des matelots du port, s’échappe le cri bizarre, le cri lugubre, dont s’excite, sur une estrade décorée de pavillons et d’oripeaux, la danse du ventre.

(Alexandre Hepp)

Gy

Delvau, 1866 : adv. Oui, — dans l’argot des voleurs.

France, 1894 : Oui ; argot des voleurs.

— Quoi ! tu veux rentifler ? — Gy !

(Jean Richepin)

Rossignol, 1901 : Oui, ça va.

Gy, girolle

anon., 1827 : Oui.

Bras-de-Fer, 1829 : Oui.

Halbert, 1849 : Oui.

Larchey, 1865 : Oui, bien, très-bien (Vidocq). — Il est à noter qu’autrefois giz voulait dire non. V. Roquefort.

Gyries

d’Hautel, 1808 : Farces, tours de batteleurs, tournoiement perpétuel ; peut-être du latin gyrus, tour, tournoiement.
Gyries signifie aussi grimace, douleur feinte et hypocrite.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique