AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Telegram

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

M

M’as-tu-vu, matuvu

France, 1907 : Sobriquet donné aux acteurs qui n’abordent jamais un camarade sans lui poser cette question : « M’as-tu vu dans tel ou tel rôle ? »

Et comme me le disait dernièrement l’ambassadeur marquis de K…, prince de Q… :
— Febvre, c’est très bien vos Mémoires. J’espère qu’on n’appellera plus maintenant les comédiens des mastuvus, mais des mastulus.
Mot profond, que je me garderai bien d’atténuer par un commentaire…

(Jean Maure, Le Journal)

Le café Matuvu est l’estaminet du théâtre où se donnent rendez-vous les artistes.

Homm’s aux faces de curé,
Femm’s au masqu’ peinturluré,
Ont des toilettes clinquantes,
Très voyantes.
Les femm’s ont comme parure
Bijoux d’un prix inconnu,
Les homm’s un col de fourrure,
Café Matuvu.

(Chambot et Girier, Les Chansons des cabots)

Ma tante

Rossignol, 1901 : Mont-de-piété.

Mabilien

Rigaud, 1881 : Élégant qui fréquente le bal Mabille. — Coiffeur, commis de magasin qui danse à Mabile.

Mabilienne

Rigaud, 1881 : Demoiselle qui va au bal Mabille comme les spéculateurs sur les fonds publics vont à la Bourse.

Les mabiliennes de 1863 se subdivisent en plusieurs catégories : La dinde, la solitaire, la grue.

(Les Mémoires du bal Mabille)

Mabillard, mabillarde

France, 1907 : Nom donné aux jeunes gens et aux demoiselles de mœurs légères, habituées du bal Mabille.

Mabillarde, grue mabillarde

Rigaud, 1881 : Demoiselle qui, au bal Mabille, fait beaucoup de frais de conversation dans l’espoir de séduire un riche étranger, mabilien de passage. — Souvent elle s’aperçoit trop tard, hélas ! que le riche étranger n’est ni riche ni étranger.

Maboul

Merlin, 1888 : Imbécile, toqué, — de l’arabe.

Fustier, 1889 : Niais, un peu fou.

Suivant l’expression d’Eugène Tourte, elle était un peu maboule, rêvassant près de son bon ami à des amours câlins.

(Huysmans, Les Sœurs Vatard)

Le père ? dit Landart, il ne peut pas gagner sa vie ; malheureusement il est un peu maboul.

(Sirven et Siegel : Les Drames du Mont-de-Piété, 1886)

La Rue, 1894 : Un peu fou, timbré.

France, 1907 : Fou, toqué. Mot arabe rapporté par les soldats d’Afrique.

— Depuis que je ne suis plus rosse, je vois rose. C’est peut-être fou ; mais je m’en fous. Au moins c’est gai. Tandis que c’était sinistre, oh ! oui, bougrement sinistre, de toujours tout voir à travers ma bile, ma sale bile. Sans compter que c’est peut-être quand je voyais tout à travers ma bile que j’étais maboul.

(Jean Richepin, Flamboche)

De vin point du tout hasardeux,
Voire – pourquoi m’en taire ? —
Nous en foutîmes tous les deux
Trois bouteilles par terre.
Ça valait bien ça, Dieu vivant !
Ou je deviens maboul
Non, mais me voyez-vous buvant
Des eaux à la Bourboule ?

(Raoul Ponchon)

Maby

France, 1907 : Boisson américaine composée d’eau, de sirop clarifié, de patates rouges et d’oranges sures. Après une fermentation de trente heures environ, on obtient un vin clairet agréable, mais fort enivrant et occasionnant, dit Le docteur Aulagnier, des coliques venteuses.

Mac

Vidocq, 1837 : s. m. — Amant et souteneur d’une fille publique. Il s’est opéré une telle fusion dans nos mœurs, que plusieurs types se sont effacés sans laisser la moindre trace de leur existence. Bientôt le Mac sera un de ceux-là ; il est déjà fossile, bientôt il sera anté-diluvien. Mais cela ne prouve rien en faveur de nos mœurs ; notre belle jeunesse d’aujourd’hui ne vaut guère mieux que celle d’autrefois ; les dehors sont sans doute moins repoussans, mais l’intérieur est le même, et la seule conclusion qu’il soit possible de tirer de ce qui se passe, c’est que le nombre des êtres vicieux est plus grand. Le métier de Mac, autrefois, n’était guère exercé que par des voleurs ou des mouchards. Ces messieurs étaient jadis les seuls sultans des harems publics ; maintenant les prêtresses de Vénus Callipyge ont pour amans des jeunes gens de famille, ils ne volent personne, ils ne rendent aucun service à la préfecture de police, ils ont même de l’honneur ! Ce qui ne les empêche pas d’envoyer leur femme au vague, et d’avoir conservé toutes les traditions du métier, hormis celles qui pouvaient les compromettre. Que l’on ne croie pas cependant que les filles de joie ont gagné à cet échange ; il y avait autrefois entre elles et leurs amans une certaine conformité de périls et d’infortunes qui rendait la communauté plus douce, communauté qui n’existe plus maintenant. Cependant celui qui s’est fait le despote d’une courtisane, à la charge par lui de la défendre envers et contre tous, s’il n’est ni voleur ni mouchard, est bien prêt de devenir tout cela.
Le monde des Macs était autrefois un monde à part. On voyait ces Messieurs, réunis dans les bouges de la Grève et des environs, prêts, au premier signal, à aller jeter par la fenêtre le malheureux qui, pour son malheur, était entré dans un des mauvais lieux qui, à cette époque, infestaient les rues de la Tannerie, de la Vieille-Lanterne, de la Vieille-Place-aux-Veaux, de la Mortellerie.
Les Macs de l’ancien régime étaient tous costumés de la même manière ; grand chapeau à cornes, cravate d’une ampleur démesurée, veste très-courte, pantalon large, bas à coins de couleur, et chaussure des magasins de la mère Rousselle. Une chique énorme et un bâton long et noueux leur servaient de signes de reconnaissance.
Les filles étaient chargées de pourvoir aux besoins et aux plaisirs de MM. les Macs, et, à cet effet, chacune d’elles avait un compte ouvert chez Dupuis, la mère Bariol, la mère Sans-Refus, taverniers en grande renommée à cette époque. Chaque Mac inscrivait sur une ardoise sa dépense, que sa femme était chargée de payer. L’éponge passée sur une ardoise servait de quittance générale. (Voir Rutière).

Delvau, 1864 : Abréviation de maquereau.

Ça m’ fera peut-être rigoler un brin, de changer d’rôle, et de mac devenir miché.

(Lemercier de Neuville)

Après tout, ce n’est pas si bête
D’avoir fait quatre cents binettes.
D’hommes de lettr’s, de peintr’s et de mac ?

(A. Pothey)

Delvau, 1866 : s. m. Apocope de Maquereau, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Apocope de maquereau, souteneur de filles ; et mecque avec changement de l’a en e. — De maque, marchand ; d’où maquignon.

Virmaître, 1894 : Diminutif de maquereau. Quelques-uns écrivent mec, d’autres mecque. C’est mac qui est le vrai mot (Argot des souteneurs).

Rossignol, 1901 : Individu qui vit du produit d’un labeur vaginal.

Hayard, 1907 : Souteneur.

France, 1907 : Abréviation de maquereau.

Mac à la mie de pain

Rossignol, 1901 : Souteneur à qui la marmite donne peu d’argent.

Mac-Farlane

Delvau, 1866 : s. m. Paletot sans manche, — dans l’argot des gandins et des tailleurs.

Mac-farlanes

Larchey, 1865 : Long pardessus sans manches, avec grand collet tombant sur le devant.

Ils portent des mac-farlanes.

(Les Étudiants, 1860)

Mac-Mahon

Rigaud, 1881 : Les dragons ont donné ce nom à la tête de Méduse qui surmonta leurs casques. — T’as joliment bien astiqué Mac-Mahon, ce matin. — D’autres l’appellent la « République », parce qu’ils se figurent que c’est la tête de la République, (comme si elle avait le don de pétrifier ses ennemis.) — Je m’en vas donner un coup d’astiqué à la République.

France, 1907 : Nom donné par les régiments de cuirassiers et de dragons à la tête de Méduse du cimier de leur casque.

Mac-Mahonat

Rigaud, 1881 : Gouvernement du maréchal de Mac-Mahon, second président de la troisième République française.

Mac-Mahonien

Rigaud, 1881 : Partisan du gouvernement du maréchal de Mac-Mahon. — Feuille mac-mahonienne, journal dévoué à la politique du maréchal.

Mac-Mahonnat

France, 1907 : Période pendant laquelle le maréchal de Mac-Mahon occupa le poste de président de la République, c’est-à-dire de 1873 à 1879.
Tout le monde connaît le mot resté célèbre : « J’y suis, j’y reste ! » que fit le maréchal et la réponse de Gambetta : « Il faut se soumettre ou se démettre. »

Mac, maca

La Rue, 1894 : Apocope de macquereau, macquerelle. Maman maca, maîtresse d’une maison de tolérance.

Mac, macque, macchoux

Larchey, 1865 : Maquereau. — Maca : Maquerelle. — Macchoux est une corruption du mot maquereau. — Mac et maca sont deux abréviations. — Par un hasard singulier, la première de ces abréviations donne la clef même du mot Au moyen âge, le mot maque signifiait : vente, métier de marchand. V. Roquefort. — De là sont venus maquillon ou maquignon et maquerel ou maquereau. Le maquereau n’est qu’un maquignon de femmes. Pendant tout le moyen âge, on a écrit maquerel ou maqueriau. Ce dix-neuvième siècle a oublié la véritable source du mot qu’il a confondu avec celui du poisson, d’où les synonymes de poisson et de barbillon.

Le métier de mac autrefois n’était guère exercé que par des voleurs et des mouchards… maintenant les prêtresses de Vénus Callipyge ont pour amants des jeunes gens de famille.

(1837, Vidocq)

Le macque est le souteneur des filles de la plus basse classe. Presque toujours c’est un repris de justice.

(Canler, 1863)

Une vieille maca : Entremetteuse, femme vieillie dans le vice.

(1808, d’Hautel)

Maca

d’Hautel, 1808 : Une vieille Maca. Terme de mépris. Entremetteuse ; femme vieillie dans le vice et la débauche, et qui vit du commerce honteux de prostitution.

Delvau, 1864 : Maquerelle, entremetteuse, femme vieillie dans le vice.

Rigaud, 1881 : Maquerelle, proxénète. — Mère maca, macquecée, maîtresse d’une maison de tolérance. Maca suiffée, riche matrone.

France, 1907 : Morgue. Abréviation de machabé.

France, 1907 : Tennancière de lupanar. Abréviation de maquerelle ou peut-être de macaque, guenon. On dit aussi maman-maca.

Macabé

La Rue, 1894 : Cadavre.

Macabée, machabée

Rigaud, 1881 : Cadavre quelconque d’homme ou d’animal. Se disait autrefois plus particulièrement du cadavre d’un homme noyé ou de celui d’un animal.

Ce gros machabée, horrible pendu,
Sur la dalle froide, on vient de l’étendre ;
Il a les contours accrus d’un scaphandre,
Et de ses haillons le mur est tendu.

(Le Pavé, 1879)

Macabées (case des)

Rigaud, 1881 : Cimetière. Mot à mot : maison des cadavres. — Le clou des macabées, la Morgue ; c’est-à-dire le Mont-de-Piété des cadavres, l’endroit où l’on met les cadavres en dépôt.

Macabre

Rigaud, 1881 : Mort. C’est une variante de machabée. — Viens-tu piger les macabres au musée des claqués ?

Boutmy, 1883 : s. m. Un mort. Ce mot paraît venir de ces danses macabres que les artistes du Moyen Âge peignaient sur les murs des cimetières. La Mort conduisait ces chœurs funèbres. On dit plus souvent Macchabée.

Macache

Delvau, 1866 : adj. Mauvais, détestable, — dans l’argot des ouvriers qui ont été troupiers en Algérie. On emploie ordinairement ce mot avec bono : Macache-bono. Ce n’est pas bon, cela ne vaut rien. Signifie aussi Zut !

Merlin, 1888 : Négation — de l’arabe.

France, 1907 : Non. Négation arabe rapportée par les troupes d’Afrique.

— Allons, les deux rosses, debout !…
— Pourquoi donc faut-y qu’on se lève ?
— Pour aller, reprit l’adjudant, casser la glace des abreuvoirs. Là-dessus, assez causé ; debout !…
— Debout à 3 heures du matin ? Ah ! macache !

(Georges Courteline)

On dit aussi macache bono.

Macadam

Delvau, 1866 : s. f. Boisson sucrée qui ressemble un peu comme couleur à la boue des boulevards macadamisés.

Delvau, 1866 : s. m. Boue épaisse et jaune due à l’ingénieur anglais Mac Adam.

Rigaud, 1881 : Bière noire anglaise, porter.

Rigaud, 1881 : Vin blanc nouveau de Bergerac. Il présente l’aspect d’une boue liquide et jaunâtre. — Garçon ! deux macadams.

Virmaître, 1894 : Accoster les hommes. L. L. On voit d’ici les filles faire le macadam qui est la chaussée des boulevards, pour raccrocher sans doute les omnibus, les fiacres et les becs de gaz. Macadam est le nom donné à un vin blanc épais, venant soi-disant de Montbazillac, qui est vendu par les mastroquets au moment des vendanges (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Vin blanc nouveau qui n’a pas fermenté.

France, 1907 : Vin blanc épais vendu par les cabaretiers à l’époque des vendanges.

Chez nous, c’est sous le noir et bas plafond d’un bouge que les voyous blafards, couleur tête de veau, font la vendange. Ils ont pour vin doux et nouveau le liquide appelé macadam, une boue jaunâtre fade.

(Jean Richepin, Le Pavé)

Macadam (faire le)

France, 1907 : Se promener sur le trottoir pour raccrocher les hommes. John Macadam est le nom de l’ingénieur écossais qui inventa ce système de pavage des rues fait avec des cailloux ou du granit concassé que l’on soumet ensuite, pour l’aplanir, à une forte pression à l’aide d’un rouleau.

Macadam (fleur de)

France, 1907 : Prostituée qui fait le trottoir. Général Macadam, le public. « Cette belle fille est entretenue par le général Macadam. »

Macadamiser

Delvau, 1866 : v. a. Empierrer les voies publiques d’après le système de Mac Adam.

Macahée

Rigaud, 1881 : Souteneur ; c’est un dérivé de mac.

Macaire

Larchey, 1865 : Malfaiteur audacieux, spirituellement cynique, affectant en toute occasion les manières d’un homme bien élevé. — Ce type étrange date, comme l’on sait, du drame de l’Auberge des Adrets ; il doit toute sa fortune à Frédérick-Lemaître qui, en créant le rôle de Macaire, a caractérisé pour toujours une classe particulière de criminels.

Ils se croyaient des Macaires et n’ont été que des filous.

(Luchet)

Delvau, 1866 : s. m. Escroc ; agent d’affaires véreuses ; saltimbanque, — dans l’argot du peuple, qui a conservé le souvenir du type créé par Frédérick-Lemaître au théâtre et par Daumier au Charivari. On dit aussi Robert-Macaire.

Macaire (Robert)

France, 1907 : Type de la friponnerie audacieuse et cynique. C’est, avec Bertrand, de principal personnage du célèbre mélodrame en trois actes de Benjamin Antier, Saint-Amand et Paulvante, L’Auberge des Adrets, représenté à l’Ambigu-Comique en 1823. Frédérick-Lemaître, après l’insuccès de la première représentation, créa ce rôle qui le posa comme un artiste hors ligne.

Le nom de ce personnage, dit Lorédan Larchey, caractérise aujourd’hui toute une classe de la société.

 

Incapables de crimes aussi bien que de vertus, ils ont laissé de leurs poils aux buissons de la police correctionnelle, et c’est tout : leur basse histoire n’a pas même en toujours les honneurs du Bulletin des Tribunaux ; ils se croyaient des Macaires et n’ont été que des filous.

(Luchet)

Connais-tu le pays où fleurit l’or rangé ?
Le pays des beaux trucs et des bonnes affaires ;
Où de scrupules vains aucun cœur n’est chargé,
Où dans toute saison butinent les Macaires ;
Où rayonne et sourit, sous les yeux du syndic,
Dans un chahut constant un éternel trafic ?

Macairien

Rigaud, 1881 : Usé jusqu’à la corde, complètement déformé ; objet de toilette qui rappelle en partie le costume délabré de Robert-Macaire.

On y voit une troupe de malheureux couverts d’humides et boueux haillons, le chef orné de chapeaux macairiens.

(H. Berlioz, Les Grotesques de la musique)

France, 1907 : Individu possédant les aptitudes du Macaire. « Réputation macairienne », réputation de filou.

Macairisme

France, 1907 : Friponnerie cynique.

Macaque

France, 1907 : Femme vieille et laide ; de l’espagnol macaca, guenon.

Macaron

Vidocq, 1837 : s. m. — Traître, dénonciateur par nature.

Larchey, 1865 : Dénonciation. — Du vieux mot maque : vente. V. Roquefort. — Un dénonciateur vous vend à la police.

Dans le nez toujours tu auras mes macarons et cabestans.

(Vidocq)

Macaroner : Trahir.

Delvau, 1866 : s. m. Huissier, — dans l’argot des voyous. Traître, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Huissier. Allusion aux panonceaux qui figurent à la porte des huissiers. — Dénonciateur.

La Rue, 1894 : Huissier. Dénonciateur.

France, 1907 : Huissier.

Macaron, dans le peuple, veut dire huissier ; dans l’argot des voleurs, il veut dire traître. Il est vrai qu’il n’y a pas grande différence entre les deux. Un voleur est traître en dénonçant ses complices : un huissier est traître vis-à-vis des malheureux.

(Ch. Virmaître)

France, 1907 : Traître, dénonciateur ; argot des voleurs.

Dans le nez toujours tu auras
Macarons et cabestans.

(Commandements des voleurs)

Cet homme qui criait si fort contre ceux que les gens de sa sorte nomment des macarons s’est un des premiers mis à table.

(Mémoires de Vidocq)

Macaronage

La Rue, 1894 : Trahison.

France, 1907 : Dénonciation, trahison.

Macaroner

Bras-de-Fer, 1829 : Découvrir.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Agir en traître.

Virmaître, 1894 : Vient de macaron. Macaron dans le peuple veut dire huissier ; dans l’argot des voleurs, il veut dire traître. Il est vrai qu’il n’y a pas grande différence entre les deux. Un voleur est traître en dénonçant ses complices ; un huissier est traître vis-à-vis des malheureux (Argot des voleurs). N.

Macaroni

Merlin, 1888 : Corses ou Italiens. Par allusion à leur mets favori.

Fustier, 1889 : C’est ainsi que les gens de bourse désignent plaisamment dans leur jargon le fonds d’État italien.

Le Macaroni se cramponne ; il voudrait se fixer, ou, si vous aimez mieux, se figer au pair.

(Gil Blas, juin 1887)

Le bourgeois commerçant ou boursicotier dit : Je prends ferme ; le macaroni se soutient ; les huiles fléchissent.

(Gazette de France, octobre 1886)

Macaroni (le)

France, 1907 : La rente italienne.

Macaroniste

France, 1907 : Chanteur burlesque ; mot d’origine italienne.

… Avec nous, à la station de Clarens, s’était embarqué un quatuor de musiciens italiens, un mandoliniste, deux violons, et une femme portant une guitare. Comme il n’y a guère de basteau sans cette espèce d’orchestre, je n’avais pas pris garde à ces quatre macaronistes qui allaient sans doute nous miauler Santa-Lucia ou Funiculi.

(Jean Richepin)

Macaronnage

Rigaud, 1881 : Dénonciation d’un camarade.

Macaronner

Ansiaume, 1821 : Se plaindre.

Il n’est pas franc sur son fade, il macaronne toujours.

Vidocq, 1837 : v. a. — Trahir ses camarades.

Halbert, 1849 : Agir en traître.

Rigaud, 1881 : Dénoncer, trahir un camarade, — dans le jargon des voleurs.

France, 1907 : Dénoncer, trahir.

Macaronner, macaroniser (se)

Rigaud, 1881 : Se sauver, filer, — dans le même jargon ; allusion au macaroni qui, lui aussi, file à sa manière.

Maccabée

anon., 1907 : Cadavre.

Macchabée

Delvau, 1866 : s. m. Cadavre, — dans l’argot du peuple, qui fait allusion, sans s’en douter, aux sept martyrs chrétiens. Mauvais macchabée. Mort de dernière classe, ou individu trop gros et trop grand qu’on est forcé de tasser, — dans l’argot des employés des pompes funèbres.

Boutmy, 1883 : s. m. Un mort. V. Macabre.

Virmaître, 1894 : Cadavre. Se dit plus particulièrement d’un noyé que les mariniers retirent de l’eau. Les croque-morts disent aussi du mort qu’ils vont enlever :
— Emballons vivement le macchabée, il fouette à en crever (Argot du peuple). V. Bouffi.

Hayard, 1907 : Cadavre, généralement de noyé.

Macchoux

Vidocq, 1837 : s. m. — Souteneur de filles.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Macédoine

Rigaud, 1881 : Combustible, en terme de chauffeur de chemin de fer.

Virmaître, 1894 : Combustible. L. L. Macédoine est une salade composée de toutes sortes de légumes ; on la nomme salade russe. Macédoine est également synonyme d’arlequin (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Combustible ; allusion aux briquettes d’agglomérés où entrent quantité de matières. Argot des chemins de fer.

France, 1907 : Salade russe. Elle est composée de toutes sortes de légumes ; c’est aussi un arlequin, composé de toutes sortes de viandes.

Macfarlane

France, 1907 : Pardessus sans manches avec un grand collet. Anglicisme.

Machabé

Rossignol, 1901 : Cadavre. Celui qui s’est noyé, s’est machabé.

Machabée

Larchey, 1865 : « On appelle machabée tout être, homme ou animal, qui est privé de vie, et que l’on rencontre flottant sur un cours d’eau ou échoué sur le rivage. » — Val. Dufour. — Machabée : Juif. — Allusion biblique.

France, 1907 : Cadavre, principalement cadavre de noyé. « Je ne vois d’autre origine à cette expression, dit Francisque Michel, que la lecture du chapitre XII du deuxième livre des Machabées, qui a encore lieu aux messes des morts ; ou plutôt c’est de là que sera venue la danse macabre, dont l’argot a conservé le souvenir. » Machabée, qu’on écrit à tort macchabée, vient simplement de l’arabe magbarah, cimetière, dont on a fait macabre. Machabée est donc une corruption de macabré.

J’avais beaucoup à m’occuper du repêchage des macchabées, comme disent les mariniers de la Seine dans leur argot sinistre. Je ne sais si jadis on payait moins le sauvetage d’un vivant que le repêchage d’un mort, comme le racontent les vieux bateliers, mais ce que je sais bien, c’est que pour toucher la prime, plus forte dans le département de la Seine que dans celui de Seine-et-Oise, j’ai vu des bateliers remonter jusqu’à Neuilly, ayant un cadavre à la remorque. Et je me vois encore sur la berge, obligé souvent de monter dans une barque pour procéder aux constatations, car un préjugé veut que les repêcheurs de cadavres ne les tirent jamais complètement du fleuve et leur laissent tout au moins les pieds dans l’eau. Pourquoi ? Personne ne l’a jamais su. Mais le préjugé persiste toujours.

(Mémoires de M. Goron)

Les sacristains et les abbés
Répètent des cantiques
Pour attirer les machabé’s
Dans leurs sacré’s boutiques.
V’là l’choléra ! V’là l’choléra !

(Aristide Bruant)

Ce mot a donné lieu à un certain nombre d’expressions macabres : case des machabées, cimetière ; clou des machabées, morgue ; mannequin à machabées, cercueil.

France, 1907 : Juif.

France, 1907 : Sobriquet donné aux vignerons d’Issoudun qui ont assez de bien pour s’occuper toujours chez eux. L’emploi de ce sobriquet, dont le sens n’est pas déterminé, ne parait pas remonter plus loin que 1830.

Machaber

France, 1907 : Tuer, faire un machabée.

Mache-fèves

France, 1907 : Bredouilleur.

Machedru

France, 1907 : Gourmand.

Mâcher

d’Hautel, 1808 : Une santé de papier mâché. Complexion foible, mauvais état de santé.
Mâcher de haut. Manger sans appétit ; pignocher.
Mâcher à vide. Soupirer après une succession ; n’avoir ni pain ni pâte.
Il ne sait que mâcher. Se dit d’un homme qui ne fait rien qui vaille, excepté à table.
De l’ouvrage tout mâché. Pour dire tout préparé, tout disposé.
Il faut lui mâcher les morceaux. C’est-à-dire, lui faire le plus difficile de la besogne.

Mâcher (ne pas le)

Larchey, 1865 : Parler franchement sans murmurer entre ses dents.

Quand j’ai lieu de vous en vouloir, Ah ! n’ayez pas peur que j’vous l’mâche !

(De Longchamps, Ch., 1809)

Mâcher de haut

Delvau, 1866 : v. a. Manger sans appétit, — dans l’argot des bourgeois.

France, 1907 : Manger sans faim.

Mâcher les morceaux

Delvau, 1866 : v. a. Préparer un travail, faire le plus difficile d’une besogne qu’un autre achèvera. Argot du peuple.

France, 1907 : Faire le plus difficile d’une besogne, pour la laisser achever à un autre.

Mâcher les mots

Delvau, 1866 : v. a. Choisir les expressions les plus chastes, les moins blessantes. Ne pas mâcher les mots à quelqu’un. Lui dire crûment ce qu’on a à lui dire.

Mâcher les mots (ne pas)

Virmaître, 1894 : Dire carrément à quelqu’un ce que l’on pense. Parler grossièrement : ainsi, dans le peuple, quand on dit merde à quelqu’un, on répond : mâche (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Parler ouvertement, dire sa façon de penser, suivre le précepte de Boileau, appeler un chat un chat ou celui de Victor Hugo :

Ô fils et frères, ô poètes,
Quand la chose est, dites le mot.

Quelqu’un, dans ce dîner de camarades où l’on ne mâchait pas les mots, détailla l’ironique bouffonnerie où après tant d’autres, avec sa grosse verve brutale, son observation à fleur de peau a esquissé une tranquille association d’adultère, un de ces partages de femme entre le mari et l’amant qu’admet peu à peu le monde, qui finit par perdre son apparence de faute secrète, de scandale, que légitiment et que cimentent des années d’attachement.

(Champaubert, Le Journal)

Mâcheur

d’Hautel, 1808 : C’est un grand mâcheur. Se dit trivialement d’un épicurien, d’un homme qui aime beaucoup les plaisirs de la table.

Machiavélisme

France, 1907 : Mot employé pour exprimer la mauvaise foi, l’astuce, la théorie du crime politique et de la tyrannie.
Cette opinion a été basée sur la réputation que des traditions contemporaines avaient faite à l’œuvre de Machiavel. En effet., dans son traité du Prince, l’illustre Florentin, en examinant ce qu’est une principauté, combien il y en a d’espèces, comment on les conserve et comment on les perd, enseigne que les mots de bonne foi, de justice, de clémence et d’humanité doivent être constamment dans la bouche des princes, mais qu’ils ne sont tenus de ne faire que ce qu’ils jugent nécessaire à la conservation de leur pouvoir.
Le prince a donc le droit de tromper, d’empoisonner, d’égorger, pourvu que tout se fasse habilement. Mais une lecture attentive montre que le livre de Machiavel est un avertissement pour les peuples. « J’ai, dit-il, enseigné aux princes à être tyrans, mais j’ai aussi enseigné aux peuples à détruire les tyrans. »

Machicadour

Merlin, 1888 : Se dit de quelqu’un ou d’un objet. Synonyme de chose, machin.

Machicot

Delvau, 1866 : s. m. Mauvais joueur, — dans l’argot des faubouriens. Ils disent aussi Mâchoire.

France, 1907 : Mauvais joueur.

Machicoulis

Rigaud, 1881 : Cachotterie ; subterfuge ; mot familier à mesdames les concierges qui prononcent généralement machecoulis.

Machiller

France, 1907 : Mâchonner, mâcher doucement, manger sans faim ; provincialisme.

Machin

Larchey, 1865 : L’homme ou la chose dont on ne peut se rappeler le nom. V. Chose.

M. Mâchin, pardon ! je ne me rappelle jamais votre nom.

(H. Monnier, 1840)

Dans la Gabrielle d’E. Aubrier, l’avoué Chabrière prie sa femme de faire « un machin au fromage. »

Delvau, 1866 : s. m. Nom qu’on donne à une personne ou à une chose sur laquelle on ne peut mettre une étiquette exacte. On dit aussi Chose.

France, 1907 : Mot banal dont on se sert pour remplacer un nom dont on ne se souvient pas ; équivalent de Chose. « Eh ! dites donc, vous là-bas. Chose, Machin ? » C’est, suivant Nisard, le vieux mot meschin, jeune valet, ou moischin, jeune homme, dont le son s’est corrompu et le sens détourné. On l’applique aux choses comme aux gens.

Aujourd’hui, faut à ces d’moiselles
Des machins avec des dentelles
Et des vrais bijoux en vrai or.

(Aristide Bruant)

Machin ou machine

Delvau, 1864 : La nature de la femme, le membre viril, — dans le langage des gens pudibonds qui n’osent pas appeler les choses par leur nom.

Que mettras-tu dans mon con, en m’enfilant ? Mon machin.

(H. Monnier)

Fiez-vous à ma cuisine,
Célibataires blasés,
Pour remonter la machine
Et flatter vos goûts usés.

(L. Festeau)

Secrets appas, embonpoint et peau fine,
Fermes tétons et semblables ressorts,
Eurent bientôt fait jouer la machine.

(La Fontaine)

Mais finis donc, imbécile !
Sacré nom de Dieu d’gredîn !
Si tu n’me laiss’s pas tranquille,
J’ vas pisser sur ton machin.

(Parnasse satyrique)

Machin, machine

d’Hautel, 1808 : Mots insignifians et vulgaires, dont le premier n’est qu’un barbarisme du second ; le peuple en fait un fréquent usage, et les applique indistinctement aux personnes et aux choses dont les noms ne se présentent pas sur-le-champ à sa mémoire.
C’est Machin ou Machine qui a ce que vous demandez. Pour c’est tel ou telle.
C’est un machin. Pour c’est un objet, un ustensile quelconque, etc.
Prêtez moi votre machin ; voilà votre machin. Pour suppléer au nom de la chose que l’on demande ou que l’on rend.
C’est une vraie machine. Se dit d’un homme borné, sans intelligence auquel, comme on dit, il faut mettre les points sur les ii dans tout ce qu’on lui commande ; qui ne va que par routine, et ne fait rien de son propre mouvement.

Machina (deus ex)

France, 1907 : Littéralement, dieu au moyen d’une machine ; se disait autrefois d’un dieu quelconque que l’on faisait descendre sur la scène au moyen d’une machine, pour amener le dénouement d’une pièce compliquée, dénouement qui n’eût pu être fait naturellement. Maintenant le deus ex machina est le personnage qui vient trancher une situation.

A-t-on besoin d’un maître d’hôtel, d’un pur sang, de meubles curieux et anciens, pense-t-on à donner un bal, à organiser un cotillon, faire jouer la comédie, rêve-t-on, pris de lassitude, de se marier, de faire une fin, il tient le coup sans sourciller, il est le deus ex machina, qui sauve la situation.

(Colombine, Gil Blas)

Machine

Delvau, 1866 : s. f. Chose quelconque dont on ne peut trouver le nom, — dans l’argot des bourgeois, qui ne connaissent pas exactement la propriété des termes. Ainsi il n’est pas rare d’entendre l’un d’eux dire à un artiste, en parlant de son tableau : « Votre petite machine est très jolie. » Grande machine. Grande toile ou statue de grande dimension.

Rigaud, 1881 : Œuvre littéraire ou artistique. Grande machine, grand tableau, drame à grand spectacle.

France, 1907 : Production théâtrale. « Tartenpion est en train de monter une grande machine au Châtelet. »

À Nohant, George Sand venait de lire trois actes. L’auditoire semblait froid, hésitant : « Allons, s’écria l’illustre auteur, il faudra faire une autre machine », et elle jette le manuscrit an feu.

(E. Lemoine)

Machine à moulures

Rigaud, 1881 : Derrière.

Machine à voter

France, 1907 : Voir Député de buvette.

Mâchoire

d’Hautel, 1808 : C’est une mâchoire, une vieille mâchoire. Épithète injurieuse qui se dit d’une personne sans capacité dans un art ou un métier ; d’un ignorant, d’un sot.
Jouer des mâchoires. Manger avidement, faire honneur à la table.

Larchey, 1865 : Suranné. — V. Ganache.

L’on arrivait par la filière d’épithètes qui suivent : ci-devant, faux toupet, aile de pigeon, perruque, étrusque, mâchoire, ganache, au dernier degré de la décrépitude, à l’épithète la plus infamante, académicien et membre de l’Institut.

(Th. Gautier, 1833)

Vieille Mâchoire : Personne sans capacité, ignorant, sot.

(1808, d’Hautel)

Delvau, 1866 : s. f. Imbécile, — dans l’argot du peuple, qui sait avec quelle arme Samson assomma tant de Philistins. Signifie aussi : Suranné, Classique, — dans l’argot des romantiques, — ainsi que cela résulte d’un passage des Jeune France de Théophile Gautier, qu’il faut citer pour l’édification des races futures : « L’on arrivait par la filière d’épithètes qui suivent : ci-devant, faux toupet, aile de pigeon, perruque, étrusque, mâchoire, ganache, au dernier degré de la décrépitude, à l’épithète la plus infamante, académicien et membre de l’Institut. »

Mâchoire (vieille)

Rigaud, 1881 : Personne à idées arriérées. L’expression était très usitée en 1830, au beau temps de l’École romantique.

France, 1907 : Imbécile, encroûté, ignorant, synonyme de ganache, de vieille barbe et autres épithètes dont les jeunes gens gratifient ceux dont ils ne partagent pas les idées et qui les ont précédés dans les luttes de la vie.

L’on arrivait par la filière d’épithètes qui suivent : ci-devant, faux toupet, aile de pigeon, perruque, étrusque, mâchoire, ganache, au dernier degré de décrépitude, à l’épithète la plus infamante, académicien et membre de l’institut.

(Théophile Gautier)

Mâchonner

d’Hautel, 1808 : Au propre, mâcher avec difficulté ; au figuré, murmurer, marmonner, parler entre ses dents.

Delvau, 1866 : v. n. Parler à voix basse ; murmurer, maugréer.

Mâchouiller

France, 1907 : Mâcher lentement : provincialisme.

Machurat

d’Hautel, 1808 : Nom injurieux qu’on donne généralement à un mauvais ouvrier.

Machurer

d’Hautel, 1808 : Bousiller, faire de mauvaise besogne ; il signifie aussi barbouiller, noircir.

Delvau, 1866 : v. a. Barbouiller, noircir.

Mackintosh

France, 1907 : Sorte de pardessus importé d’Angleterre.

Ce fut un terrible dimanche. La sortie de la messe avait été lugubre, toute de mackintosh et de capuchons rabattus sous la pluie ; par la rafale et par l’ondée, Old England avait triomphé une fois de plus dans le faste attristant dés pardessus caoutchoutés et des tartans écossais.

(Jean Lorrain)

Maçon

Rigaud, 1881 : Pain de quatre livres, — dans le jargon des voyous. — C’est une rareté que de ne pas rencontrer, le matin vers neuf heures, un maçon sans un énorme pain sous le bras.

Maçon de pratique

Delvau, 1866 : s. m. Ouvrier en bâtiment, — dans l’argot des francs-maçons.

Maçon de théorie

Delvau, 1866 : s. m. Franc-maçon.

Macquart (chair à)

France, 1907 : Viande d’équarrisseur. Voir Bifteck.

Patrons ! tas d’Héliogabales !
D’effroi saisis,
Quand vous tomberez sous nos balles,
Chair à fusils,
Pour que chaque chien, sur vos trognes,
Pisse, à l’écart,
Nous leur laisserons vos charognes,
Chair à Macquart !

(Jules Jouy)

Ça t’étonn’ ?… ben, vrai, tu m’épates ;
C’est la vi’… faut porter l’licou
Tant qu’on tient un peu su’ ses pattes
Et tant qu’on peut en foute un coup,
Et pis après c’est la grand’ sorgue,
Toi, tu t’en iras chez Macquart,
Moi, j’irai p’têt ben à la Morgue,
Ou ben ailleurs… ou ben aut’ part.

(Aristide Bruant)

Macquecée

Vidocq, 1837 : s. f. — Femme qui tient une maison de prostitution d’un ordre inférieur. Ces femmes sont, pour la plupart, d’anciennes filles publiques. Leurs mœurs sont trop connues pour qu’il soit nécessaire d’en dire quelque chose. Je me permettrai seulement d’adresser une seule question à MM. les membres de l’Académie Royale de Médecine : Pourquoi ces femmes sont-elles toutes, sans exception, françaises ou étrangères, d’une corpulence qui les fait ressembler à un poussa ? Répondez, docteurs.
Ceux de mes lecteurs qui désirent connaître les mœurs des Macquecées, des Macs et des malheureuses qu’ils exploitent de concert, peuvent lire l’ouvrage de Parent Duchatelet, intitulé : de la Prostitution dans Paris.

Macrotage

Rigaud, 1881 : Métier du souteneur.

Macrotage, maquereautage

France, 1907 : Situation d’un individu qui vit aux frais d’une femme. Singulière anomalie, le voyou de barrière qui vit aux frais de sa marmite est considéré comme le dernier des hommes, et l’homme de salon qui vit aux frais de sa femme est salué avec tontes les marques de la plus haute considération.

Macroter

Rigaud, 1881 : Faire le métier de souteneur. Macroter une affaire, être l’intermédiaire dans une affaire louche, malpropre, comme un prêt usuraire, une combinaison financière à l’adresse des gogos.

France, 1907 : Vivre aux dépens d’une femme.

Macrotin

Delvau, 1864 : Apprenti maquereau ; voyou qui se fait la main avec les petites gourgandines dont il vide les poches sans le moindre scrupule, en attendant qu’il puisse exercer sur une plus grande échelle, avec de plus grandes allés.

Oui, c’est un métier commode
Et qui devient à la mode :
Mao, macrotin…
Vive le macrotin !

(L. de Neuville)

Rigaud, 1881 : Apprenti souteneur ; souteneur surnuméraire.

Virmaître, 1894 : Petit maquereau d’occasion qui glane par-ci par-là quelques sous, en attendant qu’il soit assez fort pour avoir une marmite à lui seul. Le petit macrotin commence généralement à être raton et pégriot (Argot des souteneurs). N.

Hayard, 1907 : Jeune souteneur.

France, 1907 : Jeune maquereau, ou simplement maquereau.

L’homme. — Chameau !… Vieille dégoutation !… Et le plus chouette, c’est que c’est elle qui est saoule, justement !
La femme. — Moi ?… Eh ben ! t’en as une santé !
L’homme. — Tu parles s’y faut qu’jen aye une, pour rester de là, collé depuis près de trente berges avec une vieille peau pareille !…
La femme. humiliée, — Vieux macrotin !
L’homme — Comment qu’t’as dit ?
La femme. — Vieux macrotin !
L’homme. — Répète un peu !… Je te refile un marron par le blair, tu verras si c’est d’l’eau d’savon.
La femme. — Vieux macrotin !…

(Georges Courteline)

Maculature (attraper une)

Rigaud, 1881 : Se griser, — dans le jargon des ouvriers pressiers.

France, 1907 : S’enivrer. Les synonymes sont nombreux, ce qui indique la fréquence du vice. En voici les principaux : s’allumer, se cingler le blair, se cardinaliser, se coller une biture, se coaguler, se culotter, s’empoivrer, s’empaffer, écraser un grain, s’émerillonner, s’émécher, s’enluminer, se flanquer une culotte, faire cracher ses soupapes, se farder, se foncer, mettre son nez dans le bleu, partir pour la gloire, se poisser, se pocharder, prendre une barbe, se piquer le nez, se piquer le tasseau, se schniquer, se tuiler, etc.

Madame

d’Hautel, 1808 : Elle fait la madame. Se dit d’une parvenue qui se dorlotte et se donne des airs de duchesse.
Maintenant c’est une grosse madame. Se dit par raillerie en parlant d’une femme qui n’a pas toujours été dans une bonne condition.
Jouer à la Madame. Se dit des petites filles qui contrefont en jouant les manières des femmes ; se font des complimens, et se visitent entr’elles.

Delvau, 1864 : Nom que les filles d’un bordel donnent à leur abbesse, pour laquelle elles ont le respect qu’elles n’auront jamais pour la vertu.

Ce sont nos petits bénéfices, à nous, pauvres filles… Madame nous prend tout et ne nous laisse rien.

(Lemercier de Neuville)

Delvau, 1866 : s. f. Dame, — dans l’argot des petites filles. Jouer à la Madame. Contrefaire les mines, les allures des grandes personnes.

Delvau, 1866 : Nom que les filles de maison donnent à leur maîtresse, — à l’abbesse.

Rigaud, 1881 : Nom que les filles de maison donnent à la maîtresse de l’établissement.

Madame, la grasse et bedonnante Madame.

(E. de Goncourt, La Fille Élisa)

Madame à ses vapeurs

France, 1907 : Les vapeurs sont une maladie imaginaire non seulement des femmes, mais aussi des hommes. Elle fit fureur au XVIIe et au XVIIIe siècle, et il était de bon ton de l’avoir de temps en temps. Nos coquettes en ont conservé l’usage.
« C’est un mal qui attaque beaucoup de gens », disait Molière. Un jour, le célèbre docteur Falconnet fut mandé près d’une dame atteinte de vapeurs : « Ce qu’il y a de plus extraordinaire, dit-elle, c’est que je mange, bois et dors très bien. — Oh ! laissez faire, dit Falconnet, je vous donnerai des médecines qui vous ôteront tout cela. »
Le meilleur remède aujourd’hui pour une dame qui a ses vapeurs ou ses nerfs est de lui jeter un verre d’eau au visage. Elle est radicalement et pour toujours guérie.

Madame Canivet

Rigaud, 1881 : Femme qui fait mettre tout sens dessus dessous dans un magasin de nouveautés et s’en va sans rien acheter.

France, 1907 : Cliente qui fait déballer une quantité de marchandises et part sans rien acheter.

Madame Cardinal

France, 1907 : Mère d’actrice, femme qui trafique des charmes de sa fille, qui la lance dans la prostitution. Ce nom est tiré d’une pièce d’Halévy.

Durant seize ans, cette femme a caressé, dorloté, élevé, instruit sa lignée ; puis, quand l’enfant est devenue une belle fille désirable, taillable et corvéable, la mère pare cette chair fraîche et pure, l’oint et la parfume et l’accompagne fièrement au seuil de l’alcôve où attend quelque pourceau doré. « Travaille bien, ma fille, dit Madame Cardinal, fais ton chemin ; travailler, c’est prier. »

(Henry Bauër)

Madame la Ressource

Delvau, 1866 : s. f. Marchande à la toilette ; revendeuse.

Rigaud, 1881 : Revendeuse à la toilette.

Virmaître, 1894 : La marchande à la toilette, la brocanteuse, le mont-de-piété (ma tante), tous ces rongeurs sont madame la Ressource pour les pauvres gens qui vendent ou engagent leurs dernières nippes (Argot du peuple).

France, 1907 : Marchande à la toilette, brocanteuse.

Pauvres filles ! elles ont commencé à la lueur du gaz, dans les cafés du boulevard, coiffées de chapeaux à panaches et vêtues de robes à traîne, décrochées chez Madame La Ressource.
Où finissent-elles ? Je l’ignore. Un soir, comme au temps où elles guettaient les hommes, elles se perdent dans la nuit, et un matin la police les ramasse, non plus pour les conduire au poste, mais pour les jeter à la fosse commune !

(Louis Davyl)

Madame la rue (aller voir)

Rigaud, 1881 : Aller travailler, — dans le jargon des chiffonniers, pour qui la rue est l’atelier.

Madame Manicon

Rigaud, 1881 : Sobriquet qu’on donnait aux sages-femmes au XVIIIe siècle. (Le Roux, Dict. comique)

Madame Tiremonde

Delvau, 1866 : s. f. Sage-femme, — dans l’argot des faubouriens. Les voyous disent Madame Tirepousse. Au XVIe siècle, on disait Madame du guichet et Portière du petit guichet.

Madame Tiremonde ou Tirepousse

France, 1907 : Sage-femme.

Madame Véto

Delvau, 1866 : Marie-Antoinette. On connaît la chanson ;

Madam’ Véto s’était promis
De faire égorger tout Paris ;
Mais son coup a manqué,
Grâce à nos canonniers !
Dansons la carmagnole,
Vive le son
Du canon !

Madeleine (faire suer la)

Rigaud, 1881 : Faire travailler son argent sur le tapis vert ; avoir de la peine à gagner en trichant, — dans le jargon des grecs.

Madelon

France, 1907 : Fille de mœurs légères. Abréviation de Madeleine.

J’ai mon chapeau de Madelon,
Dont on m’appelle Madeleine,
Ou le plus souvent nous allons
Gaudir en toute joie mondaine.

(Jean-Michel de Beauvais, 1542)

Mademoiselle

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Homme dont les goûts sont antiphysiques.

Mademoiselle du Bitume

Virmaître, 1894 : Péripatéticienne qui foule le bitume du matin au soir. Le bitume, c’est son atelier, sou champ de manœuvres, elle y règne en souveraine, elle l’a conquis à la pointe de ses bottines (Argot du peuple).

France, 1907 : Fille publique plus à plaindre qu’à blâmer.

Mademoiselle du pont neuf

Virmaître, 1894 : Fille publique. L’allusion est typique. Comme sur le Pont-neuf tout le monde y passe librement, avec cette différence toutefois que le pont est à péage (Argot du peuple). N.

Mademoiselle du Pont-Neuf

France, 1907 : Même sens que Mademoiselle du Bitume.

Comme sur le Pont-Neuf, dit Charles Virmaître, tout le monde y passe librement, avec cette différence toutefois que le pont est à péage.

Mademoiselle Manette

Delvau, 1866 : s. f. Malle.

France, 1907 : Porte-manteau, malle. Jeu de mot sur manne, malle.

Madine oui ! Madine non !

France, 1907 : Exclamations employées dans les départements du Centre pour Mon Dieu oui ! Mon Dieu non !

Madone

Ansiaume, 1821 : Femme.

La madone est girofle, elle me fait tourner la boussole.

Madrice

Vidocq, 1837 : s. f. — Malice.

Delvau, 1866 : s. f. Finesse, habileté, madrerie, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Malice. — Madrin, madrine, malin, maligne. La langue régulière a « madré » dans le même sens.

La Rue, 1894 : Malice.

Virmaître, 1894 : Finesse. Vient de madré.
— Il a roulé le palpeur, il est rien madrice, le gonce (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Ruse, malice.

France, 1907 : Finesse, ruse. « Il a de la madrice. » De madré, rusé.

Faiseur, va-t’en à la marmite
D’temps en temps faire une visite ;
Bidonne tes bons camaros,
C’est un truc des plus rigolos,
« C’est un zig, dira la police,
Très bath et rempli de madrice… »

(Hogier-Grison)

Madrin

Delvau, 1866 : adj. et s. Habile, fin, madré.

France, 1907 : Rusé ; argot des voleurs.

Madrin, -ne

Vidocq, 1837 : s. — Malin, maline.

Madrouillage

France, 1907 : Faute, bévue ; argot des voleurs.

Mafflu

Delvau, 1866 : adj. et s. Qui a une face large, épanouie, — dans l’argot du peuple. Grosse mafflue. Grosse commère. On dit aussi grasse maffrée et grosse mafflée.

Maflée

d’Hautel, 1808 : Une grosse maflée. Terme railleur pour dire femme ou fille joufflue, d’un embonpoint rustique.

Magasin

Fustier, 1889 : Trottoir, dans le jargon des filles et de leurs souteneurs.

C’est là (dans un cabaret) que les macs vont régler leurs affaires avec leurs marmites lorsqu’elles arrivent du magasin.

(Courrier Français, nov. 1888)

Magasin de blanc

Delvau, 1864 : Bordel — où l’on dépose en effet des quantités considérables de sperme.

La Rue, 1894 : Prostibulum.

Virmaître, 1894 : Maison de tolérance. Il est assez difficile d’expliquer le pourquoi de cette expression ; elle vient sans doute de ce que dans le peuple, tous ceux qui vivent de la femme sont des mangeurs de blanc. La maquerelle est dans ce cas (Argot du peuple). N.

Magasin de blanc ou de fesses

France, 1907 : Maison de prostitution.

La belle Victoire, après une vie de bâtons de chaise, ayant hérité d’une vieille tante dévote, se mit à tenir un magasin de fesses dans un quartier discret fréquenté par de pieux personnages.

(Les Propos du Commandeur)

Magistrat

d’Hautel, 1808 : Un magistrat à la galoche. Sobriquet que l’on donne aux petits garçons qui polissonnent et jouent dans les rues.

Magistratmuche

France, 1907 : Magistrature.

Magnan

France, 1907 : Sorte d’économe chargé de la nourriture à l’École polytechnique.

Pourquoi l’appelle-t-on Magnan ? N’est-ce pas dans une magnanerie qu’on élève les vers à soie ? Le magnan est donc à juste titre celui qui nourrit les cocons… C’est le magnan qui préside à l’achat des vivres. C’est lui que l’on acclame quand le menu est satisfaisant ; c’est lui qu’on charge d’imprécations quand le ragoût n’a que des os. Oh ! Alors, quatre cents voix demandent sa tête, voire même sa hure !

(Albert Lévy et G. Pinet, L’Argot de l’X)

Magnanière

France, 1907 : Manière.

Magne

France, 1907 : Affectation, manières. Faire des magnes, prendre des airs.

Mais la partie où l’on s’gondole,
Qu’est la plus chic et la plus drôle,
C’est un bon flambe à l’étouffoir ;
Pour le meg, c’est un assommoir !
On lui fait le neuf de campagne,
Changement, duss, coup d’ongle et magne ;
Il se tir’ final’ment chambré,
Sans bonnir à l’autorité !…

(Conseils d’un vieux cagout aux jeunes volaillons, recueillis par Hogier-Grison)

Magnée

France, 1907 : Prostituée.

Magner (se)

France, 1907 : Se dépêcher.

Magnes

Rigaud, 1881 : Manières, embarras. — Faire des magnes. — As-tu fini tes magnes ?

Virmaître, 1894 : Abréviation de manières. Magne est ici pour façon.
— Ne fais donc pas tant de magnes, il faut y aller carrément.
— Tu fais des magnes ma vieille, ça ne prend pas (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Manières.

Hayard, 1907 : Manière.

Magnette

France, 1907 : Nom. Magnette blague, faux nom.

Magneuse

Delvau, 1866 : s. f. « Femme oui se déprave avec des individus de son sexe, » dit M. Francisque Michel, qui va bien loin chercher l’étymologie de ce mot, — dans lequel il veut voir une allusion malveillante à une communauté religieuse, tandis qu’il l’a sous la main, cette étymologie.

France, 1907 : Lesbienne. Voir Manieuse.

Magneuse, manieuse, magnuce

Rigaud, 1881 : Dévergondée qui éprouve un penchant honteux pour les autres femmes.

Magni magnie, magnien, magnin

France, 1907 : Termes injurieux, variant suivant les provinces, donnés aux auvergnats, ramoneurs, chaudronniers ambulants ; de l’italien magnano, serrurier.

Mon cœur à besoin d’une flamme,
Il est sec, car je ne sais rien,
Rien de la femme,
Vivre ainsi, c’est vivre en magnin.

(Alfred Marquiset)

Magnifique

d’Hautel, 1808 : C’est magnifique et pas cher. Se dit par ironie d’une chose pour laquelle on a conçu de l’aversion, du mépris.

Magnoter

d’Hautel, 1808 : Pour dire, manier souvent quelque chose ; caresser quelqu’un ; le flatter, le cajoler avec les mains, et quelquefois avec indiscrétion.

Magnuce

La Rue, 1894 : Voir Gougnotte.

Magnum

Fustier, 1889 : Bouteille de capacité plus qu’ordinaire. Argot de restaurant.

Quelques-uns des prix méritent d’être cités. Ce sont d’abord six bouteilles de Château-Lafitte, 1865 — de ces doubles bouteilles qu’en style de sommelier on appelle des magnum…

(Lanterne, décembre 1884)

Magnusse, magnuce

France, 1907 : Lesbienne. On dit aussi manieuse ou magneuse. Voir Gougnotte.

Magot

d’Hautel, 1808 : Un magot de la Chine. On nomme ainsi par dérision un homme petit, laid et difforme. On dit dans le même sens un vilain magot.

d’Hautel, 1808 : Bourse, amas d’argent caché, coffre fort d’un avare.
Trouver un bon magot. Mettre la main sur une grosse succession. Hériter de beaucoup d’argent comptant.

Delvau, 1866 : s. m. Économies, argent caché, — dans l’argot du peuple. Manger son magot. Dépenser l’argent amassé.

Delvau, 1866 : s. m. Homme laid comme un singe ou grotesque comme une figurine chinoise en pierre ollaire.

Rigaud, 1881 : Argent économisé. L’ancien magot se mettait — les paysans le mettent encore — dans un vieux bas ; de là, le nom de magot, bourse grotesque.

Rigaud, 1881 : Tabatière en bouleau, tabatière dite « queue de rat », — dans le jargon du peuple.

France, 1907 : Argent caché.

Tel pasteur qui a de nombreux catéchumènes riches se fait de fort jolies annuités grâce aux seuls rendements de son instruction religieuse.
Une grande dame, mère d’une demi-douzaine de filles et de deux garçons, donnait à la communion de chacun de ses enfants des cigares de cinq sous roulés dans des billets de mille francs.
D’autres, au cours de leur visite, se bornent à glisser leur offrande soit dans un coffret, soit dans un vase ; quelquefois tout drôlement sur la cheminée.
Après le départ des visiteurs, le pasteur, suivi de sa femme effarée et de ses enfants, furète anxieux dans les moindres petits recoins et dans tous les objets en évidence pour découvrir le magot !…

(Jean Dalvy, Protestante)

Dans le temps les vieux faisaient leur magot,
Petit à petit dans le bas de laine ;
Mettant de côté chacun s’en écot,
Dans le temps les vieux faisaient leur magot,
Ils avaient parfois la marmite pleine ;
Maintenant on jeûne, on meurt à la peine
Sans laisser de quoi pour payer l’impôt.

(L. Chevreuil)

Mahomet

Fustier, 1889 : Petit sac de cuir que les forçats portent suspendu sur la poitrine, entre la peau et la chemise et qui leur sert à enfermer leurs économies.

(V. Humbert, Mon bagne)

France, 1907 : Touffe de cheveux que les Arabes gardent sur l’occiput et par où l’ange Azraël doit les saisir pour les porter au pied du trône d’Allah. C’est par là aussi qu’ils se saisissent entre eux pour se couper plus aisément la tête.

Maigre

d’Hautel, 1808 : Il trotte comme un chat maigre. Se dit d’un homme qui marche fort vite, qui va toujours courant.
Il est chargé de maigre. Se dit par raillerie d’un homme étique et desséché.
Maigre comme un hareng-saure ; comme un squelette. Comparaisons inciviles, pour dire qu’une personne est très-maigre. On dit aussi : C’est une maigre échine.

Maigre (du) !

Delvau, 1866 : interj. Silence ! — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Silence ! — dans le jargon des voleurs.

On aime une femme, on se sacrifie pour elle, puis il vient un jour où la femme vous dit : Oh ! du maigre ! va t’asseoir sur le bouchon, tu me gênes !

(Huysmans, les Sœurs Vatard)

La Rue, 1894 : Interjection : Silence !

France, 1907 : Attention ! Argot des voleurs.

En vain se démanche-t-il à faire le signe qui doit le sauver : Du maigre ! du maigre ! crie-t-il à tue-tête.

(Mémoires de Vidocq)

Maigre comme un cent de clous

Delvau, 1866 : adj. Extrêmement maigre. On dit aussi Maigre comme un coucou, et Maigre comme un hareng sauret.

Rigaud, 1881 : Excessivement maigre. Les variantes sont : Maigre comme un coucou, maigre comme un hareng saur.

Maigrelet

d’Hautel, 1808 : Diminutif de Maigre. De fort petite complexion.

Maigrement

d’Hautel, 1808 : Payer un ouvrage maigrement. Pour dire, en payer à peine les dépenses ; ne laisser qu’un très-mince bénéfice à faire à son entrepreneur.

Maigret, maigrette

d’Hautel, 1808 : Un petit maigret, une petite maigrette. Se dit par dérision, de personnes fluettes et maigres.

Mail

d’Hautel, 1808 : Espèce de marché à Paris, où l’on vend des pommes.
Vas-t’en au mail, tu auras une pomme rouge. Manière grossière de refuser à une demande, d’envoyer promener celui qui la fait.

Mail-coach

France, 1907 : Voiture attelée à quatre chevaux de piste à grandes guides. Anglicisme.

Les sonneurs du temps n’ayant pas de mail-coachs pour y accrocher ces monuments encombrants, on se préoccupa de les réduire et c’est vers le XVe siècle qu’on eut l’idée de replier les tubes les uns sur les autres de manière à diminuer le volume sans atténuer le son. Les cors d’harmonie, trompettes et clairons étaient nés.

(Jean Frollo)

Et les fouets claquent et les cris redoublent, et s’en vont roulant les berlines et mail-coachs, les coucous, les voitures de déménagement, les omnibus hors d’usage, tout cela sonnant la ferraille et les grelots…

(F. Laffon, Le Monde des courses)

Maillache

France, 1907 : Treillis en fil de fer formé de mailles.

Maillard (fermer)

France, 1907 : Dormir. Fermeture Maillard, sommeil. Être terrassé par Maillard, tomber de sommeil. Allusion à un industriel de ce nom, inventeur d’une espèce de volet.

Maille

d’Hautel, 1808 : Compter à sou, maille et denier. Être très-près regardant.
Il sait à sou, maille et denier, ce qui lui revient dans cette affaire. Se dit d’un homme minutieux, qui est très-éclairé sur ses propres intérêts.
N’avoir ni sou ni maille. Être dénué d’argent.
Un pince-maille. Tire-liard, homme fort avare, très-intéressé.
Elle vaut mieux écu qu’elle ne valoit maille. Se dit de quelque chose que l’on a amélioré.
Avoir maille à partir. Pour, avoir querelle, dispute, contestation avec quelqu’un.
Maille à maille. Pour, l’un après l’autre.

Maille à maille se fait l’auberjon

France, 1907 : L’auberjon est une ancienne armure qui se faisait de la même manière qu’on a fait depuis les cottes de mailles. Le travail était long et difficile, aussi a-t-il donné lieu à ce dicton pour indiquer qu’il n’y a rien dont, avec de la patience et du temps, on ne puisse venir à bout.

Maille à partir (avoir)

France, 1907 : Avoir un démêlé avec quelqu’un. Partir (du latin partire) signifie partager, diviser, et était employé autrefois dans ce sens. Maille était une petite monnaie de billon, au-dessous du denier, de la valeur d’une obole environ et dont le nom servait et sert encore à exprimer une chose de très mince valeur : n’avoir ni sou ni maille.

Ne laisser de sa bourse échapper une maille.

(Boileau)

Avoir maille à partir avec quelqu’un veut donc dire avoir une maille à partager, c’est-à-dire une chose infime, avoir des discussions, des différends, des tracasseries.
Il y a plusieurs autres expressions proverbiales sur le mot maille :
Faire la maille bonne,
garantir que le compte est juste, à une maille prés.
À sou, maille et denier, faire exactement un compte.
Je vaux aujourd’hui plus de sous qu’hier je ne valais de mailles.
Il y avait les mailles parisis et les mailles tournois.

Mailloché

France, 1907 : Timbré ; synonyme d’avoir reçu un coup de marteau.

Mailloche (il est)

Virmaître, 1894 : Synonyme d’avoir reçu un coup de marteau. On connaît la légende de Martin et Martine, de l’horloge de Cambrai, qui a donné naissance au dicton populaire pour qualifier un être déséquilibré :

— Il a passé à Cambrai, il a reçu un coup de marteau.

Mot à mot : il est timbré (Argot du peuple). N.

Maillocher

Rigaud, 1881 : Travailler, — dans le jargon des souteneurs, pour qui le travail est la surveillance exercée sur leurs maîtresses dans le but de les empêcher de perdre leur temps, parce que le temps c’est de l’argent.

La Rue, 1894 : Pour la prostituée, c’est travailler (de son métier) ; pour le souteneur c’est surveiller la marmite qui travaille.

Rossignol, 1901 : Travailler.

France, 1907 : Surveiller une prostituée, la fouiller pour s’assurer qu’elle ne cache pas dans ses vêtements une partie de son gain. Argot des souteneurs.

France, 1907 : Travailler.

Maillochons

Virmaître, 1894 : Les pieds. Allusion au bruit que font les pieds en marchant.
— Ils frappent le pavé, ce qui produit des coups de mailloche (Argot des voleurs). N.

France, 1907 : Les pieds Allusion au bruit qu’on fait en marchant.

Main

d’Hautel, 1808 : Il ne sait où mettre ses mains. Pour, il a l’air gauche et décontenancé ; il est dans un extrême embarras : se dit aussi pour exprimer que quelqu’un est dans l’ivresse du succès.
Faire quelque chose à deux mains trois cœurs. Pour dire, avec zèle et empressement ; de tout cœur.
Passez cela de main en main jusqu’au plus vilain. Se dit à dessein de plaisanter une personne dans les mains de laquelle doit rester l’objet que l’on fait passer.
Il a la main chaude. Pour dire que quelqu’un est en train de gagner au jeu.
Il est à deux mains. Se dit d’un homme propre à plusieurs emplois, ou que l’on occupe à différentes choses.
Il le surpasse haut la main. Pour, il le passe de beaucoup, il lui est bien supérieur.
Jeu de mains, jeu de vilains. Signifie qu’il n’y a que les gens mal élevés qui jouent à se frapper.
Fermez la main, et dites que vous ne tenez rien. Manière de dire à quelqu’un qu’on ne veut pas lui accorder ce qu’il demande.
Est-ce que tu as des mains de beurre. Se dit à une personne maladroite, qui laisse tomber tout ce qu’elle porte à la main.
Donner de la main à la main. C’est-à-dire mutuellement.
Il a toujours ses mains dans ses poches. Se dit d’un fainéant, d’un homme qui vit dans l’oisiveté.
Il a une belle main pour chanter et une belle voix pour écrire. Voyez Chanter et Écrire.
Il vaut mieux tendre la main que le coup. Pour il est moins déshonorant de demander l’aumône, que de s’exposer à être pendu en exerçant des vols et des brigandages.
Un homme de main. Pour dire, auquel on peut se fier pour l’exécution d’une chose difficile.
Faire la main. Pour faire des gains illicites et déshonnêtes.
L’argent lui fond dans les mains. Se dit d’un prodigue, d’un dissipateur.
Ils sont comme les deux doigts de la main. C’est-à-dire, inséparables ; ils vivent dans une grande familiarité.
Tous les doigts de la main ne se ressemblent pas. Signifie que dans la société, on rencontre des humeurs et des caractères différens.
Il faut regarder à ses mains plutôt qu’à ses pieds. Se dit d’un homme dont la probité est suspecte.
Il est Normand, il a les mains crochues. Parce qu’on prête beaucoup de finesse et d’habileté aux habitans de cette province, surtout dans leur manière de traiter. Il est certain que, quelque peu fondé que soit leur droit dans une affaire, ils ont l’adresse de la faire tourner toujours à leur avantage.
Il ne va jamais sans ses mains. Se dit d’un escroc, d’un fripon, d’un homme qui vit d’une industrie infâme.
De marchand à marchand, il n’y a que la main. Pour dire, qu’il suffit de toucher dans la main entre marchand, pour conclure un marché. Signifie aussi que le commerce égalise toutes les conditions.
Mettre le pain à la main de quelqu’un. L’assister dans la nécessité, ou lui ouvrir le chemin de la fortune.
Les mains lui démangent. Pour, il a envie de se battre ; il y a long-temps qu’il s’est battu.
Il a la main à la pâte. Pour, il est dans un emploi lucratif où il fait de bons profits.
Il faut aller bride en main dans cette affaire. Pour dire, prudemment, avec retenue.
Il a des mains de laine et des dents de fer. Se dit d’un homme nonchalant et paresseux, qui ne sait rien faire que boire et manger.
C’est un homme de sa main. Pour une de ses créatures.
Prenez cela de ma main. Pour, ayez confiance dans ce que je vous donne. Locution marchande, pour engager les chalands à acheter.
Jouer à la main chaude. Au propre, jouer au jeu de la main chaude ; au figuré, avoir les mains liées derrière le dos, comme le sont ordinairement les patiens que l’on conduit au supplice, et par allusion avec ce jeu. Voy. Chaude.
Mettre la main à la pâte. Se mêler des travaux les plus difficiles, des plus petits détails d’une affaire ; prendre part aux services domestiques ; se servir soi-même.
Il n’y va pas de main morte. Pour, il touche ferme ; il travaille avec ardeur.

Rigaud, 1881 : La totalité des cartes constituant une partie, soit au baccarat, soit au lansquenet. La main réglementaire est de quatre jeux de cinquante-deux cartes.

Rigaud, 1881 : Série de coups gagnés, — dans le jargon des joueurs de baccarat et de lansquenet. — Avoir la main, tenir les cartes à son tour. — Prendre la main, prendre les cartes qu’un joueur quitte après un ou plusieurs coups de gain. — Passer sa main, ne pas prendre les cartes à son tour. — Passer la main, passer les cartes après un ou plusieurs coups gagnés. — Brûler la main, jeter au panier les cartes du talon, après avoir gagné, en banque, un certain nombre de coups.

Main (acheter à la)

Fustier, 1889 : Acheter comptant.

Il joignait à ce commerce connu… les prêts usuraires à la petite semaine et la vente au bazar avec de gros bénéfices, d’objets fabriqués en salle et qu’il achetait à la main, bien au-dessous de leur valeur.

(Humbert, Mon bagne)

Main chaude (jouer à la)

Larchey, 1865 : Être guillotiné. V. Raccourcir.

Rigaud, 1881 : Être guillotiné. Allusion à la position du patient.

France, 1907 : Être guillotiné. Allusion à la posture du condamné mis sur la bascule et dont les mains sont liées derrière le dos. Acheter à la main chaude, payer comptant.

Main experte (avoir la)

Delvau, 1864 : Savoir bien branler les hommes, chose difficile, en effet, et pour laquelle toute femme galante doit faire un apprentissage fort long et très minutieux, — manutieux, dirait Commerson.

J’ai les deux mains expertes,
Entrez dans mon boudoir.

(A. Montémont)

Main légère (avoir la)

Delvau, 1864 : Se dit d’une femme versée dans l’art de la volupté, qui branle un homme avec une telle dextérité qu’il jouit sans savoir à quoi attribuer sa jouissance, à une bouche ou à une main.

Main me démange (la)

France, 1907 : Cette expression se met dans la bouche d’une personne qui a une violente démangeaison de corriger quelqu’un.

Mainesse

Rossignol, 1901 : Femme.

Mains courantes

Merlin, 1888 : Se dit plaisamment pour pieds ou souliers.

Rossignol, 1901 : Pieds. Des souliers sont aussi des mains courantes.

France, 1907 : Pieds, souliers, bottes. Étuis de mains courantes, chaussures.

Mains croches

Rossignol, 1901 : On désigne ainsi un voleur.

Mains de beurre

Delvau, 1866 : s. f. pl. Mains maladroites, qui laissent glisser ce qu’elles tiennent. Argot du peuple.

Mains nickelées

France, 1907 : Mains fermées, mains d’avare qui ne s’ouvrent pas facilement.

Les ladres invoquent encore un prétexte pour s’excuser d’avoir, comme on dit au faubourg, les mains nickelées. « Nous avons peur d’offenser, disent-ils, nous craignons qu’on ne nous refuse. » Qu’ils se rassurent !

(François Coppée)

Mains-courantes

Rigaud, 1881 : Souliers, — dans le jargon des ouvriers.

Maique

France, 1907 : Fille. Vieux mot.

Mais

d’Hautel, 1808 : Il a toujours des si et des mais à votre service. Pour, il trouve des obstacles dans tout ; à redire et contredire en toute chose.
On dit aussi, dans le sens opposé, il n’a ni si ni mais, pour, il est franc, ouvert, éloigné de toute-finesse.
N’en pouvoir mais ; je n’en puis mais. Pour, je n’y peux rien ; ce n’est pas ma faute.

Maison

d’Hautel, 1808 : Il est comme les enfans de bonne maison, à table jusqu’au menton. Se dit en plaisantant d’un homme très-petit, qui siège à une table fort élevée.
On le traitera en enfant de bonne maison. Pour on le châtiera d’importance, comme il le mérite.
Qui veut tenir nette sa maison, n’y mette ni femme, ni enfans, ni pigeons.
N’avoir ni maison ni butin.
N’avoir aucun héritage à espérer.
Charbonnier est maître en sa maison. Signifie que chacun est maître de vivre chez lui comme il lui plaît.
La maison du roi. Pour dire, prison, cachot, maison de justice.
Cette terre a été vendue par-dessus les maisons. Pour dire, excessivement chère.
C’est la maison du bon Dieu, on n’y boit ni on n’y mange. Se dit par raillerie d’une maison où l’on ne reçoit personne à manger.
Fait comme un brûleur de maisons. Se dit d’un homme mal vêtu, dont l’habillement est dans le plus grand désordre.
Quand on voit brûler la maison de son voisin, on a sujet d’avoir peur. Se dit à un homme qui présume qu’on va lui faire le même mal qu’on a fait à son voisin ou à son associé.

Maison (dame de)

France, 1907 : Maîtresse d’une maison de tolérance.

Maison (être en)

France, 1907 : Compter dans le personnel d’un lupanar.

— Not’ fille elle est ben placée à Paris.
— Elle est en condition ?
— Non, elle est en maison.

(Les Propos du Commandeur)

Si a veut pas s’faire eun’ raison,
Un matin j’y jambonne l’blaire,
Et pis après je m’fais la paire
Et j’prends eun’ gonzess’ en maison.

(Aristide Bruant)

Maison (femme de)

Rigaud, 1881 : Pensionnaire d’une maison autorisée. — Être en maison, appartenir à une maison autorisée, — dans le jargon des filles.

Maison (gens de)

Rigaud, 1881 : Messieurs et mesdames les domestiques. — Les gens de maison donnent une fois par an un très beau bal à la salle Valentino, ce qui leur procure l’occasion de singer, une fois par an, les belles manières de leurs maîtres.

Maison à gros numéro

Delvau, 1864 : C’est le Lupanar des anciens et le Bordel des modernes. Sur le premier étaient peintes les armes parlantes du dieu de Lampsaque — une pine gigantesque et ses deux agréments. Sur le second est peint un énorme numéro qui engage les passants libertins à y entrer.

C’est l’infecte maison ou l’effroi se promène,
L’auberge dont l’enseigne est un gros numéro.

(A. Glatigny)

Maison à partie

Rigaud, 1881 : Maison de prostitution clandestine où certaines femmes du monde, certaines actrices en renom, vont faire concurrence aux filles des maisons autorisées.

Maison à parties

France, 1907 : Maison de jeu qui couvre une maison hospitalière. On y passe de la partie de cartes à la partie de dames, de l’as de trèfle à l’as de cœur ou de pique.

Un grand salon est ouvert à tous les amateurs ; on risque galamment quelques louis, et entre deux parties on passe à une autre variété d’exercice dans une chambre ad hoc. Quelques-unes de ces maisons, connues sous le nom de maisons à parties, sont le suprême du genre.

(Léo Taxil, La Prostitution contemporaine)

Maison à parties ou de passe

Delvau, 1864 : Maison particulière, d’apparence honnête, où les filles libres viennent tirer leurs coups avec les michés qu’elles ont levés en route.

Maison à Uzerche château en Limousin

France, 1907 : Uzerche est une petite ville de la Corrèze, actuellement chef-lieu de canton. Elle était fort importante autrefois et passait pour la seconde ville du bas Limousin. Située sur une colline escarpée au pied de laquelle coule le torrent de Vézère, on la disait presque imprenable, d’autant que chaque maison paraissait comme une petite citadelle, de là le dicton : Qui a maison à Uzerche a chasteau en Lymousin.

Maison de campagne

Merlin, 1888 : Tente du soldat, — par calembour.

France, 1907 : Prison.

Maison de Molière (la)

Delvau, 1866 : Le Théâtre-Français, — dans l’argot des sociétaires de ce théâtre, qui n’y exercent pas précisément l’hospitalité à la façon écossaise. Sous le premier Empire c’était le Temple du goût, et, sous la Restauration, le Temple de Thalie.

Maison de passe

France, 1907 : Maison où l’on accueille les personnes de différents sexes qui s’y donnent rendez-vous.

Un grand nombre de maisons de passe sont sous la coupe de la polie. Ce sont des maisons tolérées par l’administration, à qui elles rendent de fréquents services en dénonçant les prostituées inscrites qui viennent s’y cacher.

(Dr Jeannel)

Eh quoi ! une malheureuse que la faim, la misère poussent sur le trottoir est exposée, à chaque minute, à être ramassée dans une de ces rafles qui, de temps à autre, soulèvent de dégoût le cœur de Paris, et, dans ces lupanars autorisés, où la gargote du jour se transforme la nuit en maison de tolérance, à moins que ce ne soit — pis encore ! — en maison de passe, la police laisse, sous son œil bienveillant, avec la fameuse permission de 3 heures du matin, se pratiquer le marchandage de chair humaine le plus éhonté, le plus révoltant qui se puisse imaginer.

(La Nation)

Maison de société

Delvau, 1866 : s. f. Abbaye des S’offre-à-tous, — dans l’argot des bourgeois.

Maison de société ou à gros numéro

France, 1907 : Lupanar. Fille de maison, prostituée pensionnaire d’un lupanar. Maîtresse de maison, tenancière d’un lupanar.

Maison de tolérance

Delvau, 1864 : Bordel, que non-seulement la préfecture de police tolère, mais encore qu’elle autorise pour la satisfaction des besoins du public célibataire — et surtout marié.

Maison de verre

France, 1907 : Lieu de rendez-vous où les ébats des amoureux sont livrés, à leur insu, à la curiosité lascive de jeunes et vieux débauchés par d’imperceptibles lucarnes. Les messieurs sont appelés les voyeurs.

Quant à ses aventures anacréontiques, s’il faut ajouter foi à tout ce qu’on raconte, elles atteindraient un chiffre assez considérable pour le placer au nombre des jouisseurs les plus émérites et les plus effrénés ; mais il est à regretter, dit-on, qu’il ait quelquefois recherché ses favorites parmi les habituées des maisons de verre telles que celle de la rue Duphot, lesquelles servent de rendez-vous aux amours aussi faciles que libertines, et que tolère avec tant de complaisance la police des mœurs.

(Numa Gilly, Mes Dossiers)

Maison des hussards

France, 1907 : Nom donné, sous le second empire, à un repaire de pédérastes, à cause de la veste courte et de coupe militaire qu’ils portaient et à l’aide de laquelle ils attiraient les regards dans les lieux publics.

Maison hospitalière

France, 1907 : Mot employé par les gens le bon ton pour désigner un lupanar ou une maison de passe.

Un soir, après un diner copieux entre anciens camarades de collège, diner faussement cordial, où les hommes les plus graves, à force d’évocations enfantines, prennent des allures et des aspects de vieux gamins, — Combarailles, Citronnet et le gros Frédéric, avec deux ou trois copains encore, tous absolument gris, s’en furent achever la soirée dans une maison hospitalière des alentours de la Bibliothèque nationale.

(Maurice Montégut, Gil Blas)

Maison où l’on est libre

Rigaud, 1881 : Maison où une fille est libre de recevoir des visites à toute heure du jour et de la nuit sans encourir la moindre observation de la part du concierge, — dans le jargon des coryphées du trottoir.

Maisonnée

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris, pour désigner : une famille qui demeure dans une même maison.

Delvau, 1866 : s. f. Les personnes, grandes et petites, qui composent une famille, — dans l’argot du peuple.

Maître

d’Hautel, 1808 : Il est maître de mettre les chiens à la porte, et lui le premier. Se dit d’un homme qui s’arroge des droits et une autorité que le véritable maître ne lui a point conférés.
Monsieur le maître. Nom flatteur que les artisans donnent aux gens de qualité qui les employent.
Tel maître, tel valet. Pour dire que les valets imitent leur maître. Ce proverbe se prend plus souvent en mauvaise part qu’en bonne.
Il faut être compagnon de sa femme, et maître de son cheval. Signifie qu’il faut traiter sa femme avec douceur, et son cheval avec sévérité.
Un maître Gonin. Un rusé, un finot, un homme peu délicat en affaires, qui ne cherche qu’à tromper ceux qui traitent avec lui.
Maître Aliboron. Entremetteur ; homme dénué de toutes connoissances, et qui veut faire l’entendu dans tout.
Maître fripon ; maître sot ; maître fou. Se dit par exagération, et pour donner plus de force à ces sortes d’épithètes.
Passer maître quelqu’un. Pour, dîner sans lui ; ne pas l’attendre.
Passer maître. Signifie aussi prendre une maîtrise ; et, figurément, surpasser celui dont on a pris des leçons.
Trouver son maître. Rencontrer quelqu’un plus fort, plus savant que soi.
C’est la cour du roi Pétaut, tout le monde y est maître. Se dit d’une maison mal tenue, où chacun y fait ce qu’il veut. Voy. Pétaut.

Maître (être)

Ansiaume, 1821 : Ouvrir une porte à volonté.

J’ai goupiné après la carrouble, mais je suis maître.

Maître chanteur

France, 1907 : Individu qui exploite les passions de certains autres sous la menace d’une dénonciation. Le prix de son silence est tarifé suivant la position sociale du coupable. Des gens très honorables ont dû passer par les exigences des maîtres chanteurs, de crainte du scandale.

Maître Gonin (un tour de)

France, 1907 :

Gardez-vous-en, c’est un maître Gonin ;
Vous en tenez, s’il tombe sous sa main,

dit La Fontaine.
Un maître Gonin était donc un fripon rusé, un adroit coquin. Cette expression, qui n’est plus guère usitée, remonterait à une espèce de charlatan du nom de Gonin que servait en qualité de magicien dans la domesticité de François Ier. En 1713, une sorte de roman anecdotique en deux volumes parut sous le titre : Les Tours de Maître Gonin. C’est une compilation d’anecdotes burlesques où le magicien de François Ier joue le rôle principal.

Maître Jacques

France, 1907 : Homme à tout faire, apte à tous travaux. Expression tirée de l’Avare de Molière, où le domestique du nom de maître Jacques est à la fois cocher, valet de chambre, cuisinier.

Dans mon escouade, sous prétexte que j’étais le plus jeune, où m’aurait volontiers donné le rôle de maitre Jacques. Aller chercher du bois, faire et entretenir le feu, faire la cuisine, — peu compliquée, il est vrai— balayer la chambre, etc. Je regimbais et de violentes querelles surgissaient entre moi et les autres, surtout avec le caporal, duquel on obtenait tout avec un petit verre.

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

Ah ! c’était un fameux sergent que maître Jacque !
Ses officiers l’avaient doté de ce surnom
Pour avoir, certain jour et dans certaine attaque,
Joué de tout un peu, fusil, sabre et canon.

(Paul Déroulède, Nouveaux Chants du soldat)

Maître Jacques ou contrecoup

Rossignol, 1901 : Contremaître.

Maître-autel

Delvau, 1864 : Le mont de Vénus, universel objet d’adoration de la part des fidèles qui y voient resplendir leur Dieu — ou plutôt leur déesse.

Elle est belle, ma Joséphine ! elle a un chouette maître-autel !… un riche tabernacle !…

(Tisserand)

Maîtres chanteurs

Virmaître, 1894 : Individus qui font payer des imbéciles pour acheter leur silence. Il y en a de différentes catégories. Le maître chanteur financier qui fait chanter les sociétés financières. Le maître chanteur qui se sert d’un Jésus pour faire chanter l’homme à passions contre nature. Il y a des maîtres chanteurs dans toutes les classes de la société (Argot du peuple).

Maîtresse

Delvau, 1864 : Fille ou femme dont on est le maître, — quand on n’en est pas l’esclave battu, cocu et content ; épouse illégitime à laquelle on est plus fidèle qu’à l’épouse légitime, et qui se moque de vous tout autant que celle-ci ; la femelle du marlou.

Le maître de quelques-unes, c’est leur mari, espérons-le, pour l’honneur de la morale ; le maître d’un plus grand nombre, c’est leur caprice ; le maître de toutes, c’est leur luxe… Quant à l’amant, il n’en saurait être question ici… D’ailleurs, quand une femme a un amant, elle est sa maîtresse : ce n’est donc pas lui qui en est le maître.

(H. de Pène.

Pour la femme, soyez bon !
Prouvez-lui votre tendresse !
C’est ce bougre de Léon
Qu’est l’amant de ma maîtresse.

(G. Nadaud)

Et moi, nom d’un… quoi que j’ possède ?… Un pantalon, qu’ le commissaire m’a déjà fait dire qu’on voyait c’ que j’portais ; des gilets, j’en manque, j’en ai jamais éva avec toi : des bottes qui r’niflent, quand j’marche pas sûr ses tiges… Et j’ai une maîtresse.

H. Monnier)

Maîtresse de piano

Delvau, 1866 : s. f. Dame d’âge ou laide qui vient chaque matin chez les petites dames leur faire les cors, ou les cartes, ou leur correspondance amoureuse. Argot de Breda-Street.

Virmaître, 1894 : Professeur qui apprend aux cocottes illettrées le moyen de tirer des carottes par correspondance à leurs amants. En fait de musique elle coupe les cors et tire les cartes. Elle procure au besoin (Argot des filles).

France, 1907 : Entremetteuse qui, sous prétexte d’enseigner la musique, procure des jeunes filles aux vieux messieurs.

Major

Larchey, 1865 : « Le chirurgien, le tambour-major, le sergent-major, enfin le gros et inévitable major, sont dénommés indistinctement majors. »

(L. Huart)

Delvau, 1866 : s. m. Chirurgien, — dans l’argot des soldats.

Rigaud, 1881 : Chirurgien militaire, — dans le jargon des troupiers.

Major de queue

France, 1907 : Le dernier d’une promotion à l’École polytechnique.

Major de table d’hôte

Delvau, 1866 : s. m. Escroc à moustaches grises et même blanches, à cheveux ras, à redingote boutonnée, à col carcan, à linge douteux, qui sert de protecteur aux tripots de la banlieue.

Rigaud, 1881 : Pseudo-militaire retraité dont l’emploi consiste à découper la volaille, dans une table d’hôte, et à tricher au jeu après dîner, quelquefois en attendant le dîner, quand les dupes abondent.

La Rue, 1894 : Escroc, ayant l’apparence d’un militaire retraité, qui pérore aux tables d’hôte et triche aux cartes après le dîner.

Virmaître, 1894 : Individu à tout faire, qui est maquereau à l’occasion. Le major a toutes les apparences d’un militaire en retraite ; il porte à la boutonnière une rosette multicolore d’ordres exotiques. Le major de table d’hôte est un rastaquouère de premier ordre (Argot du peuple et des filles).

France, 1907 : Ancien on pseudo-militaire qui préside aux tables d’hôte des tripots auxquelles son extérieur donne un certain air de respectabilité.

Un grand homme ne demeure pas toujours un grand homme, ni un événement un grand événement. Certain jour arrive où les forces que cet homme ou cet événement représentait à notre imagination, et par lesquelles il dominait notre existence, sont épuisées, de telle sorte que sa domination et son prestige cessent d’être réels. Dans l’ordre des faits, dans l’ordre intellectuel aussi, la Révolution française a cessé de nous faire sentir son impulsion, et, pareille à ces vieux héros polonais qui, après avoir étonné le pan-slavisme, ne furent plus, en changeant de milieu, que des majors de table d’hôte, elle doit se contenter d’occuper la place d’honneur dans les toasts des comices agricoles.

(Maurice Barbès)

Major de tête

France, 1907 : Élève de l’École polytechnique classé avec le numéro 1.

Majoritard

France, 1907 : Membre de la majorité de la Chambre. Individu qui se met toujours du côté du nombre, et, quand on tient le balai, du côté du manche.

Le czar Nicolas II, souverain maître de la Russie, vient de reconnaitre dans un ukase « le triste sort de ceux qui, plongés dans la misère, cherchent vainement un asile et un travail » ; ce maître après Dieu pense qu’il est urgent de venir en aide à des malheureux en leur procurant du travail. De telles réflexions devraient faire rougir de honte (s’ils pouvaient rougir !) nos gouvernants, ministres et députés majoritards, trop occupés à entretenir leur graisse pour se préoccuper de ceux qui meurent de faim, faute de trouver de l’ouvrage.

(Alphonse Argence, Le Monde nouveau, octobre 1895)

Majors

Rigaud, 1881 : Premiers élèves reçus à l’École Polytechnique. — Major de queue, dernier élève reçu à l’École.

Maki

Vidocq, 1837 : s. m. — Fard.

Mal

d’Hautel, 1808 : Le mal de l’un ne guérit pas celui de l’autre. Signifie qu’ici-bas, les chagrins et les peines sont personnels, et que les plaintes ne délivrent personne du mal qu’il ressent.
C’est de l’onguent miton mitaine, qui ne fait ni bien ni mal. Se dit d’un remède sans efficacité.
Il n’est pas mal, pour mettre dans le canal. Voy. Canal.
Mal sur mal n’est pas santé. Se dit de plusieurs accidens qui arrivent coup sur coup.
Qui mal l’y veut, mal l’y torne. Signifie qu’il arrive souvent le mal que l’on souhaite aux autres.
Chacun sent son mal. Se dit lorsque quelqu’un ressent une peine secrète dont il ne veut pas faire connoître la cause.
Être mal à cheval. Pour dire, avoir des affaires dérangées, ruinées.
Aller de mal en pis. Signifie tomber journellement dans de plus grands embarras, dans de plus grands inconvéniens ; il se dit aussi d’un malade qui empire.
Mal d’autrui n’est qu’un songe. Voy. Autrui.

Mal (faire)

Larchey, 1865 : Faire pitié.

Qu’on vienne baiser son vainqueur — Comme tu me fais mal !

(Gavarni)

Mal a gauche

France, 1907 : Maladroit ; jeu de mot.

Mal au genou (avoir)

France, 1907 : Être enceinte.

Mal au ventre

France, 1907 : Loterie des baraques foraines, dans l’argot des forains.

— Tu ne t’aperçois donc pas, répondit l’Avocat, que si Panpan ne touche pas à la table, il s’y appuie ? Avec sa hanche, il pousse une tringle glissée dans l’épaisseur du bois ; il pèse sur le pivot, l’arrête à volonté.
— C’est même pour cela, conclut Panpan, que la loterie s’appelle, entre nous, le mal au ventre.

(Hugues Le Roux, Les Larrons)

Camaro de la petit’ pègre,
Tiens les bons trucs sur la lègre :
La Parfaite et le quarante-huit,
Le Mal au ventre et le Biscuit.
Du croquant fais une lessive,
Chope-lui cornant, douille et sive ;
Puis, si tu rebouinais l’arnac,
Défouraille, t’irais dans l’lac.

(Hogier-Grison)

Mal aux cheveux (avoir)

France, 1907 : Être indisposé au lendemain d’une débauche.

Mal aux pieds (avoir)

Merlin, 1888 : Être chaussé de guêtres de toile. Celles-ci mal ajustées, ont, en effet, l’apparence de linges, de bandages entourant les pieds.

Mal blanchi

Larchey, 1865 : Nègre.

Va donc ! mal blanchi, avec ta figure de réglisse.

(Bourget)

Delvau, 1866 : s. et adj. Nègre, — dans l’argot des faubouriens.

Virmaître, 1894 : Nègre. Une plaisanterie populaire très usitée consiste à dire à un nègre :
— Si on te conduit chez le commissaire, je ne te vois pas blanc (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Celui qui a la peau noire.

Hayard, 1907 / France, 1907 : Nègre.

France, 1907 : Sobriquet infamant donné aux députés et aux sénateurs compromis dans des affaires véreuses et avant bénéficié d’une ordonnance de non-lieu. Dans les tripotages du Panama, le nombre des mal blanchis fut considérable. On prétendit que, s’il avait fallu poursuivre, les trois quarts des députés et des sénateurs eussent été mis à Mazas.

Ce serait une injustice historique de méconnaître en Grévy un patron, un précurseur. Certes, avant lui, nous avions eu pas mal de députés et sénateurs pris en flagrant délit de vol ; c’est un risque professionnel ; mais il a créé un genre, le genre des non-lieu.
Comme l’honorable M. Schœlcher fut surnommé « le père des nègres », le peu honorable Grévy peut être dit « le père des mal blanchis ».

(Maurice Barrès, La Cocarde)

Mal choisi

Delvau, 1866 : s. m. Académicien, — dans l’argot des faubouriens, qui ont parfois raison.

Mal de Naples

France, 1907 : Nom donné autrefois à la syphilis. On disait aussi mal italien, mal de Sicile.

Ce fléau d’Amérique, les Français l’ont d’abord appelé le mal italien : après l’entrevue de François Ier et de Henri VIII au camp du Drap d’or, les Anglais en firent le mal français. On ferait bien de l’appeler le mal philosophique, car il compte parmi ses victimes Pierre le Grand, Christian VII, Frédéric II, Joseph II, Léopold II, Louis XV, le duc d’Orleans-Égalité, le prince de Lamballe, le maréchal de Saxe, le duc d’Aiguillon, de Brienne, Amelot, le marquis d’Argens, le comte de Tilly, Mirabeau, soi-disant l’ami des hommes, Gentil-Bernard, La Harpe, Linguet et surtout Chamfort, qui en offrit le plus beau cas.

(Louis Nicolardot, Les Cours et les salons au dix-huitième siècle)

Mal de Sicile

France, 1907 : Syphilis. Voir Mal de Naples.

— Arrière, pendarde ! Tu n’auras ni les sous d’or, ni la montre de ma grand’tante. D’autant plus que je crois reconnaître en toi, sous ton habit d’Égyptienne, une de la rue Glatigny, qui mit en fort mauvais point, l’autre semaine, un cocquebin, mon courtaud de boutique, lequel avait voulu apprendre, la veille de ses noces, son office de mari : et non seulement la mariée en eut le mal de Sicile, mais les sept ou huit cousins, et autres gens, à qui elle avait promis la desserte du repas nuptial. C’est une famille qui a vraiment lieu de se plaindre.

(Catulle Mendès)

Mal de terre

France, 1907 : Épilepsie.

Mal des ardents

France, 1907 : Nom donné au moyen âge à la syphilis, qu’on appelait aussi mal ou feu sacré. « Il est certain que l’opinion publique, sans trop se rendre compte de ce que ce mal pouvait être, en attribuant l’invasion à un châtiment du ciel et la guérison à l’intercession de la Vierge et des saints. Ce furent sans doute les ecclésiastiques qui débaptisèrent le mal sacré pour lui imprimer, comme un sceau de honte, le nom de mal des ardents, que le peuple changea depuis en mal de Saint-Main et en feu Saint-Antoine, parce que ces deux saints avaient eu l’honneur de guérir ou de soulager beaucoup de maladies. Le pape Urbain II fonda, sous l’invocation de ce dernier saint, un ordre religieux dont les pères hospitaliers prenaient soin exclusivement des victimes du mal des ardents. »

(Le Bibliophile Jacob, Recherches sur les maladies de Vénus)

Mal donne

Rossignol, 1901 : Dans un partage, celui qui ne croit pas avoir sa part dit : il y a mal donne, c’est à recommencer.

Mal embouché

Delvau, 1866 : adj. et s. Insolent, grossier, — dans l’argot du peuple.

Mal ficelé

Delvau, 1866 : s. m. Garde national de la banlieue, — dans l’argot des faubouriens.

Mal moulé

Rossignol, 1901 : Individu difforme.

Mal nommés

France, 1907 : « Nom que donnent par dérision les ouvriers aux pièces aux ouvriers en conscience. »

(Eug. Boutmy, Argot des typographes)

Mal ou feu Saint-Antoine

France, 1907 : L’un des noms de la syphilis au moyen âge. En raison des guérisons qu’on lui attribuait, saint Antoine était devenu le patron des lépreux et des syphilitiques. C’est pourquoi le porc, sujet à la lèpre et dont la chair est malsaine dans les pays chauds, devint son animal symbolique. « Que le feu Sainct-Antoine vous arde le boyau culier ! » disait-on au temps de Rabelais. Voir Mal des ardents, Mal des Naples.

Mal peignée

France, 1907 : Fille publique, appelée ainsi vers 1860, non parce que ces demoiselles ne se peignent pas, mais à cause de leur chevelure hérissée, de leur coiffure, dite à la chien.

Mal pensants (journaux)

France, 1907 : Feuilles publiques qui ne pensent pas comme vous. Les cléricaux emploient surtout cette expression pour les journaux républicains, quand ceux-ci racontent quelque fredaine des membres du clergé.

Les journaux mal pensants ne manquent jamais de relater ces esclandres. Aussi, pour que la quantité ne puisse en être connue, l’archevêque a autorisé les prêtres du diocèse à ne pas porter la soutane.

Mal pour le canal (pas)

Rigaud, 1881 : Se dit en parlant d’une femme laide, en observant un temps d’arrêt après le mot mal.

Mal rasés

Merlin, 1888 : Sapeurs.

Mal sacré

France, 1907 : Voir Mal des ardents.

Mal Saint-Avertin

France, 1907 : On appelait ainsi autrefois la folie furieuse dans laquelle entrent les alcooliques. Elle avait plusieurs degrés, dit Charles Nisard. Le premier indiquait un simple vice de caractère, comme par exemple celui qui se manifeste chez les personnes gâtées dans leur enfance, et qui s’emportent jusqu’à la fureur à la moindre contradiction. Le dernier degré était l’épilepsie.

Comme on traitait le mariage
D’une maligne et d’un malin,
Un des parents dit : C’est dommage,
Ils se battront soir et matin.
Lors dit un d’entre eux, le plus sage :
Il les faut mettre ensemble, afin
Qu’à tout le moins saint Avertin
Ne puisse troubler qu’un ménage.

(Des Accords des Touches)

Mal Saint-Fiacre

France, 1907 : Hémorroïdes.
« Le mal Saint-Fiacre la puisse prendre et la faire trotter ! » dit un vieux dicton, mauvais souhait adressé aux femmes acariâtres, car l’on sait que ce mal fort déplaisant vient de l’âcreté des humeurs.
Fleury de Bellingen cite à ce sujet les six vers burlesques suivants :

Grand bien fait ce mal de Saint-Fiacre,
Qui veut dire autant que fiacre,
Quand on vide le sang du cu
À gens mornes comme cocu,
À la phrénésie enragée
Par le cu la tête est purgée.

(L’Hippocrate dépaysé)

Mal Saint-François

France, 1907 : Misère. Saint François était le fondateur des ordres mendiants. Nos pères avaient mis une foule de maux sous le patronage de saints. Le mal Saint-Genou était la goutte, le mal Saint-Antoine la syphilis, le mal Saint-Gilles le cancer, le mal Saint-Jean le mal caduc, le mal Saint-Main la gale. On disait d’une galeuse : demoiselle de Saint-Main.

Saint Cloud guérit les clous ; saint Cornet les sourds ; saint Denis, l’anémie ; saint Marcou, les maux de cou ; saint Eutrope, les hydropiques ; saint Aignan, les teigneux ; et il est généralement admis que l’on doit prier le jour de la Toussaint pour se préserver de la toux.
Et voilà comment le bon peuple de France est toujours le peuple le plus éclairé et le plus spirituel de l’univers !

(Hector France, Le Roman du curé)

Mal Saint-Gilles

France, 1907 : Voir Gilles.

Mal Saint-Martin

France, 1907 : Ivrognerie, ivresse. Vieille expression hors d’usage qui a pour origine la vente des vins qui se faisait à la foire de la Saint-Martin.

Mal sucré

France, 1907 : Faux témoin.

Mal uni

Rossignol, 1901 : Celui qui a le visage marqué de la petite vérole.

Mal vêtus (dieu aide les)

France, 1907 : « Dieu prend pitié des pauvres gens. » Dicton inventé pour faire prendre patience aux déshérités de la vie. Il en est quantité de ce genre : Dieu aime la créature à qui il envoye du mal pour luy souvenir de luy… Dieu mesure le froid à la brebis tondue… Dieu donne le froid selon la robe, etc., etc. Mais le facétieux bon sens de nos pères a répondu par d’autres adages à cette soporifique eau bénite : Dieu donne fil à toile ourdie, c’est-à-dire qu’il accorde ses faveurs à ceux qui n’ont besoin de rien.

Mal-à-gauche

Delvau, 1866 : s. et adj. Maladroit, — dans l’argot facétieux et calembourique des faubouriens.

Mal-blanchi

Rigaud, 1881 : Nègre, mulâtre. — Superficiellement guéri de la syphilis.

Mal-donne

Delvau, 1866 : s. f. Fausse distribution de cartes. — dans l’argot des joueurs.

Mal-nommés

Boutmy, 1883 : s. m. pl. Nom que donnent par dénigrement les ouvriers aux pièces aux ouvriers en conscience.

Mal-sucré

Rigaud, 1881 : Faux témoin, — dans le jargon des voleurs.

Malade

d’Hautel, 1808 : Il n’en mourra que les plus malades. Se dit en plaisantant, pour faire entendre qu’un danger n’est pas grand ; qu’on espère s’en tirer sain et sauf.
On dit aussi, dans le même sens, Bien malade qui en meurt.
Vous voilà bien malade !
Se dit par raillerie, pour, plaignez-vous donc, vous en avec bien sujet ?

Vidocq, 1837 : s. — Prisonnier, prisonnière.

Larchey, 1865 : Prisonnier. — Maladie : Emprisonnement (Vidocq). V. Hôpital.

Delvau, 1866 : adj. et s. Prisonnier, — dans l’argot des voleurs, qui ont perdu la santé de l’âme. Être malade. Être compromis.

Rigaud, 1881 : Arrêté ; inculpé. — Maladie, emprisonnement, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Accusé. Emprisonné.

Malade (être)

Bras-de-Fer, 1829 : Être en prison.

France, 1907 : Être en prison ; argot des voleurs.

Malade du pouce

Larchey, 1865 : Fainéant dont la paresse constitue la seule infirmité. — Malade du pouce : Avare.

Il est malade du pouce. Ça empêche les ronds de glisser.

(Monselet)

C’est-à-dire : ses doigts ne peuvent se résoudre à laisser échapper la moindre monnaie.

Delvau, 1866 : adj. Avare, homme qui n’aime pas à compter de l’argent, — aux autres. Argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : adj. Paresseux, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Avoir le pouce démis pour son argent.

Rigaud, 1881 : Avare. — Paresseux.

France, 1907 : Paresseux. Se dit aussi pour avare.

Maladie

Vidocq, 1837 : s. m. — Emprisonnement.

Delvau, 1866 : s. f. Emprisonnement ! Argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Emprisonné (Argot des voleurs).

France, 1907 : Emprisonnement.

Maladie !

Rigaud, 1881 : Exclamation des voyous, quand on leur dit quelque chose qui leur déplaît, quand ils ne veulent pas faire quelque chose.

Maladie (la)

Delvau, 1864 : C’est celle qui n’a pas besoin de nom — quoiqu’elle en ait un — pour être sue de ceux qui lisent les affiches des Charles-Albert, des Giraudeau de Saint-Gervais, des Ollivier, et autres Fontinaroses modernes. C’est celle que Pline appelait morbus sonticus, et Celse major morbus !

Le soir, ils vont voir des gueuses
Qu’ils baisent dessus leurs lits.
Pour leurs femmes (les malheureuses !)
Ils y donnent la maladie.

(Guichardet)

Maladie de neuf mois

Rigaud, 1881 : Grossesse. — Ce ne sera rien, c’est une maladie de neuf mois.

France, 1907 : Grossesse.

Maladie du pouce

France, 1907 : Paresse ou avarice.

Maladroits (sonner aux)

Rigaud, 1881 : « Quand on sonne pour l’exercice à pied, les cavaliers disent qu’on sonne aux maladroits, parce que ce travail n’est imposé qu’aux conscrits. » (Fr. de Reiffenberg, La Vie de garnison)

Maladroits (sonnerie des)

France, 1907 : Sonnerie qui appelle les soldats à l’exercice.

Malaisée (danser la)

France, 1907 : Recevoir une raclée.

Malandre

d’Hautel, 1808 : Espèce de crevasse, de fente, qui se fait au pli du genou d’un cheval.
Il se porte bien, il n’a ni suros ni malandre. Pour dire qu’une personne n’a aucune infirmité.

Malandré, malandreux

France, 1907 : Malade, indisposé.

Malandreux

Delvau, 1866 : s. et adj. Infirme ; malade ; mal à son aise, — dans l’argot du peuple. On disait autrefois Landreux.

Malapatte

France, 1907 : Maladroit ; littéralement, mal à la patte.

Malappris

d’Hautel, 1808 : Un malappris. Homme grossier, sans éducation ; un brutal, un rustre.

Malastiqué

France, 1907 : Malpropre ; argot militaire.

Malbâti

d’Hautel, 1808 : Un malbâti. Terme injurieux. Se dit d’un bambin, d’un marmouzet, d’un vaurien, d’un misérable.

Malbête

d’Hautel, 1808 : Chicanneur, querelleur, homme dangereux, dont il faut se méfier.

Maldine

Delvau, 1866 : s. f. Pension bourgeoise, — dans l’argot des voyous.

Rigaud, 1881 : Collège ; établissement scolaire. C’est-à-dire endroit où l’on dîne mal.

France, 1907 : Pension bourgeoise, restaurant à bon marché.

Mâle

d’Hautel, 1808 : Pour homme, mari, époux. Elle étoit avec son mâle, pour avec son mari.
Un laid mâle, un vilain mâle. Pour dire un homme mal fait, rempli de difformités.
Il a la gorge noire, c’est un franc mâle. Pour dire un homme robuste et vigoureux.
C’est un mariage d’épervier, la femelle vaut mieux que le mâle. Se dit d’un mariage ou la femme l’emporte par son intelligence, sa force et son activité sur son mari ; parce que l’épervier mâle est plus foible et plus chétif que la femelle.

Delvau, 1866 : s. m. Homme, — dans l’argot des faubouriennes, qui préfèrent les charretiers aux gandins. Beau mâle. Homme robuste, plein de santé. Vilain mâle. Homme d’une apparence maladive, ou de petite taille. Signifie aussi Mari.

Mâle (le)

Delvau, 1864 : L’homme.

Je préfère en amour une certaine pose :
Le mâle, sur le dos, sous la femme est placé.

(L. Protat)

Male-nuit (donner la)

France, 1907 : Empêcher de dormir. C’était, au moyen âge, un des pourvoir que s’attribuaient les sorciers et les sorcières. Il suffisait de regarder une certaine étoile et de lui dire : « Je te salue, étoile lumineuse, et te conjure d’aller bailler la male-nuit à telle personne, selon mes intentions. » Et le conjurateur terminait en répétant trois fois : « Va, petite ! Va, petite ! Va, petite ! »

Malechance

Delvau, 1866 : s. f. Fatalité, mauvaise chance, — dans l’argot du peuple.

Malédiction !

d’Hautel, 1808 : Espèce d’interjection qui marque le mécontentement.
C’est une malédiction ! Pour dire que l’on ne peut réussir en rien, que tout ce que l’on entre prend tourne mal.

Malemort

d’Hautel, 1808 : Cet homme mourra de malemort. Pour finira mal, aura une fin funeste.

Malepeste

d’Hautel, 1808 : Sorte de juron qui marque la surprise, l’étonnement. Malpeste comme il y va !

Males semaines

France, 1907 : Incommodités sexuelles, expression des départements du Centre.

La petite lui refusa malgré ses vives instances. Il crut que c’était par vertu ; rien de cela : elle avait ses males semaines.

(Les Cent Curés)

Malfrat

Delvau, 1866 : s. m. Vaurien, homme qui mal fait, ou gamin qui mal fera, — dans l’argot des paysans de la banlieue de Paris. M. Francisque Michel donne Malvas, en prenant soin d’ajouter que ce mot est « provençal » et qu’il est populaire à Bordeaux. M. F. Michel a beaucoup plus vécu avec les livres qu’avec les hommes. D’ailleurs, les livres aussi me donnent raison, puisque je lis dans l’un d’eux que le peuple parisien disait jadis un Malfé (malefactus) à propos d’un malfaiteur, et donnait le même nom au Diable.

Fustier, 1889 : Argot des vagabonds. Le malfrat est un ouvrier travaillant parfois dans les carrières situées aux environs de Paris, mais qui cherche surtout dans ces carrières un gîte et un abri pour échapper aux recherches de la police. Le malfrat s’appelle aussi malfera ou malfranc.

France, 1907 : Mauvais drôle, vagabond ; sans doute, corruption de mal fera.

Malgache

Fustier, 1889 : Argot boulevardier. Ce mot, synonyme de chic, d’élégant, n’a pas vécu. D’ailleurs il n’était pas né viable et avait été mis en circulation en 1886, alors qu’un certain nombre de Malgaches étaient venus s’exhiber au Jardin d’acclimatation.

De mondaines, peu ou point ; en revanche, plusieurs de nos mousseuses les plus malgaches étaient là.

(Événement, février 1887)

Malgracieux

d’Hautel, 1808 : Pour incivil, rude, grossier, malhonnête au dernier point.

Malgré

d’Hautel, 1808 : Malgré lui et ses dents. Pour malgré ses efforts ; quoiqu’il fasse ; en dépit de lui.

Malheur

d’Hautel, 1808 : C’est un petit malheur. Se dit, en plaisantant, d’un accident peu important, et pour exprimer que l’on en est tout consolé.
C’est un malheur causé par un accident. Voy. Accident.

Malheureux

d’Hautel, 1808 : Il est si malheureux, que je crois qu’il se noyeroit dans un crachat. Pour dire que les choses les plus probables, les entreprises les mieux calculées, ne réussissent même pas à un homme qui est dans le malheur.
Les malheureux n’ont point de parens. C’est à-dire, que tout le monde le abandonne.
Il est malheureux en fricassée. Pour dire, il ne fait rien qui vaille ; rien ne lui réussit.
Malheureux au jeu, heureux en femme. Proverbe plus plaisant que réel.

Fustier, 1889 : C’est ainsi que dans les gargotes, dans les restaurants à bas prix, le consommateur nomme le dessert connu sous le nom de quatre mendiants.

Garçon, un lapin chasseur, un panaché, quatre-malheureux et un litre de piccolo, cria notre voisin de table.

(Gagne-Petit, mai 1886)

Malheureux (être)

Virmaître, 1894 : C’est l’état de pauvreté, en français. En typographie, cette expression a une autre signification. Dans une équipe, chacun, à tour de rôle, a son tour de malheureux, la liste en est affichée dans l’atelier de composition. Les malheureux restent après les autres pour corriger, faire les morasses et serrer les formes (Argot d’imprimerie). N.

Malheureux (tour de)

Boutmy, 1883 : Expression récemment introduite dans les journaux et qui est synonyme de Morassier. (V. Morasse et Morassier.)

France, 1907 : Se dit des ouvriers typographes qui restent après les autres pour corriger la morasse ou épreuve faite à la brosse d’une page de journal avant le serrage définitif de la forme. Voir Morasse et Morasser.

Malice

d’Hautel, 1808 : C’est la boîte à la malice. Se dit en plaisantant d’un enfant espiègle, éveillé, et qui annonce des dispositions.
Un innocent fourré de malices. Homme qui joue le simple et le niais, et dont tout le plaisir est de nuire à ses semblables.

d’Hautel, 1808 : Des malices cousues de fil blanc. Pièges grossiers et maladroits ; tours mal combinés que l’on aperçoit au premier coup-d’œil.

Malin

d’Hautel, 1808 : Malin comme une chouette. Manière ironique et contradictoire de dire que quelqu’un est sot et stupide, qu’il a l’air gauche et embarrassé.
Un malin. Pour dire un homme fin, rusé ; très-habile et très-versé dans un art ou une science quelconque.
C’est bien malin. Pour, c’est bien difficile ; c’est un beau miracle.
Le gros malin. Se dit par raillerie d’un homme sot et stupide, qui met beaucoup d’efforts et de vanité à exécuter des choses qui n’offrent par elles-mêmes aucune difficulté.

Malin de la rue de la Plume

France, 1907 : Habile, savant. Avant l’instruction gratuite et obligatoire, celui qui avait une belle écriture passait, aux yeux du peuple, pour un savant.

L’orgueil a perdu les types : ils se sont crus les pauvres fourneaux, des malins de la rue de la Plume. Une seule idée les a tarabustés : lâcher l’atelier pour vivre en marlous sur le dos du populo.

(Le Père Peinard)

Malines

France, 1907 : Large pantalon de grosse toile que les ouvriers mettent par-dessus un autre pantalon pour éviter de l’abîmer en travaillant.

Malinger

Vidocq, 1837 : v. a. — Souffrir.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Malingre

d’Hautel, 1808 : Valétudinaire, cacochyme ; homme d’une santé foible et chancelante.

Malingrer

Larchey, 1865 : Souffrir (Vidocq). — Malingre se dit encore pour souffreteux.

Delvau, 1866 : v. n. Souffrir, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 / France, 1907 : Souffrir.

Malingreux

anon., 1827 : Ceux qui ont de fausses plaies.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Malade.

Bras-de-Fer, 1829 : Qui a de fausses plaies.

Vidocq, 1837 : s. — Ancien sujet du grand Coësré. Il y en avait de deux espèces. Les premiers avaient le ventre dur et gonflé comme des hydropiques ; les seconds montraient aux passans un membre rongé d’ulcères. Les uns et les autres demandaient l’aumône dans les églises ; ils allaient, disaient-ils, en pélerinage à Saint-Merry.

Halbert, 1849 : Ceux qui ont de fausses plaies.

Delvau, 1866 : s. et adj. Souffreteux, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Anciens sujets de la Cour des Miracles, chargés d’exhiber de fausses plaies.

France, 1907 : Faible, chétif. C’était autrefois une variété de mendiants qui simulaient des maladies ou se faisaient des plaies factices.

Malingreux sont ceux qui ont des maux ou plaies dont la plupart ne sont qu’en apparence.

(Le Jargon de l’argot)

Malitorne

d’Hautel, 1808 : Pour sot, niais, stupide et mal bâti.

Delvau, 1866 : s. f. Femme disgracieuse, laide, mal faite, — malè tornata.

Malle

d’Hautel, 1808 : Il a chié dans ma malle jusqu’au cadenas. Voyez Cadenas.
Il a été troussé en malle. Pour dire qu’une personne a été enlevée subitement par une maladie.
On le dit aussi des choses que l’on enlève par surprise et promptement.
Il porte toujours sa malle sur son dos. Se dit par raillerie d’un bossu.

France, 1907 : Salle de police.

— En voilà assez, faut en finir ; tout le peloton couchera à la malle ce soir.

(Georges Courteline)

Malle (chier dans la)

Larchey, 1865 : Faire affront. Mot à mot : chier dans la poche d’autrui.

On se torche à présent de la foi conjugale. Quoi qu’il en soit, Léandre a chié dans ma malle.

(Le Rapatriage, parade du dix-huitième siècle)

Malle (faire sa)

France, 1907 : Mourir, partir pour le grand voyage.

Malle (grosse)

Merlin, 1888 : Prison.

Malle à quatre roues

Merlin, 1888 : Fourgon de cavalerie.

Malle en cuir

Fustier, 1889 : Solliciteur. Argot des officiers de marine qui désignent ainsi ceux de leurs camarades sans cesse voyageant… sur la ligne de Paris, une petite valise à la main, pour aller solliciter une faveur quelconque au Ministère.

Malo

France, 1907 : Garde-crotte fixé aux hottes des élèves de l’École polytechnique ; appelé ainsi du nom du capitaine Malo qui annonça aux élèves cette innovation introduite en 1892 par le général Gebhart.

Malot taré

France, 1907 : Carte biseautée.

Il apprenait à fausser le centre de gravité des boules orientales. Il construisait des malots tarés, truquait le plancher des billards, vendait des combinaisons de martingale. Et, depuis des années, il poursuivait la fabrication d’une roulette avec laquelle il comptait s’enrichir, avant que les flics ne la bridassent.

(Hugues Le Roux, Les Larrons)

Malotru

d’Hautel, 1808 : Terme injurieux et de mépris ; homme de néant, misérable ; et généralement toute personne mal vêtue, maussade ou grossière.

Malouse

Ansiaume, 1821 : Coffre.

Il faut grinchir la malouse à l’esbrouff et décarrer de rif.

France, 1907 : Boîte ; argot des voleurs.

Maltaire

Halbert, 1849 : Louis d’or.

Maltais

Larchey, 1865 : Cabaretier. — Beaucoup de Maltais exercent cette profession en Algérie, d’où vient le terme.

Delvau, 1866 : s. m. Cabaretier, — dans l’argot des troupiers qui ont été en Algérie.

France, 1907 : Cabaretier, épicier, restaurateur de bas étage. Allusion aux Maltais d’Algérie qui occupaient et occupent encore ces industries.

Maltaise

Vidocq, 1837 : s. m. — Louis d’or.

Delvau, 1866 : s. f. Pièce de vingt francs, — dans l’argot des voleurs.

La Rue, 1894 : Écu. Pièce de vingt francs.

Virmaître, 1894 : Pièce de vingt francs (Argot des voleurs). V. Sigue.

France, 1907 : Pièce de vingt francs. On dit aussi sigue.

Maltèses

Rigaud, 1881 : Écus, — dans l’ancien argot ; en souvenir de la monnaie qui avait cours sur les galères de Malte.

Malthe

d’Hautel, 1808 : Faire des croix de Malthe. Pour dire, jeûner par contrainte, être réduit à la nécessité. S’ennuyer, trouver le temps long, bâiller.

Maltouse

Rigaud, 1881 : Contrebande. — Mastiquer la maltouse, faire la contrebande.

La Rue, 1894 : Contrebande. Maltousier, contrebandier.

Virmaître, 1894 : Contrebande. Halbert d’Angers dit pasquiner la maltouse. C’est une erreur ; c’est pastiquer, parce que ce mot veut dire passer. Mot à mot, pastiquer la maltouse : passer de la contrebande, faire la fraude sur des objets soumis aux droits de d’octroi (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 : Contrebande.

Hayard, 1907 : Fraude, contrebande.

Maltouse ou maltouze

France, 1907 : Contrebande. Pratiquer la maltouse, faire la contrebande.

Maltousier

Rigaud, 1881 / France, 1907 : Contrebandier.

Maltouze

Vidocq, 1837 : s. f. — Contrebande.

Larchey, 1865 : Contrebande. — Maltouzier : Contrebandier.

Delvau, 1866 : s. f. Contrebande, — dans l’argot des voleurs, les maltôtiers modernes (malle tollere, enlever injustement). Pastiquer la maltouze. Faire la contrebande.

Maltouzier

Delvau, 1866 : s. m. Contrebandier.

Maltouzier, -ère

Vidocq, 1837 : s. — Contrebandier, contrebandière.

Malzingue

France, 1907 : Cabaretier.

— Allons, venez casser un grain de raisin.
Nous entrâmes chez le malzingue le plus proche.

(Mémoires de Vidocq)

Maman

d’Hautel, 1808 : Une grosse maman. Non que l’on donne à une femme qui a un embonpoint gracieux et appétissant.

Rigaud, 1881 : Vache, — dans le jargon des bouchers qui appellent « papa » le taureau ; ce qui ne les empêche pas de vendre taureau et vache pour du bœuf.

Maman-maca

Virmaître, 1894 : Maquerelle qui tient une maison de tolérance. Les pensionnaires appellent la tenancière maman, quand elle est vieille, ce qui est fréquent, elles y joignent le mot maca, abréviation de macaque qui, dans le peuple, signifie vieille guenon (Argot des filles). N.

Mamelles

Delvau, 1864 : Les tétons.

O contours veloutés, mamelles féminines !

(Cantel)

Hélas ! qui pourrait voir sans rougir des femmes et des jeunes filles entièrement découvertes, étaler sans honte, jusque dans la maison du Seigneur, leurs mamelles toutes nues… Dans le principe du moins, ces mondaines, ont commencé par échancrer le bord et le dehors de leurs habits. Puis, cette échancrure a gagné jusqu’à la chemise, que dis-je ! jusqu’à la chair toute nue. À la fin, elles ont tellement rongé et échancré le derrière et le devant de leurs habits, que les épaules et les tétons en sont demeurés tout-à-fait nus.

(Discours sur la nudité des mamelles)

Mamours

France, 1907 : Caresses en paroles ou en action ; abréviation de mes amours ou mon amour. Faire des mamours.

Il faut avoir la conscience de s’avouer la vérité, même quand elle est sale. Jusqu’ici nous avons nagé jusqu’au bec dans l’hypocrisie et le mensonge. En voilà assez ! Voyons froidement ce que nous sommes et ce que valent nos liens, nos prétendues tendresses, les mots gentils, les caresses et les mamours qui constituent, ici-bas, les affections conjugale, paternelle, filiale, et cœtera pantoufle ?… Eh bien, ça ne vaut rien, moins qu’une pièce du pape ou qu’une Suisse assise.

(Henri Lavedan, Les Jeunes)

Eh bien, nous autres qui n’avons pas faim ; qui n’avons pas froid ; à qui la société prodiguerait volontiers les mamours et les risettes, mais qu’étreint, mais qu’émeut la souffrance d’autrui, nous entendons rester, quoi qu’il arrive, quoi qu’on risque, les avocats, les assistants, les tenants de l’humaine Douleur !
Ouvrez vos codes et vos geôles, recevez vos instructions, rédigez vos verdicts — nous sommes prêts ! Notre pensée restera libre et marchera de l’avant !…

(Séverine)

Mamours (faire des)

Rigaud, 1881 : Faire des amitiés, se répandre en câlineries.

Manche

d’Hautel, 1808 : Branler dans le manche. Voyez Branler.
Jeter le manche après la Cognée. Voyez Cognée.
Se moucher sur la manche. Proverbe qui vient de ce qu’autrefois on mettoit un mouchoir sur sa manche pour se moucher.
Se moucher sur sa manche, signifie aussi être novice, sans expérience, d’une grande simplicité.
Ne pas se moucher sur la manche. Être hardi, courageux, entreprenant, n’avoir pas l’air, emprunté dans le monde. Ne pas se laisser faire la loi.
Avoir quelqu’un dans sa manche. Être sûr de ses bons offices ; être en droit d’en disposer à son gré.
Il ne se fait pas tirer la manche. Pour il fait cette chose de bonne volonté, d’une manière gracieuse.
C’est une autre paire de manches. Pour c’est une affaire tout à fait différente.
Avoir la conscience large comme la manche d’un cordelier. Pour n’être ni délicat, ni scrupuleux sur le point d’honneur.
Il en mettroit deux comme celui-ci dans sa manche. Se dit pour abaisser le mérite d’un homme, et élever à ses dépens celui d’une autre personne.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Quête. Faire la manche, quêter.

Bras-de-Fer, 1829 : Quête.

Delvau, 1866 : s. f. Partie, — dans l’argot des joueurs. Manche à (sous-entendu : Manche). Se dit quand chacun des joueurs a gagné une partie et qu’il reste à faire la belle.

Delvau, 1866 : s. f. Quête ; aumône, — dans l’argot des saltimbanques. Faire la manche. Quêter, mendier.

Rigaud, 1881 : Partie de cartes, — dans le jargon des joueurs.

Rigaud, 1881 : Patron. Un mot que le journal le Tam-Tam a lancé dans la circulation et qu’il pourrait bien avoir créé. Le mot lui plaît, car il n’y a pas de numéros où il ne se trouve répété plusieurs fois.

Rigaud, 1881 : Quête. — Faire la manche, faire la quête, attraper le public en faisant la quête, — dans le jargon des saltimbanques.

La Rue, 1894 : Partie, au jeu. Mendicité. Quête. La manche, le monde des mendiants. Coup de manche, mendicité à domicile.

Rossignol, 1901 : Maladroit. Il est maladroit comme un manche à bastos.

France, 1907 : E. Blédort, dans ses Chansons de faubourg, donne les diverses significations argotiques de ce mot. En voici quelques extraits :

Un mot souvent déconcertant,
Pour l’exotique qui l’entend,
C’est « manche »,
Avec « une » ou bien avec « un »,
Les deux genr’s ont son sens chacun
Dans « Manche »,
César, escomptant l’avenir,
De certain balai croyait t’nir
Le manche.

Sentant son patron s’amener,
L’arpett’ crie, en cessant d’flâner :
« V’là l’manche ! »
Du maladroit ou du croquant
Gavroche dit en se moquant :
« Quel manche ! »
Quand il a produit son effet,
L’artiste en plein vent vite fait
La manche.

Sans le voir aussi court qu’ils l’ont,
Des gens se croi’nt le bras plus long
Qu’la manche.

Si, chez vous, un sang français bout
Et qu’un’ main franche soit au bout
D’vot’ manche,
Jamais ne vous déconcertez,
Après la cogné’ ne jeter
Pas l’manche.
Quand on a perdu l’premier point,
Gardez l’espoir de n’perdre point
L’aut’ manche…
Qu’on cit’ Cambronne à l’Alsacien,
Aussitôt il répond : « Eh pien,
Doi, manche ! »

(É. Blédort)

France, 1907 : Le pénis.

En me tâtant le pouls au manche, elle me prédisait la santé.

(Cabinet satirique)

N’est plus guère employé dans ce sens.

France, 1907 : Mendicité, quête.

Manche (avoir dans sa)

Delvau, 1866 : Disposer de quelqu’un comme de soi-même, — dans l’argot du peuple.

Manche (avoir la première)

France, 1907 : « Chez nous, l’émeute, sous toutes ses formes, a toujours la première manche et ne cède que devant les forces organisées de la police ou de l’armée. »

(Nestor, Gil Blas)

Manche (avoir son)

Virmaître, 1894 : Être formidablement en colère. Un compositeur typographe qui a de la mauvaise copie (la mienne par exemple) qu’il ne peut lire, a son manche contre l’auteur. Heureusement que ce n’est pas celui du balai. Synonyme d’avoir sa chèvre (Argot d’imprimerie).

Manche (faire la)

Vidocq, 1837 : v. a. — Les individus qui implorent, au coin des rues, la commisération publique, sont quelquefois plus riches que ceux auxquels ils demandent l’aumône. Quoique ce que j’avance ici puisse, au premier abord paraître incroyable, rien n’est cependant plus vrai, et tous les jours les journaux nous apprennent que tel individu qui, jusques à l’heure de sa mort, avait passé pour un misérable, vient de laisser à ses ascendans ou descendans un héritage plus ou moins considérable. La mendicité est un métier comme un autre, et ceux qui l’exercent habilement font fortune en peu de temps. Mais quelle que soit l’habileté des mendians parisiens, elle n’approche pas de celle de leurs confrères de la Flandre et de la Hollande. Il y a, dans ces contrées, des maîtres mendians qui exploitent à leur profit l’industrie de mendians subalternes. J’ai connu à Gand un individu nommé Baptiste Spilmann ; cet individu, qui jouissait d’une très-belle fortune, avait sous ses ordres au moins cinquante mendians de tout âge et des deux sexes. Ces malheureux étaient dressés à tout, ils étaient alternativement aveugles, boiteux ou culs-de-jatte. Baptiste Spilmann faisait déshabiller les individus qui obéissaient à ses ordres, et les envoyait le long des côtes solliciter, de la charité des habitans des villages voisins, des chemises, des pantalons et d’autres pièces d’habillement. Les mendians de Baptiste Spilmann n’opéraient guère que l’hiver, et les bons Flamands, touchés de les voir grelottans et presque nus, donnaient tous les vêtemens dont ils pouvaient disposer.
La femme Spilmann attendait à la sortie du village les sujets de son mari, et les vêtemens qu’ils avaient recueillis étaient déposés dans un fourgon attelé de trois ou quatre chevaux. Cette manœuvre était opérée le lendemain dans un autre village, et ainsi de suite jusqu’à ce que le fourgon fût plein, Chaque expédition valait à Baptiste Spilmann d’assez fortes sommes ; cependant il ne bornait pas à cela son industrie, il faisait mendier pour son compte aux baptêmes, noces et enterremens. Il avait même à son service des possédés qu’il présentait à la chapelle de la bienheureuse Sainte-Gudule.

Rigaud, 1881 : « Exercer la mendicité à domicile avec des allures bourgeoises et quelquefois même de grand seigneur, mais de grand seigneur ruiné. » (Paris-Vivant, Le Truqueur, 1858)

Virmaître, 1894 : Mendier, quêter. Les voleurs restés en liberté font la manche pour venir en aide à un camarade qui est en prison. Les sœurs de charité font la manche dans les maisons aisées pour soulager les pauvres et les malades des hôpitaux (Argot des voleurs). N.

France, 1907 : Mendier, tendre la main ou la sébile.

Le birbe avait l’air de faire la manche dans les garnaffes et les pipés.

(Mémoires de Vidocq)

Manche (la)

Rossignol, 1901 : Mendicité. Mendier, c’est faire la manche. Faire une quête, une souscription, c’est faire la manche.

Manche (le)

Delvau, 1864 : Le vit, que la femme empoigne quand elle désire en être cognée.

Je l’empoignai par le manche et le menai au pied du lit, où je me couchai à la renverse, l’attirant dessus moi : je m’en-cognai moi-même son vit dans mon con jusque aux gardes.

(Mililot)

Mais, belles, sachez qu’un beau manche
Réchauffe aussi bien qu’un manchon.

(Théophile)

Manche (se mettre du côté du)

Rigaud, 1881 : Agir avec prudence, se ranger à l’opinion du parti le plus fort, — dans l’argot des politiciens. Le mot est du duc de Morny.

Manche à balai

Merlin, 1888 : Hautbois.

France, 1907 : Jambe maigre. Exhiber ses manches à balai.

Y en a qu’exhib’nt de gros mollets,
Y en a qu’ont d’vrais manch’s à balais
Et n’ont pas l’air d’en êtr’ honteuses.

(Émile Hauton, Les Pédaleuses)

Manche à gigot

France, 1907 : Il ne s’agit pas ici de cette ridicule espèce de manches que les dames ont depuis quelques années remises à la mode, mais d’une plaque bleue portant le mot loué que les cochers de fiacre accrochaient à leur véhicule lorsqu’ils y traînaient un client. Cette plaque, supprimés depuis longtemps, fut appelée ainsi du nom d’Albert Gigot, préfet de police de 1877 à 1879, qui la prescrivit, on n’a jamais su pourquoi, car elle ne servait à rien.

Manche à manche

Virmaître, 1894 : Quand deux adversaires ont perdu chacun une partie, ils sont manche à manche (Argot des voleurs). V. Belle.

France, 1907 : Égalité dans une partie au jeu.

Manche de veste

Larchey, 1865 : Jambe arquée comme une manche d’habit.

Mosieu Belassis, moi j’ai pas des jambes en manches de veste.

(Gavarni)

Manche de veste (jambes en)

France, 1907 : Jambes torses.

Manchette (coup de)

France, 1907 : Coup de sabre, enseigné dans les salles d’escrime, par lequel on entaille le poignet de son adversaire.

— Une… deux… parez celui-là, c’est le coup de flanc. Ah ! ah ! pas assez malin. Voici le coup de manchette ! Pif ! paf ! Ça y est.

(Hector France, L’Homme qui tue)

Manchettes (donner les)

France, 1907 : Prendre entre l’index et le médium le poignet d’une personne et le lui froisser par un mouvement rapide.

Mancheur

Rigaud, 1881 : « L’espèce de truqueur dit mancheur s’introduit, sous divers prétextes, chez les gens riches ou qu’il sait généreux, et tâche de les intéresser à ses malheurs réels ou imaginaires. » (Paris-Vivant, Le Truqueur, 1858)

Rigaud, 1881 : « On appelle mancheurs ceux (les saltimbanques) qui n’ont ni baraque, ni tente en toile, mais simplement la permission, de par le préfet ou le maire, de se tordre les membres, de se casser les reins comme ils l’entendent, dans les carrefours, sur les places, au coin des rues ! Pour bureau de recette, ils ont une soucoupe cassée, un vieux plat d’étain. » (J. Vallès)

France, 1907 : Acrobate de rue, ainsi nommé parce qu’il fait la quête ou manche.

Manchière

Rigaud, 1881 : Couturière qui fait les manches des robes.

Manchiste

Hayard, 1907 : Mendiant (de manchot).

Manchon

Delvau, 1866 : s. m. Chevelure absalonienne, — dans l’argot des faubouriens. Avoir des vers dans son manchon. Avoir çà et là des places chauves sur la tête.

France, 1907 : Tête garnie d’une abondante chevelure. Avoir des vers dans son manchon, avoir le crâne dégarni.

Manchon (avoir des vers dans son)

Virmaître, 1894 : Avoir le crâne dénudé par place. Allusion aux mites qui font des stries dans les étoffes de laine (Argot du peuple).

Manchon de la femme

Delvau, 1864 : Les poils qui constituent sa motte, assez fournie pour tenir lieu de manchon.

Et la tribune de Florence
Au cant choqué montre Vénus
Baignant avec indifférence
Dans son manchon ses doigts menus.

(Th. Gautier)

Je n’ prêt’ pas mon manchon
Mignon,
Je n’ prêt’ pas mon manchon.

(Laujon)

Manchot

d’Hautel, 1808 : Il est manchot des deux bras. Se dit d’un homme peu industrieux, ou d’une maladresse extrême.
On dit dans le sens contraire. Il n’est pas manchot. Pour il est vigoureux ; il se bat courageusement ; il ne se laisse pas marcher sur le pied.

Delvau, 1866 : s. m. Homme maladroit comme s’il avait un bras de moins. N’être pas manchot. Être très adroit, — au propre et au figuré.

Manchot (n’être pas)

France, 1907 : Être brave, travailleur, dur à l’ouvrage.

— Je vois que cette arrestation vous étonne ! continua le chef de la Sûreté, d’un air bonhomme. Vous avez tort ! Si vous êtes habiles, de notre côté nous ne sommes pas manchots.

(Théodore Cahu, Vendus à l’ennemi)

Et si l’on n’est pas des manchots,
Nous pourrions, à l’angle des rues,
Faire dans la nuit, la pêche aux morues.

(Clovis Hugues)

Sur le pavé sale et gluant qui glisse, –
Glisse, mon conteau ! glisse en ta coulisse ! —
Les bois sont montés ; on n’est pas manchot !
Les matins sont chauds.

(Maurice Boukay)

Mandale

Hayard, 1907 : Gifle.

Mandalle

Rossignol, 1901 : Gifle.

Mandant

France, 1907 : Abréviation de commandant ; argot de l’École polytechnique.

Mandarin

Delvau, 1866 : s. m. Personnage imaginaire qui sert de tête de Turc à tous les criminels timides, — dans l’argot des gens de lettres.
Il a été inventé par Jean-Jacques Rousseau ou par Diderot comme cas de conscience. Vous êtes assis tranquillement dans votre fauteuil, au coin de votre feu, à Paris, cherchant sans les trouver, les moyens de devenir aussi riche que M. de Rothschild et aussi heureux qu’un roi, parce que vous supposez avec raison que l’argent fait le bonheur, attendu que vous avez une maîtresse très belle, qui a chaque jour de nouveaux caprices ruineux, et que vous seriez très heureux de la voir heureuse en satisfaisant tous ses caprices à coups de billets de banque Eh bien, il y a, à deux mille lieues de vous, un mandarin, un homme que vous ne connaissez pas, qui est plus riche que M. de Rothschild : sans bouger, sans même faire un geste, rien qu’avec la Volonté, vous pouvez tuer cet homme et devenir son héritier, sans qu’on sache jamais que vous êtes son meurtrier. Voilà le cas de conscience que beaucoup de gens ont résolu en chargeant Volonté à mitraille, sans pour cela en être plus riches, mais non sans en être moins déshonorés. Je ne devais pas oublier de le signaler dans ce Dictionnaire, qui est aussi bien une histoire des idées modernes que des mots contemporains. D’ailleurs, il a passé dans la littérature et dans la conversation, puisqu’on dit Tuer le mandarin. À ce titre déjà, je lui devais une mention honorable.

Mandarin (tuer le)

France, 1907 : Voici le passage de Jean-Jacques Rousseau qui a donné lieu à cette expression :

S’il suffisait pour devenir le riche héritier d’un homme qu’on n’aurait jamais vu, dont on n’aurait jamais entendu parler et qui habiterait le fin fond de la Chine, de pousser un bouton pour le faire mourir, qui de nous ne pousserait pas ce bouton ?

(Émile, ou de l’éducation)

Dans son remarquable roman Le Mandarin, Félicien Champsaur a développé ce thème et arrive à la même conclusion :

Un mandarin vit, là-bas, en Chine, dans sa famille ; vous ne le connaissez pas, vous ne l’avez jamais vu ; il ne vous apparait que comme un fantoche vêtu d’une robe de soie amusante, la tête rasée et une queue de cheveux dans le dos ; mais il mange et pense à peu près comme vous. C’est notre frère en joie et en souffrance. Or, vous pouvez le tuer impunément. Ne cherchez pas à expliquer par quelle suggestion empoisonnée, par quel fluide extraordinaire, plus subtil et plus puissant que l’électricité, votre volonté, à une telle distance, va accomplir un assassinat. Vous pouvez tuer, magiquement, par un geste, en levant ce verre ; de l’or est là, un tas de billets de banque, un million. Tuerez-vous ? Si vous êtes gêné de répondre, attendez d’être chez vous, tout seul, la nuit, la porte close. Si vous levez le doigt, un homme sur un point quelconque du globe, un homme comme vous, — mais ni de vos parents, ni de vos amis, ni même un indifférent sur votre chemin, — synthétisons, un mandarin, sous ce doigt levé qui dirige vers la victime la projection de votre pouvoir occulte et momentané de yogui occidental — tombe foudroyé ; alors, pauvre vous serez riche. S’il n’était impossible, d’un dilettantisme inutilement criminel, combien accepteraient le pacte tentateur ? Presque tous, et d’honnêtes gens, des boursiers, des bourgeois bourgeoisants, des industriels, des commerçants, des épiciers, des magistrats. À une certaine heure de sa vie, quel est celui d’entre les hommes qui, dans la solitude, une seconde n’a pas dit oui au tentateur ?

Mandarin, mandarinat

France, 1907 : Fonctionnaire, fonctionnarisme.

Le Gaulois ne se contente pas de rompre des lances contre la bureaucratie. Il fuit également campagne contre l’abus des grades universitaires, contre le mandarinat français en général et contre le baccalauréat en particulier. Et l’organe de M. Jules Simon cite Frédéric Bastiat, exactement comme si M. Simon n’avait jamais été le protecteur en titre du susdit mandarinat.
Frédéric Bastiat, qui était loin d’être une bête, avait le baccalauréat en horreur. Il le regardait comme l’ennemi mortel de la liberté. Il prétendait qu’avec cet examen uniforme, servant d’initiation à la vie, on tuait toute diversité, toute originalité, qu’on éteignait l’esprit français.
« C’est le communisme en matière d’idées », disait-il. Il comparait les bacheliers aux mandarins. La France et la Chine sont deux pays composés d’examinateurs, qui sont fonctionnaires, et de candidats qui aspirent à l’être. La Chine, suivant lui, faisant cela pour le bonheur et la gloire des Japonais, et la France pour la prospérité de l’Allemagne et de l’Angleterre.
Nous n’étions pourtant pas, de son temps, aussi amoureux qu’aujourd’hui des diplômes et des examens. Aujourd’hui, il faut produire un diplôme pour être maîtresse de coupe et d’assemblage dans une école de jeunes filles… Un peuple de mandarins et de mandarines.
Dans l’admirable préface qu’il a écrite pour la seconde édition d’un chef d’œuvre, mon maître J.-J. Weiss conte à ravir une anecdote bien amusante ; en 1857, il était agrégé d’histoire, il fut chargé d’un cours de littérature. Tous les ronds-de-cuir du ministère de l’instruction publique crièrent an scandale. Agréé d’histoire, qu’il enseigne l’histoire ! De quel droit cet historien vient-il parler de poésie ? Et M. J.-J. Weiss ajoute qu’il mesura dès lors la toute-puissance des mandarins français.
Depuis lors, nous avons fait au moins une révolution, démoli l’Empire, subi l’invasion, payé des impôts formidables. Les mandarins sont plus omnipotents qu’ils n’ont jamais été.

(Gil Blas)

Mandat (déposer son)

Rigaud, 1881 : Mourir, — dans le jargon parlementaire.

Il paraît que l’honorable M. Mallet du Gard a déposé son mandat. C’est l’euphémisme qu’on emploie à Versailles pour indiquer qu’un représentant du peuple a droit à une oraison funèbre de M. Grévy.

(Figaro du 4 décembre 1878)

Mandat impératif

France, 1907 : Engagement pris par un candidat à la députation de voter comme le lui ordonnent ses électeurs.

Mandibules

Delvau, 1866 : s. f. pl. Le bas du visage, — dans l’argot du peuple. Jouer des mandibules. Manger. On dit aussi Jouer des badigoinces.

France, 1907 : Dents, mâchoire. Jouer des mandibules, manger.

Mandole

Delvau, 1866 : s. f. Soufflet, — dans l’argot des marbriers de cimetière. Jeter une mandole. Donner un soufflet.

Rigaud, 1881 : Soufflet, — dans l’argot des marbriers de cimetière. (A. Delvau) Jeter une mandole, donner un soufflet.

France, 1907 : Soufflet, gifle. Jeter une mandole, donner un soufflet.

Mandolet

Halbert, 1849 : Pistolet.

Delvau, 1866 : s. m. Pistolet, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Pistolet, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Pistolet.

France, 1907 : Pistolet ; vieil argot.

Mandolle (en jeter une)

Virmaître, 1894 : Donner un soufflet à quelqu’un (Argot des voleurs). V. Giroflée à cinq feuilles.

Mandrin

d’Hautel, 1808 : Nom d’un voleur, d’un brigand insigne, qui est devenu commun à tout voleur, escroc ; filou ; et que l’on donne généralement aux gens sans foi, sans probité.

Delvau, 1866 : s. m. Bandit, homme capable de tout, à quelque rang de la société qu’il appartienne, sur quelque échelon qu’il se soit posé. Cette expression — de l’argot du peuple — est dans la circulation depuis longtemps. On dit aussi Cartouche, — ces deux coquins faisant la paire.

France, 1907 : Vaurien, scélérat, mauvais sujet. Du nom d’un célèbre coupeur de bourses qui fut roué à Valence, le 26 mai 1755, après avoir terrorisé longtemps les bourgades du Midi, à la tête d’une bande désignée d’après lui sous le nom de les Mandrins. En décembre 1754, Louis Mandrin, à la tête de soixante-cinq bandits, contraignait la mairie et la ferme des sels d’Autun à lui donner 20.000 livres. Le lendemain, il résistait avec succès à un détachement de hussards et de chasseurs commandé par le colonel Fisher, mais cet officier avant reçu du renfort, Mandrin fut complètement battu à Guénand, près Brion, dans le baillage d’Autun. D’autres disent que ce furent des volontaires du Dauphiné qui s’emparèrent de lui au bourg de la Sauvelat en Velay.

Sur ces entrefaites, des marchands de bon sens populaire, dégonfleurs d’outres et propagateurs de Libre examen, eurent la curiosité de se pencher sur la vie des plus illustres diplomates et en particulier sur celle de ce Talleyrand qui en est le type consacré, et ils virent que cette vie n’en laissait rien, pour le crime, l’infamie, de mensonge, les trahisons et toutes les hontes aux existences abominables des Mandrin des Cartouche et des exemplaires les plus abjects de la bête humaine.

(Émile Bergerat)

Manestre

France, 1907 : Maîtresse, concubine.

Manette (Mlle)

Vidocq, 1837 : s. f. — Malle.

Larchey, 1865 : Malle (Vidocq). — Diminutif de manne : malle d’osier.

Manette (mademoiselle)

Rigaud, 1881 : Petite malle.

Manezingue

Halbert, 1849 : Marchand de vin. On dit aussi mastroquet.

Mange-bénef

Rigaud, 1881 : Mange bénéfice ; dissipateur.

Mange-merde

Rigaud, 1881 : Apostrophe voyoucratique ; homme absolument vil et méprisable.

Mangeaille

d’Hautel, 1808 : Viandes, alimens peu recherchés. Ce mot n’est bien placé qu’en parlant de la nourriture des animaux.

Delvau, 1866 : s. f. Nourriture.

Mangeoire

d’Hautel, 1808 : Tourner le dos à la mangeoire. Faire tout le contraire de ce qu’il faut pour arriver à son but.

Delvau, 1866 : s. f. Restaurant, cabaret, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1907 : Restaurant.

Mangeoire (tourner le c. à la)

Merlin, 1888 : Être malade ; manquer d’appétit.

Manger

d’Hautel, 1808 : Manger l’ordre. Perdre mémoire de ce dont on avoit été chargé ; oublier totalement une commission.
Quand on est trop bon, le loup vous mange. Signifie que rien n’est plus pernicieux que l’excès de la bonté.
Elle mange comme un moineau. Se dit d’une femme qui fait la petite bouche, la sobre, ou qui est réellement d’une très-petite dépense sur la nourriture.
Cela se laisse manger. Pour dire qu’une chose sans être excellente, est fort agréable au goût.
Il en mangeroit deux comme lui. Pour marquer la supériorité d’une personne, et abaisser le mérite de quelqu’un qui exerce la même profession.
Il a mangé son pain blanc le premier. Pour dire que quelqu’un a fait l’ouvrage le plus facile en premier : que le commencement de sa vie a été plus heureux que n’est la suite.
Manger dans la main de quelqu’un. Pour, abuser de la bonté, de la complaisance de quelqu’un.
Manger de la vache enragée. Éprouver les angoisses de la faim, de la soif, et toutes les douleurs de la misère et de la fatigue ; apprendre à être sage à ses dépens.
N’as-tu pas peur qu’il te mange. Pour qu’as-tu à craindre ? pourquoi ne lui parlerois-tu pas ?
Se manger l’ame ; ou le blanc des yeux. Pour, se quereller ; vivre en mauvaise intelligence ; se disputer sans cesse sur des riens.
Manger quelqu’un des yeux. Le regarder avec affectation.
Manger quelqu’un de caresses. Lui faire de grandes amitiés ; le cajoler, lui faire des complimens à n’en plus finir.
Manger la moitié de ses mots. Bredouiller ; ne pas prononcer d’une manière intelligible ; serrer les dents en parlant.
Cela ne mange point de pain. Se dit de bijoux, ou d’effets quelconques dont on fait l’acquisition, afin de ne pas mal employer son argent ; pour faire entendre que ces objets ne coûtent rien à garder, et qu’on trouvera bien moyen d’en tirer parti au besoin. Se dit aussi, et dans le même sens, des papiers que l’on regarde comme inutiles, mais que quelques circonstances peuvent rendre nécessaires.
Manger son pain à la fumée du rôt. Voy. Fumée.
Manger son pain dans sa poche. Vivre heureux ; vivre dans l’aisance, sans y faire participer qui que ce soit.
Manger son blé en herbe, ou vert. Manger avance le bénéfice d’une affaire ou d’une spéculation ; vivre sur le crédit d’une succession qui n’est pas encore ouverte ; dépenser avec prodigalité, et généralement faire un mauvais usage de sa fortune.
Voilà ce que les rats n’ont pas mangé. Se dit ironiquement en montrant quelque chose que l’on avoit gardé secrètement.
Il sait bien son pain manger. Pour, il a soin de sa personne ; il sait vivre.

Ansiaume, 1821 : Révéler, déposer.

Mon camarade d’affaires ne mangera pas, mais j’ai le taff.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Dénoncer, avouer. Manger le morceau, avouer le crime.

Delvau, 1866 : v. a. Subir, avoir, faire, — dans l’argot du peuple. Manger de la misère. Être besogneux, misérable. Manger de la prison. Être prisonnier. Manger de la guerre. Assister à une bataille.

La Rue, 1894 : Faire chanter. Mangeur, maître chanteur (V. Chanter). Faire manger, faire profiter du produit d’une filouterie.

Manger dans la main

Delvau, 1866 : v. n. Prendre des familiarités excessives, abuser des bontés de quelqu’un.

Manger de ce pain-là (ne pas)

Delvau, 1866 : Se refuser à faire une chose que l’on croit malhonnête, malgré le profit qu’on en pourrait retirer ; répugner à certains métiers, comme ceux de domestique, de souteneur, etc.

Manger de la chair crue

Delvau, 1864 : Faire l’acte vénérien.

Si elles savaient ce que c’était de manger de la chair crue la nuit.

(Marguerite de Navarre)

Manger de la merde

Delvau, 1866 : Souffrir de toutes les misères et de toutes les humiliations connues ; en être réduit comme l’escarbot, à se nourrir des immondices trouvées sur la voie publique, des détritus abandonnés là par les hommes et dédaignés même des chiens. Cette expression — de l’argot des faubouriens — est horrible, non parce qu’elle est triviale, mais parce qu’elle est vraie. Je l’ai entendue, cette phrase impure, sortir vingt fois de bouches honnêtes exaspérées par l’excès delà pauvreté. J’ai hésité d’abord à lui donner asile dans mon Dictionnaire, mais je n’hésite plus : il faut que tout ce qui se dit se sache.

Manger de la merluche

France, 1907 : Se mortifier. La merluche ou morue sèche ne se mange guère qu’en carême, temps de mortification pour les bons catholiques.

Manger de la vache enragée

Delvau, 1866 : v. a. Pâtir beaucoup ; souffrir du froid, de la soif et de la faim ; n’avoir ni sou ni maille, ni feu ni lieu ; vivre enfin dans la misère en attendant la richesse, dans le chagrin en attendant le bonheur. Cette expression est de l’argot du peuple et de celui des bohèmes, qui en sont réduits beaucoup trop souvent, pour se nourrir, à se tailler des beefsteaks invraisemblables dans les flancs imaginaires de cette bête apocalyptique.

Virmaître, 1894 : Malheureux qui ne mange pas tous les jours.
— Ah ! tu ne veux pas travailler, propre à rien, tu vas foutre le camp, tu mangeras de la vache enragée (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Ne pas arriver, tout en travaillant beaucoup à ne pouvoir se donner le strict nécessaire.

France, 1907 : Souffrir de misère et de privations. « C’est très bon pour les jeunes gens de manger un peu de vache enragée. Ça leur apprend à vivre. »

Tout le monde, je parle de ceux qui ont porté le noble harnais militaire, a goûté, plus ou moins, à la vache enragée, mais il n’en est qu’un très petit nombre qui se soient trouvés dans le cas des officiers et sous-officiers du 4e escadron du 3e spahis, de s’en empiffrer avec délectation. Et par le fait, si nous fûmes réduits à dévorer la vache traditionnelle, c’était un peu de notre faute.

(Hector France, Sous le burnous)

Manger des briques

Rossignol, 1901 : Ne rien avoir à manger, c’est bouffer des briques à la sauce cailloux.

France, 1907 : Se mal nourrir.

Honnête ouvrier des fabriques,
Sois toujours humble et toujours bon ;
Le travailleur mange des briques,
Le patron suce du bonbon.
Pour l’aimer, pour le satisfaire,
Redouble d’efforts empressés :
Jamais tu n’en pourras trop faire,
Tu n’en feras jamais assez !

(Jules Jouy)

Manger des pissenlits par la racine

Delvau, 1866 : v. a. Être mort.

Manger du bœuf

Delvau, 1866 : v. a. Être pauvre, — dans l’argot des ouvriers, qui savent combien l’ordinaire finit par être fade et misérable.

Manger du fromage

Delvau, 1866 : Être mécontent ; avoir de la peine à se débarbouiller de ses soucis. On connaît l’épigramme faite en 1814 contre Cambacérès, duc de Parme :

Le duc de Parme déménage ;
Plus d’hôtel, plus de courtisan !
Monseigneur mange du fromage,
Mais ce n’est plus du parmesan…

France, 1907 : Aller à l’enterrement. Cette expression vient de la coutume qu’ont les familles ouvrières parisiennes de collationner chez le marchand de vin en revenant du cimetière. On dit aussi, dans le même sens, manger du lapin.

France, 1907 : Être mécontent. Alfred Delvau cite, à ce sujet, l’épigramme faite en 1814 contre Cambacérès :

Le duc de Parme déménage ;
Plus d’hôtel, plus de courtisan.
Monseigneur mange du fromage,
Mais ce n’est pas du parmesan.

Cette expression n’a plus guère cours.

Manger du mérinos

Delvau, 1866 : v. a. Jouer au billard, — dans l’argot des habitués d’estaminet. Ils disent aussi Manger du drap.

Manger du mérinos, du drap

France, 1907 : Jouer au billard.

Manger du pain et du fromage

Virmaître, 1894 : Repas de funérailles. C’est une vieille coutume. Quand on enterre un camarade, on mange du pain et du fromage, ou on casse la gueule à un lapin en souvenir du mort (Argot du peuple).

Manger du pain rouge

Delvau, 1866 : v. a. Vivre d’assassinats impunis, — dans l’argot du peuple.

La Rue, 1894 : Vivre d’assassinats.

France, 1907 : Vivre du produit d’un assassinat.

Manger du pavé

Delvau, 1866 : v. a. Chercher de l’ouvrage et n’en jamais trouver, — dans l’argot des coiffeurs. Trimer, — dans l’argot du peuple.

La Rue, 1894 : Chercher de l’ouvrage et n’en pas trouver.

France, 1907 : Battre inutilement le pavé à la recherche d’ouvrage.

Manger du prêtre

France, 1907 : Dénoncer en paroles ou en écrits les méfaits du clergé. C’était, il y a quelques années, l’habitude de certains journalistes de manger tous des matins du prêtre. Ils en ont tant donné à manger au public qu’il en a eu une indigestion. Le malaise passé, on y reviendra, car ces Messieurs du clergé nous confectionnent de temps à autre des plats remplis de condiments.

Manger du prêtre doit être évidemment une nourriture aussi répugnante que malsaine. Certains tempéraments cependant en prennent l’habitude et ne s’en trouvent pas plus mal, témoin Voltaire, qui passa le plus clair de son existence à mordre la gent ensoutanée et ne vécut pas moins jusqu’à quatre-vingt-quatre ans.
Il est vrai que le dénommé Mithridate avait longtemps avant lui tellement pris l’habitude des poisons violents, qu’il les absorbait impunément.

(Ch. Perinelle)

Manger du safran

France, 1907 : Rire souvent et à propos de rien. Allusion à une croyance populaire d’après laquelle le safran aurait la propriété de dilater le corps, de chauffer le cœur, d’obliger, pour respirer, à ouvrir souvent la bouche.

Manger du sucre

Delvau, 1866 : v. a. Recevoir des applaudissements, — dans l’argot des comédiens.

France, 1907 : S’entendre louer, applaudir.

Manger l’anguille sans la sauce

Delvau, 1864 : Retirer vivement la pine d’un homme au moment où il va décharger, afin de n’avoir pas d’enfants de lui, — la sauce de cette anguille étant fort agréable, mais aussi pleine d’inconvénients.

Prenez donc des précautions !
Sans la sauce mangez l’anguille !
Beau moyen et bien éprouvé :
J’en suis pour un enfant trouvé.

(Béranger)

Manger la botte

Rossignol, 1901 : Faire à une femme une cour assidue sans arriver à un résultat.

France, 1907 : Se dit d’un amoureux qui va dépenser son argent dans un café ou un cabaret où il y rencontre soit une servante, soit une demoiselle de comptoir à son goût et qui l’attache là comme un cheval au râtelier. Expression triviale en usage dans la cavalerie.

Manger la chandelle (ne pas)

Delvau, 1866 : N’avoir rien contre soi qu’on puisse reprocher, — dans l’argot du peuple, qui emploie cette expression à propos des gens qu’il ne connaît pas assez pour en répondre. Ainsi quand il dit : C’est un bon enfant, il ne mange pas la chandelle, cela signifie : Je n’en sais ni bien ni mal, ce n’est ni mon ami ni mon ennemi.

Manger la grenouille

Virmaître, 1894 : Caissier qui mange le contenu de la caisse. Notaire qui vole les fonds qui lui sont confiés. Sergent-major qui lève le pied avec la solde de sa compagnie. Se dit en général de tous ceux qui mangent l’argent qui ne leur appartient pas. Cette expression vient de ce que, en Hollande, les banquiers avaient pour emblème protecteur, sur la serrure de leur coffre-fort, une grenouille en bronze ; lorsque le coffre-fort était fracturé, la grenouille était déplacée. De là, manger la grenouille (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Voler la caisse. Dissiper les fonds dont on est dépositaire.

Cette expression, dit Ch. Virmaître, vient de ce que, en Hollande, les banquiers avaient pour emblème protecteur, sur la serrure de leur coffre-fort, une grenouille en bronze ; lorsque le coffre-fort était fracturé, la grenouille était déplacée. De là, manger la grenouille.

 

On vient de servir une fricassée de grenouilles.
— Vous aimez ça ? demande un monsieur à son voisin de table.
— Les grenouilles ! je crois bien ! J’en mange fort souvent.
Le monsieur, avec un aimable sourire :
— Vous êtes dans la banque ? Caissier, sans doute ?

 

— Alors, tu as volé comme un gratte-papier, et pour ce grand chameau !… Encore, si tu avais volé pour ta mère, ce serait honorable. Mais, nom de Dieu ! aller manger la grenouille et apporter la monnaie dans cette baraque, c’est ça qui m’enrage !… Dis ? qu’as-tu donc dans le coco pour te crever à ton âge, avec un pareil gendarme ? Ne mens pas, je vous ai vus tout à l’heure faire vos saletés.

(Émile Zola, Le Capitaine Burle)

Manger la laine sur le dos de quelqu’un

Delvau, 1866 : v. a. Le tromper, et même le voler, sans qu’il proteste ou s’en aperçoive. Même argot [du peuple].

Manger la soupe à la quéquette

Rossignol, 1901 : C’est à la suite de cela qu’arrivent les bébés.

Manger la soupe avec un sabre

France, 1907 : Être affligé d’une bouche énorme ; argot militaire.

Manger la vache enragée

Larchey, 1865 : Endurer des privations.

Sans l’illusion, où irions-nous, elle donne la puissance de manger la vache enragée des arts.

(Balzac)

Son père dit qu’il veut lui faire manger de la vache enragée.

(E. Sue)

Manger le blanc des yeux (se)

Delvau, 1866 : Se dit de deux personnes qui se regardent avec colère, comme prêtes à se jeter l’une sur l’autre et à se dévorer.

Manger le bon Dieu

Delvau, 1866 : v. a. Communier, — dans l’argot des faubouriens.

Virmaître, 1894 : Communier. L’allusion est claire (Argot du peuple).

Manger le fruit d’une femme

Delvau, 1864 : Gamahucher une femme, enceinte peut-être.

Prends gardé !… Tu vas manger mon fruit.

(Jean du Boys)

Jean, rentrant chez lui, à l’improviste, trouve Pierre, son voisin, la tête entre les cuisses de sa femme, et bien en train de la gamahucher. — Fouchtra ! s’écrie-t-il, cha m’étonne plus, chi je n’ai pas d’enfants ; j’en fais tous les jours, et Pierre me les mange !

Manger le gibier

Delvau, 1866 : v. a. Ne rien exiger des hommes, ou ne pas rapporter intégralement l’argent qu’ils ont donné, — dans l’argot des souteneurs oui disent cela à propos des filles, leurs maîtresses.

La Rue, 1894 : Dans l’argot des filles, ne pas rapporter intégralement au souteneur l’argent reçu d’un client.

France, 1907 : Ne pas rapporter intégralement au souteneur l’argent donné par un client : allusion au mauvais chien de chasse.

Manger le lapin de quelqu’un

France, 1907 : Se régaler en revenant du cimetière. Manger son lapin, inviter ses camarades en prévisions de sa mort. « Eh ! les copains, je compte sur vous pour manger mon lapin. »

Manger le morceau

Ansiaume, 1821 : Révéler un crime.

S’il mange le morceau, je serai butté.

Bras-de-Fer, 1829 : Dénoncer.

Vidocq, 1837 : v. a. — Révéler un crime ou un délit.

Delvau, 1866 : v. a. Faire des révélations, nommer ses complices, — dans l’argot des voleurs. On dit aussi Casser le morceau.

Delvau, 1866 : v. a. Trahir un secret ; ébruiter trop tôt une affaire, — dans l’argot du peuple.

Virmaître, 1894 : Dénoncer ses complices, ou avouer ses méfaits (Argot des voleurs). V. Mouton.

Rossignol, 1901 : Aveux faits par un voleur qui fait connaître ses complices. Il a mangé le morceau.

Hayard, 1907 : Dénoncer ses complices.

France, 1907 : Dénoncer, faire des révélations ; argot des voleurs.

Le morceau tu ne mangeras
De crainte de tomber au plan.

(Commandements des voleurs)

— Comment ! s’écria la femme, voudras-tu manger le morceau ? Ah ! Joseph, quelle réputation tu vas laisser à nos enfants !

(Marc Mario et Louis Launay, Vidocq)

À la sollicitude dont le Parquet l’entoure, il est bien évident qu’on essaie de la récompenser du service qu’elle lui a rendu en mangeant le morceau.

(Henri Rochefort)

On dit aussi manger du lard.

Manger le morceau, se mettre à table

anon., 1907 : Parler, avouer.

Manger le mot d’ordre

Delvau, 1866 : v. a. Ne plus se le rappeler, — dans l’argot des troupiers.

France, 1907 : Oublier un ordre, ne plus se rappeler une consigne ; argot militaire.

Manger le nez (se)

Delvau, 1866 : Se battre avec acharnement, — dans l’argot des faubouriens, qui jouent parfois des dents d’une manière cruelle. Par bonheur, ils jouent plus souvent de la langue, et, dans leurs « engueulements », — qui rappellent beaucoup ceux des héros d’Homère, — s’il leur arrive de dire, en manière de début : « Je vais te manger le nez ! » ils se contentent de se moucher.

France, 1907 : Se battre. Cette expression n’est pas seulement symbolique, elle exprime une réalité, et, dans les disputes et les batailles des souteneurs et des voyous de barrière, il arrive souvent que l’un des adversaires coupe d’un coup de dents le nez de l’autre.

Puisque ce rêve de paix universelle est traité d’utopie par ceux-là mêmes qui auraient le plus d’intérêt à le propager : puisque, à les en croire, l’humanité se mangera le nez et les tripes jusqu’à la consommation des siècles, pourquoi laisser place à la confusion, pourquoi ne pas préciser le mode de meurtre qui conciliera à son auteur le plus d’indulgence — et, parfois, de sympathie ?

(Séverine)

Manger le pain hardi

Delvau, 1866 : v. a. Être domestique, — dans l’argot du peuple, qui veut marquer que ces sortes de gens mangent le pain de leurs maîtres, sans se soucier autrement de le gagner.

Manger le pâté de castor

France, 1907 : Se donner des stimulants d’amour. Ce dicton provençal viendrait d’un monastère des environs d’Avignon, le prieuré de Belles-Ombres, autrefois célèbre pour ses pâtés de castor. Les castors abondaient jadis dans le Rhône ; mais, venant à diminuer à cause de la grande consommation que les riverains en faisaient, les moines le remplacèrent par du lièvre, le vendant toujours sous l’étiquette de castor, comme les gargotiers donnent du chat sous le nom de lapins. Or nul n’ignore que le lièvre jouit de propriétés aphrodisiaques dont les effets furent tels chez les Avignonais, s’il faut s’en rapporter à Paul Arène, que le prieuré fut mis en interdit par les édiles. D’où le conseil donné proverbialement aux jeunes gens des deux sexes qui, par timidité ou candeur, manquaient de fougue amoureuse, d’aller au prieuré de Belles-Ombres manger le pâté de castor.

Manger le poulet

Delvau, 1866 : v. a. Partager un bénéfice illicite, — dans l’argot des ouvriers, qui disent cela à propos des ententes trop cordiales qui existent parfois entre les entrepreneurs et les architectes, grands déjeuneurs.

France, 1907 : Partager des profits illicites.

Manger les pissenlits par la racine

France, 1907 : Être mort et enterré.

Manger les sens (se)

Delvau, 1866 : S’impatienter, se mettre en colère, — dans l’argot des bourgeois.

Manger ou faire sauter la grenouille

Larchey, 1865 : Dissiper les fonds dont on est dépositaire. V. Crapaud.

Il a fait sauter la grenouille de la société.

(L. Reybaud)

Manger son avoine en son sac

France, 1907 : Manger seul et dans son coin, comme font les avares qui se cachent de peur d’avoir à partager leur pitance. Cette locution, fort vieille et d’origine méridionale, vient de la coutume qu’ont les charretiers et les muletiers de suspendre au nez de leurs bêtes le sac où se trouve la pitances d’avoine, de façon que chaque animal mange à part sa ration, sans que le voisin en puisse prendre.

Manger son beefsteak

Delvau, 1866 : v. a. Se taire, — dans l’argot des faubouriens, qui ne devraient pourtant pas ignorer qu’il y a des gens qui parlent la bouche pleine.

Manger son blé en herbe

France, 1907 : Hypothéquer sur son avenir, emprunter sur sa succession, dépenser follement ce qui doit vous revenir.

Prenant argent d’avance, achaptant cher, vendant à bon marché, et mangeant son bled en herbe.

(Rabelais)

Les Italiens disent : mangiare l’agresto il guigno, manger le verjus en juin.

Auprès d’épinoctes maîtresses,
J’ai laissé, lambeau par lambeau,
Et de mon cœur, et de ma peau,
Et mon amour, et ma jeunesse,
Auprès d’épinoctes maîtresses
Dont j’oubliai jusqu’aux adresses ;
J’ai semé, — le geste fut beau…
J’ai semé d’un geste superbe ;
Mais j’ai mangé mon blé en herbe,
Mon bœuf, je l’ai mangé en veau…

(Franc-Nohain)

Manger son pain blanc le premier

Delvau, 1866 : v. a. De deux choses faire d’abord la plus aisée ; s’amuser avant de travailler, au lieu de s’amuser après avoir travaillé. Cette expression, — de l’argot du peuple, signifie aussi : Se donner du bon temps dans sa jeunesse et vivre misérablement dans sa vieillesse.

France, 1907 : On dit d’un homme qui, après avoir été dans l’aisance, se trouve dans la gêne, qu’il a mangé son pain blanc le premier. Cette locution nous reporte au temps où l’on mettait le pain blanc an rang des comestibles les plus délicats. Dans le XIVe siècle, le pain blanc le plus renommé était celui de Chailli, village près de Longjumeau. Le pain de Gonesse acquit de la réputation au XVIe siècle. À cette époque même, la vente du pan blanc n’était que tolérée, le gouvernement craignait qu’on en mangeât trop ! Les pains ordinaires étaient le pain bourgeois, nommé depuis pain de ménage, le pain bis-blanc et le pain bis. Il ne faut pas compter le pain de chapitre, pain inventé par un boulanger du chapitre de Notre-Dame de Paris : il ne différait du pain bourgeois que parce qu’il était moins plat. — Il est fils de prêtre, dit un adage du XVIe siècle, il mange son pain blanc le premier.

Manger sur

Larchey, 1865 : Dénoncer.

François a mangé sur vous.

(Canler)

Manger sur l’orgue

Vidocq, 1837 : v. a. — Dénoncer quelqu’un.

Halbert, 1849 : Dénoncer ses pratiques ou complices.

Delvau, 1866 : v. n. Dénoncer un complice pour se sauver soi-même ou atténuer son propre crime, — dans l’argot des voleurs. On dit aussi Manger sur quelqu’un.

Virmaître, 1894 : Charger un complice. Mot à mot : lui mettre ses méfaits sur le dos pour essayer de s’en décharger (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Charger un complice.

France, 1907 : Dénoncer. Orgue a ici la signification de personne. Mon orgue, moi. On dit aussi manger sur quelqu’un.

Le coqueur libre est obligé de passer son existence dans les orgies les plus ignobles. En relations constantes avec les voleurs de profession dont il est l’ami, il s’associe à leurs projets. Pour lui tout est bon : vol, escroquerie, incendie, assassinat même ! Qu’est-ce que cela lui fait ? Pourvu qu’il puisse manger sur quelqu’un et qu’il en tire un bénéfice.

(Mémoires de Canler)

Manger un lapin

Delvau, 1866 : v. a. Enterrer un camarade, — dans l’argot des typographes, qui, comme tous les ouvriers, s’arrêtent volontiers chez le marchand de vin en revenant du cimetière.

Manger un morceau

Clémens, 1840 : Vendre une affaire (un délit).

Manger une soupe à l’herbe

France, 1907 : Se coucher au soleil, flâner.

Manger une soupe aux herbes

Delvau, 1866 : Coucher dans les champs. Argot des faubouriens.

Manger, manger le morceau

Larchey, 1865 : Dénoncer, avouer.

Le morceau tu ne mangeras de crainte de tomber au plan… — Paumé tu ne mangeras dans le taffe du gerbement.

(Vidocq)

Manger, manger le morceau, manger sur l’orgue

La Rue, 1894 : Dénoncer un complice, révéler un secret.

Manger, manger le morceau, Manger sur, Manger du lard

Rigaud, 1881 : Dénoncer un complice, révéler un secret. — Manger dans la main, être très familier, ne pas observer les distances sociales. — Manger de la misère, manger de la prison, subir la misère, la prison. — Manger de la vache enragée, être misérable. — Manger de la merde, être dans le dénûment le plus profond, être abreuvé de souffrances physiques et morales. — Manger sur le pouce, manger à la hâte. — Manger du drap, jouer au billard. — Manger du pavé, chercher en vain de l’ouvrage. — Manger la laine sur le dos de quelqu’un, vivre aux dépens de quelqu’un, le ruiner sans le faire crier. — Manger du pain rouge, dépenser l’argent provenant d’un assassinat. — Manger à tous les râteliers, accepter de tous les côtés, sans scrupules. — Manger le Bon Dieu, communier. — Manger du sucre, être applaudi au théâtre. — Manger le poulet, partager un pot de vin, partager un bénéfice illicite. — Manger le gibier, faire sauter l’anse du panier de la prostitution, — dans le jargon des souteneurs qui n’entendent pas la plaisanterie sur ce chapitre. — Manger le pain hardi, être domestique. — Manger son pain blanc le premier, dépenser sans compter avec la misère à venir. — Manger l’herbe par la racine, être mort depuis longtemps. — Manger ses mots, parler vite et d’une manière incompréhensible. — Manger la consigne, oublier un ordre qu’on vous a donné. — Avoir mangé la bouillie avec un sabre, avoir une très, grande bouche. — Se manger, se manger le nez, se disputer vivement de très près, se menacer d’en venir aux mains. — Se manger les sangs, s’inquiéter. — Se manger les pouces, s’impatienter.

Mangerie

d’Hautel, 1808 : Pour, exaction, monopole, dilapidation, tour de bâton ; escroquerie, filouterie, vol.
Relever mangerie. Pour, recommencer à manger.

Mangeur

d’Hautel, 1808 : Mangeur de choux. Lapin nourri avec des choux, et dont la chair est bien inférieure à celle du lapin de garenne.
Mangeur de blanc Homme sans délicatesse, sans honneur, et de mauvaise vie, qui se laisse entretenir par les femmes.
Mangeur de soupe apprêtée. Paresseux, fainéant, oisif, qui veut prendre part aux bénéfices d’une affaire, sans s’y être donné le moindre mal.
Mangeur de chrétien. Procureur, avocat, huissier ; en un mot, tout ce qui tient à la chicane.
Mangeur de charrettes ferrées ; mangeur de petits enfans. Mauvais sujet, sans bravoure ; mauvaise tête ; fanfaron.
Mangeur de pommes. Nom que l’on donne par ironie aux Normands.

M.D., 1844 : Celui qui, faisant partie d’une bande, dénonce les autres.

Larchey, 1865 : Dissipateur. — Mangeur de galette : Fonctionnaire vénal (Vidocq). — Mangeur de blanc : Homme se faisant entretenir par une femme. V. d’Hautel. — Mangeur de blanche serait plus juste. — Mangeur de bon Dieu, de messes : Dévôt.

Quittez vos tanières, antiques comtesses, mangeuses de mes ses.

(Départ de la Cour, Ch., 1830)

Delvau, 1866 : s. m. Dissipateur, viveur, — dans l’argot du peuple.

Fustier, 1889 : Dénonciateur, espion. Argot des prisons.

Ce sont les révélateurs qu’on appelle les mangeurs, la musique.

(J. Vallès)

Mangeur de blanc

Delvau, 1864 : Souteneur de filles, maquereau qui vit du sperme dépensé par les autres hommes, avec de l’argent, au profit de sa maîtresse, etc.

Mangeons du blanc ! Mangeons du blanc !
Ça vaut mieux que manger du flan !
Mangeons du blanc jusqu’à l’aurore,
Et que Phoebus nous trouve encore
Mangeant du blanc !

(Lemercier de Neuville)

Je voulais tâter du métier de miché, mais je vois que celui de mangeur de blanc est encore le meilleur.

(Lemercier de Neuville)

Delvau, 1866 : s. m. Souteneur de filles, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Souteneur de filles.

La Rue, 1894 : Souteneur.

Virmaître, 1894 : Homme qui vit aux dépens des autres, et particulièrement des femmes qui se livrent à la prostitution. L’allusion est suffisamment claire pour se passer d’explication (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Voir mac.

Hayard, 1907 : Souteneur.

France, 1907 : Amant de cœur d’une fille publique. Dans les maisons de prostitution, on appelle blanc le jeton que la matrone remet à la fille après chaque passe ; ce jeton représente le tarif de la maison, c’est-à-dire la somme versée par le client.

J’arrêtai notamment un individu qui répondait au sobriquet de « Leblanc », sans doute parce qu’il en mangeait, comme on disait dans son monde, et dont la spécialité était de faire l’agent des mœurs.
Il connaissait les misérables de mœurs inavouables qui rôdent le soir aux Champs-Elysées ou sur les boulevards, ces prostitués mâles parmi lesquels se recrutent les plus dangereux bandits.
Leblanc les suivait avec patience, et, dès qu’il les voyait en conversation avec de vieux messieurs bien mis, il intervenait, se disant « agent des mœurs » arrêtait les prétendus délinquants, et ne les relâchait que contre des sommes plus ou moins fortes qu’on lui remettait toujours pour éviter le scandale…

(Mémoires de M. Goron)

Le blanc était une ancienne monnaie qui valait cinq deniers.
Gros-René dit à Marinette dans le Dépit amoureux :

Tiens, encor’ ton couteau. La pièce est riche et rare,
Il te coûta six blancs lorsque tu m’en fis don.

Mangeur de bon Dieu

Delvau, 1866 : s. m. Bigot, homme qui hante plus volontiers l’église que le cabaret. Argot du peuple.

France, 1907 : Dévot qui communie souvent, avale et digère son créateur.

— Et c’est du propre d’aller manger le bon Dieu en guignant les honmnes.

(Émile Zola)

On dit aussi mangeur de messes.

Mangeur de choucroute

Delvau, 1866 : s. m. Allemand.

Mangeur de choux

France, 1907 : Voleur qui travaille seul, pour son propre compte, qui n’appartient à aucune bande.

Mangeur de crucifix

France, 1907 : Bigot, hypocrite. Allusion à l’habitude qu’ont les fanatiques religieux de couvrir de baisers les crucifix, les médailles et autres images.

Mangeur de galette

Vidocq, 1837 : s. m. — Homme vénal qui reçoit de l’argent pour trahir ses devoirs.

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui trahit ses camarades pour de l’argent.

Rigaud, 1881 : Celui qui bat monnaie au moyen de dénonciations. — Fonctionnaire ami du pot de vin.

France, 1907 : Dénonciateur, mouchard. Galette est, en ce cas, le synonyme de morceau.

Mangeur de petites pattes

France, 1907 : Riche, bourgeois. « Le bourgeois, dit le paysan, recherche les mets délicats, le gibier fin, perdrix, cailles, alouettes, bécasses et autres oiseaux à petites pattes. »

Mangeur de pommes

Delvau, 1866 : s. m. Normand.

Mangeur de prunes

France, 1907 : Tailleur. On dit aussi pique-prunes.

Mangeurs de foin

Merlin, 1888 : Épithète autrefois donnée aux grenadiers, qui, marchant généralement en tête, s’emparaient pour leur campement de tout le foin et de toute la paille des environs. Quand le gros des troupes arrivait, il ne trouvait plus rien ; les grenadiers avaient mangé le foin.

Mangeuse

Rigaud, 1881 : Gaspilleuse.

Mangeuse de viande crue

Delvau, 1866 : s. f. Fille publique. L’expression est vieille : elle se trouve dans Restif de la Bretonne.

Virmaître, 1894 : Cette figure dégoûtante, mais très caractéristique, désigne une fille publique qui a une certaine spécialité (Argot des souteneurs).

France, 1907 : Prostituée exerçant une certaine industrie.

Mangone

France, 1907 : Animal fantastique qui affecte la forme d’une dinde, se cache dans les réduits obscurs où il se lamente sans cesse. « C’est le diable », disent les paysans du Centre. D’où le nom de mangone à une personne qui ne fait que se plaindre et gémir. « Oh ! la vilaine mangone ! »

Mangonner

France, 1907 : Parler entre ses dents, grogner.

Maniable

d’Hautel, 1808 : Il n’est guère maniable. Se dit d’un homme rude, qui a l’humeur âpre et revêche, et dont on ne vient pas aisément à bout. Le peuple prononce magnable.

Manicle

d’Hautel, 1808 : Pour, manège, manigance.
Il entend la manicle. Pour, il est adroit, rusé, il comprend toutes les finesses.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Bracelet. (Manicle signifie aussi l’anneau que l’on rive au bas de la jambe des forçats, et auquel est attachée la chaîne qu’ils ne quittent qu’en sortant du bagne.)

Delvau, 1866 : s. f. Se dit de toutes les choses gênantes, embarrassantes, comme le sont en effet les manicles des prisonniers. Ce mot vient de manicæ, menottes. Les forçats, qui ne sont pas tenus de savoir le latin, donnent ce nom aux fers qu’ils trament aux pieds ; en outre, au lieu de l’employer au pluriel, comme l’exigerait l’étymologie, ils s’en servent au singulier : c’est ainsi que de la langue du bagne il est passé dans celle de l’atelier. Frère de la manicle. Filou.

La Rue, 1894 : Toute chose gênante, comme les menottes. Frère de la manicle, confrère en vol.

Manicle (frère de la)

Rigaud, 1881 : Confrère en vol.

France, 1907 : Compagnon de vol.

Manicon

Delvau, 1864 : Surnom que le populaire, donne volontiers aux sages-femmes, — on devine pourquoi.

Manicotier

France, 1907 : Faiseur de petites affaires, de petits commerces, et naturellement un peu filou ; patois du Centre.

Manier

d’Hautel, 1808 : Quand on manie le beurre, on a les mains grasses. Pour dire, que quand il passe beaucoup d’argent par les mains, on en ressent toujours quelque bénéfice.
Le peuple fait entrer un g dans la terminaison de ce verbe, et le conjugue ainsi : je magne, tu magnes, il magne, etc. Je magnois, je magnerai ; magner, etc. Au lieu de, je manie, tu manies, etc. ; je maniois, je manierai ; manier, etc.

Delvau, 1864 : Peloter une femme — où un homme.

Mais, Monsieur, vous, baisez mes fesses à tout moment ; vous me maniez partout !

(La Popelinière)

On ne peut donc sans scandale manier un peu les breloques du monde ? — Sacrebleu ! quelles breloques ! c’est bien aussi la montre, ma foi.

(A. de Nerciat, Les Aphrodites)

Ma bonne, disait Rosette, il veut toujours me faire manier sa sottise et prendra la mienne.

(La Popelinière)

C’est des marlous, n’y prends pas garde ;
Viens, que j’ te magne ton outil.

(H. Monnier)

Manier (se)

Fustier, 1889 : Se masturber. — Se sauver, fuir.

France, 1907 : Se masturber.

Manière

d’Hautel, 1808 : Cela frise un peu la manière. Pour, est trop affecté.
Il a été étrillé de la bonne manière. Pour, il a été bien maltraité ; il a beaucoup perdu dans cette entreprise.
Par manière d’acquit. Négligemment ; sans avoir l’air d’y toucher.

Delvau, 1864 : Se dit du faire particulier aux femmes galantes qui, souvent, ont autant de manières que les plus illustres artistes, — première manière, seconde manière, etc.

Changer de masque, c’est fort mal
Quand on n’est plus dans l’ carnaval,
P’t-être aussi qu’ vous changez d’ manière
Et qu’aux femmes vous voulez plaire ;
Ce s’rait deux bons goûts à la fois.
J’ vous crois fait’ pour en avoir trois.

(Béranger)

Delvau, 1866 : s. f. Façon de se conduire avec les hommes, — dans l’argot des drôlesses habiles, qui ont ainsi comme les grands artistes, leur première, leur seconde, leur troisième manière. Le cynisme en paroles et en actions peut être la première manière d’une courtisane, et la pudicité, voire l’honnêteté, sa troisième manière, — la plus remarquable et la plus dangereuse.

Manière (1re, 2me, 3me)

Larchey, 1865 : Ligne de conduite ou manière de faire son rapport avec l’âge, les progrès, ou les calculs d’un artiste, d’un écrivain, d’un intrigant, etc.

Faustine en était encore au désintéressement, sa première manière, ainsi qu’elle disait elle-même, en empruntant le langage des artistes.

dit M. Amédée Achard, dans ses Petits-Fils de Lovelace, d’une fille qui joue le désintéressement afin de mieux enlacer ses victimes.

Manières

Larchey, 1865 : Air d’importance.

Ça fait des manières et ça a dansé dans les chœurs…

(Gavarni)

Delvau, 1866 : s. f. pl. Embarras, importance exagérée ; mines impertinentes ; simagrées, — dans l’argot des faubouriens.

Manigance

d’Hautel, 1808 : Artifice, subtilité, tromperie, intrigue.
Il y a là-dessous quelque manigance. Pour, quelque ruse, quelqu’intrigue.

Delvau, 1866 : s. f. Intrigue, fourberie, — dans l’argot du peuple.

Manigancer

d’Hautel, 1808 : Tramer secrètement une petite intrigue.

Delvau, 1866 : v. a. Méditer une fourberie ; préparer une farce, un coup, une affaire.

Manigancerie

Rigaud, 1881 : Petit complot domestique, mauvaise ruse.

Manille

Halbert, 1849 : Anneau des forçats.

Manips

France, 1907 : Abréviation de manipulation ; argot de Polytechnique.

Les manips de chimies ont pour objet d’exercer les élèves à faire certaines préparations et les analyses chimiques les plus usuelles.
Vêtus de la longue blouse de toile, ils passent deux heures devant un fourneau, au milieu des cornues, des flacons, des chalumeaux, des queues de rat.

(Albert Lévy et G. Pinet, L’Argot de l’X)

Manique

d’Hautel, 1808 : Tirer la manique. Faire le métier de cordonnier.
Cet homme est de la manique. Pour, est cordonnier, ou savetier.

Delvau, 1866 : s. f. Métier ; cuir dont les cordonniers se couvrent la main. Connaître la manique. Connaître à fond une affaire. Sentir la manique. Sentir le cuir ou toute odeur d’atelier.

Rigaud, 1881 : Métier, — en terme de compagnon.

La Rue, 1894 : Pratique du métier.

France, 1907 : Moyen, manière. « Il ne sait pas la manique », il ne sait pas s’y prendre ; patois du Centre.

Manival

Rigaud, 1881 : Charbonnier, — dans l’ancien argot.

France, 1907 : Marchand de charbon ; argot des voleurs.

Manivelle

Delvau, 1866 : s. f. Chose qui revient toujours fastidieusement ; travail monotone, ennuyeux. C’est toujours la même manivelle. C’est toujours la même chanson.

Manneau

Delvau, 1866 : pron. pers. Moi, — dans l’argot des voleurs. On dit aussi Mézingaud et Mézière.

Mannequin

d’Hautel, 1808 : C’est un vrai mannequin. Pour dire, un homme sans caractère, qui n’agit que d’après la volonté des autres, ou dont on se rend absolument maître.

Delvau, 1866 : s. m. Imbécile, homme de paille, — dans l’argot du peuple.

Delvau, 1866 : s. m. Voiture quelconque, et spécialement Tape-cul, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Cabriolet, voiture à deux roues. — Hotte de chiffonnier. — Mannequin à machabées, corbillard, ou encore mannequin du trimballeur de dégelés, de refroidis, de machabées.

Rigaud, 1881 : Demoiselle de magasin sur le dos de laquelle on essaie les confections, devant les acheteurs, — dans le jargon des marchands de nouveautés.

La Rue, 1894 : Imbécile. Voiture.

France, 1907 : Homme méprisable, sans valeur.

France, 1907 : Hotte de chiffonnier.

France, 1907 : Imbécile toujours habillé à la dernière mode.

Mannequin (tu n’es qu’un)

Virmaître, 1894 : Pas grand’chose de bon. Mannequin : individu guindé, habillé à la dernière mode. Mot à mot, qui ressemble à un mannequin exposé à la porte d’un tailleur. Mannequin : hotte de chiffonnier (Argot du peuple).

Mannequin de machabées

Virmaître, 1894 : Corbillard. Allusion au panier dans lequel est jeté le condamné après l’exécution (Argot des voleurs). V. Omnibus de coni.

France, 1907 : Corbillard, cercueil.

Mannequin du trimballeur des refroidis

Halbert, 1849 : Corbillard.

Delvau, 1866 : s. m. Corbillard, — dans l’argot des voleurs.

Mannesingue, minzinguin

Larchey, 1865 : Marchand de vin. — Mot à mot : homme (mann) vendant à boire (zu trinken). On a dit d’abord Mannestringue, puis mannesingue. Minzinguin est un diminutif corrompu. — V. Licher.

Quel est celui-là ? — Un ami, un vrai, un marchand de vin… — Un mannezing ?

(G. Bourdin)

Le roi est un bon zigue qui protège les minzinguins.

(Cabassol)

Mannezingue

Delvau, 1866 : s. m. Cabaret ; marchand de vin, — dans l’argot des faubouriens, qui n’emploient ce mot que depuis une trentaine d’années. On dit aussi Minzingouin et Mannezinguin.
Voilà un mot bien moderne, et cependant les renseignements qui le concernent sont plus difficiles à obtenir que s’il s’agissait d’un mot plus ancien. J’ai bien envie de hasarder ma petite étymologie : Mannsingen, homme chez lequel on chante, le vin étant le tirebouchon de la gaieté que contient le cerveau humain.

La Rue, 1894 / Rossignol, 1901 : Marchand de vin.

France, 1907 : Marchand de vin : c’est-à-dire homme du zing : man-zing, à moins qu’il ne faille s’en rapporter à l’étymologie donnée par Delvau, qui ferait de mannezingue un mot tout à fait germanique : Mannsingen, homme chez lequel on chante, le vin étant, dit-il, Le tire-bouchon de la gaieté que contient le cerveau humain.

Les mannezingues ont toutes les audaces.
L’un d’eux, l’autre jour, dans le quartier Montmartre, voulant se donner tout le temps nécessaire pour faire des mouillages abondants, a pris le parti de fermer sa boutique.
Et les passants ont pu lire ces mots écrits à la craie sur la devanture :
« Fermé pour cause de baptême. »

(Le Journal)

J’suis républicain socialisse,
Compagnon, radical ultra,
Révolutionnaire, anarchisse,
Eq’cœtera… eq’cœtera…
Aussi j’vas dans tous les métingues,
Jamais je n’rate un’ réunion.
Et j’pass’ mon temps chez les mann’zingues
Oùs qu’on prêch’ la révolution.

(Aristide Bruant)

Mannezingueur

Delvau, 1866 : s. m. Habitué de cabaret.

Manœuvre

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris. Au propre, compagnon maçon ; au figuré, nom que l’on donne à un ouvrier qui travaille grossièrement ; qui ne sait pas son métier.
Un rusé manœuvre. Homme artificieux ; finot.

Manœuvrer du cul

Delvau, 1864 : Remuer des fesser quand on est sous l’homme, soit pour l’aider à décharger, soit parce que la jouissance arrache à la femme d’involontaires et lascives torsions de croupe.

Fait l’étroite pour lui, même quand elle est large,
Et manœuvrant du cul, jouit quand il décharge.

(L. Protat)

Manon

Delvau, 1866 : s. f. Gourgandine, — dans l’argot du peuple. Signifie aussi Maîtresse, — dans l’argot des bourgeois.

France, 1907 : Fille de joie. Réminiscence de l’héroïne du célèbre roman de l’abbé Prévost, Manon Lescaut.

Manquant-sorti

France, 1907 : Personne qui ne comprend pas la plaisanterie.

Manque

France, 1907 : Trahison, perfidie. Être à la manque, trahir.

Gaffré était comme la plupart des agents de police, sauf la manque, bon enfant, mais un peu licheur, c’est-à-dire gourmand comme une chouette.

(Mémoires de Vidocq)

Manque (à la)

Vidocq, 1837 : adv. — À gauche.

Delvau, 1866 : adv. À gauche, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi Endommagé et Malade.

Rigaud, 1881 : À gauche. Mauvais, laid, défectueux. Indiscret. Incertain. Avoir à la manque, ne pas avoir.

Rigaud, 1881 : Absent, sorti ! — dans le jargon des ouvriers. — Être à la manque, être absent. — Ne pas être franc ; trahir.

La Rue, 1894 : Mauvais, laid, défectueux. — Tronche à la manque, mauvaise mine, physionomie qui ne dénote rien de bon, — dans le jargon des voleurs, pour qui tous les agents de la police ont des tronches à la manque.

France, 1907 : À gauche. Qui n’est pas dans le vrai sens ; de l’italien alla manca.

Les gardes-chiourmes sont au nombre de deux. De l’un, rien à dire : c’est un sac à mistoufles, aussi rossard que ses pareils. Quant à l’autre, il n’est pas banal : c’est un collecto qui a été candidat au conseil cipal et a accouché d’un caneton.
Il est frais le socialo à la manque !
Mon de Dieu, s’il amène jamais un prolo de son bagne à penser comme lui, je veux bien qu’on me la coupe. Et ça se comprend. On ne juge pas les hommes d’après ce qu’ils pensent, mais bien d’après ce qu’ils font.
Or, comme le birbe ne fait rien de chouette, y a pas de danger que ses esclaves soient attirés vers lui.

(Le Père Peinard)

Affaire à la manque, mauvaise affaire. Gonse à la manque, individu sur lequel on ne peut compter. Fafiots à la manque, faux billets de banque. Balle à la manque, visage de borgne.

Manque (avoir à la)

Ansiaume, 1821 : Haïr.

Je ne l’ai à la manque que parce qu’il est toujours au pieux.

Manquer

d’Hautel, 1808 : Il ne lui manque que la parole. Se dit d’un chien ou de tout autre animal qui a un instinct extraordinaire ; qui exécute tout ce qu’on lui commande avec une grande précision.
On dit aussi d’un portrait très-ressemblant, qu’Il ne lui manque que la parole.
Il la manqué belle.
Pour dire qu’on a laissé échapper une occasion favorable ; que l’on s’est tiré d’un grand péril ; que l’on a évité un danger imminent.

Manquer à ses devoirs

Delvau, 1864 : Faire son mari cocu — ce qui est le seul devoir auquel les femmes ne manquent jamais.

Si vous aviez un peu de vertu dans l’âme, vous sentiriez aussi ce qu’il en coûte à une femme bien née pour manquer à ses devoirs et faire un pas comme celui-ci.

(La Popelinière)

Manquer de respect à une femme

Delvau, 1864 : La violer — de son propre consentement, mais à fond de train, pour se faire pardonner l’irrévérence de cette action.

À l’encontre d’un talon rouge qui avait manqué de respect à une intendante, mais qui n’a pu achever de lui en manquer entièrement.

(Collé)

Manquer de voix

Delvau, 1864 : Chanter un air à une femme, avec la queue, et s’en tenir là, volontairement ou involontairement. Baiser mollement.

Quand des voix qu’il me dut
Vint l’éclat dont il brille,
Avec moi que de fois
Il a manqué de voix.

(Béranger)

Manquer le train

France, 1907 : Perdre une bonne occasion ; manquer sa fortune, le but de la vie.
On dit aussi manquer le coche.

A débute par un beau livre ; B, à vingt-cinq ans, expose un beau tableau… Les mille obstacles de la bohème leur barrent le chemin. Ils resteront intelligents, mais… ils ont manqué le train.

(Tony Révillon)

Manquesse

Rigaud, 1881 : Mauvaise note, — dans le jargon des voleurs. — Refiler la manquesse, être mal noté.

France, 1907 : Mauvais renseignements donnés sur un prisonnier.

Manquiller

Halbert, 1849 : Faire.

Manteau

d’Hautel, 1808 : Garder les manteaux. Assister à un duel ; n’y être que simple spectateur ; faire le guet ; demeurer les bras croisés, quand les autres travaillent.
Il a un bon manteau pour son hiver. Se dit par plaisanterie de quelqu’un qui a un gros rhume, ou, les fièvres, au commencement de l’hiver.
Manger son pain sous son manteau. Se dit d’un égoïste, d’un avare, qui ne fait jouir personne de son bien.
Faire quelque chose sous le manteau. Pour dire, d’une manière furtive, cachée.
Cela est fait sous le manteau de la cheminée. Se dit d’une affaire concertée en cachette ; faite à plaisir, et que l’on présente comme arrivée accidentellement.

Fustier, 1889 : Argot théâtral. Rôle où l’acteur porte un manteau. (Littré)

Il avait, comme artiste, une scène de composition, une autorité de manière qui, jointes à une excellente diction, faisaient de son jeu dans les rôles proprement appelés les manteaux un sujet d’études des plus attrayants.

(Revue britannique)

Manteau d’arlequin

Delvau, 1866 : s. m. Draperie qui entoure le rideau d’avant-scène, — dans l’argot des coulisses. « On l’a nommée ainsi, dit M. J. Duflot, parce que du temps de la Comédie italienne les rideaux de théâtre ne tombaient pas comme des rideaux d’alcôve en glissant sur des tringles ; or, comme Arlequin, au dénoûment de la pièce, était toujours le dernier comédien qui saluait le public de sa batte, le rideau, qui se fermait sur lui, semblait lui faire un manteau. »

Manteau de la cheminée (sous le)

France, 1907 : En famille, en petit comité.

Jusque vers le milieu du XIIe siècle, les habitations de nos aïeux — même des seigneurs — n’avaient pas de cheminées. Pour chauffer les appartements, on se servait de brasières dans lesquelles on entretenait de la braise recouverte de cendres. Ce fut dans les monastères qu’on commença à construire des cheminées dans les grandes salles ; les châteaux imitèrent bientôt cet exemple, mais on construisait ces cheminées tellement larges qu’on pouvait y faire rôtir des moutons et même des veaux entiers devant des feux composés de troncs d’arbres ; sous le manteau de ces cheminées la famille entière pouvait prendre place et l’on voit encore certains châteaux avec des cheminées sous les manteaux desquelles le châtelain faisait dresser son lit pendant l’hiver.

(Jean-Bernard)

Manteaux (garder les)

France, 1907 : Ne pas prendre part aux divertissements de ceux qu’on accompagne, les regarder s’amuser, jouer un rôle ridicule, comme les maris qui, dans les fêtes de village, gardent le châle on le manteau de leur femme pendant que la commère se trémousse avec un galant.

Manu adjuvante

France, 1907 : « À l’aide de la main. » Latinisme.

Les mots, les jugements ne s’appliquent pas à tous les hommes… Mirande avait, entre nous, soif de célébrité. Il va être célèbre, les femmes vont l’adorer, se passionner pour sa cause, et il va devenir, dans leur esprit, une sorte de héros. Combien désireront coucher avec lui ! Et y coucheront, manu adjuvante, tontes celles qui ont au bout du doigt un peu d’imagination ! Ah ! il ne sera pas à plaindre, il aura de la gloire ! Et de l’amour !

(Félicien Champsaur, Le Mandarin)

Manuéliser (se)

Delvau, 1864 : Se masturber.

C’est le seul moyen d’être sage au couvent, puisqu’on ne peut l’être sans se clitoriser ou se manuéliser.

(Mercier de Compiègne)

Du bon Guillot le vit se raidissait,
Et le poignait si fort concupiscence,
Que dans un voin se manuélisait.

(Piron)

Manuelle

Rigaud, 1881 : Prostituée décrépite qui tend à la débauche une main secourable quoique souvent couverte de gale.

Ces filles vieilles, laides, décrépites et dégoûtantes, appelées pierreuses dans l’administration, qui se désignent sous le nom de manuelles.

(Parent-Duchatelet, De la prostitution)

Manufacture

d’Hautel, 1808 : Le peuple dit par corruption manifacture.

Manuscrit belge

Boutmy, 1883 : s. m. Copie imprimée. On a appelé de ce nom cette sorte de copie peut-être parce que les ouvriers belges, assez nombreux à Paris, ne pouvant autrefois déchiffrer la copie manuscrite, on ne leur donnait à composer que les réimpressions. Aujourd’hui, cette distinction a à peu près disparu. Voici une autre explication de cette expression : en Belgique, il y a trente ans, les imprimeurs ne vivaient que de contrefaçons ; on ne composait donc jamais ou presque jamais chez eux que sur des livres. Voilà pourquoi, sans doute, on a donné le nom de manuscrit belge à toute copie imprimée. L’expression est alors plus fine, plus satirique que dans l’hypothèse précédente ; elle raille spirituellement l’indélicatesse de nos voisins, qui se procuraient de la copie à trop bon marché.

France, 1907 : Texte imprimé que l’on donne à copier dans une imprimerie.

On a appelé de ce nom cette sorte de copie, dit Eugène Boutmy, peut-être parce que les ouvriers belges, assez nombreux à Paris, ne pouvant autrefois déchiffrer la copie manuscrite, on ne leur donnait à composer que les réimpressions. Aujourd’hui, cette distinction a à peu près disparu. Voici une autre explication de cette expression : en Belgique, autrefois, les imprimeurs ne vivaient que de contrefaçons ; on ne composait donc jamais ou presque jamais chez eux que sur des livres. Voilà pourquoi, sans doute, on a donné le nom de manuscrit belge à toute copie imprimée. L’expression est alors plus fine, plus satirique que dans l’hypothèse précédente ; elle raille spirituellement l’indélicatesse de nos voisins, qui se procuraient de la copie à trop bon marché.

(Argot des typographes)

Manzingue

Clémens, 1840 : Marchand de vin.

Mappemonde

d’Hautel, 1808 : On donne ce nom en plaisantant, aux seins d’une femme lorsqu’ils sont trop volumineux.

France, 1907 : Le derrière.

Ce qui dans tous les corps à la surface ronde,
Ce qu’on ne montre point que l’on ne soit surpris,
Et ce que dans le sexe on renomme à Paris,
Fut la nouvelle mappemonde.

(Grécourt)

Se dit aussi pour les seins d’une femme quand ils sont volumineux.

Maqua

Delvau, 1866 : s. f. Entremetteuse, — dans l’argot du peuple, qui emploie ce mot depuis quelques cents ans. On a écrit Maca au XVIe siècle.

Maquart

France, 1907 : Viande. Bifteck de Maquart, viande de cheval, du nom d’un équarrisseur.

Maqué ou maccé

Rossignol, 1901 : La fille publique qui a un amant ou qui en prend un, est maquée : elle a un mac.

Maque, maquecée

France, 1907 : Maîtresse d’un lupanar ; de maq, abréviation de maquerelle, et cé, femme d’argent.

Maquecée

Delvau, 1866 : s. f. Abbesse de l’abbaye des S’offre-à-tous, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Abbesse d’une maison de tolérance. Vient des deux mots : maq, abréviation de maquerelle, et de cé, femme d’argent ; de là maquecée (Argot des souteneurs). N.

Maquecée, maquerelle

Hayard, 1907 : Tenancière de maison de tolérance.

Maquer (se)

France, 1907 : Se manger, se battre.

Quand i’ nous arriv’ qu’un mèche
S’met à nous r’luquer,
Qu’on voit qu’avec lui y a mèche
D’pouvoir se maquer,
Faut qu’nous l’ayons corps et âme,
Et, si quéqu’cato
La trouv’ mauvaise et réclame,
Nous tirons l’couteau.

(É. Blédort)

Maquereau

d’Hautel, 1808 : Libertin, homme pervers, qui fait l’infâme métier de prostitution.

Delvau, 1864 : Défenseur de beautés faciles qui le payent ; entremetteur.

Le roi fit choix du conseiller Bonneau,
Confident sûr et très bon Tourangeau.
Il eut l’emploi, qui certes n’est pas mince,
Et qu’à la cour où tout se peint en beau,
Nous appelons être l’ami du prince ;
Mais qu’à la ville, et surtout en province,
Les gens grossiers ont nommé maquereau.

(Voltaire, La Pucelle)

Delvau, 1866 : s. m. Souteneur de filles, ou plutôt Soutenu de filles, — dans l’argot du peuple.
II est regrettable que Francisque Michel n’ait pas cru devoir éclairer de ses lumières philologiques les ténèbres opaques de ce mot, aussi intéressant que tant d’autres auxquels il a consacré des pages entières de commentaires. Pour un homme de son érudition, l’étymologie eût été facile à trouver sans doute, et les ignorants comme moi n’en seraient pas réduits à la conjecturer. Il y a longtemps qu’on emploie cette expression ; les documents littéraires dans lesquels on la rencontre sont nombreux et anciens déjà ; mais quel auteur, prosateur ou poète, l’a employée le premier et pourquoi l’a-t-il employée ? Est-ce une corruption du mæchus d’Horace (« homme qui vit avec les courtisanes, » mœcha, fille) ? Est-ce le μακρός grec, conservé en français avec sa prononciation originelle et son sens natif (grand, fort) par quelque helléniste en bonne humeur ? Est-ce une contraction anagrammatisée ou une métathèse du vieux français marcou (matou, mâle) ? Est-ce enfin purement et simplement une allusion aux habitudes qu’ont eues de tout temps les souteneurs de filles de se réunir par bandes dans des cabarets ad hoc, par exemple les tapis-francs de la Cité et d’ailleurs, comme les maquereaux par troupes, par bancs dans les mers du Nord ? Je l’ignore, — et c’est précisément pour cela que je voudrais le savoir ; aussi attendrai-je avec impatience et ouvrirai-je avec curiosité la prochaine édition des Études de philologie de Francisque Michel.
Au XVIIIe siècle, on disait Croc de billard, et tout simplement Croc, — par aphérèse.

Virmaître, 1894 : Les uns croient que ce mot vient de l’hébreu machar, qui signifie vendre, parce que c’est le métier de ces sortes de gens de vendre les faveurs des filles. D’autres font dériver cette expression d’aquarius ou d’aquariolas, parce que chez les Romains les porteurs d’eau étaient les intermédiaires de la prostitution, d’où nous avons fait, en ajoutant la lettre M, Maquariolus. et que de là s’est formé le nom de maquereau. D’autres encore affirment que ce mot vient du latin macalarellus, parce que dans les anciennes comédies, à Rome, les proxénètes de la débauche portaient des habits bizarres, et ils étayent leur opinion sur ce que ce nom n’a été donné à l’un de nos poissons de mer que parce qu’il est mélangé de plusieurs couleurs dans le dos (Dessessart, Dictionnaire de police, Bulenger opuscul.) Quoi qu’il en soit, la signification du mot maquereau est de vivre aux dépens de quelqu’un, mais l’expression s’applique plus généralement à ceux qui vivent de la prostitution des femmes. Souteneur, qui vit des filles publiques, ou mari qui laisse sa femme se prostituer, lequel est un maquereau légitime (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Celui qui vit aux dépens des autres.

Hayard, 1907 : Souteneur.

France, 1907 : Individu qui vit d’une femme ou de la prostitution d’une ou de plusieurs femmes. Nous disons sans ambages que l’homme sans le sou qui épouse une femme riche, quelle qu’elle soit, est un maquereau.
L’étymologie de ce mot est assez douteuse. D’après les uns, il viendrait de l’hébreu machar, vendre, le maquereau vendant ou trafiquant des faveurs des filles ; d’après d’autres, dit Ch. Virmaître, cette expression viendrait d’aquarius ou d’aquariolus, parce que chez les Romains les porteurs d’eau étaient les intermédiaires de la prostitution, d’où nous avons fait, en ajoutant la lettre M, maquariolus, d’où l’abréviation maquereau.
Dessessart, dans son Dictionnaire de polices, et Bulenger affirment que ce mot vient du latin macalarellus, bariolé, parce que, dans les anciennes comédies, les proxénètes portaient des vêtements bizarres, et que, d’après eux, le nom de maquereau a été donné au poisson de mer bien connu, parce qu’il est mélangé, bigarré de plusieurs couleurs sur le dos.

Venez tous, vrais maquereaux
De tous estats, vieux et nouveaux.

(François Villon)

On dit qu’une reine de Crète,
Dont Dédale fut macquereau,
D’une passion indiscrète
Brûla jadis pour un taureau,
Je le crois, certes, puisque Jeanne
Soupire aujourd’hui pour un âne.

(Le sieur Ménard)

On a chanté dans le monde des marlous. Souteneurs à rouflaquettes, soutenus en gris perle ont été de la fête. Ils ont dansé en l’honneur de leur patron ; l’absinthe a eu sur les zincs des éclats d’émeraude, le champagne aurait pu perler dans les coupes de Bohême des grandes prostituées et sur les tables de quelques nobles dames. Depuis toujours il y a eu des poissons dans tous les mondes, des poissons à dos vert et à ventre blanc. Oh ! marlous pour marlous, c’est encore des alphonses. Qu’on l’avoue ou qu’on s’en cache, que ce soit à la Villette, que ce soit à l’Étoile, le rôle est le même si le décor change ; la honte est égale pour le rastaquouère et pour le maquereau.

(Fin de Siècle)

Pour en finir avec ce mot, citons un passage tiré d’un curieux livre, Noel Borguignon, de Gui Barozai, pseudonyme de Bernard de La Monnoye, imprimé à Dijon en 1720 : « Maquereau, injure qu’on apprend aux oiseaux qui parlent ; sur quoi certain curé disait un jour dans son prône qu’il vaudroit bien mieus leur apprendre de bons oremus. On trouve dans Villebardouin qu’en 1200 un des ambassadeurs de Baudouin, comte de Flandre et de Hainaut pour la guerre sainte, avoit nom Alard Maqueriaus. M. Huet qui a trouvé que Paillard, nom de famille, étoit originairement un nom propre corrompu de Paul, dont on avoit d’abord fait Paulard, ensuite Pauliard et enfin Paillard, n’hésiterait pas à dire que maqueriaus étoit de même originairement un nom propre corrompu de Macaire, dont on avoit fait le diminutif macaireau, prononcé depuis maqueriaus » — ajoutons maquereau.

Maquereau, maquerelle

La Rue, 1894 : Souteneur. Proxénète.

Maquereautage

Delvau, 1866 : s. m. Exploitation de la femme qui exploite elle-même les hommes ; maquignonnage. On prononce Macrotage.

Maquereauter

Delvau, 1866 : v. a. et n. Vivre aux dépens des femmes oui ne vivant elles-mêmes qu’aux dépens des hommes. On prononce Macroter. Maquereauter une affaire. Intriguer pour la faire réussir.

France, 1907 : Fréquenter les prostituées, vivre à leurs dépens.

Ce qu’il y a d’enquiquinant, c’est que les grosses légumes, pour couper la chique à notre esprit de révolte, ont entrepris de nous avachir en nous infusant leurs vices. Ils ont manœuvré pour nous donner l’envie de louper, de feignasser, de vivre à rien foutre, en maquereautant ou putassant — afin de nous rendre incapables d’agir.

(Le Père Peinard)

Maquereautin

Delvau, 1866 : s. m. Apprenti débauché, jeune maquereau. On prononce Macrotin.

Rossignol, 1901 : Souteneur qui n’est pas dans l’opulence.

France, 1907 : Jeune souteneur, petit maquereau. On dit aussi macrotin.

C’est un maquereautin rigouillard en rupture de barrières, qui a pris du ventre à fréquenter des légumeux et pas autre chose, mal embouché avec ça : « p;Des façons avec mézigue, qu’il fait à Carnot, en lui tapant sur son ventre factice, ouh là là ! Et ta sœur, est-ce qu’elle fait la planche ?… Pas de magnes, eh ! n’ailles pas te gober, parce que t’es le mec des mecs… »

(Le Père Peinard)

Maquerellage

d’Hautel, 1808 : Trafic honteux de débaucher et de prostituer les femmes.

Delvau, 1866 : s. m. Proxénétisme.

Maquerelle

d’Hautel, 1808 : Féminin de maquereau, dont il a toutes les significations et dans un sens plus étendu encore.

Delvau, 1864 : Grosse dame qui se charge de procurer de l’ouvrage aux petites dames, et qui pousse parfois la complaisance jusqu’à les aller chercher dans leurs famille.

Le troisième privilège des châtrés, c’est qu’ils sont fort renommés en leur fidélité en fait de maquerellage.

(Variétés hist. et litt)

Tenant par acte misérable
Le maquerellage honorable.

(Cabinet Satyrique)

Tant qu’elle conte sa querelle
À une vieille maquerelle.

(Mathéolin)

Et puis dites que les moustiers
Ne servent point aux amoureux,
Bonne maquerelle pour eux
Est ombre de dévotion.

(Cl. Marot)

Aussi n’épargne-t-il pas les mères qui sont maquerelles de leurs propres filles.

(H. Estienne)

Car l’honneur d’une femme souffre beaucoup quand elle est vue avec une maquerelle.

(P. De Larivet)

Delvau, 1866 : s. f. Femme qui trafique des filles. Au XVIIIe siècle on disait Maqua.

Virmaître, 1894 : Maîtresse de maisons de tolérance ou de maisons de rendez-vous, femme qui vit du travail des filles (Argot du peuple), V. Maman-Maca.

Rossignol, 1901 : Tenancière d’une maison de tolérance ou de rendez-vous. Une proxénète est aussi une maquerelle.

France, 1907 : Tenancière de lupanar : femme qui en procure une autre aux hommes ou qui entraîne les jeunes filles à la débauche.

Lorsqu’elles sont ainsi devenues riches, les maquerelles se retirent généralement à la campagne, dans leurs terres. Elles cachent avec soin leur origine, deviennent dames patronnes, dames quêteuses, font des œuvres de piété. Comme presque toutes ces femmes sont dévotes, elles tombent entre les mains des prêtres, pour qui, comme on sait, l’argent n’a pas d’odeur, et qui, tenant par la confession le secret de leur passé, leur soutirent une bonne partie de la richesse qu’elles ont ramassée dans la boue de la prostitution. Il n’est personne qui ignore à Paris la fin édifiante de la fameuse Farcy, maquerelle devenue plusieurs fois millionnaire, qui accaparée par le clergé, fait construire quantité de chapelles, qui fonde dans les séminaires des bourses pour l’instruction des jeunes abbés pauvres, et qui sera peut-être canonisée quelque jour.

(Léo Taxil, La Prostitution contemporaine)

— Va, si je faisions un chapelet de maquerelles, tu ferais bien le pater.

(Vadé)

Et puis, dites que les moustiers
Ne servent point aux amoureux,
Bonne maquerelle pour eux
Est ombre de dévotion.

(C. Marot)

Maquet

France, 1907 : Maquereau.

Son maquet, c’est mon camarade,
I’ veut ben que j’fade
Avec eux,
Aussi j’l’aim’ mon beau-frère Ernesse,
Il est à la r’dresse
Pour nous deux.

(Aristide Bruant, Dans la rue)

Maqui

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Mettre du rouge.

Delvau, 1866 : s. f. Rouge, fard, — dans l’argot des voleurs. C’est probablement une apocope du vieux mot Maquignonnage.

Rigaud, 1881 : Apocope de maquillage, maquille. Dérivé de masque. — En terme de grecs, le maquillage consiste à marquer les cartes qu’on a intérêt à connaître. Il y a les maquis au coup de pouce, au coup d’ongle, au coup d’épingle, à la mine de plomb, à la pièce et autres, suivant l’inspiration du grec et la tête des dupes.

La Rue, 1894 : Rouge, fard. Maquillage.

Maqui (mettre du)

anon., 1827 / Halbert, 1849 : Se mettre du rouge.

Maqui, maquis

France, 1907 : Rouge, fard ; corruption de masque.

Ma largue n’s’ra plus gironde,
Je serai vioc aussi :
Faudra, pour plaire au monde,
Clinquant, frusque, maquis,
Tout passe dans la tigne (monde)
Et quoiqu’on en jaspine,
C’est un foutu flanchet.

(Winter, forçat, 1829)

Maquignon

Delvau, 1864 : Un monsieur qui fait la traite des blanches, — le mango antique.

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui fait tous les métiers, excepté celui d’honnête homme, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Trafiqueur ; sophistiqueur.

France, 1907 : Tripoteur d’affaires véreuses, habile monteur de coups, faiseur de dupes.

Bien que notre époque ait donné naissance à une effrayante quantité de floueurs de toute espèce, et qu’elle ne paraisse pas s’arrêter dans cette voie éminemment progressive, elle ne peut cependant usurper la gloire d’avoir enfanté le maquignon. Le maquignon est né depuis longtemps et a eu l’avantage très mérité de servir de modèle aux plus fins exploiteurs de la crédulité à la française et surtout parisienne.

(Albert Dubuisson)

Maquignon à bidoche

Fustier, 1889 : Variété de souteneur.

Maquignonnage

d’Hautel, 1808 : Tripotage, intelligences secrètes ; commerce illicite ; intrigue contraire à la bienséance et à la probité.

Delvau, 1866 : s. m. Proxénétisme ; tromperie sur la qualité et la quantité d’une marchandise ; abus de confiance.

Rigaud, 1881 : Gredinerie commerciale ; vente à faux poids ; falsification de marchandises ; sophistication.

France, 1907 : Tripotage, tromperie sur la marchandise vendue. Se dit aussi pour maquerellage.

Maquignonnage, pour maquerellage, métier des maquereaux et des maquerelles, qui font négoce des filles de débauche.

(Cholières)

Maquignonner

d’Hautel, 1808 : Intriguer ; tripoter une affaire en dessous main ; faire un commerce secret.

Delvau, 1866 : v. a. Faire des affaires véreuses.

France, 1907 : Tripoter, tromper, faire des dupes.

Il y avait près d’un demi-siècle en effet que Prangins, ce vieux routier de la politique, brassait et maquignonnait des affaires, bâtissait et démolissait des ministères, entassait articles de revue sur articles de journaux, contradictions sur contradictions, feuillets sur feuillets, ayant noirci des tombereaux de papier à ce métier de hurleur quotidien ou de quinzaine acclamé d’ailleurs, populaire, riche, illustre et entouré de flatteurs, de commensaux, sans amis mais non sans clients.

(Claretie, Monsieur le Ministre)

Maquillage

Delvau, 1864 : Tricherie féminine qui consiste à dissimuler, à l’aide de pâtes, de cosmétiques et d’onguents, les ravages que le temps apporte au visage le plus frais.

Celle-ci, une fois entrée, relève la mèche de la lampe posée sur la cheminée, mais pas trop cependant, afin de ne pas trahir son maquillage.

(Lemercier de Neuville)

Et ce qui prouve que ce n’est pas là une mode nouvelle, c’est que je trouve dans un poète du XIIIe siècle, Gaultier de Coinsy, les vers suivants :

Telle se fait moult regarder
Par s’en blanchir, par s’en farder,
Que plus est laide et plus est blesme
Que peschiez mortels en caresme.

Larchey, 1865 : Le maquillage est une des nécessités de l’art du comédien ; il consiste à peindre son visage pour le faire jeune ou vieux, le plus souvent jeune.

Dans certains théâtres on voit de jeunes aspirantes qui se font des yeux jusqu’aux oreilles et des veines d’azur du corset jusqu’aux tempes ; ce ne sont pas des femmes, ce sont des pastels. Cette première catégorie de grues s’appelle les maquillées.

(Joachim Duflot, Dict. des Coulisses)

Delvau, 1866 : s. m. Application de blanc de céruse et de rouge végétal sur le visage, — dans l’argot des acteurs et des filles, qui ont besoin, les uns et les autres, de tromper le public, qui, de son côté, ne demande qu’à être trompé. Blanc de céruse et rouge végétal, — je ne dis pas assez ; et pendant que j’y suis, je vais en dire davantage afin d’apprendre à nos petits-neveux, friands de ces détails, comme nous de ceux qui concernent les courtisanes de l’Antiquité, quels sont les engins de maquillage des courtisanes modernes : Blanc de céruse ou blanc de baleine ; rouge végétal ou rouge liquide ; poudre d’iris et poudre de riz ; cire vierge fondue et pommade de concombre ; encre de Chine et crayon de nitrate, — sans compter les fausses nattes et les fausses dents. Le visage a des rides, il faut les boucher ; l’âge et les veilles l’ont jauni, il faut le roser ; la bouche est trop grande, il faut la rapetisser ; les yeux sont trop petits, il faut les agrandir. Ô les miracles du maquillage !

Rigaud, 1881 : L’art de peindre et d’orner le visage ; action qui consiste à faire d’une figure humaine un pastel. — Mélange de vins. — Restauration de tableau. — Fraude en tout genre.

France, 1907 : Art de se peindre le visage

Pour réparer des ans
L’irréparable outrage.

Elles font une prodigieuse dépense de cosmétiques et de parfumeries. Presque toutes se fardent les joues et les lèvres avec une naïveté grossière. Quelques-unes se noircissent les sourcils et le bord des paupières avec le charbon d’une allumette à demi brûlée. C’est ce qu’on appelle le maquillage.

(Léo Taxil)

C’est pendant le Directoire que le maquillage fut poussé jusqu’aux dernières limites de l’extravagance. On vit se promener au Palais-Royal, du côté du Cirque et de l’allée des Soupirs, des femmes au visage barbouillé couleur lilas. Cette mascarade dura près d’une semaine ; on se moqua et la mode passa.

Le souci te bleuira l’œil
Mieux que les crayons et les pierres,
Et nos veilles, à tes paupières,
Coudront le liséré de deuil…
Des lards sont un vain barbouillage,
Il ne résiste pas au pleur.
Je veux que mon amour brûleur
Soit ton éternel maquillage.

(Th. Hannon, Rimes de joie)

Nous chantons pour vous amuser,
Nous sommes vieux, bien avant l’âge ;
Notre visage est presque usé
Par le gaz et le maquillage :
C’est nous les cabots,
Qui ne sont pas beaux.

(Chambot et Girier, La Chanson des cabots)

Maquillages

France, 1907 : Assemblage de choses confuses, tripotage. « Les panamistes ont fait un tas de maquillages. »

Maquillé du pognon

M.D., 1844 : Faire de l’argent.

Maquillée

Delvau, 1866 : s. f. Lorette, casinette, boule-rouge, petite dame enfin, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1907 : Fille publique, femme ridiculement et naïvement fardée.

Dans certains théâtres on voit de jeunes aspirantes qui se font des yeux jusqu’aux oreilles et des veines d’azur du corset jusqu’aux tempes ; ce ne sont pas des femmes, ce sont des pastels. Cette catégorie de grues s’appelle les maquillées.

(J. Duflot, Dictionnaire des coulisses)

Maquiller

anon., 1827 : Travailler, battre.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Travailler, battre. Maquiller les brêmes, battre les cartes.

Bras-de-Fer, 1829 : Travailler, battre.

Vidocq, 1837 : v. a. — Faire.

M.D., 1844 : Arranger quelque chose.

un détenu, 1846 : Cameloter, brocantage.

Halbert, 1849 : Chicaner, travailler, battre.

Larchey, 1865 : Agir, machiner.

C’est par trop longtemps boire ; Il est, vous le savez, heure de maquiller.

(Grandval, 1723)

Maquiller un suage : Se charger d’un assassinat. — Maquiller son truc : Faire sa manœuvre. — Maquiller une cambriolle : Dévaliser une chambre. — Maquiller les brèmes : Jouer aux cartes. V. Momir. Ce verbe paraît venir du vieux mot maquillon : maquignon, qui vient lui-même de maque. V. Roquefort et Fr. Michel. — Maquignonner, c’est, en effet, machiner n’importe quoi, pourvu qu’on y gagne.

Larchey, 1865 : Farder. — Même origine que le mot suivant. On sait que les maquignons maquillent à merveille un cheval pour lui donner une meilleure apparence.

Delvau, 1866 : v. a. Faire agir, machiner, — dans l’argot des voleurs et des faubouriens. Signifie aussi Tromper, tricher, user de supercherie. Maquiller les brèmes. Jouer aux cartes, — dans le même argot. Signifie aussi Tricher à l’écarté. Maquiller son truc. Faire sa manœuvre ; Maquiller une cambriolle. Dévaliser une chambre ; Maquiller un suage. Se charger d’un assassinat. Même argot.

Rigaud, 1881 : Faire ; frauder ; farder ; trafiquer. Dérivé de maquignon.

La Rue, 1894 : Faire. Frauder. Voler. Farder. Trafiquer. Maquiller la brème, préparer un jeu de cartes pour tricher.

Virmaître, 1894 : Se farder le visage.

Pour réparer des nuits l’irréparable outrage.

Quand un ouvrage est raté, on le maquille pour le faire accepter.
Maquiller un tableau. Il existe des peintres spéciaux qui font du vieux avec du neuf. Une toile est fabriquée par un rapin quelconque, une signature de maître figure au bas, le maquilleur lui donne l’aspect de la vétusté, et un amateur naïf l’achète.
Il y a comme cela des Velasquez peints à Montmartre (Argot des filles et des peintres). N.

Rossignol, 1901 : Tripoter, arranger. Celui qui en jouant arrange les cartes, de façon à avoir un beau jeu et gagner, maquille les brêmes.

Hayard, 1907 : Farder, déguiser, changer d’aspect, vendre.

France, 1907 : Travailler, et naturellement voler, le vol étant un travail.

Cambriolle tu maquilleras
Par carouble et esquintement,

disent les commandements des voleurs pour faire pièce à ceux de l’Église.

Qu’est ceci, mes enfants, écoutez-vous vos flames ?
Et perdez-vous ainsi le tems avec des femmes ?
C’est boire trop long-tems, aimer et baléller ;
Il est, vous le savez, heure de maquiller :
Levez-vous, finissez bonne chère et musique,
Partez, et travaillez pour le bien de la clique ;
C’est trop, indignes cœurs, vous devriez rougir
D’un si lâche repos, quand il est tems d’agir.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Maquiller un gayet, donner au moyen de certains procédés l’apparence d’un bon cheval à une rosse ; maquiller le papelard, écrire ; maquiller un suage, préparer un assassinat ; maquiller le vitriol, falsifier de l’eau-de-vie.

— Vieille drogue, tu as changé de litre !… Tu sais, ce n’est pas avec moi qu’il faut maquiller ton vitriol.

(Émile Zola, L’Assommoir)

France, 1907 : Tromper, falsifier.

J’ai fait par comblance
Gironde larguecapé (maîtresse)
Soiffant picton sans lance,
Pivois non maquillé.

(Winter, forçat, 1829)

Maquiller (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Se couvrir le visage de carmin et de blanc, — dans l’argot des petites dames, dont la beauté est l’unique gagne-pain, et qui cherchent naturellement à dissimuler les outrages que les années — et la débauche — peuvent y faire.

Rossignol, 1901 : Se farder. L’agent de la sûreté se maquille sans se farder ; son maquillage consiste tout simplement à mettre une blouse ou veste d’ouvrier pour se rendre méconnaissable.

Maquiller à la sorgue

Bras-de-Fer, 1829 : Voler la nuit.

Maquiller les brêmes

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : Jouer aux cartes.

Halbert, 1849 : Tromper aux cartes.

Maquilleur

Rigaud, 1881 : Tricheur. Maquilleuse, tricheuse.

France, 1907 : Tricheur au jeu de cartes.

Maquilleur de gayés

Rigaud, 1881 : Individu chargé par un maquignon de rendre une rosse présentable à la vente. Le maquillage des gayés est souvent pratiqué par le maquignon lui-même. Ce maquillage consiste : pour les chevaux poussifs, à leur administrer, sous le nom de potion, une affreuse drogue qui les guérit… pendant un jour ou deux ; pour les chevaux couronnés, à coller sur leurs genoux des poils de chevaux morts ; pour l’assortiment d’un attelage, dans l’emploi de la teinture. Il y a encore le limage des dents, la taille des oreilles et une foule d’autres supercheries inspirées par les circonstances et l’état de la bête.

Maquilleuse de brèmes

France, 1907 : Tireuse de cartes. C’est généralement une procureuse pour les deux sexes.

Maquilleuse de brêmes

Virmaître, 1894 : La tireuse de cartes. Il en existe de célèbres dans le monde des filles. Elles font des recettes fructueuses. La maquilleuse de brêmes ne se borne pas à tirer les cartes, elle procure pour les deux sexes. Généralement, c’est une ancienne fille sur le retour qui ne peut plus peloter que le valet de cœur (Argot des filles).

Maquyer la frime

Clémens, 1840 : Se peindre le visage.

Maquyer les brèmes

Clémens, 1840 : Marquer les cartes.

Maquyer les douilles

Clémens, 1840 : S’arranger les cheveux.

Maquyer ou maquiller un truque

Clémens, 1840 : Faire un état.

Maquyer un faffe

Clémens, 1840 : Faire ou altérer un passe-port.

Mar

Larchey, 1865 : Désinence arbitraire. V. Rama.

Quant au reste de la langue, on se bornait (en 1830) à retrancher la dernière consonnance pour y substituer la syllabe mar. On disait Épicemar pour épicier, Boulangemar pour boulanger, Cafemar pour café, et ainsi de suite. C’était de l’esprit dans ce temps-là. Il est vrai que nos pères ont tous ri à se tordre en mettant le mot turlurette la fin de chaque couplet de chanson. Que signifiait mar ? Que voulait dire turlurette ? Absolument la même chose. Personne n’a jamais pu le savoir.

(Privat d’Anglemont)

Méfie-toi… Le jeune épicemar est très-fort au billard et au piquet.

(Champfleury)

Delvau, 1866 : Désinence fort à la mode vers 1830, — comme les Osages. On retranchait la dernière syllabe des mots et on y substituait ces trois lettres qui donnaient un « cachet » au langage des gens d’esprit de ce temps-là. On disait Boulangemar pour Boulanger, Épicemar pour Épicier, etc. C’était une sorte de javanais mis à la portée de tout le monde. Il en est resté malheureusement quelques éclaboussures sur notre langue. (Lire les Béotiens de Louis Desnoyers.)

Rigaud, 1881 : Désinence argotique. Perruquemar, perruquier, policemar, agent de police ; boutiquemar, boutiquier. La plupart des mots de la langue régulière qui n’ont pas d’équivalents en argot, se forment au moyen de la désinence mar, les autres au moyen des désinences much ou mince.

France, 1907 : « Désinence fort à la mode vers 1830 — comme les Osages. On retranchait la dernière syllabe des mots et on y substituait ces trois lettres, qui donnaient un « cachet » au langage des gens d’esprit de ce temps-là. On disait : boulangemar pour boulanger, épicemar pour épicier. C’était une sorte de javanais mis à la portée de tout le monde. Il en est resté malheureusement quelques éclaboussures sur notre langue. »

(Alfred Delvau)

Mar-chef

Rigaud, 1881 : Maréchal des logis chef, par abréviation ; et jamais abréviation ne fut plus justifiée.

Marabout

d’Hautel, 1808 : Un petit marabout. Nom injurieux que l’on donne à un homme laid, renfrogné et fort petit.

Maraicher

d’Hautel, 1808 : Jardinier qui cultive un marais.
On dit vulgairement marécheux.

Maraille

Delvau, 1866 : s. f. Le peuple, le monde, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Le monde, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Le peuple, le monde.

France, 1907 : Foule, peuple, gens.

La maraille rappliquait de tous les coins du patelin pour voir raccourcir le gonce.

Marais

d’Hautel, 1808 : Se sauver par les marais. Payer ses créanciers, se tirer d’embarras par de mauvaises raisons.
Demoiselles du Marais. Filles publiques, ainsi nommées, parce que ce quartier en renfermoit autrefois un grand nombre.

Maraud

d’Hautel, 1808 : Terme d’injure et de mépris, que l’on adresse à quelqu’un dans un mouvement de colère, et qui équivaut à frippon, coquin, malôtru.
On dit, et dans le même sens, Maraude au féminin.

Maraudaille

d’Hautel, 1808 : Troupe de fripons, de coquins, de brigands.

Maraude (en)

France, 1907 : Se dit d’un cocher de fiacre qui cherche des clients en revenant d’une courses, sans être rentré à la station de voitures.

Marauder

Delvau, 1866 : v. n. Raccrocher des pratiques en route, — dans l’argot des cochers de voitures de place, qui frustrent ainsi leur administration. On dit aussi Aller à la maraude et Faire la maraude.

Rigaud, 1881 : Faire la contrebande des voyageurs ; prendre des voyageurs au détriment d’un client’qui a loué une voiture à la journée, — dans le jargon des cochers de remise.

Maraudeur

Delvau, 1866 : s. m. Cocher en quête d’un « bourgeois ». On dit aussi Hirondelle.

Rigaud, 1881 : Cocher qui racole la pratique, pendant que son bourgeois fait une visite, pendant qu’il est au cercle, au restaurant.

Marbre

d’Hautel, 1808 : Froid comme un marbre. Flegmatique ; homme rêveur et taciturne ; ame sans pitié, sans compassion pour le malheur d’autrui.

Delvau, 1866 : s. m. Table sur laquelle, dans les imprimeries, les typographes posent les paquets destinés à être mis en page. Avoir un article sur le marbre. Avoir un article composé, sur le point de passer, — dans l’argot des typographes et des journalistes.

Rigaud, 1881 : C’est, en terme de journaliste, tout paquet composé qui stationne sur la table de fonte d’une imprimerie, en attendant le moment d’être appelé aux honneurs de la mise en page. — Être sur le marbre, attendre l’insertion d’un article composé. — Avoir du marbre, avoir en réserve des faits divers, des articles « des quatre saisons ». C’est, pour un journal, avoir du pain sur la planche. — Il y a toujours sur le marbre un choix d’articles « Variétés » ; — ce sont les en-cas, les bouche-trous réservés pour les jours où la copie manque, pour les jours où les annonces faiblissent. Ordinairement le dimanche on écoule le marbre de la semaine, dans les journaux qui ne laissent rien perdre.

Virmaître, 1894 : Ainsi nommé parce que c’est une table en fonte. Table sur laquelle les typographes alignent les paquets composant les articles. Avoir un article sur le marbre : attendre son tour pour être imprimé. Quand un article reste trop longtemps sur le marbre, il faut le distribuer. Marbre est une ironie pour les pauvres journalistes. Leurs articles refroidissent sur le marbre (Argot d’imprimerie). N.

Marbre (sur le)

France, 1907 : Manuscrit composé, mais non encore imprimé ; argot des typographes et des journalistes. « Mon article est sur le marbre, il attend la mise en pages. »

Dernièrement, chez Peters, le rendez-vous des égorgeurs et des hommes de lettres, un peut jeune homme… était sur le tapis.
Le débinage était carré.
— Les articles de X… ne sont pas toujours drôles, dit Timothée Trimm, il devrait se soigner.
— Il faut l’excuser, repartit Adrien Marx, si ses articles sont froids, c’est qu’ils restent trop sur le marbre.

(Léon Rossignol, Lettres d’un Mauvais Jeune homme à sa Nini)

Marc (un de)

Rigaud, 1881 : Un verre d’eau-de-vie de marc. — Un marc anisette, un verre d’eau-de-vie de marc et anisette mêlées.

Marcandier

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Marchand.

Bras-de-Fer, 1829 : Celui qui a été volé.

Bras-de-Fer, 1829 : Marchand.

Vidocq, 1837 : s. m. — Sujet du grand Coësré. Les Marcandiers étaient, dit Sauval, de grands pendards qui marchaient d’ordinaire avec un bon pourpoint et de mauvaises chausses, criant qu’ils étaient de bons marchands ruinés par la guerre, le feu, ou d’autres accidens imprévus.

Clémens, 1840 / Halbert, 1849 : Marchand.

Larchey, 1865 : Marchand. — On trouve dans Roquefort mercadier. V. Solir, Farre.

Delvau, 1866 : s. m. Marchand, — dans l’argot des voleurs, qui emploient là une expression de la vieille langue des honnêtes gens.

La Rue, 1894 : Marchand.

Virmaître, 1894 : Cette expression désigne les marchands, quel que soit leur commerce (Argot des voleurs).

Marcandier, marcandière

France, 1907 : Marchand, marchande ; argot des voleurs. On appelait autrefois de ce nom une certaine catégorie de mendiants qui prétendaient avoir été attaqués et dévalisés par des voleurs de grand chemin.

Marcandiers sont ceux qui voyagent avec une grande bourse à leur costé, avec un assez chenastre frusquin, et un rabas sur les courbes (épaules), feignant d’avoir trouvé des sabrieux (voleurs) sur le trimard qui leur ont osté leur michon tontine (tout leur argent).

(Le Jargon de l’argot)

On écrit aussi mercandier.

En roulant de vergue en vergue (ville)
Pour apprendre à goupiner,
J’ai rencontré la mercandière,
Lonfa malura dondaine !
Qui du pivois solissait (vendait du vin),
Lonfa malura dondé !

(Chanson en argot citée par Vidocq)

Marcandiers

anon., 1827 : Ceux qui disent avoir été volés. Marcandier signifie encore un marchand.

Marcanti

Rossignol, 1901 : Marchand. On désigne ainsi en Algérie les marchands de denrées et liquides qui suivent les colonnes expéditionnaires.

Marcassin

d’Hautel, 1808 : Au propre, le petit d’un sanglier ; au figuré, sobriquet injurieux que l’on donne à un petit homme laid et difforme.

Delvau, 1866 : s. m. Petit garçon malpropre et grognon, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Apprenti peintre d’enseignes.

France, 1907 : Apprenti d’un peintre d’enseignes.

March-logis

Merlin, 1888 : Apocope de maréchal des logis.

Marchand

d’Hautel, 1808 : Marchand de tout, vendeur de rien. Se dit par raillerie d’un courtier, d’un homme qui commerce sur toute chose, et qui n’a aucune espèce de fonds.
Un négociant, marchand de sangles. Vendeur de bagatelles, de colifichets, de bibus, de riens.
N’est pas marchand qui toujours gagnée. Signifie que les affaires que l’on fait dans le commerce ne présentent pas toutes de bénéfices réels certains.
Tromper le marchand. Pour acheter quelque chose à vil prix.
Il en sera le mauvais marchand, ou il n’en sera pas le bon marchand. Se dit d’un commerçant qui fait une affaire hasardeuse, et d’une personne qui fait quelqu’action dont il aura à se repentir.

Marchand d’eau chaude

Delvau, 1866 : s. m. Cafetier.

Rigaud, 1881 : Limonadier.

France, 1907 : Limonadier, cafetier. On dit aussi marchand d’eau de javelle.

Marchand d’eau de javel

Rigaud, 1881 : Marchand de vin, — dans le jargon du peuple qui tient, au service des cabaretiers, un assortiment d’expressions dont la force donne une idée de la nature des boissons qu’on lui débite.

Marchand d’hommes

Delvau, 1866 : s. m. Agent de remplacement militaire, — dans l’argot du peuple.

France, 1907 : Agent de remplacement militaire, au temps où il était permis aux fils à papa d’envoyer d’autres se faire tuer pour eux, moyennant une somme relativement minime. Les sergents recruteurs de jadis étaient aussi appelés marchands de chair humaine.

Marchand de cerises

Delvau, 1866 : s. m. Mauvais cavalier.

France, 1907 : Mauvais cavalier ; argot militaire. Monter à cheval comme un marchand de cerises ou une paire de pincettes.

Marchand de chair humaine

France, 1907 : Proxénète, propriétaire de maison à gros numéro.

Marchand de chiffons du régiment

Merlin, 1888 : L’officier d’habillement.

Marchand de cirage

Fustier, 1889 : Commandant d’un navire. Argot du bagne.

Est-ce que le marchand de cirage (elles appelaient ainsi le commandant) nous faisait peur ?

(Humbert, Mon bagne)

Marchand de femmes

Delvau, 1866 : s. m. Négociateur en mariages.

Marchand de lacet

Bras-de-Fer, 1829 : Gendarme.

Marchand de lacets

Larchey, 1865 : Gendarme — Il offre aux malfaiteurs des lacets (poucettes) que ceux-ci trouvent toujours trop chers. V. Hussard.

France, 1907 : Gendarme. Voir Hussard de la guillotine.

Marchand de lignes

France, 1907 : Auteur qui écrit dans un but de lucre et non dans un but de gloire.

Je crois fermement que le jour où n’auraient plus accès à l’Académie certains hommes éminents qui ne font point de livres, elle tomberait de bonne heure au niveau de cette corporation de marchands de lignes qu’on nomme la Société des Gens de lettres.

(Albert Dubrujeaud)

Marchand de marrons

Rigaud, 1881 : Se dit d’un officier portant mal l’habit civil, — dans l’argot militaire.

Marchand de mort subite

Rigaud, 1881 : Médecin, — dans le jargon du peuple. Autrefois l’expression ne s’appliquait qu’aux charlatans. Depuis que tant de médecins ont fait concurrence à tant de charlatans, elle s’est étendue jusqu’à ceux-là.

C’était bien sûr le médecin en chef… tous les marchands de mort subite vous ont de ces regards-là.

(É. Zola)

Dans la bouche des voyous l’expression s’applique encore à tout individu qui, par maladresse, peut occasionner un accident. Ainsi, un mauvais cocher, un charretier imprudent, sont des marchands de mort subite.

Merlin, 1888 : Prévôt d’armes.

Virmaître, 1894 : Le maître d’armes et le bourreau. Le maître d’armes apprend à ses élèves les moyens de tuer un homme proprement. Le bourreau coupe la tête du condamné pour lui apprendre à vivre (Argot du peuple). N.

Marchand de morts subites

France, 1907 : Maitre d’armes, bourreau, médecin empirique, charlatan.

Marchand de puces

Merlin, 1888 : Préposé aux lits militaires. Voilà une dénomination dont nous avons bien souvent reconnu là justesse !

Fustier, 1889 : Argot militaire. Individu qui a dans les régiments la fourniture des lits.

Marchand de puces ou de punaises

France, 1907 : Employé civil préposé à la literie ; argot militaire.

La veille du départ du régiment apparaît un pékin en chapeau à haute forme, flanqué à gauche de l’adjudant de casernement., et à droite d’un fourrier. Le pékin en chapeau à haute forme, c’est le marchand de punaises, le préposé des lits militaires.

(A. Foubert, Le 39e d’artillerie)

Marchand de sommeil

Delvau, 1866 : s. m. Logeur en garni, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Teneur de chambres et cabinets garnis… de vermine, la plupart du temps ; logeur à la nuit et à la corde. Marchand de soupe. Maître de pension ; homme juste mais sévère qui, sous prétexte d’enseigner le grec et le latin à l’espoir de la France, tient une table d’hôte où fleurissent le haricot, la lentille, la pomme de terre et le chou.

La Rue, 1894 : Logeur. Marchand de soupe, maître de pension.

France, 1907 : Hôtelier, propriétaire de garnis.

Marchand de soupe

Larchey, 1865 : Maître de pension qui spécule sur la nourriture de ses élèves.

Style universitaire ! Les marchands de soupe doivent être bien fiers.

(L. Reybaud)

Delvau, 1866 : s. m. Maître de pension, — dans l’argot des écoliers.

France, 1907 : Chef d’institution.

N’est pas marchand de soupe qui veut. On exige certaines garanties et des connaissances. Le chef d’institution a été nourri sur le giron de l’Université. Il a fait ses humanités ; il est bachelier au moins, officier d’Académie, quelquefois chevalier de la Légion d’honneur. Il a sucé les racines grecques, scandé des vers latins, pleuré avec Virgile sur les amours de Didon :

Pauvre Didon, où t’a réduite
De tels amants le triste sort ?

Il s’est couché, couronné de roses, dans le lit d’ivoire d’Horace, la tête appuyée sur le sein de Lydie ; il a goûté en désir au doux vin de Syracuse, invectivé la vieille courtisane « digne d’avoir pour amants des éléphants noirs » et poussant plus loin ses débauches d’imagination pervertie par les classiques, il a chanté au jeune esclave, dont les belles filles jalousent la bancheur du teint :

Le myrte sied bien à ton front,
Lorsque tu remplis ma coupe,

tout en rêvant aux étranges amours du berger Corydon et du bel Alexis…
Il a débuté par être maître d’études, comme Alphonse Karr, Vallès et Daudet, ou même professeur de septième, et s’il a entrepris le commerce des soupes universitaires, c’est souvent par amour du métier — il en est pour tous les goûts – mais surtout pour atteindre ce météore

Qui vers Colchos guida Jason.

(Hector France, Les Va-nu-pieds de Londres)

Marchand de tirelaine

France, 1907 : Voleur de nuit.

Marchand de tiretaine

Vidocq, 1837 : s. m. — Nom que les voleurs de campagne donnent aux Tireurs.

Marchande

France, 1907 : Navire de commerce à voiles ; argot de l’École navale.

Marchande de chair humaine

Rigaud, 1881 : Nom que donnent, entre elles, les filles de maison à la propriétaire de l’établissement. Un philosophe attardé dans un de ces antres entendit un mot bien profond. Comme il s’étonnait devant une des pensionnaires du luxe de la maison :

Et dire que c’est nous qui gagnons tout ça… ! soupira la malheureuse.

Marchandes d’ail

Rossignol, 1901 : Celles qui aiment l’ail au lit. Voir gousse.

Marchandise

d’Hautel, 1808 : Elle a montré toute sa marchandise. Se dit en plaisantant d’une demoiselle, qui en tombant a laissé voir ses appas les plus secrets.
Moitié guerre, moitié marchandise. Pour dire moitié de gré, moitié de force.
Faire valoir sa marchandise. Rehausser son mérite ; donner un nouveau charme à ses attraits ; faire l’orgueilleux ; vanter son savoir et ses qualités personnelles.
Il en fait métier et marchandise. Pour, c’est sa coutume, son occupation habituelle.
Marchandise qui plaît est à demi-vendue. Signifie que l’on ne regarde pas au prix d’une chose qui flatte.

Delvau, 1864 : La nature de l’homme et celle de la femme, qui, toutes deux, mais la dernière surtout, sont un objet de commerce.

J’ouvre boutique, et faite plus savante,
Vous mets si bien ma marchandise en vente,
Subitement affinant les plus fins,
Qu’en peu de temps fameuse je devins.

(J. du Bellay)

Je veux une Phillis entre l’haut et le bas,
Qui ne fasse pas trop valoir sa marchandise.

(Bussy-Rabutin)

Voyons, montre-moi ta marchandise, mon petit couillon chéri.

(J. Le Vallois)

Rigaud, 1881 : Le contenu d’une fosse d’aisances, — dans le jargon des vidangeurs.

France, 1907 : Excrément.

I’s’roule dans la marchandise,
Que cochon d’enfant !

(Colmance)

Marchands d’hommes

Larchey, 1865 : Agent de remplacement militaire, négrier.

D’un marchand d’hommes, je vois l’enseigne.

(Léonard, Parodie, 1863)

Détestable anglais ! ajouta le marchand d’homme.

(L. Desnoyer)

Marchands de lacets

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Gendarmes.

Marchands de sommeil

Rossignol, 1901 : Ceux qui tiennent des hôtels garnis.

Marche

France, 1907 : Système pour gagner au jeu, appelé ainsi parce qu’il est progressif et procède comme une marche. Il est peu d’habitués des tables de roulette et de trente et quarante qui n’aient une marche spéciale qui doit leur assurer de gros gains à un moment donné ; mais la ruine complète précède généralement ce moment.

— Ma profession n’est pas incompatible avec le goût des beaux-arts : je suis professeur de roulette… j’enseigne une martingale absolument infaillible… Monte-Carlo ne tiendrait pas debout trois semaines si je pouvais l’attaquer avec mon système.
— L’avez-vous essayé, votre système ?
— Cent fois, mille fois !…
— À Monaco !
— Non, Monsieur… c’est trop loin et le voyage coûte trop cher… j’ai expérimenté ma marche absolument certaine chez des amis…
— Et vous jouiez quelle mise ?
— L’unité de départ était de cinq haricots représentant cinq francs…
— Oh ! je la connais votre martingale ; malheureusement, elle ne réussit que lorsqu’on joue des haricots…

(Edmond Lepelletier)

Marché

d’Hautel, 1808 : Mettre le marché à la main. Dire le fait à quelqu’un ; le congédier, lui donner le choix de conclure ou de rompre un marché.
Un marché d’or. Hyperbole, pour dire un marché très-avantageux.
Il a bientôt fait son marché. Pour il a bientôt pris sa résolution.
On n’a jamais bon marché de mauvaise marchandise. Pour dire que, quelle que soit la modicité du prix que l’on mette à une mauvaise chose, on la paie toujours trop chère pour le peu d’usage qu’elle fait.
Tu le paieras plus cher qu’au marché. Se dit pour menacer quelqu’un dont on a reçu quel qu’offense.
Il en a été quitte à bon marché. Pour dire que quelqu’un s’est tiré d’une mauvaise affaire à peu de frais, ou avec une punition plus légère qu’il ne devoit s’y attendre.
Bon marché vide le panier, mais il n’emplit pas la bourse. Signifie que quand on vend trop bon marché., on débite promptement sa marchandise, mais souvent aux dépens de sa bourse.

Marche à terre

Larchey, 1865 : Fantassin.

Quand tu étais dans la cavalerie, tu n’étais pas dans les marche à terre.

(Vidal, 1833)

France, 1907 : Sobriquet donné par les cavaliers aux fantassins, et par les artilleurs à cheval aux artilleurs à pied, les conducteurs aux servants.

Le conducteur, qui comprend l’importance de sa position et apprécie ses vingt sous de paye à leur juste valeur, sait résonner fièrement ses éperons devant le servant, qu’il traite avec dédain de grivier, de marche à terre et de carapata. Le servant, mortifié dans sa dignité d’homme, répond au conducteur en l’appelant crottin. Et l’honneur sauf, chacun demeure dans ses limites respectives.

(A. Foubert, Le 39e d’artillerie)

Marche de flanc

Delvau, 1866 : s. f. Le sommeil, ou seulement le repos, — dans l’argot des sous-officiers.

Rigaud, 1881 : Repos sur le lit de camp, — dans le jargon des troupiers. — Razzia, maraude, — dans le jargon des soldats du bataillon d’Afrique.

France, 1907 : Le repos ou le sommeil. Faire une marche de flanc, se coucher, s’allonger.

Marché des pieds humides

Fustier, 1889 : La petite Bourse qui pendant longtemps s’est tenue en plein air ; les spéculateurs étaient ainsi exposés à toutes les intempéries, et, quand il pleuvait, pataugeaient dans les flaques d’eau.

Le marché des pieds humides qu’on est venu plaisanter, est bien plus loyal qu’on ne le pense. Là, pas d’affaires à terme ; argent contre titres ; titres contre argent.

(Le Mercure, journal, 1882)

France, 1907 : La petite bourse où se réunissent les spéculateurs après la fermeture de la grande ; appelé ainsi parce que ce marché se tenait en certains coins en plein air.

Marche des zouaves

Merlin, 1888 : Les soldats se rendant à la visite du docteur, exécutent la marche des zouaves.

Marche oblique

Rigaud, 1881 : Sonnerie qui appelle les cavaliers punis au corps de garde. Ainsi nommée, parce qu’on ne s’y rend pas le cœur léger, mais d’un air piteux, en rasant les murs, en s’effaçant, obliquement.

Marche oblique individuelle

Merlin, 1888 : Ralliement des soldats consignés pour répondre à l’appel. Ils y arrivent isolément, de points divers : des chambrées, de la cantine, quelquefois même d’un café voisin de la caserne. Il faut user de ruse pour rentrer sans être vu, faire maints détours ; de là, marche oblique.

Marche par le flanc (exécuter la)

Merlin, 1888 : Dormir, se coucher.

Marche-à-terre

Delvau, 1866 : s. m. Fantassin, — dans l’argot de la cavalerie.

Rigaud, 1881 : Soldat d’infanterie de ligne.

Marchef

Merlin, 1888 : Maréchal des logis chef.

France, 1907 : Syncope de maréchal des logis chef.

Marcher

d’Hautel, 1808 : Marcher comme un basque. Être habile et leste à la marche.
Il ne faut pas lui marcher sur le pied. Se dit d’un homme très-susceptible, qu’on n’offense pas impunément, et qu’il faut prendre garde de choquer.
Je ne sais sur quelle herbe il a marché. Se dit d’une personne qui est dans son jour de mauvaise humeur.
Marcher sur des épines, sur des précipices, sur des œufs. Être dans la perplexité, dans l’inquiétude.

Delvau, 1866 : v. n. Être de la même opinion ; consentir, — dans l’argot des typographes.

Rigaud, 1881 : Approuver, être du même avis, — dans le jargon des typographes. — Je marche avec lui, je l’approuve.

Boutmy, 1883 : v. intr. Être de l’avis de quelqu’un. Je marche, j’approuve.

La Rue, 1894 : Consentir, être d’accord. Quant une offre convient, on marche, c’est-à-dire on accepte. Dans le cas contraire on ne marche pas. Marcher avec quelqu’un, faire une affaire avec quelqu’un ou être en communauté d’idées avec lui.

Rossignol, 1901 : Croire une chose invraisemblable ou un mensonge, c’est marcher.

France, 1907 : Être de l’avis de quelqu’un, approuver ; argot des typographes.

Marcher au pas

Delvau, 1866 : Obéir, filer doux, — dans le même argot [du peuple]. Faire marcher quelqu’un au pas. Agir de rigueur envers lui. On dit aussi : Mettre au pas.

Rigaud, 1881 : Obéir, être mené militairement. Faire marcher quelqu’un au pas, contraindre quelqu’un à l’obéissance, le mener durement.

France, 1907 : Être discipliné. « Je vous ferai marcher au pas, je vous apprendrai l’obéissance. »

Marcher dans les souliers d’un mort

Rigaud, 1881 : Avoir fait un héritage. — Compter sur les souliers d’un mort, compter sur un héritage. Le peuple dit :

Celui qui compte sur les souliers d’un mort, marche longtemps nu-pieds.

France, 1907 : Hériter de quelqu’un.

Marcher dedans

Delvau, 1866 : Rencontrer sous son pied un insurgé de Romilly, — dans l’argot du peuple.

Virmaître, 1894 : Mettre les pieds sur une sentinelle. Marcher dans la merde, suivant un dicton populaire, cela porte bonheur. On dit d’un homme heureux en toutes choses, à qui tout réussit :
— C’est pas possible, il a marché dans la merde.
On dit également :
— Il a écrasé un colombin (Argot du peuple), N.

Marcher dessus

Rigaud, 1881 : Être sur une bonne piste, — dans le jargon des voleurs.

Marcher sur la chrétienté

Delvau, 1866 : v. n. N’avoir pas de souliers ou avoir des souliers usés, — dans le même argot [du peuple].

Rigaud, 1881 : Marcher pieds nus, marcher avec des souliers qui menacent à chaque instant de quitter les pieds.

France, 1907 : Marcher pieds nus.

Marcher sur le dernier quartier

Virmaître, 1894 : User le restant de ses souliers. Par dérision, on dit à un homme dont les souliers boivent l’eau du ruisseau :
— Tes pafs sont pochards.
On dit encore :
— Tu vas t’enrhumer, tes rigodons ont un courant d’air (Argot du peuple). N.

France, 1907 : User ses souliers jusqu’à ce qu’ils boivent l’eau.

Marcher sur le pied

Delvau, 1866 : v. n. Chercher querelle à quelqu’un, — une querelle d’Allemand ; saisir le moindre prétexte pour se fâcher, — dans l’argot des bourgeois. N’aimer pas qu’on vous marche sur le pied. Être très chatouilleux, très susceptible.

Marcher sur sa longe

Rigaud, 1881 : S’obstiner encore à monter sur les planches malgré que l’âge ait sonné depuis longtemps l’heure de la retraite, — en terme de théâtre. — C’est le défaut de beaucoup de grands acteurs.

France, 1907 : Rester trop tard à la scène, continuer à jouer les ingénues quand on a cinquante ans ; argot des coulisses.

Et maintenant que j’ai fini, sachez, ami lecteur, que je vais quitter définitivement le théâtre, car je ne veux pas marcher sur ma longe, ce qui veut dire, parmi nous, s’attarder sur la scène et n’y plus produire d’effet.

(Mémoires d’un jeune premier)

Marcher sur une mauvaise herbe

France, 1907 : Il a marché sur une mauvaise herbe, il lui est arrivé quelque chose qui l’a mis de mauvaise humeur ; cette locution est tirée d’une superstition commune autrefois dans les campagnes de France et d’Allemagne sur une prétendue herbe que semait la foudre et qui avait la propriété d’égarer les gens qui marchaient dessus. C’est cette superstition qui fait encore dire aux Normands que celui qui a perdu son chemin dans les bois a marché sur une mauvaise herbe.

Marcher tout seul

Rigaud, 1881 : Être en état de décomposition, en parlant du fromage. Le fromage qui marche seul est habité par une colonie de ces petits vers blancs si vivaces qui sont loin d’effrayer les amateurs. « Tant pis pour eux », disent-ils. — « Apportez-moi du Roquefort », demande un consommateur au garçon d’un gargjot. — « Appelez-le, monsieur, il marche tout seul. » — Le fromage est une source de plaisanteries à l’usage des personnes qui trouvent beaucoup d’esprit aux commis voyageurs.

Marcher, marcher au pas

Larchey, 1865 : Être contraint à obéir.

Empereur Nicolas, les Français et les Anglais te feront marcher au pas.

(Layale, Ch., 1855)

Marches basses

France, 1907 : Nom donné autrefois aux parties génitales de la femme.

Marches du palais

Delvau, 1866 : s. f. pl. Rides du front, — dans l’argot du peuple.

France, 1907 : Les rides longitudinales du front.

Marcheur

France, 1907 : Coureur de jupes, débauché, viveur. On dit plus généralement vieux marcheur.

Le petit vicomte, nouvellement marié, a présenté sa jeune femme au vieux marcheur, son oncle.
— Eh bien ! vous plait-elle ? demande-t-il.
— Si elle me plaît ? Répond le vieux marcheur, tous mes compliments ! Je t’en souhaite beaucoup comme ça…

(Le Journal)

Gobé seul’ment pour sa galette,
Un vieux marcheur, lundi dernier,
Rigolait avec un’ poulette
En cabinet particulier.

(Muffat et Desmarets)

Marcheuse

d’Hautel, 1808 : Nom que l’on donne aux femmes qui conduisent les courtisanes, qui les accompagnent dans le lieu de leur trafic.

Delvau, 1864 : Femme qui a été fille et qui, ne l’était plus, est chargée de conduire dans les chemins du vice celles qui le sont encore.

Ses fonctions sont d’appeler les passants à voix basse, de les engager à monter dans le bordel où, d’après ses annonces banales, ils doivent trouver un choix exquis de jeunes personnes. Dans, la maison de tolérance de première ligne, il y a ordinairement plusieurs marcheuses dont l’emploi principal est de promener les filles d’amour sur les boulevards et dans les passages.

Larchey, 1865 : « La marcheuse est un rat d’une grande beauté que sa mère, fausse ou vraie, a vendu le jour où elle n’a pu devenir ni premier, ni deuxième, ni troisième sujet de la danse, et où elle a préféré l’état de coryphée à tout autre, par la grande raison qu’après l’emploi de sa jeunesse, elle n’en pouvait pas prendre d’autre. Pour qu’un rat devienne marcheuse, c’est-à-dire figurante de la danse, il faut qu’elle ait eu quelque attachement solide qui l’ait retenu à Paris, un homme riche qu’elle n’aimait pas, un pauvre garçon qu’elle aimait trop. C’est un débris de la fille d’Opéra du dix-huitième siècle. »

(Balzac)

Larchey, 1865 : « Un simple bonnet la coiffe ; sa robe est d’une couleur foncée et un tablier blanc complète ce costume. Les fonctions de la marcheuse sont d’appeler les passants à voix basse, de les engager à monter dans la maison qu’elle représente, où, d’après ses annonces banales, ils doivent trouver un choix exquis de jeunes personnes. »

(Béraud)

Enfin arrivent les marcheuses… Elles marchent pour les filles demeurant en hôtel garni ; celles-ci n’ont qu’une chaussure et un jupon blanc Faut-il qu’elles exposent dans les boues leur unique habillement, la marcheuse affrontera pour elles les chemins fangeux.

(1783, Mercier)

Delvau, 1866 : s. f. Femme en bonnet et en tablier blanc, dont les fonctions « sont d’appeler les passants à voix basse et de les engager à monter dans la maison qu’elle représente ».

Delvau, 1866 : s. f. Rat d’une grande beauté que sa mère, fausse ou vraie, dit H. de Balzac, a vendue le jour où elle n’a pu devenir ni premier, ni deuxième, ni troisième sujet de la danse, et où elle a préféré l’état de coryphée à tout autre, par la grande raison qu’après l’emploi de sa jeunesse elle n’en pouvait pas prendre d’autres. C’est un débris de la fille d’Opéra du XVIIIe siècle.

Rigaud, 1881 : Dame comparse du corps de ballet, à l’Opéra.

Rigaud, 1881 : Racoleuse d’une maison de tolérance.

Fille publique qui fait la porte, c’est-à-dire qui, du seuil des maisons de joie, appelle les passants.

(Paris-Vivant, la Fille, 1858)

C’est-à-dire la femme stationnant sur le seuil de la porte de la maison de tolérance.

(Béraud, Les Filles publiques de Paris, t. II, 1839)

Par ordonnance de police, les marcheuses doivent être âgées d’au moins quarante ans… Est-ce pour inspirer plus de confiance ?

La Rue, 1894 : Dame comparse au théâtre. Racoleuse.

Virmaître, 1894 : Belle femme qui figure à l’Opéra, Marcheuse : la femme qui appelait les passants en termes très engageants ; elle détaillait avec complaisance les charmes de la marchandise qui était dans l’intérieur de la maison. La marcheuse était généralement un beefteack à corbeau hors d’âge et de service. Les marcheuses furent supprimées à la porte des maisons de tolérance par arrêté de M. Andrieux, préfet de police, en 1881 (Argot des souteneurs).

Rossignol, 1901 : La femme qui fait les cent pas à la porte d’une maison de tolérance où elle est pensionnaire pour y amener des clients, c’est la marcheuse.

Hayard, 1907 : Femme qui fait le trottoir.

France, 1907 : Fille qui se promenait sur le trottoir devant une maison de tolérance pour engager les passants à y entrer. Un arrêté du préfet de police Andrieux supprima en 1881 ce genre d’excitation à la débauche.

Les fonctions de la marcheuse sont d’appeler les passants à voix basse, de les engager à monter dans la maison qu’elle représente, où, d’après ces annonces banales, ils doivent trouver un choix… Il y a ordinairement plusieurs marcheuses dont l’emploi principal est de promener les filles d’amour sur les boulevards et dans les passages.

(F. Béraud)

La marcheuse est reconnaissable à ses chapeaux modestes, uniformément noirs, qui écrasent sa tête plus qu’ils ne la couronnent. C’est elle qui a lancé la première en France ces interminables waterproofs, ces cache-misère, longs comme un de ces jours sans pain qu’elle a plus d’une fois connus.

(Édouard Petit)

France, 1907 : Jolie fille qui figure dans un Corps de ballet.

La marcheuse est un rat d’une grande beauté que sa mère, fausse où vraie, à vendue le jour où elle n’a pu devenir ni premier, ni second, ni troisième sujet de la danse, et où elle a préféré l’état de coryphée à tout autre, par la grande raison qu’après l’emploi de sa jeunesse elle n’en pouvait pas prendre d’autre. Pour qu’un rat devienne marcheuse, c’est-à-dire figurante de la danse, il faut qu’elle ait eu quelque attachement solide qui l’ait retenue à Paris, un homme riche qu’elle m’aimait pas, un pauvre garçon qu’elle aimait trop.

(Balzac)

… Les marcheuses, dont le nom tristement significatif indique qu’elles seraient mieux sur l’asphalte où on les a prises, que sur les planches de l’Opéra.

(Théophile Gautier)

Marchfeld

Rigaud, 1881 : Champ de manœuvre, — dans l’argot de Saint-Cyr.

Fustier, 1889 : C’est ainsi que les élèves de l’École de Saint-Cyr appellent le champ de manœuvres.

Que les jours d’hiver nous parurent longs, les après-midi sombres pendant lesquels nous épelions le b a ba du métier dans le marchfeld que balayaient âprement les bises.

(Maizeroy, Souvenirs d’un Saint-Cyrien)

Marchi

France, 1907 : Syncope de maréchal des logis ; on dit aussi margi, margis.

Et tous ces souvenirs lui revenaient en foule tandis qu’elle tenait tête à un superbe marchi de spahis en train de vider consciencieusement avec elle un immense cruchon de curaçao.

(Gil Blas)

Marchis

Merlin, 1888 : Corruption de maréchal des logis.

Marchotte

France, 1907 : Pédale du rouet à filer du métier de tisserand.

Marco

Delvau, 1866 : s. f. Petite dame, — dans l’argot des gens de lettres, qui disent cela depuis la pièce de leurs confrères Lambert Thiboust et Barrière, Les Filles de marbre, dont l’héroïne principale s’appelle Marco.

France, 1907 : Surnom que l’on donnait, vers 1860, aux petites dames, d’après la pièce célèbre de Lambert Thiboust et Barrière, Les Filles de marbre, dont tout le monde connait la ritournelle :

Connais-tu Marco la belle
Dans les salons tout en fleurs…

Marcouse

Rossignol, 1901 : Le teneur du jeu de bonneteau fait, en manipulant les trois cartes, une corne à l’une d’elles pour allécher le joueur, puis il décorne cette carte pour en corner une autre que la gagnante, lorsqu’il sait qu’un des parieurs s’en est aperçu : c’est la marcouse ou cornanche.

Hayard, 1907 : Carte marquée par le bonneteur.

Mardi

d’Hautel, 1808 : Mardi s’il fait chaud. Manière de dire à quelqu’un qu’on ne peut pas lui accorder ce qu’elle demande, ou qu’on ne tiendra pas ce qu’on promet.
Mardi-gras. Terme donné au dernier jour du carnaval, parce qu’il est suivi immédiatement du carême, ou l’on doit faire maigre.

Mardi, s’il fait chaud !

Delvau, 1866 : Les calendes grecques du peuple, qui y renvoie volontiers quand il veut se moquer ou se débarrasser d’un importun. Ce mardi-là et le Dimanche après la grand’messe font partie de la fameuse Semaine des quatre jeudis.

Mare

Rossignol, 1901 : Avoir assez d’une chose ou d’une femme, c’est en avoir son mare.

Maré

Rossignol, 1901 : Signifie : tais-toi, laissez-moi, ça suffit. Cela dépend comment ce mot est employé ; avoir assez d’une chose, c’est en être maré.

Je suis maré du jeu, j’ai joué toute la journée. — Je suis maré de t’entendre récriminer. — Tu ne vas pas en dire davantage, je suis maré de tes observations.

Maré !

Hayard, 1907 : Interjection qui signifie : « Assez ! »

Maré (être)

France, 1907 : Être blasé.

Marécageux (œil)

Larchey, 1865 : Œil voluptueux, à demi-noyé de langueur.

Mais que tu danses bien la galope, Avec ton œil marécageux.

(Chans. Populaire)

Marée

d’Hautel, 1808 : Faire quelque chose malgré vent et marée. Pour dire malgré tous les obstacles, toutes les difficultés qui s’opposent à l’exécution d’une affaire.

France, 1907 : Répulsion, dégoût. Allusion à l’odeur du poisson peu frais.

Marée en carême, mars en carême

France, 1907 : Ces deux expressions proverbiales ont chacune une signification distincte qu’il ne faut pas confondre. Arriver comme marée en carême signifie arriver à propos, comme le poisson en temps de jeûne.
Arriver comme mars en carême, c’est venir régulièrement et comme une chose qui ne manque jamais à époque fixe, ainsi que le mois de mars pendant le carême.

Marer

La Rue, 1894 : Être blasé. Avoir maré, en avoir assez. Marez, assez ! arrêtez !

Mareules

France, 1907 : Grosses guêtres tricotées.

Marez !

France, 1907 : Assez ! arrêtez !

Margajat

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris. Petit garçon qui raisonne de tout à tort et à travers, qui fait le hautin, l’important ; qui a peu de savoir et de capacité.
Parler margajat. Parler un langage inusité, barbare et intelligible.

Margalou

France, 1907 : Individu qui exerce toutes sortes de petits commerces. Terme de mépris.

Marganne

Ansiaume, 1821 : Sel.

Donne-moi de la marganne pour mettre dans la mouyse.

Margauder

Larchey, 1865 : Décrier la marchandise. — Corruption du mot marchander.

Madame trouve moyen de margauder.

(La Correctionnelle)

Delvau, 1866 : v. n. Dénigrer quelqu’un ; décrier une chose. Argot des bourgeois. Est-ce que ce verbe ne viendrait point de la jacasserie continuelle de la pie, dite margot, qui joue le rôle de commère parmi les oiseaux ? Mais alors il faudrait écrire margoter, ou tout au moins margoder.

France, 1907 : Déprécier une marchandise pour l’avoir à meilleur prix.

Marge

d’Hautel, 1808 : Avoir de la marge. Avoir du temps devant soi pour conclure une affaire.

Margis

France, 1907 : Abréviation de maréchal des logis.

Margot

d’Hautel, 1808 : Nom fort injurieux que l’on donne à une courtisane, à une femme de mauvaise vie ; synonyme de gaupe, putain, raccrocheuse.
Margot la Résolue. Sobriquet insultant que l’on donne à une femme hardie et sans pudeur, dont on entend continuellement le caquet, et qui se mêle de toutes les affaires.

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme qui a jeté son bonnet et sa pudeur par-dessus les moulins. On dit aussi Margoton.

Delvau, 1866 : s. f. Maîtresse, concubine, — dans l’argot des bourgeois. Vivre avec des margots. Vivre avec des filles ; passer le meilleur de son temps à filer le plus imparfait amour aux pieds d’Omphales d’occasion, sans avoir l’excuse du fils d’Alcmène, — qui du moins était un hercule.

Delvau, 1866 : s. f. Pie, — dans l’argot du peuple.

Virmaître, 1894 : Femme de peu.
— Tu n’es qu’une sale Margot.
Pourquoi chercher dans Margot le diminutif de Marguerite ?
Toutes les Marguerites ne sont pas de Bourgogne.
Il y en a qu’on aimerait à effeuiller.
On dit aussi Margoton (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Femme de mœurs légères.

France, 1907 : Pie.

Et la portière,
Sous la gouttière,
Pend la volière
De dame Margot.

(Désaugiers)

Margot, goton

Larchey, 1865 : « Nom fort injurieux donné à une courtisane, à une femme de mauvaise vie. » — 1808, d’Hautel. — « Nous le tenons. Nous savons où demeure sa margot. » — E. Sue. — On dit aussi sa jacqueline. (V. ce mot). — Dans son Vieux Cordelier, Camille Desmoulins apostrophe ainsi Hébert : « Le banquier Kocke, chez qui toi et ta Jacqueline vous passez les beaux jours de l’été. »

Margot, Margoton

Delvau, 1864 : Nom de femme qui est devenu celui de toutes les femmes — devenues filles.

Priape dérogea, Vénus fit la Catin.
Cette contagion infecta les provinces,
Du clerc et du bourgeois passa jusques aux princes.
La plus mauvaise garce eut ses adulateurs,
Et jusqu’à la Margot, tout trouva des fouteurs.

(L’Art priapique)

Villon sut le premier dans ces siècles grossiers
Débrouiller l’art confus de nos vieux romanciers,
Redonner le mouchoir aux filles de bon ton,
Et laisser la province enfiler Margoton.

(L’Art priapique)

Nous le tenons : nous savons où demeure sa margot.

(Eugène Sue)

J’ai peu d’estime pour l’argot ;
Mais au besoin, je le tolère.
Si je rencontre une margot,
Je la regarde sans colère.

(Phil. Dauriac)

France, 1907 : Grosse fille vulgaire et de mœurs faciles.

Margouillat

Fustier, 1889 : Argot militaire. Spahis.

France, 1907 : Spahi, du nom d’un roman de Marcel Frescaly, intitulé Le 6e Margouillats.

Margouiller

France, 1907 : Manier malproprement ; provincialisme.

Margouillis

d’Hautel, 1808 : Gâchis, embarras, désordre, embrouillamini ; ordures, lavure d’écuelles.
Mettre quelqu’un dans le margouillis. Pour dire, dans l’embarras, dans la peine.

Delvau, 1866 : s. m. Gâchis, — dans l’argot du peuple, qui emploie ce mot au propre et au figuré.

France, 1907 : Embarras, gâchis.

… Est-il point un homme là-dedans,
Qui porte un habit rouge, une perruque noire ?
Messieurs, dans cette chambre il est, dit-il, à boire :
Montez ; et lui soudain de happer le taillis,
Laissant le pauvre sot dedans le margouillis.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Margoulette

d’Hautel, 1808 : Pour, bouche.
Il feroit tout pour la margoulette. Se dit d’un gourmand à qui on fait faire tout ce que l’on veut, en lui donnant à dîner, en le régalant ; d’un homme : qui met tous ses plaisirs à manger.
Il est venu la margoulette enfarinée. Voyez Gueule.

Larchey, 1865 : Bouche. — Diminutif de marge. Les lèvres forment la marge du palais. Peut être aussi diminutif corrompu du vieux mot gargoule : bouche.

Delvau, 1866 : s. f. La bouche, considérée comme avaloir. Rincer la margoulette à quelqu’un. Lui payer à boire.

Rigaud, 1881 : Visage : — Margoulette de travers, mauvaise mine, mine fatiguée. — Déboiter la margoulette, porter des coups au visage.

La Rue, 1894 : Visage. La bouche.

Virmaître, 1894 : La bouche. Il existe en Bourgogne des vases en terre vernissée qui ont un goulot semblable à la bouche. Pour cette raison, on appelle ces vases des goulettes. Mar a tout simplement été ajouté, déformant le mot primitif pour en former un autre qui a le même sens, car les nourrices disent aux enfants :
— Viens que j’embrasse ta petite goulette.
Rincer la margoulette à un ami,
c’est lui payer à boire (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Gosier. Rincer la margoulette à quelqu’un, lui payer à boire. Débrider la margoulette, manger. Se dit aussi pour figure, partie inférieure du visage.

Mille bombes, il parle de haut, le chameau ! Faut voir comme il nous traite ; il dit « nos ouvriers » comme on dit « mon chien ou ma pipe ». Turellement faut pas qu’ils bougent nos ouvriers ; sans quoi, gare ! on leur cassera la margoulette.

(Le Père Peinard)

Souvent au milieu de la nuit,
La margoulette enfarinée…

(Festeau)

Margoulin

Larchey, 1865 : Débitant, dans la langue des commis voyageurs.

Parfois le margoulin est fin matois.

(Bourget)

Delvau, 1866 : s. m. Débitant, — dans l’argot des commis voyageurs.

Rigaud, 1881 : Petit boutiquier, marchand d’objets de peu de valeur. — Mauvais ouvrier, celui qui n’est pas au courant de son métier, — dans le jargon du peuple.

Tonnerre de Dieu ! me voilà devenu voyageur de commerce : je m’en vais donc voir ces margoulins.

(Monsieur Mayeux, voyageur de commerce, dessin)

La Rue, 1894 : Débitant. Mauvais ouvrier.

Virmaître, 1894 : Débiteur de mauvaises boissons. Marchand de vin qui a une fontaine dans sa cave pour fabriquer le fameux cru de Château la Pompe. Margoulin : méchant ; ouvrier, fainéant, grossier, brutal, qui lève plus souvent le coude qu’un marteau. C’est, dans le peuple, un gros terme de mépris que de dire à un individu :
— Tu n’es qu’un margoulin ! (Argot du peuple). N.

Hayard, 1907 : Petit patron, petit industriel.

France, 1907 : Mauvais ouvrier, ivrogne et fainéant.

France, 1907 : Voyageur de commerce campagnard, petit détaillant.

Tout le public des tourlourous, des garde-convois, quelques margoulins venus là après dîner, entonnait en chœur l’immonde gaudriole, claquant la mesure avec les paumes, tambourinant sur les tables à coups de poing, bourrant le sol de retombées de talons.

(Camille Lemonnier, Happe-Chair)

Margoulinage

Rigaud, 1881 : État, métier du margoulin.

Margouliner

Rigaud, 1881 : Vendre des marchandises de peu de valeur, des marchandises défraîchies. — Faire un tout petit commerce en boutique.

Margoulis

Rigaud, 1881 : Grabuge, gâchis.

Marguerites

Delvau, 1866 : s. f. pl. Poils blancs de la barbe, — dans l’argot du peuple, qui a parfois des images aussi poétiques que justes. Il dit aussi Marguerites de cimetière.

Marguerites de cimetière

France, 1907 : Poils blancs dans les cheveux ou la barbe.

Marguillier de bourrache

France, 1907 : Juré. Allusion à la tisane de bourrache que l’on donne aux malades atteints de fièvre ; les séances de la cour d’assises donnant généralement la fièvre aux accusés.

Marguinchon

France, 1907 : Fille de mœurs dissolues.

Mari jonquille

France, 1907 : Cocu.

Mari malheureux

Delvau, 1864 : Mari, peut-être cossu, — mais à coup sûr, cocu — sans cédille.

Delvau, 1866 : s. m. « Le dernier de Paul de Kock », — dans l’argot pudibond des bourgeois.

Mariage

d’Hautel, 1808 : Faire un mariage. Mêler chacun le peu d’argent qu’on a ; en composer une petite somme pour se divertir. En terme d’imprimerie, c’est boire bouteille, avant de se mettre en train à l’ouvrage, avec le compagnon que l’on s’est choisi.
Un mariage de Jean de vignes. Un concubinage, que l’on appelle plus communément, mariage à la détrempe. Voyez ce mot.

Delvau, 1864 : Collage légitime de l’homme et de la femme, qui a le vit pour trait d’union, plus les enfants qui peuvent résulter dudit collage. Selon Balzac :

Le mariage est une association de mauvaise humeur, pendant le jour, et de mauvaise odeur pendant la nuit.

Rigaud, 1881 : Corde de justice, corde à étrangler, — dans le jargon des cordiers des XVIIe et XVIIIe siècles. C’est cette corde que l’exécuteur des hautes-œuvres appelait « tourtouse ». — Tourtouse par extension signifiait encore gibet, potence. (Hurtaut, Dict. des homonymes, 1775)

Mariage à l’anglaise

France, 1907 : Mariage suivi d’une séparation, où chacun vit de son côté. Cette expression n’a aucune raison d’être et ne peut s’expliquer que par la mutuelle malveillance qui existe entre Les Français et leurs voisins d’outre-Manche. On ne trouve pas plus de mauvais ménages en Angleterre qu’en France.

Mariage à la détrempe

Delvau, 1866 : s. m. Union morganatique, — dans l’argot des ouvriers. « Nos bons amis nos ennemis » ont une expression de la même famille : Wife in water colours (femme à l’aquarelle, en détrempe), disent-ils à propos d’une concubine.

Virmaître, 1894 : Mariage à la colle. Quand elle est trop détrempée, le papier ne tient pas. Autrefois, avant l’annexion de la banlieue à Paris, on disait :
— Ils sont mariés au treizième arrondissement.
Parce qu’il n’y en avait que douze.
Aujourd’hui on dit au vingt et unième, parce qu’il n’y en a que vingt (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Faux mariage. Cohabitation sans l’assistance du maire ou du curé. Cette expression est venue sans nul doute du manque de consistance de ces sortes d’union. Les Anglais ont la même expression : Femme à l’aquarelle (Wife in water-colours).
On dit aussi pour indiquer un mariage sans curé ou maire : Passer devant — ou derrière — la mairie.

Mariage d’Afrique

France, 1907 : Union illégitime.

Mariage de garnison

Fustier, 1889 : Liaison qu’un militaire en garnison contracte avec une femme et qui n’a pas d’autre durée que celle du séjour dans la garnison.

Mariage de mai

France, 1907 : Union conjugale formée sous de fâcheux auspices. Dans certaines campagnes, surtout celles du Centre, le mois de mai passe pour être défavorable aux mariages, et aussi funeste que le vendredi pour nombre d’idiots parisiens ou provinciaux. Ce préjugé est un reste du paganisme, comme d’ailleurs la plupart de nos préjugés.

Mariage en détrempe

Rigaud, 1881 : Concubinage, mariage pour rire. — La variante est : Mariage à la parisienne.

Marianne

Delvau, 1866 : s. f. La République, — dans l’argot des démocrates avancés. Avoir la Marianne dans l’œil. Clignoter des yeux sous l’influence de l’ivresse.

Rigaud, 1881 : Prénom de la vraie République des faubourgs, la République coiffée du bonnet phrygien, la République aux « puissantes mamelles » chantée par Barbier.

C’est la Marianne qui a pris possession de l’Elysée et de nos administrations, et c’est la Marianne qu’adoptent en ce moment toutes nos municipalités.

(Petite République Franc. 24 fév. 1880)

Ce prénom, si commun chez les femmes du Midi, lui a été donné d’abord dans le Midi comme un hommage et un souvenir, puis adopté par toute la France.

France, 1907 : La République rouge.

Elle est plus maligne que notre pauvre Marianne, cette forte Église apostolique et romaine qui implante l’un de ses représentants partout où il y a un certain nombre d’âmes réunies. Elle ne laisse pas le moindre troupeau d’ouailles sans berger. Aussi, vous voyez comme elle tient le monde ! Elle a les petits, les pauvres et les faibles. Elle a tous les villages et leurs hameaux. Oh ! l’étonnante, l’admirable organisation que celle du clergé ! Songez que plus d’un siècle après Voltaire et la Révolution, on construit encore, du ponant au levant et du nord au sud, partout, toujours, de plus en plus, des basiliques et des basiliquettes sur le territoire de la… démocratie scientifique, et qu’il y a pas un périmètre de deux hectares peut-être qui ne fleurisse sa boîte à messe et à prêche, avec, autour, le presbytère et la cure.

(Émile Bergerat)

On m’interrompait fréquemment pour trinquer à la santé de Marianne. Le vin me montait au cerveau… J’étais sons le coup d’une triple ivresse : celle du patriotisme, celle du vin, celle de l’amour.

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

Brusquement, une génération s’est levée, qui ne s’enivre que de bocks idéaux, ne connait d’autre maîtresse que la Marianne ; et en elle revivent les sentiments généreux, les soucis altiers, les nobles abnégations des jeunesses de 1830 et 1869, dont le souvenir est si justement légendaire.

(Joseph Caraguel)

Mon nom à moi, c’est Marianne,
Un nom connu dans l’univers,
Et j’aime à porter d’un air crâne
Mon bonnet rouge de travers.

Mariase

Bras-de-Fer, 1829 : Vaurien.

Mariasse

France, 1907 : Mauvais drôle.

Marichau

France, 1907 : Maréchal ferrant. Voir Malchau.

Marida

Rossignol, 1901 : Mariée.

France, 1907 : Femme mariée ; argot des voyous, du béarnais marida, marier.

Marida (se)

France, 1907 : Se marier.

J’n’ai jamais connu d’aut’ famille
Que la p’tit’ marmaill’ qui fourmille,
Aussi quand ej’ m’ai maréda,
J’m’ai mis avec un’ petit’ grue
Qui truquait, le soir, à dada,
Dans la rue.

(Aristide Bruant)

Marie

d’Hautel, 1808 : Nom de femme auquel on ajoute souvent une épithète injurieuse.
Marie chiffon. Se dit d’une femme ou d’une fille, qui se mêle de tout ce qui ne la regarde pas ; qui fait des caquets.
Marie grognon. Se dit d’une femme ou d’une fille qui a l’humeur inégale ; qui est toujours à bouder, à grimauder.
Marie quatre langues. Bavarde, caqueteuses, mauvaise langue.
Marie bon bec. Babillarde ; commère hardie et éveillée.
Marie à la coque. Voyez Coque.
Marie mouvette. Petite fille turbulente, d’une pétulance extraordinaire, qui est toujours en mouvement.

Marie Jordonne

Rigaud, 1881 : Petite fille qui, à l’école, aime à commander ses camarades.

Marie salope

Rigaud, 1881 : Femme sale et sale femme, par allusion aux bateaux dragueurs appelés des maries-salopes.

Marie-bon-bec

Delvau, 1866 : s. f. Femme bavarde, « un peu trop forte en gueule », — dans l’argot du peuple.

France, 1907 : Bavarde, prompte à la riposte.

Marie-couche-toi-là

Delvau, 1866 : s. f. Femme facile, — trop facile.

Virmaître, 1894 : Femme qui se met sur le dos pour un oui ou un non. Rôdeuse de caserne (Argot des troupiers). N.

France, 1907 : Rôdeuse de caserne, dans l’argot des troupiers, toujours prête à exécuter ce commandement.

— Entends-tu, Marie-couche-toi-là, la marguinchon de tous les goujats ?

(Vadé, Catéchisme poissard)

Marie-jabotte

France, 1907 : Bavarde.

J’ai déjà dit que l’oncle Paul était né vieux garçon. Il avait, dès ce temps-là, une foule d’innocentes manies. Il ne supportait pas que les gens de service touchassent aux couteaux à découper. Il voulait qu’on servit les pièces de viande et de gibier tout entières sur la table. En même temps qu’il les découpait, à la mode d’autrefois, il aimait à conter des anecdotes. Il s’arrêtait en l’air, une aiguillette au bout du couteau, quelque carcasse de dindon suspendue.
Alors, Paparel battait la chamade avec sa tabatière d’argent.
— Paul… Paul… sacré Paul !… m’entends-tu ?… Il ne m’entend pas ! Marie-jabotte !… Saint Lambin !… C’est sa faute si les enfants s’endorment sur leurs chaises avant la salade !

(Hugues Le Roux, Mémoires d’un enfant)

Marie-je-m’embête

France, 1907 : Femme ou fille qui fait des façons, des cérémonies, qui se fait prier, qui embête tout le monde.

— J’inviterais bien au gueuleton la petite Fifine, elle est gentille à croquer, mais elle fait trop sa Marie-je-m’embête.

(Les Propos du Commandeur)

Marie-je-m’embête (faire sa)

Fustier, 1889 : Faire, des façons ; se faire prier.

Ah çà ! voyons ! quand tu resteras là à faire ta Marie-je-m’embête ! Ça n’avancera à rien ! Venez-vous oui ou non ?

(Huysmans, les Sœurs Vatard)

Marie-mange-mon-prêt

Fustier, 1889 : Argot militaire. Maîtresse du soldat.

France, 1907 : Fille à soldat, avec laquelle celui-ci dépense son argent. On dit quelquefois simplement Mange-mon-prêt.

… Dans la famille, toutes les filles aînées étaient fatalement d’incorrigibles gouges, de la chair à soldats et à matelots, des Mange-mon-prêt finies, inévitablement condamnées au parquage infamant des filles soumises.

(Paul Bonnetain, Argot de la caserne)

Marie-pique-rempart

Virmaître, 1894 : Femme qui rôde la nuit sur les remparts, aux environs des postes de soldats. On devine ce qu’elle cherche : un gîte et un restant de soupe. Huit ou dix jours plus tard, le troupier sait ce qu’elle a apporté (Argot des troupiers). N.

France, 1907 : Femme qui rôde la nuit autour des remparts et des casernes à la recherche d’un gîte et le reste ; le souper est rarement compris.

Marie-sac-au-dos

Virmaître, 1894 : Femme toujours prête. Allusion aux troupiers qui, quand le quartier est consigné en vue d’un événement quelconque, campent dans la cour de la caserne sac au dos, prêts à partir (Argot des troupiers). V. Rempardeuses. N.

Marie-salope

Delvau, 1866 : s. f. Bateau dragueur, — dans l’argot des mariniers de la Seine.

Delvau, 1866 : s. f. Femme de mauvaise vie.

France, 1907 : Bateau dragueur. Se dit aussi pour fille ou femme de mauvaise vie.

La Seine fait vivre bien d’autres gens encore que les marins d’eau douce. Ce sont les lessiveuses qui battent à coups redoublés le linge, que l’eau gonfle. Ce sont les ravageurs de la Seine, ces chiffonniers du fleuve, qui butinent sur les débris tirés de la vase. Ce sont les dragueurs et leurs bruyantes machines qui nettoient le fond, ramassent la boue, et que le peuple surnomme des Marie-salope.

(Paul Alexis)

Marier

d’Hautel, 1808 : Vous serez mariée cette année. Se dit par plaisanterie en versant la fin d’une bouteille à une demoiselle.

Marier Justine

Delvau, 1866 : Précipiter un dénouement, arriver vite au but, — dans l’argot des coulisses. Cette expression date de la première représentation d’un vaudeville des Variétés, Thibaut et Justine, joué sous la direction de Brunet. La pièce gaie en commençant, avait, vers la fin, des longueurs. Le public s’impatiente, il est sur le point de siffler. L’auteur ne mariait Justine qu’à la dernière scène, encore bien éloignée. « Il faut marier Justine tout de suite », s’écria le régisseur, pour sauver la pièce. Et l’on cria des coulisses aux acteurs en scène : « Mariez Justine tout de suite ! » Et l’on maria Justine, et la pièce fut sauvée, — et l’argot théâtral s’enrichit d’une expression.

Marigot

France, 1907 : Rivière aux bords escarpés ; terme militaire employé au Sénégal.

Le marigot avait des bords à pic, et à peine à 200 mètres au delà on voyait flamber les feux de bivouac ; ces feux étaient répartis en une série de grands groupes échelonnés sur plus d’un kilomètre, et par leur nombre on juge de l’exactitude des renseignements qui portaient à sept ou huit mille hommes l’armée de Malinka-mory. Huit mille hommes, et l’on était trois cents ; si on ne les surprenait pas, on était perdu. Et pas moyen de passer le marigot. Toute tentative pour entailler les berges n’eût pas manqué de faire du bruit et de donner l’éveil. Il y eut là un de ces moments d’émotion terrible comme on n’en éprouve qu’à la guerre.

(Le Temps)

Marin d’eau douce

Delvau, 1866 : s. m. Canotier de la Seine, — dans l’argot du peuple.

France, 1907 : Canotier de rivière, conducteur de péniche ; on les appelle aussi marins de la Vierge Marie.

Ce sont des carapatas ou marins de la Vierge Marie, ainsi nommés parce qu’ils ne courent jamais aucun danger, race amphibie qui ne vit que sur les canaux.

(Privat d’Anglemont)

Marine

Fustier, 1889 : Argot des lycéens. Est marine dans leur jargon, le camarade qui se prépare à l’école navale.

Marine (la petite)

France, 1907 : Nom que l’on donnait autrefois aux galères.

Marine (la)

Rigaud, 1881 : Première carte à prendre au talon, — dans le jargon des joueurs de bezigue. Je prends pour voir la marine.

Maringotte

Rigaud, 1881 : Grande voiture de saltimbanque, sorte de maison roulante où naît et meurt le saltimbanque, où il fait la cuisine et l’amour.

La Rue, 1894 : Voiture de saltimbanque.

France, 1907 : Voiture de forains, de saltimbanques où loge toute une famille.

Déjà les maringottes étaient signalées sur les routes ; l’une après l’autre, au pas d’une maigre carne tirant sur l’attelle, elles escaladaient la dure montée qui menait à la place, avec leurs petits hublots tendus de rideaux rouges ; et une troupe de ramonichels, en penaillons qui béaient sur des torses bruns et nerveux, s’occupaient de monter contre l’église leurs tréteaux.

(Camille Lemonnier)

Mario, mariole, mariolle

France, 1907 : Malin, rusé. Les écrivains qui emploient ce mot ne se sont pas encore entendus sur son orthographe.

Il y a deux camps parmi les petits colons, deux camps ennemis.
Le pante, en argot ordinaire, c’est la dupe, la victime. Le mariolle, c’est le malin, celui qui sait se tirer d’affaire. Donc, à la Colonie, le pante et le mariolle sont tout simplement le bon et le mauvais sujet. Le pante, flétri de ce nom par les autres comme d’un ridicule et d’une infamie, se soumet sans résistance à la dure discipline, tâche de faire de son mieux, est laborieux et obéissant. Il est rare ; et, parfois, il faut le dire, le pante n’est qu’un hypocrite, qui fuit le chien couchant auprès des gardiens, dénonce et trahit ses camarades…
Quant aux mariolles, ce sont les indomptables, les incorrigibles. Pareils aux fruits véreux que l’entassement achève de corrompre, ils sont entrés vicieux dans le bagne ; ils en sortiront scélérats. C’est l’histoire de presque tous ces malheureux enfants, et c’est la condamnation de l’absurde régime de promiscuité qu’on leur impose. Les pénitenciers d’enfants sont des pépinières de voleurs et d’assassins. On les enferme, pendant de longues années, avec l’espoir — oh ! bien faible — de les amender ; puis, un beau jour, on les lâche, exaspérés contre le sort, perfectionnés dans le mal, mûrs pour le crime.

(François Coppée, Le Coupable)

Toujours le même fourbi : se dispenser d’agir et croire à une intervention supérieure et extra-humaine.
Et donc, il n’y eut rien de changé : les prêtres de l’État remplacèrent les représentants de Dieu. À leur tour, ces birbes-là bénéficièrent de la nigauderie populaire, vivant bien et tirant riche profit des préjugés et de l’ignorance.
Or, de même que, dans le cours de la kyrielle de siècles que l’humanité a égrenés, les hommes avaient changé de Dieu, — croyant tomber sur le vrai, — le seul, l’unique — assez mariol pour faire leur bonheur ;
De même, quand ils eurent changé d’idolâtrie, remplace la croyance en Dieu par la superstition de l’État, ils changèrent de « forme » gouvernementale, comme ils avaient souvent changé de « forme » divine.

(Le Père Peinard)

I’s aurons beau fair’ leur mariole
Sous prétesque qu’i’s ont l’pognon,
J’en ai soupé, moi, d’leur sal’ fiole.
En attendant d’leur fout’ des gnons
Sur la gueul’, j’vais crier c’que j’pense !
Tant que l’populo sommeill’ra,
J’emmerd’rai les ceuss’ qu’a d’la panse ;
Et l’jour d’la révoltes on verra.

(Aristide Bruant)

Mariol

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Malin

Mariol, mariolle

Rigaud, 1881 : Coquin rusé, malin. C’est une variante de marlou.

Mariole

Virmaître, 1894 : Malin, rusé, roublard. On est mariole ou on le fait. Dans les ateliers, un mariole passe pour un phénix. Mariole doit être pris ici comme synonyme de marlou.
— Tu n’as pas coupé la patte à coco, tu n’es pas si mariole que ça, on pourrait bien te river ton clou.
Il existe une chanson qui dit :

Tant qu’il y aura des pantes.
Les marioles boulotteront.

(Argot du peuple et des souteneurs). N.

Rossignol, 1901 : Malin, roublard.

anon., 1907 : Malin.

Mariole, mariol ou mariaule

Boutmy, 1883 : adj. Qui est tout à fait malin, difficile à tromper ; se dit encore d’un ouvrier très capable.

Mariolisme

Boutmy, 1883 : s. m. Qualité de celui qui est mariole ou ce qu’il fait. Rare.

Mariolle

Delvau, 1866 : s. et adj. Malin, ingénieux, rusé, — dans l’argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : s. m. Homme adroit, rusé, plus habile que délicat, et même un peu voleur, — dans l’argot des souteneurs. J’ai entendu cette phrase : « Tant qu’il y aura des pantes, les mariolles boulotteront. »

La Rue, 1894 : Malin, rusé.

Hayard, 1907 : Malin, roublard.

Mariolle (faire le)

Merlin, 1888 : Poser pour le torse ; ne pas frayer avec les camarades.

Marion garde la maison

France, 1907 : Ce vieux dicton, qu’on emploie encore en Province pour désigner une ménagère frustrée de tous plaisirs, ou une jeune fille reléguée à la maison comme Cendrillon, tandis que ses frères et sœurs s’amusent au dehors, est une allusion à une pièce de théâtre en vers français, composée à la fin du XIIIe siècle par Adam de la Halle intitulée Le Jeu de Robin et Marion, sur laquelle on a fait une foule de chansons et de pastourelles. Mais il paraît qu’il ne faut pas trop plaindre Marion de rester à la maison, car avec Robin le temps ne lui semblait pas long.

Marionnette

Vidocq, 1837 : s. m. — Soldat.

Delvau, 1866 : s. f. Soldat, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Soldat. (Fr. Michel.)

France, 1907 : Soldat ; on le fait tourner, pivoter et se décarcasser comme une marionnette.

Marionnettes

d’Hautel, 1808 : On lui fera danser les marionnettes. Pour, on lui apprendra à vivre ; on le mettra dans un droit chemin.
C’est une véritable marionnette. Se dit d’un homme léger ; d’un farceur ; d’un mauvais bouffon.

Delvau, 1866 : s. f. pl. Partisans, mâles ou femelles, d’une bastringueuse du nom de Maria, qui florissait en l’an de grâce 1839 à la Grande-Chaumière et à la Chartreuse, et à qui une autre joueuse de flûte du nom de Clara disputait le sceptre du cancan et le prix de chahutage. Les partisans de cette dernière s’appelaient Clarinettes.

Maritorne

d’Hautel, 1808 : Une grosse maritorne. Une femme qui a beaucoup d’embonpoint ; qui est mal bâtie, et d’une humeur désagréable.

Marjolé

France, 1907 : Moucheté, grivelé.

Marjolet

d’Hautel, 1808 : Céladon, sot, ignorant, qui fait l’entendu dans tout ; poule mouillée, qui n’a de l’homme que le nom.

Marjolures

France, 1907 : Mouchetures, enjolivements en forme de dessin.

Markouse

Virmaître, 1894 : Carte marquée visiblement par le bonneteur. Mais aussitôt qu’elle a été vue par la dupe, elle est démarquée. Il la devine, mais ce n’est plus la même (Argot des camelots).

France, 1907 : Carte dont se sert le bonneteur pour duper le pante. Il l’étale visiblement à celui-ci, la lui marque, mais quand le badaud met le doigt dessus, croyant l’avoir bien suivie de l’œil, c’est une autre qu’il retourne.

Marle

Rossignol, 1901 : Malin.

France, 1907 : Souteneur, corruption de marlou. Être marle, connaître la vie, être malin.

On ne s’embêtait pas un seul instant ; le marle, non, le maître offrait du champagne… et il en vendait !
Il vendait de tout, même… surtout des gonzesses, sous prétexte de lancer des artistes : les vieux y trouvaient leur compte et lui aussi !

(Aristide Bruant, Les Bas-fonds de Paris)

Marlou

Clémens, 1840 : Adroit.

un détenu, 1846 : Individu impropre a rien, un fainéant et un voleur adroit, fin, rusé, malin.

Delvau, 1864 : Variété de maquereau, d’homme sans préjugés, qui non-seulement consent à recevoir de l’argent des filles galantes, mais encore en exige d’elles le poing sur la gorge et le pied dans le cul.

La plus sublime de ces positions, c’est celle du marlou.

(Frédéric Soulié)

C’est des marlous, n’y prends pas garde.

(H. Monnier)

Larchey, 1865 : Souteneur. — Corruption du vieux mot marlier : sacristain. — Les souteneurs étaient de même appelés sacristains au dix-huitième siècle. On en trouve plus d’une preuve dans Rétif de la Bretonne.

Un marlou, c’est un beau jeune homme, fort, solide, sachant tirer la savate, se mettant fort bien, dansant la chahu et le cancan avec élégance, aimable auprès des filles dévouées au culte de Vénus, les soutenant dans les dangers éminents…

(Cinquante mille voleurs de plus à Paris, Paris, 1830, in-8)

Par extension, on appelle marlou tout homme peu délicat avec les femmes, et même tout homme qui a mauvais genre.

(Cadol)

Delvau, 1866 : s. et adj. Malin, rusé, expert aux choses de la vie.

Delvau, 1866 : s. m. Souteneur de filles, — dans l’argot des faubouriens. Pourquoi, à propos de ce mot tout moderne, Francisque Michel a-t-il éprouvé le besoin de recourir au Glossaire de Du Cange et de calomnier le respectable corps des marguilliers ? Puisqu’il lui fallait absolument une étymologie, que ne l’a-t-il demandée plutôt à un Dictionnaire anglais ! Mar (gâter) love (amour) ; les souteneurs, en effet, souillent le sentiment le plus divin en battant monnaie avec lui. Cette étymologie n’est peut-être pas très bonne, mais elle est au moins aussi vraisemblable que celle de Francisque Michel. Il y a aussi le vieux français marcou.

Rigaud, 1881 : Mauvais drôle, malin. — Souteneur de filles, — dans l’ancien jargon du peuple.

La Rue, 1894 : Souteneur. Filou. Malin, rusé. Front.

Virmaître, 1894 : Individu qui vit de la prostitution des femmes. Marlou vient du vieux mot marlier, avec un changement de finale (Argot des filles).

Rossignol, 1901 : Malin. Un souteneur c’est aussi un marlou.

Hayard, 1907 : Souteneur.

France, 1907 : Souteneurs du vieux mot marlier, sacristain, dénomination que le souteneur portait autrefois. Par extension, quand un homme marié a des rapports intimes avec une femme mariée, on dit que c’est son marlou.

Un marlou, Monsieur le Préfet, c’est un beau jeune homme, fort, solide, sachant tirer la savate, se mettant fort bien, dansant le chahut et le cancan avec élégance, aimable auprès des filles dévouées au culte de Vénus, les soutenant dans les dangers, sachant les faire respecter et les forcer à se conduire avec décence, oui, avec décente et je le prouverai. Vous voyez donc qu’un marlou est un être moral, utile à la société ; et vous venez les forcer à en devenir le fléau, en forçant nos particulières à limiter leur commerce dans l’intérieur de leurs maisons…

(Réclamation des anciens marlous au Préfet le police)

Quand faut aller servir c’tte bon Dieu d’République,
Où qu’tout l’monde est soldat malgré son consent’ment.
On nous envoi’ grossir les bataillons d’Afrique,
À caus’ que les marlous aim’nt pas l’gouvernement.

(Aristide Bruant)

L’rendez-vous d’Alphonse et d’Polyte,
L’tremplin où Nana tient sa cour,
Où l’marlou conduit sa marmite,
C’est l’pont Caulaincourt !

(Aristide Bruant)

anon., 1907 : Souteneur.

Marlou à la mie de pain

Virmaître, 1894 : Marlou qui ne sait pas faire travailler sa marmite ou qui en a une récalcitrante. Je lis dans les Lamentations d’un souteneur :

Quoi ? C’est éteint… tu r’buttes au flanche.
Y’a pu de trottinage à la clé.
Des dattes pour que tu fass’la planche,
L’anse de la marmite est cassée. (Argot des souteneurs). N.

France, 1907 : Souteneur qui ne sait ou ne peut tirer parti de sa marmite.

Marlou de charlotte

France, 1907 : Exécuteur des hautes œuvres.

Marlou, -e

Vidocq, 1837 : s. — Malin, maline. Ne se prend guère qu’en mauvaise part.

Marloupatte

France, 1907 : Souteneur.

Ce marloupatte pâle et mince
Se nommait simplement Navet ;
Mais il vivait ainsi qu’un prince…
Il aimait les femmes qu’on rince.

(Jean Richepin)

Marloupier

France, 1907 : Souteneur.

Le Panama remémore à la foultitude de gobeurs bougrement oublieux ! qui coupent sans fin ni cesse dans les bateaux des Jean-foutre de la haute que notre gouvernance n’est qu’un ramassis de marloupiers.

(Père Peinard)

Marloupin

Virmaître, 1894 : Jeune marlou qui fait son apprentissage dans les bals publics. On dit aussi goussepin : petit vagabond dont la première étape est la petite Roquette et la dernière souvent, la grande. Goussepin gouspiné : voler (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Jeune marlou.

France, 1907 : Jeune marlou.

Quand on paie en monnaie d’singe
Nous aut’ marloupins,
Les sal’s michetons qu’a pas d’linge,
On les pass’ chez paings.

(Jean Richepin)

Et quand il sut jacter nature,
L’entraver comme un marloupin,
Il fit de la littérature,
Et l’on entendit Montépin
Et Collas et d’autres rengaines
Hurler, crier, sur tous les tons,
Et gueuler comme des baleines,
… Et ce que nous nous en foutons !…

(Aristide Bruant)

Marlouserie

Vidocq, 1837 : s. f. — Malice, finesse.

Delvau, 1866 : s. f. Profession de Marlou. Se dit aussi pour Habileté.

France, 1907 : Ruse, malice.

Marlousier

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : Maquereau.

Halbert, 1849 : Maq…., souteneur de fille de joie.

Delvau, 1866 : s. m. Apprenti marlou.

Virmaître, 1894 : Malin, rusé, diminutif de marlou (Argot des souteneurs).

France, 1907 : Souteneur malin et rusé ; gaillard à la coule.

Marlousserie

un détenu, 1846 : Fainéantise, paresse, vivotage, volerie.

Marloux

Ansiaume, 1821 : Fin.

C’est un marloux pègre de la haute.

Marmaille

d’Hautel, 1808 : Troupe, rassemblement petits enfans ; petits polissons qui font des espiègleries, des niches aux passans dans les rues.

Delvau, 1866 : s. f. Troupe, nichée d’enfants, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Marmaillerie.

Marmelade

d’Hautel, 1808 : Avoir le derrière en marmelade. Pour avoir les fesses meurtries ; comme il arrive quand on va à cheval, sans en avoir l’habitude, ou que l’on voyage dans une mauvaise voiture, qui cahote continuellement.
On dit aussi d’une chose quelconque qu’elle est en marmelade, pour dire qu’elle est écachée, brisée en morceaux.

France, 1907 : Misère : on dit aussi panade.

Un jeune paysan naïf et candide va consulter une somnambule extra-lucide, à qui il demande des éclaircissements sur le sort qui lui est réservé.
La pythonisse de répondre :
— Mon pauvre garçon, vous resterez dans la marmelade jusqu’à votre âge mûr.
— Et après ?
— Après ? Vous y serez habitué.

Marmier

Vidocq, 1837 : s. m. — Berger.

Rigaud, 1881 : Berger, — dans l’ancien argot.

France, 1907 : Berger ; argot des voleurs. Vieux mot.

Marmion

France, 1907 : Bourse.

Marmite

d’Hautel, 1808 : Il a le nez fait en pied de marmite. Se dit d’un homme qui a le nez large et épaté.
Un écumeur de marmite. Pour dire, un parasite ; un piqueur d’assiette.
La marmite est bonne dans cette maison. Pour dire, qu’on y fait bonne chère.
La marmite est renversée. Signifie que l’on n’a plus son couvert dans une maison.
On dit aussi qu’Une chose fait bouillir la marmite, ou sert à faire bouillir la marmite, quand elle fournit à l’entretien de la maison.

Delvau, 1864 : Putain, — la femelle naturelle du maquereau, à qui elle fournit de quoi manger, boire et rigoler avec ou sans elle.

Tu es un crâne fouteur… et… si tu y consens, ce n’est pas toi qui me donneras de la braise, c’est moi qui serai ta marmite.

(Lemercier de Neuville)

Larchey, 1865 : Fille publique nourrissant un souteneur. — Allusion facile à saisir.

Un souteneur sans sa marmite est un ouvrier sans ouvrage.

(Canler)

Marmite de terre : Prostituée ne gagnant pas d’argent à son souteneur. — La Marmite de fer gagne un peu plus. — La Marmite de Cuivre rapporte beaucoup. — (Dict. d’argot, 1844)

Delvau, 1866 : s. f. Maîtresse, — dans l’argot des souteneurs, qui n’éprouvent aucune répugnance à se faire nourrir par les filles. Marmite de cuivre. Femme qui gagne — et rapporte beaucoup. Marmite de fer. Femme qui rapporte un peu moins. Marmite de terre. Femme qui ne rapporte pas assez, car elle ne rapporte rien.

Rigaud, 1881 : C’est ainsi que les dragons appellent leurs casques. — Je récure la marmite pour la revue de demain.

Rigaud, 1881 : Maîtresse d’un souteneur. Elle fait bouillir la marmite.

Merlin, 1888 : Cuirasse.

La Rue, 1894 : La femme du souteneur. Marmite de terre, qui rapporte peu ; marmite de fer, qui rapporte davantage, marmite de cuivre, qui rapporte beaucoup.

Virmaître, 1894 : D’après M. Lorédan Larchey, c’est une fille publique nourrissant son souteneur. Un souteneur sans sa marmite est un ouvrier sans ouvrage, dit Canler. La marmite de terre est une prostituée qui ne gagne pas de pognon à son souteneur. La marmite de fer commence à être cotée ; elle gagne un peu de galette. La marmite de cuivre, suivant Halbert, c’est une mine d’or. Marmite, d’après Pierre, est une femme qui n’abandonne pas son mari ou son amant en prison et lui porte des secours. Le peuple qui ne cherche ni si haut ni si loin, considère tout tranquillement la femme comme une marmite. Quand elle trompe son mari avec son consentement, elle fait bouillir la marmite. Quand elle fait la noce pour son compte, qu’elle ne rapporte pas, il y a un crêpe sur la marmite (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Fille publique qui nourrit son male et souvent toute sa famille.

Hayard, 1907 : Prostituée qui a un souteneur.

France, 1907 : Maîtresse d’un souteneur ; elle l’entretient, fait bouillir la marmite.

Un souteneur sans sa marmite (sa maîtresse) est un ouvrier sans ouvrage, un employé sans place, un médecin sans malades ; pour lui, tout est là : fortune, bonheur, amour, si ce n’est pas profaner ce dernier mot que de lui donner une acception quelconque à l’égard du souteneur. Or, les contraventions sont nombreuses pour les filles publiques ; la moindre infraction aux règlements de police est punie administrativement d’un emprisonnement plus ou moins long, mais à coup sûr toujours ruineux pour le souteneur qui a les dents au râtelier pendant le temps que sa marmite est à Saint-Lazare.

(Mémoires de Canler)

C’est nous les p’tits marlous qu’on rencont’ su’ les buttes,
Là oùsque le pierrot au printemps fait son nid,
La oùsque dans l’été nous faisons des culbutes,
Avec les p’tit’s marmit’s que l’bon Dieu nous fournit.

(Aristide Bruant)

Un’ marmite,
Un pot quelconqu’ bath ou laid,
Un’ marmite,
Qui n’limite
Pas trop l’fricot, si vous plaît.

(É. Blédort)

On ne saurait trop le répéter, c’est une Gomorrhe épouvantable que Saint-Lazare, et l’on y incarcère, à quelque condition sociale qu’elles appartiennent, toutes les prévenues. De la catin de ruisseau à l’épouse infidèle d’une brute jalouse, toutes les classes s’y peuvent coudouyer ; et dans une même cellule, une adultère du meilleur monde peut connaître ce supplice de tout son être, cette humiliation de toutes ces pudeurs, de toutes ses fiertés, cette atroce sensation de salissure physique et morale, de respirer l’air que respirent et que souillent des marmites de carrefour, d’entendre leurs propos, d’assister à leurs jeux, et quels jeux ! enfin d’être l’objet d’un caprice, d’un « béguin » d’une d’entre elles, et de subir le contact de mains, de lèvres, cherchant ses lèvres, sa gorge, son sexe…

(Léopold Lacour)

Maint’nant elle est chic, à c’que j’crois,
Elle a des bijoux, un’ voiture,
Sur l’boulevard j’la vois parfois :
Sa tête, on dirait d’la peinture,
Le soir, ell’ soupe avec un vieux,
Chez Brébant, où y a tant d’marmites…
P’t’êtr’ bien qu’au fond elle aim’rait mieux
Rev’nir à mes pomm’s de terr’ frites.

(Ch. de Saint-Héaut)

En t’filant la comète eun’ nuit,
Dans l’ombre il aperçut d’vant lui
Eun’ guérite :
Tant pis, qu’i s’dit, j’vas m’engager :
J’pourrai dormir, boire et manger
Sans marmite.

(Aristide Bruant)

anon., 1907 : Femme de mauvaise vie.

Marmite à Domange

Rigaud, 1881 : Voiture de vidange.

Marmite anarchiste

Virmaître, 1894 : Comme la précédente, celle-là ne rapporte pas ; elle fait sauter — pas les écus, mais les maisons. C’est une marmite qui n’est guère en faveur, car elle fait perdre la tête (Argot du peuple). N.

Marmite de cuivre

Halbert, 1849 : Prostituée qui rapporte beaucoup.

France, 1907 : Maîtresse de bon rapport pour son souteneur. Marmite de fer, maîtresse qui ne rapporte que peu ; marmite de terre, maîtresse qui ne rapporte rien ; marmite en deuil, misère au logis, absence de client ; on dit alors qu’il y a un crêpe sur la marmite.

Marmite de fer

Halbert, 1849 : Prostituée qui rapporte peu.

Marmite de terre

Halbert, 1849 : Prostituée qui ne gagne pas d’argent à son souteneur.

Marmite est renversée (la)

Rigaud, 1881 : Locution dont se servent les bourgeois de Paris qui vont faire un petit extra au restaurant, ou qui, ayant donné congé à leurs bonnes, sont forcés de dîner au restaurant, ou qui contremandent un dîner.

Marmiteux

d’Hautel, 1808 : Pour, taciturne, triste, piteux de mauvaise humeur, qui est mal dans ses affaires.

Delvau, 1866 : s. et adj. Piteux, ennuyé, malade, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Souffrant, pleurnicheur. L’épithète de « marmiteux » a été accolée au nom d’un de nos hommes politiques, ancien ministre, sénateur, académicien, orateur disert, mais larmoyant.

Virmaître, 1894 : Homme qui a sans cesse la larme à l’œil. Corruption par extension du mot miteux (qui a la cire aux yeux) (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Pleurnichard, qui cherche à apitoyer sur lui.

La Révolution a livré la France aux hommes d’argent qui, depuis cent ans, la dévorent. Ils y sont maîtres et seigneurs. Le gouvernement apparent, composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux, est aux gages des fins renards. Depuis cent ans, dans ce pays empanaché, quiconque aime les pauvres est tenu comme traître à la société. Et l’on est un homme dangereux quand on dit qu’il est des misérables.

(Anatole France, Les Lys rouges)

Marmiteux, honteux d’être né,
Rongé d’ennui et de vermine,
Au hasard le gueux mit son nez,
Malgré soucis, pluie et famine.

(André Gill, La Muse à Bibi)

On condamne à mort un malheureux qui érafla les nez d’une demi-douzaine d’honorables ; par la terreur d’un engin opportunément déposé, à 2 heures du matin, au seuil d’un grand magasin, on refrène le mouvement de pitié publique. Donc, on va couper le cou de l’anarchiste Vaillant à l’aube prochaine. Et maintenant, apprenez, maîtres gueux, à respecter les justes du Parlement et à ne pas mépriser les dieux de la République !

(Henry Bauër)

Marmiton

d’Hautel, 1808 : Nom méprisant que l’on donne indistinctement aux gens de cuisine ; mais plus ordinairement à celui qui y est chargé des plus bas détails.

Marmiton de Domange

Rigaud, 1881 : Vidangeur.

Virmaître, 1894 : Vidangeur. On dit aussi : marmiton de Richer (Argot du peuple).

France, 1907 : Nom donné aux vidangeurs du temps ou Domange avait le monopole des vidanges de Paris.

Marmiton de M. Domange

Delvau, 1866 : s. m. Vidangeur, — dans l’argot des faubouriens, qui ne se doutent guère qu’ils ne font que répéter une expression du XVIe siècle : « Marmiton de la gadouarde », lit-on dans les Après-disnées du seigneur de Cholières. Cela ne vaut pas, comme délicatesse ironique, le goldfinder des Anglais.

Marmonner

d’Hautel, 1808 : Murmurer sourdement entre ses dents. Le peuple dit, par corruption, marronner.

Delvau, 1866 : v. a. Parler entre les dents d’un air fâché ; murmurer, gronder, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Marmotter.

Marmot

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris, qui se dit d’un petit garçon qui fait l’important, qui fait l’entendu dans les choses qu’il ne connoît pas.
Croquer le marmot. Attendre avec impatience ; s’ennuyer ; trouver le temps long ; ne rien faire de ses dix doigts.

Delvau, 1866 : s. m. Enfant, et, par extension, Homme chétif. Croquer le marmot. Attendre en vain.

Marmot (choquer le)

La Rue, 1894 : Ne pas voir arriver ce qu’on attend.

Marmot (croquer le)

France, 1907 : Attendre inutilement. D’après Lorédan Larchey, croquer le marmot ne serait qu’un équivalent de marmotter. En effet, celui qui attend murmure et marmotte des injures contre celui qui le fait attendre. Mais s’il faut s’en rapporter à Didier Loubens, cette expression devrait son origine au gros morceau de fer ou heurtoir qui était attaché à la porte principale des anciennes maisons et qu’à cause de la figure qu’il représentait, le plus souvent une tête de singe, ou de tout autre animal à physionomie grotesque, on appelait le marmot. Quand un visiteur frappait inutilement ce heurtoir, il pouvait dire : « J’ai longtemps fait craquer le marmot » ; de là, par altération, on est venu à cette expression, croquer le marmot.

Marmot (nourrir un)

France, 1907 : Préparer un vol.

Marmotier

Rigaud, 1881 : Petit Savoyard. Allusion aux marmottes que montrent ces jeunes galopins lorsque le ramonage des cheminées a dit son dernier mot.

Marmotte

Ansiaume, 1821 : Cassette.

J’ai décarré avec la marmotte.

Delvau, 1864 : Le con, — qui ne dort jamais. — Allusion au poil d’une motte bien garnie.

Un soir, ma sœur me dit : Si nous étions dans le même lit, tu pourrais faire entrer ta petite broquette qui est toujours raide dans la bouche de ma petite marmotte que tu aimes tant.

(Anti-Justine)

Delvau, 1866 : s. f. Boîte ou carton d’échantillons, — dans l’argot des commis-voyageurs.

Delvau, 1866 : s. f. Madras que les femmes du peuple se mettent sur la tête pour dormir.

Rigaud, 1881 : Boîte de placier. Boîte où les commis voyageurs mettent les échantillons.

Rigaud, 1881 : Femme, — dans le jargon des souteneurs ; par altération de marmite.

Virmaître, 1894 : Madras que les marchandes portent encore sur la tête en guise de coiffure. Marmotte : diminutif de marmite.
— Tu n’es qu’une sale marmotte (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Femme qui se prostitue.

France, 1907 : Boîte de commis placier. Allusion aux boîtes où les petits Savoyards enferment leur marmotte.

France, 1907 : Mouchoir de coton ou de soie que les femmes de certaines campagnes et les marchandes des rues portent sur la tête.

Coiffée d’une simple marmotte, un fichu sur les épaules, les seins bombés, la croupe rebondie, elle était plus charmante ainsi que les belles dames avec leurs chapeaux à plumes et leurs manteaux de velours.

(Les Propos du Commandeur)

Marmotter

d’Hautel, 1808 : Parler entre ses dents ; murmurer sourdement.

Marmotteur de patenôtres

France, 1907 : Dévot, hypocrite.

Les marmotteurs de patenôtres,
Vicaires, desservants, curés,
Devant le Veau d’or sont vautrés,
« Exploitez-vous les uns les autres ! »
Tel est leur mot d’ordre divin,
Et Cartouche leur sert d’exemple,
Il faudrait que Jésus revint
Pour chasser les marchands du Temple !

(Gringoire, Gazette rimée)

Marmottier

Delvau, 1866 : s. m. Savoyard, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1907 : Savoyard. On sait que c’est une spécialité des petits Savoyards d’exhiber des marmottes.

Marmottier, -ère

Vidocq, 1837 : s. m. — Savoyard, savoyarde.

Marmouse

Halbert, 1849 : Barbe.

Delvau, 1866 : s. f. Barbe, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Barbe, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Barbe.

France, 1907 : Barbe ; argot des voleurs.

Marmouser

Delvau, 1866 : v. n. Bruire, comme l’eau qui bout, — dans l’argot du peuple.

Marmouset

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris ; morveux, sot, niais ; homme mal fait et de petite taille.
C’est aujourd’hui fête, les marmousets sont aux fenêtres. Se dit en plaisantant, quand on voit à la fenêtre des gens que l’on méprise.

Halbert, 1849 : Pot ou marmite.

Delvau, 1866 : s. m. Gamin, homme de mine chétive.

Delvau, 1866 : s. m. Pot-au-feu, — dans l’argot des voleurs, par allusion au marmousement du bouillon. Le marmouset riffode. Le pot bout.

Virmaître, 1894 : Le pot au feu.
— Amène ta morue ce soir, nous boulotterons, mince de bidoche dans le marmouset.
Allusion au bruit que fait l’eau en bouillant : elle marmouse (Argot des voleurs).

France, 1907 : Petite marmite.

Marmouset, marmyon, marmite

Rigaud, 1881 : Pot au feu.

Marmousin

France, 1907 : Enfant. On dit aussi marmouset.

Marmouzet

Vidocq, 1837 : s. m. — Le pot au potage.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Marne (faire la)

France, 1907 : Rôder le long d’une rivière à la chasse à l’homme.

Marner

un détenu, 1846 : Travailler.

Larchey, 1865 : Voler.

Il y a des cabrioleuses très habiles qui, feignant une erreur, s’élancent dans les bras du voyageur qu’elles veulent marner : « C’est toi, mon loulou, s’écrient-elles, viens donc que je t’embrasse ! » On prétend que ces donneuses de bonjour sont rarement mises à la porte par le provincial, affriolé par des caresses de haut goût.

(Alb. Monnier)

Du vieux mot Marronner : pirater.

Delvau, 1866 : v. a. Voler, — dans l’argot des revendeuses du Temple.

Delvau, 1866 : v. n. Travailler avec ardeur, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Travailler, — dans le jargon des ouvriers.

La Rue, 1894 : Travailler. Voler. Racoler les hommes au bord des rivières.

Virmaître, 1894 : Signifie travailler. Les voleurs disent également marner pour voler, puisque voler est pour eux travailler. Marner est une variété du vol à l’embrassade, à l’exception toutefois qu’il est généralement pratiqué par des femmes (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 / Hayard, 1907 : Travailler.

France, 1907 : Voler. Travailler dur ; argot des voyous.

Marner, faire la marne

Rigaud, 1881 : Exercer la prostitution le long d’une berge, tout le long, le long de la rivière.

Marneur

Rigaud, 1881 : Travailleur, ouvrier. Les pauvres marneurs s’échinent pour le patron, à ce qu’ils disent souvent.

France, 1907 : Travailleur actif ; argot populaire.

Marneuse

Rigaud, 1881 : Prostituée qui guette sa proie au bord de l’eau, et qui, dans le feu de la conversation, saura lui voler son argent. La marneuse a les allures et le langage d’une domestique dans le malheur.

France, 1907 : Prostituée de bas étage qui exerce son industrie le long des rivières.

Marneuses

Virmaître, 1894 : Filles publiques qui travaillent au bord des rivières. On dit aussi : poniffes et magneuses. Cette dernière expression indique une spécialité (Argot des souteneurs).

Marnière

Rossignol, 1901 : Fille qui vit de la Prostitution sur les bords de la Marne.

Marnois

Virmaître, 1894 : Souliers énormes. Synonyme de péniche (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 : Souliers.

France, 1907 : Souliers énormes ; argot des voleurs.

Maron

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : Du sel.

Vidocq, 1837 : s. m. — Sel.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

M.D., 1844 : Être arrêté avec preuve.

Halbert, 1849 : Sel.

Maron (être)

Vidocq, 1837 : v. p. — Être pris en flagrant défit ou nanti des objets volés.

Maron mâl

M.D., 1844 : Pris en flagrand délit.

Maron, marron

France, 1907 : Pris sur le fait.

— Non, il n’est pas possible, disait l’un, pour prendre ainsi marons les voleurs, il faut qu’il s’entende avec eux.

(Mémoires de Vidocq)

La raille, maron, te servira
Pour un deuxième gerbement.

(Commandements des voleurs)

Président, gérant, commissaire,
Croupier, prêteur et secrétaire,
Ne donnez à manger qu’à ceux
Qui voudraient faire les froisseux,
Sans cris, fadez-vous la cagnotte ;
Sans vous tirer une carotte,
Soyez aminch’s comme cochons,
La disput’ vous rendrait marrons.

(Hogier-Grison)

Maronner

Ansiaume, 1821 : Manquer un coup.

J’ai maronné chez le solisseur de combres.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Pester, être vexé.

Vidocq, 1837 : v. a. — Bisquer, se fâcher.

France, 1907 : Manquer, faire fausse route. Affaire maronnée, tentative infructueuse ; on en sort maron et l’on maronne.

— Il y a du renaud à l’affaire… elle est maronnée, le dabe est revenu.

(Mémoires de Vidocq)

Maronner une affaire

Vidocq, 1837 : v. a. — Manquer un vol par maladresse.

Maroquin

d’Hautel, 1808 : Terme d’injure et de mépris, pour dire, un homme de bas alois, d’une condition très obscure.
On dit, et menaçant quelqu’un, qu’on lui donnera sur son maroquin, pour dire, sur sa peau.
C’est un plaisant maroquin.
Pour dire, un drôle, un original, un bouffon.

Marot

France, 1907 : Rusé.

Marotte

Delvau, 1866 : s. f. Caprice, entêtement, manie, — dans l’argot des bourgeois.

France, 1907 : Lubie.

Puisque la loi ne nous défend pas assez, faisons-nous justice nous-mêmes, comme les Yankees, ce peuple d’aplomb qui ne poursuit pas d’inutiles marottes.

(Gil Blas)

Pour le décider et le réveiller en cette torpeur, les femmes devaient lui lire dans la Bible, au Livre des Rois, l’épisode des amours de Salomon, lui donner de leur voix vibrante le mirage des luxures légendaires.
Bientôt les évocations du passé le laissèrent aussi insensible que le reste et, s’entêtant à demeurer sur la brèche, à ne pas avouer sa déchéance, le malheureux eut une suprême marotte, se fit amener, toutes les fois qu’il devait délibérer avec ses sept ministres sur les affaires de l’État, de superbes et impeccables filles qui auraient été dignes de poser l’ensemble chez un sculpteur épris des beaux mythes païens ou de figurer dans une baraque foraine.

(Champaubert)

Marotte (avoir une)

Virmaître, 1894 : Idée fixe qui varie suivant les tempéraments. Tous les collectionneurs sont des gens à marotte. Marotte est synonyme de dada. Marotte signifie également chanter.
— À toi, la Saucisse, c’est ton tour de marotte (Argot des voleurs). N.

Marottier

Larchey, 1865 : Marchand ambulant.

Delvau, 1866 : s. m. Bimbelottier, camelotteur, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 / La Rue, 1894 : Marchand ambulant.

France, 1907 : Colporteur, marchand ambulant qui passe dans les villages vendant des articles de mercerie : argot des voleurs à la confrérie desquels le marottier appartient généralement.

Marouffle

d’Hautel, 1808 : Terme d’injure, qui équivaut à fripon, vaurien, gueux, homme de débauche et de mauvaise vie.

Marpau

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Amant d’une fille publique.

La Rue, 1894 : Maître. Homme.

Marpau. marpaut

France, 1907 : Le maître de la maison. Vieux mot, terme injurieux.

Pour n’offenser point le marpaut
Afin qu’il ne fasse défaut
De foncer à l’appointement.

(Le Pasquil de la rencontre des cocus)

L’après le Dictionnaire comique de Le Roux, marpaut était autrefois employé à Paris pour sot, niais, nigaud, badaud. Notons à ce sujet que Francisque Michel fait observer que le mot morpion, injurieuse épithète, dérive sans doute de marpaut.

Marpaud

d’Hautel, 1808 : Sobriquet injurieux et méprisant que l’on donne, à Paris, aux hommes qui fréquentent les mauvais lieux ; il signifie aussi niais, sot, nigaud, badaud.

Marpaut

anon., 1827 : Maître, homme.

Bras-de-Fer, 1829 : Homme, maître.

Vidocq, 1837 : s. m. — Mendiant de l’ancien Paris qui ne voulait pas se soumettre à l’autorité du grand Coësré.

Halbert, 1849 : Maître, homme.

Marquant

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : Homme.

Vidocq, 1837 : s. m. — Homme couvert de bijoux, qui est riche ou qui paraît l’être.

Halbert, 1849 : Homme, souteneur.

Delvau, 1866 : s. m. Maître, chef, — dans le même argot [des voleurs].

Rigaud, 1881 : Maître. — Ivrogne. — Souteneur, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Maître. Ivrogne. Souteneur.

France, 1907 : Maître, chef de bande, souteneur, homme d’une prostituée, d’une marque.

Marquant (être)

M.D., 1844 : Annoncer de l’aisance.

Marque

d’Hautel, 1808 : Marque de cela. Pour preuve de cela.
Faire porter de ses marques à quelqu’un. Le maltraiter, lui donner des coups, dont il reste marqué.

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : Fille.

Vidocq, 1837 : s. f. — Fille.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Halbert, 1849 : Fille.

Delvau, 1866 : s. f. Femme, — dans le même argot [des voleurs]. Marque de cé. Femme légitime d’un voleur. Marque franche. Concubine.

Rigaud, 1881 : Fille publique.

Fustier, 1889 : Femme qui a deux cordes à son arc : la prostitution et le vol.

La Rue, 1894 : Fille publique. Marque de cé, marquecé, femme légitime du voleur. Marque franche, maîtresse du voleur.

France, 1907 : Fille, femme prostituée. Une marque de cé, une femme légitime de voleur. Marque franche, maîtresse et associée de voleur. On dit aussi marquise, dans le même sens.
Ce mot marque dérive de l’espagnol, car on trouve dans l’ancienne Germania espagnole marca, marquida et marquisa dans le sens de femme publique.

France, 1907 : Mois ; argot des voleurs, de l’italien marchese, « Il a été messiadieu à six marques pour pegrasse », il a été condamné à six mois pour vol. Quart de marque, semaine. Tirer six marques, être emprisonner pour six mois.

Il ne saurait être douteux, dit Francisque Michel, que ce nom ne soit venu à cette division de l’année de l’infirmité périodique qu’ont les marques ou femmes, lorsque la Lune, pour tenir sa diète et vaquer à ses purifications menstruelles, fait marquer les logis féminins par son fourrier, lequel pour écusson n’a que son impression rouge.

Marqué

Vidocq, 1837 : s. m. — Mois.

Clémens, 1840 / un détenu, 1846 : Mois.

Delvau, 1866 : s. m. Mois, — dans le même argot [des voleurs]. Quart de marqué. Semaine.

Virmaître, 1894 : Être ridé comme une vieille pomme (Argot du peuple).

Marqué (être)

Delvau, 1866 : S’être battu et avoir l’œil poché. Argot des faubouriens.

Marque (horizontale de)

France, 1907 : Fille ou femme du demi-monde, richement entretenue. Elle est de petite marque quand elle n’a ni hôtel, ni chevaux, ni voiture.

Décidément je ne sais quelle ardeur guerrière a soufflé sur nos horizontales de grande marque et de petite marque, mais depuis un mois nous avons à enregistrer un nouveau combat singulier dont elles sont les héroïnes.

(Le Figaro, octobre 1886)

Marqué (il est)

Virmaître, 1894 : Être gravé par la petite vérole (Argot du peuple). V. Poêle à marrons.

Marqué (quart de)

Rigaud, 1881 : Semaine.

Marque à l’A

France, 1907 : Être homme de mérite, d’honneur et de probité. Autrefois, les meilleures pièces de monnaie, celles qui se frappaient à Paris, étaient marquées d’un A. On les distinguait ainsi des monnaies frappées dans les provinces et que étaient d’un aloi inférieur.

Marqué à la fesse

Delvau, 1866 : adj. et s. Homme méticuleux, maniaque, ennuyeux, — dans l’argot des typographes.

Rigaud, 1881 : Homme maniaque, méticuleux, ennuyeux. (A. Delvau)

France, 1907 : Radoteur, maniaque, ennuyeux. Allusion aux vieux chevaux réformés sur la fesse desquels on faisait une marque au fer rouge.

Marqué au B

Delvau, 1866 : adj. Borgne ou bossu, ou bigle, ou boiteux, ou bavard, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Bigle ; borgne ; boiteux ; bossu, ou bancal. L’expression était courante au XVIIIe siècle ; elle n’a pas cessé d’être populaire.

Marque de cé

Vidocq, 1837 : s. f. — Femme légitime d’un voleur.

Virmaître, 1894 : Femme légitime de voleur. Femme d’argent (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Femme de voleur.

Marque de cé, marquecé

Rigaud, 1881 : Femme légitime d’un voleur.

Marque de la vaisselle

Delvau, 1864 : Le membre viril, — avec lequel nous poinçonnons à notre chiffre le vagin des femmes, qui cependant n’a pas besoin de cela pour être trouvé de bon aloi et pour circuler de main en main.

Marque franche

Vidocq, 1837 : s. f. Maîtresse d’un voleur, qui connaît les ruses du métier.

Marque franche, marquise

Rigaud, 1881 : Maîtresse d’un voleur ; par abréviation de remarque. La maîtresse, comme la femme légitime du voleur la marquecé, est ordinairement employée à un travail d’observation ; elle remarque, d’où les mots marquecé et marque franche. M. Francisque Michel fait venir marque de l’ancien espagnol marca, marquida et marquisa, femme publique. Les voleurs ne vont pas chercher aussi loin des étymologies. Marquise, la marquise, est un sobriquet très fréquemment donné à celles des filles de maison qui sont un peu moins communes d’allures et de langage que leurs compagnes. Beaucoup de voleurs ont pour maîtresses des filles de cette catégorie.

Marque mal

France, 1907 : Personne laide et de vilaine tournure.
Dans l’argot des typographes, c’est celui qui reçoit les feuilles de la machine à imprimer. On a fait le verbe marquer mal.

La vie en liberté ne semblait pas avoir beaucoup perfectionné l’ancien « jeune détenu ». Avec sa veste en lambeaux et sa casquette de marinier à visière plate, Mahurel marquait mal, comme on dit au faubourg : et sa tête de bélier, au nez busqué et aux yeux ronds, était surtout remarquable par un teint terreux, qui aurait été plus convenable pour une pomme de terre en robe de chambre que pour un jeune homme faisant ses débuts dans le monde.

(François Coppée, Le Coupable)

Du moment qu’on marche, on a réponse à tout. « Où allez-vous ?— À Vernecourt. — D’où venez-vous ? — De la Garenne-sous-Bois. » On vient toujours de quelque part pour aller quelque part. La police n’en demande pas davantage, et même si on marque mal, elle pense en elle-même : « C’est bon. Qu’ils aillent se faire pendre dans le département d’à côté. »

(H. Lavedan)

Au temps des compteurs, deux femmes cherchent un fiacre.
— Pourquoi ne pas prendre celui-ci qui a un compteur ? Nous n’aurons pas de discussion, le compteur marque bien.
— Oui, mais c’est le cocher qui marque mal !

(Le Journal)

Comme on dit marquer mal, on dit marquer bien.

Vers 11 heures arrive un monsieur qui marquait bien, oh ! par exemple, impossible de mieux marquer. Favoris mousseux et grisonnants ; redingote avec une belle rosette multicolore ; monocle ; bref, l’aspect cossu d’un attaché d’ambassade sous l’empire, au temps où nous avions encore une diplomatie cossue.

(Edgar Monteil, Le Monde officiel)

Ne plus marquer, se dit d’une femme arrivée à la grande maturité et qui ne peut plus plaire, expression tirée de l’hippologie. On ne peut plus reconnaître à ses dents l’âge certain d’un vieux cheval. « Il ne marque plus. » De même la susdite femme ne marque plus son linge.

Marque ou marquet

Rossignol, 1901 : Mois. Un individu condamné à trois mois de prison est condamné à trois marques ou marquets.

Marqué ou marquets

Virmaître, 1894 : Mois (Argot des voleurs).

Marque-mal

Rigaud, 1881 : Receveur de feuilles à la machine, — dans le jargon des typographes.

Boutmy, 1883 : s. m. Margeur, ou plutôt receveur de feuilles à la machine.

Fustier, 1889 : Individu contrefait. — Variété de souteneur.

Virmaître, 1894 : Se dit de quelqu’un qui a un vilain aspect (Argot du peuple).

Marque, marqué

Rigaud, 1881 : Mois.

Elle tire six marques à Saint-Lazare.

(Canler)

Marque, marquet

La Rue, 1894 : Mois. Quart de marquet, semaine.

Marquer

d’Hautel, 1808 : Marquez cette chasse. Pour, souvenez-vous de cette action, je m’en vengerai.

M.D., 1844 : Avoir l’air riche.

Marquer (bien)

Rigaud, 1881 : Être bel homme. — Avoir belle prestance, avoir une physionomie qui prévient en votre faveur. — Marquer mal, avoir mauvaise mine, mauvaise façon.

Marquer (ne plus)

Delvau, 1866 : v. n. Vieillir, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Être vieux.

Virmaître, 1894 : Femme qui n’a plus d’échéance à chaque fin de mois (Argot du peuple).

Marquer à la fourchette

Virmaître, 1894 : Marchand de vin qui majore ses notes. Allusion aux quatre dents de la fourchette ; il fait quatre raies à la fois (Argot du peuple).

France, 1907 : Système employé par les cafetiers et les restaurateurs chez qui l’on a crédit et qui marquent deux ou trois consommations quand vous n’en avez qu’une. Ils se rattrapent ainsi sur les clients qui payent des pertes que leur font subir ceux qui ne payent pas.

Marquer avec une fourchette

Delvau, 1866 : v. a. Exagérer le compte d’un débiteur, en marquant 4 quand il a dépensé 1, — ainsi qu’il arrive à beaucoup de cafetiers, de restaurateurs, de tailleurs, pour se rattraper sur une bonne paye, distraite, des pertes qu’ils ont subies avec une mauvaise, plus distraite encore.

Marquer le coup

Delvau, 1866 : v. a. Toucher légèrement son adversaire, — dans l’argot des professeurs d’escrime, boxe, etc.

Delvau, 1866 : v. a. Trinquer, — dans l’argot des ouvriers.

Rigaud, 1881 : Trinquer.

Marquer les points

Rigaud, 1881 : Être troisième dans une partie qui devait être carrée. Assister aux épanchements de deux cœurs amoureux.

Marquer son linge

Delvau, 1866 : v. a. Embrener sa chemise ou sa culotte. Argot du peuple.

Marquet

Hayard, 1907 : Mois.

Marquet (un)

M.D., 1844 : Un mois.

Marquette

France, 1907 : Petite fille ou adolescente qui se livre à la prostitution ; diminutif de marque.

Marqueur

Larchey, 1865 : « On appelle marqueur, dans le langage des estaminets de Paris, l’individu chargé de faire la partie des habitués, quand ces derniers manquent de partenaires. La plupart donnent des leçons au cachet. » — Montépin. — Appelés ainsi parce qu’ils se chargent de marquer les points.

Marquin

anon., 1827 : Couvre-chef.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Chapeau.

Bras-de-Fer, 1829 : Couvre-chef.

Vidocq, 1837 : s. m. — Chapeau.

(Villon)

Halbert, 1849 : Couvre-chef.

Rigaud, 1881 : Casquette ; chapeau mou.

Marquis

d’Hautel, 1808 : C’est un marquis de Carabas. C’est-à-dire, un Gascon qui vante les titres, les terres et les châteaux qu’il ne possède pas.

Marquis d’Argentcourt

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui rendrait des points à Job, mais ne pourrait lui rendre que cela, — n’ayant absolument rien autre. On dit aussi Marquis de la bourse plate.

France, 1907 : Noble ruiné.

Marquis de C… verte (arriver comme le)

France, 1907 : Venir en retard. Arriver comme Grouchy après la bataille.

Marquis de la bourse plate

Rigaud, 1881 : Faiseur d’embarras sans le sou, pauvre diable qui cache sa misère.

Virmaître, 1894 : Homme absolument sans le sou (Argot du peuple). V. Les toiles se touchent.

France, 1907 : Vaniteux misérable.

Marquis de la braguette

Merlin, 1888 : Le maître tailleur.

Marquis de la croupière ou du culeron

Merlin, 1888 : Le maître sellier.

Marquis du tire-pied

Merlin, 1888 : Le maître bottier.

Marquise

anon., 1827 / Raban et Saint-Hilaire, 1829 / Bras-de-Fer, 1829 : Femme.

Vidocq, 1837 : s. f. — Maîtresse d’un adroit voleur. Terme des Romamichels ; les anciens argotiers nommaient ainsi les Bohémiennes dont le métier était de prédire l’avenir.

Halbert, 1849 : Femme.

Delvau, 1866 : s. f. Le saladier de vin blanc sucré des bourgeois, — comme le saladier de vin blanc est la marquise des ouvriers.

Delvau, 1866 : s. f. Maîtresse, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Breuvage composé de vin blanc, de sucre, de citron et d’eau de seltz. (L. Larchey)

La Rue, 1894 : Maîtresse. Saladier de vin blanc.

France, 1907 : Voir Marque.

Marquisette

France, 1907 : Petite marquise.

En face de la haute cheminée, sur un chevalet, un portrait de marquisette du siècle dernier se prélassait avec cette grâce particulière aux marquisettes de jadis. Le cadre, à simple monture d’or, s’ornait d’un tulle lilas formant ici et là des nœuds frais, à d’autres endroits de coquets bouillons. Et, sur la toile, vivait, presque, Marquisette.

(Félicien Champsaur, Le Mandarin)

Marraine

Delvau, 1866 : s. f. Témoin femelle, dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Témoin femelle (Argot des voleurs).

France, 1907 : Témoin femelle ; argot des voleurs.

Marrant

France, 1907 : Risible, ridicule.

Marre

France, 1907 : Amusement. Être à la marre, se sentir en train de s’amuser. En avoir pris une marre, s’être bien amusé ; d’où le verbe se marrer, s’amuser, se réjouir.

Marré

Virmaître, 1894 : En avoir assez, s’ennuyer d’être en prison.
— Je vais me marrer pendant cinq berges (Argot des voleurs).

France, 1907 : Assez ! Arrêtez !

— Vieille saloperie, va !… Vieille ordure !
— Ordure toi-même.
— Marré ! Marré ! Tu répètes toujours la même chose.

(Georges Courteline)

Marre (en avoir)

anon., 1907 : En avoir assez.

Marré (être)

France, 1907 : Être blasé, en avoir assez.

Aussi, sûr que c’est ben fini,
C’est ben marré, c’est n, i, ni…
J’en veux pus d’marlous, ça m’bassine ;
Et pis quand ej’ me f’rai chopper,
J’aurai personne à m’occuper
Si j’me faisais foute à Lourcine.

(Aristide Bruant)

Marrer (se)

France, 1907 : S’ennuyer.

Va-t’en trouver la grand’ Nana,
Dis que j’la prie
D’casquer pour moi, j’y rendrai ça
À ma sortie.
Surtout n’y fais pas d’boniments,
Pendant qu’je m’marre
Et que j’bois des médicaments
À Saint-Lazare.

(Aristide Bruant)

anon., 1907 : S’amuser.

Marri

d’Hautel, 1808 : Il y a plus de marris que de contens. Signifie qu’il y a plus de gens qui se plaignent, qu’il n’y en a qui se disent heureux.

Marron

d’Hautel, 1808 : Au propre, espèce de grosse châtaigne ; au figuré, terme d’imprimerie, libelle, ouvrage fait clandestinement, sans permission.
On a fait de ce mot, le substantif marronneur, ouvrier qui fait des marrons ; et le verbe marronner, imprimer, vendre ou colporter des marrons.
Se servir de la pate du chat pour tirer les marrons du feu. Se servir de quelqu’un pour faire une chose que l’on n’ose hasarder soi-même.

Clémens, 1840 : Pris, arrêté, reconnu.

un détenu, 1846 : Individu pris sur le fait.

Halbert, 1849 : Surpris.

Larchey, 1865 : En flagrant délit de vol ou de crime. — Du vieux mot marronner : faire le métier de pirate, de corsaire. V. Roquefort. — Marron serait en ce cas une abréviation du participe marronnant. — Paumer marron, Servir marron : Prendre sur le fait. — V. Servir, Estourbir.

J’ai été paumé marron.

(La Correctionnelle)

Delvau, 1866 : s. m. Livre imprimé clandestinement, — dans l’argot des typographes.

Delvau, 1866 : s. m. Rapport, procès-verbal des chefs de ronde, — dans l’argot des soldats.

Rigaud, 1881 : Brochure imprimée clandestinement. — Procès-verbal des chefs de ronde. (A. Delvau)

Rigaud, 1881 : Celui qui exerce illicitement un métier. — Paumer, servir marron, prendre en flagrant délit de vol. — Marron sur le tas, pris en flagrant délit de vol. Marron est une déformation de marry, ancien mot qui veut dire contrit.

Rigaud, 1881 : Contusion, coup et principalement coup qui marque le visage ; par allusion à la couleur qu’arbore la partie contusionnée. — Coller des marrons, attraper des marrons. La variante est : châtaigne qu’on prononce châtaigne.

Boutmy, 1883 : s. m. Ouvrier compositeur travaillant pour son propre compte chez un maître imprimeur, qui lui fournit le matériel et auquel il paye tant pour cent sur les étoffes.

La Rue, 1894 : Livre imprimé clandestinement. Rapport des chefs de ronde. Coup au visage. Homme qui exerce illicitement un métier. Paumé marron, pris en flagrant délit de vol.

Virmaître, 1894 : Livre imprimé clandestinement (Argot d’imprimerie).

Rossignol, 1901 : Recevoir un coup de poing, c’est recevoir un marron.

Hayard, 1907 : Livre imprimé clandestinement.

France, 1907 : Coup de poing.

— Vous voyez de quoi il retourne, les enfants, dit Nib, en reprenant son ton ironique. Monsieur se mêle de nos petites affaires… Il veut s’occuper de nos gonzesses… Il s’informe de ce que nous avons fait de la môme qu’il a vue avec nous… Il est pas mal curieux, le Monsieur !…
— Fiches-y un marron par la g… ! dit Mille-Pattes.

(Edmond Lepelletier)

France, 1907 : Ouvrier compositeur qui travaille pour son propre compte chez un maître imprimeur, qui lui fournit, moyennant au tant pour cent, le matériel.

France, 1907 : Pris. On écrit aussi maron.

Pendant qu’t’étais à la campagne
En train d’te fair’ cautériser,
Au lieur ed’rester dans mon pagne,
Moi, j’mai mis à dévaliser ;
Mais un jour, dans la ru’ d’Provence,
J’me suis fait fair’ marron su’ l’tas,
Et maint’nant j’tire d’la prévence
À Mazas.

(Aristide Bruant)

Être paumé ou pommé marron, être pris.

On la crible à la grive
Je m’la donne et m’esquive,
Elle est pommée marron.

Être servi marron, même sens.

— Que je sois servie marron au premier messière que je grincherai, si je lui en ouvre seulement la bouche.

(Mémoires de Vidocq)

Marron (être)

Delvau, 1866 : Être la victime de quelque chose, être la dupe de quelqu’un, — dans l’argot des faubouriens. Être servi ou paumé marron. Être pris sur le fait encore nanti des objets soustraits, — dans l’argot des voleurs.
Je ne crois pas qu’il faille, à propos de cette expression, remonter à Régnier, à La Fontaine et à Molière, et citer la fable de Bertrand et Raton, comme l’a fait Francisque Michel avec une vraisemblance plus apparente que réelle. Au premier abord, on songe à ces marrons que le singe fait tirer du feu par le chat, mais en y réfléchissant, on ne tarde pas à comprendre qu’il faut chercher ailleurs l’origine de cette expression. Le verbe marronner, que Francisque Michel ne cite pas, quoiqu’il soit fréquemment et depuis longtemps employé par le peuple, ce verte est-il antérieur ou postérieur à celui qui nous occupe en ce moment ? Voilà ce qu’il aurait fallu rechercher et dire, car s’il est antérieur, comme tout le fait supposer, nul doute qu’il ait donné naissance à Être marron. En outre, voilà longtemps, me semble-t-il, qu’on appelle nègre marron un nègre fugitif, — qu’on reprend toujours. Que le lecteur daigne conclure.

Marron (pris)

Rossignol, 1901 : Un individu pris en flagrant délit de vol est pris marron sur le tas.

Marron sculpté

Delvau, 1866 : s. m. Tête grotesque, personnage ridicule, — dans l’argot du peuple, qui a fait allusion à ces fantaisies découpées dans les marrons d’Inde, à la mode il y a une vingtaine d’années. On dit aussi Pomme de canne.

Rigaud, 1881 : Tête grotesque rappelant celles qu’on sculpte dans des marrons. (L. Larchey)

La Rue, 1894 : Figure laide ou ridicule.

France, 1907 : Tête grotesque, vilaine figure.

Marron-male

Halbert, 1849 : Le vol sur soi.

Marroniste

Rigaud, 1881 : Marchand de marrons.

Le marroniste lui-même, s’est logé chez le marchand de vin.

(Balzac, Paris et les Parisiens)

Marronner

Larchey, 1865 : Bouder, murmurer. — C’est, selon d’Hautel, une corruption du mot marmonner : marmotter.

J’peux pas voir ça, moi ! je marronne tout haut.

(Cogniard, 1831)

Delvau, 1866 : v. a. Maugréer, être de mauvaise humeur, — dans l’argot du peuple. Faire marronner quelqu’un. Le faire attendre en murmurant et plus que la politesse et la raison ne le permettent. Signifie aussi Faire enrager, taquiner.

Rossignol, 1901 : Mécontent, de mauvaise humeur.

Marronner un grinchissage

Virmaître, 1894 : Cette expression n’est pas juste, car marronner veut dire en vieux français pirate, et, en même temps, bouder, murmurer entre ses dents. Les voleurs l’emploient pour dire qu’ils ont manqué un vol (Argot des voleurs). N.

France, 1907 : Échouer par maladresse dans une tentative de vol.

Marronner une affaire

Delvau, 1866 : v. a. Manquer un vol par maladresse, — dans l’argot des voleurs.

La Rue, 1894 : Manquer un vol par maladresse.

Marronner, maronner

France, 1907 : Soupçonner.

— Je maronne que la roulotte de Pantin trime dans le sabri.

(Victor Hugo, Les Misérables)

Marrons

Delvau, 1864 : Les testicules.

Tire de sa poche une longue ficelle, lui lie les deux marrons que vous savez.

(Nouvelles de Grassini)

Dam’ Putiphar, sans médire,
Les aimait, je crois, assez ;
Pourtant Joseph, an doit l’dire,
N’avait que des marrons glacés.
Marrons, marrons,
Bien pleins et bien ronds,
Tout le monde en voudra,
Ils brûl’nt, ces gros-là !

(Alphonse)

Rigaud, 1881 : Crottins ; par allusion de forme, — dans le jargon des soldats de cavalerie.

Marseillades

France, 1907 : Facéties ; exagérations, vantardises des Marseillais ; synonyme de gasconnades.

Pourtant, il ne s’emballa point. Il voulut même sans doute approfondir le mouvement qui, à un expert tel que lui, devait sembler factice. Il s’aperçut d’abord que dans ce satané pays de la blague, les goûts socratiques sont surtout consacrés par la rigolade et que leur exception n’alimente guère que le rire. Réduits par la morale populaire à la valeur de sondages anatomiques, ils servent surtout de thème aux facéties de fumoir et particulièrement aux marseillades : on n’a pas le vice sérieux sous le gai soleil de la terre franche.

(Émile Bergerat)

Marseillaise

Larchey, 1865 : Pipe courte et poreuse fabriquée à Marseille.

Et tout en parlant ainsi, il chargeait et allumait sa marseillaise.

(Luchet)

Delvau, 1866 : s. f. Pipe courte, dont le fourneau est à angle droit avec le tuyau.

Rigaud, 1881 : Pipe en terre fabriquée à Marseille.

La pipe dite marseillaise a eu longtemps les sympathies exclusives de tous les fumeurs sincères et convaincus.

(Paris-Fumeur)

Elle est un peu délaissée aujourd’hui ; il paraît que les fumaillons trouvent qu’elle ne culotte pas assez vite. Albert Flocon, l’ancien membre du gouvernement provisoire en 1848, ne fumait que dans des « marseillaises ». Il contribua beaucoup à en propager la mode dans les clubs.

France, 1907 : Courte jupe fabriquée à Marseille. Avoir une Marseillaise dans le kiosque, être timbré.

Enfin, pour sûr, la politique lui aura tourné la tête. Il a une Marseillaise dans le kiosque.

(Baumaine et Blondelet)

Il ne s’agit pas, dans l’exemple ci-dessus, de courte pipe, mais du célèbre chant trop ressassé de Rouget de Lisle.

Marsoin

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Contrebandier de côtes.

Marsouin

d’Hautel, 1808 : Poisson. C’est un vilain marsouin. Se dit, par injure, d’un homme laid, difforme, mal bâti.

Delvau, 1866 : s. m. Homme laid et mal fait ; marin.

Rigaud, 1881 : Contrebandier.

Rigaud, 1881 : Surnom du soldat d’infanterie de marine. Le synonyme est : Gardien de banane.

France, 1907 : Contrebandier.

France, 1907 : Soldat d’infanterie de marine, parce que, comme le marsouin, il va sur la terre et sur l’eau.

Nous sommes à moitié marins
Et, comme de vieux mathurins,
Nous savons essuyer les grains
Quand le flot fait rage.
Hommes de bonne volonté,
L’ennemi par nous est dompté :
La patrie a toujours compté
Sur notre courage !
Par nous le pays est vainqueur :
Nous allons partout, sans rancœur,
Et nous montrons toujours du cœur
À l’ouvrage.
Pour notre drapeau
Exposant sa peau,
Le marsouin est notre espérance,
Car c’est au marsouin
Qu’incombe le soin
De porter au loin
Les trois couleurs de notre France.

(Blédort, Chansons de faubourg)

On donne aussi le nom de marsouin, par analogie, aux gens de la côte et principalement aux maîtres baigneurs de nos plages.

Sur la plage de Dieppe, un baigneur essaie vainement d’apprendre à sa cliente, une jolie Parisienne, à nager sur le dos.
— C’est pourtant pas bien difficile, dit à la fin le marsouin… Faites quasiment comme si vous étiez couchée avec vot’ mari…

(Le Diable amoureux)

Mme Girandol, prenant une leçon de natation, reproche vivement à son baigneur le sans-gêne de sa pantomime sous-marine.
— Baste ! répond le marsouin, c’est dans l’eau : votre mari ne peut pas nous voir !

(Jacques Rolland)

Marsouins

Merlin, 1888 : Sobriquet donné aux soldats de l’infanterie de marine.

Marteau

d’Hautel, 1808 : Être entre l’enclume et le marteau. Voyez Enclume.
Graisser le marteau. Soudoyer le concierge d’un hôtel, ou le portier d’une maison, pour s’en faciliter l’entrée.
N’être pas sujet au marteau. Signifie, n’être pas assujetti à se rendre à une heure fixe au travail, ou à ses repas.

Rossignol, 1901 : Fou.

Martel

d’Hautel, 1808 : Avoir martel en tête. Être jaloux, inquiet, méfiant, ombrageux.

Martelé n’entre que plus avant (clou)

France, 1907 : Plus on répète une chose, plus on la grave dans la mémoire.

D’ailleurs écoutez bien cette histoire maudite,
Et que, si quelques-uns vous l’ont déjà redite,
Si déjà vous l’avez entendue et souvent,
Tant mieux : clou martelé n’entre que plus avant.

(Paul Déroulède, Chants du Soldat)

Martin

Fustier, 1889 : Argot des marchands de vin qui désignent ainsi un horrible breuvage composé d’eau-de-vie de marc teintée de cassis ; d’où marc teint et de là Martin.

Si parfois un étranger vers les deux heures du matin, vous offre un martin, prenez garde ! Cette boisson traîtresse en diable produit sur l’organisme les effets les plus désastreux.

(Charivari, octobre 1885)

La Rue, 1894 / France, 1907 : Eau-de-vie de marc teintée de cassis.

Martin (fournir)

France, 1907 : Porter des fourrures. Martin est le nom familier de l’ours.

Martin-bâton

France, 1907 : Trique avec laquelle on frappe. D’après Fleury de Bellingen, Martin viendrait d’un gros marteau de forge appelé martinet. Menacer quelqu’un de Martin-bâton serait donc le menacer d’un rotin qui lui caresserait les épaules aussi rudement que le marteau dit martinet frappe l’enclume. D’autres disent que cette expression vient d’un grand brutal nommé Martin qui, abusant de sa force, frappait à tort et à travers avec un solide bâton.

Martin-rouan

La Rue, 1894 : Gendarme.

France, 1907 : Gendarme : du vieux français rouin, officier de justice, prévôt.

Martin, c’est nourrir un bel âne (nourrir)

France, 1907 : Ce dicton, encore en usage dans certaines provinces, s’applique aux parents qui élèvent de vaniteux imbéciles. On en trouve l’origine dans les manuscrits de Gaignières :

Un cordelier ayant esté convié par un seigneur de basse Bretagne de venir disner chez luy, plusieurs personnes le raillèrent sur son embonpoint ; une entre autres le voulant entreprendre, luy dit d’un ton sérieux :
— Pouvez-vous bien, mon père, aller à pied si chargé de graisse ?
— Non, repartit-il aussitost, je suis contraint de me servir d’un asne, encore ne vaut-il guères.
Un autre de la compagnie voulant pousser le moine, luy dist :
— Je crois que vostre couvent ne manque pas d’en entretenir de bons.
— Pardonnez-moy, répondit le moine, nos asnes sont si maigres, qu’a peine peuvent-ils se soutenir ; ce n’est pas comme vostre mère qui en nourrit de gros et gras. Aussi a-t-elle mieux moyen que nous de les entretenir.
La repartie fut trouvée d’autant meilleure que celuy qui parlait à ce père s’appelait Martin. C’est d’où est venu cet ancien proverbe : La mère qui a nourri Martin a nourri un bel asne.

Martingale (serrer la)

Merlin, 1888 : Mener rudement.

Martingalier

France, 1907 : Joueur qui croit avoir découvert un système infaillible pour gagner aux jeux de hasard, tels que la roulette et le trente et quarante.

C’est un martingalier. C’est un des abstracteurs de quintessence moderne, qui s’imaginent avoir trouvé la marche infaillible pour faire sauter les banques.

(Jean Richepin)

Martingalle

d’Hautel, 1808 : Coureuse, courtisanne, femme de mauvaise vie.

Martre

d’Hautel, 1808 : Prendre martre pour renard. Se tromper, se méprendre grossièrement.

Martyr

Delvau, 1866 : s. m. Le caporal, — dans l’argot des soldats, qui ont constaté que ce simple gradé se donnait plus de mal que les autres gradés ses supérieurs et pour une paye moins haute.

France, 1907 : Caporal ; argot militaire.

Martyr (un)

Merlin, 1888 : Un conducteur d’artillerie.

Marxiste

France, 1907 : Partisan des doctrines de Karl Marx.

Que l’on compare leur attitude (celle de Guesde et de Vaillant) à celle des socialistes allemands qui réclamaient encore tout récemment au Reichstag, par l’organe de Bebel, qu’ils prendraient tous les armes si la France osait revendiquer ses provinces volées.
Dans leur rêve de fédération socialiste universelle, les marxistes de France sont évidemment les dupes volontaires ou involontaires des marxistes allemands, et je les ai trop souvent entendus exalter la supériorité intellectuelle de la race germanique pour croire qu’ils sont des dupes involontaires.

(La Nation)

Mas

France, 1907 : Ferme ; patois provençal.

C’était le fils d’un fermier de la Provence. L’enfant avait d’abord grandi au milieu de la nature, des travaux de la ferme. Son esprit vif et pénétrant le classait déjà en dehors des autres petits garçons de son âge, et ses parents songèrent à en faire autre chose qu’un paysan. Ils s’imposèrent alors de grands sacrifices, et l’envoyèrent au collège de la petite ville proche de leur mas.

(Félicien Champsaur, Le Mandarin)

Mascander

France, 1907 : Frapper avec violence.

Le soir, l’amant était rentré plus saoul que de coutume ! Il avait cherché des « raisons » à sa maîtresse parce que la soupe était trop chaude ou qu’elle était trop froide.
La femme s’était rebiffée. Alors, il avait saisi un fer à repasser, et les voisins l’avaient surpris en train de mascander la malheureuse étendue à terre…
Il l’aurait tuée tout à fait si l’on n’était intervenu. On l’avait descendu de force et remis aux mains des gardiens.

(Oscar Méténier)

Mascarade

d’Hautel, 1808 : Pour farce, fredaine, tours de jeunesse.

Mascot

France, 1907 : Garçon qui n’a eu aucune relation intime avec une femme.

Si les mascottes portent bonheur, les mascots portent malheur ; et la prédominance du désastre dans l’humanité provient sans doute de cette circonstance que, contrairement à l’opinion généralement admise, ceux-ci sont plus nombreux que celles-là. Dès qu’un mascot apparaît dans une honnête famille, les portraits d’ancêtres s’éboulent des murs, les chiens gardiens mangent les perroquets mangeurs de tulipes rares, les robes se tachent toutes seules (le mascot n’y est pour rien), les pantalons craquent (non pas par sa faute !), les poules pondent des œufs noirs (il n’est pas nègre !), et, en un mot, les plus formidables catastrophes se précipitent abondamment sur la maison, cage de ce serin.

(Catulle Mendès)

Mascotte

Rigaud, 1881 : Fétiche au jeu. — Porte-chance. — Autant de joueurs, autant de mascottes. Tantôt c’est un sou troué, tantôt un fragment de n’importe quoi, un bouton, une petite épave de l’amour, une boucle de cheveux. — Un joueur donne à un pauvre, mascotte ; celui-ci refuse l’aumône à un malheureux, mascotte ; cet autre se promène jusqu’à ce qu’il ait rencontré un bossu ou un cheval blanc, mascotte ; ainsi à l’infini. — Il y a quelques années, à Monaco, un petit bossu réalisa d’assez beaux bénéfices rien qu’à faire toucher sa bosse aux joueurs superstitieux. Les prix étaient ainsi fixés : Un simple frottement, cinq francs ; frottement prolongé, dix francs ; droit de stationnement sur la bosse, vingt francs. La saison finie, notre homme regagnait Paris et enlevait son monticule… C’était un faux bossu.

France, 1907 : « C’est, depuis 1886, dit Lorédan Larchey, ce qu’on appelait, il y a quatre-vingts ans, un cul de Paris et un polisson ; il y a cinquante ans, une tournure. Seulement cet accessoire a grossi avec le temps (1889). »

Traînes crottées, mascottes trop en arrière et gorges plus en avant qu’il ne faudrait pour marquer bien.

(Paul Verlaine)

France, 1907 : Chapeau de feutre mou dont le fond se plie en soufflet.

France, 1907 : Fétiche de joueur.

France, 1907 : Fille qui a son pucelage.

Mais depuis quelques mois, Clara dédaignait ce genre d’amoureux. On la rencontrait partout avec une élève d’une classe voisine, Jeanne Durel, ingénue de seize ans, à la tête angélique d’un ovale allongé, aux bandeaux plats aux grands yeux bleus, une vierge de Greuze qu’on avait surnommée la Mascotte, et mille bruits honteux couraient parmi les élèves sur l’intimité des deux inséparables.
… Une fois, elle avait répondu par serrement de main à Jeanne Durel qui, furtivement, dans un couloir, l’avait embrassée en pleine bouche, à lèvres humides. L’ingénue à la tête angélique l’avait emmenée chez elle, après la classe, et l’y avait retenue deux heures. Clara était sortie de là honteuse, dégoûtée d’elle-même et n’avait plus jamais voulu, depuis, retourner chez la Mascotte.

(Henry Bauër, La Comédienne)

— Et dire que je mourrai sans avoir le pucelage de quelqu’un ! Ça serait mon rêve de trouver un débutant ! Je le payerais même, si je savais en rencontrer un !
— V’là ton affaire, dit un volontaire, le brigadier… c’est une mascotte !
— C’est vrai ? fit Blondinette en me saisissant par le cou.
— Il est fou ! répondis-je en haussant les épaules, mais je me sentais rougir jusqu’aux yeux.
— Écoute, mascotte ou non, ça ne fait rien, montons !

(Oscar Méténier, Le Brigadier Mascotte)

Masculiniser (se)

France, 1907 : Maladie fort à la mode de nos jours dans un certain clan féminin qui s’ingénie à se rendre odieux et ridicule.

Ah ! gardons-nous comme d’une peste des lionnes à tous crins qui se masculinisent et s’ingèrent d’endosser la défroque usée jusqu’à la trame des Clorinde et des Bradamante !

(Albert Dubrujeaud)

Masque

d’Hautel, 1808 : Jeter le masque. Se montrer à découvert après s’être caché pendant long-temps ; ne plus se contraindre en rien ; se livrer à ses passions sans réserve.
Donner un masque à quelqu’un. Pour, lui donner un soufflet.

Delvau, 1866 : s. f. Fille ou femme un peu coquine, — dans l’argot du peuple, qui ne dit pas cela en trop mauvaise part.

Delvau, 1866 : s. m. Vilaine figure, homme fort laid.

Masquer en alezan

France, 1907 : Peindre un cheval pour tromper les acheteurs. Terme de maquignon. Voir Maquiller un gayet.

Massacre

d’Hautel, 1808 : Mauvais ouvrier, qui gâte tout ce qu’il touche, qui saboule l’ouvrage.

Delvau, 1866 : s. m. Ouvrier qui travaille mal, qui gâte l’ouvrage, — dans l’argot des bourgeois. Signifie aussi Gaspillage de choses ou d’argent.

Rigaud, 1881 : Ouvrier qui abîme l’ouvrage.

Rossignol, 1901 : Marque de la petite vérole.

Rossignol, 1901 : Personne ayant un vilain physique.

France, 1907 : Gâcheur, ouvrier maladroit.

Massage

un détenu, 1846 : Ouvrage.

Rigaud, 1881 : Travail, travail fait avec ardeur.

France, 1907 : Travail.

Masse

d’Hautel, 1808 : C’est une grosse masse. Se dit par mépris d’une femme toute ronde, sans grace ni tournure.

Delvau, 1866 : s. f. Grande quantité de gens ou de choses, — dans l’argot du peuple. En masse. En grand nombre, en grande quantité.

La Rue, 1894 : Travail. Masser, travailler dur.

France, 1907 : Produit du travail d’un condamné qu’on lui remet à sa sortie de prison.

Avec les quelques louis de sa masse, il s’acheta des vêtements convenables, — pas de luxe inutile, des habits qui passent sans qu’on les voie, — partit pour l’Allemagne, se trouva, quatre jours après le levé d’écrou, aux environs d’Ober-Ursel, attendit le soir dans une auberge de la route.

(Catulle Mendès, La Vie et la Mort d’un clown)

France, 1907 : Somme placée par un joueur sur le tapis.

Quatre coups, masse en avant, il gagna, et fit sauter la banque qui, d’ailleurs, n’était pas considérable. Sans plus attendre, il se leva, empocha son gain et prit la porte : mais, sur son passage, il eut le temps d’entendre Philippe Marnier, le banquier décavé, qui murmurait rageusement : « Il est cocu, cet oiseau-là ! »

(Maurice Montégut)

Croupier, au lieu d’bourrer ta pipe,
Si le banquier est un bon type,
Bourre le trou, ta valade aussi,
Surtout sans fair’ bonnir un cri…
Si ton voisin battait morasse,
Plaque-lui deux sigs dans sa masse,
S’y r’naude envoie-le lascailler,
Cesse d’bourrer pour… étouffer.

(Hogier-Grison, Pigeons et Vautours)

France, 1907 : Somme versée autrefois au compte du soldat. Avoir la masse complète, posséder une bourse bien garnie ; expression militaire.

Massé

Delvau, 1866 : s. m. Coup de queue donné perpendiculairement à une bille, — dans l’argot des joueurs de billard.

Rigaud, 1881 : Coup de queue de billard porté perpendiculairement à la bille.

France, 1907 : Travail.

Masse complète (avoir la)

Merlin, 1888 : Avoir le portemonnaie garni.

Masse noire

France, 1907 : Caisse mystérieuse que le fantassin, né méfiant, s’imaginait gardée par le capitaine de sa compagnie, où il enfermait tous les profits illicites tirés de l’ordinaire, de l’équipement, de l’habillement, etc. Inutile de dire que la masse noire n’a jamais existé que dans l’imagination du troupier.

Massepain

Fustier, 1889 : Individu sur lequel on fait, dans certaines maisons, des… expériences, in anima vili — Argot militaire : Valet d’un jeu de cartes.

Virmaître, 1894 : Ce nom se donne généralement à une sorte de gâteau que l’on vend dans les foires ; il a aujourd’hui une signification bien autrement « fin-de-siècle » ; il sert à désigner la catégorie d’individus qui ont à Paris des salons d’essayages pour dames, avant de les expédier dans les maisons hospitalières de France ou de l’étranger (Argot des souteneurs). N.

France, 1907 : « Ce nom, dit Charles Virmaître, sert à désigner la catégorie d’individus qui ont à Paris des salons d’essayages pour dames, avant de les expédier dans les maisons hospitalières de France et de l’étranger », ou encore, d’après Gustave Fustier, « individu sur lequel on fait, dans certaines maisons, des… expériences in anima vili ».

France, 1907 : Valet d’un jeu de cartes ; argot militaire.

Masser

M.D., 1844 / un détenu, 1846 : Travailler.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Payer, donner l’argent de sa masse. Argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : v. n. Travailler, — dans l’argot des ouvriers.

Rigaud, 1881 : Travailler consciencieusement.

Virmaître, 1894 : Travailler, peiner ferme. Allusion au cantonnier qui casse avec une masse les cailloux sur les routes. Il n’existe pas de métier plus pénible, il est vrai qu’ils n’en prennent qu’à leur aise, car la sueur des cantonniers n’a pas de prix. Ce n’est sûrement pas eux qui ont créé la fameuse légende, que les riches mangeaient la sueur du peuple (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 / Hayard, 1907 : Travailler.

France, 1907 : Travailler dur : allusion à la masse dont se sert le cantonnier pour casser les cailloux.

Pour gagner mon argent, moi, j’masse ;
J’voudrais pas des sous qu’on ramasse
Sur l’pavé.

(Aristide Bruant)

Tu sais, j’dis ça à ton copain,
Pa’c’que j’vois qu’c’est un gonc’ qui boude,
Mais entre nous, mon vieux lapin,
J’ai jamais massé qu’à l’ver l’coude.

(Jean Richepin)

Masseur

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme laborieux.

Rigaud, 1881 : Ouvrier laborieux ; masseuse, ouvrière laborieuse.

France, 1907 : Bon ouvrier, travailleur actif et consciencieux.

Masseur, -euse

Vidocq, 1837 : s. — Ouvrier, ouvrière.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Massié

un détenu, 1846 : Travailleur, ouvrier.

Massif

d’Hautel, 1808 : Un esprit massif. Pour dire lourd, dénué de graces ; qui approche de la bêtise.

Mastar

Rigaud, 1881 : Plomb, — dans le jargon des voleurs. — La faire au mastar, voler du plomb.

Mastar au gras-double

France, 1907 : Vol de plomb sur les toits.

Mastardier

Virmaître, 1894 : Faire le mastar au gras double (Argot des voleurs). V. Limousinier.

France, 1907 : Voleur de plomb.

Mastaré

France, 1907 : Plombé.

Mastaroufleur

Rigaud, 1881 : Voleur de plomb.

Mastic

Delvau, 1866 : s. m. Homme, — dans l’argot des canotiers.

Delvau, 1866 : s. m. Homme, — dans l’argot des voleurs.

Delvau, 1866 : s. m. Le pain ou la viande, — dans l’argot des francs-maçons.

Delvau, 1866 : s. m. Sens interverti, lignes ou mots déplacés dans le trajet de la galée au marbre, et occasionnant par cela même une confusion où souvent l’auteur a grand’peine à se reconnaître. Argot des typographes.

Rigaud, 1881 : Bredouillement, discours diffus et embrouillé, — dans le jargon des typographes ; par allusion au mastic, confusion dans une galée, dans la mise en page. — Faire un mastic, se perdre dans un tas de phrases sans pouvoir arriver à se faire comprendre.

Rigaud, 1881 : Homme, — dans le jargon des voleurs.

Rigaud, 1881 : Transposition, confusion dans la mise en page par suite de mauvaise interposition d’une galée, — en terme de typographe.

Boutmy, 1883 : s. m. Discours confus et embrouillé. Faire un mastic, c’est s’embrouiller dans les explications que l’on donne ; c’est quelquefois dire le contraire de ce que l’on voulait dire, commencer une phrase et ne pouvoir la terminer.

La Rue, 1894 : Homme. Le pain ou la viande. Affaire embrouillée.

Virmaître, 1894 : Terme usité en imprimerie pour indiquer qu’il y a erreur dans le classement des phrases et des alinéas, ce qui rend l’article tout à fait incompréhensible (Argot d’imprimeur).

France, 1907 : Discours confus et embrouillé. Dans l’argot des typographes, faire un mastic, c’est s’embrouiller dans les explications que l’on donne, dire le contraire de ce que l’on voulait, commencer une phrase qu’on ne peut finir.

France, 1907 : En termes de typographie, c’est un mélange de lettres et de phrases qui rend un article incompréhensible.

France, 1907 : Maquillage, dans l’argot théâtral. Faire son mastic, se peindre la face.

France, 1907 : Pain, viande, en général tout ce qui se mastique.

Mastic (péter sur le)

Virmaître, 1894 : Le peintre en bâtiment qui, le lundi, veut flâner, emploie cette expression pour dire qu’il ne veut pas travailler : — Je pète sur le mastic (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Flâner, ne pas aller à l’atelier.

C’est l’ensemble de ces travaux de badigeon qui constitue le mastic. Un mastic consciencieux exige près d’une heure de peine.

(Paul Mahalin)

Mastiquer

Delvau, 1866 : v. n. Manger, — dans l’argot du peuple en général, et en particulier des francs-maçons, qui se livrent à la mastication comme de simples profanes.

Rigaud, 1881 : « Cacher ingénieusement les avaries et les voies d’eau d’un soulier, au moyen d’un enduit spécial de graisse noire ou autre drogue équivalente. » (F. Mornand, La Vie de Paris)

Rigaud, 1881 : Manger ; c’est-à-dire se livrer à la mastication.

La Rue, 1894 : Manger.

France, 1907 : Manger. La fréquence des équivalents indique mieux que toutes les statistiques morales la place tenue par certaines passions et les besoins naturels. Nous avons déjà vu quelle place tenait dans les synonymes l’acte qui perpétue les espèces et celui au moyen duquel on s’abreuve, en voici pour le manger une légion : béquiller ; becqueter ; tortiller du bec ; bouffer ; boulotter ; briffer ; brouter ; chiquer ; casser la croustille ; se caler, se calfater le bec ; se coller quelque chose dans le fanal, dans le fusil, dans le tube ; chamailler des dents ; cacher ; se caresser l’angoulême ; clapoter ; croustiller ; charger pour la Guadeloupe ; déchirer la cartouche ; débrider la margoulette ; se l’envoyer ; engouler ; engueuler ; effacer ; friturer ; friper ; se faire le jabot ; gobichonner ; gonfler ; se graisser les balots ; jouer des badigoinces, des dominos, des osanores ; se lester la cale ; mettre de l’huile dans la lampe ; morfailler ; se mettre quelque chose dans le cadavre ; pitancher ; travailler pour Jules ; passer à la tortore ; tortorer, etc.

Mastiqueur

Rigaud, 1881 : Savetier qui mastique des chaussures. Le mastiqueur ne rapiote pas.

France, 1907 : Savetier.

Mastoc

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme gras, gros, épais, lourd, — dans l’argot du peuple.

France, 1907 : Homme lourd, épais, Germanisme, de mastochs, bœuf gras (mast, nourriture ; ochs, bœuf). Ce mot s’emploie adjectivement.

Mais elle a trouvé fort banales
Nos danses : — Tout ça, c’est mastoc,
A-t-elle fait. Vos bacchanales
En habit noir, vrai, c’est rien toc !

(Jean Richepin)

Mastoquer

un détenu, 1846 : Manger, engraisser.

Mastro, mastroc

France, 1907 : Abréviation de mastroquet.

Tout récemment, j’étais allé voir
Une fille de qui chez un mastroc, un soir,
J’avais fait connaissance…

(André Gill)

Mastroquet

Larchey, 1865 : Marchand de vins. Mot à mot : l’homme du demi-setier. — Vient de demi-stroc : demi-setier.

Delvau, 1866 : s. m. Marchand de vin, — dans l’argot des faubouriens. Ne serait-ce pas une corruption de mastoquet, homme mastoc, le marchand de vin étant ordinairement d’une forte corpulence ?

Virmaître, 1894 : Marchand de vin. Dernière transformation du mot mannezingue. Mann, homme, zinc, par corruption zingue, comptoir (Argot du peuple). V. Bistro.

Rossignol, 1901 / Hayard, 1907 : Marchand de vin.

France, 1907 : Cabaretier, marchand de vin au détail. On attribue à Louis Veuillot, le célèbre rédacteur en chef de l’Univers, la paternité de ce mot bizarre.

Celles qui se trainent depuis la chute du jour jusques au milieu de la nuit, s’usant les jambes jusques aux genoux en arpentant les distances, se morfondant sur les trottoirs, aux coins des rues, toujours à l’affût, se portant sans cesse d’un point à un autre, et quêteuses poussives du rentrant attardé, toujours inquiètes de la rousse, fuyant l’argousin et marchant de longues heures, trempées d’humidité, transies de froid à travers les ténèbres et les brouillards, et n’ayant pour tout refuge, après la petite pièce si péniblement gagnée, que le comptoir du mastroquet où l’on boit ce qui met le vert-de-gris dans le ventre et oxyde l’estomac.

(Louis Davyl)

Les scènes scandaleuses, renouvelées de Lesbos, dont on peut être témoin dans ces maisons tolérées jusqu’à 3 heures du matin, alors qu’on fait contravention au mastroquet du coin s’il dépasse minuit…

(La Nation)

Les ouvriers ont toujours eu un faible pour les farceurs qui les grugent, et quand ces farceurs sont par-dessus le marché des mastroquets, ils les adorent.

(L’Avenir de Calais)

Au tribunal.
— Accusé, vous avez eu un passé quelque peu orageux ?
— C’est vrai, mon président.
— Cependant, vous paraissiez avoir mis un peu d’eau dans votre vin ?
— Fallait bien, mon président, j’étais devenu mastroquet.

(L’Écho de Paris)

Comme un nigaud, j’ai cherché noise
Aux patrons, à l’autorité :
Aujourd’hui, je n’ai qu’une ardoise
Chez le mastroquet d’à côté.

(Alfred Capus)

Mastroquet ou mastroc

Boutmy, 1883 : s. m. Marchand de vin. Les écrivains de la Semaine des familles affirment que ce mot est dû à M. Louis Veuillot, le célèbre rédacteur en chef de l’Univers.

Mastroquet, bistro

La Rue, 1894 : Marchand de vin.

Mastroquet, mastroc

Rigaud, 1881 : Marchand de vin ; et troquet, par abréviation. Par corruption pour demi-stroc, mi-stroc, demi-setier. C’est-à-dire le patron du demi-setier.

Mastrouille

France, 1907 : Grosse femme laide : masse de chair.

Masturbation

Delvau, 1864 : Pseudonyme honnête de Branlage.

Qu’enfin, tous les soldats sans reproduction,
N’aient plus qu’un seul recours : la masturbation.

(Fernand Desnoyers)

Masturber (se)

Delvau, 1864 : Se livrer à l’onanisme, aux solitaires.

De mes cinq doigts je fais une pucelle :
Masturbons-nous, c’est le plaisir des dieux.

(Chanson anonyme moderne)

Mata

Rigaud, 1881 : Faiseur d’embarras ; apocope de matador.

France, 1907 : Faiseur d’embarras ; abréviation de matador.

France, 1907 : Jeu de dominos dans lequel on doit toujours arriver au chiffre 7. Par exemple, s’il y a un 3, il faut mettre à côté un 4. Les dominos qui font 7 à eux seuls, comme le 5-2, sont les matadors ou mata et peuvent se placer indifféremment d’un côté on de l’autre. Le double blanc est un mata.

Matache

France, 1907 : Écheveau de fil, poignée d’épis ; patois méridional, de l’italien matassa, tas, écheveau, amas.

Matador

d’Hautel, 1808 : Un gros matador. Pour, un riche bourgeois, un gros fermier ; un homme puissant par son emploi, son crédit ou sa fortune.

Delvau, 1866 : s. m. Homme riche, de fait ou d’apparence, — dans l’argot du peuple. Faire le matador. Faire des embarras.

Virmaître, 1894 : Homme riche ou qui en a les apparences.
— Tu fais le matador, pour : Tu fais rudement tes embarras (Argot du peuple).

Virmaître, 1894 : Partie de dominos. Les gros dés : double-six, double-cinq, etc., sont les matadors (Argot du boulevard). N.

France, 1907 : Glorieux, rodomont, faux brave. Terme emprunté de l’espagnol. Le matador, dans les courses de taureaux, est celui qui est chargé de mettre le taureau à mort, exécution qui ne se fait que lorsque l’animal exténué, harassé, affolé, ayant perdu déjà une partie de son sang, tient à peine debout. Se dit aussi pour gros bonnet, homme considérable.
Mata signifie en espagnol frapper, tuer.

Or donc, la danse commença jeudi dernier, sur le coup de midi, à Constantinople : une cinquantaine de révolutionnaires arméniens, revolver au poing, s’emparèrent de la Banque Ottomane ; les employés furent sans peine fichus en déroute et seuls quelques gros matadors furent cueillis et gardés comme otages.

(La Sociale)

Matagot

Delvau, 1866 : s. m. Homme bizarre, original, amusant par son esprit ou par sa laideur de singe.

France, 1907 : Plaisant, amusant, grotesque ; Rabelais employait ce mot dans le sens de singe.

Ci n’entrez pas, hypocrites, bigots,
Vieux matagots, marmiteux, boursouflés.

Matagrabolique

France, 1907 : « J’oserai dire encore que peu de nos contemporains ont feuilleté les Deux Cadavres dont s’honora Frédéric Soulié,

Auteur néfaste à la grammaire.

Le genre truculent, féroce et romantique n’a rien fourni de plus pharamineux que cette effroyable rapsodie. Entre autres sornettes, un fils de Cromwell (autant qu’il m’en souvienne) assassine et viole, sur le cercueil paternel, une fille de Charles Ier. Toutes gentillesses écrites, au surplus, dans un auverpin matagrabolique, prudhommesque et grandiloquent : le Sinaï chez l’épicier ! »

(Tybalt, Écho de Paris)

Matamore

d’Hautel, 1808 : Fanfaron ; faux brave, dont tout le courage est en jactance.
Un chapeau à la matamore. C’est à dire à la manière des vauriens, des crânes.

Matassin

Delvau, 1866 : s. m. Personnage ridicule, en parole ou en action, — dans l’argot des gens de lettres, qui se souviennent de leur Molière.

Matatane

Fustier, 1889 : Argot militaire. Salle de police.

Match

France, 1907 : Pari, compétition, principalement aux jeux athlétiques. Cet anglicisme ne s’employait autrefois que pour les paris sur le turf. Le pluriel est matches.

Notre aristocratie s’effondre. Voyez à quel résultat nous aboutissons, nous : Robert ne fait rien, il ne rêve que matches à bicyclette ou à l’escrime ; Isabelle est une petite folle et Jacqueline presque une révoltée.

(Pierre Salles, Miracle d’amour)

Mâte

Ansiaume, 1821 : Bon, excellent.

La tortillade ne valoit pas, mais le piquelon étoit mâte.

Matelas

Rigaud, 1881 : Tablier de forgeron.

Matelas ambulant

Rigaud, 1881 : Fille publique.

France, 1907 : Fille qui fut le trottoir, appelée plus poétiquement fleur de bitume.

Matelassée

Virmaître, 1894 : Femme qui a des seins énormes. Son estomac est matelassé. Quand c’est une fille et qu’elle maigrit, son souteneur lui dit :
— Tu t’débines des matelassés.
Quand une femme est plate comme une limande elle se matelasse en bourrant son corset d’assez de coton pour donner l’illusion. Les femmes fin-de-siècle en portent en caoutchouc qu’elles gonflent chaque matin (Argot des souteneurs).

Matelasser (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Garnir le corsage de sa robe d’assez de coton pour tromper les yeux — des myopes.

France, 1907 : Se rembourrer, remplacer les charmes et les appas absents par des postiches. C’était autrefois du coton, c’est maintenant du caoutchouc.

Trop frêle, trop maigre pour tenter les amoureux, elle passait chaque matin une bonne heure à se matelasser l’estomac et son postérieur de petite guenon.

(Les Propos du Commandeur)

Matelassier

France, 1907 : Genre spécial de voleur dont Pierre Delcourt donne l’explication dans Paris voleur.
Le matelassier « fait » les matelas, il est vrai, mais pas à la façon qu’on pourrait croire. Cet industriel ne pratique jamais seul.
Le plus souvent, toujours, devrions-nous dire, il appartient à une bande de « déménageurs » et n’opére sur les matelas que lorsqu’il n’a que cette pitance, assez maigre, comme seuls moyens de subsistance.
Comme il est assez difficile d’emporter, en plein jour, un pareil ustensile de ménage sans être remarqué, les matelassiers, au nombre de deux ou de trois, entrent dans une villa, toujours au moment où on emménage, défont un ou plusieurs matelas, en prennent la laine et se la placent sur la poitrine, entre leurs vêtements.
Entrés maigres dans l’immeuble, ils en sortent gras. Un certain nombre d’allées et de venues suffisent au débitement complet d’un matelas qu’on réduit aisément, par ce procédé aussi simple que pratique, à l’état de galette.

Matelot

Larchey, 1865 : « Tous deux amis et se nommant mutuellement mon matelot : ce qui est le plus grand terme d’affection connu sur le gaillard d’avant. » — Phys. du Matelot, 1843.

Delvau, 1866 : s. m. Copain, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine.

Matelotte (trimer à la)

France, 1907 : Naviguer.

Et de Nantes jusqu’à Bordeaux,
Trime à la matelotte,
N’ayant qu’un tricot sur le dos,
Et pour fond de culotte
Le drap de sa peau.

(Jean Richepin, La Mer)

Mateluche

France, 1907 : Mauvais matelot.

Matériaux

Delvau, 1866 : s. m. pl. Les aliments en général, — dans l’argot des francs-maçons, pour qui manger c’est travailler. Ils disent aussi Parfums.

France, 1907 : Nourriture ; argot des francs-maçons.

Matérielle

Fustier, 1889 : « Et alors, quelques malheureux pontes… se sont livrés au terrible travail qui consiste à gagner avec des cartes le pain quotidien, ce que les joueurs appellent la matérielle. »

(Belot, La Bouche de Madame X)

France, 1907 : Gain modeste et journalier des pontes vivant sur les maisons de jeu. Faire sa matérielle, gagner sa journée au jeu.

— Je vous ferai remarquer que si ma maîtresse avait cinquante ans, je ne serais pas obligé de jouer : j’espère qu’elle subviendrait amplement à mes besoins, car je ne joue pas pour m’amuser, je joue pour gagner ma matérielle, pour vivre, en un mot.

(Maurice Donnay)

Quelques malheureux pontes se sont livrés au terrible travail qui consiste à gagner avec des cartes le pain quotidien, ce que les joueurs appellent la matérielle.

(Adolphe Belot, La Bouche de Madame X.)

— Quels sont les habitués ?
— Les boursiers, des entrepreneurs aux affaires compromises, des commerçants aux abois, des fils de famille dont le cercle est la profession… Ils y déjeunent, ils y font leur courrier ou un somme sur un confortable divan de moleskine, et y gagnent leur matérielle — c’est-à-dire les deux ou trois louis quotidiens nécessaires à leurs dépenses en dehors du cercle — avant ou après le dîner, selon la chance…

(Edmond Lepelletier)

Maternelle

France, 1907 : Mère ; argot des écoles. « Ma maternelle à casqué de vingt sous. »

Math

Fustier, 1889 : Mathématiques. Argot des collégiens.

Ils (les médecins) démolissent l’infranchissable barrière qui, dès le collège, sépare les forts en math des forts en thème.

(Événement, août 1885)

Je suis obligé de les bûcher très dur, ces sales math !

(Vie Parisienne, février 1888)

France, 1907 : Mathématiques ; argot des écoles.

Mathurin

d’Hautel, 1808 : Des tranchées de St.Mathurin. Accès de folie ; parce que l’on a coutume d’invoquer ce saint pour la guérison des fous.

Fustier, 1889 : Matelot.

Je veux parler du simple matelot à qui l’on donne le nom de mathurin, de même qu’on gratifie le soldat du surnom de Dumanet.

(Figaro, 1882)

Fustier, 1889 : Nom que les marins, par plaisanterie, donnent aux navires en bois.

Est-ce que vous voudriez rétablir ces vieux mathurins, comme nous les appelons, pour remplacer les bateaux à vapeur ?

(Amiral Saisset : Journal officiel, janvier 1872)

Rossignol, 1901 : Matelot.

France, 1907 : Matelot, marin, homme attaché à la mâture.

J’ai passé une heure de ravissement au milieu des matelots qui étaient chargés de cirer le plancher, car ils avaient une amusante façon d’accomplir leur corvée : ils couchaient les moins lestes dans des couvertures et les traînaient sur le parquet sous prétexte d’activer la besogne. Je dois dire que leur quartier-maître trouvait ingénieux le procédé, et il avait raison ! Parlez-moi des mathurins pour agrémenter les corvées !

(Auguste Marin)

Parler mathurin, parler la langue des matelots.

Je ne suis pas de ces vieux frères premier brin
Qui devant qu’être nés parlaient ja mathurin,
Au ventre de leur mère apprenant ce langage,
Roulant à son roulis, tanguant à son tangage.

(Jean Richepin, La Mer)

Mathurins

Ansiaume, 1821 : Dez à jouer.

Je suis le plus vieux, les mathurins sont à moi.

Vidocq, 1837 : s. m. — Dés à jouer.

Halbert, 1849 : Dés à jouer.

Delvau, 1866 : s. m. pl. Dés à jouer, — dans l’argot des voleurs. Mathurins plats. Dominos.

La Rue, 1894 : Dés à jouer. Dominos. Matelots.

Virmaître, 1894 : Dés pipés qui servent aux camelots pour voler au 7, au passe-dix et à la consolation (Argot des camelots).

Hayard, 1907 : Dés pipés.

France, 1907 : Dés pipés ; argot des voleurs. Mathurins plats, dominos ; argot populaire.

Ces objets, dit Francisque Michel, doivent leur nom d’argot à leur ressemblance avec le costume des trinitaires, vulgairement appelés mathurins, qui chez nous portaient une soutane de serge blanche, sur laquelle, quand ils sortaient, ils jetaient un manteau noir.

Mathurins plats

Vidocq, 1837 : s. m. — Dominos. Des personnes qui dans la crainte d’être trompées ne jouent ni au billard, ni aux cartes, croient que celui des dominos est très-innocent, aussi elles ne se font aucun scrupule de jouer tous les soirs leur demi-tasse, et quelquefois même de l’argent. Ces personnes ne seront sans doute pas fâchées d’apprendre que l’on triche aux dominos aussi facilement qu’à tout autre jeu ; je connais des Floueurs invalides qui vivent très-bien du jeu de dominos ; ils savent reconnaître les dés au passage, et s’approprier ceux dont ils ont besoin ; les avantages qu’ils prennent, joints à une grande habitude du jeu, doivent nécessairement mettre toutes les chances de leur côté. Le café qui occupe le coin du boulevard et de la rue Montmartre était, autrefois, le rendez-vous habituel des Floueurs aux dominos.

Matignon

Halbert, 1849 : Messager.

Delvau, 1866 : s. m. Messager, — dans le même argot [des voleurs].

France, 1907 : Messager ; argot des voleurs.

Matin

d’Hautel, 1808 : Il faudroit se lever bien matin, pour lui en revendre. Se dit d’un homme fin, adroit et subtil, qui déjoue facilement les pièges qu’on lui tend.
Qui a bon voisin à bon matin. Signifie qu’on n’a jamais de querelle, qu’on vit tranquillement chez soi quand on a un bon voisin.

Mâtin

d’Hautel, 1808 : Au propre, chien.
Voilà un beau mâtin, s’il vouloit mordre. Pour dire qu’un homme auroit beaucoup d’intelligence et de capacité, s’il vouloit s’employer.

Delvau, 1866 : s. m. Homme rusé, expert en toutes sortes de choses, — dans l’argot du peuple.

Matin !

d’Hautel, 1808 : Interjection basse et populaire qui marque la surprise, le mécontentement.
Matin ! l’affaire est embarrassante.

Mâtin !

Delvau, 1866 : Exclamation oui sert à marquer l’admiration la plus violente ou la douleur la plus vive. On dit aussi Sacré mâtin.

Mâtin, mâtine

Larchey, 1865 : Personne déterminée, brusque, peu commode. — Terme emprunté à la race canine.

Kléber, un grand mâtin qu’a descendu la garde, assassiné par un Égyptien.

(Balzac)

Ah ! mâtine de Turquie.

(Remy, ch., 1854)

Mâtine

Delvau, 1866 : s. f. Gaillarde qui n’a pas peur des hommes.

Matinée

d’Hautel, 1808 : Dormir la grasse matinée. Voy. Dormir.

Matines

d’Hautel, 1808 : Le retour vaudra pis que matines. Pour dire que la fin d’une affaire sera pire que le commencement.
Corriger le magnificat à matines. Corriger quelque chose à contre-sens et mal-à-propos.

Matines (doit-on chanter Te Deum avant) ?

France, 1907 : Il ne faut pas se réjouir avant l’heure, ni s’amuser avant que la corvée soit faite. Le Te Deum étant une action de grâce et matines un service désagréable à cause de l’heure matinale ont donné lieu à cette expression proverbiale. On disait aussi à peu près dans le même sens : Commencer matines par tousser et souper par boire. Ou encore : Chanter Magnificat à matines.

Matois

d’Hautel, 1808 : Un fin matois, un fûté matois. Pour dire, un homme artificieux, fin, subtil, et rusé.

Vidocq, 1837 : s. m. — Matin.

Delvau, 1866 : s. m. Homme rusé, et même un peu fourbe. On dit aussi fin matois, malgré le pléonasme.

Hayard, 1907 : Matin.

France, 1907 : Matin ; argot des voleurs.

Le condé de Nanterre et un quart d’œil, suivis d’un trêpe de cuisiniers, sont aboulés ce matois à la taule.

(Mémoires de Vidocq)

Matois (le)

M.D., 1844 : Le matin.

Matoise

Delvau, 1866 : s. f. Intrigante, — ou seulement Femme habile à vendre sa marchandise. On dit aussi Fine matoise.

Matoiserie

d’Hautel, 1808 : Finesse, ruse, fourberie.

Matot

France, 1907 : Coureur de jupes. Bon matou, individu apprécié des dames.

Matou

d’Hautel, 1808 : Chat. Terme d’injure, quand on l’applique à un homme.

Delvau, 1864 : Le mâle de la femme, cette chatte amoureuse.

Allons, mon gros matou, grimpe-moi d’autor et d’achar !

(De Neuville)

Delvau, 1866 : s. m. Homme aimant les femmes. Bon matou. Libertin.

Matouas

Halbert, 1849 : Matin.

Matra

France, 1907 : Débris.

Tous ces vieux fatras,
Tous ces vieux matras,
Tous ces vieux plâtras
Et vieux patatras !…

(Montesquiou-Fezensac)

Matraque

Delvau, 1866 : s. m. Bâton, canne, — dans l’argot des faubouriens qui ont servi dans l’armée d’Afrique. Ils ont entendu des Arabes, s’essayant au français, dire : ma traque pour ma trique, et ils ont pris cela pour du sabir.

France, 1907 : Bâton. Mot rapporté par les soldats d’Afrique.

Entre la Calle et Souk-Arras nous avions brûlé le pays. Vous dire pourquoi, j’en serais bien en peine ; une poule volée à un colon influent, un coup de matraque appliqué par un Bédouin ruiné sur la tête d’un juif voleur, quelques centaines de mille francs à faire passer dans la caisse d’un fournisseur ami d’un ministre, et pif, paf, boum, coups de fusil, obus, fusées, coups de canon, coups de sabre et finalement le feu aux gourbis, aux jardins et aux moissons.

(Hector France, Sous le Burnous)

Matras

d’Hautel, 1808 : Flèche. Il s’en va comme un matras désempenné. Se dit d’un homme qui sort sans les choses qui lui sont nécessaires ; qui s’embarque dans une affaire sans avoir les moyens de la faire réussir.

Matricule

d’Hautel, 1808 : Registre. Rayons la matricule. Pour dire, n’en parlons plus ; qu’il n’en soit plus question.

Matricule (user son)

Rigaud, 1881 : Être sous les drapeaux. Mot a mot : user le numéro matricule attribué à chaque soldat.

Matriculer

Merlin, 1888 : Voler, — par ironie, le numéro matricule étant la seule marque de propriété, au régiment.

Matriculer (se faire)

Fustier, 1889 : Se faire punir. Argot militaire.

France, 1907 : Se faire punir ; argot des régiments, parce qu’on prend le numéro matricule des hommes punis.

Matrimonium

France, 1907 : Mariage ; latinisme.

Matrone

d’Hautel, 1808 : En mauvaise part, se dit d’une femme qui fait métier de prostitution.

Mats (les deux)

France, 1907 : La guillotine ; argot des voleurs.

Matte (enfant de la)

France, 1907 : Voleur. Matte vient de l’italien matta, extravagance, folie. D’après Francisque Michel, enfant de la matte signifierait enfant de la folie.

Maturbes

anon., 1827 / Raban et Saint-Hilaire, 1829 / Bras-de-Fer, 1829 : Dés.

Halbert, 1849 : Dés à jouer.

France, 1907 : Dés à jouer, dents. Jouer des maturbes, manger.

Maturité

d’Hautel, 1808 : Être en âge de maturité. Être majeur ; être bon à marier.

Maube

France, 1907 : Diminutif de Maubert. La place Maube.

Maubert, mauberte

Fustier, 1889 : Argot des voyous qui désignent ainsi l’homme, la femme nés dans le quartier de la place Maubert, la place Maube : comme ils disent, ou y habitant.

Celle-ci est née rue Galande. C’est une Mauberte, et les Maubertes ne rompent jamais tout à fait avec leur famille…

(Du Boisgobey, Paris-Bandit)

Maubeugienne

Rigaud, 1881 : Femme galante qui habite la rue de Maubeuge, une rue qui compte beaucoup d’hétaïres modernes, comme dirait Joseph Prudhomme.

Maugré

France, 1907 : Gouverneur d’une prison ; argot des voleurs qui se sont aperçus que leur gouverneur maugréait constamment.

France, 1907 : Malgré, préposition encore employée dans les campagnes du nord de la France ; maugra dans le Var ; maugrat, dans le Béarn.

Maugrée

Halbert, 1849 / Rigaud, 1881 : Directeur de prison.

Mauricaud

France, 1907 : Tirelire ; argot des voleurs.

Il faut tomber sur ce mauricaud.

(Mémoires de Vidocq)

Mauvais

d’Hautel, 1808 : Faire le mauvais. Pour, menacer, faire le crâne, le fanfaron.

Mauvais coucheur

Delvau, 1866 : s. m. Homme difficile à vivre.

France, 1907 : Individu de mauvais caractère, avec lequel il est difficile de vivre ; allusion au temps où, dans les régiments, l’on couchait deux dans le même lit.

Le meilleur est de faire la sourde oreille et d’opposer la force d’inertie. C’est ce que font les malins. Si l’on discute, on est perdu. Et c’est ce qui m’arrive. Sergents et caporaux me traitent de mauvais coucheur, de réclameur, et, comme je suis le seul à rechigner à présent, je m’incline et pars avec les autres.

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

Mauvais lieu

Delvau, 1864 : Endroit où l’on pelote les femmes, même où on les baise, bordel.

Pour amener sa Lucrèce
À souffrir ce petit jeu
Le bonhomme sans finesse,
Met la scène en mauvais tien.

(Collé)

Mauvaise !

Fustier, 1889 : Exclamation qu’emploient les enfants dans la plupart de leurs jeux pour signifier à leur adversaire que le coup qu’ils viennent de jouer ne compte pas. (V. Bonne.)

Mauvaise (elle est)

Larchey, 1865 : Cette histoire n’est pas bonne, cet acte est déplaisant. On dit dans le même sens : Je la trouve mauvaise.

Quant à exiger qu’elles comprennent ce qu’elles disent, n’y pensez pas. — Elles la trouveraient mauvaise.

(Les Cocottes, 1864)

Rigaud, 1881 : La plaisanterie est mauvaise, cela n’est pas de mon goût. Locution mise à la mode en souvenir d’un vaudeville de Lambert-Thiboust et Grangé, Le Guide de l’étranger dans Paris (1860), pièce dans laquelle l’un des personnages s’écrie à chaque instant : « Elle est mauvaise. »

France, 1907 : Se dit en parlant d’un mauvais tour, d’une chose désagréable à laquelle on ne s’attendait pas. « Je la trouve mauvaise. »

Mauvaise herbe croît toujours

France, 1907 : Ce dicton fort ancien désigne ces enfants têtus, malfaisants et d’un caractère insupportable, qui croissent et poussent mieux que leurs camarades d’une nature plus tranquille.

Male herbe croist tantost, ce dit t’on en proverbe.

(Jean de Meun, XIIIe siècle)

Mauvaise troupe

Delvau, 1866 : s. f. Garnement, vagabond, fainéant, — dans l’argot du peuple. Quelquefois la même expression est employée dans un sens amical, comme, par exemple, pour convier quelqu’un au départ : Allons, en route, mauvaise troupe ! lui dit-on.

France, 1907 : Les mots sont généralement précédés de En route. C’est l’expression employée, depuis le premier empire, par les sous-officiers qui avaient du mal à faire lever et mettre en marche les jeunes soldats.

Le régiment à passé,
Il faut que je le rattrape,
Bah ! qu’importe ! sans souci,
En route, mauvaise troupe !
Le principal, ce coup-ci,
C’est d’arriver pour la soupe,
Et pour la bataille aussi.

(Jean Richepin)

Mauvaiseté

d’Hautel, 1808 : Pour méchanceté, noirceur ; on disoit dans le vieux langage mauvaisetié.

France, 1907 : Méchanceté ; provincialisme.

Mauve

Rigaud, 1881 : Parapluie en coton, — dans le jargon du peuple.

Il avait de l’eau jusque dans les narines et il reniflait, lamentable et grotesque, avec sa mauve en loques.

(Huysmans, les Sœurs Vatard)

Hayard, 1907 : Absinthe.

Mauviette

d’Hautel, 1808 : C’est une véritable mauviette. Se dit d’une femme de foible complexion ; d’un homme qui fait la poule mouillée, qui ne peut supporter ni travail ni fatigue.

Delvau, 1866 : s. et adj. Enfant, et même grande personne d’un tempérament délicat, d’une apparence chétive.

Delvau, 1866 : s. f. Décoration à la boutonnière, — dans l’argot des faubouriens. Ils disent aussi Trompe-l’œil.

Rigaud, 1881 : Croix d’honneur ; bijou honorifique.

France, 1907 : Brochette de décorations.

Maximum

France, 1907 : Latinisme, signifiant : au plus haut degré.

La salle de la Comédie-Française a quatorze cents places, et lorsque toutes ces places sont louées ou achetées par le public, elle peut réaliser pour la soirée une recette de huit mille francs. C’est ce qu’en argot professionnel on appelle le maximum.

(Émile Bergerat)

Mayer

France, 1907 : Le client payant ; argot des filles, importé par les prostituées allemandes, de meier, fermier.

Mayeux

Larchey, 1865 : Bossu. — Un peu avant 1830, d’innombrables charges, parmi lesquelles on distinguera celles de Traviès, eurent pour objet un bossu du nom de Mayeux : c’est le type d’un homme ridiculement contrefait, vaniteux et libertin, mais brave et spirituel à ses heures. De là son nom donné à tous ceux qu’affligent la même infirmité.

Ici d’affreux petits mayeux.

(De Banville)

Delvau, 1866 : s. m. Bossu, — dans l’argot du peuple, qui se souvient du type créé par le caricaturiste Traviès, vers 1830. Se dit, par extension, de tout Homme laid au physique et au moral.

France, 1907 : Bossu, contrefait ; argot populaire. Le type de Mayeux est une création du caricaturiste Traviès, qui, de 1830 à 1840, obtint un succès colossal. Libertin, frondeur, chauvin, blasphémateur, et de plus homme à bonnes fortunes, il suivait les femmes, leur débitait des propos cyniques, donnait des sérénades, sortant, avec un air de comique lascivité, d’un rendez-vous : « Adieu. farceuse, sois tranquille, je reviendrai ! » faisant l’empressé, les jours de pluie, en venant au secours d’une « beauté » à demi noyée : « Je suis Français, n… de D… ! » s’adressant des compliments : « Il faut convenir que ma maîtresse est une femme gaillarde », ou encore, surpris par sa légitime épouse en flagrant délit. Traviès n’a créé que ce type de Mayeux, il y est resté rivé. D’autres silhouettes légendaires l’ont détrôné ensuite, qui étaient plus au goût du jour.

Mazagran

Delvau, 1866 : s. m. Café froid à l’eau de Seltz, — dans l’argot des garçons de café. Se dit aussi de tout café, chaud ou froid, servi dans une chope de verre, au lieu de l’être dans une tasse.

Rigaud, 1881 : Café servi dans un verre ; une aberration de buvaillons de café, qui lui enlèvent ainsi sa principale qualité : l’arôme. Ce sont les officiers, retour d’Afrique, qui ont importé cette mode.

Virmaître, 1894 : Café servi dans un verre. Par abréviation on dit un mazag. (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Café sans eau-de-vie. Ce mot date de 1840.

France, 1907 : Café faible servi dans un verre au lieu de l’être dans une tasse ; c’est la toute la différence. Il faut y ajouter une plus grande quantité d’eau.

Et son plaisir, après ses délicieuses parties de jacquet au café de l’Espérance, rue Saint-Jacques, en compagnie de vieux camarades, était de s’accouder à ce balcon et d’y culotter sa pipe en lampant son mazagran.

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Mazarin

France, 1907 : Sorte de gâteau.

Mazaro

Larchey, 1865 : Prison militaire qu’il ne faut pas confondre avec la salle de police (our). Dans celle-ci l’homme puni passe seulement la nuit sur une paillasse ; dans l’autre, il reste jour et nuit couché sur la planche.

Delvau, 1866 : s. m. Prison, — dans l’argot des troupiers.

Rigaud, 1881 : Prison de la rue du Cherche-Midi ; prison militaire.

La Rue, 1894 : Prison militaire du Cherche-Midi.

Mazaro (petit ou grand)

Merlin, 1888 : Salle de police ou de prison. Réminiscence du nom de Mazas.

Mazarot

France, 1907 : Salle de police, mais plus spécialement la prison, et particulièrement la prison militaire de la rue du Cherche-Midi.

Les hôtes habituels de Mazarot sont : les bibassiers, les enflammés et les malastiqués.
Ces derniers, que la négligence dans l’entretien de leurs effets rend tributaires de la sonnerie des consignes, sont les moins nombreux.
Les bibassiers ou gais compaings en fait de haute beuverie, très souvent attardés par leur belle vaillantise à humer le piot et à se gargariser à l’aide de la purée septembrale, tiennent la corde dans le steeple-chase qui aboutit à Mazarot.
Pourtant, ils ne distancent que de bien peu les enflammés, à qui leur passion pour le beau sexe fait souvent oublier le chemin de la caserne, ou tout au moins l’heure inexorable de l’appel.

(Ch. Dubois de Gennes, Le Troupier tel qu’il est… à cheval)

On l’écrit aussi mazaro.

Quand il punit, même guitare ;
On connait bien son numéro ;
C’est un gaillard qu’est pas avare
Des jours de clou, de mazaro,
Avec lui la dose est meilleure,
Et quand les autres, sans discours,
Aligneraient quarante-huit heures…
Le doubl’ vous colle quatre jours.

(Griglet)

Maze

France, 1907 : Abréviation de Mazas.
À ce propos, il nous a paru curieux de rechercher l’origine du nom de Mazas, et voici ce que nous avons trouvé, à notre vive surprise :
Mazas était, sous le premier empire, colonel de la 34e brigade. Son courage était à ce point légendaire que ses soldats l’avaient surnommé le Brave : il avait pris part à vingt batailles, essuyé le feu de toutes les troupes coalisées ; cent fois, il avait eu de terribles aventures, risqué sa peau pour assurer le gain d’une victoire ; son corps portait, de la nuque au talon, des balafres énormes, et si sa mâchoire était toute de travers sous sa rude moustache, c’est qu’un coup de fusil l’avait fracassée. Un jour, à Austerlitz, trouvant que la déroute de l’ennemi était trop lente à se dessiner, Mazas avait, en un coup de folie, commis une grave imprudence et s’était fait broyer par un boulet de canon.
Pour récompenser tant d’héroïsme, Napoléon, en 1806, avait décidé qu’une place de Paris porterait ce nom glorieux, et Mazas était entré dans l’histoire, en la compagnie des preux de l’épopée impériale.
Mais, quarante-cinq ans plus tard, afin de donner l’hospitalité à des gueux et à des assassins, une prison s’élevait à côté de cette place ; les architectes avaient déployé, dans sa construction, tous les raffinements de la prudence et de la solidité ; ils l’avaient faite spacieuse, avec des cellules noires comme des tombeaux et des serrures où grinçaient des clefs longues comme des sabres. Et quand cette prison, chef-d’œuvre d’architecture pénitentiaire avait été achevée, on n’était pas allé chercher bien loin un nom pour la baptiser. Il y avait tout à côté la place Mazas, pourquoi n’y aurait-il pas la prison Mazas ? Et vite on avait gravé sur la porte les cinq lettres glorieuses.
C’est ainsi que le héros d’Austerlitz et de vingt combats fameux, l’homme qui avait donné sa vie pour défendre son drapeau et était tombé sur le champ de bataille en criant : « Vive la France ! » servit un jour d’enseigne à une maison de scélérats.
N’est-il pas affreusement choquant de voir le nom d’un héros ainsi disqualifié par l’inconsciente application qu’on en a faite à une maison de prévention ?
À quoi pensent donc les débaptiseurs officiels qui pullulent, pourtant à l’Hôtel de Ville ?
Nous leur indiquons — avec le plus grand désintéressement — une admirable occasion d’exercer leur zèle.
Qu’ils se hâtent donc d’effacer l’injure, prolongée depuis un demi-siècle, qu’on a faite au brave Mazas.
Ils n’ont qu’à choisir, parmi tant de notabilités contemporaines, pour remplacer, à propos, ce nom trop glorieux…

Mazet

France, 1907 : Petite maison de campagne dans le Midi, ce qui s’appelle aussi bastide et cabanon.

Mazette

d’Hautel, 1808 : C’est une mazette. Pour dire, un homme sans habileté, sans industrie dans tout ce qu’il fait ; qui n’a ni force ni santé.
On appelle aussi un mauvais cheval, une mazette.

Delvau, 1866 : s. f. Conscrit, — dans l’argot des troupiers. Homme de petite taille, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Conscrit. — Avorton. Propre à rien.

Merlin, 1888 : Vieux cheval qui n’obéit ni à la cravache, ni à l’éperon (cavalerie).

France, 1907 : Recrue, homme ou femme de rien.

Je tiens en haine ces mazettes
Courant, le soir, les guilledous,
Se vendant pour des anisettes,
Parlant aigre, buvant du doux.

(Théodore Hannon, Rimes de joie)

Mais ton nom courait leurs gazettes
Parmi ceux de quantes mazettes
Dont le nom me fuit ;
Ils te célébraient après boire,
Et tu prenais pour de la gloire
Tout ce vilain bruit.

(Raoul Ponchon)

Mazille

d’Hautel, 1808 : Pour, argent.
Amasser, ou avoir de la mazille. Pour, avoir de l’argent ; être à son aise.

Me, me, adsum qui feci

France, 1907 : « C’est moi qui ai fait cela. » Locution latine.

Mea culpa (faire son)

France, 1907 : Confesser sa faute, avouer ses torts. Latinisme, allusion aux paroles des dévots qui se frappent la poitrine… allégoriquement, au confessionnal : mea culpa, mea maxima culpa !

Mec

anon., 1827 : Bon Dieu.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Dieu.

Bras-de-Fer, 1829 : Bon dieu.

Vidocq, 1837 : s. m. — Maître.

Fustier, 1889 : Souteneur.

C’est tout d’même chouette pour (une pierreuse)
D’avoir un mec comme celui-là ?

(De Gramont, La Femme à Polyte)

La Rue, 1894 : Souteneur. Individu méprisable.

Virmaître, 1894 : (pour meg) Chef, patron, Dieu, le mec plus ultra (Argot des voleurs).

France, 1907 : Maître, chef. La véritable orthographe de ce mot est meg.

Quelle femme n’a frémi d’aise une fois, à la pensée d’aller se promener dans Paris, son derrière posé sur ses mains, devant elle, bien en évidence, à la libre disposition de l’amateur ? Douces et charitables âmes !… Race féminine, cent fois chère ; exquise aumône jetée par le Maître de tout à la détresse des pauvres déshérités !… Hélas ! le Mec infâme est là, qui crie à l’ange consolateur : « Reste ici !… Reste ici, te dis-je ! Ne va pas où ton cœur t’appelle ! » — « Marche ! » criait la voix formidable à Ahasvere, le Juif errant. — « Marche ! crie-t-il lui aussi. Marche !… Mais ne marche que pour la galette, ou je t’envoie mon pied quelque part ! »

(Georges Courteline)

anon., 1907 : Type homme.

Mec (grand)

Vidocq, 1837 : s. m. — Roi.

Mec à la colle forte

Rigaud, 1881 : Gredin redoutable, homme des plus dangereux, — dans le jargon des voleurs.

Virmaître, 1894 : Se dit d’un voleur redoutable, par opposition au mec à la mie de pain. Voleur de rien (Argot des voleurs).

France, 1907 : Voleur ou souteneur à poigne, redoutable coquin.

Mec à la manque

Rigaud, 1881 : Méchant homme, — dans le jargon des voyous.

Mec à la mie de pain

France, 1907 : Voleur maladroit et craintif.

C’était un môme assez costeau,
Mais il ’tait avec eun’ cathau
Qu’était blèche :
I’ la r’levait à la mi’ d’pain,
Il était, au lieu d’êt’ rupin,
Dans la dèche.

(Aristide Bruant)

Vous m’direz : Mon vieux cochon,
Quand on veut qu’eun’ marmott’ turbine,
Faut pas qu’alle ay’ l’air d’un torchon
Ni qu’a soy’ trop dans la débine,
— Oui… mais ça m’fait r’naquer du fla
D’avoir l’air d’un mec à la mie,
Quand on s’paye eun’ anatomie
Et eun’ gueul’ comm’ la cell’ que v’là.

(Aristide Bruant, Dans la rue)

Mec à la redresse

Rigaud, 1881 : Bon garçon, honnête homme.

L’ignoble gommeux dépravé
Qui séduit un’ fill’ puis la flanque
Avec un goss’ sur le pavé,
C’est un mec à la manque !
Mais l’bougre qui — quand il a r’çu
D’un’ jeunesse des preuv’s de tendresse,
L’épous’ carrément par là d’ssu,
C’est un mec à la r’dresse.

(La Petite Lune, 1879)

Fustier, 1889 : Tout individu qui en impose par ses qualités ou ses vices.

Seules, quelques individualités hors pair, des mecs à la redresse, parviennent à se faire dans l’opinion une haute place.

(Humbert, Mon bagne)

Aujourd’hui le mot mec a pris une très grande extension. Il s’emploie pour désigner avec mépris un individu quelconque.

France, 1907 : Homme fort et courageux.

Mec à sonnettes

Rigaud, 1881 : Homme riche, — dans le jargon des rôdeurs de barrière. En argot, sonnettes signifient « argent », ce qui sonne dans la poche.

Mec de la guiche

France, 1907 : Souteneur.

Paraît qu’dans l’temps, chez Charles dix,
L’oncle d’son oncle était cocher.
Ça fait qu’il est légitimisse,
La République all’ le fait chier,
J’lui dis quéqu’fois : t’as donc z’un titre ?
Tu m’l’as jamais dit, mais pourquoi ?
Y m’répond toujours : Paye un litre
En attendant l’retour du roi.
Lui seul peut rendr’ la France heureuse,
Mais t’es trop bêt’ pour parler d’ça.
C’est tout d’mêm’ chouett’ pour un’ pierreuse
D’avoir un mec comm’ celui-là !

(André Gill)

Mec de la rousse

Vidocq, 1837 : s. m. — Préfet de police.

France, 1907 : Préfet de police.

Mec des gerbiers

France, 1907 : Exécuteur des hautes œuvres.

Mec des mecs

Vidocq, 1837 : s. m. — Dieu.

Mec ou meg des megs

Halbert, 1849 : Dieu.

Mec, meck, meg

Rigaud, 1881 : Maître, monsieur ; de magnus, grand. — Le meg des megs, Dieu, le maître des maîtres. — Mec des gerbiers, bourreau.

Méca

France, 1907 : Abréviation de mécanique ; argot des polytechniciens.

Mécanicien

Rigaud, 1881 : C’est sous le pseudonyme de « mécanicien » que les aides exécuteurs désignent volontiers leur état. (Figaro du 27 avril 1879)

Rigaud, 1881 : Taquin ; mot à mot celui qui mécanise, — dans le jargon des voyous. — M’en parle pas, un mécanicien qui me scie le dos tout le jour.

France, 1907 : Aide de l’exécuteur des hautes œuvres.

Mécanique

France, 1907 : Guillotine.

Mécanique (la)

Rigaud, 1881 : La guillotine. C’est le nom officiel que lui donnent le bourreau et ses aides.

Mécaniser

Larchey, 1865 : Ennuyer. — Mot à mot : réduire à un rôle passif, mécanique.

Malgré qu’ça vous mécanise, Ça vous demande encore crédit.

(Chansons, Clermont, 1837)

Et… Canalis regarda fixement Dumay qui se trouva, selon l’expression soldatesque, entièrement mécanisé.

(Balzac)

Delvau, 1866 : v. a. Vexer quelqu’un, le tourmenter, se moquer de lui, et même en médire un peu, — dans l’argot des faubouriens. Francisque Michel « trouve le germe de cette locution dans un passage des Vies des dames illustres de Brantôme », et ce germe, c’est mœquaniqueté… Le malheur est que jamais « locution ne fut plus moderne ». Quant a son « germe », le premier mécanicien venu le trouverait en conduisant sa machine.

France, 1907 : Ennuyer quelqu’un, le vexer, le tourmenter.

Alors la donzelle, fatiguée de cet incessant pelotage qui ne menait à rien, se tourna soudain, furieuse, vers le bélitre :
— Avez-vous bientôt fini de me mécaniser ? dit-elle.

(Les Propos du Commandeur)

France, 1907 : Guillotiner.

Mécaniseur

Delvau, 1866 : s. m. Railleur, médisant.

Méchanceté

d’Hautel, 1808 : Grandir en méchanceté. Voy. Grandir.

Méchant

d’Hautel, 1808 : Faire le méchant. Faire le mutin, le mauvais sujet ; menacer, faire le fanfaron.
Les bons pâtissent pour les méchans. V. Bon.

Méchant (pas)

Larchey, 1865 : Encore une expression éminemment parisienne, dont la portée est plus grande qu’on ne pense. On dit d’une toilette mesquine, d’un homme inepte, d’un livre sans valeur : Ça n’est pas méchant ; ça ne mord pas ! — comme on dit d’un homme zélé : C’est un féroce.

Achetez un caloquet plus méchant, votre tuyau de poêle n’est pas trop rup.

(Lem. de Neuville)

France, 1907 : Inférieur, de peu de valeur, anodin. « Un livre pas méchant, une poésie pas méchante, » Cette expression tendrait à prouvé qu’il faut être méchant pour être apprécié.

Méche

anon., 1907 : Cinquante centimes.

Mèche

d’Hautel, 1808 : Découvrir la mèche. Éventer un complot, un dessein, une entreprise, que l’on tenoit secrète.
En terme typographique, lorsque les ouvriers viennent proposer leurs services au prote de l’imprimerie, ils demandent, s’il y a mèche, c’est-à-dire, si on peut les occuper. Les compositeurs demandent s’il y a mèche pour la casse ; et les pressiers, s’il y a mèche pour la presse.

Bras-de-Fer, 1829 : Demi-heure.

Halbert, 1849 : Moitié, demi-heure.

Larchey, 1865 : Moitié. — À six plombes et mèche : À six heures et demie. V. Momir. — Être de mèche : Être de moitié (Vidocq).

Delvau, 1866 : s. f. Intrigue, secret. Découvrir la mèche. Tenir les fils d’une intrigue, connaître à temps un dessein fâcheux.

Delvau, 1866 : s. f. Moitié, demi, — dans l’argot des voleurs. Être de mèche. Partager un butin avec celui qui l’a fait. Signifie aussi Demi-heure. D’où, sans doute, l’expression des faubouriens : Et mèche.

Delvau, 1866 : s. f. Possibilité de faire une chose. Il y a mèche. Il y a moyen. Il n’y a pas mèche. Cela n’est pas possible. On dit aussi elliptiquement : Mèche !

Delvau, 1866 : s. m. Travail, ouvrage à faire, — dans l’argot des typographes. Chercher mèche. Chercher de l’ouvrage.

Rigaud, 1881 : Complicité ; de moitié. Être de mèche, être complice, partager, — dans le jargon des voleurs.

Rigaud, 1881 : Moyen. — Y a-t-il mèche, y a-t-il moyen ? — Il n’y a pas mèche. Beaucoup d’ouvriers, quand ils demandent à un patron s’il a de l’ouvrage à leur donner, disent :

Y a-t-il mèche ?
J’ n’ai plus un rond de c’ que j’avais d’ pécune,
Tu vois, ma fille, n’y a plus mèch’ de lamper.

(Sénéchal, Le Retour de Croquignet, chans.)

Rigaud, 1881 : Plus, davantage. — Combien avez-vous perdu, au moins vingt francs ? — Et mèche. Par allusion à la mèche d’un fouet.

La Rue, 1894 : Plus, davantage. Moyen, possibilité de faire : Y a-t-il mèche ? Intrigue, secret : Découvrir la mèche. Travail : Chercher mèche. Complicité, de moitié : Être de mèche. Signifie aussi un quart d’heure.

Virmaître, 1894 : Les mauvais ouvriers qui voyagent sans cesse demandent mèche dans les ateliers qu’ils rencontrent sur leur route :
— Y a-t-il mèche de travailler ?
Mèche pour moyen (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Moyen, possibilité.

Y a-t-il mèche d’aller au théâtre a l’œil. — Non, il n’y a pas mèche.

Hayard, 1907 : Moyen (pas mèche : pas moyen); de mèche, de connivence.

Hayard, 1907 : Quart, être de moitié.

France, 1907 : Cordage embrasé suspendu au plafond dans un récipient en cuivre, qui sert à allumer les pipes et les cigares ; argot de l’École navale.

France, 1907 : Possibilité de faire une chose. Il y a mèche, c’est possible ; il n’y a pas mèche, c’est impossible.

Toutes les vieilles étiquettes, c’est de la gnolerie : boulangistes, badinguistes, royalistes, républicains… fumisterie que tout ça. Y a qu’une chose, c’est que nous sommes tous des richards et des patrons : conséquemment, nous tenons l’assiette au beurre et nous voulons la garder. Faut être à l’œil pour que le populo ne la casse pas… Donc y a mèche de s’entendre !…

(Le Père Peinard)

Quoi ! j’verrais les mecs d’la finance
S’engraisser avec not’ argent,
Quand y’en a d’aut qu’ont pas d’pitance
Et s’cal’nt des briqu’s de longs mois d’temps !
J’verrais passer dans leurs calèches
Tous ces salauds, ces abrutis,
Quand el’ purotin y a pas mèche
Qu’i’ fass’ boustifailler ses petits…

France, 1907 : Travail. Chercher mèche, chercher de l’ouvrage.

Mêche

M.D., 1844 : Moitié de quelque chose.

Mèche (demander)

Boutmy, 1883 : v. Offrir ses services dans une imprimerie.

France, 1907 : Offrir ses services dans une imprimerie.

Mèche (et)

France, 1907 : Et davantage. « Combien avez-vous payé cette fille ? Un louis ?— Et mèches. » Six plombes et mèche, six heures et demie.

Mèche (être de)

Bras-de-Fer, 1829 : Être de complicité.

Vidocq, 1837 : v. a. — Partager, être de moitié.

France, 1907 : Être d’accord.

Thévenet est parti ce matin pour Bordeaux, où il plaide ; mais, soyez sans crainte, lui et moi ne faisons qu’un. Quand j’ai besoin de lui, je n’ai qu’à le siffler par téléphone. Nous sommes de mèche.

(Jacques Mayer)

Mèche (il y a mèche, il n’y a pas)

Larchey, 1865 : Il y a moyen il n’y a pas le plus petit moyen d’aboutir. Le mot fait image. Quand on a la mèche, on a bientôt fait de tirer la corde à soi.

En termes typographiques, lorsque les ouvriers proposent leurs services au prote de l’imprimerie, ils demandent s’il y a mèche, c’est-à-dire : si on peut les occuper.

(1808, d’Hautel)

Mais il te fera pincer. — Pas si bête ! il n’y a pas mèche.

(E. Sue)

Mèche (roulement de)

France, 1907 : Roulement de tambour qui annonce la reprise du travail ; argot de l’École navale.

Mèche (vendre la)

France, 1907 : Trahir. C’est éventer et non vendre qu’il faudrait dire ; mais le populaire n’y regarde pas de si près.

On se chamaillait, entre concurrents groupés autour du même os ; mais on savait bien, au fond, que ce n’était pas « arrivé », qu’il y avait, sous cet étalage de haine, bien moins de différences de doctrines que d’antagonismes de personnalités — et surtout d’intérêts.
Tandis que celui-là, soit rigolo, soit féroce, il va mettre les pieds dans le plat, débiner le truc, vendre la mèche, devant les journalistes « bourgeois » qui écoutent, blagueurs et amusés, en mordillant leur plume, et qui reproduiront tout au long, le lendemain, l’intervention tragique ou cocasse du malavisé.
Aussi les orthodoxes du socialisme ont inventé une arme de guerre contre ces gêneurs. Pour tout bon marxiste, qui dit anarchiste dit mouchard. Et parmi ceux qui l’affirment, il en est qui le croient — à force de l’avoir répété !
Les vieux anarchos s’en moquent ; les novices, moins habitués aux luttes courtoises de la politique, s’emballent et donnent dans le panneau.

(Jacqueline, Gil Blas)

Méchef

d’Hautel, 1808 : Mésaventure, malheur, disgrace, infortune, désastre.

Méchi

Vidocq, 1837 : s. m. — Malheur.

Larchey, 1865 : Malheur (id.). — Abrév. du vieux mot méchief. V. Roquefort.

Delvau, 1866 : s. m. Malheur, — dans le même argot [des voleurs]. C’est assurément le meschief de notre vieille langue.

France, 1907 : Malheur, misère : corruption du vieux français meschief.

Mechillon

Hayard, 1907 : Quart.

Méchillon

Delvau, 1866 : s. m. Quart d’heure.

France, 1907 : Quart d’heure.

Mecque

Ansiaume, 1821 : Le roi.

Ma daronne a fait broder pour moi au mecque.

Rossignol, 1901 : Lui, individu.

Connais-tu ce mecque-là. — Qu’est-ce qu’il nous embête, ce mecque-la.

Médaillard

France, 1907 : Appellation dédaigneuse que les artistes qui n’ont reçu aucune récompense au Salon donnent à ceux de leurs confrères plus protégés ou plus méritants.

Médaille

d’Hautel, 1808 : Tourner la médaille. Changer de discours ; dire le contraire de ce que l’on pense ; considérer le bien et le mal d’une affaire.
La médaille est renversée. Pour, la fortune a changé ; les circonstances ne sont plus les mêmes.
Toute médaille a son revers. Pour dire, que toute affaire a ses avantages et ses inconvéniens.
Vieille médaille. Se dit ironiquement d’une vieille femme qui affecte beaucoup de prétentions.

Larchey, 1865 : « La jolie voix ! dit Schaunard en faisant chanter les pièces d’or. — Comme c’est joli, ces médailles ! ajouta Rodolphe. » — Murger.

Delvau, 1866 : s. f. Pièce de cinq francs en argent, — dans l’argot des artistes et des faubouriens. Le mot sort de la Vie de Bohême, d’Henry Murger. Médaille dor. Pièce de vingt francs.

Médaille (avoir la)

Fustier, 1889 : Argot de sport.

Il y a une expression consacrée dans l’argot du turf et qui est très significative : Avoir la médaille. On dit d’un monsieur qu’il a la médaille quand il fait une commission pour le compte du propriétaire. Cela veut dire qu’il est commissionnaire. Il a la médaille. Dès qu’on s’aperçoit qu’un monsieur a la médaille, c’est-à-dire qu’il a reçu mission du propriétaire de parier pour son cheval, il ne reste plus qu’à lui emboîter le pas…

(Paris Illustré, 1884)

Médaille de saint Hubert

Delvau, 1866 : s. f. Pièce de cinq francs, — dans l’argot des marbriers de cimetière, qui savent que ces médailles-là préservent de la rage de dents.

Médaille en chocolat

Delvau, 1866 : s. f. Médaille de Sainte-Hélène, — dans l’argot des faubouriens, par allusion à sa couleur de bronze noir. On a dit aussi Médaille de commissionnaire et Contremarque du Père-Lachaise.

Médaille ou médaillon

Virmaître, 1894 : V. Pièce de dix sous.

Médaille ou monarque

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Pièce de cinq francs.

Médailles

Rigaud, 1881 : Argent.

France, 1907 : Nom que les gens du peuple donnent aux décorations, qu’elles soient croix ou médailles. Médaille de Saint-Hubert, pièce de cinq francs ; médaille d’or, pièce de vingt francs ; médaille en chocolat, nom que l’on donnait à la médaille de Sainte-Hélène que portaient les vétérans du premier empire. On l’appelait aussi médaille de commissionnaire ou contremarque du Père-Lachaise.

Médaillon

Vidocq, 1837 : s. m. — Postérieur.

Larchey, 1865 : Derrière (Vidocq). — Allusion de rondeur.

Delvau, 1866 : s. m. La partie du corps où Paul de Kock fait se fendre la culotte de ses héros, ou sur laquelle il les fait volontiers tomber. C’est un mot de l’argot des voleurs, qui donnent ainsi un pendant au portrait de l’argot des faubouriens. Médaillon de flac. Impasse, cul-de-sac.

Rigaud, 1881 : Derrière. — Décrocher le médaillon, donner un fort coup de pied au derrière.

Virmaître, 1894 : Derrière. Les joueurs de manille appellent ainsi les as, par corruption de manillon, quelques-uns disent le merdaillon (Argot du peuple).

France, 1907 : Fond de culottes. Le derrière.

France, 1907 : Pièce de dix sous.

Médaillon de flac

Vidocq, 1837 : s. m. — Cul-de-sac, impasse.

France, 1907 : Cul-de-sac.

Médecin

d’Hautel, 1808 : Un médecin d’eau-douce. Pour dire, un mauvais médecin.
Après la mort, le médecin. Se dit lorsqu’un remède est administré quand il n’y a plus de ressource.

Vidocq, 1837 : s. m. — Avocat, conseiller.

Larchey, 1865 : Avocat (id.). — Ne soigne-t-il pas les malades à l’hôpital ? V. ces deux mots. — De là le mot médecine : bon conseil.

Delvau, 1866 : s. m. Avocat, — dans l’argot des voleurs, qui ont besoin d’être guéris de l’accusation, souvent mortelle, qui pèse sur eux.

Rigaud, 1881 : Avocat, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Avocat.

France, 1907 : Avocat. Il conseille à l’hôpital, c’est-à-dire à la prison. Tant que le prisonnier est sous les verrous, il est malade ; libéré, il est guéri. Argot des voleurs.

Médecin des morts

Rigaud, 1881 : Ordonnateur des pompes funèbres.

Médecine

d’Hautel, 1808 : Avaler la médecine. Pour dire, se résoudre à quelque chose qui répugne ; prendre son parti.
Cela sent la médecine. Se dit des alimens ou des breuvages qui ont une odeur désagréable, qui sentent le goût des drogues.

Vidocq, 1837 : s. m. — Conseil.

Delvau, 1866 : s. f. Conseil. Médecine flambante. Bon conseil, avis salutaire.

Delvau, 1866 : s. f. Personne ennuyeuse, obsédante, dont on avale à contre-cœur les discours. Argot du peuple.

Delvau, 1866 : s. f. Plaidoirie.

Rigaud, 1881 : Conseil. — Plaidoyer.

La Rue, 1894 : Plaidoirie. Conseil.

France, 1907 : Conseil d’avocat, défense. Une médecine flambante, un bon avis, une superbe défense.— Collez-moi cinquante balles, et je vous coque une médecine flambante.

(Mémoires de Vidocq)

France, 1907 : Personne fatigante, ennuyeuse. Elle produit au figuré l’effet d’une purge, elle fait aller.

Médecine (une)

Halbert, 1849 : Un conseil.

Médeciner

d’Hautel, 1808 : Se médeciner. Terme ironique qui signifie prendre continuellement, sans nécessité, des médicamens.

La Rue, 1894 : Empoisonner.

France, 1907 : Traitement des maladies, surtout par les empiriques de campagne.
Les façons de médeciner sont aussi grotesques qu’amusantes… pour ceux qu’on ne médecine pas. En voici quelques échantillons : tel empirique charge la poitrine d’un malade atteint de pleurésie d’un gros matou tout chaud qu’on vient d’exécuter ; tel autre place sur l’épigastre une planchette et la serre de toutes ses forces à l’aide d’une corde jusqu’à ce que le patient sente craquer ses côtes : c’est pour relever le crochet de l’estomac ! lisez : guérir la gastrite. Avez-vous des coliques ? Buvez un verre d’urine. Si ce sont des rhumatismes, il faut de la graisse de chrétien. Cette drogue ne se trouve pas dans les pharmacies, mais le guérisseux en conserve un petit pot, qu’il fait payer fort cher. Mais les plus habiles et les plus appréciés des bonnes femmes, ce sont ceux qui les médecinent à l’aide de paroles cabalistiques. Il en est pour toute espèce de maux. Ajoutons qu’un pâté de rats est souverain contre les fièvres tenaces. Peut-être pensez-vous que nous parlons de la façon de médeciner au moyen âge ? Erreur, nous parlons de la fin du XIXe siècle.

Médianimique

Delvau, 1866 : adj. Qui appartient au médium. Facultés médianimiques. Celles que possèdent les médiums et qui leur permettent d’entrer en communication avec les Esprits, — à ce qu’ils disent. L’expression a été forgée par Delage.

Médicamenter

d’Hautel, 1808 : Médicamenter une affaire. Conduire sagement, et avec prudence, une affaire.

Médicinal

d’Hautel, 1808 : Qui sert de remède ; beaucoup disent à tort, médecinal.

Médiocratie

France, 1907 : Gouvernement des médiocres. « L’oligarchie a succédé à la monarchie, et la médiocratie à l’oligarchie. »

En politique, je n’admets guère que deux sortes de gouvernement : l’anarchie — proh pudor ! — ou le « bon tyran », que prônait justement Balzac. Quant au règne de la médiocratie, résumée par son élite, bonsoir !
Il me semble que Balzac, avec son grand mépris des ridicules bourgeois, n’était pas si loin que cela de cette outrance : et peut-être, s’il eût été notre contemporain, eût-il abouti à semblable conclusion.

(Séverine)

Médium

Larchey, 1865 : Homme qui prétend servir d’intermédiaire entre ses semblables et certains esprits plus ou moins infernaux. — Ses évocations sont désignées aussi par un adjectif nouveau : médianymique.

Delvau, 1866 : s. m. Individu qui évoque les Esprits, — les lémures, auxquelles les modernes croient avec la même foi aveugle que les anciens. Le mot est nouveau, si la chose est vieille. Argot des spirites.

Rigaud, 1881 : Interprète de l’autre monde. Celui qui se charge de mettre le premier naïf venu en rapport de conversation avec feu M. de Voltaire ou avec tout autre grand homme trépassé. Le médium est le trucheman entre ce monde et l’autre. Il y a des gens qui se font des rentes avec ce métier-là.

Méfiant

France, 1907 : Sobriquet que les cavaliers donnent aux fantassins ; argot militaire.

Méfiants (les)

Merlin, 1888 : Les fantassins, qui combattent le plus souvent sac au dos, et ce, dit-on plaisamment, dans la crainte d’être volés.

Meg

un détenu, 1846 : Chef, maître. Meg des gerbiers : un président de tribunal.

Delvau, 1866 : s. m. Maître, roi, — dans l’argot des voleurs, qui, quoique affranchis, sont volontiers les esclaves de quiconque est plus fort, plus rusé, plus coquin qu’eux… Meg des megs. Dieu. Meg de la rousse. Le préfet de police.
Les Bescherelles de la haute pègre prétendent qu’il faut écrire et prononcer mec et non meg.

La Rue, 1894 : Maître, roi, chef. Meg des megs. Dieu ou préfet de police.

Rossignol, 1901 : Homme important.

France, 1907 : Le maître ; du latin magnus, grand. Voir Mec.

Il y a un mot qui reparait dans toutes les langues du continent avec une sorte de puissance et d’autorité mystérieuse. C’est le mot magnus. L’Écosse en fait son mac qui désigne le chef du clan ; l’argot en fait le meck et plus tard le meg, c’est-à-dire Dieu.

(Victor Hugo, Les Misérables)

Meg de la rousse (le grand)

Virmaître, 1894 : Le préfet de police (Argot des voleurs). V. Dabe des renifleurs.

Meg des Megs

Rossignol, 1901 / Hayard, 1907 : Dieu.

France, 1907 : Dieu.

Il y a dans chaque groupe professionnel, dans chaque métier, dans chaque art, dans chaque vice et dans chaque criminalité an roi, un maître, un praticien supérieur à tous : le meg des megs, comme on dit dans l’argot classique pour désigner le bon Dieu, le plus malin des mariolles, puisqu’il a finalement roulé, jusqu’en enfer, le diable qui ne passait point pour un Claude.

(E. Lepelletier, Écho de Paris)

Meg, mec

Larchey, 1865 : Maître. V. Chique. — Du vieux mot Mège : chef, souverain. V. Roquefort, au mot megedux. — Mec des mec : Dieu. V. Rebâtir.

Mégalomane

France, 1907 : Individu qui aime les gens titrés, les grands : c’est le snob anglais. Hellénisme formé de mégalon, grand, et de manie.

Mégalomane, il s’imaginait créer une espèce : au lieu de bras, les hommes avaient des ailes, et les femmes, des cornes à la place des yeux ; puis les sexes divers se confondaient, et d’un millier d’êtres jaillissait un seul type avec une poitrine de vierge, une queue de serpent, des pattes de chien et un œil servant de bouche, d’oreilles humaines, de langue et de mains ; — et, le monstre disparu, naquirent des variétés infinies de bêtes épouvantables, toutes les horreurs de l’Apocalypse, tous les rêves obscènes d’un vieillard érotique.

(Dubut de Laforest, Morphine)

Mégalomanie

France, 1907 : « Paris n’est pas seulement le paradis des femmes, c’est aussi l’Eldorado de toute cette flibuste d’outre-monts et d’outre-mer, qui, lasse de végéter chez elle dans an prolétariat famélique et sans gloire, y vient, sous des noms ronflants et avec des titres de contrebande, exploiter notre incurable mégalomanie.
Faux comtes roumains et romains, faux princes polonais, faux grands d’Espagne, faux ducs de Scandinavie, faux landgraves de Gérolstein, faux pachas d’Égypte, faux marquis du Brésil, faux commodores de l’Amérique du Sud, toutes les variétés du rastaquouérisme grouillent dans ce simili d’Hozier, comme, dans l’égout collecteur, tous les détritus de la capitale. »

(Émile Blavet)

Mégard

France, 1907 : Chef de bande ; argot des voleurs.

Mégère

d’Hautel, 1808 : Terme injurieux et de mépris dont on qualifie une femme colère, emportée et criarde.

Mégo

Rigaud, 1881 : Bout de cigare, bout de cigarette.

Des moutards de treize ans fumaient des mégots et salivaient.

(Huysmans, les Sœurs Vatard)

France, 1907 : Abréviation de mégohm, unité électrique ; terme employé depuis plusieurs années pour signifier électricité et même, par extension, toute la physique. C’est ainsi qu’on dit : « Nous allons à l’amphi de mégo. »

(Albert Lévy et G. Pinet, Argot de l’École polytechnique)

France, 1907 : Argent sur lequel on ne comptait pas, excédent de recette.

Mégo, mégot

France, 1907 : Bout de cigare.

… Les ramasseurs de bouts de cigares et de cigarettes, un des mille petits métiers des dessous parisiens. Dans le langage argotique, on les appelle les ramasseurs de mégos. Ces individus que l’on voit marcher le long des terrasses des cafés, le regard fixé à terre, forment une sorte de corporation assez étendue, dont le rendez-vous est à l’ancien « Drapeau Rouge ». C’est là que se fait la cote, la hausse et la baisse de la marchandise, selon que la récolte a été plus ou moins fructueuse.

(G. Macé, Un Joli Monde)

Près des théâtres, dans les gares,
Entre les arpions des sergots,
C’est moi que j’cueill’ les bouts d’cigares,
Les culots d’pipe et les mégots.

(Jean Richepin)

Un colonel d’artillerie visite une poudrière. Il arrive devant la grille en fumant un superbe panatellas à peine entamé.
— On ne fume pas ! crie la sentinelle.
— Mais…
— On ne fume pas ! c’est la consigne !
— C’est bon, mon garçon, je vous félicite de votre zèle….
Le colonel jette le cigare et rentre.
Aussitôt, la sentinelle ramasse le mégot et le fume avec délices.

(La Nation)

Y a plus moyen d’écrire un mot
Sans voir rappliquer un sergot
Qui vous ramass’ comme un mégot,
C’est la consigne !

(Aristide Bruant)

Mégot

Merlin, 1888 : (?) Bout de cigare ou de cigarette.

La Rue, 1894 : Bout de cigare que ramasse le mégotier.

Rossignol, 1901 : Bout de cigarette ou cigare fumé.

Mégottier

Fustier, 1889 : Industriel oui ramasse les bouts de cigares, les mégots.

Là, sont réunis pêle-mêle des biffins… le mégottier avec son pistolet à la saind-homme.

(Réveil, 1882)

France, 1907 : Ramasseur de bouts de cigares et de bouts de cigarettes.

Mégue (le grand)

Clémens, 1840 : Dieu, ou un chef quelconque.

Meilleur

d’Hautel, 1808 : Tirer ou boire du meilleur. Pour dire, tirer ou boire du meilleur vin.

Meilleure chose du monde (la)

Delvau, 1864 : La fouterie, qui est le plaisir des dieux et des déesses, des hommes et des femmes — l’excelsior de toutes les jouissances connues.

Comment, si c’est quelque chose de bon ! C’est la meilleure chose du monde !

(Mililot)

Mélancolie

d’Hautel, 1808 : Il n’engendre pas de mélancolie. Se dit d’un homme qui vit joyeusement ; qui n’a point de soucis.
Le tombeau de la mélancolie. Le vin, les contes gaillards.

Mélasse

France, 1907 : Misère ; a pour synonymes en argot panade, limonade, purée.
Dans la mélasse on est englué ; dans la panade on est affadi ; dans la limonade, noyé.

Nous aut’s les républicains,
Nous somm’s d’un’ drôle d’famille,
Où les gens les plus malins
Pourraient pas r’trouver leur fille,
Mais moi jamais ça n’m’émeut
D’être né dans la mélasses ;
Tous les chiens sont pas d’bonn’ race :
On a les parents qu’on peut.

(Jules Célès)

Mélasse (être dans la)

Virmaître, 1894 : Dans la misère jusqu’au cou (Argot du peuple) V. Purée.

Mélasse (tomber dans la)

Rigaud, 1881 : Être sous le coup d’une catastrophe financière ; avoir fait de mauvaises affaires.

Mélasson

Fustier, 1889 : Niais, imbécile.

Faut-il que vous soyez mélasson pour vous être ainsi fourré la gueule dans le beurre I

(Huysmans, les Sœurs Vatard)

France, 1907 : Maladroit, niais.

Mêlé

Larchey, 1865 : Mélange d’eau-de-vie et de cassis, ou moins souvent de toute autre liqueur.

Aimez-vous l’eau-de-vie ? Dame ! on vend ytout du mêlé.

(Vadé, 1755)

Coquelin, des verres de mêlé pour ces dames.

(1845, Privat d’Anglemont, le Prado)

Delvau, 1866 : s. m. Mélange d’eau-de-vie et de cassis, ou d’anisette et d’absinthe, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Mélange d’une liqueur forte et d’une liqueur douce. — Mêlé-cass, eau-de-vie et cassis mêlés, le nectar des déesses du cordon.

Mêlé cass.

Virmaître, 1894 : Mélange d’eau-de-vie et de cassis que les ouvriers boivent le matin sur le zinc pour tuer le ver. On dit dans le peuple :
— Faire ses dévotions à Notre-Dame de Mêlé-Cassis (Argot du peuple). N.

Mêlé-cass

France, 1907 : Abréviation de mêlé-cassis, mélange de cassis et d’eau-de-vie. On dit aussi simplement mêlé.

Dame ! on vend itout du mêlé ;
En voulez-vous, Monsieur l’enflée ?

(Vadé)

Si vous racontez, d’aventure, à quelqu’un de ces mondains qui s’ennuient sans répit parce qu’ils veulent s’amuser sans cesse, comment un ouvrier, l’autre soir, s’est oublié à la guinguette ; comment un paysan, pour s’être grisé dimanche dernier à la fête votive, n’a pas pu travailler lundi, ah ! ah ! mes bons amis, vous entendez alors de la belle musique ! Comprenez-vous ces brutes, des maçons ou des laboureurs, qui ont fait la grande fête ! — En vérité, le peuple empiète ! Le mêlé-cass insulte la veuve Cliquot !…. Où en sommes-nous, bon Dieu ! si le canon sur le zinc fait concurrence à la fine seringue que le petit Chose porte dans son étui à cigares et le petit Machin dans le talon de ses bottes !

Mêlé-casse

Rossignol, 1901 : Eau-de-vie mêlée de cassis.

Mêler

d’Hautel, 1808 : Mêler les cartes. Pour dire, embrouiller une affaire.
Un marchand mêlé. Intrigant ; homme qui fait plusieurs métiers, ou qui est versé dans diverses sciences.
Un Jean qui se mêle tout. Un homme qui fait le bon valet, qui se charge de toutes les affaires.
Avoir les dents mêlées. Être ivre.
Mêlez-vous de filer votre quenouille. Se dit aux femmes qui veulent prendre part aux affaires des hommes.

Mêler ses sabots

France, 1907 : Coucher avec une femme ou une fille. Expression normande.

Melet

Halbert, 1849 : Petit.

Virmaître, 1894 : Petit, petite (Argot des voleurs).

France, 1907 : Petit, étiolé, mince, chétif ; argot de voleurs.

Melet, te

Delvau, 1866 : adj. Petit, petite, — dans l’argot des voleurs.

Melette

Halbert, 1849 : Petite.

Méli-mélo

Delvau, 1866 : s. m. Confusion, mélange chaotique, — dans l’argot du peuple, qui emploie cette expression au propre et au figuré.

France, 1907 : Confusion.

Mélinite

France, 1907 : Fille de joie.

Hier, en rentrant chez elle, la plantureuse mélinite trouva dans ses escaliers six jeunes potaches armés jusqu’aux dents.
— Être ou ne pas être… Nous aimer ou mourir ! s’écrièrent en chœur les six collégiens, en braquant sur Edwige leurs six revolvers.

(Gil Blas)

Mélisse

d’Hautel, 1808 : Eau de mélisse. On dit vulgairement de l’eau de milice.

Mélo

France, 1907 : Abréviation de mélodrame.

Mélo, c’est un mélo, un mélodrame pour tout de bon, soigneusement cuisiné, avec les ingrédients fameux de cette sorte de ratatouille : guet-apens et assassinat. suppression d’enfants, innocent injustement accusé et même guillotiné, justiciers improvisés se substituant à la justice humaine impuissante, et ne tardant pas à atteindre les meurtriers triomphants, et ne manquant pas de réhabiliter la mémoire de la victime…
C’est un mélo sans tambour ni trompette bourré de vertueuses ingénues, de fieffés coquins, d’adjurations et de prières, comme une oie de marrons. On y voit un homme généreux qui se promène à travers ces dix tableaux, distribuant en passants les billets de mille dont son portefeuille est garni. On y voit une fieffée coquine, la femme de ce petit manteau bleu, tramant avec une bande de sacripants le meurtre de son mari et la suppression de la petite Mionne, sa propre fille, Messieurs, jadis exposée à la charité publique et recueillie par un brave diable de saltimbanque…

(Henry Bauër, Écho de Paris)

Melon

d’Hautel, 1808 : Il est aussi difficile de trouver un bon melon qu’une bonne femme. L’un et l’autre cependant ne sont point introuvables.

Larchey, 1865 : Niais, élève de première année à l’École de Saint-Cyr.

Vous êtes si melons à Châtellerault.

(Labiche)

Qui viennent me brimer, moi, malheureux melon.

(Souvenirs de Saint-Cyr)

On dit aussi cantaloup.

Ah ça ! d’où sort-il, ce cantaloup ? Sur quelle couche monsieur son papa l’a-t-il récolté, ce jeune légume ?

(Ricard)

Delvau, 1866 : s. et adj. Imbécile, nigaud. Cette injure, — quoique le melon soit une chose exquise, — a trois mille ans de bouteille, et son parfum est le même aujourd’hui que du temps d’Homère : « Thersite se moquant des Grecs, dit Francisque Michel, les appelle πέπονες. » Il y a longtemps, en effet, que l’homme, « ce Dieu tombé », ne se souvient plus des cieux, puisqu’il y a longtemps que la moitié de l’humanité méprise et conspue l’autre moitié.

Delvau, 1866 : s. m. Élève de première année, — dans l’argot des Saint-Cyriens.

Rigaud, 1881 : Chapeau rond et bas de forme, à la mode en 1880. Pareil aux phares à éclipse, le melon paraît, disparaît et reparaît, suivant les caprices de la mode.

Rigaud, 1881 : Nouveau venu, élève de première année à l’école de Saint-Cyr.

En ma qualité de melon, j’avais reçu, comme ennemi, un nombre prodigieux de coups de traversin sur la tête.

(Vicomte Richard, Les Femmes des autres)

Merlin, 1888 : Jeune sous-lieutenant de l’école.

Fustier, 1889 : On appelle ainsi au prytanée militaire tout élève faisant partie du troisième bataillon.

C’est au troisième bataillon des élèves, c’est-à-dire au bataillon des melons que l’agitation est très grande.

(Revue alsacienne, juillet 1887)

(V. Melon au Dictionnaire.)

La Rue, 1894 : Imbécile. Élève de première année à Saint-Cyr.

France, 1907 : Chapeau à fond bombé.

Après avoir examiné des pieds à la tête Chrétien, qui, malgré la misère, était encore assez proprement mis :
— Mince de frusques ! dit Mahurel. Un complet, un melon, du linge… T’as donc un héritage ? Paies-tu un verre ?…

(François Coppée, Le Coupable)

France, 1907 : Nigaud. Nouveau, élève de première année dans l’argot de Saint-Cyr et du Prytané militaire de la Flèche. Ce sobriquet viendrait de ce que jadis les nouveaux saint-cyriens entraient à l’école le jour de la Saint-Mellon, 22 octobre.

Connaissez-vous une spirituelle caricature de Draner, dans laquelle un saint-cyrien imberbe, un vrai melon, murmure mélancoliquement, en cirant ses bottes maculées de boue :
— Avoir cent mille livres de rentes, descendre des croisades et cirer ses bottes ! Enfn, papa m’a dit : Noblesse oblige !

(René Maizeroy, Souvenirs d’un Saint-Cyrien)

Fanatisez à l’exercice
Devant l’ancien qui vous instruit,
Sans quoi la salle de police,
Melons, vous attend cette nuit.

(Vieille chanson de Saint-Cyr)

Melonner

France, 1907 : Tromper. Traiter quelqu’un en melon, c’est-à-dire en dupe, en imbécile.

Ce que m’inspirent les prospectus, les réclames, les annonces, les discours d’apparat, les professions de foi, ce n’est pas tant le goût de ceux qui les font, que le mépris de ceux qui les croient. Comment, braves gens ! vous avez été melonnés vingt fois ; vous avez donné dans tous les panneaux ; vous avez perdu votre argent ; vous avez risqué le pain de vos enfants dans une foule de combinaisons soit honnêtes, soit déshonnêtes, et vous n’êtes pas satisfaits ? Vous avez vu

Melton

France, 1907 : Drap fort et uni, tissu en Angleterre.

Membre (le)

Delvau, 1864 : Sous-entendu viril. Le grand outil générateur, que nous faisons travailler comme un cheval et que les femmes adorent comme un dieu.

Jouis-tu, cochon ? Ah ! le beau membre !

(Lemercier de Neuville)

On voit, sous les feuilles de vignes
Que leur impose la pudeur,
S’agiter de gros membres dignes
d’admiration — ou d’horreur.

(Anonyme)

Monseigneur le vit, ou madame la pine — Outre ces deux noms, ce noble personnage, qui veut chaque jour être fêté, possède plus de prénoms qu’il n’en faudrait pour refaire le calendrier… républicain. Je cite les principaux :

L’acteur, l’affaire, les agréments naturels, l’aiguille, l’aiguillon, l’aiguillette, l’andouille, l’arbalète, l’ardillon, l’aspergès, l’asticot, la baguette, le balancier, le bâton à un bout, le bâton de sucre de pomme, le bâton pastoral, le battant de cloche, la béquille du père Barnaba, le berlingot, la bibite, le bidet, le bijou, le bistouri, la bite, le bogue, le bonhomme, le bouchon, le boudin blanc, le bougeoir, la bougie, le bout de viande, le boute-feu, le boutejoie, la boutique, le boyau, la braguette, le bracquemard, le bras, la briche, la broche, le broque, la burette, le canon à pisser, la carotte, le cas, le carafon d’orgeat, le cavesson, cela, ce qu’on porte, la chair, le chalumeau, le champignon, la chandelle, la chanterelle, la charrue, la chenille, la cheville d’Adam, la cheville ouvrière, le chibre, le chiffe, le Chinois, le chose, le cierge, la cigarette, la clé, le clou, la cognée, le cognoir, le coin, la colonne, le compagnon fidèle, la corde sensible, le cordon de saint François, le cornichon, la couenne, la courte, le criquet, le dard, le dardillon, le degré de longitude, le devant, le doigt du milieu, le doigt qui n’a pas d’ongle, dom ou frère Frappart, le dressoir, le drôle, l’écoutillon, l’engin, l’épée, l’étendard d’amour, le fils, le flacon d’eau-de-vie, le flageolet, la flèche, la flûte à un trou, le fourrier de nature, la gogotte, la grosse corde, le goujon, le goupillon, la guigui, la guiguitte, la haire, le hanneton, l’herbe qui croit dans la main, l’histoire, le honteux, Jacques, la jambe, Jean Jeudi, Jean Chouart, la laboureur de nature, la lance, la lancette, le lard, la lavette, la limace, le machin, le Mahomet, le manche du gigot, la marchandise, le mirliton, le mistigouri, le moineau, le moineau, la navette, le nerf, le nœud, l’obélisque, le onzième doigt, l’os à moelle, l’outil, l’ouvrier de nature, le paf, le panais, le pénis, le pondiloche, le perroquet, la petite flûte, le petit frère, le petit voltigeur, la pierre à casser les œufs, la pierre de touche, le pieu, le pignon, le pis, la pissottière, le poinçon, la pointe, le poireau, la potence, le poupignon, Priape, la quéquette, la queue, le robinet de l’âme, Rubis-Cabochon, la sangsue, saint Agathon, saint Pierre, le salsifis, la sentinelle, la seringue, le sifflet, le sous-préfet, le sucre d’orge, le trépignoir, la triquebille, la troisième jambe, le tube, la verge, la viande crue, etc. etc.

Membre de la caravane

Delvau, 1866 : s. m. Fille ou femme de mœurs douteuses, — dans l’argot du peuple, qui emploie une périphrase pour dire camelu.

France, 1907 : Fille publique. Euphémisme pour chameau.

Membrer

France, 1907 : Travailler, faire l’exercice.

Poussant éternellement devant eux une brouette qu’ils avaient soin de laisser éternellement vide, s’arrêtant pour contempler les camarades qui membraient.

(Georges Courteline)

Membru

d’Hautel, 1808 : Qui a de gros membres ; homme grand, fort et vigoureux.

Même (mettre a)

Larchey, 1865 : Tromper. V. Emblème. — On dit aussi Faire au même, Refaire au même.

Même tabac

France, 1907 : Même chose, synonyme de kif-kif.

À Saint-Denis, même tabac : la jeunesse s’est fendue d’une chouette manifestance devant le buste de la République ; quand les patriotes bourgeois ont eu fermé leur égout à paroles et cessé de célébrer en phrases macaroniques la prise de la Bastille, un riche fieu s’est fendu d’un discours démoucheté que le populo a applaudi.

(Le Père Peinard)

Memento, homo, quia pulvis es

France, 1907 : « Souviens-toi, homme, que tu es poussière. » Paroles que prononce le prêtre en frottant le front des fidèles avec un peu de cendre, le mercredi des Cendres.

Mémoire

d’Hautel, 1808 : Quand on n’a pas de mémoire, il faut avoir de bonnes jambes. Signifie que quand on a oublié quelque chose, il ne faut pas être paresseux pour l’aller rechercher.
Il a la mémoire d’un lièvre, il la perd en courant. Se dit d’un étourdi, d’un écervelé.
Il a la mémoire courte. Se dit par plaisanterie de quelqu’un qui manque à ses promesses ou qui ne paie pas à l’époque qu’il a donnée.

d’Hautel, 1808 : Un mémoire ďapothicaire. Mémoire ou les prix sont exagérés, trop forcés ; où les articles sont embrouillés de manière à ce qu’on n’y puisse rien connoître.

Menaces

d’Hautel, 1808 : Tes menaces et rien c’est la même chose. Pour dire à quelqu’un qu’on se moque de ce qu’il dit ; qu’on ne redoute pas sa colère.
Tel menace qui tremble. Signifie que celui qui menace a souvent plus peur que celui qu’il cherche à intimider.

Ménage

d’Hautel, 1808 : Un ménage de bouts de chandelles. Épargne sordide ; fausse économie des petites choses.
Un ménage gâté. Se dit d’un méchant homme marié à une mauvaise femme.
Brouille-ménage, gâte-ménage. Celui qui met le désordre entre deux époux.
Vivre de ménage. Pour dire, vendre ses meubles, ses effets pour manger.
Remuer le ménage de quelqu’un. Saisir, vendre ses meubles par autorité de justice.

Ménage (faire le)

Rigaud, 1881 : Mêler les dominos quand la pose est à l’adversaire.

Ménage à la colle

Fustier, 1889 : V.Delvau : Mariage à la détrempe.

Les commissaires iront-ils vérifier le désintéressement de 60,000 ménages à la colle qui se cachent dans les faubourgs ?

(Télégraphe, 1882)

Ménage à la colle, à la détrempe

France, 1907 : Cohabitation d’un couple non marié, concubinage.

Ménager la chèvre et le chou

France, 1907 : Ne donner tort à personne, afin de ne pas se faire d’ennemis.
Voici, en même temps qu’un exemple, une façon originale de ménager la chèvre et le chou :

Une dévote, un jour, dans une église,
Offrit un cierge au bienheureux Michel,
Et l’autre au diable. « Oh ! oh ! quelle méprise !
Mais c’est le diable. Y pensez-vous ! ô ciel !
— Laissez, dit-elle, il ne m’importe guères,
Il faut toujours penser à l’avenir.
On ne sait pas ce qu’on peut devenir,
Et les amis sont partout nécessaires. »

Ménagère

d’Hautel, 1808 : Ma ménagère. Pour dire ma femme, mon épouse.

Ménagier

France, 1907 : Recueil de recettes, de conseils relatifs à la bonne direction d’une maison. Il y avait autrefois dans chaque famille un ménagier que la maîtresse de céans consultait religieusement et faisait lire à ses filles.

On retrouvait, il n’y a pas longtemps, un document précieux, au point de vue de l’histoire des mœurs. C’était ce que nos ancêtres eussent appelé un ménagier, un recueil de conseils intimes, relatifs à la bonne direction de la maison, un manuel de morale, un traité de civilité. Cette compilation résumait les idées courantes, les principes reçus ; elle entrait dans les moindres détails de la vie quotidienne.

(Paul Ginisty)

Mendacem oportet esse memorem

France, 1907 : Locution latine tirée des Mimes du poète Publius Syrus, que Corneille à traduite par ce vers du Menteur :

Il faut bonne mémoire, après qu’on a menti.

Mendiant

France, 1907 : Fourneau. Il demande sans cesse à être alimenté.

Mendiant à la lettre

France, 1907 : Tout de mendiants se disent journalistes qu’on ne saurait être étonné qu’un journaliste ait la fantaisie de se dire mendiant. Toutefois, ce n’est pas pour se donner les émotions neuves de la mendicité que notre élégant confrère Hugues Le Roux, coiffé pour la circonstance d’un feutre roussi, vêtu d’un long paletot dit « cache-misère », découvrant du linge douteux, la barbe inculte, la moustache tombante, est allé sonner aux portes dans diverses maisons du quartier Marbeuf. L’ingénieux chroniqueur voulait savoir, par expérience personnelle, combien peut recueillir dans sa matinée un mendiant à la lettre, c’est-à-dire un mendiant qui, muni d’une lettre de demande et de quelques recommandations plus ou moins authentiques, vient solliciter la charité à domicile.
Hugues Le Roux (nous dit Paul Foucher à qui nous empruntons l’amusant récit de cette odyssée) a gravi quelques étages et a rapporté de son expédition douze francs et un vieux pantalon. Inutile d’ajouter qu’il a envoyé l’argent à une bonne œuvre (celle de l’Enfance abandonnée) et qu’il est néanmoins prêt à le rendre de sa poche aux donataires, si ceux-ci en manifestaient le désir. Quant au pantalon, il paraît qu’il a trouvé un locataire.

Cette expérience démontre que le métier de mendiant à la lettre peut rapporter à celui qui l’exerce habilement les vingt-cinq francs par jour d’un député. Elle démontre aussi que nous ouvrons notre bourse avec trop de facilité et que c’est un peu notre faute si les mendiants volent les pauvres.

(Les Annales politiques et littéraires)

Mendigo

La Rue, 1894 : Mendiant.

France, 1907 : Mendiant ; faux pauvre.

Cette classe importante compte une foule de types : la fausse veuve avec enfants, le faux martyr politique, le mendiant à domicile, le faux épileptique, le faux ouvrier sans travail, le faux mari dont la femme se meurt faute d’argent pour un remède, etc., etc.

(Rabasse)

Quant à l’ouvrier sans travail, dont la femme pleure au logis, dont les gosses crèvent la famine, et qui bat le pavé en quête d’un labeur qui semble le fuir, gare à lui s’il s’assied un quart d’heure sur un banc pour reprendre haleine, gare à lui, surtout, s’il est mal vêtu. « À Nanterre, mendigo ! »

(La Révolte)

Faignant, lui ! Lui, lâche ! Infamie !
Un soir, on rafla son amie.
Emballée ! Ouste ! À Saint-Lago !
Ainsi tombé dans la mélasse,
Qu’auriez-vous fait, vous, à sa place ?
Lui, sans honte, il fut mendigo.
Oui, dans sa débine complète,
Pour qu’elle eût un peu de galette,
Quelques maigres douceurs là-bas,
Lui, se grimant en cul-de-jatte,
Il tendit bravement la patte
Aux sous qu’on ne lui donna pas.

(Jean Richepin)

iens, qu’est-c’ que c’est donc que c’gros moine
Qui rigole sous son capuchon ?…
J’suis bêt’… c’est l’fameux saint Antoine ;
Je le r’connais à son cochon !
Et c’vieux mendigo qui s délabre ?
Pour sûr, il ignor’ l’emploi d’l’eau !
Ce doit êtr’ ce pouilleux d’saint Labre,
Va donc prendre un bain, eh ! salop !

Mendigo, mendigoteu

Rigaud, 1881 : Mendiant. — J’aime pas les mendigos qui pissent des châssis tout le temps : est-ce qu’il y a pas du turbin pour tout le monde ? — Mendigotage, mendicité.

Mendigot

Fustier, 1889 : « Le mendigot n’est pas tout à fait le mendiant. Le mendigot est une sous-variété du trimadeur.il va mendier dans les châteaux ou dans les maisons aisées et renseigne les Monteurs de coups. »

(Clairon, 1882)

Virmaître, 1894 : Mendiant. D’un petit mendiant on dit qu’il mendigotte. Mendigot, changement de finale (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 / Hayard, 1907 : Mendiant.

Mendigote

France, 1907 : Mendiante.

Cette vieille mendigote, qui n’avait jamais aimé rien autre sur terre que l’argent, ne s’était-elle pas avisée de s’intéresser à la jeune fille… Elle la cajolait, elle la traitait avec douceur… elle pleurnichait même en lui parlant, en la regardant… Elle prétendait qu’elle lui rappelait une fille qu’elle avait eue dans le temps et qui avait disparu.

(Edmond Lepelletier)

D’aucunes sont assassinées par un voyou — juste châtiment de quiconque a chouriné la pitié dans le cœur des crédules, tordu le cou aux illusions des simples, rendu les bons, mauvais, et les mauvais, pires !
Plaigne qui voudra ces fins tragiques ! Moi, j’y demeure insensible et suppute seulement le bien que les mendigotes ont empêché de faire. Que de pauvres diables, que d’infortunées ont dû crever de faim et de douleur parce que la compassion de celui qui leur serait venu en aide avait été tarie misérablement par ces créatures !
Oh ! ce mot, dit justement, hélas : « On ne me refait pas deux fois ! » — ce qu’il a tué de gens !

(Jacqueline, Gil Blas)

Mendigoter

Rigaud, 1881 : Mendier, — dans le jargon des voleurs. La variante est : Simonner.

Rossignol, 1901 : Mendier.

Mené (une)

M.D., 1844 : Une douzaine.

Menée

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Douzaine. Une menée de ronds, douze sous.

Halbert, 1849 : Douzaine.

Delvau, 1866 : s. f. Douzaine, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Douzaine. — Une menée de ronds, une douzaine de sous, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Douzaine.

Virmaître, 1894 : Une douzaine.
— Nous étions une menée pour ratiboiser le goncier ; pas mèche d’en venir à bout, c’était un rude lapin (Argot des voleurs).

France, 1907 : Douzaine. Une menée d’ornichons, une douzaine de poulets ; une menée d’avergots, une douzaine d’œufs ; une menée de ronds, une douzaine de sous (argot du temps de Cartouche).

Ménée

Vidocq, 1837 : s. f. — Douzaine.

Menée (une)

Hayard, 1907 : Une douzaine.

Menée d’avergots

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 / Halbert, 1849 : Douzaine d’œufs.

Menée de ronds

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : Douze sous.

Halbert, 1849 : Douzaine de sous.

Mener

d’Hautel, 1808 : Mener tambour battant. Traiter quelqu’un sans ménagement ; ne pas lui donner le temps de se reconnoître dans une affaire.
Il se laisse mener par le bout du nez. Se dit d’un homme sans caractère, qui se laisse aller à toutes les volontés des autres.
C’est un aveugle qui en mène un autre. Se dit d’un homme sans esprit et sans jugement, qui se mêle de conduire un autre homme.
Mener le branle ou la bande. Mettre tout le monde en train ; donner l’exemple.
Mener bien sa barque. Être prudent en affaire ; être heureux dans ses spéculations.
Mener quelqu’un par la lisière. S’en rendre absolument maître ; le diriger entièrement.
Mener. Pour se moquer, faire aller, promener quelqu’un.
Mener beau bruit, mener grand bruit. Pour, faire tapage, faire fracas.

Mener douce et joyeuse (la)

Rigaud, 1881 : Mener une joyeuse existence.

Eh bien ! mes petits agneaux, il paraît qu’on la mène douce et joyeuse, ici.

(Dumanoir et A. d’Ennery, Les Drames du cabaret)

Mener en bateau

Rossignol, 1901 : Faire une promesse à quelqu’un, le faire patienter, aller et venir, sans jamais tenir parole, est le mener en bateau (le faire aller).

Mener grand bruit, grand train

France, 1907 : Très vieille locution. Mener, dont l’orthographe était mainer, signifiait produire, du latin manare.

Mener large (n’en pas)

Delvau, 1866 : Avoir peur, se faire humble et petit, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1907 : Être mal à l’aise, avoir des appréhensions ; « serrer les fesses », dit Ch. Virmaître.

— Ah ! fit-elle, tu as meilleure figure ! Et, tiens ! veux-tu savoir ? moi aussi, ça va mieux… Tu n’as rien remarqué, tout à l’heure, dehors ? Je n’en menais pas large. Dieu de Dieu ! qu’on est malheureux et qu’on a du noir, des fois ! On a beau avoir perdu le droit d’être gaie ou triste, ça remue tout de même de penser que v’là encore une année qui s’amène, hein ? et qu’y a rien pour vous dire un mot… Va, je te comprends…

(Alexandre Hepp)

Une fois la fumée dissipée, on verra une vingtaine d’assistants sur le flanc, foudroyés du coup ou n’en menant pas large.

(Paul Alexis, Cri du Peuple)

Mener les poules pisser

Delvau, 1866 : Se dit, — dans l’argot du peuple, d’un homme qui s’amuse aux menus soins du ménage et porte le jupon au lieu de porter la culotte. L’expression date du XVIIe siècle. Dans un ballet de la cour de Gaston, duc d’Orléans, on voit Jocrisse qui mène les poules pisser. Jocrisse est là le type du genre.

France, 1907 : Se dit d’un benêt qui s’occupe des menus soins du ménage. Une vieille pièce montre Jocrisse, le type du genre, menant pisser les poules.

Mener par le bout du nez

Delvau, 1866 : v. a. Faire ce qu’on veut d’une femme, quand on est homme, d’un homme quand on est femme. Se laisser mener par le bout du nez. Être d’une faiblesse extrême, faire la volonté des autres et non la sienne propre.

Mener par un chemin ou il n’y a pas de pierres

France, 1907 : Faire marcher quelqu’un rapidement, le contraindre à une obéissance prompte, sans qu’il puisse résister, comme si on le poussait dans un chemin où nulle pierre, nul obstacle ne gêne la marche.

Mener pas large (n’en)

Virmaître, 1894 : Être fort mal à son aise. Mot à mot : serrer les fesses ou n’être pas dans ses petits papiers. Le condamné qui va être exécuté n’en mène pas large (Argot du peuple).

Mener pisser

Delvau, 1866 : v. a. Forcer un homme à se battre en duel. Argot des troupiers. On ne le mène pas pisser ! Une phrase de l’argot du peuple, qui emploie pour indiquer le caractère d’un nomme qui ne fait que ce qu’il veut, et non ce que les autres veulent. Elle se trouve dans Restif de La Bretonne.

Rigaud, 1881 : Pousser quelqu’un à se battre en duel, — dans le jargon des troupiers.

France, 1907 : Forcer un homme à se battre en duel. On sait quel effet produit la peur sur la vessie. Henri IV déclarait bravement qu’avant chaque bataille il pissait dans ses chausses.

Menesse

M.D., 1844 : Ma femme.

un détenu, 1846 : Femme.

Delvau, 1864 : Femelle de l’homme en général — et, en particulier, de l’homme sans préjugés qu’on appelle maquereau.

En ai-je t’y reçu, de l’argent des menesses ! Oh ! là là !…

(Lemercier de Neuville)

Rigaud, 1881 : Prostituée, — dans l’ancien argot. — Femme à voleurs. — Gredine à la fleur de l’âge. — Fille de maison, — dans le jargon des troupiers.

Merlin, 1888 : Femme, maîtresse, catin, — de l’argot parisien.

La Rue, 1894 : Prostituée. Fille ou femme de voleur.

Virmaître, 1894 : Femme (Argot des souteneurs).

France, 1907 : Femme. Probablement du grec mènès, mois, lune, soit à cause des pertes mensuelles de la femme, soit à cause de son postérieur appelée lune, à moins que menesse ne vienne de l’allemand mensch, coureuse d’hommes.

Ménesse

Clémens, 1840 : Fille, ou femme de voleur.

Halbert, 1849 : Maîtresse.

Larchey, 1865 : Femme, maîtresse (Dict. d’Argot, 1844).

Hayard, 1907 : Femme.

Menesses

Delvau, 1866 : s. f. pl. Filles de maison, — dans l’argot des soldats.

Menestre

Vidocq, 1837 : s. m. — Potage.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Halbert, 1849 : Soupe.

Delvau, 1866 : s. f. Soupe, potage, — dans l’argot des voleurs et des honnêtes gens.

Mon docteur de menestre en sa mine altérée,
Avoit deux fois autant de mains que Briarée,

dit Mathurin Régnier, en sa satire du Souper ridicule.

L’ingrat époux lui fit tâter
D’une menestre empoisonnée,

dit Scarron, en sa satire contre Baron.

France, 1907 : Soupe ; de l’italien menestra.

L’ingrat époux lui fit tâter
D’une nenestre empoisonnée.

(Scarron)

Ménestre

Merlin, 1888 : Soupe, de l’italien ministra.

Ménétrier

d’Hautel, 1808 : Il ressemble au ménétrier, il vient en voiture et s’en retourne à pied. Se dit d’un homme qui se fait conduire en voiture dans un lieu, et qui s’en retourne à pied.
Il est comme le ménétrier du village, il n’a pire logis que le sien.

Menette

d’Hautel, 1808 : Une sœur menette. Sobriquet que l’on donne aux fausses dévotes, aux hypocrites qui affichent de la dévotion.

Meneur, meneur en bateau

Rigaud, 1881 : Les voleurs désignent sous ce nom tout accusé qui cherche à égarer l’action de la justice, en l’entraînant sur une fausse piste. C’est un moyen de gagner du temps.

Meneuse

Fustier, 1889 : Femme qui attire le passant dans une rue écartée pour le livrer à des travailleurs qui le volent toujours et l’assassinent quelquefois.

France, 1907 : Prostituée qui attire les passants dans un endroit désert où des souteneurs les dévalisent.

Meneux de loups

France, 1907 : On appelle ainsi dans nombre de campagnes de pauvres diables qui passent pour sorciers et qui jouissent de la faculté de fasciner les loups, de s’en faire suivre aux cérémonies nocturnes et diaboliques qui se passent au fond des forêts. Le meneux de loup est très redouté des vieilles paysannes Ils ont le pouvoir de se changer en loups-garous !

Meneux de poules pisser

France, 1907 : Sot, naïf, crédule. Provincialisme.

Menfoutiste

Fustier, 1889 : Indifférent, sceptique. La paternité de ce mot qui a jusqu’ici vécu appartient à M. Aurélien Scholl.

Le grand parti des menfoutistes fait chaque jour de nouvelles recrues. L’indifférence a gangrené tous les cœurs.

(Événement, 1884)

De menfoutiste est dérivé menfoutisme, synonyme d’indifférence, de scepticisme.

Le menfoutisme a soufflé aujourd’hui sur toutes les conventions, sur tous les partis sociaux, sur toutes les illusions, sur toutes les croyances.

(Événement, 1884)

Il parut en cette même année 1884 au mois de janvier un canard qui avait pour titre : Le Jemenfoutiste.

France, 1907 : Abréviation de je-m’enfoutiste. Voir ce mot.

Il y a beaucoup de partis en France ; mais celui qui tend à devenir le plus nombreux, c’est le parti des nimportequistes, autrement dit des zutistes, autrement dit des menfoutistes.

(Scaramouche)

Mengin

Delvau, 1866 : s. m. Charlatan politique et littéraire. Encore un nom d’homme devenu un type applicable à beaucoup d’hommes.

France, 1907 : Charlatan ; du nom d’un célèbre charlatan qui vivait sous le second empire, et devenu de type du faiseur de boniments, spirituel et railleur. Il vendait des crayons dorés, du haut d’un somptueux équipage, portant avec lui tout un orchestre. Coiffé d’un casque, vêtu d’une houppelande à ramages, il savait en moins de rien réunir la foule et la retenir par ses amusantes facéties. Avec ses crayons qu’il vendait en grande quantité, il donnait un jeton doré ressemblant à un louis et sur lequel, outre son effigie étaient inscrits ces vers :

Dans ce portrait frappant que chacun examine,
Reconnaissez Mengin et sa barbe aux flots d’or ;
Mais c’est en vain qu’ici chacun vante sa mine,
Celle de ses crayons vaut beaucoup mieux.

Le fait est que ses crayons ressemblaient à la plupart des crayons sans l’enveloppe dorée ; il les tallait avec un sabre et effritait une planche en feignant de taper dessus avec un maillet. Un morceau de ver était naturellement, en ce cas, substitué an crayon. On l’écrit à tort Mangin.

Quand j’dis qu’je l’vends, c’est z’un’ figure,
Entre nous, on n’me l’prend jamais.
Vrai, ya déjà longtemps qu’i’ dure ;
Pourtant, i’ n’est pas pus mauvais
Qu’un aut’, mais ya z’un’ concurrence !!
C’est à qui qui s’ra l’pus filou…
C’qu’i yen a des Mangin en France…
Moi, j’vends mon crayon pour un sou.

(Aristide Bruant)

Menil, mesnil

France, 1907 : Demeure, habitation. Vieux mot, du roman mansile.

Ménilmuche

France, 1907 : Ménilmontant ; argot parisien.

Menin

Delvau, 1864 : Fouteur, — garçon d’honneur qui doit partager vos jeu — et vos joies, Mesdames. — Ce mot vient de l’espagnol menino, jeune page.

La petite comtesse, à côté du prélat, lui serrait de temps en temps la main par-dessous la nappe, pour lui faire comprendre combien elle le préférait pour menin à son peu naturel ami.

(Le Diable au corps)

Menotte

d’Hautel, 1808 : Diminutif de main ; nom qu’on donne aux mains des petits enfans.

France, 1907 : Main, surtout petite main, le contraire du battoir. On disait autrefois mainettes.

Dans les maisons où il n’y a pas de chef, c’est une bonne à tout faire qui tient la queue de la poêle. On la surveille un peu parce qu’il faut bien occuper son temps, mais quant à mettre soi-même la main à la pâte, on craindrait d’abimer cette menotte qui, cependant, ne tient sa distinction que de l’anémie.

(Jacqueline, Gil Blas)

Menottes

Delvau, 1866 : s. f. pl. Mains, — dans l’argot des enfants, des mères et des amoureux. On disait mainettes au temps jadis, comme le prouvent ces vers de Coquillart :

Tousjours un tas de petits ris,
Un tas de petites sornettes.
Tant de petits charivaris,
Tant de petites façonnettes,
Petits gants, petites mainettes.
Petite bouche à barbeter…

Menouille

Rigaud, 1881 : Argent ; monnaie.

Le samedi, quand on déballe la menouille de la paye sur la table.

(Le Sublime)

La Rue, 1894 : Monnaie.

Virmaître, 1894 : Monnaie (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 / France, 1907 : Monnaie.

Mens agitat molem

France, 1907 : « ’esprit meut la matière. » Dicton tiré de l’Énéide de Virgile.

Le poète, riche de ses illusions, n’est jamais seul dans la nature. Pour lui, le mens agitat molem, l’esprit animant la matière, est pris au sérieux.

(Le Pelletier de la Sarthe)

Mens divinior

France, 1907 : Le souffle divin. Expression latine tirée d’une satire d’Horace. C’est l’étincelle sacrée du poète.

Mens sana in corpore sano

France, 1907 : « Âme saine dans un corps sain. » Sain de corps et d’esprit ; expression latine tirée de Juvénal et devenue le précepte de l’école de Salerne.

Mensale

France, 1907 : Ligne qui traverse le milieu de la paume de la main, en chiromancie.

Mensonge

d’Hautel, 1808 : Un puant mensonge. Pour, un mensonge grossier et évident.
Tout songe est mensonge. Signifie qu’il ne faut pas ajouter foi à ce que les rêves présagent.

Mensonge cotonneux

Delvau, 1864 : Tétons d’ouate que les femmes maigres substituent aux tétons de chair qu’elles n’ont pas.

Il dévoilera les mensonges cotonneux de madame.

(Théophile Gautier)

Mentant

France, 1907 : Témoin qui dépose d’après ce qu’il a entendu dire ; patois méridional.

Menterie

France, 1907 : Mensonge. Provincialisme.

Menteur

d’Hautel, 1808 : Menteur comme un arracheur de dents. Voy. Arracheur.
Menteur d’hiver. Celui qui, par cérémonie, dit n’avoir pas froid, quand il est transi, et qui refuse de s’approcher du feu.

Menteuse

anon., 1827 / Clémens, 1840 / Halbert, 1849 : Langue.

Delvau, 1866 : s. f. La langue, — dans l’argot des voleurs, dont M. de Talleyrand s’est fait le plagiaire prolixe en disant : « La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée. » Les voleurs anglais ont la même expression ; ils appellent la langue prating cheat (la trompeuse qui bavarde, ou la bavarde qui ment).

Rigaud, 1881 : Langue. Les voleurs font souvent acte de diplomatie.

La Rue, 1894 : Langue.

Virmaître, 1894 : Langue. On dit par opposition d’une langue d’animal :
— Allons manger une langue qui n’a jamais menti.
Parce qu’elle ne parle pas (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 / Hayard, 1907 : Langue.

Menteuse (la)

M.D., 1844 : La langue.

France, 1907 : La langue, appelée aussi la battante, le chiffon rouge, la diligence de Rome, la rouscaillante.

Mentibule

d’Hautel, 1808 : Pour dire, mâchoire.

Mentir

d’Hautel, 1808 : À beau mentir qui vient de loin. Se dit des personnes qui, au retour de leurs voyages, racontent des choses invraisemblables, parce qu’il est difficile de les convaincre de fausseté.
Faire mentir le proverbe. Faire quelque chose contre la routine et l’opinion du vulgaire.
Il en a menti par sa gorge. Manière affirmative de dire à quelqu’un qu’il en a menti.

d’Hautel, 1808 : Il n’enrage pas pour mentir. Voy. Enrager.

Menton

d’Hautel, 1808 : Un menton de galoche. Un menton long et recourbé.
Lever le menton. Se vanter, s’enorgueillir, se glorifier ; faire le fat, le fanfaron.
Il est table jusqu’au menton, comme les enfans de bonne maison. Voy. Maison.

Menton (s’en mettre ou s’en fourrer jusqu’au)

France, 1907 :

Que ce soit poule ou caneton,
Perdreaux truffés ou miroton,
Barbue ou hachis de mouton,
Pâté de veau froid ou de thon,
Nids d’hirondelles de Canton,
Ou gousse d’ail sur un croûton,
Pain bis, galette ou panaton,
Fromage à la pie ou stilton,
Cidre ou pale-ale de Burton,
Vin de Brie ou branne-mouton,
Pedro-jimenès ou corton,
Chez Lucullus ou chez Caton,
Avalant tout comme un glouton,
Je m’en mettrai jusqu’au menton,
Sans laisser un seul rogaton
Pour la desserte au marmiton.

(Th. Gautier, Épître à Garnier)

Menton de galoche

Delvau, 1866 : s. m. Long, pointu et recourbé comme celui de Polichinelle. Argot du peuple.

Virmaître, 1894 : Menton qui avance comme celui du classique Polichinelle. On dit de celui ou de celle qui possède un menton semblable qu’il fait carnaval avec son nez (Argot du peuple).

Mentule

Delvau, 1864 : Mot purement latin (mentula) signifiant le membre viril.

En tirant sa mentule en l’air, les compissa.

(Rabelais)

On voyait une fourbe de filles qui semblait tirer a qui mieux mieux une mentule grosse et longue à proportion.

(Le Synode nocturne des tribades)

Je n’eusse, hélas ! enduré tant de maux
Comme j’ai fuit, qui or comme animaux
Rongent le frein de ma triste mentule.

(Cabinet satyrique)

Menuaille

d’Hautel, 1808 : Terme de mépris ; amas, rassemblement de petites choses et de peu de valeur.

Menuisière

Delvau, 1866 : s. f. Redingote longue, très longue, trop longue, comme les affectionnent les ouvriers, pour prouver qu’ils ne ménagent pas plus le drap que les bourgeois. Argot des rapins.

Rigaud, 1881 : Redingote de l’ouvrier endimanché.

France, 1907 : Longue redingote.

Menzingue

un détenu, 1846 : Marchand de vin.

Mépris

d’Hautel, 1808 : Trop de familiarité engendre le mépris. Signifie qu’il ne faut pas laisser prendre de familiarité à ses inférieurs, parce que souvent ils en abusent.

Mépriser

d’Hautel, 1808 : Il ne faut pas mépriser la marchandise. Locution des boutiquiers de Paris, pour dire que quand on ne veut pas de la marchandise qu’ils montrent, il ne faut pas la dépriser.

Mequard

Vidocq, 1837 : s. m. — Commandant.

Méquard

Larchey, 1865 : Commandant. — Méquer : Commander. — De mec : maître.

Delvau, 1866 : s. m. Commandant, mec, dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Maître. — Méquer, commander ; dérivés de mec.

Virmaître, 1894 : Commandant d’une bande de voleurs (Argot des voleurs).

France, 1907 : Augmentatif de mec, chef de bande.

Mequer

Vidocq, 1837 : v. a. — Commander.

Méquer

Delvau, 1866 : v. a. Commander.

France, 1907 : Commander ; de meq, meg, chef.

Méquillon

Fustier, 1889 : Variété de souteneur.

France, 1907 : Jeune souteneur.

Mer

d’Hautel, 1808 : C’est la mer à boire. Pour dire qu’une affaire, qu’une entreprise offre de grandes difficultés ; qu’elle présente de grands obstacles pour son exécution ; qu’un ouvrage est ennuyeux, ou que l’on n’en peut venir à bout ; qu’il traîne en longueur.
On dit aussi dans le sens opposé. Ce n’est pas la mer à boire. Pour dire qu’on vaincra les difficultés quelles qu’elles soient.
Il avaleroit la mer et les poissons. Se dit d’un affamé, d’un grand mangeur ; d’un homme qui a une grande altération.
Salé comme mer. Se dit d’un ragoût, d’une sauce, d’un mets quelconque qui est très-salé.
C’est une goutte d’eau dans la mer. Pour exprimer que les secours que l’on reçoit dans un grand denûment, sont trop foibles pour vous tirer d’embarras.
Porter de l’eau à la mer. Faire des présens à des gens plus riches que soi ; porter une chose dans un lieu où elle abonde.
Labourer le rivage de la mer. Se donner des peines inutiles.
Voguer en pleine mer. Avoir des affaires bien établies ; être en chemin de faire fortune.
Qui craint le danger.ne doit point aller en mer. Pour dire que lorsqu’on est peureux, il nef aut pas s’exposer dans une affaire dangereuse.

Delvau, 1866 : s. f. Le fond du théâtre, quel que soit le décor. Argot des coulisses. Aller voir la mer. Remonter la scène jusqu’au dernier plan.

Rigaud, 1881 : Décor du fond, au théâtre.

Mer à boire (c’est la)

Delvau, 1866 : Se dit — dans l’argot du peuple — de toute chose ennuyeuse ou difficile à faire ; et, — dans l’argot des bourgeois — de toute affaire qui traîne en longueur et ne peut aboutir. Ce n’est pas la mer à boire. Se dit, au contraire, de toute chose facile à faire, de toute entreprise qu’on peut aisément mener à bonne fin.

Mérangoises

France, 1907 : Dévoiement d’estomac causé par un excès de nourriture ou de boissons. Provincialisme qu’on n’entend plus guère que dans quelques campagnes de l’Orléanais. On trouve dans le dictionnaire de Ménage l’étymologie de ce mot qui viendrait d’un certain Des Méranges, ministre de la religion réformée, qui, arrivé de Genève à Orléans en 1559, et étant monté en chaire après de trop copieuses libations, vomit sur son auditoire. De là faire méranges, pour dégobiller, dit Ménage, d’où mérangoises, vomissure. Cependant, ce qui contredirait l’origine rapportée par Ménage, c’est que l’on trouve dans le Glossaire de la langue romane de Roquefort : « Mérange, marance, maranche, peine, douleur, affliction, ennui. »

Mercadet

Larchey, 1865 : Faiseur. V. ce mot.

Delvau, 1866 : s. m. Nom d’un personnage de Balzac qui est devenu celui de tous les brasseurs d’affaires véreuses, de tous les pêcheurs de goujons en eau trouble.

France, 1907 : Tripoteur d’affaires, agioteur adroit, banquier véreux. C’est le nom d’un personnage de Balzac dont d’Ennery arrangea une pièce, Mercadet le faiseur, jouée au Gymnase le 9 septembre 1851. Les mercadets deviennent de plus en plus nombreux de nos jours ; ils encombrent le Sénat, la Chambre. On les trouve partout.

Mercandier

Delvau, 1866 : s. m. Boucher qui ne trafique que sur les viandes de qualité inférieure.

Rigaud, 1881 : Boucher qui vend de la basse viande, de la camelotte en fait de viande.

Hayard, 1907 : Marchand.

Mercanette

France, 1907 : Sarcelle.

Mercanti

Rigaud, 1881 : Marchand, — dans le jargon des soldats retour d’Afrique.

France, 1907 : Trafiquant, marchand. Terme de mépris.

Je réclamerai plus que jamais la flétrissure de tous les mercantis de la politique, et ces gens-là sont, du reste, au premier rang des opportunistes et autres, qui nous ont condamnés, dans l’espoir de se débarrasser de nous, parce que nous gênions leur petit commerce…

(Henri Rochefort)

— Pas vu ma femme ! s’écria le mercanti, mais alors où est-elle ? Ah ! la garce, elle ne m’en fait pas d’autres. Elle a emporté avec elle un jambon première qualité et des conserves que je vous destinais, Messieurs, et que j’ai pris soin d’empaqueter moi-même ; je parie que la coquine a filé avec les turcos. Oui, Messieurs, à part ce vin, elle a tout raflé et, tel que vous me voyez, je n’ai pas mangé depuis hier.

(Hector France, Sous le Burnous)

Merce

Virmaître, 1894 : Pour merci (Argot des voleurs).

France, 1907 : Merci ; argot des voleurs.

Mercenaire de l’immobilité

Delvau, 1866 : s. m. Modèle, — dans l’argot des rapins.

France, 1907 : Modèle d’atelier de peintre.

Mercerie

d’Hautel, 1808 : Il a plu sur sa mercerie. Pour dire que le commerce, les affaires de quelqu’un vont mal, qu’elles sont en mauvais état.

Mercerie (il a plu sur sa)

Rigaud, 1881 : Ses affaires vont mal, il est sur le point de faire faillite. (Le Roux, Dict. comique.) Peu usitée à Paris, l’expression est encore très répandue dans la Province et principalement en Picardie.

France, 1907 : Se dit d’une femme qui a perdu ses appas.

Merci

d’Hautel, 1808 : Merci de ma vie. Manière de parler propre aux femmes de basse condition, lorsqu’elles sont en colère.
Voilà le grand merci que j’en reçois. Se dit d’une personne ingrate ; équivaut à voila la reconnoissance qu’elle témoigne de tout ce que j’ai fait pour elle.

Mercier

d’Hautel, 1808 : Il tueroit un mercier pour un peigne. Se dit, d’un homme qui est sujet à la colère, et qui s’emporte pour peu de choses.
À petit mercier, petit panier. Signifie, qu’il faut régler ses dépenses sur le gain de son travail ; ne pas dépenser plus qu’on gagne.
Au jour du jugement chacun sera mercier, chacun portera son panier. Pour dire, que chacun répondra personnellement de ses fautes.

Mercuriale

d’Hautel, 1808 : Donner une mercuriale à quelqu’un. Pour dire, le réprimander vivement.

Mercuriale (faire ou recevoir une)

France, 1907 : Faire ou recevoir des reproches où des remontrances.
On donnait le nom de mercuriales à des assemblées du parlement dans lesquelles les officiers royaux devaient rendre compte de leurs actes, et le président requérait le châtiment ou le blâme contre ceux qui avaient abusé de leurs fonctions. Ces assemblées se tenaient toujours un mercredi (jour de Mercure) et, d’après l’ordonnance de Villers-Cotterets (1539), devaient avoir lieu chaque trimestre ; mais il n’y en eut plus tard que tous les six mois, le premier mercredi après Pâques et après la Saint-Martin, et enfin une fois par an, à la rentrée des tribunaux. Le discours prononcé s’appelait mercuriale.
Avant François Ier, Charles VIII en 1493 et Louis XII en 1498 avaient déjà fait chacun un édit au sujet de ces assemblées.
Ménage, que Molière ridiculisa sous le nom de Vadius dans les Femmes savantes, tenait tous les mercredis des réunions qu’il nommait ses mercuriales et où l’on faisait de la critique littéraire. La mercuriale des marchés, registre où les maires des communes inscrivent la hausse ou la baisse des prix des grains, des foins, etc., tire également son nom des assemblées du parlement, car on s’y occupait aussi de la question du prix des denrées.

Merdaille

d’Hautel, 1808 : Troupe de petits enfans, de petits polissons.

Delvau, 1866 : s. f. Troupe importune de petits enfants.

France, 1907 : Troupe d’enfants sales et déguenillés. « Une tapageuse merdaille sortait de l’école des frères. »

Merdaillerie

France, 1907 : Tas de gens importuns et sans valeur.

Merdaillon

d’Hautel, 1808 : Terme injurieux, que l’on donne à un jeune homme qui fait important, à un bambin ridicule.

Delvau, 1866 : s. m. Homme sans conséquence, méprisable, poltron. Argot du peuple. On dit aussi Merdeux.

Virmaître, 1894 : Moins que rien, une sous-merde (Argot du peuple). V. Avorton.

France, 1907 : Enfant malpropre, ou simplement gamin ; s’écrit merdayon dans le patois jurassien.

C’est d’abord une bande de petits merdaillons du Palais : une brochette de gratte-papiers de la baraque s’étaient associés avec un avocat et un chicanous pour faire cracher les types à qui les jugeurs cherchaient pouille, plus ou moins mal à propos.

(Le Père Peinard)

Merde

d’Hautel, 1808 : De la merde à Marie-Gaillard, ou du prince d’Orange. Les écoliers apellent ainsi une espèce de mélasse, que les épiciers vendent en cornet, et dont ils sont très-friands.
Merde. Mot ignoble et grossier, dont le bas-peuple se sert dans un sens négatif ; pour dire qu’ou ne se soumettra pas à une chose que l’on exige.
Plus on remue la merde plus elle pue. Signifie qu’il ne faut pas approfondir une matière dégoûtante, une affaire déshonnête.
Aux cochons la merde ne pue pas. Pour dire que l’on peut parler de choses sales, devant les personnes malpropres, ou d’une condition vile.
Un maître de merde, un auteur de merde. Expression basse et injurieuse, pour dire qu’on ne fait nil cas de son maître, d’un auteur, d’une personne quelconque.
On dit ignoblement, et par mépris, d’un homme brusque et grossier, d’un butord, qu’il est poli comme une poignée de merde.

Larchey, 1865 : « Mot ignoble et grossier dont le bas peuple se sert dans un sens négatif. » — d’Hautel, 1808. — V. Cambronne.Merde : Homme mou, sans consistance. — Merde alors ! Exclamation destinée à peindre une situation critique, un accident funeste. Elle peut se traduire ainsi : Alors, voici le moment de crier merde.

Delvau, 1866 : s. f. Homme sans consistance, sur lequel il n’y a pas moyen de compter dans les circonstances graves.

Rigaud, 1881 : Exclamation qui sert à désigner le nec plus ultra de l’indignation ou de la colère, ou du découragement. (Voir les Misérables de V. Hugo.)

Rigaud, 1881 : Le fond de la langue française parlée par le peuple des faubourgs qui a toujours ce mot plein la bouche.

Rigaud, 1881 : Personne faible de caractère.

Virmaître, 1894 : À bout d’argument, dans le peuple, on dit :
— Merde, est-ce français ?
C’est-à-dire : Me comprends-tu ?
Ce à quoi on répond :
— Goûtes tes paroles.
— Tu peux te retourner et te mettre à table.
— S’il pleuvait de la merde et que chacun en ait suivant son grade, t’en aurais un rude paquet, car tu es le colonel des imbéciles (Argot du peuple). N.

Merde !

Delvau, 1866 : Exclamation énergique dont Cambronne ne s’est servi qu’une fois, le 18 juin 1815, et dont le peuple se sert tous les jours, — dix fois plutôt qu’une. Ah ! merde alors ! Exclamation qui n’échappe que dans les situations critiques, fatales, comme, par exemple, lorsqu’on perd au jeu, lorsqu’on casse sa pipe, etc.

Merde (avoir chié les trois quarts de sa)

Rigaud, 1881 : Être vieux et usé, avoir perdu à jamais la santé, être très malade. — Eh ! dis donc, ma vieille, comme t’es décati ! on dirait que t’as chié les trois quarts de ta merde.

Merde (ça ne vaut pas une)

Rigaud, 1881 : Ça ne vaut rien du tout ; c’est au-dessous de tout ce qu’on peut imaginer. — Au Salon, combien de tableaux ne valent pas une merde !

Merde (faire sa)

Rigaud, 1881 : Se montrer hautain, faire le fendant, prendre de grands airs.

France, 1907 : Faire l’important, le fier.

Merde (peint avec de la)

Rigaud, 1881 : Mal peint, mauvaise application des couleurs, — dans le jargon des peintres. — Je ne sais pas où diable il va chercher ses couleurs, cet animal-là, c’est peint avec de la merde.

Merde (se fondre en)

Rigaud, 1881 : Faire de fréquentes visites aux lieux d’aisances, avoir le dévoiement. — dans le jargon du peuple. — Ben sur que si ça continue, je vas me fondre en merde.

Merde d’oie (couleur)

France, 1907 : Jaune et vert.

Merde de chien

France, 1907 : Personne ou chose de peu de valeur. « Certains de nos représentants à l’étranger sont de la merde de chien. »

Merde de chien (c’est de la)

Rigaud, 1881 : C’est exécrable, très mauvais.

Merde de pie

Fustier, 1889 : Pièce de cinquante centimes. Argot du bagne.

Un blavin ! Tu me le redemanderas demain pour une merde de pie.

(Humbert, Mon bagne)

France, 1907 : Pièce de dix sous ; argot du bagne.

Merde du diable

France, 1907 : Assa fœtida, à cause de son odeur.

Merderie

d’Hautel, 1808 : Ce sont des merderies. Pour ce sont des choses frivoles, de mauvaises raisons.
On dit aussi faire des merderies. Pour, se montrer poltron dans une affaire, après avoir fait le fanfaron.

Merdeux

d’Hautel, 1808 : Ce n’est qu’un petit merdeux. Terme injurieux qui se dit d’un poltron, d’un fat sans esprit, sans talent ; et d’un fanfaron qui n’a que du babil.
Il sent son cas merdeux. Pour, il est dans son tort ; ses affaires sont mauvaises.
Il est comme un bâton merdeux, on ne sait par où le prendre. Se dit d’un homme qui a l’humeur acariâtre et revêche, qui brusque tous ceux qui s’adressent à lui.

Larchey, 1865 : « Terme injurieux qui se dit d’un poltron, d’un fat sans esprit. » — 1808, d’Hautel. — « Bâton merdeux : Homme qui brusque tous ceux qui s’adressent à lui. » — Id.

Merdeux (bâton)

Delvau, 1866 : s. m. Homme d’un caractère inégal, fantasque, ombrageux, désagréable, qu’on ne sait par quel bout prendre pour lui parler et le faire agir.

Merdivore

France, 1907 : Mangeur de merde. Certains insectes sont merdivores.

Mère

d’Hautel, 1808 : La mère. Terme familier et d’amitié, dont on se sert en parlant à une femme âgée et de basse condition.
C’est le ventre de ma mère, je n’y retourne plus. Se dit lorsqu’on s’est tiré d’une affaire où l’on s’étoit imprudemment engagé ; d’un lieu où l’on a couru quelque danger, et où l’on ne veut plus retourner.
Sa mère n’en fait plus. Se dit par raillerie d’un homme qui prend des soins affectés et minutieux de sa personne.
Il veut apprendre à sa mère à faire des enfans. Signifie il veut apprendre à qui en sait plus que lui.
Des contes de la mère l’Oye. Pour dire des contes en l’air, des contes de vieille.
On l’a renvoyée chez sa grand’mère. Se dit d’une personne qui fait une demande indiscrète et que l’on envoie promener.

France, 1907 : Dépôt acide d’un tonneau de vinaigre que l’on emploie dans les ménages, par l’addition répétée du vin pour entretenir la provision acidulée. On appelle aussi de ce nom toute substance propre à provoquer la fermentation.

Mère à tous

Rigaud, 1881 : Vieille courtisane, — dans le jargon des filles.

Mère abbesse

Delvau, 1864 : Maîtresse d’un couvent de s’offre-à-tous : — Maquerelle.

Sortez vite et rentrez souvent,
Le jour baisse,
Servez votre abbesse ;
Mes filles, malgré pluie ou vent,
En avant, pour l’honneur du couvent.

(Béranger)

France, 1907 : Maîtresse de lupanar.

Mère au bleu

Delvau, 1866 : s. f. La guillotine, — dans l’argot des voleurs, qui veulent faire croire aux autres que c’est le chemin du ciel, sans le croire eux-mêmes.

Virmaître, 1894 : La guillotine. Les voleurs veulent faire croire que c’est le chemin du ciel. A. D. Pas du tout, c’est parce que le condamné n’y voit que du bleu (Argot des voleurs).

France, 1907 : Guillotine.

Mère aux anges

France, 1907 : Femme qui recueille les enfants abandonnés par leurs parents, et les dresse à la mendicité.

Mère d’actrice

Delvau, 1864 : Vieille femme que louent les jeunes femmes de théâtre pour éloigner d’elles les galants — qui ne sont pas assez riches.

Mère d’occase

Rigaud, 1881 : Pseudo-mère d’actrice. Mère de fille galante qui fait la cuisine, cire les bottes et débat les prix.

Mère d’occasion

Delvau, 1866 : s. f. Chaperon que se choisit une actrice jeune qui veut se faire respecter — des gens pauvres. C’est ordinairement une vieille drôlesse chevronnée par le vice.

Dont le menton fleurit et dont le nez trognonne,

et dont la principale fonction consiste à conclure les marchés avec les nobles étrangers attirés autour de sa fille — adoptive — comme les papillons autour d’une lampe.

Virmaître, 1894 : Les mendiantes louent à des industriels du quartier Mouffetard des petits enfants qu’elles traînent dans les rues pour exciter la charité publique. Ces enfants changent chaque jour de mère ; de là mère d’occasion ou de rencontre (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Mendiante qui loue de petits enfants pour les traîner avec elle dans les rues afin d’exciter la pitié.

Mère de petite fille

France, 1907 : Bouteille de vin.

Mère des compagnons

France, 1907 : Aubergiste qui reçoit les ouvriers appartenant à certains métiers, et leur procure le gite et le couvert jusqu’à ce qu’ils aient trouvé de l’ouvrage.

Mère l’oie (contes de la)

France, 1907 : Contes pour amuser les enfants.

Mère-abbesse

Delvau, 1866 : s. f. Grosse femme qui tient un pensionnat de demoiselles — indignes d’orner leur corsage du bouquet de fleurs d’oranger traditionnel. L’expression se trouve dans Restif de la Bretonne.

Merifflauté

Halbert, 1849 : Chaudement vêtu.

Meringue (en)

La Rue, 1894 : En décomposition.

Mérinos

Delvau, 1866 : s. m. Personne qui a l’haleine forte, — dans l’argot des faubouriens, qui se plaisent aux calembours.

France, 1907 : Personne dont l’haleine laisse à désirer sous le rapport de la fraîcheur et de la pureté, enfin qui pue comme un bouc.

Mérinos (manger du)

France, 1907 : Jouer au billard : allusion aux accrocs.

Mériter

d’Hautel, 1808 : Il ne mérite pas de vivre. Se dit par indignation d’un homme qui n’a aucune vertu sociale, qui est avare, égoïste et méchant.

Merlade

France, 1907 : Nichée de merles.

Merlan

d’Hautel, 1808 : Un merlan à frire. Sobriquet que l’on donne à un perruquier, à cause de la poudre qui couvre ordinairement ses habits.

Larchey, 1865 : « Sobriquet donné à un perruquier à cause de la poudre qui couvre ordinairement ses habits. » — d’Hautel, 1808.

La Peyronie est chef de perruquiers qu’on appelle merlans parce qu’ils sont blancs.

(Journal de Barbier, 1744)

Delvau, 1866 : s. m. Coiffeur, — dans l’argot du peuple, qui emploie cette expression depuis l’invention de la poudre à poudrer, parce qu’alors les perruquiers étaient toujours enfarinés comme prêts à mettre en la poêle à frire. Le Journal de Barbier en fait mention, ce qui lui donne plus d’un siècle de circulation.

Rigaud, 1881 : Surnom donné autrefois à celui qui s’appelle aujourd’hui « artiste en cheveux ».

La Rue, 1894 : Perruquier.

Virmaître, 1894 : Coiffeur perruquier. Quand le perruquier met de la poudre de riz à son client, il l’enfarine comme le merlan avant d’être mis dans la poêle à frire (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Perruquier, coiffeur.

Hayard, 1907 : Coiffeur.

France, 1907 : Coiffeur, perruquier. Ce sobriquet date de l’époque où la mode était de porter des perruques poudrées. Les perruquiers, constamment occupés à poudrer les têtes, se trouvaient enfarinés comme des merlans que l’on va frire.

M. Edmond, le coiffeur de Madame, sollicitait chaque matin l’honneur de renouveler les raies de Mademoiselle : Madeleine acceptait volontiers. Alors, le perfide merlan crêpait, embrouillait, démêlait et remêlait à plaisir l’épaisse chevelure de la jeune fille, afin d’avoir tout le temps possible de lui débuter des sornettes…

(Jules Noriac, Le Grain de sable)

Et donc, je tire mon chapeau
À ces bonnes têtes de canne,
Mais auparavant, dans leur peau,
Que l’immortalité boucane,
Un dernier coup de sarbacane !
À ces bribes, dont le merlan,
Quand ils se font coiffer, ricane,
Je veux offrir leur jour de l’An.

Merlan (rouler des yeux de merlan frit)

Virmaître, 1894 : Homme langoureux et timide qui, n’osant adresser la parole à une femme, la regarde en roulant des yeux (Argot du peuple). N.

Merlan frit (œil de)

France, 1907 : Œil pâmé comme celui d’un amant en extase devant sa maîtresse.

Merlan frit (yeux de)

Rigaud, 1881 : Jeu de prunelles qui entrent en pâmoison et montrent le blanc des yeux.

Merlander

France, 1907 : Coiffer.

Merle

d’Hautel, 1808 : Un fin merle. Un rusé, un homme adroit, un fripon.
Si vous faites cela, je vous donnerai un merle blanc. Se dit pour exprimer qu’on ne croit pas qu’une chose puisse se faire.
Un dénicheur de merles. Un hâbleur.

France, 1907 : Mot qui, dans la bouche des gens polis, remplace celui de Cambronne.

Sur la plage, entre deux vieilles gardes :
— Vois-tu, ma chère, les jeunes gens d’aujourd’hui sont bien mal élevés. Ainsi le petit Arthur, je l’adore, n’est-ce pas ? et c’est le cas de dire pour ses beaux yeux. Eh bien, l’autre soir, je lui demandais de me dire des noms d’oiseaux : il m’a répondu : Merle.

France, 1907 : Nom d’oiseau employé comme épithète injurieuse précédé généralement de vilain ou de beau. « C’est un beau merle que mon mari ! » Un merle blanc est la chose introuvable, mais si l’on veut voir de vilains merles jacasser comme des pies, il faut aller dans les réunions publiques. Un dénicheur de merles est un gaillard habile à se procurer ce dont il a besoin, et quand il ne trouve pas, faute de grives, il doit se contenter de merles.

Merlifiche

La Rue, 1894 : Saltimbanque. Vagabond.

France, 1907 : Saltimbanque ; corruption du vieux mot merlifique, merveilleux.

Ah ! ah ! personn’ ne sait c’qu’il fiche
Depuis qu’il roul’ par les grands ch’mins.
Oh ! oh ! p’t’êt’ qu’il est merlifiche,
Va-trop d’chartier ou tend-la-main.

(Jean Richepin)

Merlin

Rigaud, 1881 : Jambe, — dans le jargon des charpentiers.

France, 1907 : Jambe ; allusion à la hache de ce nom.

Merlousier

Rigaud, 1881 : Malin ; rusé ; pour marlou, — dans l’ancien argot. Merlousière, fine commère.

France, 1907 : Rasé.

Merlusine

d’Hautel, 1808 : Faire des cris de merlusine. C’est-à-dire, des cris perçans ; et par extension, des beuglemens, des hurlemens affreux.

Merrain

d’Hautel, 1808 : Il y a du merrain dans cette maison. Pour dire, il y a du train, du tapage ; le désordre y règne.

Merriflauté

France, 1907 : Chaudement vêtu ; argot des voleurs.

Méruche

Delvau, 1866 : s. f. Poêle, — dans l’argot des voleurs. Méruchée. Poêlée. Méruchon. Poêlon.

France, 1907 : Poêle à frire.

Méruché

Halbert, 1849 : Poêle.

Méruchon

Halbert, 1849 / France, 1907 : Poêlon.

Merveille

d’Hautel, 1808 : Voilà une grosse merveille. Se dit pour abaisser le mérite d’une action.
Promettre monts et merveilles. Faire de belles promesses, pour engager quelqu’un dans une affaire.
C’est une des sept merveilles du monde. Pour dire, que quelque chose est d’un mérite supérieur.

Merveilleux

France, 1907 : Surnom des ancêtres, sous le Directoire, de nos boudinés et gommeux actuels, ce qu’on appelait la jeunesse dorée et qui n’est plus que la jeunesse demi-dorée. Théophile Gautier a décrit ainsi le merveilleux :

À l’avant-scène se prélassait un jeune merveilleux, agitant avec nonchalance un binocle d’or émaillé. Un habit de coupe singulière. hardiment débraillé et doublé de velours, laissait voir un gilet d’une couleur éclatante et taillé en manière de pourpoint ; un pantalon noir collant dessinait exactement ses hanches : une chaine d’or pareille à un ordre de chevalerie chatoyait sur sa poitrine ; sa tête sortait immédiatement de sa cravate de satin sous le liséré blanc de rigueur à cette époque… Les cheveux rasés à la Henri III, la bouche en éventail, les sourcils troussés vers les tempes, la main longue et blanche, avec une large chevalière ornée à la gothique, rien n’y manquait.

Mésallier

d’Hautel, 1808 : N’a-t-il pas peur de se mésallier ? Se dit par ironie d’un homme qui dédaigne la compagnie de gens qui valent souvent mieux que lui.

Mesiere

M.D., 1844 : Monsieur.

Mésière

Halbert, 1849 : Un provincial, une victime.

Mésigo

Vidocq, 1837 : adv. — Moi.

France, 1907 : Moi. On dit aussi méière ou mézigue.

Mesoyage

France, 1907 : Petite culture à la bêche.

Mesquinerie

d’Hautel, 1808 : Ladrerie, économie sordide ; présent fait avec parcimonie et avarice.

Mess

Delvau, 1866 : s. m. Table où mangent en commun les officiers d’un même régiment. Encore un mot d’importation anglaise, à ce qu’il paraît : The Mess, dit le Dictionnaire de Spiers ; to mess, ajoute-t-il. C’est plutôt un mot que nous reprenons à nos voisins, qui pour le forger ont dû se servir, soit de notre Mense (mensa), qui a la même signification, soit de notre Messe (missa), où le prêtre sacrifie sous les espèces du pain et du vin.

Rigaud, 1881 : Agent de la sûreté. Abréviation de Messieu pour « monsieur ». Un de ces mess me lâche de la filature, un agent de la brigade de sûreté me suit.

Rigaud, 1881 : Le mess est un cercle militaire avec une réfection spécialement affectée aux officiers d’un même régiment.

Anatole, le garçon du mess, venait d’apporter la bougie et les cigares.

(Vicomte Richard, Les Femmes des autres)

France, 1907 : Pension des officiers d’un même corps. Le mot comme la chose vient d’outre-Manche. C’est Napoléon III qui, ayant vécu en Angleterre et frappé des avantages résultant pour les officiers d’un régiment d’une table commune, institua l’usage du mess dans sa garde. Le régiment des guides eut le premier mess et l’empereur donna 12,000 francs pour son argenterie. Déjà, pendant l’expédition de Crimée, les officiers des divers régiments s’étaient formés en mess à l’instar des officiers anglais. Mess, qui signifie en anglais plat, mets, gamelle, vient du latin missa, messe, repas.

Le mess à des avantages incontestables ; les conversations animées y font oublier les heures ; la confusion des grades y est complète et la camaraderie absolue : tel qui tient le dé de la conversation, qui parle de tout avec la liberté la plus complète, vient d’obéir et obéira demain, tout à l’heure, sans broncher, au supérieur qui le coudoie. Là, les hommes s’examinent, apprennent à se connaître, à s’apprécier ; ils se rapprochent selon les hasards des sympathies, sans distinction d’épaulette. Il règne dans les mess un certain laisser-aller qui entretient l’animation à table ; il y a les boute-en-train, ceux qui sont intarissables sur l’anecdote. On parle du métier, on raconte ses hauts faits, ses aventures de garnison. On rit des dangers connus et l’on fait des charges sur les choses de la guerre, souvent si tristes et que l’on croit mieux braver ainsi. À la suite de la malheureuse guerre de 1870, nos officiers ont senti la nécessité, non plus seulement de se nourrir et s’amuser, mais aussi de s’apprécier et de s’instruire. Presque partout, le cercle remplace ou plutôt complète le mess.

(Pierre Larousse)

Ces mess de la garde étaient supérieurement tenus et le service ne laissait rien à désirer. Les domestiques nombreux, pris parmi les hommes du régiment, portaient la livrée bleu de ciel à boutons d’or et, les jours de gala ou de réception, la culotte courte, les bas blancs et les souliers à boucles. À l’heure des repas, un domestique ouvrait à deux battants la porte conduisant à la salle à manger et le maître d’hôtel, très correct, en habit noir, s’avançant sur de seuil, annonçait à haute voix : « Le colonel et ces Messieurs sont servis. »

(Marcel de Baillehache, Souvenirs intimes d’un lancier de la garde impériale)

Mess (ces)

Rossignol, 1901 : Agents des mœurs ainsi nommes par les filles publiques.

Débinons-nous, voila ces mess.

Messager

d’Hautel, 1808 : Messager du diable. Homme qui apporte toujours de mauvaises nouvelles.
Il sent le pied de messager. Se dit d’un ruisseau qui exhale une odeur désagréable ; d’un fromage affiné.
On ne trouve jamais de meilleur messager que soi-même. Pour dire, que quand on veut savoir le vrai d’une affaire, il faut s’en informer soi-même.

Messaline (Valérie)

Delvau, 1864 : Impératrice romaine, deuxième femme de Claude. Célèbre par son impudicité et ses étonnantes débauches : la plus fameuse putain de son temps. Après avoir souillé la couche impériale, en y recevant des amants de toutes les conditions, elle osa, du vivant de son époux, épouser publiquement Silius, jeune homme qu’elle aimait éperdûment. Claude, à cette nouvelle, la fit mettre à mort avec tous ses complices, l’an 48 de J.-C. Juvénal, dans ses Satires, s’exprime ainsi, au sujet de cette grande impure :

Quand de Claude assoupi la nuit ferme les yeux,
D’un obscur vêtement sa femme enveloppée,
Seule, avec une esclave, et dans l’ombre échappée,
Préfère à ce palais tout plein de ses dieux,
Des plus viles Phrynés le repaire odieux.
Pour y mieux avilir le nom qu’elle profane,
Elle emprunte à dessein un nom de courtisane :
Son nom est Lisisca ; ces exécrables murs,
La lampe suspendue à ces dômes obscurs,
Des plus affreux plaisirs la trace encor récente,
Rien ne peut réprimer l’ardeur qui la tourmente.
Un lit dur et grossier charme plus ses regards
Que l’oreiller de pourpre où dorment les Césars.
Tous ceux que dans cet antre appelle la nuit sombre,
Du regard les invite et n’en craint pas te nombre.
Son sein nu, haletant, qu’attache un réseau d’or,
Les défie, en triomphe, et les défie encor.
C’est là que, dévouée à d’infâmes caresses,
Des muletiers de Rome épuisant les tendresses,
Noble Britannicus, sur un lit effronté,
Elle étale à leurs yeux les flancs qui t’ont porté.
L’aurore enfin paraît, et sa mine adultère
Des faveurs de la nuit réclame le salaire.
Elle quitte à regret ces immondes parvis,
Ses sens sont fatigués et non pas assouvis.
Elle rentre au palais, hideuse, échevelée.
Elle rentre, et l’odeur autour d’elle exhalée
Va, sous le dais sacré du lit des empereurs,
Révéler de la nuit les lubriques fureurs.

Messe (être à la)

Rigaud, 1881 : Arriver en retard à l’atelier, — dans l’argot des ouvriers.

Virmaître, 1894 : Quand un ouvrier arrive à l’atelier cinq minutes après la cloche, la porte est fermée, il perd un tiers ou une demie journée ; il va pendant ce temps boire des canons sur le zinc, l’autel des pochards ; le mastroquet officie. De là, aller à la messe (Argot du peuple).

France, 1907 : Arriver en retard à l’atelier.

Quand un ouvrier arrive à l’atelier cinq minutes après la cloche, la porte est fermée, il perd un tiers ou une demi-journée ; il va pendant ce temps boire des canons sur le zinc, l’autel des pochards ; le mastroquet officie. De là, aller à la messe.

(Ch. Virmaître)

Messe (fesser la)

Rigaud, 1881 : Dire la messe au galop, — dans le jargon des vieilles dévotes.

Messe du diable

Delvau, 1866 : s. f. Interrogatoire, — dans l’argot des voleurs, qui sont volontiers athées.

Rigaud, 1881 : Interrogatoire, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Interrogatoire du juge.

France, 1907 : Interrogatoire d’un accusé par le juge d’instruction.

Messes

d’Hautel, 1808 : Chanter des messes. Locution triviale et burlesque qui signifie boire fréquemment, faire un repos dans tous les cabarets.
Il ne faut pas se fier d’un homme qui entend deux messes. Pour, il faut se défier des hypocrites, des faux dévots.

Messie

d’Hautel, 1808 : Il est attendu comme le messie. Se dit d’un homme dont, on désire vivement la présence et qui se fait attendre long-temps.

Messier

France, 1907 : Agent de la sûreté ; on sait que le messier est une sorte de garde champêtre, qui surveillait les arbres fruitiers et les vignes avant qu’on ne fasse la récolte.

Messière

Ansiaume, 1821 : Honnête homme.

Le messière ne veut pas guimper, il est marloux.

Clémens, 1840 : Honnête homme.

Delvau, 1866 : s. m. et f. Victime, — dans le même argot [du peuple]. Messière franc. Bourgeois. Messière de la haute. Homme comme il faut. Ne serait-ce pas le Messire du vieux temps ?

La Rue, 1894 : Monsieur. Dupe, victime. La messière, la police.

France, 1907 : Monsieur, bourgeois ; corruption du vieux mot messer, seigneur.

J’enquill’ dans sa cambriole
Espérant de l’entiffer ;
Je rembroque au coin du rifle
Lonfa malura dondaine !
Un messière qui pionçait,
Lonfa malura dondé !

France, 1907 : Police.

Messière franc

France, 1907 : Bourgeois, littéralement franc-bourgeois.

En faisant nos gambades,
Un grand messière franc
Voulant faire parade
Serre un bogue d’Orient.

Messière, mézière

Rigaud, 1881 : Dupe, imbécile. — Victime. Messière franc, bourgeois. — Messière de la haute, homme riche ou homme qui paraît riche.

Messières

Virmaître, 1894 : Victimes. Cet mot est très vieux ; il a été employé par Eugène Sue, à propos du personnage du Maître d’école, à qui la Chouette dit :
— Ma vieille fourline, attention, v’la les messières (Argot des voleurs).

Messire

d’Hautel, 1808 : Messire-Jean. Nom d’une espèce de poire que l’on appelle par corruption, mi-sergent.

Messire Luc

Delvau, 1864 : Le cul, — par anagramme. (Voir aussi noc et tiv.)

Delvau, 1866 : s. m. Anagramme facile à deviner, — dans l’argot des érudits amis de la scatologie.

France, 1907 : Anagramme de cul.

Mesure

d’Hautel, 1808 : Prendre la mesure d’un habit à quelqu’un. Se dit en plaisantant, pour lui caresser les épaules ; lui donner des coups de bâton.
Passer la mesure. Sortir des bornes de la bienséance et de l’honnêteté.
Il ne faut point avoir deux poids ni deux mesures. Pour, il faut en tout agir franchement, sans partialité, et d’une manière uniforme.
Il fait tout avec poids et mesure. Se dit d’un homme qui agit avec lenteur ; qui fait tout avec une précaution minutieuse.

Mesurer

d’Hautel, 1808 : À brebis tondue, Dieu mesure le vent. Voy. Brebis.
Mesurer son verre. Boire avec plaisir ; s’enivrer.
Mesurer des yeux. Juger de la distance ou de la grandeur d’un objet, par le moyen des yeux.
Mesurer quelqu’un des yeux. Le regarder avec fierté et hauteur ; le toiser depuis les pieds jusqu’à la tête.
Mesurer son épée avec quelqu’un. Pour, se battre avec lui.
Se mesurer avec quelqu’un. Pour dire, se battre.

Mesurer de l’avoine (pas fait pour)

France, 1907 : Expression populaire, employée comme critique d’une fille ou d’une femme qui repousse les amoureux. Ce n’est pourtant pas fait pour mesurer de l’avoine, dit-on en parlant du déduit d’amour.

Guérigny est un patelin de la Nièvre où les bigottes qui ne sont pas encore aussi racornies que des peaux de bique sont dans la désolation.
Elles avaient un curé qui, en compagnie de son vicaire et d’un ratichon ami, menait une vie de patachon. C’est foutre pas ces trois frocards qui ont contribué à la dépopulation de la France !
Ces corbeaux-là se payaient des noces à tout casser, — et ils n’oubliaient pas le sexe !
La supérieure du couvent, une vieille guenon, plus laide que les sept péchés capitaux, et chipie en diable, est allée casser du sucre à mossieu l’évêque.
Sur ce, le curé et le vicaire ont été fichus à la porte.
Mais, avant de prendre la poudre d’escampette, le ratichon est monté en chaire et s’est fendu d’un sermon gondolant :
« Mes très chers frères, qu’il a dégoisé, la supérieure, jalouse de ma popularité, m’a débiné parce que je ne fréquente pas les riches et que j’en pince pour les bonheurs terrestres. Dame, je crache pas dessus… on m’a dit que c’était pas fait pour mesurer de l’avoine, et j’ai voulu m’en rendre compte, malgré mes jupons… »

(Le Père Peinard)

Mésus

France, 1907 : Mauvais usage. Vieux mot.

Mésuser

d’Hautel, 1808 : Pour, abuser. Ce mot vieillit, et n’est plus de la bonne conversation.

Métal

Larchey, 1865 : Argent.

Et t’as pas de métal.

(Ricard)

Delvau, 1866 : s. m. Argent, — dans l’argot du peuple, qui, sans s’en douter, se sert de la même expression qu’Horace : Metallis potior libertas (La liberté vaut tout l’or du monde).

Métaux

Delvau, 1866 : s. m. pl. L’argent ; or, argent ou cuivre, — dans l’argot des francs-maçons.

Méthode Chevé

Delvau, 1866 : s. f. Manière de jouer au billard contraire à l’usage : y jouer avec une cuiller, avec les doigts, avec deux queues, etc. Argot des bohèmes. S’applique aussi au Bilboquet, quand on le prend par la boule et qu’on veut faire entrer le manche dedans.

Métier

d’Hautel, 1808 : Chacun son métier, les vaches sont bien gardées. Pour dire, que tout va bien quand chacun se mêle de sa besogne.
C’est un mauvais métier que celui qui ne nourrit pas son maître.
Il fait tous les métiers.
Se dit d’un intrigant, d’un fripon ; d’un homme qui n’a point d’état fixe.
Servir à quelqu’un un plat de son métier. Faire un tour de hardiesse, de fourberie ; on le dit aussi en bonne part, pour faire quelque chose avec délicatesse, d’une manière agréable et qui excite la surprise.
Le métier ne vaut plus rien depuis que tout le monde s’en mêle. Se dit en plaisantant d’une chose facile que tout le monde entreprend.
Elle fait le métier. Pour dire qu’une femme est prostituée, fait un commerce honteux.
Il en fait métier et marchandise. Pour dire qu’un homme a coutume de faire quelque chose ; qu’il en existe.
Gâte-métier. Sobriquet que l’on donne à un ouvrier qui travaille à bas prix ; à un marchand qui vend à bon compte.

Larchey, 1865 : Habileté d’exécution.

Vois toutes ces esquisses : il y a de la main, du métier ; mais où est la conception, où est l’idée ?

(L. Reybaud)

Delvau, 1866 : s. m. Habileté d’exécution, adresse de main, — dans l’argot des artistes. Avoir un métier d’enfer. Être d’une grande habileté.

Métier (le)

Delvau, 1864 : L’acte vénérien.

Cousin, c’est pardieu la plus belle
Et qui entend mieux le métier,
Que femme qui soit au quartier.

(J. Grevin)

Le métier d’amour en effet
Est une assez plaisante affaire ;
Ce métier-là plus on te fait,
Et moins on est propre à le faire.

(Daceilly)

Et dans, cet amoureux métier,
De maître il devient écolier.

(Parny)

Métier d’enfer (avoir un)

Rigaud, 1881 : Être très habile dans son métier, — en style d’artiste.

Métingue

France, 1907 : Réunion, assemblée. Francisation du mot anglais meeting, participe présent du verbe to meet, se réunir, s’assembler. On doit prononcer mitingue.

Saluez Sa Majesté ! Vous croyez être des démocrates, des citoyens d’une république, des hommes indépendants, des serfs émancipés, des révolutionnaires ayant brisé tout joug injuste, renversé toute barrière désagréable, secoué toute tyrannie pénible. Allons donc ! vous pourrez, dans les métingues, déclamer contre le capital, conspuer les chéquards, vouer aux gémonies, les maîtres chanteurs, les panamistes et les victimes de M. Dopffer, le Jeffreys français, vous n’en serez pas moins les respectueux sujets de Sa Majesté Préjugé, un monarque qui ne porte pas de numéro, car il est unique et éternel.

(Edmond Lepelletier)

J’suis républicain socialisse,
Compagnon, radical ultra,
Révolutionnaire, anarchisse,
Eq’cœtera… eq’cœtera…
Aussi, j’vas dans tous les métingues,
Jamais je n’rate un’ réunion,
Et j’pass’ mon temps chez les mann’zingues
Oùsqu’on prêch’ la révolution.

(Aristide Bruant, Dans la rue)

Métiver

France, 1907 : Moissonner.

Métivier

France, 1907 : Ouvrier des champs, journalier qui se loue pour la saison des travaux. Vieux mot, du latin messis, moisson.

Mètre

Vidocq, 1837 : s. f. — Galle.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Mètre (chevalier du)

France, 1907 : Commis de nouveauté.

Mets des dieux

France, 1907 : C’est ainsi que Néron appelait en riant les champignons, faisant allusion à ceux que sa mère Agrippine fit servir à l’empereur Claude, qui mourut après en avoir mangé. Or, comme les empereurs romans étaient, après leur mort, honorés de l’apothéose, le plat qui avait tué Claude et l’avait mis dans l’Olympe au rang des immortels était, suivant Néron, un mets divin. La vengeance était aussi un mets des dieux.

Mettre

d’Hautel, 1808 : Mettre les petits plats dans les grands. Se dit pour exprimer l’empressement que l’on met à recevoir quelqu’un.
Mets ça dans ta poche. Locution ironique qui se dit à quelqu’un qui s’est attiré des paroles pi quantes ou quelque mauvais traitement.
Mettre la charrue devant les bœufs. V. Bœuf.
Mettre son nez partout. Se mêler mal-à-propos, et par indiscrétion, de ce qui ne vous concerne pas, comme font ordinairement les curieux et les indiscrets.
Mettre le cœur au ventre, ou le feu sous le ventre. Voyez Feu.
Se mettre sur la friperie de quelqu’un. Signifie se mettre sur le compte de quelqu’un ; le maltraiter en actions et en paroles.
Se mettre sur son propre. S’endimancher, s’approprier.
Il a mis le doigt dessus. Pour, il a deviné juste.
Mettre tout en capilotade. N’épargner personne dans ses médisances, dans ses bavardages ; mettre tout en pièces.
Se mettre sur son quant à moi. Faire entendre par des paroles vaniteuses qu’on est au-dessus des gens qui vous entourent.
Se mettre en quatre pour quelqu’un. Lui rendre des services importans ; faire tout au monde pour l’obliger.
Mettre le pied clans la vigne du Seigneur. Pour, boire à excès, s’enivrer.
Mettre quelqu’un ou quelque chose au rang des oublis. Pour, perdre absolument le souvenir d’une promesse que l’on a faite à quelqu’un ; oublier totalement ce dont on s’étoit chargé.
Il ressemble aux chaudronniers, il met la pièce à côté du trou. Se dit de quelqu’un qui applique un remède à côté du mal, qui se méprend sur l’emploi de quelque chose.
Se mettre à la gueule du loup. Courir un grand danger, en voulant en éviter un petit ; se fier à un fourbe, à un hypocrite.
Mettre la main à la pâte. Mettre la main à l’œuvre ; se mêler des plus petits détails d’un ouvrage.
Mettre en presse. Emprunter, mettre en gage.
Mettre à quia. Pousser à bout, mettre à l’extrémité, réduire une personne à ne savoir que devenir.
Mettre in pace. Mettre en terre, inhumer ; emprisonner, enfermer.
Mettre les voiles au vent. Pour dire, se décharger le ventre ; faire ses besoins naturels.
Mettre quelqu’un en jeu. Le citer, le mêler sans son aveu dans une affaire.
Mettre les pieds dans tous les souliers. Essayer de tout ; se mêler dans toutes les affaires.

Mettre (le)

Delvau, 1864 : Introduire son membre dans la nature d’une femme.

Réveille-toi, petite gueuse ; je veux te le mettre encore une fois au moins.

(La Popelinière)

Notre héros se forma vite…
Le mit-il, ou le lui mit-on ?
N’y eut pas d’affront.

(Al. Pothey)

Adam voulut le mettre :
Eve le sentit mettre.
Viens, bande-à-l’aise,
Vite, mets-le-moi.

(Collé)

France, 1907 : Mot libre, pour chevaucher, se divertir avec une femme. Ce mot est équivoque et malicieux, car une personne laisse-t-elle tomber son busc ou son gant, on dit : « Mademoiselle, voulez-vous que je vous le mette ? »

(Le Roux, Dictionnaire comique)

Mettre à l’ombre

Delvau, 1866 : v. a. Mettre en prison, — dans l’argot du peuple. Tuer, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Aller en prison. En effet, on ne craint pas l’ardeur du soleil (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Mettre en prison ou à la salle de police.

France, 1907 : Mettre en prison.

Le souteneur voleur pratique le vol au rendez-moi, lorsque sa marmite est fêlée : c’est la désignation de la fille dont il vit, et qui se trouve à d’ombre ou prisonnière pendant plusieurs semaines. Souvent, sa maîtresse, pour se rendre libre, ou changer de souteneur, le pousse à voler avec le secret espoir qu’il se laissera prendre.

(G. Macé, Un Joli Monde)

Surtout, pas de brusquerie ; il faut être poli avec les pochards et, au besoin, s’excuser de les avoir mis momentanément à l’ombre dans leur propre intérêt.

(G. Macé, Un Joli Monde)

Mettre à même

Delvau, 1866 : Tromper, — dans l’argot des faubouriens.

Voyez quel emblème !
Sa nièc’ d’Angoulême
Nous met tous à même !

dit une chanson de 1832.

Mettre à pied

Delvau, 1866 : v. a. Suspendre un employé de ses fonctions pendant plus ou moins de temps. Argot des bourgeois.

France, 1907 : Suspendre quelqu’un de son emploi, pour un temps déterminé. Cette locution nous vient des Romains, où le censeur retirait son cheval au chevalier qui tenait une conduite indigne de son rang. Cet usage fut conservé au moyen âge, mais il offrait un caractère ignominieux, car le chevalier dégradé ainsi publiquement était censé avoir vécu et l’on récitait sur lui l’office des morts. Dans les régiments de cavalerie, l’on punit en route les cavaliers qui blessent leurs chevaux ou les indisciplinés en les obligeant à suivre à pied la colonne.

Qui met-on à pied aujourd’hui ? Les cochers de fiacre qui ont été insolents, les employés qui sont inexacts, et généralement tous les pauvres diables qui ont trop de promptitude à faire valoir leurs droits et pas assez à remplir leurs devoirs. Cette mise à pied n’est que temporaire ; elle devient définitive en certaines circonstances et c’est alors une destitution.

(Charles Nisard)

Mettre à poil (se)

France, 1907 : Se dévêtir complètement, se mettre dans le costume de notre premier père avant le péché.

Un peintre célèbre, que je ne nommerai pas pour ne pas effaroucher sa modestie, avait pris un modèle exquis, une charmante fille de seize ou dix-sept ans, encore très innocente. Charmé de sa beauté, il l’engagea vivement à poser pour le nu. Comme elle faisait quelque difficulté pour se déshabiller devant le peintre, qu’elle rougissait et tremblait, il lui dit pour l’encourager :
— Allons, ma petite, n’ayez pas peur, que diable !… Pour vous habituer, je vais me mettre aussi à poil !

Mettre à quelqu’un (le)

Delvau, 1866 : v. a. Le tromper ; lui conter des bourdes qu’il accepte pour des vérités, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Tromper quelqu’un, mystifier quelqu’un.

France, 1907 : Le tromper, lui en faire accroire.

Mettre à table (se)

Delvau, 1866 : Être disposé à dénoncer ses complices ; être sur le point de faire des révélations, — dans l’argot des voleurs qui veulent manger le morceau.

Rigaud, 1881 : Trahir, dénoncer, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Dénoncer. Trahir. Mettre à table. Donner une part.

France, 1907 : Commencer à avouer, dénoncer. Voir Moutonner. C’est généralement à table, au dessert, que ce font les coïncidences, les aveux.

Toute l’habileté de l’agent est de se montrer avec le malfaiteur un copain qui comprend très bien la situation et qui est à cent lieues de s’indigner des crimes commis par son convive.
Il n’inspirerait qu’une confiance relative à celui qu’il veut faire avouer, l’homme de police appartenant à l’armée du Salut, qui commencerait par dire :
« Malheureux, le crime que vous avez commis est infâme ! Demandez pardon à Dieu et aux hommes ! »
L’agent, tout au contraire, doit procéder avec un mépris complet de la morale.
— Eh bien, mon vieux, dit-il, pourquoi que tu ne dis pas la vérité ? C’est toi qui as fait le coup ! tout le monde le sait, et puis, tu n’en mourras pas ! Avoue donc, c’est bien plus malin ; il n’y a rien de meilleur pour les circonstances atténuantes. Allons, un peu de courage, mets-toi à table.

(Mémoires de M. Goron)

Mettre à toutes les sauces (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Faire tous les métiers pour gagner sa vie, — dans l’argot du peuple.

Mettre au chaud

Virmaître, 1894 : V. Rouscailler.

Rossignol, 1901 : Voir rouscailler.

Mettre au chaud (chercher à)

France, 1907 : Courtiser très activement une fille ou une femme pour le motif non platonique.

Mettre au fait (se)

Delvau, 1864 : Se déniaiser, s’habituer a l’homme en jouant des reins avec lui.

Tu as bien tort ; si tu nets mets pas au fait, ton mari te prendra pour une bête.

(La Popelinière)

Mettre au fourgat

Bras-de-Fer, 1829 : Recéler.

Mettre au pied du mur

France, 1907 : Pousser quelqu’un dans ses derniers retranchements, le mettre dans l’impossibilité de répondre, comme quelqu’un qui, placé entre un mur et son ennemi. doit s’avouer vaincu.

Mettre au rancart

France, 1907 : Mettre de côté.

C’est le vice capital de notre théâtre, de notre littérature romanesque, de faire consister l’existence dans un événement aussi mesquin que l’adultère. Non ! l’humanité n’est pas enserrée dans les jambes illicitement offertes d’une femme mariée et les êtres ne sont pas hypnotisés par la contemplation d’un organe placé au-dessous d’un nombril.
Il y a autre chose dans nos préoccupations que le rapport des sexes. Regardez autour de vous, interrogez-vous, lecteur, et demandez-vous si les questions du salaire, du pain quotidien, si le souci de l’avenir, l’éducation des enfants, si la santé, si même le jeu, la spéculation, l’ambition, et encore la politique, le patriotisme, la religion, si, pour quelques-uns, la littérature, l’art, si, pour le plus grand nombre, les affaires, le métier, la profession, le « business », ne tiennent pas plus de place dans l’existence, ne sont pas la « vie » cent fois plus que le déraillement conjugal dont cent auteurs, à côté de l’observation vraie et de l’humanité surprise dans sa sincérité, ont fait le pivot de toute action dramatique, le moule de toute action humaine, le ressort vital ? Quand mettrons-nous au rancart cette trop vieille catachrèse ?

(Jean de Montmartre)

Mettez au rancart, Miss, les évangiles,
Pour un idéal moins marmoréen,
Prenez pour appui des bras moins fragiles
Que les bras troués du Nazaréen.

(Gringoire)

Mettre au vert (se)

France, 1907 : Se ranger.

Monsieur l’Hiver se lève tard
À midi, sur le boulevard,
Il suit les filles, les oiselles ;
Et sous un parapluie ouvert,
Dans l’espoir de se mettre au vert,
Il parle d’amours éternelles.

(Auguste Marin, Femmes d’hiver)

Mettre aux champs quelqu’un

France, 1907 : L’inquiéter, le troubler, le provoquer, en un mot le faire venir sur le champ, le pré, le terrain, comme les troupiers disent aujourd’hui. Cette expression nous vient du moyen âge, où les appels sur le champ, c’est-à-dire les duels, faisaient fureur.

Quand c’était de seigneur à seigneur, dit Charles Nisard, ou de seigneur à abbé ou à évêque, les uns et les autres se mettaient aux champs avec leurs gens et le combat singulier était une mêlée. Les vassaux avaient beau se plaindre, résister, s’emporter, il fallait qu’ils marchassent et se missent aux champs. La civilisation moderne a réduit ces appels et en a simplifié les formalités. Aujourd’hui, l’offensé envois deux témoins prier poliment l’offenseur de vouloir bien venir se faire couper la gorge. Celui-ci vient, et, pour ne pas se laisser vaincre en politesse par celui-là, lui coupe la gorge le premier. Quelquefois aussi, il ne vient pas. Mais la première fois que l’offensé le rencontre, il se contente de lui caresser légèrement l’une et l’autre joue avec deux doigts, et l’honneur est satisfait.

(Curiosités de l’étymologie)

Mettre avec (se)

Larchey, 1865 : Vivre maritalement.

En se mettant avec Lise, le général aurait dû nous dire : J’ai ça et ça à payer ; il ne l’a pas dit, et ce n’est pas délicat.

(Ricard)

Rigaud, 1881 : Vivre en état de concubinage.

Dernièrement, je rencontrai une belle actrice : elle me dit : Je cherche quelqu’un pour me mettre avec. Se mettre avec est l’expression consacrée dans le langage des coulisses.

(Paris-Comédien)

France, 1907 : Vivre maritalement.

Mettre avec quelqu’un (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Vivre maritalement, — dans l’argot des ouvriers et des grisettes.

Mettre bien (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Ne rien se refuser, — dans l’argot du peuple, qui dit cela à propos de tout, excepté à propos de vêtements. Ainsi, en voyant quelqu’un boire beaucoup, il lui dira : « Tu te mets bien, toi ! »

Rigaud, 1881 : Avoir les moyens de se passer toutes ses fantaisies ; faire de la dépense.

Mettre dans de beaux draps

Delvau, 1866 : v. a. Engager quelqu’un dans une affaire scabreuse, dans un mauvais pas, dans un danger quelconque. On dit aussi : Être dans de beaux draps.

Mettre dans la pommade

Delvau, 1866 : v. a. Gagner quelqu’un au jeu. Argot des faubouriens. Signifie aussi Tromper, jouer un tour.

Mettre dans le mille

Delvau, 1866 : v. a. Réussir dans une entreprise. Se dit aussi pour : Donner un coup de pied au derrière de quelqu’un.

Rigaud, 1881 : Réussir. — Toucher juste. — Allonger un coup de pied au cul d’un indifférent ou d’un ami.

Virmaître, 1894 : Réussir une affaire du premier coup. Terme usité chez les pédérastes : mille : podex (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Avoir réussi dans une affaire, être tombé juste, c’est avoir mis dans le mille.

France, 1907 : Réussir du premier coup. Allusion au coup gagnant du jeu du tonneau qu’on obtient en lançant son palet exactement sur le numéro 1000.

Pour venir en aide aux nénés
Des petites mamans jolies ;
Pour apaiser des nouveaux-nés
Les soifs toujours inassouvies,
L’inventeur à mis dans de mille !

France, 1907 : Terme usité chez les pédérastes et qui se passe d’explication.

Mettre dans les fesses (se le faire)

Delvau, 1864 : Se faire enfiler.

L’ dimanche, au sortir de la messe,
Elles dis’t toutes, mais en vain :
Nicolas, mets-moi dans la fesse
C’ qu’est dans ton pantalon d’ nankin.

(Darcier)

Mettre dans son sac

Delvau, 1866 : Recevoir des injures ou des coups sans y répondre ; encaisser des soufflets ou des sottises sans en donner reçu.

Mettre de l’eau dans son vin

Delvau, 1866 : v. a. S’humilier après avoir été arrogant ; reconnaître ses torts.

Mettre de plomb dans la tête

France, 1907 : Assagir. C’est aux têtes légères qu’on met du plomb, pour les rendre plus posées.

Ce sport, la loi le permet
D’après son enquête,
Aux ouvriers cela met
Du plomb dans la tête ;
Voilà pour les désœuvrés
Une cible offerte :
Messieurs les patrons, tirez !
La chasse est ouverte.

(Diatribe du docteur Akakia, La Petite République)

Mettre dedans

Larchey, 1865 : Tromper.

Il met les gabelous joliment dedans. On a descendu plus de vingt fois dans sa cassine, jamais on n’a rien trouvé.

(E. Sue)

Serais-je pris pour dupe ! — Eh ben ! conv’nez que vous êtes d’dans.

(Vadé, 1756)

Delvau, 1866 : v. a. Mettre en prison. Signifie aussi Tromper.

Rigaud, 1881 : Tromper. — Mettre en prison. — Sacrifier à Vénus, — dans le jargon des voyous.

La Rue, 1894 : Tromper. Emprisonner.

Rossignol, 1901 : Voir Mettre à l’ombre.

France, 1907 : Tromper, duper, induire en erreur ; se dit aussi pour emprisonner.

Que pensez-vous donc de la politique ? C’est l’art de mettre le peuple dedans… c’est l’art de mettre ses collègues dedans ; c’est l’art de mettre ses ennemis dedans, c’est l’art de mettre ses amis dedans. La politique, c’est l’art de rouler tout le monde. Il n’y a rien qui soit moins franc, il n’y a pas de duplicité, de mensonge, de fausseté comparable à la politique.

(Edgar Monteil, Le Monde officiel)

Le prévenu, très chic, monocle à l’œil.
— Enfin, Monsieur le juge, que peut-on bien me reprocher ?
— On vous reproche d’avoir abusé de votre situation pour ruiner un certain nombre de malheureux.
— Allons donc !
— Tous ceux qui ont affaire à vous, vous les mettez dedans…
— Vous aussi, Monsieur le juge !

(Tribunaux comiques)

Les yeux baissés et la jou’ rose,
C’matin, j’pris l’costum’ de ma sœur ;
L’mair’ ne s’aperçut pas d’la chose,
Et dam’, je profitai d’l’erreur !
Mais quand j’eus r’çu l’prix d’l’innocence,
Je m’disais en riant à plein’s dents :
C’que c’est tout d’mêm’ que la r’ssemblance,
Comme on peut mettr’ son mond’ dedans !

(Villemer-Delormel)

Mettre du beurre dans les épinards

France, 1907 : Améliorer une chose. « Ah ! mille dieux, serons-nous toujours assez andouilles pour attendre que la Providence gouvernementale mette du beurre dans les épinards ?
Pourquoi ne pas comprendre que tout ce qu’elle peut faire est un emplâtre sur jambe de bois ? »

(Le Père Peinard)

Mettre du beurre dans ses épinards

Delvau, 1866 : v. a. Introduire un peu de gaieté dans sa vie ; avoir des chances heureuses.

Mettre du linge sur ses salsifis

Fustier, 1889 : Mettre des gants.

France, 1907 : Se ganter.

Mettre du noir sur du blanc

Rigaud, 1881 : Écrire, — dans l’argot des gens qui ne savent pas lire.

Qu’un jeune homme ait, dix ans, dans le fond d’un collège,
Mis du noir sur du blanc, il semble que le roi
Soit chargé de son sort, et lui doive un emploi.

(C. Bonjour, Le Protecteur et le Mari, acte 1, sc. VI)

Mettre du pain dans le sac de quelqu’un

Fustier, 1889 : Lui faire son affaire ; le battre, le tuer.

Mettre du papier dans sa sonnette

Virmaître, 1894 : V. Affaler son grelot.

France, 1907 : C’est le conseil que les ouvriers donnent à leurs ménagères trop bavardes, mais le conseil est rarement suivi.

Mettre en appétit

Delvau, 1864 : Exciter l’ardeur vénérienne.

Chevaucher trois ou quatre coups ne fait que mettre en appétit ; il faut continuer tant qu’il y en a, pour nous donner du passe-temps.

(Mililot)

Il n’est rien qu’une femme trouve plus mauvais que quand l’homme la met en appétit, sans la contenter.

(Bonaventure Desperriers)

Mettre en brasserie (se)

Fustier, 1889 : Servir dans une brasserie.

Cédant à des suggestions funestes, elle se mit en brasserie, c’est l’expression consacrée.

(F. Sarcey : XIXe siècle, 1881)

Mettre en brindezingue (se)

Virmaître, 1894 : Faire la noce. Être dans les brindezingues : être pochard (Argot du peuple). N.

Mettre en bringue

Delvau, 1866 : v. n. Mettre en morceaux, briser.

Virmaître, 1894 : Mettre en morceaux, briser. A. D. Bringue, signifie femme maigre, l’expression est donc fausse. Mettre en bringue, est synonyme de brindezingue (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Briser.

Mettre en dedans

La Rue, 1894 : Forcer une porte.

Mettre en dedans (la)

Rigaud, 1881 : Forcer une porte, — dans le jargon des voleurs.

Mettre en œuvre

Delvau, 1864 : Faire l’acte vénérien.

Elle manda secrètement le fils d’un cordonnier, son voisin, et le fit venir en l’étable des chevaux de son père, et le mît en œuvre comme les autres.

(Les Cent Nouvelles nouvelles)

Et à la vérité, on en met de bien pires en œuvre.

(T. des Accords)

Et en disant cela, il la mit en œuvre.

(D’Ouville)

Mettre en pâte

Delvau, 1866 : v. a. Renverser un ou plusieurs paquets en les transportant ou en imposant, — dans l’argot des typographes. On dit aussi Tomber en pâte.

Virmaître, 1894 : Les compositeurs lient les paquets de caractères avec une ficelle. Quand le paquet est mal lié ou que le bout de la ficelle est emprisonné, le metteur en pages met le paquet en pâte, c’est-à-dire que les caractères se mélangent et qu’il faut recomposer. Quand, dans le paquet, Il y a des lettres qui ne sont pas du corps, ou que le paquet n’a pas été assez mouillé, en le déliant, si les lettres tournent, on appelle cela : faire un soleil (Argot d’imprimerie). N.

France, 1907 : Renverser plusieurs paquets de composition ; argot des typographes.

À cette dernière et brillante transformation de son idée, le rêveur n’y tient plus, il fait un mouvement comme pour prendre la coupe, et dans ce mouvement, sa composition, retenue par une simple ficelle, tombe avec bruit et se met en pâte, c’est-à-dire que toutes les lettres sont éparpillées, mêlées, amalgamées, répandues dans une confusion horrible.

(Jules Ladimir, Le Compositeur typographe)

Mettre en plan

Larchey, 1865 : Rester en gage chez un restaurateur jusqu’à l’acquittement de sa note.

France, 1907 : Mettre en gage. Plan est un vieux mot indiquant une prestation ou redevance, que le seigneur exigeait de son vassal pour se dédommager de l’abandon de certains droits. La mise en plan d’un fonds était donc l’abandon de ce fonds, un gage échangé contre un avantage déterminé. La différence de cette expression avec son sens actuel est que le dépositaire du gage recevait une somme pour ce gage, tandis qu’aujourd’hui il la paye. Ne pas confondre mettre en plan avec laisser en plan, qui signifie quitter, abandonner. « Il a mis sa montre en plan. Il a laissé sa femme en plan. »

Charivari !
Pour qui ?
Pour Grosjean
Qui a laissé sa femme en plan.

(Coutumes provinciales)

Mettre en quatre (se)

Delvau, 1866 : v. réfl. Montrer du zèle pour quelqu’un ou pour quelque chose, — dans l’argot des bourgeois.

Mettre en rang d’ognons (se)

Delvau, 1866 : Se placer les uns derrière les autres, — dans l’argot du peuple. On disait autrefois d’un homme, qu’il se mettait en rang d’ognons quand il se plaçait dans celui où il y avait des gens de plus grande condition que lui.

Mettre en rang d’oignons (se)

France, 1907 : Se placer les uns derrière les autres. Les forcenés de recherches étymologiques ont découvert une singulière origine à cette expression pourtant si naturelle. Voici ce qui est écrit en leurs doctes livres : « Un sire de la Fontaine, baron d’Oignon et seigneur de Vaumoise, était grand maitre des cérémonies sous Henri II, François II, Chartes IX et Henri III. Lorsqu’il présidait aux fêtes publiques, il répétait si souvent ce cri : « Serrez les rangs ! » qu’il se fit remarquer par ce tic. En rapprochant la possession de sa baronnie d’Oignon avec l’idée des oignons qu’on serre les uns contre les autres, on forma le proverbe. »

Mettre en suage

Bras-de-Fer, 1829 : Chauffer les pieds.

Mettre l’andouille au pot

France, 1907 : Accomplir l’acte vénérien.

Mettre la charrue devant les bœufs

France, 1907 : Commencer une chose par la fin.

Mettre la clef sous la porte

Virmaître, 1894 : Se sauver, déménager furtivement. Se dit communément d’un commerçant qui, ne faisant pas ses affaires, abandonne sa boutique (Argot du peuple).

Mettre la clef sous la porte, sous le paillasson

France, 1907 : Quitter furtivement son domicile… pour n’y plus rentrer.

— Voilà, dit-il. L’homme est beaucoup moins intéressant qu’on ne vous l’avait dit… D’abord, il n’est pas marié… il vit avec une ouvrière, maritalement… depuis une dizaine d’années… Je n’ai pas compris si la femme a quitté son mari pour suivre Picard, ou si c’est ce mari qui avait mais, la clef sous la porte…

(Hugues Le Roux)

Mettre la clef sous le paillasson

Virmaître, 1894 : V. Mettre la clef sous la porte.

Mettre la main à la pâte

Delvau, 1866 : Aider à un vol et participer à ses bénéfices.

Mettre la main au feu (en)

France, 1907 : Avancer une chose dont on est certain, ou dont on croit être certain.
Vieux souvenir de la barbarie de nos pères. Du VIe au XIIIe siècle, où un concile de Latran mit fin à cette superstition, les gens accusés ou simplement soupçonnés d’un crime étaient obligés, pour se justifier, soit de saisir un fer rouge, soit de placer leur main dans les flammes. Si la main sortait intacte de l’épreuve, l’accusé était déclaré innocent.
On essayait l’innocence par trois manières : le duel ou jugement de Dieu, l’eau ou l’huile bouillante, ou le feu ardent, dans la confiance que Dieu protégeait l’innocent et le préservait de tout mal. À quelques-uns on présentait un gantelet de fer rougi à blanc et l’accusé devait y plonger son bras jusqu’au coude. Un chroniqueur du XIIIe siècle raconte comment un pauvre diable, accusé de je ne sais quel délit, sut se dispenser de cette redoutable épreuve. Il répondit qu’il était prêt à ganter le terrible engin si l’archevêque revêtu de son étole voulait le lui remettre en main. Le prélat déclina de remplir cet office et convint, avec l’accusé, que l’usage venait des barbares et qu’il ne fallait pas tenter Dieu.
En dit que Cunégonde, femme de l’empereur Henri de Bavière, ayant été accusée l’adultère, offrit de se disculper en marchant pieds nus sur des socs de charrue ardents. L’empereur en fit disposer douze et la vertueuse princesse ayant marché sur onze s’arrêta sur le douzième et, là, fit un petit discours affirmant que jamais homme n’avait attenté à sa vertu !
On dit aussi : Je n’en voudrais pas pour tenir un fer chaud, pour : je n’en voudrais pas répondre.

Mettre la puce à l’oreille

Delvau, 1866 : v. a. Inquiéter quelqu’un par une fausse nouvelle. C’est l’alicui curam et angorem animi creare des Latins.

France, 1907 : Inquiéter quelqu’un par une nouvelle désagréable ; éveiller son attention.

Mettre la table pour les asticots

Delvau, 1866 : Mourir, — dans l’argot des voyous.

Mettre la tête à la fenêtre

Delvau, 1866 : v. a. Être guillotiné, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Condamné à mort qui passe la tête dans la lunette (Argot des voleurs).

Mettre le chien au cran du repos

Delvau, 1866 : Dormir, — dans l’argot des soldats.

Mettre le cœur sur carreau

Rossignol, 1901 : Vomir.

Mettre le foutre à la bouche de quelqu’un

Delvau, 1864 : L’exciter à la fouterie par des discours libertins, par des images obscènes, ou par des attouchements polissons.

Ingrat ! tu m’as mis le foutre à la bouche !
J’allais presque entrer dans le paradis !

(Parnasse satyrique)

Mettre le moine

Delvau, 1866 : v. a. Passer un nœud coulant au pouce du pied d’un soldat pendant son sommeil, et tirer de temps en temps la corde par petites secousses : les contorsions douloureuses qu’il fait, sans se réveiller, sont très drôles, au dire des troupiers farceurs. Au XVIe siècle on disait Bailler le moine.

Mettre les bâtons

France, 1907 : Courir.

Mettre les bouchées doubles

Virmaître, 1894 : Se dépêcher de faire quelque chose. Synonyme de manger un morceau sur le pouce, à la hâte. Cette expression est employée pour tout ce qui est fait précipitamment (Argot du peuple).

Mettre les jambes en l’air

Rossignol, 1901 : Faire tomber quelqu’un en se battant, c’est lui mettre les jambes en l’air ; on dit aussi faire une partie de jambes en l’air, ce qui veut dire rouscailler.

Mettre les petits plats dans les grands

Delvau, 1866 : v. a. Se mettre en frais pour bien recevoir ses invités, — dans l’argot des bourgeois.

France, 1907 : Se mettre en frais pour bien recevoir.

À table, car il était bien près de midi quand j’avais mis le pied hors du lit, le repas fut plein d’entrain — nous avions pour convive un de nos amis qui allait partir le jour même en province, et l’on avait mis les petits plats dans les grands pour le bien traiter.

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

Mettre les pieds dans le plat

Delvau, 1866 : Ne conserver aucun ménagement, ne prendre aucune précaution, ni garder aucune mesure en parlant ou en agissant. Argot du peuple.

France, 1907 : Parler ou agir sans retenue, sans ménagement.
M. John Lemoine, l’académicien, dans un parallèle entre Jonathan et John Bull, a écrit du premier : « Il est un peu casseur d’assiettes, il met les pieds dans de plat. »

Mettre les points sur les i

France, 1907 : Expliquer clairement, minutieusement une chose.

Il leur avait mis les points sur les i. C’était un bon coup, d’une exécution très facile. Il connaissait très bien les lieux. L’escalade pouvait se faire aisément par ici, le mur extérieur est peu élevé à cet endroit. Puis, on passe par là, contre les écuries, à pas de loup ; on fait le tour de la maison. L’entrée principale est là, par devant. Avec une pince-monseigneur et trois ou quatre rossignols, on est maître de la position.

(Yveling Rambaud, Haine à mort)

Mettre les pouces

France, 1907 : Céder, se soumettre, s’avouer vaincu.
Sous l’empire romain, dans les combats de gladiateurs, lorsque l’un des combattants était vaincu, il était d’usage que le peuple et les vestales présents dans le cirque demandassent sa grâce en levant le pouce ; si, au contraire, on voulait qu’il fût mis à mort, on baissait le pouce.
Domitien exigea que ce fût le gladiateur lui-même qui s’avouât vaincu et demandât la vie en élevant le pouce de la main droite. Celui qui ne faisait point le signe exigé était aussitôt achevé par le vainqueur.

Mettre les voiles

France, 1907 : Courir ; argot des gens de mer.

Mettre quelqu’un à toutes les sauces

Rigaud, 1881 : Employer quelqu’un à toute sorte de besogne.

Mettre sous bande

Rigaud, 1881 : Ensevelir, — dans l’argot des communautés religieuses.

Mettre sous le linge (se)

Delvau, 1864 : Se glisser entre deux draps pour y faire l’amour.

Je n’ai pas été plutôt arrivé qu’elle m’a sauvé au cou avec ardeur, et que ; s’apercevant que je bandais, et raide, elle s’est mise immédiatement sous le linge, ou nous avons joué des reins avec enthousiasme.

(J. Le Vallois)

Mettre sous presse

Delvau, 1866 : v. a. Mettre en gage.

Mettre sur le dos

France, 1907 : Attribuer à quelqu’un une faute qu’il n’a pas commise. Se décharger sur autrui d’un méfait.

Je veux parler de l’épisode
Où la fille chaste, oh ! combien !
Cache un enfant dans sa commode !
C’est vécu… c’est tout à fait bien !
Et cette mère de famille
Qui, surprise par son époux,
Met tout sur le dos de sa fille,
Afin d’apaiser le jaloux !

(Jacques Rédelsperger)

Mettre sur le dos (se)

Delvau, 1864 : Se placer pour être baisée, afin da faire avec un homme la bête à deux dos.

Sur le dos nonchalamment
Tout recevez votre amant ;
Pas le moindre mouvement,
Autant, ma foi,
Sentir ta femme auprès de soi.

(Béranger)

Mettre sur les dents

Delvau, 1866 : Épuiser, fatiguer, éreinter quelqu’un.

Mettre sur les fonds de baptême (se)

Virmaître, 1894 : Quand le nourrisseur de poupard a mal renseigné ses complices et qu’ils sont dans une position difficile, pour se sauver et n’être pas paumés marrons :
— Ils sont sur les fonds de baptême (Argot des voleurs).

Mettre sur les fonts du baptême (se)

Delvau, 1866 : Se mettre dans une position difficile, embarrassante, compromettante. Argot des voleurs.

Mettre tous ses œufs dans le même panier

Delvau, 1866 : Confier toute sa fortune à un seul banquier ; aventurer tout ce qu’on a dans une entreprise. Argot des bourgeois.

France, 1907 : Placer tous ses fonds dans une même affaire, tout son argent à la même banque. Faire dépendre d’une seule entreprise son sort. N’avoir qu’une corde à son arc.

Un vieux proverbe a dit que l’homme sage
Dans un panier ne met pas tous ses œufs.

(Lebrun)

Mettre une épingle à sa cravate

Virmaître, 1894 : S’enfiler un demi-setier (Argot du peuple). N.

France, 1907 : Boire un demi-setier ; argot populaire.

Mettre une épingle à son col

Rossignol, 1901 : Manger. Boire un verre de vin est aussi mettre une épingle à son col.

Mettre une femme à mal

Delvau, 1864 : La baiser, — ce dont elle se trouve ordinairement très bien.

Il avait mis à mal toutes les femmes qu’il avait entreprises.

(Richelet)

Mettre une femme dans la circulation

Delvau, 1864 : La forcer — après l’avoir frappée à son effigie — à avoir tout le monde pour amant. Séduire une jeune fille, lui faire un enfant, et l’abandonner, c’est la jeter.

Mettre une gamelle (se)

Rigaud, 1881 : Se sauver de prison. Allusion à la vitesse avec laquelle détale un chien à la queue duquel on a attaché une casserole.

Mettre une homme en état

Delvau, 1864 : Le préparer, par un pelotage savant, à l’accomplissement de son devoir d’homme.

C’est dans ce moment-là, pour le mettre en état
Et pouvoir arriver à quelque résultat,
Qu’il faut de son métier connaître les roueries
Et n’être pas novice en polissonneries.

(Louis Protat)

Mettre une pouce

Fustier, 1889 : Frapper, battre.

De quoi, de quoi, il va me fusiller mes indiennes (me voler mes vêtements). Vas-tu laisser ça ? ou je te mets une pouce.

(Humbert, Mon bagne)

Mettre une robe de soie pour voyager la nuit

France, 1907 : Faire le bien en cachette.

Metz (les usuriers de)

France, 1907 : C’est ainsi qu’on appelait les Messins, à cause du grand nombre de juifs qui habitaient et qui, sans doute, habitent encore cette ville.

Meublant

Delvau, 1866 : s. m. Entreteneur, galant homme qui met une femme galante dans ses meubles. L’expression est toute récente.

Meublant (c’est)

Rigaud, 1881 : Ça fait de l’effet et ça tient de la place comme meuble. Un piano, une armoire à glace sont meublants, — dans le jargon des tapissiers.

Meuble (vieux)

Larchey, 1865 : Personne usée, incapable de service.

Prends garde à toi, vieux meuble, affreuse bohémienne !

(Les Folles Nuits du Prado, 1854)

Rigaud, 1881 : Vieille femme, vieille courtisane.

Meublée (femme ou fille)

France, 1907 : Même sens que capitonnée.

Meubler

d’Hautel, 1808 : Il a la tête bien meublée. Mauvaise locution qui signifie que quelqu’un a du savoir, de l’érudition.

Fustier, 1889 : Réparer des ans l’irréparable outrage, se mettre de faux mollets, de faux appas.

— Je suis devenue si maigre que je n’ose mettre une robe décolletée. — On met un corsage carré. — Impossible aussi, car il faut encore meubler le carré et avoir des bras.

(Le Voltaire, 1882)

Meudon (grand)

La Rue, 1894 : Officier de paix. Mouchard.

France, 1907 : Officier de paix, mouchard ; argot des voleurs.

Meulard

Vidocq, 1837 : s. m. — Veau.

Larchey, 1865 : Veau (Vidocq). V. Pavillonner. — Allusion au mugissement du veau.

Delvau, 1866 : s. m. Veau, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Veau, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Veau.

Virmaître, 1894 : Veau. Allusion à la mollesse de la viande. On dit aussi : un bœuf en bas âge (Argot du peuple). N.

Hayard, 1907 : Veau.

Meule

La Rue, 1894 : Sans argent.

Virmaître, 1894 : Vide. C’est veule qu’il faudrait dire, veule signifie mou. Meule est une corruption (Argot des souteneurs). N.

Rossignol, 1901 : Sans argent.

France, 1907 : Corruption de veule, mou, vide, qui se laisse aller.

J’comprends, quand eun’ gonzesse est meule,
Qu’a monte avec des gens qu’est saouls,
Mais qu’a fass’ dés homm’s à trent’ sous !…
J’y fout’rais mon poing su’ la gueule !

(Aristide Bruant)

Meulé

Hayard, 1907 : Vidé.

Meules de moulin

Delvau, 1866 : s. f. pl. Les dents, principalement les molaires, qui broient le pain, — dans l’argot du peuple, qui emploie sans s’en douter une expression tout à fait biblique. Les ouvriers anglais disent grinders (les broyeuses).

France, 1907 : Dents.

Meunier

Delvau, 1866 : s. m. Receleur de plomb volé.

La Rue, 1894 : Receleur.

Virmaître, 1894 : Receleur qui a la spécialité d’acheter aux mastardiers ou voleurs de gras double, le plomb, l’étain ou le zinc, volés dans les maisons en construction (Argot des voleurs).

France, 1907 : Receleur. En échange des objets volés, il donne la farine, c’est-à-dire la subsistance.

Meûnier

d’Hautel, 1808 : Il n’y a rien de plus hardi que la chemise d’un meûnier. Parce que, dit-on, elle prend tous les matin un larron au collet.
D’évêque il est devenu meûnier. Se dit d’une personne à qui les circonstances ont été défavorables, et qui, d’une haute condition, est tombée dans une médiocre.

Vidocq, 1837 : s. m. — Les Limousineurs nomment ainsi le receleur qui leur achète le plomb qu’ils volent sur les toits. Je suis le seul, peut-être, qui ait fait aux Limousineurs une guerre ouverte et incessante. Aidé des conseils d’un entrepreneur de couverture, aujourd’hui magistrat consulaire, je pus mettre sous la main de la justice plusieurs centaines de Limousineurs.
Un individu nommé Bellement, l’un des Meûniers les plus connus, fixa mon attention ; je m’introduisis avec quelques agens dans son arrière-boutique, et à neuf heures du soir vingt-huit Limousineurs, nantis de plomb volé, étaient en mon pouvoir.
Les couvreurs qui font la Bête ou la Limousine, c’est-à-dire qui volent le plomb des couvertures, en coupent de longues bandes avec de bonnes serpettes, puis ils l’aplatissent et le serrent à l’aide d’un clou ; le garçon couvreur est ordinairement chargé, par le compagnon, de sortir le chopin du chantier, ce qu’il fait en l’attachant sur son ventre à l’aide d’une courroie.

Meunier (d’évêque devenir)

France, 1907 : Descendre des grandeurs, tomber dans une condition inférieure à celle qu’on occupait. D’après quelques étymologistes, il faudrait dire aumônier. Mais il parait qu’un certain évêque de Nevers, voyageant en Suisse vers le milieu du XVIe siècle, s’enfuit de Genève avec une femme dont il était devenu amoureux et fut, à cause du scandale, obligé de jeter le froc aux orties et de se faire meunier pour vivre.
Devenir d’évêque meunier est le titre d’une nouvelle d’un conteur italien du XIVe siècle du nom de Sacchetti, du moins traduite sous ce titre par Simon de Troyes. L’Intermédiaire des chercheurs et curieux en donne le canevas dans un des numéros de l’année 1874 :

Barnabo Visconti, duc de Milan, demande à un évêque de lui résoudre quatre questions : Combien il y a de la terre au ciel ? Combien la mer contient d’eau ? Que fait-on en enfer ? Combien valait la personne du duc ? L’évêque est fort embarrassé de résoudre de pareilles questions : mais son meunier s’en charge pour lui. Pour la distance de la terre au ciel et le contenu de la mer, dit les chiffres qui lui passent par la tête, et ajoute que si le duc en doute, il n’a qu’à les faire vérifier. Pour ce qui se passe en enfer, il le renvoie au poème du Dante ; et il estime sa personne à vingt-neuf deniers, un de moins seulement que n’a été estimée celle de Jésus-Christ. Visconti est si charmé de l’esprit de ce meunier, qu’incontinent il le fait évêque au lieu de son ancien maître, qu’il oblige à se charger du moulins.

Meurt de faim

France, 1907 : Petit pain d’un sou.

Meurt-de-faim

Delvau, 1866 : s. m. Misérable, pauvre diable, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Meurt-la-faim et Crève-la-faim.

Delvau, 1866 : s. m. Petit pain d’un sou, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Petit pain d’un sou.

Meurtrier

d’Hautel, 1808 : Assuré comme un meurtrier. Se dit d’un effronté, d’un homme sans pudeur, que rien ne peut intimider ni faire rougir.

Mézière

anon., 1827 : Moi, simple.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Simple, dupe, facile à dépouiller.

Bras-de-Fer, 1829 : Moi, simple.

Vidocq, 1837 : ad. — Moi.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

Mézière, mézigo

La Rue, 1894 : Moi.

Mezière, mezigue

Rigaud, 1881 : Moi, — dans le jargon des voleurs.

Mezières

Larchey, 1865 : Bourgeois. — Corruption du vieux mot Messires. V. Regout.

Mézigo

Delvau, 1866 : pron. pers. Moi, — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Mézigue, Mézère, et Ma fiole.

Rossignol, 1901 : Moi.

Mezigue

Virmaître, 1894 : Moi. On dit aussi mezigo (Argot des voleurs).

Mézigue

Vidocq, 1837 : ad. — Moi.

Larchey, 1865 : Moi (Vidocq). V. Pavillonner.

France, 1907 : Moi.

L’gardien des travaux fait du rif
À ménuit… et comme il est zigue,
I’laiss toujours chauffer mézigue
Et rôtir mon marceau d’lartif.

(Aristide Bruant, Dans la rue)

Mézigue, mon orgue

Hayard, 1907 : Moi.

Mézique

Rossignol, 1901 : Moi.

Mezza-voce

France, 1907 : À demi-voix. Italianisme, de mezza, moyenne, et voce, voix. Terme musical.

Mezzo-forte

France, 1907 : À demi fort. Italianisme, de mezzo, moyen, et forte, fort. Terme musical.

Mezzo-soprano

France, 1907 : Voix plus grave que le soprano et plus aiguë que le contralto.

Mezzo-termine

France, 1907 : Moyen terme.

Mezzo-tinto

France, 1907 : Teinte moyenne, appelée plus généralement manière noire, en terme de graveur.

Mi

France, 1907 : Moi. Corruption du latin mihi, encore en usage dans nombre de provinces, entre autres en Picardie, en Languedoc, en Bretagne, en Lorraine.

Envers mi, n’soyez pas trop difficile,
Veuillez écouter chin que j’vas vous dir,
Pour sujet d’mes chansons, j’ai pris not’ ville
Car tout Roubaignou s’lon mi dort et fir.

(Henri Loridan, Chansons en patois de Roubais)

Mon cœur est toujours endormy,
Réveille-le-my.

(Clément Marot)

Mi-temps

Virmaître, 1894 : Milieu. A. Delvau écrit mitan, ce n’est pas exact (Argot du peuple).

Miaulard, miauleur

France, 1907 : Nom vulgaire des mouettes et des goélands.

Miauler

d’Hautel, 1808 : Se dit du cri des chats.
Le peuple supprime l’u de ce mot et dit mialer, comme on dit piailler.

Mib

France, 1907 : Chose dans laquelle on excelle ; argot des voyous.

Mib ou mibre

Delvau, 1866 : s. m. Tour de force quelconque, chose où l’on excelle, — dans l’argot des gamins. C’est mon mib ! C’est mon triomphe ! Signifie aussi Défi. C’est ton mib, c’est-à-dire : Tu ne feras jamais cela.

Mic-mac

Delvau, 1866 : s. m. Fourberie, tromperie cachée, intrigue, — dans l’argot du peuple.

Fustier, 1889 : Difficulté, complication, chose inintelligible.

C’est un mic-mac où personne ne comprend rien.

(Zola, Pot-Bouille)

France, 1907 : Intrigue, tripotage, menées suspectes : de l’allemand mischmasch, même sens.

La politiqu’, viande creuse,
Bouillie aux chats, affreux mic-mac,
Ne rend pas la mâchoire heureuse
Et ne met rien dans l’estomac,
Ta poule au pot, brave Henri quatre,
On l’attend toujours sous l’ormeau :
Notre fin de siècle marâtre
Ne nous offre que du chameau !

(Émile Second)

Micameau

France, 1907 : Demi-tasse de café.

— Entrez donc un instant, père Gérard, nous allons faire un petit bout de conversation tout en prenant un demi.
— Ah ! oui, c’est ainsi qu’on appelle par ici une demi-tasse de café.
— Ça a encore bien d’autres noms : on dit aussi prendre un micameau ou un sou de moka.

(Marc Mario)

Michaud

Rigaud, 1881 : Tête, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Tête. Faire un michaud, dormir.

France, 1907 : Tête ; argot des voleurs.

Michaud (faire son)

Rigaud, 1881 : Dormir.

Michaud (faire un)

Boutmy, 1883 : v. Dormir un somme. Employé dans d’autres argots parisiens.

France, 1907 : Dormir.

Michaut

d’Hautel, 1808 : Avoir michaut. Pour dire, avoir envie de dormir, être tourmenté par le sommeil.
Faire son michaut. Pour, dormir un somme.

Miche

d’Hautel, 1808 : Grosse morceau de pain.
Un donneur de miche. Celui qui est en pouvoir de distribuer des faveurs, les pensions, les charges, les emplois.
Miche de St. Étienne. Nom que l’on donne aux pierres, parce que ce saint fut lapidé.
À la porte où l’on donne les miches, les gueux y vont. Pour dire que l’on courtise ceux qui distribuent les graces, les honneurs.

Delvau, 1866 : s. f. Dentelle, — dans l’argot des voleurs.

Delvau, 1866 : s. f. Gros morceau de pain, — dans l’argot du peuple. Se dit aussi pour Pain entier.

Et moins encor il fait du bien
Aux pauvres gens, tant il est chiche ;
Si il a mangé de leur miche.

(Les Touches du seigneur des Accords)

Rigaud, 1881 : Dentelle, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Dentelle. Argent. Pain.

France, 1907 : Dentelle.

Miché

Delvau, 1864 : Homme galant forcé d’acheter ce que les femmes galantes donnent pour rien à leurs amants de cœur.

Allumer tous les soirs la chandelle de l’hyménée en faveur d’un tas de gonzesses et d’autant de michés.

(Lemercier de Neuville)

Surtout selon l’argent donné par le miché.

(Louis Protat)

Larchey, 1865 : Homme payant l’amour d’une femme. — Peut venir des vieux mots michon : sot (V. Roquefort) ou michon : argent de poche (V. d’Hautel).

On appelle miché Quiconque va de nuit et se glisse en cachette Chez des filles d’amour, Barbe, Rose ou Fanchonnette.

(Mérard de Saint-Just, 1764)

Dans une Protestation des Filles de Paris, 1790, nous lisons :

Ce pourfendeur de Mars avait bien affaire aussi de se présenter pour nous enlever nos michés.

« La biche étudiante qui avait levé un michet quelconque. » — 1860, les Étudiants du Quartier latin. On disait aussi micheton « All’ me dit : Mon fiston, Étrenne ma tirelire. Je lui réponds : Ma poule, tu m’ prends pour un mich’ton. » — Le Bâtonniste à la Halle, Aubert, 1813. Outre le miché proprement dit, il y a le miché sérieux et le miché de carton — « 1/ Le michet sérieux équivaut à l’entreteneur… Dans un lieu de plaisir où les femmes sont nombreuses, les jeunes gens se disent souvent, comme un mot d’ordre : Messieurs, ne parlez pas à la petite une telle, elle est ici avec son michet sérieux. Le même individu se désigne aussi par ce mot : Ponteur. Ce dernier mot, pris dans le vocabulaire des jeux, vient du verbe Ponter (V. Ponter). — 2/ Le michet de carton est un jeune homme bien élevé, qui fréquente les femmes entretenues. Il ne va jamais coucher chez elles, sauf durant les interrègnes des michets sérieux. En tout autre cas, sa maîtresse vient chez lui. Il ne donne que des cadeaux, paie à souper, à dîner dehors, à déjeuner chez lui. Il conduit aux courses en voitures et au théâtre en petites loges de baignoires Il ne sort point dans la rue avec les femmes. Il les salue au bois d’un petit geste. » — Cadol. — Il y a longtemps que le carton symbolise une apparence trompeuse. Saint-Simon appelait déjà le duc du Maine un roi de carton, c’est-à-dire un roi de cartes. V. Carton, Mikel.

Delvau, 1866 : s. m. Client, — dans l’argot des photographes ; homme ou femme qui achète, qui paie, — dans plusieurs autres argots.

Delvau, 1866 : s. m. Homme quelconque, jeune ou vieux, laid ou beau, disposé à acheter ce qui ne devrait jamais se vendre, — dans l’argot des filles, qui emploient depuis longtemps cette expression, contemporaine de michon (argent) et de miche (pain).

On appelle miché…
Quiconque va de nuit et se glisse en cachette
Chez des filles d’amour, Barbe, Rose ou Fanchette,

dit un poème de Médard de Saint-Just (1764).
Miché de carton. Amant de passage, qui n’offre que des gants de filoselle. Miché sérieux. Protecteur, ou amant généreux qui offre une boîte entière de gants.

La Rue, 1894 : Niais. Dupe. Homme qui pave généreusement les faveurs d’une Aile. Miché de carton, homme qui paye mal ou pas du tout les filles.

Virmaître, 1894 : Homme qui monte avec une fille, en payant, ou qui y couche. Miché était déjà connu en 1764. Merard de Saint-Just dit ceci :

D’où vient qu’on appelle miché
Quiconque va de nuit et se glisse en cachette
Chez des filles d’amour, Barbe, Rose ou Fanchette (Argot des souteneurs).

Hayard, 1907 : Riche client d’une fille.

France, 1907 : Niais, dupe, ou simplement client, dans l’argot des souteneurs et des prostituées. Le miché est celui qui paye, du vieux mot michon, bien, richesse. Mais les michés n’apportent pas toujours la richesse, il y en a qui ne payent pas ou qui payent peu : ce sont les michés de carton. Quant à ceux qui payent bien, on les appelle michés sérieux.

Les femmes – dit Léo Taxil — appellent « michés sérieux » les clients qui montent et flanelles ceux qui se contentent de peloter et de payer un petit verre…
On a prétendu, ajoute-t-il, que toutes les prostituées de Paris avaient un argot ou un jargon qui leur était particulier ; ceci n’est pas exact, nous avons vu qu’elles désignent le client sous le nom de miché, le visiteur qui ne monte pas sous celui de flanelle. Pour elles, les inspecteurs sont des « rails », un commissaire de police un « flique », une jolie fille une « gironde » ou une « chouette », une fille laide un « roubion », etc. Ce sont là des expressions qui font partie du langage des souteneurs qui, eux, possèdent un véritable argot ; elles en retiennent quelques mots et les mêlent à leur conversation. Quant aux prostituées qui s’entendent avec les voleurs et qui n’ont recours au libertinage que pour cacher leur réelle industrie, il n’est pas étonnant qu’elles ont adopté le jargon de leurs suppôts ; mais on ne peut pas dire que ce langage soit celui des prostituées.

(La Prostitution à Paris)

Or, quelqu’un les remarque et se met à les suivre,
L’espoir de voir finir la dèche les enivre ;
Leur pas se ralentit, d’instinct, sans faire exprès…
Le monsieur est bien mis et fume des londrès,
Tandis que leurs premiers amants fumaient la pipe ;
Elles tournent la tête, et jetant sur ce type,
Par-dessurs leur épaule, un regard curieux,
Songent : « Oh ! Si c’était un miché sérieux ! »

(André Gill, La Muse à Bibi)

Un vieux miché, un vieux beau.

Tel au printemps un vieux miché
Parade en galante toilette.

(André Gill)

On écrit aussi michet.

Vous êt’s tous des fils de michets
Qu’on envoie téter en nourrice ;
C’est pour ça qu’vous êt’s mal torchés…
Allez donc dir’ qu’on vous finisse !

(Aristide Bruant)

anon., 1907 : Le client.

Miché de carton

Delvau, 1864 : Honnête homme qui achète de l’amour en marchandant, ce qui le fait mépriser des amoureuses.

Les Valaques ont près des femmes une grande réputation de mauvaise foi… Aussi elles les évitent et les ont placés au premier rang des michés de carton.

(Vermorel)

Virmaître, 1894 : Homme à qui une fille demande cinq louis et qui lui offre quarante sous. On dit aussi : miché à la mie de pain (Argot des filles).

Miche de profonde

France, 1907 : Argent.

Miche de profonde, michon

Rigaud, 1881 : Argent. — L’argent est le pain de la poche.

Miche de Saint-Étienne

Rigaud, 1881 : Pierre, par allusion à la lapidation de saint Étienne.

Miché galetteux

France, 1907 : Miché qui a de l’argent ; autrement dit, miché sérieux.

Il n’y a pas au Conservatoire une seule gamine de quinze ans qui, au bout de six mois, ne pense à avoir un miché galetteux pour lui fourrer du luxe…

(Victorien du Saussay, L’École du vice)

Miche sérieux

Delvau, 1864 : Homme qui ne regarda pas à la dépense avec la femme qui l’a levé à Mabille ou sur le boulevard, et dont il devient souvent le Monsieur.

Fichtra ! C’est un miché sérieux !

(Lemercier de Neuville)

Miché, Mikel, Miquel

Rigaud, 1881 : Nigaud ; homme simple, dupe, gobe-mouche. Monter un miquel, duper quelqu’un à qui on avait promis monts et merveilles.

Michel (ça fait la rue)

France, 1907 : Sous-entendu : le-Comte, jeu de mots sur compte.

— Eh bien, si j’y coupe pas, v’là tout, je coucherai à la boîte comme les camarades, et ça fera la rue Michel.

(Georges Courteline)

Michel cassant ses œufs

France, 1907 : Le tonnerre.

Michelet (faire le)

France, 1907 : Se glisser dans les foules pour palper les parties charnues des femmes.

Le vieux sénateur ne manquait jamais un de ces sermons mondains qui, pendant le carême, attirent les dames du noble faubourg ; il attendait pieusement la sortie et, perdu dans la foule, il se livrait avec une ardeur toute juvénile à ces manœuvres qu’on appelle en termes vulgaires faire le michelet.

(Les Propos du Commandeur)

Michelet, Michelin (faire le)

Rigaud, 1881 : C’est, à la faveur d’une cohue, dans l’obscurité, apprécier, à la manière de Tartuffe, l’étoffe de la robe d’une Elmire quelconque. Il y a des amateurs qui ne vont au milieu des foules que pour faire « les michelins ». Au spectacle de Guignol aux Champs-Élysées, les soldats font les michelins auprès des bonnes d’enfants. Autrefois le grand rendez-vous des michelins était au théâtre Comte. Grâce à l’obscurité nécessitée par la représentation des Ombres chinoises, les michelins avaient beau jeu. Parfois se faisait entendre le cri de quelque Lucrèce effarouchée ; mais le spectacle n’en était pas troublé, et des rires étouffés répondaient seuls à cet appel de la vertu indignée.

Michelets (avoir ses)

Rigaud, 1881 : Avoir ses menstrues, — dans le jargon des femmes qui ont lu le livre de Michelet sur l’Amour.

Michet

Rigaud, 1881 : Homme qui paye les femmes autrement qu’en belles paroles. Mot connu au XVIIIe siècle. — Michet sérieux, celui sur qui une femme peut compter, celui qui donne beaucoup d’argent et a passé un bail. Elles (les pierreuses) tournent la tête, et, jetant sur ce type, « Par dessus leur épaule un regard curieux, » Songent : « Oh ! si c’était un miché sérieux ! » (La Muse à Bibi, Les Pierreuses.) Bon Michet, oiseau de passage généreux. — Michet de carton, oiseau également de passage, mais marchandeur, un qui ne dit pas son nom et qu’on ne revoit plus.

Rossignol, 1901 : Homme généreux qui dépense sans regarder. Lorsqu’une fille publique trouve un client, elle a rencontré un michet ; s’il n’est pas généreux, c’est un michet à la mie de pain. Celui qui dépense sans compter et à qui l’on vend plus cher qu’à un autre est encore un michet.

Micheton

Delvau, 1866 : s. m. Petit miche, homme à qui les marchandes d’amour font un rabais.

Rigaud, 1881 : Michet en raccourci. Jeune homme, rhétoricien, qui apporte à une femme le peu d’argent dont il dispose, et qui, au besoin, en dérobe à sa famille.

Virmaître, 1894 : Petit miché qui rale sur le prix des faveurs des filles (Argot des souteneurs).

Rossignol, 1901 : Homme qui paye les femmes.

Hayard, 1907 : Petit miché.

France, 1907 : Petit miché, qui paye peu ou marchande.

Michetonner

France, 1907 : Chercher un micheton.

Jeanne, t’en souvient-il des dèches d’autrefois ?
Las ! Alors tu portais moins de batiste fine,
Tu n’allais pas encore michetonner au Bois.

Micheuse, mirante, miradon

La Rue, 1894 : Glace.

Michon

d’Hautel, 1808 : Il a bien du michon. Pour, il a bien de l’argent pour avoir des miches.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Argent. Faire du michon, amasser de l’argent.

Vidocq, 1837 : s. m. — Pain.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

France, 1907 : Fortune, richesse : avoir du michon. Foncer du michon, payer. De michon est venu miché.

Michon (du)

anon., 1827 / Bras-de-Fer, 1829 : De l’argent.

Halbert, 1849 : Du pain blanc.

Micmac

d’Hautel, 1808 : Manigance, intrigue, embarras, désordre, confusion.

Microbe

France, 1907 : Du grec micros, petit, et bios, vie. Mot créé vers 1878 par Sédillot, chirurgien de Strasbourg, pour désigner les plus petits représentants de la nature vivante. Ces êtres se mesurent par millièmes ou dixièmes de millième de millimètre. Les microbes se reproduisent avec une vitesse prodigieuse. En 24 heures, 16 millions d’individus peuvent provenir d’un seul. Un millimètre cube de sang corrompu donne en un jour le nombre de 5,000 milliards de micro-organismes. La doctrine microbienne, dite théorie parasitaire ou doctrine du contage animé, explique les phénomènes de la contagion et de l’épidémicité des maladies infectieuses. Les fièvres éruptives, la fièvre typhoïde, les pneumonies, les abcès, les furoncles, la tuberculose, etc., sont causés par la pénétration du microbe dans l’organisme.
On dit « ensemencer » ou « cultiver » les microbes parce que, par une suite de gradations insensibles, ils se rattachent aux moisissures et aux algues, ce qui les a fait considérer à tort comme des végétaux.

France, 1907 : Injure signifiant avorton, être sans aucune valeur.

On se prend à douter si l’avenir, au lieu de désigner notre siècle par le nom de quelque rare génie, ne l’appellera pas le siècle de microbes ; nul mot ne rendrait mieux notre physionomie et le sens de notre passage à travers les générations.

(M. de Vogüé)

Microbiologie

France, 1907 : Étude du microbe. « On peut dire que la microbiologie a pris naissance avec les travaux de Pasteur sur le vin et la bière. »

(Jules Héricourt)

Microscope

d’Hautel, 1808 : Instrument qui grossit les objets. Le peuple dit par corruption mitroscope.

Midi

d’Hautel, 1808 : À midi précise, sur les midi. Beaucoup de personnes parlent ainsi, au lieu de dire au masculin et au singulier à midi précis ; sur le midi. Il en est de même du mot minuit.
Chercher midi à quatorze heures.
Chercher une chose où elle n’est pas. Voyez Heure.
Chercheurs de midi. Filous qui s’introduisent dans les maisons, pour y exercer des vols.
Il ne voit pas clair en plein midi. Se dit d’un homme entêté, qui a peu de jugement, et qui ne veut pas convenir de ses erreurs.

Rigaud, 1881 : Trop tard. — Il est midi, cela n’est pas vrai. — Les ouvriers se servent encore de cette expression dans le sens de : « Méfions-nous », lorsqu’il y a des étrangers à l’atelier.

France, 1907 : Trop tard. Il est midi, je ne vous crois pas, cela n’est pas vrai. Il est midi sonné, ce n’est pas possible, c’est défendu.

— Faut pas te figurer comme ça que t’as le droit de te coller un bouc… Quand tu seras de la classe comme me v’là, ça se pourra, mais jusque-là, c’est midi sonné.

Midi !

Delvau, 1866 : Exclamation du même argot [du peuple], employée pour signifier : Trop tard ! Il est midi ! C’est-à-dire je ne crois pas un mot de ce que vous dites ; « Je ne coupe pas dans ce pont-là ! »

Merlin, 1888 : Trop tard ! ou tu peux t’ fouiller ! (argot parisien).

La Rue, 1894 : Trop tard. Il est midi ! cela n’est pas vrai.

Midi (chercheurs de)

France, 1907 : On appelait ainsi autrefois des filous qui se glissaient dans les maisons, un peu avant le dîner de midi, pour faire main basse sur l’argenterie.

Midi (il est)

Larchey, 1865 : Il n’est plus temps. — Date du temps où midi était l’heure du repas, celle où cessait toute affaire.

Midi à quatorze heures (chercher)

France, 1907 : Chercher des difficultés où il n’y en a pas, tergiverser.

Elle commença, sans chercher autrement midi à quatorze heures, par surexciter Flamboche et l’affoler au désir. Sous cet amour respectueux et presque religieux, qui se dupait lui-même à se croire en extase uniquement devant la splendeur morale de la sainte, elle avait tout de suite flairé, elle, le secret bouillonnement de la puberté en éveil. Elle en avait tant l’expérience, de ces chaleurs animales dont fermentent les adolescents ! Elle en avait tant su éteindre, après les avoir attisées dans son officine de la rue de la Lune !

(Jean Richepin, Flamboche)

Midinette

France, 1907 : Trottin ou jeune ouvrière qui sort de l’atelier ou du magasin à midi, soit pour déjeuner, soit pour prendre l’air. Le mot est de Paul Arène.

Au déjeuner, par bandes, se tenant par le bras, les ouvrières descendent, emplissent les trottoirs de gaieté débordante, causent à voix aiguë, s’interpellent sans souci des calembredaines que leur débitent les passants ; à cette heure, à ce quart d’heure plutôt, l’amour est mis de côté, laissé pour plus tard, on a un instant pour respirer à l’aise loin de la patronne et de ses cris, de l’ouvrage abrutissant, de l’air lourd, chargé d’odeurs fades qui écœurent et tandis que les poumons s’atrophient dans la position courbée où vous force à vous tenir l’ouvrage sans cesse renaissant… Aussi le quart d’heure est-il largement employé au récit des incidents importants de la veille, fâcheries d’amoureux, bourrades de la mère, observations sévères d’un père ébranlé dans sa crédulité par des veillées si fréquentes en morte-saison ; le tout entrecoupé de — ma chère ! — de rires qui partent, éclatent tout à coup comme des fusées sous le nez du suiveur interdit, décontenancé, qui lâche prise. Saluez, les midinettes passent !

(Jules Davray, L’Amour à Paris)

Midship-ça !

France, 1907 : Exclamation des élèves de l’École navale à la clôture d’un cours.

Quelle que soit l’application déployée par les élèves dans leurs différents cours, on comprend facilement qu’ils en voient arriver la fin avec plaisir.
Pour les uns, c’est l’année de fistot qui se termine ; pour les autres, c’est le galon d’aspirant qui s’approche. Ainsi, toutes les fois qu’un cours est clôturé, les fistots, pour témoigner leur joie, dès que le professeur a quitté l’amphithéâtre, crient-ils par trois fois : Ancien-ça ! expression elliptique signifiant : Désormais nous n’assisterons plus à un cours de même nature qu’en qualité d’ancien.
De leur côté, les anciens, à la fin de chaque cours, crient par trois fois : Midship-ça ! midship étant le nom anglais des aspirants de marine.

(Un ancien officier, Histoire de l’École navale)

Midship, midshipman

France, 1907 : Aspirant de marine. Anglicisme.

Dans les allées, un flot naissait, plus mêlé, des soldats, des marins, des officiers de tous corps, des filles à toilette tapageuse, des ouvrières riant très haut et des jeunes gens par bandes, — beaucoup de jeunes gens, une jeunesse de province, calicots ou commis, — des étudiants en médecine, des midships aussi, des aide-médecins, des sous-lieutenants en bourgeois qui, très gais, brocardaient les femmes au passage.

(Paul Bonnetain, Le nommé Perreux)

Midshiper

France, 1907 : Se dispenser de faire quelque choses, carotter le service ; argot du Borda.

(Un ancien officier, Histoire de l’École navale)

Mie

d’Hautel, 1808 : Jeûner entre la mie et la croûte. Ne point observer de jeûne.

France, 1907 : Pas, point. Vieux mot qui n’est plus usité que dans certaines provinces : du latin mica, petit morceau, miette.

Maître Adam le Bossu, qui bossu n’étais mie,
Voici qu’on te réveille en ta gloire endormie !
S’il est des malveillants pour en être étonnés,
Réponds-leur, bon raillard, avec un pied de nez.

(Jean Richepin)

On dit ironiquement dans le Centre : manger de la mie, pour plaider, être en procès, — les procès vous réduisant aux miettes (mica).

Mie de pain

Vidocq, 1837 : s. m. — Pou.

Larchey, 1865 : Vermine (Vidocq). — Allusion à la démangeaison causée par une mie de pain égarée.

Delvau, 1866 : s. f. Chose de peu de valeur, — dans l’argot des typographes. Ils disent cela à propos des gens qui ne leur conviennent pas.

Delvau, 1866 : s. f. Pou, — dans l’argot des voleurs, qui savent combien une miette de pain égarée sous la chemise cause de démangeaisons à la peau.

Rigaud, 1881 : Objet de nulle valeur. — Individu déplaisant, — dans le jargon des typographes. — Pellicules de la tête, — dans le jargon des enfants.

Boutmy, 1883 : s. f. Chose de peu d’importance, de mince valeur Compositeur mie de pain, ouvrier peu habile. Metteur en pages mie de pain, celui qui n’a que des ouvrages de peu d’importance, ou qui n’est chargé que par occasion de la mise en pages d’un travail de cette sorte.

Virmaître, 1894 : Moins que rien. Les typos, par la grande habitude, savent, du premier coup d’œil, discerner un bon article d’un mauvais. Le mauvais, c’est de la mie de pain (Argot d’imprimerie).

Virmaître, 1894 : Pou. On sait combien une mie de pain est désagréable sur la peau ; le pou occasionne une démangeaison semblable (Argot des voleurs).

Rossignol, 1901 : Pou.

dis donc, Gugusse, quoiq’t’as sur le cou ? — C’est une mie de pain. — Une mie de pain ? ça marche !

France, 1907 : Chose de nulle valeur. Ouvrier mie de pain, mauvais ouvrier. Mac à la mie de pain, souteneur qui ne sait pas tirer profit de sa marmite.

Pègr’… mais pas pègre à la mie d’pain,
Pègre d’naissanc’, d’autor et d’riffe,
Pègre d’la haute et j’colle un paing
Au pantrio, quand i’ se r’biffe.

(Aristide Bruant, Dans la rue)

France, 1907 : Pou.

— Oui, hier, je me peignais avec les doigts, rapport que j’ai oublié mon démêloir dans mon dernier garni. Vlan ! Voilà que j’en ramène un. Saleté de bête ! que je dis, et j’allais l’écraser quand je vois un capitaine d’artillerie qui passe avec sa dame.
— Permettez, mon officier, que j’y fais.
— Quoi donc ?
— Là, sur votre dolman, une mie de pain, vous aurez coudoyé quelqu’un de sale.
Et je fais celui qui enlève le pou en ayant l’air de me cacher de la dame.
— Merci, mon ami, qui dit.
Et il m’allonge une pièce de vingt ronds.

(Guy Tomel, Le Bas du pavé parisien)

Mie de pain (à la)

Hayard, 1907 : De peu de valeur.

Mie de pain à pattes

France, 1907 : Petit jeune homme chétif et bien mis, gommeux. Argot populaire.

Mie de pain à ressort

Hayard, 1907 : Pou.

Miel !

Delvau, 1866 : Interjection de l’argot des bourgeois, amis de l’euphémisme.

France, 1907 : Exclamation que les gens polis emploient pour merde. On dit également miel de blé.

Miel (c’est un)

Delvau, 1866 : Phrase de l’argot des faubouriens, qui disent cela à propos de tout, et surtout mal à propos. Une chose leur paraît bonne ou belle : C’est un miel. Ils entrent dans un endroit qui pue : C’est un miel. On se bat devant eux à coups de poing ou de couteau, et le sang coule : C’est un miel, etc., etc.

Rigaud, 1881 : C’est bon, c’est amusant, très agréable ; et par ironie, c’est laid, ennuyeux, désagréable.

France, 1907 : C’est une chose excellente. On dit aussi : C’est un beurre !

Mielleux

d’Hautel, 1808 : Avoir un air mielleux. Pour dire fade, doucereux, comme sont ordinairement les fourbes et les hypocrites.

Miette

d’Hautel, 1808 : Faire sauter les miettes. Manger avec un grand appétit, avidement ; mettre les morceaux doubles, comme il arrive lorsqu’on a pris beaucoup d’exercice, ou que l’on s’est appliqué à un travail pénible.
Rendre les miettes. Pour vomir, rendre les alimens que l’on a pris avec excès.

Miette (une)

Larchey, 1865 : Un peu.

Minute ! je me chauffe les pattes une miette.

(Gavarni)

Delvau, 1866 : Un peu, — dans l’argot du peuple.

Mieux vaut règle que rente

France, 1907 : Régler l’emploi d’un revenu si modique qu’il soit est préférable que dépenser au delà d’un revenu même considérable ; l’homme de fortune modeste qui règle sa dépense est plus riche que l’opulent qui dépense sans compter.
« On ne devient pas riche, dit Fielding, parce que l’on gagne, mais par ce que l’on épargne. » C’est la traduction du dicton italien : Lo sparagno è to primo guadagno, l’épargne est le premier gain. Les Anglais, gens pratiques, ont une quantité de dictons sur ce sujet. En voici quelques-uns : Waste not, want not : ne gaspillez rien, vous n’aurez besoin de rien. Take care of the pence, the pounds will take care of themselves : prenez soin des sous, les pièces d’or prendront soin d’elles-mêmes. A fool and his money are soon parted, un écervelé et son argent sont bientôt séparés. A fool may make money, but it takes a wise man to spend it ; un fou peut gagner de l’argent, mais il faut un sage pour le dépenser. Wilful waste makes woeful want, grands gaspillages engendrent grands besoins. A penny saved is a penny got, sou épargné est sou gagné.

Mièvre

d’Hautel, 1808 : Eveillé, espiègle ; joyeux, débauché.

Miévrerie

d’Hautel, 1808 : Petite malice, tour de jeunesse.

Miévreté

d’Hautel, 1808 : Fredaines, malignité.

Mignard

France, 1907 : On appelle ainsi, dans l’argot de la boucherie, le bélier que l’on place devant les moutons pour les faire entrer à l’abattoir.

… ce bélier parjure que l’argot de la boucherie appelle un mignard, et la pègre de la Roquette un mouton, parce qu’il sert à conduire ses frères au supplice.

(Hugues Le Roux, Les Larrons)

anon., 1907 : Enfant.

Mignarder

France, 1907 : S’amuser, jouer surtout avec des filles.

Mignardise

d’Hautel, 1808 : Affectation de gentillesse, de délicatesse ; flatterie, enjôlerie, caresses fines et intéressées.

Mignon

d’Hautel, 1808 : Un mignon. Homme d’une lâche complaisance, asservi à d’infâmes caprices.
Un péché mignon. Inclination fautive dans laquelle on tombe à tout moment.
Argent mignon. Épargnes, économie, abondance d’argent comptant, que l’on dépense en frivolités, que l’on emploie à satisfaire ses moindres désirs.

Delvau, 1864 : Jeune pédéraste… passif. — Apollon à belles fesses. — L’histoire faisant mention des pages de Henri III, qui étaient non-seulement ses favoris, mais encore ses mignons, ne laisse pas de doute sur l’emploi qu’ils avaient auprès de leur maître.

Ce qu’il est le plus naturel de faire à la femme est précisément ce dont elle se soucie le moins ;… tantôt elle veut qu’où la traite comme un mignon… tantôt, etc…

(A. de Nerciat)

Petit fils, petit mignon, Mâle ou femelle, Je sais ton nom.

(Béranger)

Et j’abandonne au vicaire de Dieu
Ses trois clés d’or, ses fulminantes bulles,
Son Vatican, son cardinal neveu,
Ses beaux mignons, ses nièces et ses mules.

(Parny)

France, 1907 : Jeune garçon servant aux plaisirs hors nature ; du celtique mion, amour, ou de l’ancien allemand minnia, même sens. Les mignons d’Henri III sont restés célèbres ; lorsqu’ils se battirent avez ceux du duc de Guise, on chanta dans les rues ce De profundis :

Que Dieu reçoive en son giron
Quélus, Schomberg et Maugiron !

D’ignobles débauches, entremêlées de capucinades et de coups d’épée, furent toute la vie de ces mignons, qui, du reste, moururent tous jeunes pour la plupart.

(Laroussse)

Et j’abandonne au vicaire de Dieu
Ses trois clefs d’or, ses fulminantes bulles,
Son Vatican, son cardinal neveu,
Ses beaux mignons, ses nièces et ses mules.

(Piron)

Mignon de couchette

France, 1907 : Joli garçon aimé des femmes, ce que le peuple appelle plus crûment tiroir à putain.

Le voilà le beau fils, le mignon de couchette,
Le malheureux tison de ta flamme secrète.

(Molière)

… Ce beau mignon de couchette
Dont Achille vengea la mort.

(Scarron)

Mignonne

Delvau, 1864 : Nom que l’on donnait au XVIIe siècle, à l’époque de leur apparition, à toutes les femmes entretenues.

Les riches seigneurs et les financiers ne se faisaient pas faute d’entretenir plusieurs mignonnes à la fois dans différents quartiers de la ville, ou même de les réunir ensemble comme dans un sérail.

(P. Dufour)

Il me faut donc chercher quelque jeune mignonne,
Que, pour fille de chambre, en gaussant je lui donne.

(J. De Schélandre)

Mignot

France, 1907 : Câlin, qui aime à être caressé ; de mignon. Parler mignot, parler en mignardant.

Ainsi ce n’est pas chose vainne,
Sa femme mignote et fetisse (bien faite),
De peur d’enlaidir à la peine,
Refuse à devenir nourrisse.

(Coquillard, XVIe siècle)

Mignoter

d’Hautel, 1808 : Caresser, dorloter, traiter délicatement. Il se dit particulièrement des enfans.
Se mignoter. Se traiter avec beaucoup de précaution, mettre de l’affectation dans les soins qu’on prend de sa personne.

Fustier, 1889 : Cajoler, embrasser, faire mignon.

Elle mignotait Céline, sa préférée, dont la tignasse jaune de chrome l’intéressait.

(Huysmans, les Sœurs Vatard)

France, 1907 : Caresser.

Mignotise

d’Hautel, 1808 : Flatterie, cajolerie, basse caresse.

Mijaurée

d’Hautel, 1808 : Sobriquet injurieux et méprisant que l’on donne à une femme qui s’en fait trop accroire ; à une bégueule, et généralement à ces indolentes, à ces idiotes toujours malades, et qui ne sont bonnes à rien.

Delvau, 1864 : Fille ou femme qui, devant l’homme, affiche des prétentions par des manières affectées et ridicules qui nous font… pisser. — Oh ! la ! la !

Ne va pas avec moi faire la mijaurée.

(Regnard)

Fi des coquettes maniérées !
Fi des bégueules du grand ton !
Je préfère à ces mijaurées
Ma Jeannette, ma Jeanneton.

(Béranger)

Delvau, 1866 : s. f. Femme dédaigneuse et plus bégueule qu’il convient, — dans l’argot des bourgeois. Faire la mijaurée. Faire des manières et des façons pour accepter une chose. On dit aussi Minaudière.

Mijoter

d’Hautel, 1808 : Mijoter une affaire. La traiter doucement, avec beaucoup de prudence ; la mener petit à petit au succès.
Se mijoter. Le même que mignoter.

Delvau, 1866 : v. a. Entreprendre à la sourdine ; préparer lentement, — dans l’argot du peuple, qui emploie ce verbe au figuré.

Rigaud, 1881 : Combiner avec soin. — Mijoter une affaire, une intrigue. — Mijoter un livre.

France, 1907 : Bouillir lentement, se préparer de longue main.

Comprenez donc que ce mot République, nous ne le gardons que pour la frime, ça fait patienter les ventres creux, —— en attendant la monarchie se mijote.

(Père Peinard)

J’suis pourtant pas un imbécile !…
Pour mijoter un coup d’fric-frac,
Ya pas deux comm’ mon gniasse au mille…
Mais quand i’ faut marcher, j’ai l’trac !

(Aristide Bruant, Dans la rue)

Mijou

Hayard, 1907 : Malade.

France, 1907 : Faux malade. Faire Le mijou, simuler une maladie.

Mijou (faire le)

Virmaître, 1894 : Simuler une maladie (Argot des voleurs).

Mikel

Vidocq, 1837 : s. m. — Je conçois fort bien que l’on accorde à celui qui montre à travers les verres d’une lanterne magique, monsieur le Soleil, madame la Lune et le palais de l’Empereur de la Chine, qui avale des barres de fer et des lames de poignard, qui danse sur la corde ou exécute des tours de souplesse, le droit d’exercer son industrie sur la place publique : il ne fait de mal à personne, et quelquefois il amuse les badauds de la bonne ville ; mais ce que je ne puis concevoir, c’est qu’une police bien organisée accorde à certains individus le droit de voler impunément à la face du soleil. Il n’y a, je crois, que deux genres d’industrie, celles qui servent à l’utilité et à l’amusement, et celles qui ne servent absolument à rien ou plutôt qui ne sont que les moyens dont se servent quelques individus pour escroquer de l’argent aux niais : c’est évidemment dans cette dernière classe que doivent être rangées celles qui sont exercées par ces marchands de pommade propre à faire croître les cheveux, de baume propre à guérir les cors aux pieds. Si les charlatans qui débitent ces spécifiques sont dangereux, combien sont plus dangereux encore ces devins et devineresses en plein vent, qui prédisent au Jean-Jean qu’un jour il sera colonel, à la servante d’un homme seul que son maître la couchera sur son testament, à la fille publique qu’elle trouvera un entreteneur.
Lorsque vous passerez dans la rue de Tournon, arrêtez-vous au numéro 5, et entrez chez mademoiselle Lenormand, vous trouverez toujours dans le salon plusieurs individus des deux sexes, de tout âge et de toutes conditions, attendant avec impatience l’instant d’être admis dans l’antre de la pythonisse ; allez vous promener sur les boulevards, sur la place du Châtelet ; arrêtez-vous au milieu du cercle qui entoure le sieur Fortuné, ou tout autre « élève favori du célèbre Moreau, qui a eu l’honneur de tirer les cartes à sa majesté Napoléon, » et vous verrez toutes les mains tendues lorsque le Pitre offrira aux amateurs la carte révélatrice.
Les individus qui vont demander des conseils aux tireurs de cartes sont des imbéciles, sans doute, mais il ne doit cependant pas être permis de les exploiter ; aussi, je le répète, je ne comprends pas l’indulgence de la police.
L’établissement d’un tireur de cartes se compose ordinairement d’une petite table, de trois gobelets de fer-blanc, de quelques petites boules de liège ou muscades, de plusieurs jeux de cartes, et d’un Pitre ou paillasse ; c’est dans un quartier populeux et à proximité d’un marchand de vin que l’Éteilla moderne exerce ; le Pitre commence ordinairement la séance par quelques lazzis de mauvais goût, ou quelques chansons plus que grivoises ; c’est lui, qui, en termes du métier, est chargé de faire abouler le trèpe, lorsque la foule est assez grande pour promettre une bonne recette, le devin arrive et débite son boniment ; le Pitre distribue les cartes et reçoit la rétribution fixée ; cela fait, le devin explique à voix basse et hors du cercle, la dame de carreau ou l’as de pique ; si parmi les individus qui ont pris, moyennant deux sols, une carte du petit jeu ou jeu de piquet, il s’en trouve un qui écoute avec plus de recueillement que les autres les vagues explications auxquelles sa carte donne lieu, et qui paraisse ajouter une foi entière aux discours du devin, celui-ci propose de lui faire le grand jeu ; si l’individu accepte, un signe du devin avertit le Pitre qui sait très-bien s’acquitter de la tâche qui lui est imposée. Il va trouver le Mikel, et tout en buvant une chopine avec lui, il lui tire adroitement les vers du nez, et bientôt il sait ce qu’il est, d’où il vient, où il va et ce qu’il espère ; il rapporte à son maître ce qu’il vient d’apprendre, et celui-ci est pris pour un grand homme par le Mikel, qui ne se doute jamais qu’il ne fait que lui répéter ce que lui-même disait il n’y a qu’un instant, et il ne regrette pas ce qu’il a payé pour se faire expliquer une ou deux cartes du jeu du tarot. Après le jeu du tarot il se fait faire le jeu égyptien, puis encore d’autres jeux qu’il trouve plus merveilleux les uns que les autres ; si bien, qu’il quitte le devin plus pauvre de quelques pièces de cinq francs, mais bien convaincu que dans peu de temps il n’aura plus de souhaits à former.
Si les tireurs de cartes bornaient à cela leur industrie, cette industrie, il est vrai, ne serait rien moins que délicate, mais au moins elle ne serait pas dangereuse, et si l’on voulait bien être très-indulgent elle serait même bonne à quelque chose, ne fût-ce qu’à donner à de pauvres diables ce qui ne saurait être payé trop cher : l’espérance ; mais il n’en est pas ainsi, les devins ne se contentent pas toujours de faire naître, moyennant finances, l’espérance dans le cœur du Mikel, ils veulent bien se charger de la réaliser. Lorsqu’ils ont trouvé un niais de force à croire qu’ils peuvent le faire aimer d’une femme, gagner à la loterie, ou découvrir un trésor caché, ils puisent à poignées dans sa bourse ; ce sont tous les jours des consultations, qui alors ne se donnent plus pour deux sous, mais qui sont payées fort cher ; ce sont des présens qu’il faut faire au génie familier du sorcier, etc., etc. Il arrive souvent, très-souvent même, que le Mikel n’est désabusé que lorsqu’il est complètement ruiné.
On mit un jour sous les yeux de M. Anglès, alors préfet de police, une pétition qui relatait toutes les ruses mises en œuvre par le sorcier que j’ai nommé plus haut, le sieur Fortuné, pour dépouiller un Mikel ; M. Anglès indigné écrivit en marge de cette pétition : « Si cet escamoteur ne rend pas ce qu’il a escroqué, je l’escamote à Bicêtre. » L’escamoteur rendit, pour ne pas être escamoté ; ce qui pourtant ne l’empêcha pas de faire de nouvelles dupes.

Larchey, 1865 : Dupe (Vidocq). — C’est le nom de Michel dont le diminutif michon signifiait autrefois sot. V. Roquefort.

Delvau, 1866 : s. m. Dupe, — dans l’argot des saltimbanques.

Mikel, miquel

France, 1907 : Sobriquet que les diseurs de bonne aventure donnent à leurs dupes ; du nom propre Michel, qui signifiait autrefois niais, comme aujourd’hui Jean-Jean, Colas, etc.

Milet (un)

anon., 1907 : Mille francs.

Miliasse

France, 1907 : Bouillie de grains de maïs.

Milieu

d’Hautel, 1808 : Il n’y a pas de milieu à cela. Pour, il n’y a pas d’autre parti à prendre ; il faut en passer par-là.

Delvau, 1864 : Le con, par devant ; — le cul, par derrière. — Il n’y a pas de milieu, nom de Dieu !

Ce n’était que l’enjeu, nom de Dieu !
Pour luron de ma sorte.
Je fêtai son milieu ! nom de Dieu !
Trois fois avant que j’ sorte, nom de Dieu !
J’ fous la quatrième à la porte, nom de Dieu !
J’ fous la quatrième à la porte.

(F. de Calonne)

Le doux milieu demandait à sa dame.
Pour y trouver un repos bienheureux.
Et la pauvrette s’est donnée
D’un vit par le milieu du corps.

(Collé)

Milieu (empire du)

France, 1907 : Le plus puissant empire de la terre, celui que gouverne le roi Éros et qui s’étend du nombril aux cuisses.

Un prêtre confessait une jeune personne, de celles qui jettent dès l’âge de quinze ans leur bonnet par-dessus les moulins de la Galette. Elle avait trouvé un vieil imbécile amoureux fou d’elle qui consentait à lui donner son nom ; mais elle avait exigé que le mariage se fit à l’église, bien que le vieux fût un franc-maçon pratiquant et farouche mangeur de prêtres.
Le dit confesseur la félicitait : « Quel empire vous avez ! » disait-il.
Et la mutine enfant répondit :
— Je sais bien, mon père ; c’est l’empire du milieu.

Militaire

d’Hautel, 1808 : La goute militaire. Pour dire le rogomme, l’eau-de-vie que les soldats ont coutume de boire le matin à jeun.

Millard

Vidocq, 1837 : s. m. — Mendiant de l’ancien Paris, qui ne reconnaissait pas l’autorité du grand Coësré.

(Le Jargon, ou Langage de l’Argot moderne)

France, 1907 : Variété de mendiants qui portent une besace sur leurs épaules et opèrent plus spécialement dans les campagnes.

Millards sont ceux qui trollent sur leur andosse de gros gueulards ; ils truchent plus aux champs qu’aux vergnes, et sont haïs des autres argotiers, parce qu’ils morflent ce qu’ils ont tout seul.

(Le Jargon de l’argot)

Mille

d’Hautel, 1808 : Il a des mille et des cents. Pour dire, que quelqu’un a beaucoup d’argent ; qu’il est très à son aise.

Fustier, 1889 : Argot des libraires. L’édition totale d’un ouvrage, d’un roman quelconque, étant donné — ce qui est une supposition — que cet ouvrage est tiré à mille exemplaires.

Depuis quelque temps on lit sur la couverture des volumes d’une maison de librairie : Premier mille ou sixième mille ou dixième mille. Mille quoi ? Mille exemplaires, cela se devine, mais cela n’en est pas moins de l’argot et quel argot !

(Événement, 1883)

Le dernier roman de M. Daudet a eu une envolée heureuse. Le cinquantième mille est depuis longtemps dépassé.

(Français, juillet 1884)

France, 1907 : Voir Mettre dans le mille.

Fera-t-il beau, fera-t-il laid ?
C’est un problème difficile,
Chacun prédit ce qui lui plaît :
Tant mieux si l’on met dans de mille !

Millé

Hayard, 1907 : Billet de mille francs.

Mille (mettre dans le)

Fustier, 1889 : Réussir pleinement.

Mille millions de milliasse

Rigaud, 1881 : Enormément, un nombre infini de fois, tout ce que l’esprit du peuple peut concevoir de plus élevé comme chiffre.

Mille pattes

Rossignol, 1901 : Soldat d’infanterie.

Mille-langues

Delvau, 1866 : s. m. Personne bavarde, indiscrète, — dans l’argot du peuple.

France, 1907 : Bavard.

Mille-pattes

Merlin, 1888 : Infanterie, régiment ou bataillon de fantassins. Le mot fait image.

Fustier, 1889 : Fantassin.

France, 1907 : Sobriquet donné par les cavaliers aux fantassins.

Il arrive parfois
Que la bourse est bien plate,
On n’est pas des bourgeois
Quand on est mille-patte,
Si l’on n’peut se payer
Sa petite chopine,
Faut souvent se fouiller
Passant d’vant la cantine !…
Aussi vive mon quart de vin
Dont la distribution sonne !
Vive ce nectar purpurin !
Vive la France qui le donne !

Milled

La Rue, 1894 : Mille francs.

Virmaître, 1894 : Billet de mille francs (Argot des voleurs). N.

Millegroux

France, 1907 : Loup-garou.

Millerand

France, 1907 : Raisin à grains nombreux et sans pépins ; du latin mille et granum, grain.

Millerie

Halbert, 1849 : Loterie.

Delvau, 1866 : s. f. Loterie, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Loterie, — dans l’ancien argot.

La Rue, 1894 : Loterie.

Virmaître, 1894 : Loterie que tiennent les camelots dans les fêles publiques (Argot des camelots).

Hayard, 1907 : Loterie de camelot dans les foires.

France, 1907 : Loterie foraine ; argot des camelots.

Millet

d’Hautel, 1808 : C’est un grain de millet dans la gueule d’un âne. Se dit quand les secours que l’on donne à quelqu’un sont bien au-dessous de ses besoins.

Rossignol, 1901 : 1000 francs.

France, 1907 : Mille francs.

Millet à la bouche d’un âne (grain de)

France, 1907 : Peu de chose.

Millet, millot

Rigaud, 1881 : Billet de banque de mille francs.

Quarante millets ! Telle était cette aubaine.

(La France, du 13 mars 1879)

Milliards

anon., 1827 / Halbert, 1849 : Ceux qui portent des bissacs sur le dos.

Milliasse

d’Hautel, 1808 : Il y en a par milliasse. Se dit d’un lieu qui renferme une multitude d’êtres, d’insectes, comme les fourmis, les moucherons.

Milliasses

Delvau, 1866 : s. f. pl. Fort grand nombre. Argot du peuple.

Milord

Delvau, 1864 : L’entreteneur — anglais ou toulousain — d’une femme galante.

Le notaire est son milord.

(H. de Balzac)

J’allons fair’ sauter les sacoches
De ce bon mossieu, son milord.

(L. Festeau)

Une demoiselle entretenue ne se contente pas de son seul entreteneur appelé ordinairement Mylord Pot-au-feu. Elle a un amant en titre, qui ne paye que les chiffons ; un Guerluchon, c’est un amant qu’elle paye ; un Farfadet, c’est un complaisant ; et un Qu’importe est une personne qui vient de temps en temps, qui est sans conséquence ! et paye au besoin les petites dettes criardes.

(Correspondance d’Eutylie, 1,132)

Larchey, 1865 : Cabriolet à quatre roues.

On vote vingt-deux sous à Clémence pour un cabriolet milord.

(Méry)

Larchey, 1865 : On donne moins ce nom aux Anglais qu’à ceux dont les largesses rappellent l’opulence britannique. Au moyen âge, milourt avait déjà le même sens, avec une acception plus ironique encore. C’est, comme Anglais, un fruit de nos anciennes guerres.

Ce sont milourdz qui ne voulsissent point d’hostes avoir.

(Cretin, Épitre à Charles VIII)

Et je vous attise un beau feu au dessoubs et vous flambois mon milourt comme on faict les harencs sorets à la cheminée.

(Rabelais, Ch., 14)

Le gros tailleur se dit négociant. À sa tournure il n’est pas milord russe.

(Sénéchal, Ch., 1852)

Être sur le boulevard de Gand, se donner un air milord.

(Ed. Lemoine)

Milord est souvent synonyme du miché sérieux décrit plus haut. exemple :

Le notaire est son milord.

(Balzac)

Delvau, 1866 : s. m. Cabriolet à quatre roues, — dans l’argot des cochers.

Delvau, 1866 : s. m. Entreteneur, — dans l’argot des petites dames. Leurs mères, plus prosaïques et moins vaniteuses, disaient Milord pot-au-feu, comme en témoigne ce couplet de Désaugiers :

Lorsque nous aimons,
Nous finançons
Afin de plaire.
D’où vient qu’en tout lieu
On dit : « Un milord pot-au-feu. »

Delvau, 1866 : s. m. Homme riche, en apparence du moins, — dans l’argot du peuple, qui emploie cette expression depuis l’occupation de Paris par les Anglais.

Rigaud, 1881 : Entreteneur, à l’époque où les Anglais passaient our être généreux avec les dames qui vivent de la générosité publique.

France, 1907 : Cabriolet à quatre roues

France, 1907 : Entreteneur d’une petite dame.

J’allons faire sauter les sacoches
De ce bon monsieur, ton milord.

(Festeau)

On disait autrefois de l’entreteneur : Milord Pot-au-feu ; c’est en effet lui qui fait bouillir la marmite.

Lorsque nous aimons,
Nous finançons
Afin de plaire ;
D’où vient qu’en tout lieu
On dit : Um milord Pot-au-feu.

(Désaugiers)

France, 1907 : Nom que les voyous donnent à tout Anglais ou tout Américain qui paraît riche.

Milord l’arsouille

France, 1907 : Sobriquet donné à lord Seymour qui, vers la fin de la Restauration et au commencement du règne de Louis-Philippe, se rendit célèbre à Paris par ses excentricités. C’était un homme accompli, jeune, gai, d’une force herculéenne, spirituel et immensément riche, écrasant tons les jeunes gens qui voulaient rivaliser avec lui par son luxe inouï et ses excentricités colossales. Il purgea par la seule force de son poing la Courtille de tous ses batailleurs, de ses terreurs, de ses mangeurs de nez.

Lorsque sa voiture, attelée de six chevaux, accompagnée de piqueurs donnant de la trompe et de courriers enrubannés, montait le boulevard, c’était un grand hourra, comme aux jours de feu d’artifice, quand part des Tuileries la fusée signal. On s’arrêtait, on se pressait, on se bousculait pour voir passer la mascarade modèle. Tous les gens de la suite, les cavaliers, les amazones, les cavalcades et les voitures de masques lui faisaient cortège : ils étaient glorieux de faire croire au bon public massé sur les trottoirs, aux femmes qui paradaient dans les calèches des deux files, et même aux municipaux, qu’ils faisaient partie de cette aristocratique saturnale. Et lui, calme et tranquille comme un dieu antique, il inondait de bonbons et de dragées tous ses obscurs admirateurs…
— C’est Milord l’arsouille ! Vive Milord l’arsouille ! exclamaient les gamins… Les excentricités de Milord l’arsouille n’ont pas duré plus de trois ou quatre ans.

(A. Privat d’Anglemont)

Mils

France, 1907 : Nom d’un exercice gymnastique emprunté aux Persans et qui se fait au moyen de massues.

Mimele

Rossignol, 1901 : Argot hébreu qui signifie chatte.

Mimi

Delvau, 1866 : s. f. Maîtresse, — dans l’argot des artistes et des bohèmes, qui ont emprunté cette expression à Henry Murger, qui l’avait empruntée à Alfred de Musset.

France, 1907 : Maîtresse ; du nom de l’héroïne d’un roman d’Henri Murger.

Ici, deux étudiants poursuivaient le cours de leurs études médicales à travers une partie de jacquet sur une table bravement couverte de chopes vides et de verres d’absinthe. Là, quatre figures enluminées discutaient gravement la question du dîner, et supputaient ce que l’on pouvait retirer de tel ou tel attentat sur la bonne foi paternelle. Plus loin, un groupe se livrait avec ardeur à ce que Victor Hugo appelle littérature et philosophie mêlées. Dans un coin, un étudiant en droit apprenait le Code dans les yeux bleus d’une Mimi anonyme, tandis qu’un vieux carabin considérait avec attention le mélange de l’eau qui tombait goutte à goutte dans son verre avec une absinthe suisse qui s’y trouvait. La salle était obscurcie par la fumée des pipes, à travers laquelle on apercevait des têtes coiffées de bérets rouges placés d’une façon impossible.

(Eugène Vermersch, Le Laticum moderne)

Minable

Delvau, 1866 : adj. et s. Pauvre, misérable ; mesquin ; de mauvaise mine, — dans l’argot du peuple.

Minauder

d’Hautel, 1808 : Affecter des mines et des manières ; faire le gracieux.

Minauderie

d’Hautel, 1808 : Toner doucereux, grimacier et affecté.

Minaudier

d’Hautel, 1808 : Qui affecte des manières ridicules, qui fait l’agréable.

Mince

d’Hautel, 1808 : Des minces. On appeloit ainsi vulgairement le papier monnoie, connu sous le nom d’assignats, quand il étoit en émission ; c’est maintenant le nom que le peuple donne aux billets de banque.
Mince comme la langue d’un chat. Se dit par mépris d’une chose peu épaisse, qui n’a de valeur qu’autant qu’il y a beaucoup de matière.
Il est assez mince. Pour dire, il n’est pas trop à son aise.
Avoir l’esprit mince. Pour avoir peu d’esprit, être borné.

Ansiaume, 1821 : Papier.

Pour chomir les bocaux, il faut appliquer du mince bien plaqué pour ne pas attirer la raille.

Vidocq, 1837 : s. m. — Papier à lettre.

Larchey, 1865 : Papier à lettres (Vidocq). — Allusion d’épaisseur.

Delvau, 1866 : s. m. De peu de valeur, morale ou physique, — dans l’argot des faubouriens, qui disent cela à propos des gens et des choses. Mince alors !

Delvau, 1866 : s. m. Papier à lettres, — dans l’argot des voleurs.

Rigaud, 1881 : Papier à lettres, billet de banque, papier. — Le mot mince pour désigner papier date de la création des assignats.

Boutmy, 1883 : adj. Pris adverbialement Beaucoup, sans doute par antiphrase. Il a mince la barbe, il est complètement ivre. Commun à plusieurs argots.

La Rue, 1894 : Papier. Billet de banque. Mince ! Beaucoup, très.

Virmaître, 1894 : Rien. Mais, dans le peuple, cette expression sert à manifester l’étonnement.
— Ah ! mince alors, elle en a une nichée dans la paillasse (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Ce mot sert à marquer l’étonnement, et signifie beaucoup.

Vois ce que j’ai pris de poisson ! Mince alors. — Le patron offre à dîner : mince ce que nous allons nous les caler.

France, 1907 : Beaucoup. Mince de chic ! Mince de potin ! Mince de colle ! Mince de rigolade ! Mince de pelle !

Depuis qu’nous somme on république,
On fourr’ ces mots un peu partout.
Nos gouvernants sont ironiques,
Ils la connaiss’nt pour s’fout’ de nous,
Sur les monuments, les écoles,
Les mairies, on voit ces trois mots,
Comm’ si qu’c’était vrai. Minc’ de colle !
C’qu’on te gourr’, mon vieux populo !

(Le Père Peinard)

Je r’viens d’un’ noce aux Batignolles,
Minc’ de rigolade ! Ah ! chaleur !
Les invités avaient des fioles
À fair’ pâmer un saul’ pleureurs 
Y avait d’quoi rir’ comm’ un’ baleine
En voyant parents et mariés.

(Jeanne Bloch)

France, 1907 : Papier à lettres ; argot des voleurs.

Mince !

Fustier, 1889 : Exclamation qui répond à zut ! ou à : ah ! non ! alors !

Ah ! mince alors ! si les billes de billard se mettent à moucharder la jeunesse.

(Meilhac et Halévy, Lolotte)

A aussi le sens de beaucoup.

Hayard, 1907 : Expression à peu près équivalente à « zut ! »

France, 1907 : Exclamation exprimant un étonnement réel ou feint.

Malgré qu’il avait pas d’état,
Ça fit tout d’suite un bon soldat,
Et pis mince
Qu’i’ mangeait à gueul’ que veux-tu ;
Il ‘tait nourri, logé, vêtu
Comme un prince.

(Aristide Bruant)

Mince alors !

France, 1907 : Exclamation ironique.

Entre Alphonses :
— T’as pas vu la femme qu’a eune peau que quand on la frotte, a laisse jaillir des étincelles ?
— Mince alors !… C’est rien chouette ! Son type n’a qu’à la frotter pour qu’elle éclaire !…

Mince de

Rigaud, 1881 : Beaucoup de ; rien que ça de. Locution employée par le peuple hors de tout propos devant un autre mot, pour en marquer à la fois le nombre et la bonne qualité. — Mince de toilette à la clé, mince de politesse, mince de beurre, mince de tableaux, mince de chic.

Mince, mince que

Rigaud, 1881 : Je crois bien, comment donc, certainement que. — Mince que je voudrais le voir. — Mince qu’il est bate.

Mince que t’as raison.

(J. Lermina, Les Chasseurs de femmes, 1879)

Vous avez des places ? — Mince ! si j’ai des places ? Une loge de face.

(Le Gavroche, 1879)

Les voyous emploient encore le mot mince comme synonyme du fameux mot de Cambronne, à la fin d’une phrase, comme argument décisif : Ah ! mince alors.

Mincer

France, 1907 : Hacher, couper en petits morceaux. Vieux mot.

Minces

Delvau, 1866 : s. m. pl. Billets de banque, — dans l’argot des faubouriens, qui, originairement, ont donné ce nom aux assignats.

Minçon

Clémens, 1840 : Morceaux.

Mine

d’Hautel, 1808 : Tourner la mine du côté de la marmite. Phrase facétieuse. Pour aller dîner ; aller prendre un repas.
Faire grise mine. N’être pas de bonne humeur ; avoir l’air sérieux et triste.
Faire bonne mine et mauvais jeu. Cacher le désordre de ses affaires, en montrant une grande tranquillité.
Faire la mine à quelqu’un. Pour le bouder, lui montrer de la mauvaise humeur.
Mine éventée. On appelle ainsi ironiquement une fille qui s’est laissée séduire.

Mine à chier dessus

Rigaud, 1881 : Vilain visage, — dans le jargon du peuple. Qu’est-ce qu’il vient vous emm… ieller, celui-là, avec sa mine à chier dessus ?

France, 1907 : Vilaine figure.

— Qu’est-ce qu’il vient nous emmieller celui-là, avec sa mine à chier dessus ?

On dit aussi dans le même sens : mine à coucher dehors, c’est-à-dire avoir une figure à qui personne ne voudrait ouvrir la porte de chez soi pour y passer la nuit.

Mine à poivre

France, 1907 : Cabaret.

Lui était un bon, un chouette, un d’attaque. Ah ! zut ! le singe pouvait se fouiller, il ne retournerait pas à la boîte, il avait la flemme. Et il proposait aux deux camarades d’aller au « Petit bonhomme qui tousse », une mine à poivre de la barrière Saint-Denis, où l’on buvait du chien tout pur.

(Émile Zola, L’Assommoir)

Mine revenante

Rigaud, 1881 : Mine qui revient, visage agréable.

Minerve

Fustier, 1889 : Argot de joueurs. Filouterie qui rappelle celle dite du neuf de campagne. (V. cette expression).

D’ordinaire, le baccara se joue avec deux cartes dont l’assemblage forme le point et, si le banquier veut bien y consentir, une troisième qu’il donne découverte au tableau qui la demande. Quelquefois dans ces trois cartes il n’y a pas de quoi gagner sa vie, au contraire. Les malins en ont ajouté une quatrième, cachée celle-là qu’ils tiennent dans leur main gauche et que, par un travail analogue à celui dont j’ai parlé plus haut, ils arrivent à substituer à l’une de celles qui leur sont données régulièrement. D’habitude, les prestidigitateurs qui font la minerve adoptent un quatre ou un cinq, une carte qui peut s’adapter à toutes les combinaisons pour faire un point très honorable.

(C. des Perrières : Paris qui triche.)

France, 1907 : Carte que substitue le grec à celle que le banquier lui a donnée.

France, 1907 : Petite machine à imprimer que l’on lait mouvoir avec le pied.

Minerviste

France, 1907 : Imprimeur qui travaille à la minerve.

Minet

Delvau, 1866 : s. m. Chat, — dans l’argot des enfants. Ils disent aussi Minon.

France, 1907 : Chat. On dit aussi minon.

Minette

d’Hautel, 1808 : Nom d’amitié que l’on donne à une petite fille.

Delvau, 1864 : Gamahuchage de la femme par l’homme, et quelquefois de l’homme par la femme, — au moyen de la langue, qui a l’air de laper le sperme comme les chats lapent le lait.

Allons, ma fille, une minette, pour que je bande.

(J. Le Vallois)

Le bougre lui fait minette.

(Gustave Nadaud)

Elle a l’étrange goût
Qu’on la foute en levrette,
Elle vous fait minette
Et puis avale tout.

(Joachim Duflot)

Et maintenant, mon agneau… fais-moi une minette distinguée, digne du coup que nous allons tirer ensemble.

(Lemercier de Neuville)

Larchey, 1865 : Mot d’amitié. V. Chat.

Oui, minette, je me calme.

(De Courcy)

Virmaître, 1894 : V. Descendre à la crémerie.

Minette (faire)

France, 1907 : Caresser une femme de la façon appelée descendre à la crèmerie.

Cette expression, dit Ch. Virmaître, est employée par des filles qui n’aiment pas les hommes : elle est suffisamment claire.

Elle est employée aussi par les hommes qui aiment trop les femmes.

Mineur

d’Hautel, 1808 : Cela ne fait pas le compte des mineurs. Se dit en plaisantant de quelque chose qui blesse les intérêts d’une personne compromise dans une affaire.

Halbert, 1849 : Manseau.

France, 1907 : Manceau ; argot des voleurs.

Minima de malis

France, 1907 : « Des maux choisir le moindre », dicton latin tiré de Phèdre.

Ministère

d’Hautel, 1808 : Avez-vous besoin de mon ministère ? Pour, avez-vous besoin de mes services ; puis-je vous être utile ?

Ministrable

France, 1907 : On appelle ainsi, en argot parlementaire, les personnalités de la Chambre dont on peut faire des ministres à un changement de cabinet.

Après l’élection de Carnot, le général Boulanger fit pressentir les chefs du parti radical, les ministrables.

(Mermeix)

Ministre

Rigaud, 1881 : Pour le soldat, tout individu crevant de santé, bien placé ou bien renté, que rien n’émeut, content de lui, gros et gras à lard est un « ministre ». Il y a, comme on voit, un grand fond d’observation chez le troupier français. — Gros ministre, marche donc, si tu peux, ou roule, si tu peux pas marcher.

Rossignol, 1901 : Mulet. En campagne, les mulets sont des ministres parce qu’ils sont toujours charges des affaires de l’État.

France, 1907 : Mulet, cheval de bât ; argot militaire spécialement de l’armée d’Afrique. Cette appellation burlesque vient de ce que les mulets, chevaux de bât sont chargés, disent les soldats, des affaires du régiment, comme les ministres de celles de l’État. Dans certains départements du Centre, ministre, qu’on prononce minisse, est le nom donné aux baudets (Voir Mazarin).

Dans l’enquête sur le chemin de fer de Clermont, un cantonnier chargé de constater la circulation journalière sur une route écrivait dans son rapport : « Le… (quantième), huit chevaux, six bœufs, dix vaches, trois ministres. » Nous nous sommes plu à constater que ce sobriquet était antérieur à l’établissement du régime représentatif ; il date peut-être des guerres de religion, et aura été employé en haine de ceux, comme on disait, de la religion prétendue réformée et de leurs ministres. Se dit notamment à la Charité, l’une des villes de sûreté des protestants, dans la paix dite boiteuse et mal assise ; à Sancerre, ville fameuse par le siège qu’elle a soutenu après la Saint-Barthélémy, et surtout à Asniéres, village encore tout protestant, aux portes de Bourges. L’explication la plus honnête est celle qu’on tire simplement du latin minisier, serviteur.

(Jaubrert, Glossaire du centre de la France)

Ministre de l’intérieur

Virmaître, 1894 : Doigt. Allusion à une coutume très en usage dans les couvents de jeunes filles (Argot du peuple).

France, 1907 : Doigt ; argot populaire. « Allusion, dit Charles Virmaître, à une coutume en usage dans les couvents de jeunes filles. »

(Dictionnaire d’argot fin de siècle)

Ministresse

France, 1907 : Femme de ministre.

— Comment est-elle devenue ministresse, après avoir porté tant de bonheur chez tant d’étudiants ?
— Elle est devenue ministresse le plus simplement du monde. Le sénateur Dumas avait l’habitude de passer ses soirées au café de la Source. Lorsque Dumont lâcha Gabrielle, il la recueillit. Il était jovial, ce brave Dumas. Ces deux gaietés se convinrent et ça fit un beau petit collage.

(Edgar Monteil, Le Monde officiel)

Minois

Halbert, 1849 : Nez.

Delvau, 1866 : s. m. Nez, — dans l’argot des voleurs.

La Rue, 1894 : Nez. Visage.

France, 1907 : Nez, visage.

Plus d’œil que de fond ; plus de mousse que de vin. Il donne plus de plaisir que d’amour ; il engendre plus