AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

N

N

France, 1894 : Initiale de nomen ou de nescio que l’on trouve dans certains annuaires et les almanachs pour remplacer un nom absent, à moins que ce ne soit celle de nihil (rien).
L’intermédiaire des chercheurs et curieux donne, à ce sujet, deux plaisants quatrains :

N n’est-il pas là pour nullus ?
C’est un zéro ; place vacante,
Mais alors c’est chose évidente,
N vaut souvent le de cujus !

(C. H.)

N, n’est-ce pas le roi de France ?
Ce fut l’empereur des Français !
N tient le sceptre et la balance,
Nous voyons avec quel succès !

(M. B. T.)

N-i-ni, c’est fini

France, 1894 : Formule négative familière.

— Je sais à quoi m’en tenir à ce sujet : chatte échaudée craint l’eau chaude… Je l’ai entendue assez souvent, cette « romance à Madame », et je m’y suis laissé assez pincer. Mais n-i-ni, c’est fini. — Si tu veux arriver jusqu’à ma chambre à coucher, mon bel ami, il faire en demander la clef au maire de mon arrondissement. Pas de mariage, pas de Suissesse !

(Alfred Delvau, Le Fumier d’Ennius)

Le langage des armées républicaines n’avait aucun rapport avec celui des salons, ainsi qu’on peut en juger par ce billet que le général Flavigny adressa à Bonaparte en 1796 :

Citoyen général,
Tes lapins manquent de pain ;
Pas de pain, pas de lapins,
Pas de lapins, pas de victoires.
Ainsi donc, veille au grain,
Et n…i…ni,
C’est fini !

N, i, ni, c’est fini !

Delvau, 1866 : Formule qu’on emploie — dans l’argot des grisettes et du peuple — pour faire mieux comprendre l’irrévocabilité d’une rupture, l’irrémédiabilité d’un dénouement, en amour, en amitié ou en affaires.

N’avoir ni cul ni tétons, comme la poupée de Jeanneton

Delvau, 1864 : Se dit d’une femme maigre, qui n’a ni gorge ni fesses, — l’envers de la Vénus Callipyge.

N’avoir ni part ni quart

France, 1894 : N’avoir aucun bénéfice dans une affaire. Cette expression, encore usitée en province, a une origine fiscale. La part était une somme payée au prêtre pour dire la messe, ou une redevance due au pape par les ecclésiastiques ou par les églises ; le quart, une prestation en nature prélevée par le seigneur sur le blé, les fourrages, les fruits.
Il y avait aussi le tertium ou tiers, qui était ou bien la troisième partie de la dime, ou le droit de mutation dû au seigneur par le vassal qui vendait son bien. Tous ces impôts, toutes ces taxes et ces redevances devenaient fort onéreux pour ceux qui possédaient quelque bien, mais les pauvres diables, les gueux qui n’avaient ni terre, ni sou, ni maille, ne payaient par conséquent aucun impôt et se moquaient du tiers comme du quart.

N’avoir ni sou, ni maille

France, 1894 : La maille était une monnaie qui valait la moitié d’un denier. Elle était carrée, à l’encontre du sou qui est rond. Étant donné ce qu’est une maille, le dicton s’explique de soi.

N’en jetez plus, la cour est pleine

Virmaître, 1894 : De 1848 à 1860, il exista un homme mystérieux qui chantait dans les cours ; son élégance et sa distinction l’avait fait surnommer le marquis. Avec une voix très agréable, il chantait le répertoire de Désaugiers. Aussitôt qu’il arrivait, les sous commençaient à pleuvoir drus comme grêle, il s’arrêtait avant d’entamer une nouvelle chanson et criait :

— N’en jetez plus, la cour est pleine.

L’expression est restée comme synonyme de : j’en ai assez (Argot du peuple). N.

N’est si long jour qui ne vienne à vêpres

France, 1894 : Il n’est si long jour qui ne finisse : vêpres a ici le sens de soir (vesper). « La journée sera longue mais elle finira », dit Damiens avant de subir son effroyable supplice, honte de l’humanité.

N’être pas de marbre, ou de pierre

Delvau, 1864 : Se dit pour s’excuser de bander devant une belle fille — qui, au contraire, souhaiterait que l’homme fût toujours de marbre ou de pierre.

Lindor n’était pas de pierre,
Il s’enflamma tout à coup
Il aida la peur beaucoup !
Quel coup ! ah ! quel coup ! quel coup !
Quel heureux coup de tonnerre !

Collé.

N’éveillez pas le chat qui dort

France, 1894 : Ne provoquez pas un danger que vous pouvez éviter ; n’allez pas au-devant d’une corvée dont vous pourriez vous abstenir, ni de désagréments dont il vous est facile de vous garer. Lorsqu’on réveille un chat, l’on s’expose à ses coups de griffes.

— Quoi ! pas un mot, criait Ariste,
Pas un seul mot sur mes écrits !
Ainsi donc pour tout journaliste
Je suis un objet de mépris !
— Tant mieux pour vous, je vous conseille
De vous en applaudir bien fort ;
Lorsque la critique sommeille,
N’éveillez pas de chat qui dort.

(Léger)

N’importequisme

France, 1894 : « Ce néologisme barbare n’est pas précisément nouveau et voilà, si nous ne nous trompons, quelques années déjà qu’il a été admis dans le vocabulaire de la langue verte de la politique. Plus convenablement on disait solutionnisme, mais au fond les deux vocables étaient synonymes…
Solutionnisme, n’importequisme, cela signifiait, pour les enragés de la réaction, tout plutôt que la république démocratique ; empire, royauté ou dictature, Dieu, table ou cuvette, on avait à choisir et les n’importequistes n’exprimaient pas de préférence particulière. Le principal était de mettre à bas la République : pour le surplus, on verrait bien par la suite à quelle solution s’arrêter, quitte à se battre un peu entre vainqueurs, si l’on ne s’entendait pas hic et nunc.

(Patrice Eyriès, La Nation)

N’y pas couper

France, 1894 : Expression militaire signifiant être certain d’une punition, aller sûrement en prison ou à la salle de police.

— Ah ! tu es de garde de nuit ? fit-il. Eh bien, attends, mon vieux, tu ne vas pas y couper !
— Quoi, y couper ? hurla le malheureux.
Mais l’autre écumait de colère. Il beuglait :
— Ah tu veux faire le paillasse, mon salaud : ah !tu veux empêcher les autres de dormir ! Laisse faire, va, je vais le dire au major, et tu n’y couperas pas de tes quinze jours de boîte.

(Georges Courteline)

Cette expression a encore le sens de menace, d’avertissement :

— Ah ! vous faites de l’esprit ! Eh bien, mon petit ami… je vous fiche mon billet que vous n’y couperez pas.
Je ne saisis pas, sur le moment, toute l’importance de cette parole, et le sens de l’expression « n’y pas couper » ne laissa pas que de m’échapper un peu. Je compris quelques mois plus tard, en apprenant que le brave jeune homme m’avait récommandé à l’avance, par une petite lettre bien sentie, à l’adjudant le mon escadron.

(Georges Courteline)

Na !

Delvau, 1866 : Exclamation boudeuse de l’argot des enfants, qui remploient au lieu de Là !

France, 1894 : Exclamation enfantine.

Nabab

Delvau, 1866 : s. m. Homme immensément riche, — qu’il soit ou non gouverneur dans l’Inde. Argot des bourgeois.

Nabette

France, 1894 : Espèce de chou dont on fait de l’huile avec la graine. On dit aussi nabin.

Nabot

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme de petite taille, nain, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Nabotin. Nabote. Naine. Je n’ai jamais entendu dire Nabotine.

France, 1894 : Petit enfant, morveux ; patois normand, du latin napus, navet.

Nabot, nabotin

d’Hautel, 1808 : Termes de raillerie. Homme d’une très-petite taille, qui est presque nain.

Nabotin

France, 1894 : Nabot.

Nache

France, 1894 : Fesse de bœuf, dans l’argot des bouchers normands. Vieux français pour fesses, du bas latin natica.

Nacquer du fla

France, 1894 : Se fâcher, être en colère, pester.

Non… vrai… ça m’fait naquer du fla !
Si ça continu’, gare aux beignes,
J’en ai mon pied de c’loubé-là,
J’vas laisser tomber les châtaignes.
Vous m’direz : — Quoi donc… t’es cocu ?
— Non, c’est ma lesbomb’ qu’est coquette :
A dépens’ tout pour sa toilette
Et moi j’ai rien à m’fout’ su’l’cul.

(Aristide Bruant)

Nagant (du)

M.D., 1844 : Du poisson.

Nage

d’Hautel, 1808 : Être en nage. Pour, être trempé de sueur, avoir une transpiration abondante.
Avoir de tout à nage pataud. C’est-à-dire, en abondance ; à bouche que veux-tu.
Il va à nage pataud. Se dit en plaisantant d’un homme qui est tombé dans l’eau, et qui fait des efforts pour s’en retirer.

Nage toujours et ne t’y fie pas

France, 1894 : Sois toujours prudent dans tes entreprises. Va quand même, mais veille au grain. Les Anglais ont le même dicton : No safe wading in unknown waters. « Rien de sûr dans des eaux inconnues. » Les Espagnols plus prudents encore disent : Chi non vede il fondo, non passa l’acqua. « Qui ne voit pas le fond, ne doit pas passer l’eau. » C’est pousser la prudence à ses dernières limites.

Nageant, nageoir

Rigaud, 1881 : Poisson, — dans le jargon des voleurs.

La Rue, 1894 : Poisson.

France, 1894 : Poisson ; argot des voleurs.

Nageoir

Larchey, 1865 : Poisson (Vidocq).

Delvau, 1866 : s. m. Poisson, — dans l’argot des voleurs.

Nageoire

Larchey, 1865 : Favori large s’écartant de la joue comme une nageoire de poisson.

L’ampleur de ses favoris qu’il persiste à appeler des nageoires.

M. Saint-Hilaire.

Nageoires

Delvau, 1866 : s. f. pl. Favoris, — dans l’argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : s. f. pl. Les bras, — dans l’argot des voyous qui voient des poissons partout. Les voyous anglais ont la même expression : Fin.

Rigaud, 1881 : Bras, mains, en parlant des bras, des mains d’un souteneur, — dans le jargon des voyous. — À bas les nageoires !

Rigaud, 1881 : Larges favoris, favoris en côtelette.

La Rue, 1894 : Favoris larges. Les bras.

France, 1894 : Larges favoris.

Nageoires (monsieur à)

France, 1894 : Souteneur.

Nager à sec

France, 1894 : Se dit d’un animal blessé à une jambe et qui marche sur trois.

Nager en grandes eaux

France, 1894 : Être dans l’abondance ; aller largement, se trouver en grandes occasions d’avancer ses affaires. Allusion aux eaux qui, plus elles sont grandes et profondes, plus elles offrent de facilité au nageur.

Nager entre deux eaux

France, 1894 : Se dit au propre d’un nageur qui se tient sous l’eau en nageant et, au figuré, d’une personne qui n’agit pas franchement et qui, placée entre deux partis, se conduit de façon à n’être hostile en apparence à aucun d’eux et à se concilier la bienveillance de chacun, enfin à ménager la chèvre et le chou.

Naguet

France, 1894 : Bourse ; argot des voleurs.

Naïf

d’Hautel, 1808 : Nom équivoque et satirique que les ouvriers donnent à leurs maîtres.
Voici le naïf. Pour dire le maître, le bourgeois, le chef, etc.
C’est un naïf qui ne se mouche pas du pied. Pour dire, un homme avec lequel il ne faut pas plaisanter, qui n’entend pas raillerie.

Boutmy, 1883 : s. m. Patron. Le vieux pressier resta seul dans l’imprimerie dont le maître, autrement dit le naïf, venait de mourir. (Balzac.) N’est plus guère usité ; aujourd’hui on dit le patron.

France, 1894 : C’était autrefois le nom que les ouvriers typographes donnaient à leur patron ; on en trouve un exemple dans Balzac : « Le vieux pressier resta seul dans l’imprimerie dont le maître, autrement dit le naïf, venait de mourir. » Ce mot n’est plus guère usité.

Nanan

d’Hautel, 1808 : Mot d’enfant. Friandise, sucrerie.

Delvau, 1864 : L’acte vénérien et la jouissance qui en est le résultat, — la plus exquise des friandises, la plus savoureuse de toutes les jouissances.

Mais avec ceux que la victoire
A trahis, fais-le gratuitement ;
Rendre service aux fils de la gloire,
C’est du nanan.

E. Debraux.

Delvau, 1866 : s. m. Friandise, gâteau, — dans l’argot des enfants, qui disent cela de tout ce qui excite leur convoitise.

Delvau, 1866 : s. m. Chose exquise, curieuse, rare, — dans l’argot des grandes personnes. C’est du nanan ! C’est un elzévir, ou un manuscrit de Rabelais, ou une anecdote scandaleuse, ou n’importe quoi alléchant.

France, 1894 : Friandise : jargon des enfants, passé dans la langue des grandes personnes.

— Du nanan dans toutes les cantines, des belles Italiennes pour friser la moustache aux vainqueurs, et après un quart l’heure de repos, le chemin de la gloire… Halte !… front !…

(Ernest Capendu, Le Tambour de La 32e)

Ce mot s’emploie aussi au figuré :

— C’est des aubaines qui ne sont pas faites pour moi, dit-elle. Un général ! Il lui faut du nanan. Une ménagère plantureuse ou alors une jeunesse.

(Hector France, Le Roman d’une jeune fille pauvre)

Nap

La Rue, 1894 : Pièce de 20 francs.

France, 1894 : Louis, pièce d’or, apocope de Napoléon ; argot des voleurs.

Quand un nap devant toi poirotte,
Étouffe-le dans ta culotte.

(Hogier-Grison, Maximes des tricheurs)

Nappe

d’Hautel, 1808 : Il a trouvé la nappe mise. Se dit d’un homme sans fortune qui a épousé une demoiselle très-riche.

Naquer du fla

Rossignol, 1901 : Flasquer. Voir ce mot.

Naquet

d’Hautel, 1808 : Valet de pied, laquais.

France, 1894 : Petit laquais. C’était autrefois le valet du jeu de paume. Ce nom de naquet s’employait toujours en mauvaise part ; il signifiait : homme méprisable et vil.

Naqueter

d’Hautel, 1808 : Attendre servilement à la porte de quelqu’un ; servir les grands, leur faire humblement la cour.

France, 1894 : Attendre servilement comme un laquais à la porte. Faire naquetter quelqu’un, le faire attendre. Vieux français.

Hayard, 1907 : Attendre.

Naquette

France, 1894 : Livrée du naquet, Jaquette.

Et sous de traitresses guenilles
Qui receloient maint quart d’écu,
Les maltotiers montroient le cu
Sans qu’on le sût, tant ces naquettes
Sur leurs mesures semblaient faites.

(Saint-Julien, Le Courrier burlesque de la guerre de Paris)

Naquoter

France, 1894 : Travailler nonchalamment, surtout en culture ; frapper à petits coups en piochant la terre.

Nargue

d’Hautel, 1808 : On dit qu’une chose fait nargue à une autre, pour exprimer qu’elle lui est bien supérieure, qu’elle l’emporte de beaucoup.

Narquin, narquois

La Rue, 1894 : Soldat déserteur.

Narquois

d’Hautel, 1808 : Pour, fin, subtil, rusé, adroit, trompeur.
Parler narquois. Parler un langage qui n’est compris que de ceux qui sont d’intelligence ensemble pour tromper quelqu’un.

anon., 1827 : Soldat mendiant.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Mauvais soldat.

Bras-de-Fer, 1829 : Soldat mendiant.

Halbert, 1849 : Soldat.

Rigaud, 1881 : Mendiants, voleurs, anciens soldats adonnés à la mendicité, à l’époque de la Cour des Miracles. — Les narquois ont beaucoup contribué à la formation de l’argot. Parler narquois, c’était parler argot, parler la langue des gueux.

France, 1894 : Soldat vagabond ; vieil argot. Dans le vieux patois bourguignon, narquois signifie trompeur, filou. C’est aussi la signification qu’on lui donnait en français ; de là on appelait le langage des gueux, c’est-à-dire l’argot, le narquois.

Drilles ou narquois sont des soldats qui touchent la flamme sous le bras, et battent en ruine les entiffes et tous les creux des vergues. Ils ont fait banqueroute au grand couëre et ne veulent pas être ses sujets ni le reconnaître.

Narré

Delvau, 1866 : s. m. Racontage ennuyeux, bavardage insipide. Faire des narrés. Faire des cancans.

Narse

France, 1894 : Marécage, fondrière, endroit humide dont le sol est mouvant et cède sous le pied. « Les narses, dit E. Pfeiffer, sont communes dans les pâturages qui environnent le mont Dore ; presque toutes ont été primitivement des lacs ou amas d’eaux très étendus.

Nasarde

d’Hautel, 1808 : Chiquenaude. Un homme à nasarde. Pour dire, un sot, un niais, un badaud dont on peut se jouer, se moquer impunément.

Nasaret

d’Hautel, 1808 : Pour nez. Il a reçu un bon coup sur le nasaret. Pour dire sur le nez.

Nascetur ridiculus mus

France, 1894 : « Qu’en naîtra-t-il ? — Un ridicule rat. » Locution proverbiale tirée de l’Art poétique d’Horace. C’est la montagne qui accouche d’une souris.

Nascuntur poetæ, fluunt oratores

France, 1894 : « On naît poète, on devient orateur », axiome latin que le poète satirique Joseph Berchoux, l’auteur de la fameuse boutade : Qui nous délivrera des Grecs et des Romains ? a parodiée par ce vers :

On devient cuisinier, mais on naît rôtisseur.

Nase

Delvau, 1866 : s. m. Nez, — dans l’argot des faubouriens, qui ne se doutent pas qu’ils parlent latin comme Ovide-Nason, et français comme Brantôme.

France, 1894 : Nez ; vieux mot, du latin nasus.

Naseaux (fendeur de)

France, 1894 : Bravache, fanfaron.

Nasée

France, 1894 : Pincée de tabac.

Naser

un détenu, 1846 : Avoir quelqu’un au nez, détester, abhorrer.

Delvau, 1866 : v. a. et n. Avoir quelqu’un dans le nez.

France, 1894 : Détester, « avoir dans le nez ».

— Ce vieux sacristain est toujours dernière moi à flairer mes jupons. Il ne sait donc pas comme je le nase.

(René de Nancy)

Nasière

France, 1894 : Pince que l’on passe dans les naseaux des bœufs.

Nasse

d’Hautel, 1808 : Il est dans la nasse. Pour dire dans l’embarras.

Natura diverso gaudet

France, 1894 : « La nature aime la variété. » Locution latine tirée de Virgile.

Natura non facit saltum

France, 1894 : « Rien ne va par saut dans la nature », adage latin devenu axiome scientifique, signifiant que tout se relie et s’enchaîne et que la nature n’a ni espèces ni genres tranchés.

Naturalibus

d’Hautel, 1808 : Il étoit in naturalibus. Pour, il étoit nu, sans chemise ; se dit aussi par mépris en parlant d’un gueux revêtu, qui ne se montre pas digne des faveurs, ou des bienfaits qui l’ont élevé.

Naturalibus (in)

Larchey, 1865 : Dans l’état de nature, nu.

Mon Joseph eut avec elle un tête-à-tête in naturalibus.

Beaufort, Elle et Moi, Troyes, an VIII.

L’autre regardant à l’horizon in naturalibus.

Commerson.

France, 1894 : Dans l’état de nature, nu. Latinisme.

Je me résignais au rôle de larbin, je regardais par le trou de la serrure, et, ô splendeurs du ciel ! Je la vis in naturalibus au moment où elle entrait dans son bain.

(Les Propos du Commandeur)

Naturalisme

Rigaud, 1881 : Nouvelle couche de littérateurs qui sont en train de fonder le musée Dupuytren de la syphilis morale, en s’attachant à faire ressortir dans leurs œuvres les côtés monstrueux et ignobles de la nature humaine.

France, 1894 : École littéraire qui consiste à représenter les choses telles qu’on les voit où telles qu’elles existent sans rien gazer, et sans souci des convenances.

Une des plus étranges turlutaines de l’heure présente, c’est le naturalisme… une maladie, une folie, dont on peut définir, de la façon suivante, les personnes qui en sont atteintes. Le naturaliste est un détraqué qui se croit un original, et qui prend la maladie pour l’état normal, l’hôpital pour la maison, Nane pour Ninon, l’égout pour la cité, et Pantin pour Paris.

(Dr Grégoire, Dictionnaire humoristique)

Naturaliste

Rigaud, 1881 : Romancier qui fait dans le naturalisme.

Le centre de l’art se déplace. Il est vrai que nous avons une école nouvelle : celle des impressionnistes, qui dominera prochainement la république des arts, comme les naturalistes la république des lettres.

(Robert Mitchell, Chambre des députés, 18 mai 1880.)

Nature

d’Hautel, 1808 : Faire les cinq sens de nature pour quelque chose. Se donner beaucoup de soins et de tourment pour en assurer le succès.

d’Hautel, 1808 : Nourriture passe nature. Pour dire que l’éducation change le naturel de l’homme.

Rigaud, 1881 : Naturel. — Comme c’est nature ! — Bifteck nature, bifteck au naturel, — dans le jargon des restaurateurs.

Nature (être)

Delvau, 1866 : Être vrai comme la nature, — dans l’argot du peuple, qui dit cela à propos des gens et des choses.

Nature (faire)

Delvau, 1866 : v. n. Peindre avec exactitude, — dans l’argot des artistes, qui savent que l’Art consiste précisément à ne pas faire nature.

Nature de l’homme (la)

Delvau, 1864 : La pine — qui est le pendant de la nature de la femme.

Aux petits des oiseaux, Dieu
Sonne, dit-on, la pâture :
Sa bonté devrait un peu
S’étendre sur ma nature.

Altaroche.

Nature de la femme (la)

Delvau, 1864 : Messire le Con, qui, comme son seigneur et maître le vit, ne manque pas de prénoms. Ainsi : L’abricot fendu, l’affaire, l’angora, l’anneau d’Hans Carvel, l’atelier, l’autel de Vénus, l’avec, la bague, le baquet, le bas, les basses marches, le bassin, le bénitier, le bijou, le bissac, la blouse, le bonnet a poil, le bonnet de grenadier, la bouche d’en bas, la bourse à vit, la boutique, le brasier, la brèche, le cabinet, le cadran, la cage, le calendrier, le calibistri, le calibre, le cas, la cave, la caverne, ça, le Céleste-Empire, le centre, le champ, le chandelier, le chapeau, le chat, le chaudron, le chemin du paradis, la cheminée, le chose, la cité d’amour, le clapier, le cœur, la coiffe, le combien, le concon, le connin, le connusse, le conneau, le cornichon, le conil, la coquille, le corridor d’amour, la crevasse, le dédale, le devant, la divine ouverture, l’écoutille, l’écrevisse, l’empire du Milieu, l’entonnoir, l’entremise, l’entre-deux, l’entresol, l’éteignoir, l’éternelle cicatrice, l’étoffe à faire la pauvreté, l’étui, la fondasse, la fente, la figue, le formulaire, le fruit d’amour, le golfe, la guérite, le harnois, le hérisson, l’hiatus divin, l’histoire, le jardin d’amour, la lampe amoureuse, la lampe merveilleuse, la lanterne, la latrine (un vieux con), le machin, le mal joint, la marchandise, messire Noc, le mirliton, le mortier, le moule à pine, le moulin-à-eau, la moniche, le noir, l’objet, les Pays-Bas, le petit lapin, Quoniam bonus, le réduit, le salon du plaisir, le Sénégal, la serrure, le tabernacle, le temple de Cypris, la tirelire, le trou chéri, le trou de service, le trou madame, le trou mignon, le trou par où la femme pisse, le trou velu, le vagin, etc., etc.

La risée des femmes fut grande, quand ils virent la femme de Landrin lui montrer sa nature.

P. de Larivey.

Et je crois que votre nature
Est si étroite à l’embouchure,
Qu’on n’y pourrait mettre deux doigts.

Théophile.

Passant les doigts entre les poils qui sont dessus la motte, laquelle il empoigna aussi, faisant par ce moyen entr’ouvrir la fente de ma nature.

Mililot.

Mais le monstre, avec joie inspectant ma nature,
Semblait chercher comment et de quelle façon
J’allais être foutue ; en cul, con ou téton :
Qu’il regardait déjà comme étant sa pâture.

Louis Protat.

Nature, mais amitié pas sûre (frère ami de)

France, 1894 : Distique proverbial, tiré d’une phrase de Cicéron dans son livre De Amicitia et dont les nombreuses et incessantes querelles de famille attestent la vérité. « Un beau nom que celui de frère, écrivait Montaigne, mais que la richesse de l’un soit la pauvreté de l’autre, cela destrempe merveilleusement et relâche cette soudure fraternelle. »

Le sort fait des parents, le choix fast des amis,

dit Jacques Delille dans son poème La Pitié.

Naturel revient au galop (le)

France, 1894 : On revient toujours à ses premières habitudes ; on subit malgré soi les exigences de son tempérament.

Chassez le naturel, il revient au galop.

C’est Destouches qui, dans le Philosophe marié, est l’auteur de ce vers devenu dicton ; confirmant ce qu’a dit lourdement Boileau dans sa XIe Satire :

Le naturel toujours sort et sait se montrer :
Vainement on l’arrête, on le force à rentrer ;
Il rompt tout, perce tour, et trouve enfin passage.

Combien La Fontaine est plus pittoresque et plus charmant, quoique plus prolixe !

Coups de fourches ni d’étrivières
Ne lui font changer de manières ;
Et fussiez-vous embâtonnés,
Jamais vous n’en serez les maîtres ;
Qu’on lui ferme la porte au nez,
Il rentrera par les fenêtres.

Horace avait dit avant eux :

Naturam expellas furca, tamen usque recurrit
Et mala perrumpit furtim fastidia victris.

Nautonier

Delvau, 1866 : s. m. Pilote, — dans l’argot des académiciens. Ils disent aussi Nocher.

Navarin

Delvau, 1866 : s. m. Navet, — dans l’argot des voleurs.

Delvau, 1866 : s. m. Ragoût de mouton, de pommes de terre et de navets, — dans l’argot des restaurants du boulevard. C’est un nom nouveau donné à un mets connu depuis longtemps.

Rigaud, 1881 : Navet. — Ragoût de mouton aux pommes. C’est le vulgaire haricot de mouton appelé pompeusement « navarin » par les restaurateurs des boulevards.

Fustier, 1889 : « L’étalier connaît les clients, leur mesure les égards et vend aux pauvres le navarin, c’est-à-dire les rognures, les balayures de l’étal, à raison de dix sous la livre. »

(L’Esclave Ivre, no 3.)

France, 1894 : Navet ; argot des voleurs.

France, 1894 : Ragoût de mouton où il entre des navets.

Navarin, navet

La Rue, 1894 : Ragoût.

Navet

Delvau, 1866 : s. m. Flatuosité sonore, — dans l’argot du peuple, qui l’attribue ordinairement au Brassica napus, quoiqu’elle ait souvent une autre cause.

Rigaud, 1881 : Cafard au petit pied ; escobar domestique.

La Rue, 1894 : Dupe, pigeon.

France, 1894 : Flatuosité sonore, dit Delvau ; argot populaire.

Un jeune amoureux va rendre visite à sa timide fiancée. Il entend sur le palier au-dessus de sa tête la porte de l’appartement qu’elle habite s’ouvrir, puis une flatuosité sonore, puis la voix harmonieuse de la chérie qui dit : « Premier navet ! » Seconde flatuosité : « Second navet ! » dit la voix. Troisième flatuosité : « Troisième navet ! » Et ainsi de suite jusqu’à la demi-douzaine. Dégoûté de cette harpe éolienne, il fait un mouvement pour fuir. La demoiselle se penche et l’aperçoit : « Quoi ! Monsieur, c’est vous ? Vous étiez donc là ? demanda-t-elle, rouge comme une pivoine.
— Oui, Mademoiselle, depuis votre premier navet. »

France, 1894 : Jeune niais, petit hypocrite ; petit homme de rien, du latin napus, même sens, dont nous avons fait nabot.

Madeleine. — Enfin, ça ne se fait pas. Sans quoi, moi, à ce compte-là, j’épouserais papa dans la demi-heure.
Berthe. — Ton pére ?
Madeleine. — Oui, parce que je le trouve excessivement chic, et dix fois plus flatteur, avec ses jolis cheveux gris et son gilet blanc, que tous les petits navets…
Berthe. — J’espère que ça n’est pas pour Gustave que tu dis navet ?
Madeleine. — Non. Ça n’est pas pour Gustave.

(Henri Loredan, Leurs Sœurs)

Au truc si l’alboche est paquet,
En revanche c’est un navet.

(Hogier-Grison, Maximes des tricheurs)

Navet (jus de)

France, 1894 : Sang pauvre. Avoir du jus de navet dans les veines, n’avoir ni énergie ni courage.

Navet galant

France, 1894 : Navet qui affecte la forme d’un membre viril ; on l’appelle aussi navet du diable.

Navets

Delvau, 1866 : s. m. pl. Jambes ou bras trop ronds, sans musculature apparente, — dans l’argot des artistes.

Navets (champ de)

France, 1894 : Cimetière.

M. Taylor m’emmena chez le procureur général, qui nous donna les dernières instructions et nous remit les plis à faire parvenir aux intéressés, à l’aumônier, au colonel de la garde républicaine, au colonel de la gendarmerie de la Seine, au commissaire de police du quartier de la Roquette, au commissaire de Gentilly, qui a le Champ de Navets dans sa circonscription.

(Mémoires de M. Goron)

Navets (des)

Larchey, 1865 : Non.

Est-ce que j’en suis ? — Toi, mon bonhomme, beaucoup de navets !

Montépin.

M’exposer à Saint-Lazare pour ça… Des navets !

Jaime.

Navets (des) !

Delvau, 1866 : Exclamation de l’argot des faubouriens, qui l’emploient toutes les fois qu’ils ont à dire catégoriquement non.

Rigaud, 1881 : Non, jamais. Terme de refus dans le jargon des voyous qui disent également : des nèfles !

Ohé ! les gendarmes, ohé ! des navets !

(H. Monnier, Scènes pop.)

France, 1894 : Exclamation indiquant le refus, l’incrédulité. Les synonymes sont assez nombreux : De l’anis ! De l’anis dans une écope ! Du flan ! Flûte ! Tu t’en ferais mourir ! Tu t’en ferais péter la sous-ventrière ! Mon œil ! La peau ! Des plis ! Peau de nœud ! Peau de balle et balai de crin ! Et ta sœur ! Du vent ! De la mousse ! On t’en fricasse ! Des nèfles ! Zut !

— … Décidément, non… tu es trop laid !
— Maintenant, possible ! mais, tout petit, j’étais gentil tout plein.
— Des navets !
— Parole d’honneur !
— Alors c’est qu’on t’aura changé au perchoir !

(Parisis)

Et cependant mon esprit papillote,
Mon petit chou, je ne sais où je vais ;
Je ne veux pas te tirer de carotte,
Car tu pourrais répondre : Des navets !

(René Esse)

Tracassé par un créancier,
J’m’en fus un jour chez son huissier
Qui m’dit : « Nous n’somm’s pas endurants ;
Versez-moi trent’-deux francs.
J’en verse vingt, tout c’que j’avais,
Lui d’mandant de m’laisser tranquille ;
Mais il ajout’, sans s’fair’ de bile :
« Tranquil’, mon p’tit vieux ?… des navets !

(Blédort, Chansons de faubourg)

Navette

d’Hautel, 1808 : Cela fait la navette. Pour dire va et vient.
La langue lui va comme la navette d’un tisserand. Se dit d’un babillard, d’un grand parleur.

Delvau, 1864 : Le membre viril, que les femmes font aller et venir entre leurs doigts, et qui sert à filer la trame de la vie humaine.

D’un vieux je tenais la navette,
La sonde en main et la cuvette.

(Chanson)

France, 1894 : Colporteur ; argot des voleurs. Il va et vient comme une navette. Faire la navette, c’est aller et venir d’un endroit à un autre, retourner au lieu d’où on est parti.

Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?
Pour l’empereur ou pour le roi ?
En ce moment, c’est bien son droit,
Entre les deux il fait navette.

(Gringoire)

Navière

France, 1894 : Petit navire, bateau ; du latin navis.

Biau monsieur, pour vous passer l’iau
Mettez l’pied dedans mon batiau ;
Dans mon batiau, dans ma gente navière
J’vous pass’rai l’iau, eh ! l’iau de la rivière !

(Chanson de la Batelière, à Bengy-sur-Craon)

Naviguer sous le cap Fayot

France, 1894 : Expression des gens de mer signifiant que les viandes et les légumes frais sont épuisés à bord, et qu’il faut vivre sur les conserves et les légumes secs dont les fayots représentent le principal appoint.

Nayer

Delvau, 1866 : v. a. Noyer, — dans l’argot du peuple, qui parle comme écrivait Rabelais : « Zalas ! mes amis, mes frères, je naye ! » s’écrie le couard Panurge durant la tempête.

Nayer, neyer

France, 1894 : Noyer ; argot populaire. En Picardie et dans le Berry, on dit neyer ; en Normandie, neucher ; en wallon, néi ; en provençal, negar, du bas latin necare, tuer par immersion. Nayer n’est pas, comme on pourrait le croire, du français estropié, mais la véritable prononciation grammaticale ; on trouvre en effet dans le Grand Dictionnaire français-latin à l’usage du Dauphin par l’abbé Douet (Lyon, 1707) : noyer, prononcez nayer. C’est ainsi qu’on écrivait et prononçait du temps „ le Rabelais.
Se noyer dans un crachat, ne pas savoir se tirer d’affaire, être emprunté, malhabile. On dit dans le même sens et plus proprement : se noyer dans une goutte d’eau.

Naz

Virmaître, 1894 : Nez. On dit aussi nase. C’est certainement une abréviation de naseau (Argot du peuple).

Naz, nase

Hayard, 1907 : Nez.

Nazareth

Delvau, 1866 : s. m. Nez, — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Nazicot.

Naze

Rigaud, 1881 : Nez. — Figure. — Derrière. Telles ont été les diverses significations de ce mot. — Aujourd’hui naze n’est plus employé que dans le sens de nez, ainsi que ses dérivés : nazicot, nazaret. Naze est emprunté au provençal.

La Rue, 1894 : Nez.

France, 1894 : Nez ; argot populaire.

Rossignol, 1901 : Nez.

Nazé

M.D., 1844 : Avoir en horreur.

Naze, nazicot, nazaret

Larchey, 1865 : Nez. — Mot de langue romande. V. Dariole.

Nazer

La Rue, 1894 : Haïr.

Nazète

France, 1894 : Petite bande de fer dont on garnit la pointe du sabot.

Nazi

Rigaud, 1881 : Maladie vénérienne, — dans le jargon des voleurs et des voyous qui ont été plus d’une fois témoins de cas de syphilis tuberculeuse, durant leur séjour à l’hôpital du Midi.

France, 1894 : Maladie vénérienne qui fait ses ravages sur le nez ; argot populaire.

Nazi ou Nazikoff

Rossignol, 1901 : Voir plombé.

Naziboter

France, 1894 : Parler du nez.

Nazicot

France, 1894 : Petit nez.

Nazillé

Rossignol, 1901 : Il existe un rondeau sur l’hôpital du Midi dont voici un fragment :

À la chapelle
Soyez fidèles,
Faut prier Dieu, nous dit M. l’curé,
Afin que les belles
Restent pucelles
Et qu’à l’avenir il n’y ait plus de nazillés.

Nazonant

anon., 1827 : Le nez.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Le nez.

Nazonnant

Bras-de-Fer, 1829 : Nez.

France, 1894 : Gros nez.

Nazonnaut

Halbert, 1849 : Nez.

Né coiffé (être)

Delvau, 1864 : C’est-à-dire : être né pour être cocu, comme tant d’autres, ou pour avoir tous les bonheurs.

Il a une chance de cocu.

(Vieux dicton.)

De ma vive et juste colère
Pour avoir ainsi triomphé,
Il faut, en vérité, ma chère.
Que votre époux soit né coiffé.

Ér. Jourdan.

France, 1894 : Avoir de la chance, être très heureux. Cet enfant est né coiffé. Les anciens attachaient un heureux présage à l’enfant qui venait au monde la tête enveloppée de la membrane amnios, vulgairement appelée coiffe, arrière-faix qui enveloppe le fœtus.
Cette superstition a sans doute été introduite par les sages-femmes pour rassurer la mère et les parents effrayés de cette particularité en la donnant comme présage de bonheur.
Voici un rondeau de Malleville qui donne bien le sens de cette expression :

Ce n’est pas que frère René
D’aucun mérite soit orné ;
Qu’il soit docte, qu’il sache écrire,
Ni qu’il dise le mot pour rire ;
Mais c’est seulement qu’il est né
Coiffé.

On dit dans la Saintonge : Il a le diable dans la botte.

Ne faire que des blagues

Larchey, 1865 : Faire des œuvres de peu de valeur. L’étymologie du mot est incertaine. d’Hautel (1808) admet les mots blaguer et blagueur avec le triple sens de railler, mentir, tenir des discours dénués de sens commun. — Cet exemple, des plus anciens que nous ayions trouvés, ne prend blague qu’en mauvaise part. On en trouverait peut-être la racine dans le mot blaque qui désignait, du temps de ménage, les hommes de mauvaise foi (V. son dictionnaire). — M. Littré, qui relègue blague et blaguer parmi les termes du plus bas langage, donne une étymologie gaëlique beaucoup plus ancienne blagh souffler, se vanter.

Ne montrer ni sa bourse ni sa femme

France, 1894 : Ce dicton facétieux de nos pères indique qu’il ne faut pas exposer par ostentation certains objets que l’on veut garder pour soi, car étalant sa bourse l’on doit s’attendre à des emprunts, et en exhibant trop souvent sa femme l’on est exposé à ce qu’on vous l’emprunte aussi.

Ne pas aller par quatre chemins

France, 1894 : Agir franchement et sans détour. Le nombre quatre s’emploie comme les nombres dix, vingt, cent, pour signifier une quantité indéterminée. « Je vais à vingt, à dix, à cent pas d’ici, » « Il demeure à quatre pas. »

À quatre pas d’ici je te le fais savoir !

fait dire Corneille au Cid. « L’expression aller quelque part par quatre chemins, dit Didier Loubens, signifie aller dans un endroit en prenant plusieurs chemins, plutôt que de prendre le chemin direct et, par conséquent, faire des détours pour se rendre audit endroit. D’où l’expression employée au figuré, n’y pas aller par quatre chemins, pour signifier aller à un but par des voies directes.

Ne pas attacher son chien avec des saucisses

Virmaître, 1894 : Avare. C’est une expression très populaire, superlatif de chien, grippe-sous. On ne peut rien dire plus d’un homme (Argot du peuple). N.

Rossignol, 1901 : Être avare.

Ne pas marcher

Rossignol, 1901 : Ne pas croire, ne pas vouloir. « Il voulait m’entraîner dans une mauvaise affaire, mais je n’ai pas marché, j’ai les pieds nickelés. » — « On m’a dit une telle chose, mais je n’en crois rien, je ne marche pas. »

Ne pas se donner de coups de pied

Larchey, 1865 : Se vanter.

Ne pas se fier à femme morte

France, 1894 : Cette singulière devise est traduite du latin : Mulieri ne credas, ne mortuæ quidem. « Ne te fie pas aux femmes, même aux mortes », laquelle devise vient du grec. Le grammairien Diogénien l’explique par l’aventure arrivée à un jeune homme qui, étant allé visiter le tombeau de sa marâtre, fut écrasé par la chute d’une colonne élevée sur le monument.
Les Anglais ont le même proverbe irrévérencieux pour le sexe : Seldom lies the devil dead in a woman’s ditch. « Rarement le diable reste enterré dans la fosse d’une femme. »

Ne pas se marier pour les yeux

France, 1894 : Ne pas prendre une épouse parce qu’elle est jolie, mais à cause de ses qualités morales. Faire comme le vicaire de Wakefield, qui choisit sa femme comme elle-même choisit sa robe de noce, non à cause de l’éclat et de la finesse du tissu, mais pour le bon usage qu’elle pourrait lui faire.

Ne pas se moucher du pied

Larchey, 1865 : Agir grandement. — Mot à mot : en personne qui sait vivre et non comme le voyou qui se mouche dans ses doigts, pour effacer avec le pied la trace de la déjection qu’il a rejetée a terre.

Mais c’est des artistes… qui ne se mouchent pas du pied.

Désaugiers.

Ce petit vin colorié Ne se mouche pas du pié.

J. Moineaux.

Quoi ! ton amour contrefait déjà l’estropié. Crois-tu que je sois femme à me moucher du pié.

Le Rapatriage, parade, dix-huitième siècle.

Larchey, 1865 : Voir Moucher. — En 1808, on disait dans le même sens : Ne pas se moucher sur sa manche.

Ne pas valoir le coup

Rossignol, 1901 : Se dit d’une chose qui ne vaut pas la peine que l’on se dérange. Cinquante francs de bénéfice dans cette affaire, ça ne valait pas le coup. Une vilaine femme ne vaut pas le coup.

Ne quid nimis

France, 1894 : « Rien de trop », c’est-à- dire l’excès en tout est un défaut.

Ne rien avoir dans le fusil

Virmaître, 1894 : Avoir le ventre vide. L’allusion est facile à saisir : J’sens l’paquet d’tripes qui s’cavale. (Argot du peuple).

Ne souffrent compagnie amour ni seigneurie

France, 1894 : « L’amour, dit Pascal dans son Discours sur les passions de l’amour, est un tyran qui ne souffre point de compagnon ; il veut régner seul ; il faut que toutes les autres passions ploient et lui obéissent. » Il en est de même des grands de la terre qui veulent dominer et ne peuvent avoir d’ami. On dit dans le même sens : L’amour et l’ambition ne souffrent compagnon. Ce proverbe tiré de l’Art d’aimer d’Ovide, se trouve dans le Roman de la Rose :

Oncques amours et seigneurie
Ne s’entrefirent compagnie
Ni ne demourèrent ensemble…

Ne te gêne pas dans le parc

France, 1894 : Jaquette courte fort à la mode chez les pédérastes. On l’appelle aussi : saute-en-barque, pet-en-l’air, Montretout, pince-nez, en cheval, new-market, couche avec, suivez-moi, Monsieur.

Ne touchez pas à la reine

France, 1894 : Ce dicton nous vient d’Espagne, où toucher la reine, ne fût-ce que du petit doigt, était réputé crime de haute trahison. On raconte qu’en 1829 Alexandre Boucher, le Paganini français, musicien du roi d’Espagne, se promenait dans le jardin de Saint-Ildefonse avec Ferdinand VII et sa jeune et belle épouse Marie-Christine. Le bas de le robe de la reine s’accrocha aux épines d’un rosier, et Alexandre Boucher se baissa aussitôt pour la dégager. « Malheureux ! qu’avez-vous fait ? s’écria Ferdinand, en le repoussant vivement… Si Calomarde, mon premier ministre, vous a vu, vous serez condamné à mort. — Très bien, Sire ! répondit le musicien, mais comme le roi m’a touché à l’épaule, je recevrai ma grâce entière. »

Ne valent que pour une année, une femme et un almanach

France, 1894 : Le dicton, qui semble dire qu’une nouvelle mariée n’est bonne que la première année de son mariage, se rapporte à une coutume de nombre de pays où l’on prenait sa femme à l’essai, pour un an, c’est-à-dire la durée d’un almanach. Cet usage, dit M. Quitard, provient sans doute de la polygamie autrefois dort commune chez les Celtes, et qui permettait de changer de femmes.
Le fait était assez fréquent en Champagne dans le IXe siècle. Il fut prohibé par le concile tenu à Troyes, en 878 ; mais l’autorité ecclésiastique ne parvint pas à le faire cesser entièrement, ni en cette province ni en d’autres, où il se maintint sous la protection de certain droit coutumier. C’est au pays basque surtout que se pratiquait cette espèce de mariage temporaire. Elle existait encore dans le pays de Galles à la fin du XVIIIe siècle.
Chez les Gallois, si l’on en croit un article du Moniteur de l’an IX, on distingue deux sortes de mariage : le grand et le petit. Le petit n’est autre chose qu’un essai que les futurs font l’un de l’autre. Si cet essai répond à leurs espérances, les parents sont pris à témoin du désir que forment les candidats de s’épouser. Si l’essai ne répond pas à l’idée qu’ils en avaient conçue, les époux se séparent et la jeune femme n’en éprouve pas plus de difficulté pour trouver un mari.
On sait que Platon, dans sa République, substituait aux mariage des unions temporaires.

Ne varietur

France, 1894 : « Rien à changer. » Cette formule latine s’applique sur toute pièce, tout acte, livre, document, dont on veut empêcher une altération. Une édition ne varietur.

Ne vaut rien après déjeuner ! (l’absinthe)

France, 1894 : Cette locution des typographes, qui n’est plus guère usitée, peut se traduire ainsi : Il est désagréable, en revenant de prendre son repas, de trouver sur sa casse de la correction à exécuter. Dans cette locution, on joue sur l’absinthe considérée comme breuvage et comme plante. La plante possède une saveur amère. Avec quelle amertume le compagnon restauré, bien dispos, se voit obligé de se coller sur le marbre pour faire un travail non payé au moment où il se proposait de pomper avec acharnement ! (Argot des typographes)

Ne, sutor, ultra crepidam

France, 1894 : « Cordonnier, pas plus haut que la chaussure. » Cette locution proverbiale que l’on adresse aux personnes qui traitent de questions au-dessus de leur compétence, parlent de littérature ou d’art, sans y comprendre rien, vient, dit-on, du peintre grec Apelle, qui, ayant écouté avec complaisance la critique d’un cordonnier sur la sandale d’un personnage d’un de ses tableaux, arrêta net celui-ci, quand il voulut pousser plus loin ses critiques, par les paroles ci-dessus.

Crépin, le fils d’un cordonnier,
Pousssé d’une vaine manie,
Pour faire un opéra se croyant du génie,
Prit la lyre à la main et quitta son métier ;
Mais quand par l’auditeur il vit siffler sa rime,
Il reconnut bien à son dam
Que véritable est la maxime :
Ne, sutor, ultra crepidam.

(François Gacon, Épigramme contre J.-B. Rousseau)

Nec pluribus impar

France, 1894 : Cette orgueilleuse devise du majestueux Louis XIV a donné lieu à de nombreuses controverses. Elle signifie simplement : unique, dans le sens de supérieur à tous.

Je ne puis m’expliquer comment on peut traduire ces trois mots latins par sans pareil. Le mot à mot est : « Non par plusieurs impair », c’est-à-dire « Impair par un seul », c’est-à-dire unique. C’est un peu algébrique, mais d’ailleurs parfaitement clair. Dieu n’est pas sans pareil, il est unique ; et l’orgueil de Louis XIV, ou celui qu’on voulait lui prêter, était aussi non pas sans pareil, mais unique.

(J. de S…, L’Intermédiaire des chercheurs et curieux)

Nec plus ultra

France, 1894 : « Rien au-delà. » La Fable attribue cette locution à Hercule, qui l’aurait gravée sur les monts Calpé (Gibraltar) et Abyla (Ceuta), appelés les colonnes d’Hercule, qu’il sépara pour unir la Méditerranée à l’Océan et qu’il croyait être les bornes du monde.

J’obtins une lieutenance au commencement de la Révolution. Je n’ai jamais reçu de titre avec autant de plaisir que celui-là. Le comble de mon ambition se bornail alors à une épaulette à bouillons sur chacune de mes épaules. Un colonel d’artillerie me paraissait le nec plus ultra de la grandeur humaine.

(Napoléon, Mémorial de Sainte-Hélène)

Nécessaire

d’Hautel, 1808 : La femme est un mal nécessaire. Pour dire, que quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, il est impossible à l’homme de s’en passer.
Ce n’est pas nécessaire au salut. Pour, ce n’est pas indispensable ; on peut s’en passer.

Nécessité

d’Hautel, 1808 : Il faut faire de nécessité vertu. Pour, il faut faire de bonne volonté ce que l’on seroit obligé de faire de force ; il faut se résoudre à son mauvais destin sans murmurer.

Néflard

France, 1894 : Professeur de littérature à l’école navale. Élève fort en littérature. Voir Nèfle.

Nèfle

d’Hautel, 1808 : Avec le temps et la paille, les nèfles mûrissent. Pour, il faut de la patience et de la constance pour exécuter ce que l’on entreprend, quand on ne veut pas faire de mauvais ouvrage.

France, 1894 : Narration française, cours de littérature : argot de l’École navale. Étymologie inconnue. Faire une composition française, c’est néfler.

Nèfles (des)

Larchey, 1865 : Même signification.

Souper avec vous, des nèfles ! Les panés, il n’en faut pas.

Les Cocottes, 1864.

Rossignol, 1901 : Chose sur laquelle l’on compte et que l’on n’aura pas.

Si tu comptes dessus, c’est comme des nèfles, tu ne l’auras pas.

On dit aussi des dattes.

Nèfles (des) !

Delvau, 1866 : Non, — dans l’argot des faubouriens. On dit plus élégamment : Ah ! des nèfles !

France, 1894 : Expression de refus où d’incrédulité. Voir Des navets !.

Le père Capulet, entrant. — Fille, je t’annonce une grande nouvelle. Tu vas épouser mon ami Lecomte.
Juliette. — Les nèfles !
Le père Capulet. — Pas d’observations ou je cogne. La cérémonie aura lieu dans cinq minutes. (Il sort.)

(Le Théâtre libre)

Marion. — Phlip ! Phlip ! on m’emmène, on m’emporte !…
Moi, bondissant, — Qui ça ? Dis, vite !…
Marion. — Ton père. On nous a vus !…
Moi. — Aïe !…
Marion. — J’ai bien dit que c’était pas vrai…
Moi. — Tu as eu tort. Faut pas mentir. Jamais.
Marion, stupéfaite. — Des nèfles !

(Alphonse Allais, Le Journal)

Les synonymes sont : du flan ! des dattes ! des navets !

Neg

France, 1894 : Abréviation de négociant ; argot populaire. Neg au petit croche, chifonnier. Neg en viande chaude, souteneur.

Neg au petit croch

Virmaître, 1894 : Chiffonnier. Neg est une abréviation de négociant, et croch de crochet, outil indispensable aux chiffonniers (Argot du peuple).

Neg au petit croche

Rigaud, 1881 : Chiffonnier. Mot à mot : négociant au petit crochet.

Négligé

d’Hautel, 1808 : Il est dans son négligé malpropre. Se dit par raillerie d’un homme sale et mal vêtu.

Négociant

Larchey, 1865 : « Allons nous promener, faisons les négociants. — Terme suprême du matelot pour exprimer un homme qui n’a rien à faire. » — Phys. du Matelot, 1843.

Delvau, 1866 : s. m. Bourgeois, homme à son aise, — dans l’argot des matelots, qui ne connaissent pas de position sociale plus enviable.

France, 1894 : Rentier, homme qui n’a rien à faire. Faire le négociant, aller se promener ; argot des matelots pour qui le négociant est le type de l’homme riche, oisif et heureux.

France, 1894 : Entreteneur d’une fille. Négociant au petit crochet, chiffonnier.

Négociant au petit crochet

Delvau, 1866 : s. m. Chiffonnier, — dans l’argot des faubouriens.

Négociant en viande chaude

Fustier, 1889 : Souteneur.

Negotiorum gestor

France, 1894 : Gérant d’affaires. Latinisme passé dans l’argot des gens de loi qui trouveraient trop simple de dire mandataire.

Nègre

d’Hautel, 1808 : Traiter quelqu’un comme un nègre. Le traiter d’une manière très-rigoureuse ; le maltraiter.

Virmaître, 1894 : Heure de minuit, à laquelle l’obscurité est la plus profonde (Argot des voleurs).

France, 1894 : « Corruption du mot nec, qui lui-même est une abréviation de nec plus ultra. En parlant d’un objet remarquable, on dit : « Cest le nègre ! » Le mot s’emploie au féminin. On dit : « J’ai la pipe négresse », c’est-à-dire la plus belle pipe et non, comme on pourrait le croire, la pipe la mieux culottée. »

(Albert Lévy et G. Pinet, L’Argot de l’X)

France, 1894 : Domestique pour les dures besognes, souffre-douleur.

À Paris y a des quartiers
Où qu’les p’tiots qu’ont pas d’métiers
I’s s’font pègre ;
Nous, pour pas crever la faim,
À huit ans, chez un biffin
On est nègre…

(Aristide Bruant)

France, 1894 : Dans l’argot littéraire, c’est un débutant de lettres ou un besoigneux qui travaille pour le compte d’un « littérateur arrivé ». Celui-ci l’appelle son secrétaire, secrétaire dont la fonction est d’écrire moyennant un mince salaire des romans-feuilletons qui le patron signe et dont il empoche le profit. Auguste Maquet fut longtemps le nègre d’Alexandre Dumas père. De nos jours, nombre de romanciers populaires dont on adore sinon les œuvres, mais la fécondité, n’obtiennent cette fécondité que grâce à une dizaine de nègres.

Le nègre se tue à ce métier, qui lui assure le pain quotidien, mais qui donne à l’exploiteur des bénéfices considérables ; un feuilleton qui était payé en moyenne vingt mille francs à d’Ennery lui en coûtait à peine cinq cents. Il n’est personne qui ne connaisse cet étrange commerce. Je pourrais citer les nègres qui sont morts, à bout de surmenage…

(Don Juan)

Nègre blanc

Delvau, 1866 : s. m. Remplaçant militaire, — dans l’argot des voleurs ; ouvrier, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : Nom que l’on donnait aux remplaçants militaires, que l’on appelait aussi cochons vendus.

Nègre de Mac-Mahon (faire comme le)

France, 1894 : Continuer. Cette expression, qui date du mac-mahonnat, vient d’une anecdote facétieuse où l’on fait jouer un rôle ridicule au maréchal. Étant venu visiter l’École de Saint-Cyr, le général commandant l’école lui parla incidemment d’un jeune nègre natif de la Martinique qui se distinguait entre tous par sa conduite et son travail. Quelques instants après, le maréchal passa les élèves en revue et s’arrêta devant le jeune homme de race noire :
— Ah ! c’est vous le nègre ?
— Oui, Monsieur le maréchal.
— Eh bien ! mon ami, continuez… à donner de la satisfaction à vos chefs.
Le mot fut répété, mais où tronqua la phrase, en en supprimant la seconde partie, de sorte qu’il ne resta plus que : « Eh bien ! mon ami, continuez ! » c’est-à-dire : continuez à être nègre.

Le héros du livre de Darien (Le Voleur) est un petit monsieur qui a été volé par son tuteur. Furieux de ne pouvoir lui faire rendre gorge, il se promet de se venger et commence par voler quelques centaines de mille francs au fiancé de sa cousine.
Cela n’est déjà pas trop mal, seulement, selon le mot de Descaves, dans sa pièce La Cage, il faut avoir déjà des moyens pour tenter des coups semblables. Quoi qu’il en soit, mis en goût par son coup d’essai, il fait comme le nègre de Mac-Mahon, il continue, et, chemin faisant, rencontre toutes sortes de gens dont la principale occupation est de voler…

(Jean Grave, Les Temps Nouveaux)

Négresse

Halbert, 1849 : Ballot recouvert de toile cirée.

Larchey, 1865 : Paquet couvert de toile cirée (Vidocq, 1837). — La toile est noire.

Larchey, 1865 : Punaise.

Je sentis bien, quand nous étions couchés, Qu’i ne manquait pas de négresses, Et même de grenadiers.

Lecart, Ch., 1851.

Allusion à la couleur foncée de la punaise. Quant aux grenadiers, qui représentent les poux de la plus forte taille, il faut se rappeler qu’on appelle grenadiers des soldats d’élite et garnison la vermine qui couvre une tête. Les gros poux sont donc les grenadiers de la garnison.

Delvau, 1866 : s. f. Toile cirée, — dans l’argot des voyous.

Delvau, 1866 : s. f. Litre ou bouteille de vin, — dans l’argot des faubouriens. Étouffer ou Éventrer une négresse. Boire une bouteille. On dit aussi Éternuer sur une négresse.

Delvau, 1866 : s. f. Punaise.

Rigaud, 1881 : Paquet recouvert de toile cirée noire.

Rigaud, 1881 : Ceinturon, — dans l’argot des marins.

Rigaud, 1881 : Puce.

J’ sentis bien quand nous étions couchés
Qui n’ manquait pas d’négresses
Et même de grenadiers.

(E. Lecart, Une conquête au Prado, chans.)

Qu’il s’ra content le vieux propriétaire
Quand il viendra pour toucher sonloyer,
D’voir en entrant toute la paill’par terre
Et les négress’s à ses jamb’s sautiller.

(Le Déménagement à la sonnette de bois, chans.)

Rigaud, 1881 : Bouteille de vin rouge. — Étouffer, éreinter une négresse, éternuer sur une négresse, boire une bouteille de vin rouge.

La Rue, 1894 : Paquet enveloppé de toile cirée noire. Bouteille de vin. Punaise. Puce.

Virmaître, 1894 : Puce. Allusion de couleur (Argot du peuple).

Virmaître, 1894 : Bouteille.
— Allons-nous étouffer une négresse de ginglard à Argenteuil ? (Argot du peuple).

France, 1894 : Bouteille de vin rouge. Allusion à la couleur foncée de la bouteille.

— Allons, la mère, du piccolo ! et deux négresses à la fois, s’il vous plaît !

(Ch. Dubois de Gennes)

Une négresse morte, une bouteille vide.

Le tas de négresses mortes grandissait. Un cimetière de bouteilles.

(Émile Zola, L’Assommoir)

Étouffer une négresse, boire une bouteille de vin.

France, 1894 : Puce, Allusion à la couleur noire.

Qu’il s’ra content le vieux propriétaire,
Quand il viendra pour toucher son loyer,
D’voir en entrant toute la paill’ par terre
Et les négress’s à ses jambes sauter !

(La Cloche de bois)

France, 1894 : Paquet enveloppé d’une toile cirée.

France, 1894 : Ceinture ; argot des marins.

Rossignol, 1901 : Puce.

Hayard, 1907 : Puce.

Hayard, 1907 : Bouteille de vin.

Négresse (la)

M.D., 1844 : La cheminée.

Négriot

Delvau, 1866 : s. m. Coffret, d’ébène ou d’autre bois. On dit aussi Moricaud.

France, 1894 : Coffret.

— Vous avez entendu ma femme et mes deux momignardes vous bonnir que le négriot était gras et qu’il plombait.

(Mémoires de Vidocq)

Neige

d’Hautel, 1808 : Cela est vrai comme il neige du boudin. Se dit d’un conte en l’air, d’un discours dénué de fondement.
Un bel homme de neige ; un beau docteur de neige ; un bel habit de neige. Pour marquer le mépris qu’on fait de ces différens objets.
Il a de la neige sur la tête. Pour, il est d’un âge avancé.

Neige (boule de)

France, 1894 : Sobriquet donné aux nègres ; argot populaire, fertile en autres expressions injurieuses telles que : bamboula, bille de pot-au-feu, boîte à cirage, mal blanchi, etc.

Neige pourrie

France, 1894 : Neige fondue qui tombe mêlée de pluie ; provincialisme.

Neiges d’antan

France, 1894 : « Neiges de l’an passé. » Choses qui n’existent plus, qu’on ne saurait plus revoir, comme la jeunesse et la beauté, une fois enfuies. François Villon, dans une de ses plus jolies ballades adressée aux Dames du temps jadis, termine chaque couplet par ce vers : Mais où sont les neiges d’Antan ?

Où est la très sage Héloïs
Pour qui fut chastré et puis moyne
Pierres Esbaillart à Saint-Denys ?

Semblablemant où est la Royne
Qui Commanda que Buridan
Fust jeté en ung sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d’antan ?
La royne Blanche comme ung lys,
Qui chantoit à voir de sereine ;
Berthe au grand pied, Bietris, Allys ;
Harembourges, qui tint le Mayne,
Et Jehanne, la bonne Lorraine,
Qu’Anglois bruslèrent à Rouen :
Où sont-ils, Vierge souveraine ?…
Mais où sont les neiges d’antan ?

Quelques dictons sur la neige :
Neige de février n’a pas pied (ne tient pas).

Neige qui tombe en février
Poule l’emporte avec son pied.

Neige aux montagnes, froidure aux vallées.
Neige du coucou,
neige de fin d’avril qui tombe au moment où l’entend le coucou.

En novembre froid
Si la neige abonde,
D’année féconde
Laboureur a foi.

N’écrivez point sur la neige, c’est-à-dire : ne perdez pas votre temps à enseigner aux esprits superficiels, mous et faibles. Ce dicton nous vient de l’Inde.

Nemine contradicente

France, 1894 : Sans contradiction. Expression latine employée dans les cours de justice pour signifier que tous les jurés ou les juges sont d’accord.

Nemo omnes, neminem omnes fefellerunt

France, 1894 : « Jamais personne n’a trompé tout le monde, et jamais tout le monde n’a trompé personne. » Dicton latin tiré de Pline le Jeune.

Nemo propheta acceptus est in patria sua

France, 1894 : « Nul n’est prophète en son pays. » Paroles du Christ, d’après l’Évangile de saint Luc.

Nemo repente fuit turpissimus

France, 1894 : « Personne ne devient tout à coup infâme. » Dicton latin tiré d’une satire de Juvénal et que Racine a traduit par ce vers dans Phèdre :

Quelque crime toujours précède les grands crimes.

Nénais de veuve

Rigaud, 1881 : Biberon, — dans le jargon des voyous.

Nénais, nénet

Larchey, 1865 : Sein.

Tenez, mon cœur, voilà le corset, ajustez-moi ça sur mes nenets.

Ricard.

Petite maman s’est fait des nénais avec du coton.

Gavarni.

Nénais, nichons

Rigaud, 1881 : Seins de jeune fille ; la rose en bouton, comme disent les poètes.

Nénés, nénets ou nénais

France, 1894 : Seins de femme.

Ce M. du Plastron n’était pas insensible aux séductions éternelles de la jupe, et point fâché de le prouver ; pour s’assurer sans doute que les nénés de la particulière étaient bien à leur place, il risqua de ce côté une reconnaissance qui n’avait rien de commun avec celles du Mont-de-Piété.

(Jean Deslilas, Fin de Siècle)

Soyez blond’s, brun’s, grass’s, maigres même,
Soyez grand’ dame ou m’nu trottin,
Vous avez tout’s la grâc’ suprême,
Et toutes la peau de satin,
Si l’une a le teint lys et rose,
Une autre a d’merveilleux nénés 
Une troisièm’, c’est autre chose,
Brill’ par la taille ou les mollets.

(Henri Bachman)

Mignarde, amoureuse, replète,
Le néné ferme et rondelet,
Tout en sa personne me plaît
— Hormis son goût pour la toilette.

(Armand Silvestre)

Nénet de veuve

France, 1894 : Biberon.

Nenets

Delvau, 1864 : Tétons. — dans l’argot des enfants et des filles.

Tiens, vois mes nénets, comme ils sont engraissés.

H. Monnier.

Petite maman s’est fait des nénets avec du coton.

Gavarni.

Nénets

Delvau, 1866 : s. m. pl. Seins, — dans l’argot des grisettes. Quelques-uns écrivent nénais ; mais ce mot n’est pas plus français que l’autre.

Nénets d’homme

Delvau, 1866 : s. m. pl. Les biceps, — dans l’argot des filles.

France, 1894 : Les biceps ; argot des filles.

Nénets, nichons

La Rue, 1894 : Seins.

Nenni

France, 1894 : Non. Vieux français. On dit de quelqu’un qui ne sait pas refuser, qui n’oppose pas de résistance, qu’il n’a pas de nenni. « La grosse Victorine n’avait pas de nenni quand un freluquet voulait l’enjôler. »
« Il ne dit ni oui, ni non, ni nenni », il ne sait rien dire. Expression du Centre.

Nentille

France, 1894 : Lentille, patois de nombre de provinces. Ce n’est pas le mot estropiée, comme on pourrait le croire, mais le vieux français que Ménage recommandait à la place de celui en usage aujourd’hui.
Il faut dire, écrivait-il, de la poirée et des nentilles avec les Parisiens et non pas des bettes et des lentilles avec les Angevins. » On lit dans la Chanson de la cane : « Toutes espèces de légumes comme fèves, pois, nentilles. » En dépit de Ménage, la prononciation des Angevins a prévalu.

Néo-catholique, néo

Larchey, 1865 : « Je passai ensuite en revue les diverses sectes de néo-chrétiens dont Paris était inondé. Il y avait les néo-chrétiens du journal l’Avenir, les néo-chrétiens de M. Gustave Drouineau, les néo catholiques et une foule d’autres, tous possédant le dernier mot du problème social et religieux. » — L. Reybaud, 1843.

Nep

Larchey, 1865 : Voleur brocantant de fausses décorations (Vidocq).

Virmaître, 1894 : Rastaquouère vendant aux imbéciles des décorations exotiques (Argot des voleurs).

France, 1894 : Brocanteur de faux bijoux.

Hayard, 1907 : Intermédiaire pour la vente de décorations.

Neps

Delvau, 1866 : s. m. pl. Nom d’une certaine catégorie de voleurs Israélites qui, dit Vidocq, savent vendre très cher une croix d’ordre, garnie de pierreries fausses.

France, 1894 : Décorations, croix, surtout les ordres étrangers.

Saluez, voici la glorieuse phalange des vendeurs de neps.

(Hogier-Grison, Le Monde où l’on flibuste)

Neque mittatis margaritas vestras ante porcos

France, 1894 : « Ne jetez pas vos perles devant les pourceaux. » Locution tirée de saint Matthieu. Ne perdez pas votre savoir et votre peine à essayer d’instruire des imbéciles.

Neque semper arcum tendit Apollo

France, 1894 : « Apollon n’a pas toujours son arc tendu. » On n’est pas toujours prêt pour l’œuvre d’amour.

Nerf

d’Hautel, 1808 : Tirer le nerf. S’échapper, s’évader, s’esquiver, s’enfuir, disparoître ; se retirer à petit bruit ; se débarrasser d’une mauvaise affaire ; éviter une fâcheuse rencontre.

Delvau, 1864 : Le membre viril, qui est en effet tout nerf dans l’ardeur vénérienne.

Il me troussa incontinent et, sans parler, me renversa là sur le lit, me le fit là sur-le-champ et me fit tater son gros nerf, qui était extrêmement dur.

Mililot.

Nescio vos

France, 1894 : « Je ne vous connais pas. » Latinisme.

Le Nescio vos, cette formule familière que Marinette elle-même jette avec une brusquerie comique au nez de Gros-René, n’est autre chose que le mot des vierges sages reniant les vierges folles et leur fermant leur porte.

(Édouard Fournier, L’Esprit des autres)

Nescit vox missa reverti

France, 1894 : « Parole échappée ne peut être reprise. » Aphorisme tiré de l’Art poétique d’Horace.

Net

Fustier, 1889 : Dans le langage des ouvriers, atelier net, atelier que des ouvriers mettent en interdit et où ils défendent à leurs camarades d’aller travailler.

Net (atelier)

France, 1894 : Atelier mis à l’index par les ouvriers qui empêchent leurs camarades d’aller y travailler.

Net comme torchette

Delvau, 1866 : adj. Se dit, — dans l’argot du peuple, — des choses ou des gens excessivement propres.

France, 1894 : Chose excessivement propre ; argot populaire ; en quoi l’argot populaire fait erreur. Net comme torchette est une corruption de net comme torchon, qui s’employait dans un sens ironique pour désigner une chose très sale, comme l’est souvent un torchon. On en trouve un exemple, cité par Charles Nisard, dans la Nouvelle Fabrique des excellents traits de vérité de Philippe d’Alerippe :
« Je ne souhaiteray autre chose sinon que je souhaite que nostre veau guarisse des dartres tous ceux qui luy mettront le doigt au trou du cu… Ce qui advint, comme depuis on l’a vue par expérience de plusieurs ayant des dartres, eux retourner dudit veau, après avoir fiché leur doigt au trou du cu, clairs et nets comme torchons. »

C’était elle qui le faisait vivre, qui le soignait tendrement, qui l’établissait, chaque matin, dans son fauteuil, avec du linge blanc, net comme torchette, et qui entretenait chez lui l’illusion d’être un bourgeois, un homme établi.

(François Coppée)

Net comme un denier

France, 1894 : Non pas pour dire que le denier soit fort net, car au contraire, comme il passe par les mains de toutes sortes de gens, il est sale d’ordinaire, mais cela s’entend d’un compte clair, limpide et exact.
On emploie cette expression figurativement :

C’est la parfaite Deiopée,
Un vrai visage de poupée :
Au reste on ne le peut nier,
Elle est nette comme un denier ;
Sa bouche sent la violette
Et point du tout la ciboulette.

(Scarron, Virgile travesti)

Nettoyage

France, 1894 : Perte de tout son argent au jeu ou ailleurs.

Nettoyante

M.D., 1844 : Une brosse.

Nettoyé

La Rue, 1894 : Jugé, perdu sans ressources. Volé. Ruiné.

Virmaître, 1894 : N’avoir plus rien, être absolument à sec. Nettoyé, être à l’agonie, se sentir mourir.
— Le médecin m’a dit que j’étais nettoyé (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Être bien malade près de la mort. Nettoyé veut aussi dire : ne plus rien posséder.

Nettoyé (être)

France, 1894 : Mourir.

Je ne m’attardai pas à imiter la femme de Loth. Au contraire, je me mis à marcher avec la plus grande rapidité, afin de me réchauffer, redoutant, après avoir échappé aux Versaillais, à la noyade et aux balles, d’attraper une bonne fluxion de poitrine, qui m’aurait tout aussi bien nettoyé.

(Sutter-Laumann, Histoire d’un Trente sous)

Nettoyer

d’Hautel, 1808 : Nettoyer un homme sans vergette. Le rosser, le battre avec un bâton ; le maltraiter, l’étriller d’importance.

M.D., 1844 : Donner une roulée.

un détenu, 1846 : Voler de fond en comble, dévaliser quelqu’un.

Halbert, 1849 : Voler ou achever quelqu’un.

Larchey, 1865 : Ruiner, voler. V. Lavage.

Delvau, 1866 : v. a. Voler ; ruiner, gagner au jeu ; dépenser ; battre, et même tuer, — dans l’argot des faubouriens. Se faire nettoyer. Perdre au jeu ; se laisser voler, battre ou tuer.

Rigaud, 1881 : Battre, renverser à coups de poing. Prendre de force la place de quelqu’un, le chasser d’un endroit. — Ruiner. Nettoyer un établissement, faire faire faillite à son propriétaire. Nettoyer la monnaie, manger l’argent de la paye, — dans le jargon des ouvriers. — Nettoyer les plats, ne rien laisser dans les plats. — Nettoyer ses écuries, se curer le nez.

La Rue, 1894 : Voler. Ruiner. Gagner au jeu. Dépenser. Battre. Tuer.

France, 1894 : Dépenser, dissiper.

— De la jolie fripouille, les ouvriers ! Toujours en noce… se fichant de l’ouvrage, vous lâchant au beau milieu d’une commande, reparaissant quand leur monnaie est nettoyée.

(Émile Zola, L’Assommoir)

France, 1894 : Vider, rendre net. Nettoyer une poche, voler tout ce qu’elle contient ; nettoyer un plat, manger entièrement ce qui y était servi. Faire plat net.

Nettoyer les lucarnes

Fustier, 1889 : Dessiller les yeux.

Ô Mentor, vous me nettoyez les lucarnes, s’écria Idoménée.

(Les mistouf’s de Télémaque.)

France, 1894 : Désiller les yeux de quelqu’un ; lui faire voir ce qu’il ne soupçonnait pas.

La petite soubrette fit tant qu’elle nettoya les lucarnes du baron et lui fit voir clair comme le jour qu’il était archi-cocu.

(Les Propos du Commandeur)

Nettoyer un bocart

Fustier, 1889 : Piller une maison.

France, 1894 : Piller une maison.

Nettoyer un plat

Delvau, 1866 : v. a. Manger ce qu’il contient, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Torcher un plat.

Neuf

d’Hautel, 1808 : Faire le balai neuf. Voyez Balai.
Il est neuf, il durera trop long-temps. Se dis d’un nigaud, d’un sot, d’un stupide.
Un habit tout battant neuf. Un habit qui sort de l’ouvrier.
Faire un corps neuf. Pour, rétablir sa santé après une longue maladie.

Neuf (être dans son)

France, 1894 : Se dit d’une femme qui est dans le neuvième mois de sa grossesse, ou d’un malade qui entre dans le neuvième jour de sa maladie.

Neuf de campagne

Fustier, 1889 : Argot de joueurs. Procédé peu délicat employé par le ponte vis-à-vis du banquier et que dévoile ainsi M. Carle des Perrières dans son livre : Paris qui triche. (V. Minerve.)

Dans sa poche il (le ponte) a son neuf tout prêt ; valet de pique, neuf de cœur ; rien n’est plus simple. Lorsque la main arrive à son tour, le neuf de campagne est extrait de sa poche pour passer dans sa main gauche ; le banquier donne les cartes ; le ponte s’en empare comme c’est son droit et sous prétexte d’empêcher ses voisins de voir son point, parce que, dit-il, cela lui porte la guigne, il fait disparaître les deux cartes qu’on vient de lui donner dans ses deux mains rapprochées ; il substitue son valet de pique et son neuf de cœur aux deux cartes qu’il a reçues et abat sur le tapis un magnifique neuf de campagne…

France, 1894 : Paysan nouvellement arrivé à la ville.

France, 1894 : Neuf de carte que dissimule un grec pour le jouer an moment opportun.

Après douze neufs de campagne
Prudemment fais donc charlemagne.

(Hogier-Grison, Maximes des tricheurs)

Neuille

Hayard, 1907 : Nuit.

Neurasthénie

France, 1894 : Maladie nerveuse qui est chez l’homme ce qu’est l’hystérie chez la femme. Elle résulte du surmenage du système nerveux, des excitations violentes, et des excès de toutes sortes. Néologisme formé du grec neuron, nerf.

Nevers (nez creux de)

France, 1894 : Sobriquet donné aux habitants de cette ville. On le donnait également à ceux d’Auvers, village près de Pontoise : « Il est d’Auvers, il a le nez creux. »

Névrosysme

France, 1894 : Surexcitation maladive de nerfs occasionnée par le surmenage de la vie moderne, production à outrance, pour les intellectuels, dépense cérébrale et physique, excès de fatigue par le travail ou par les plaisirs, et plus souvent les deux à la fois. Ce genre d’affection n’est pas nouveau, mais il n’a jamais été si répandu.
Ne pas confondre ce néologisme avec la névrose. Les femmes sont plus que les hommes sujettes au névrosysme.

Sous le règne de la patache, on avait du muscle ; sous le règne de la vapeur, on avait du sang ; sous le règne de l’électricité, l’on n’aura plus que des nerfs. Il faut se méfier du nérvosysme ; c’est un jouisseur effréné qui produit peu et tue beaucoup.

(Dr Augustin Galopin)

Nez

d’Hautel, 1808 : Nez de betterave. Gros nez enluminé, comme l’est ordinairement celui d’un ivrogne.
Nez fleuri. Pour dire, bourgeonné, plein de boutons, causés par la débauche de vin.
Cela ne paroît pas plus que le nez du milieu du visage. Pour dire qu’une chose est très-ostensible.
Heureux comme un chien qui se casse le nez. Pour dire qu’un homme n’a pas de bonheur ; que rien ne lui réussit.
Ce n’est pas pour ton nez. Pour, ce n’est pas pour toi.
Il a un pied de nez. Pour, il est confus, il est honteux de n’avoir pas réussi.
Saigner du nez. Se dédire, reculer dans une affaire de cœur, lâcher le pied, faire le poltron ; se retirer honteusement.
Tirer les vers du nez. Interroger quelqu’un finement ; sonder sa pensée ; lui faire avouer, ou découvrir son dessein.

Delvau, 1864 : Le vit ; — que l’on juge d’après le nez : plus il est fort, mieux il se fait sentir.

Ah ! quel nez (bis)
Tout l’ monde en est étonné.

Guinard.

Belles, jamais ne prenez
Ceux qui n’ont pas un grand nez.

Collé.

Grand nez, grand vit, dit un vieux proverbe.

Œil étincelant,
Doigt vif et galant,
Nez de bon augure
Et bonne figure.

Dauphin.

Delvau, 1866 : s. m. Mauvaise humeur. Faire son nez. Avoir l’air raide, ennuyé, mécontent.

Delvau, 1866 : s. m. Finesse, habileté, adresse. Avoir du nez. Flairer les bonnes affaires, deviner les bonnes occasions. Manquer de nez. N’être pas habile en affaires.

La Rue, 1894 : Mauvaise humeur. Faire son nez, bouder. Avoir du nez, flairer les bonnes occasions. Se piquer le nez, se griser.

Nez (avoir dans le)

Delvau, 1866 : v. a. Détester une chose ou quelqu’un. C’est le Ne pouvoir sentir de l’argot des bourgeois.

France, 1894 : Détester quelqu’un, ne pouvoir le sentir. Expression figurée fort expressive.

Le gros capitaine harcelait partout la petite, dans la salle quand ils étaient seuls, dans les escaliers, dans le corridor et jusque dans la cuisine. Il cherchait à la pincer, à lui prendre la taille, le menton, tout ce qu’il pouvait. Il ne se décourageait pas malgré sa résistance et les rebuffades dont elle l’accablait : « Non, non ! criait-elle, laissez-moi tranquille, je ne veux pas de vous, je vous abomine, je vous ai dans le nez.

(Les propos du Commandeur)

C’est pas qu’j’ay l’cœur à la tendresse,
Mais j’suis jaloux. Vous comprenez :
Ej’ veux pas qu’on r’trouss’ ma gonzesse,
V’là pourquoi qu’j’ai Polyt’ dans l’nez.

(Aristide Bruant)

Nez (avoir du)

Rigaud, 1881 : Pressentir les bonnes occasions, arriver aux bons moments. On dit également : Avoir le nez creux.

France, 1894 : Être habile, avoir de l’intuition, de la prévoyance. On dit aussi : avoir bon nez. « Avoir bon nez, dit l’auteur anonyme des lestres proverbes, parus à Lyon en 1654, c’est être prévoyant, prudent, judicieux, ou doué de quelque autre vertu… Les physionomistes qui jugent des passions et affections de l’âme par l’apparence des traits extérieurs, tirent de grands indices de la forme du nez. Ils disent que ceux que ont le bout du nez grêle sont prompts et colères ; ceux qui l’ont plein et retroussé comme les lions et les dogues sont forts et présomptueux ; ceux qui ont le nez long, grêle et aigu, de même ; ceux qui l’ont gros et plat sont réputés méchants ; les nez penchants sont indice d’honnéteté ; les droits, de basserie et de babil ; les aigus, de colère ; les gros, de volupté ; les camus, de paillardise et d’impudence ; les courts, de dol et de rapine ; les ronds et estoupés, de stupidité, de bêtise et de fureur ; les tortus de confusion, de trouble d’esprit ; les aquilins, de magnificence et d’une nature excellente, etc. Par allégorie, tons ceux qui par prudence prévoyent les choses et y pourvoient sagement soit dits avoir bon nez par comparaison avec les chiens qui conjecturent et connaissent par le moyen de l’odorat où ils doivent tirer. »
Il faut avoir du nez pour estre pape, dit un proverbe du XVIe siècle.
Lavater a depuis longtemps apporté de nouvelles éclaircies et condensé ce fatras. « Un beau nez ne s’associe jamais avec un visage difforme, dit-il : on peut être laid et avoir de beaux yeux, mais un nez régulier exige une heureuse analogie des autres traits. Aussi voit-on mille beaux yeux contre un seul nez parfait. Un beau nez suppose toujours un caractère excellent et distingué. » Aquilin, en bec d’aigle, il dénote la force et le courage ; évasé, refrogné au bout, l’ironie et l’hilarité.
Le gros nez est très répandu parmi les épiciers, les bourgeois, les boursiers et les maquignons.
Le gros nez finissant en poire appartient aux marchands heureux et aux hommes en place.
Le gros nez boursouflé, aux limonadiers, aux maitres d’hôtel et aux valets de chambre.
Le gros nez bourgeonné, aux campagnards et aux ivrognes.
Le nez mince, sec, difforme, dénote la peur ou la lâcheté.
La narine étroite, nacrée, diaphane indique a volupté.
Chez les femmes, cette narine accompagne une tête mutine, un minois provocant.
La narine large dénonce le travail acharné dès l’enfance.
Celui qui a des excroissances de chair sur le nez est de caractère sanguin ou lymphatique, mais, dans les deux cas, s’emporte facilement.
Enfin, celui dont le nez s’attache au front par une ligne très courbe est presque toujours excentrique et tant soit peu disposé à la folie.

Nez (avoir un)

France, 1894 : Être désappointé.

Le petit cornichon de lieutenant en avait un nez quand il a vu lu donzelle qu’il chauffait depuis une heure filer avec le sergent-major !

(Les Joyeusetés du régiment)

On dit dans le même sens : faire un nez.

On se mouilla encore d’une tournée générale ; puis on alla la Puce qui renifle, un petit bousingot où il y avait un billard. Le chapelier fit un instant un nez parce que c’était une maison pas très propre. Le schnick y valait un franc le litre.

(Émile Zola, L’Assommoir)

Nez (ce n’est pas pour ton) !

Delvau, 1866 : Ce n’est pas pour toi. On dit aussi : Ce n’est pas pour ton fichu nez ! On trouve cette expression dans Mathurin Régnier (Satyre XIII) :

Ils croyent qu’on leur doit pour rien la courtoisie,
Mais c’est pour leur beau nez.

dit la vieille courtisane à une plus jeune qu’elle veut mettre en garde contre les faiblesses de son cœur.

Nez (faire son)

Larchey, 1865 : Montrer son désappointement.

Nous nous sommes payé le billard, j’en ai rendu vingt-cinq de trente à Lahure, qui faisait un nez aussi long que sa queue de billard.

Voizo, Ch.

Rigaud, 1881 : Bouder, être désappointé. — Se piquer le nez, se griser. — Avoir quelqu’un dans le nez, détester quelqu’un. Montrer le bout de son nez, faire acte de présence, s’esquiver après une très courte apparition.

France, 1894 : Paraître de mauvaise humeur.

La fille de la mère Baptiste, celte petite rosse d’Irma, faisait son nez toute la semaine parce que la gargotière ne voulait pas la laisser sortir le dimanche avec son galant.

(Les Propos du Commandeur)

Nez (prendre dans le)

Rigaud, 1881 : Réprimander, faire des observations ; variante de moucher. — Se faire prendre dans le nez, s’attirer des observations.

Nez (se piquer le)

France, 1894 : S’enivrer.

Lui se piquait le nez proprement, sans qu’on s’en aperçût… Le zingueur, au contraire, devenait dégoûtant, ne pouvait plus boire sans se mettre dans un état ignoble.

(Émile Zola, L’Assommoir)

On dit aussi mettre son nez dans le bleu.

Nez creux (avoir le)

Delvau, 1866 : v. a. Avoir le pressentiment d’une chose, d’un événement ; flairer une bonne occasion, une bonne affaire. Signifie aussi Arriver quelque part juste à l’heure du dîner. On dit aussi Avoir bon nez.

France, 1894 : Avoir de la perspicacité. Les nez creux ont plus de capacité que les autres et pour le vulgaire ils doivent flairer davantage et, comme les bons chiens, sentir de loin. Voir Nevers.

La gamine virait et tournait autour du vieux commandant ; elle savait qu’il avait toujours le gousset garni non de pastilles de chocolat ou de tablettes de sucre d’orge dont elle n’avait cure, mais de jolies piécettes d’argent qu’ardemment elle convoitait. Elle avait déjà le nez creux.

(Les Propos du Commandeur)

C’est un riche armateur du Havre ;
Sa fille unique eut le nez creux,
Un gas, fin matelot, voilà son amoureux !
Mais le père, que cela navre,
Lui dit : « Ton choix n’est pas heureux,
Je ne veux pas d’un gendre aussi gueux qu’un cadavre. »

(Jean Richepin)

Nez culotte

Rossignol, 1901 : Nez rouge.

Il n’a pas le nez culotté de sucer de la glace.

Nez culotté

Virmaître, 1894 : Nez d’ivrogne. Dans le peuple on dit :

— Si on lui pressait le piton il en sortirait du vin.

Le nez culotté a été célébré par Ch. Colmance :

Un nez culotté ;
Piquante parure,
Gracieuseté
De dame nature.
Heureux l’effronté doté
D’un nez culotté.

Il y a des nez culottés qui coûtent plus cher que s’ils étaient en or (Argot du peuple).

Nez dans lequel il pleut

Delvau, 1866 : s. m. Nez trop retroussé, dont les narines, au lieu d’être percées horizontalement, l’ont été perpendiculairement. C’est le Nez en as de treuffle de Rabelais.

Nez de chien

Rigaud, 1881 : Mélange de bière et d’eau-de-vie.

France, 1894 : Mélange de bière et d’eau-de-vie, ce qui procure une prompte intoxication ; aussi dit-on, pour : être ivre, avoir le nez de chien.

Nez du pape

France, 1894 : Le croupion d’une volaille, le bonnet d’évêque. Les Anglais disent parson’s nose, le nez du curé.

Nez en pied de marmite

Rigaud, 1881 : Nez court et gros du bout.

France, 1894 : Nez court et gros.

Rossignol, 1901 : Nez retroussé.

Nez où il pleut dedans

Rigaud, 1881 : Nez à la Roxelane. « Pour un peu plus on y verrait la cervelle », dit le peuple, en parlant de ces sortes de nez.

Nez passé à l’encaustique

Rigaud, 1881 : Nez auquel l’usage fréquent de la boisson a donné une belle couleur brique-rouge. — On dit aussi un nez qui a coûté cher à mettre en couleur, par allusion au nombre de bouteilles payées au marchand de vin avant d’arriver à la coloration du nez.

Nez qui a coûté cher

Delvau, 1866 : s. m. Nez d’ivrogne, érubescent, plein de bubelettes, qui n’a pu arriver à cet état qu’après de longues années d’un culte assidu à Bacchus. On dit aussi Nez qui a coûté cher à mettre en couleur.

Nez qui a coûté cher à mettre en couleur

Larchey, 1865 : Nez dont la teinte rubiconde atteste que son porteur a payé plus d’une bouteille.

Nez retroussé

Virmaître, 1894 : Nez à narines larges et ouvertes.
— Il va te pleuvoir dans le nez.
— Elle se pleure dans le nez quand elle a du chagrin (Argot du peuple).

Nez sale (avoir le)

France, 1894 : Être ivre. L’ivrognerie engendre la malpropreté, et les ivrognes, généralement peu soucieux de leur personne, bavent dans leur barbe et se mouchent dans leurs moustaches, ce qui a donné lieu à cette expression populaire.

Le chanteur des rues. — Do, mi, sol, do !… Sol ! sol ! sol !… Do, mi, sol, do ! (Bas.) Vieille saleté, qui dit que je suis saoul.
La femme, bas, — Dis donc, tu sais, saleté toi-même !
L’homme, même jeu, — Vrai, faut que tu en aies, du culot, pour aller dire que j’ai le nez sale !… — Do, mi, sol !… Do, mi, sol !… Sol ! sol ! — C’est toujours pas avec ce que tu m’as offert, que je me l’aurais sali, le nez !… — Sol ! sol ! Do, mi, sol ! Do, mi, sol !… Ça y est. — La Cinquantaine, romance. (Bas) Charogne ! (Haut) Premier couplet. »

(Georges Courteline)

Rossignol, 1901 : Ivre.

Nez tourné à la friandise

Delvau, 1866 : s. m. Nez retroussé, révélateur d’une complexion amoureuse, — dans l’argot des bourgeois qui préfèrent Roxelane à la Vénus de Médicis.

France, 1894 : Nez retroussé. Cette sorte de nez révèle, suivant les physionomistes, une complexion amoureuse. « La belle Roxelane avait le nez tourné à la friandise. »

Nez tourné à la friandise comme Saint-Jacques de l’Hôpital

France, 1894 : Cette vieille locution maintenant hors d’usage vient de ce que le portal de l’église Saint-Jacques-de-l’Hôpital à Paris faisait face à la rue aux Oues ou Oyes qui était pleine de rôtisseurs et dont la dure oreille populaire consacrée par l’ignorance municipale a fait la rue aux Ours.

Nez-de-chien

Delvau, 1866 : s. m. Mélange de bière et d’eau-de-vie, — dans l’argot des faubouriens. Avoir le nez de chien. Être gris, — parce qu’on ne boit pas impunément ce mélange.

Ni vu ni connu, j’t’embrouille !

Delvau, 1866 : Exclamation de l’argot du peuple, qui signifie : Cherchez, il n’y a plus rien.

Ni vu, ni connu, je t’embrouille

France, 1894 : Locution populaire indiquant que la chose qu’on raconte s’est passée si rapidement qu’on n’y a rien vu ni rien compris.

— Douc’ment,
Dit l’amant
Qui guettait l’moment,
Faut qu’enfin l’chap’let s’débrouille ;
C’est moi qu’a tout fait,
Grâc’ pour mon objet,
Sinon, j’ai là ma patrouille…
— Mon Dieu, comme il ment !
Dit la pauvre enfant ;
Ni vu ni connu, j’t’embrouille.

(Désaugiers, La Vestale)

Niais

d’Hautel, 1808 : Il n’est pas niais. Pour, il ne s’endort pas sur ses intérêts. Se dit de quelqu’un qui fait des offres, des propositions ridicules, pour avoir quelque chose de prix.
Un niais de Sologne. Homme subtil, fin et rusé, qui se trompe toujours à son profit.

Delvau, 1866 : s. m. Voleur qui a des scrupules ; prisonnier qui a des remords de sa faute ou de son crime.

La Rue, 1894 : Moi. Voleur qui se repent.

France, 1894 : Malfaiteur qui se repent, ou qui éprouve des remords ; dans l’argot de ses pareils qui ne se repentent pas.

Niais de Sologne

France, 1894 : Fripon qui fait le sot pour mieux tromper. On trouve dans les vieux dictons :

Les Solognots sots à demi
Qui se trompent à leur profit.

Et dans les Curiosités françaises d’Oudin :

Un fol de Souloigne qui s’abuse à son profit.

Cette expression niais de Sologne est le début des vers adressés avec une épée de bois au poète Saint-Ange, natif de Blois, le traducteur d’Ovide, l’un des écrivains les plus bâtonnés du XVIIe siècle, et qui voulait se venger d’un soufflet :

Petit roi des métis de Sologne,
Petit encyclopédie entier,
De Bébé petit écuyer (1),
Petit querelleur sans vergogne,
Petit poète sans laurier
Au Parnasse petit rentier,
Petit brave, au bois de Boulogne
Tu veux, en combat singulier,
Exposer ta petite troupe :
Eh bien, nous t’armons chevalier.
(1) Bébé était le sobriquet donné à Laharpe.

On dit maintenant dans le même sens : Faire l’âne pour avoir du son.

Nias

Rigaud, 1881 : Pour nière ; moi ; forme nouvelle. Ça c’est pour mon nias, — dans le jargon des rôdeurs de barrière.

France, 1894 : Moi ; argot des voleurs. « C’est pas pour mon nias », ce n’est pas pour moi.

Niasse (mon)

La Rue, 1894 : Moi. Ton niasse, toi.

Nib

Rigaud, 1881 : Silence, — dans le jargon des voleurs. — Nib au truc, pas un mot sur le vol commis, pas de bavardages.

Virmaître, 1894 : Signifie rien. Cette expression n’est pourtant pas toujours prise dans ce sens. Quand on dit : nib de blaire, par exemple, pour qualifier un nez énorme, nib devient synonyme de mince qui veut dire beaucoup (Argot du peuple). N.

France, 1894 : Non, pas, rien ; argot des voyous. Abréviation de nibergue. Bon à nib, paresseux. « Ca fait nib dans mes blots », ça ne me convient pas.
Nib au truc, silence ! Ne me parlez pas de cette affaire.

Comm’ i’r’nouv’laient les dégâts,
On a chauffé nos deux gas
Et sur la place de la Roquette
On à tranché leurs kiki…
Il était p’têt’ fils ed’ marquis,
El’ môme à la gueul’ coquette !…
Polyt’, lui, était qu’biffin ;
Ça fait qu’nib, j’déplor’ la fin
De Polyte
Et d’son acolyte.

(Blédort)

Rossignol, 1901 : Pas, rien. Le vin ne vaut que nib.

Il ne m’a donné que nib.

Un chauve a nib de douilles.

Hayard, 1907 : Rien.

anon., 1907 : Rien.

Nib de braise

Virmaître, 1894 : Pas d’argent.
— Par un bourguignon pareil tu restes à la piaule, allons décanille.
— Nib de braise, les valades sont dégraissées (Argot des voleurs).

France, 1894 : Pas d’argent.

Ça f’sait son blot, malheureus’ment,
On la r’lèv’ pas au régiment :
Nib de braise !
Mais, à Paris, i’fréquentait
Eun’ vieill’ marchand’ de vins qu’était
À son aise.

(Aristide Bruant)

J’suis en plein dans la limonade,
Plus un sou, malade et vanné,
Nib de braise et d’amour,
Voilà ma sérénade !

(Jules Varney)

Nib de naze

France, 1894 : Sot, facile à duper.

C’est en dévalisant la case
D’un’ gerce, un’ gironde à rupins,
Qu’on m’a fait avec Nib’ de naze,
Un monte en l’air de mes copains.
Faut y passer, quoi ! c’est not’ rente,
Aussi, bon Dieu ! j’me plaindrais pas
Si j’avais d’quoi m’boucher la fente,
À Mazas.

Nib de nib

France, 1894 : Rien de rien.

Y en a des tas qui sont des salauds :
grands, moyens, p’tits, gros, gras, maigres,
I’s font des métiers… j’fous pas d’ça,
Moi j’fous nib ed’ nib, ej’ suis pègre.

(Aristide Bruant, Dans la rue)

Nib de pèze

France, 1894 : Pas d’argent.

Charrieur qui sort d’être malade,
Qu’a nib de pèze dans ta valade…
Pour mettre un pante en charida,
Rebouine bien l’caillou qu’il a.

(Hogier-Grison, Pigeons et Vautours)

Nib ou Nibergue

Delvau, 1866 : adv. Rien, zéro, — dans l’argot des voleurs. Nib de braise ! Pas d’argent.

Nib, nibergne, niberte, nif

La Rue, 1894 : Rien, pas. Silence ! Faire un nib, faire un vol.

Nib, nibergue

Rigaud, 1881 : Rien ; pas. — Nib de piaule, sans domicile. — Nib de braise, nib de carme, pas d’argent.

Nibe

France, 1894 : Silence !

Nibé

Rigaud, 1881 : Assez, — dans le même jargon.

Hayard, 1907 : Affaire.

Niber

Rigaud, 1881 : Regarder. Nibe la gonzesse, regarde la femme, — dans le jargon des rôdeurs de barrière.

Nibergue

France, 1894 : Rien, non. Anagramme de bernique. On disait autrefois niberne. Argot des voleurs.

— Est-ce que tu coupes dans les rêves, toi ? Quoi qu’ça peut faire des rêves ? Nibergue !

(Mémoires de Vidocq)

Nibergue, niente

Larchey, 1865 : Rien. — Ce dernier est un mot de langue romane. V. Roquefort. — La négation Bernique paraît avoir fourni un anagramme dans Nibergue. V. Litrer.

Niberque

M.D., 1844 : Non.

Niberte

Halbert, 1849 : Non, terme négatif.

Niche

d’Hautel, 1808 : Faire des niches. Faire pièce à quelqu’un, l’agacer, lui jouer de malins tours ; le tourmenter, lui faire de la peine.
La belle niche que tu lui feras. Pour, tu te trompes, si tu crois lui faire de la peine.

France, 1894 : Maison, logis. « Rappliquer à la niche », rentrer chez soi.

Quand qu’all’ rapplique à la niche
Et qu’nous somm’s poivrots,
Gare au bataillon d’la guiche,
C’est nous qu’est les dos.

(J. Richepin, Chanson des Gueux)

Niche (à c’te)

Rigaud, 1881 : Manière aimable et familière de renvoyer quelqu’un. Nos pères disaient : Au chenil.

Niche à seins

Virmaître, 1894 : Corset. Allusion à ce qu’il soutient les forts, augmente le volume des faibles, discipline les vagabonds et protège les égarés (Argot du peuple). N.

Nichée

Delvau, 1866 : s. f. Réunion d’enfants de la même famille, — dans l’argot du peuple.

Nicher

d’Hautel, 1808 : Se nicher. Pour, s’établir dans un lieu, s’enfermer, se cacher.

Delvau, 1866 : v. n. Demeurer, habiter quelque part. Se nicher. Se placer.

Nichet

Delvau, 1866 : s. m. Œuf de plâtre qu’on met dans un nid pour que les poules y viennent pondre.

Nichonnette

Delvau, 1866 : s. f. Drôlesse à la mode, coiffée à la chien. Argot de gens de lettres.

Nichons

Delvau, 1866 : s. m. pl. Seins, — dans l’argot des entants.

Virmaître, 1894 : Les seins.
— Laissez-moi tâter vos jolis nichons.
— Combien qu’tu payes ? (Argot du peuple).

France, 1894 : Seins, appelés ainsi de la double niche qu’ils remplissent dans le corset.

La petite Nadège, protégée depuis peu par un Marseillais, arrive hier très en retard à un grand dîner chez une amie.
Immédiatement une odeur d’ail emplit la salle à manger. Le fard de ces dames se craquèle sur leurs joues.
— Ah ! il t’en fait manger de l’ail, ton Marseillais !
— Qui, moi ? Pas du tout.
— Mais tu ne 1e sens pas !…
— Je vais te dire… Je n’en mange pas, mais il m’en frotte tous les soirs sur mes nichons.

(Le Diable Amoureux)

Un employé d’commerce
En quête d’un emploi
Chez un’ veuve perverse
S’en vint rue du Bouloi ;
C’était un’ négociante
Aux plantureux nichons,
Qui, femme très vaillante,
Gérait ell’-mêm’ son fonds.

(Henri Bachman)

Certains nichons, faits en forme de poire,
Ont un bouton de rose pour tétin ;
D’autres sont ronds avec des tons d’ivoire,
Ou des reflets de soie ou de satin ;
D’autres encore, aussi doux que la plume,
Sont les coussins des ébats folichons,
Enfin, Messieurs, il faudrait un volume
Pour détailler les grâces des nichons.

(Lemercier)

Rossignol, 1901 : Seins.

Hayard, 1907 : Seins.

Nicodème

Delvau, 1866 : s. m. Niais, imbécile. Argot du peuple.

France, 1894 : Sot, benêt.
Ce nom, qui, en grec, signifie vainqueur du peuple, est devenu, comme Nicaise, Nicolas, Grosjean, synonyme de niais, sans doute parce qu’il était porté, ainsi que ces derniers prénoms, par les gens de village. On sait quel est le rôle de l’avocat Nicodème dans le roman de Furetière. L’apprenti marchand Nicaise est connu par les contes de La Fontaine, et Nicolas est célèbre comme niaiserie villageoise dans nombre de chansons.

Elle découragea aussi, mais avec douceur et sans avoir l’air d’y toucher, l’amour timide et respectueux dont brûlait pour elle le fils de l’épicier du no 24.
Il s’appelait Anatole, et, malgré son nez retroussé et son air nicodème, il était plein d’imagination, il ne rêvait que d’explorations lointaines et d’héroïques aventures.

(François Coppée)

Nicodème, nicdouille, nigaudinos

Larchey, 1865 : Nigaud. Le dernier mot vient du nom d’un personnage du Pied de Mouton, féerie de Martinville, 1806.

Vous vous êtes en allé fâché, désespéré, nigaudinos.

Balzac.

Tais-toi donc, nicdouille.

Phys. du Matelot, 1843.

Va t’en, grand nicodème, avec ton air dindon.

Decourcelle, 1832.

Nicolas-j’-t’embrouille !

Delvau, 1866 : Exclamation de défi, — dans l’argot des écoliers.

Nicolet (plus fort que chez)

France, 1894 : Cette expression proverbiale date de 1760, où un danseur du nom de Nicolet fonda le théâtre de la Gaîté, qui devint bientôt le plus fréquenté des théâtres du boulevard du Temple dont il fut, d’ailleurs, le premier en date. On y dansait sur la corde, on y représentait des ballets, on y jouait des pantomimes et des pièces grivoises, et le programme commençait toujours par ces mots : « De plus en plus fort. »

Nid

d’Hautel, 1808 : Pondre au nid d’autrui. Commettre un adultère.
Trouver la pie au nid. Trouver l’occasion favorable ; faire une bonne rencontre.
On dit aussi de quelqu’un qui a été trompé dans une affaire ou dans une spéculation, qu’il a cru trouver la pie au nid.

Nid à poussière

Fustier, 1889 : Nombril.

France, 1894 : Le nombril, dans l’argot du peuple qui n’a pas coutume de se laver souvent autre chose que le visage. Le pante sans nid à poussière est Adam. N’ayant pas eu de mère, il n’a naturellement pas dû avoir de cordon ombilical.

Nid à punaises

Delvau, 1866 : s. m. Chambre d’hôtel garni, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : Chambre ou lit d’hôtel mal tenu.

Nid d’amour

France, 1894 : Échancrure au dos du corsage des femmes ; expression bretonne.

La femme était une brunette, au teint de pêche et aux cheveux crépus. Je lui connus deux toilettes, qui, l’une et l’autre, étaient décolletées par devant de matière à découvrir la naissance d’une gorge dont on pouvait apprécier qu’elle venait très bien au monde ; et, par derrière, le corsage avait, sous la nuque, cette échancrure que l’on nomme en Bretagne : « Nid d’amour. »

(Paul Hervieu)

Nid d’hirondelle

Delvau, 1866 : s. m. Chapeau d’homme, rond et à bords imperceptibles, tel enfin que les élégants le portent aujourd’hui, ou l’ont porté hier.

France, 1894 : On appelait ainsi une sorte de chapeau d’homme à bords très étroits à la mode vers 1860.

Nid d’une souris dans l’oreille d’un chat (c’est le)

France, 1894 : Chose impossible.

— Depuis plus de six mois je la convoitais et passais régulièrement quatre fois par jour, en allant et revenant de notre gargote, sous ses fenêtres, tendant la jambe et faisant de l’œil. Mais gardée comme elle était, par son père, sa mère, deux tantes et trois frères, sans compter les voisines, non seulement lui parler, mais lui passer un simple billet doux me semblait le nid d’une souris dans l’oreille un chat.

(Les Propos du Commandeur)

Nid de la pie

France, 1894 : Le plus haut point de la fortune et des honneurs. Être au nid de la pie, c’est arriver aussi haut qu’on peut monter dans l’échelle sociale. Ce dicton vient de l’habitude des pies de faire leur nid sur les plus hautes branches des grands arbres.

Nid de noirs ou de corbeaux

France, 1894 : Séminaire.

Niente

France, 1894 : Rien, néant ; italianisme ; nieut, en patois béarnais.

France, 1894 : Fille simple, crédule, sans défense. Vieux Français, corruption du latin nihil, rien.

Nière

un détenu, 1846 : Imbécile, idiot, niais.

Delvau, 1866 : s. m. Individu quelconque, — dans l’argot des voleurs. Bon nière. Bon vivant, bon enfant. Mon nière bobéchon. Moi.

Rigaud, 1881 : Maladroit. — Individu, particulier. — Mon nière, moi, — dans le jargon des voleurs.

Rigaud, 1881 : Complice, — dans le jargon des voleurs. — Un complice est un autre soi-même. — Manger son nière, dénoncer son complice. — Cromper son nière, sauver son complice. Nière à la manque, complice sur lequel on ne doit pas compter.

La Rue, 1894 : Complice. Un individu quelconque. Maladroit. Nière à l’estorgue, complice peu sûr.

Virmaître, 1894 : Homme quelconque, lui.
— Le gonce a rudement le trac pour son nière.
On dit aussi : mon nière bobéchon pour moi. Bobéchon, ici, fait double emploi (Argot des voleurs).

France, 1894 : Complice. Manger son nière, dénoncer un complice. Cromper son nière, sauver son complice. Nière à la manque, complice sur lequel on ne peut se fier. Se dit aussi d’un maladroit.

N’affranchis jamais un nière,
Il repasserait ta messière.

(Hogier-Grison, Maximes des tricheurs)

Rossignol, 1901 : Moi, lui. Mon nière, moi ; son nière, lui.

Hayard, 1907 : Passant, individu.

Nière (mon)

France, 1894 : Moi.

Nierg

un détenu, 1846 : Soi seul.

Nif

Virmaître, 1894 : Non (Argot des voleurs).

France, 1894 : Rien ; corruption du bas allemand nix. Argot des voleurs.

Hayard, 1907 : Non.

Nifer

France, 1894 : Cesser.

Niffer

France, 1894 : Se taire.

Niffer (en avoir)

France, 1894 : N’en plus vouloir ; en avoir assez, renoncer.

À Auteuil ej’ faisais l’bonn’teau,
Mais c’est maint’nant eun’ sale affaire
Et j’ai plaqué l’flanch’ subito
Depuis qu’eun’ fois je m’suis fait faire,
J’en ai niffé des jeux d’argent :
On est trop filé d’la r’naclette…
Aujourd’hui je m’fais presque autant
En f’sant masser ma gigolette !

(E. Blédort)

Nifler

France, 1894 : Péter. Argot populaire ; abréviation de renifler. Quand les ouvriers lâchent un vent, ils ont coutume, du moins dans nombre d’ateliers, de dire à leurs voisins : « Rentile ça ! » Nifler dans son culbutant.

Nigaud

d’Hautel, 1808 : Un grand nigaud. Un sot, un niais, un hébêté.
On dit dans le même sens, au féminin, une grande nigaude.

Nigauderie

d’Hautel, 1808 : Niaiserie, sottise, bagatelle, frivolité, bibus.

Nigaudinos

Delvau, 1866 : s. m. Imbécile, nigaud, — dans l’argot du peuple, qui se souvient du Pied de Mouton de Martainville.

France, 1894 : Sot, simple, benêt.

Nigousse

France, 1894 : Conscrit. Argot militaire ; corruption de nigaud.

Le conscrit pousse la porte.
Et aussitôt il s’arrête, immobile d’étonnement. Une vingtaine d’anciens bondissent à cloche-pied par-dessus les lits, où d’autres, étendus, la tête sous un bras, fumotent, les yeux fermés, de longues pipes noires. Un grand barbu, que les camarades appellent « l’ordonnance », nettoie son fusil et siffle un air de chasseur. Trois jeunes brossent leurs godillots, le pied sur un banc, une serviette sur l’épaule. Il y a dans l’air de cette chambre de la nicotine et des jurons. Le grand barbu voit entrer le conscrit, et pose à terre la gueule de son Lebel.
— Tiens, un nigousse !

(George d’Esparbès)

Les pomm’s de terre pour les cochons,
Les épluchur’s pour les Bretons
À la nigousse, gousse, gousse.

(Chanson de caserne)

Nigro notanda lapillo

France, 1894 : « À marquer d’une pierre noire, » Expression proverbiale venue des Romains qui désignaient ainsi les jours néfastes. Les jours heureux étaient marqués d’une pierre blanche : albo notonda lapillo.

Niguedouille

Delvau, 1866 : s. m. Imbécile, nigaud, — dans l’argot des faubouriens. C’est une des formes du vieux mot français niau, — le nidasius de la basse latinité, — dont nous avons fait niais. Gniolle — qu’on devrait écrire niolle, mais que j’ai écrit comme on le prononce — a la même racine.

Rigaud, 1881 : Nigaud.

La Rue, 1894 : Imbécile.

France, 1894 : Nigaud, sot, naïf. Quelques auteurs écrivent niquedouille.

Sur les champs de courses, l’État a fait construire des baraquettes où les niquedouilles viennent engloutir leur pognon.
L’État — honorable filou — prélève, sur les paris, tant pour ceci, tant pour cela et distribue le moins possible aux gagnants.
Il est donc facile de comprendre que, si les jobards qui engagent leur douille dans ces baraquettes de bandits ne renouvelaient pas leurs provisions de galette, grâce à leur turbin, un moment viendrait — et vite, nom de dieu ! où leur porte-braise aurait été vidé, jusqu’au dernier centime, dans la caisse du Paris Mutuel.

(Père Peinard)

Nihil est sub sole novum

France, 1894 : « Rien de nouveau sous le soleil. » Dicton tiré de l’Ecclésiaste.

Nihilisme

France, 1894 : Nom très moderne comme la secte qu’il désigne. Il fut inventé et mis à la mode par le romancier Tourgueneff.

Dans le principe, ce terme fut employé avec une pensée de mépris, mais comme il est arrivé si souvent, le parti l’a fait sien, avec orgueil… Le véritable nihilisme fut un mouvement philosophique et littéraire, qui remonte aux premières années de la libération des serfs et se développe de 1860 à 1870. Aujourd’hui il est absolument terminé… Le nihilisme fut un effort pour affranchir l’homme intelligent de toute dépendance et, corollaire naturel, les classes laborieuses de tout esclavage.
Le principe fondamental du nihilisme proprement dit fut l’individualisme absolu. C’était la négation, au moins de la liberté individuelle, de toutes les obligations imposées à l’individu par la société, la famille, la religion. Le nihilisme fut une réaction puissante et passionnée, non pas contre le despotisme politique, mais contre le despotisme moral qui pèse sur la vie privée, intime de l’individu.

(Stepniak, La Russie souterraine)

Nihiliste

France, 1894 : Révolutionnaire russe qui veut à tout prix le bonheur des autres et n’hésite pas à lui sacrifier le sien et même sa vie. Il date de 1871 ; ne pas le confondre avec le nihiliste qui l’a précédé et exercé une influence considérable sur la littérature et les mœurs de 1860 à 1870. L’ancien nihiliste qui reconnut la femme l’égale absolue de l’homme plaçait son bonheur dans un idéal de vie « raisonnable et réalistes » ; l’idéal du nouveau est une vie de souffrance et une mort de martyr.

Et pourtant, dit l’auteur de la Russie souterraine, la fatalité a voulu que les premiers, enfermés dans leur propre pays n’aient pas laissé de nom en Europe, tandis que les autres, après avoir acquis une renommée de terreur, ont été baptisés du nom de ces prédécesseurs inconnus.

Si l’antagonisme des classes existait en Russie comme chez nous, les nihilistes auras vraiment beau jeu ! Mais il n’y a pas de classes rivales dans l’empire des tsars. Jamais les divers groupes qui forment la société russe ne sont entrés en lutte les uns contre les autres. Il n’y a que les différences de situation sociale des individus.

(Victor Tissot, La Russie et les Russes)

Nil admirari

France, 1894 : « Ne s’étonner de rien » ; locution latine tirée des Épodes d’Horace.

Nil medium est

France, 1894 : « Il n’y a pas de milieu. » Il faut en passer par là. Se dit aux personnes obligées de choisir entre deux choses pénibles ou désagréables.

Nil novi sub sole

France, 1894 : « Rien de nouveau sous le soleil. » Variante de la pensée de Salomon, dans l’Ecclésiaste : Nihil est sub sole novum.

Ningle

Fustier, 1889 : Fille publique.

Les souteneurs… se réjouissent de voir les jours diminuer et par conséquent les nuits augmenter, double avantage pour les fils de Neptune et leurs ningles.

(Estafette, 1882.)

Nini

Delvau, 1866 : Diminutif caressant d’Eugénie. On dit aussi Ninicbe.

Nini, c’est fini

Larchey, 1865 : Formule négative, dont on épelle pour ainsi dire le premier mot.

Ne me parlez plus de rien…, n, i, ni, fini.

Rousseliana, 1805.

N, i, n, i, c’est fini, plus de Malvina.

L. Reybaud.

Nini, niniche

Larchey, 1865 : Mot d’amitié. Diminutif d’Eugénie.

Quand maman aime bien petit papa, elle appelle petit papa ma niniche.

Gavarni.

Niole

Delvau, 1866 : s. m. Chapeau d’occasion, — dans l’argot des marchandes du Temple.

Nioleur

Delvau, 1866 : s. m. Chapelier.

Niolle

Rigaud, 1881 : Chapeau retapé, vieux chapeau d’homme. — Niolleur, marchand de vieux chapeaux retapés.

Rigaud, 1881 : Niais, maladroit, imbécile. — Bougre de niolle.

La Rue, 1894 : Chapeau retapé.

France, 1894 : Sot, simple, niais, homme sans consistance ; du vieux français niau, corruption du bas latin nidassius.

— Vous comprenez que je n’étais pas si niolle de donner mon nom pour me faire nettoyer par vos rousses.

(Mémoires de Canler)

On écrit à tort gniole.

France, 1894 : Vieux chapeau ; probablement de niolle, personne sans fermeté, sans consistance ; un vieux chapeau a généralement perdu la sienne.

Niolle, niolleur

Larchey, 1865 : « Un niolle est un chapeau d’homme retapé. Les niolleurs sont les marchands de vieux chapeaux. » — Mornand.

Niolleur

France, 1894 : Marchand de vieux chapeaux.

Un vieux niolleur, juif crasseux à face patibulaire, lançait d’un accent fortement germanique ses appels dans les cours : Jabeaux ! Jabeaux !

(Les Propos du Commandeur)

Niort

France, 1894 : Aller à Niort, nier, mentir.

Va, lorsque t’es ballon à Niort
Si tu jaspinais, t’aurais tort.

(Hogier-Grison)

Ce jeu de mot est ancien, car on le trouve dans les proverbes en rimes du XVIIe siècle :

À Niort qui veult aller
Faut qu’il soit sage à parler.

On dit aussi prendre le chemin de Niort.
Autres jeux de mots sur des noms de localités et que l’on pourrait appeler calembours géographiques :
Faire passer par la voie d’Angoulême, avaler (goule, bouche, gosier).
Avoir besoin d’aller à Argenton, avoir besoin d’argent.
Aller à Cracovie, mentir, inventer des histoires (de craque, menterie, hâblerie).
Aller à Crevant, mourir, Crevant est le nom d’un petit bourg qui se trouve à trois lieues de la Châtre, et les gens de la campagne voisine ont l’habitude de dire, en parlant d’une personne qui se meurt ou qui est morte : Elle va ou elle est allée à Crevant.
Partir à Dormillon. Dormillon, nom de localité, domaine près d’Issoudun et dont le nom est passé en proverbe dans la langue facétieuse des vignerons. « Le v’là parti à Dormillon », quand on voit quelqu’un se laisser aller au sommeil. De dormeille, envie de dormir et diminutif de sommeil.
Aller à Turin, plaisanterie populaire à Issoudun qui se dit de tout mauvais chasseur. Jeu de mot : Turin, tue-ren (ren, rien, se prononce rin).
Aller à Versailles, verser, en parlant d’une voiture et des personnes qu’elle contient.

Niort (aller à)

Larchey, 1865 : Nier. — Jeu de mots. — V. Flacul.

Je vois bien qu’il n’y a pas moyen d’aller à Niort.

Canler.

Rigaud, 1881 : Nier. — Envoyer à Niort, refuser quelque chose, — dans le jargon des voleurs.

Quoique je prisse toujours le chemin de Niort.

(Aventures burlesques.)

anon., 1907 : Nier.

Niorte

Delvau, 1866 : s. f. Viande, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Viande (Argot des voleurs). V. Crigne.

France, 1894 : Viande ; argot des voleurs.

Nippard

France, 1894 : Élégant, bien mis ; littéralement, bien nippé ; argot du Borda.

— Hé, comme te voilà nippard ! Où vas-tu donc, matelot ?
— On va faire risette à sa petite Paimpolaise.
— Bon. T’as pas besoin pour ça de coller ton trente et un : le costume d’Adam suffit.

Nippé

Virmaître, 1894 : Bien habillé.
— J’avais plus rien, les requins m’avaient bazardée pour payer mon probloque j’ai dégotté un miché qui m’a renippée, à présent je suis rupine je peux trimarder (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Habillé. Celui qui est bien habillé est bien nippé.

Nippe-mal

France, 1894 : Mal vêtu ; argot populaire.

Nipper

d’Hautel, 1808 : Être bien nippé. Pour avoir beaucoup de hardes ; avoir un grand nombre de vêtemens.

France, 1894 : Passer un brillant examen ; argot de l’École navale.

Nippes

Rossignol, 1901 : Vêtements.

Nique

d’Hautel, 1808 : Faire la nique. Se moquer de quelqu’un, le tourner en ridicule, le braver ; lui faire connoître qu’on se soucie peu de lui.
Les mots terminés en ique, font aux médecins la nique. Dicton populaire qui signifie que les paralytiques, les hydropiques, les étiques, les pulmoniques, les sciatiques, etc., bravent tous les secours de l’art.

Nique de mèche

Virmaître, 1894 : N’avoir pas de complice.
— J’ai fait mon coup de cogne sans nique de mèche (Argot des voleurs).

Virmaître, 1894 : Refus d’un complice de partager le produit d’un vol.
— Nique de mèche, je ne fade pas le pognon (Argot des voleurs).

France, 1894 : N’avoir nulle part dans un vol.

Nique de mèche (être)

Delvau, 1866 : Sans aucune complicité, — dans le même argot [des voleurs].

Nique, niquette

France, 1894 : Dent d’enfant. De là faire la nique, se moquer.

Niquedouille

d’Hautel, 1808 : Idiot, hébêté, niais, nigaud ; homme simple et innocent.

France, 1894 : Sot, simple.

Ah ! ah ! dit l’Frisé, te v’là morte !
Et l’grand niqu’douill’ s’mit à pleurer.
Oh ! oh ! qu’il chialait, faut qu’j’emporte
Un bout d’souv’nir pour l’adorer.

(Jean Richepin)

Niquer

France, 1894 : Sommeiller sur une chaise en laissant de temps à autre sa tête se baisser. De l’allemand nicken, branler la tête.

Nisan

France, 1894 : Septième mois de l’année civile des Hébreux et premier mois de leur année sacrée. Il répond à l’espace compris entre le 20 mars et le 20 avril.

Nisco

M.D., 1844 : Non.

France, 1894 : Non ; du vieux français nis, pas un ; en allemand, nicht.

Elle allait, il est vrai, lui faire visite presque chaque soir, lorsqu’il était de séjour à Paris, et cet auguste personnage daignait alors lui octroyer assez fréquemment la permission de passer la nuit sous son toit, l’admettre aux honneurs de sa couche ; mais, de vie commune, de collage, nisco ! pas de ça, Lisette.

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

Et tu m’abandonnes pour cette Limousine, pour cette paysanne, pour ce paquet ?…
— Je t’aime toujours.
— Oui, tu aimes mon chic, ma distinction, la manière dont je porte la toilette, mais Francisquine, mais la femme ? Nisco !…

(Dubut de Laforest, Angela Bouchaud)

Nisco !

Delvau, 1866 : interj. Rien, zéro, néant, — dans l’argot des faubouriens. Ils disent aussi Nix, — pour parodier le Nicht des Allemands. Nisco braisicoto ! Pas d’argent.

Nisco, nix

Larchey, 1865 : Non. — Nisco est un diminutif du vieux mot nis : pas un. V. Roquefort. — Nix est un germanisme.

Nisco, mon Jésus.

Festeau.

Fût-il un phénix, Nix.

Désaugiers.

Rigaud, 1881 : Non, rien.

Toujours donner son nom et son adresse, sans quoi, nix.

(Tam-Tam, 1880.)

Niscot

un détenu, 1846 : Non, nullement. Veux-tu jaspiner ? — Niscot : Veux-tu parler ? — Non.

Nisette

Halbert, 1849 : Olive.

Delvau, 1866 : s. f. Olive, — dans l’argot des voleurs.

France, 1894 : Olive ; vieil argot.

Nisettier

Delvau, 1866 : s. m. Olivier.

France, 1894 : Olivier.

Nivelette

France, 1894 : Jalon à plaque dont se servent les paveurs.

Nivelles (le chien de Jean de)

France, 1894 : Voici, comme supplément au paragraphe sur ce dicton, une autre version racontée par Arnould de Raisse dans son livre Auctarium ad natales sanctorum Belgii et qui tendrait à démontrer que le chien en question était véritablement un chien.
« Jean de Nivelles, chanoine de l’ordre de Saint-Augustin, vivait au XIIe siècle an couvent d’Oignies. Il était docteur en théologie et très bon prédicateur. La goutte lui ayant paralysé les jambes, le médecin lui ordonna un repos absolu auquel le brave homme refusa de s’astreindre ; mais bientôt le mal s’aggrava, et il fut bien obligé de rester au lit, cloué par la douleur. Ce cruel état durait depuis huit jours, lorsqu’on se décida d’écarter de lui un chien qu’il aimait beaucoup, mais qui, par sa vivacité et ses jappements, lui causait de fâcheux saisissements. Mais, l’animal était très attaché à son maître et il fallut le mettre hors de la maison et le battre de verges à toutes les heures du jour et de la nuit pour le tenir éloigné. La première journée, le saint vieillard ne dit rien, mais le lendemain il demanda son chien. On lui fit comprendre que son chien lui était nuisible, mais le troisième jour il le réclama de nouveau. On lui fit la même réponse, il se tut tristement encore. Cependant la maladie faisant de rapides progrès, on vit bien que Jean allait mourir. Le matin du quatrième jour, il ne parla plus, mais il étendit la main pour caresser une dernière fois son chien fidèle. Un des frères fut touché de compassion, on alla appeler le chien. Mais on avait battu tant de fois la pauvre bête pendant trois jours, que, bien qu’il rôdait encore autour de la maison il n’osa plus approcher et s’enfuit au contraire à mesure qu’on l’appelait. Ce manège dura deux jours, autant que la dernière agonie de Jean de Nivelles. À l’heure où le maître trépassa, le chien, s’élançant au loin, s’enfuit et ne reparut jamais, »

Nivernaise

France, 1894 : Ragoût de carottes.

Nivet

Halbert, 1849 : Chanvre.

Delvau, 1866 : s. m. Chanvre. — dans le même argot.

La Rue, 1894 : Chanvre.

France, 1894 : Chanvre ; vieil argot.

Nivet, nivette

Rigaud, 1881 : Chanvre, — dans l’ancien argot.

Nivette

Halbert, 1849 : Chanvrière, filasse.

Delvau, 1866 : s. f. Chenevière.

France, 1894 : Chanvrière ; vieil argot.

Nizette

La Rue, 1894 : Olive.

Nobis hæc otia fecit deus

France, 1894 : « Dieu nous fit ces loisirs. » Locution latine tirée des Églogues de Virgile.

Noblaillon

France, 1894 : Terme méprisant par lequel les gens de haute noblesse et les bourgeois désignent les petits nobles. La petite noblesse est appelée noblaille.

Noble

d’Hautel, 1808 : Il est noble comme un quartier de chien. Se dit d’un homme obscur, qui, parvenu à un haut emploi, veut trancher du grand seigneur, et se faire passer pour noble, en en prenant les titres.
Il est fou, ou le roi n’est pas noble. Se dit d’un homme qui a la tête effervescente, et qui se porte à des extravagances.

Noble étrangère

Delvau, 1866 : s. f. Pièce de cinq francs en argent, — dans l’argot des gens de lettres, qui ont lu la Vie de Bohème.

France, 1894 : Pièce de cinq francs ; argot des bohèmes.

Nobler

La Rue, 1894 : Connaître.

France, 1894 : Connaître, reconnaître ; argot des voleurs. « Nous sommes noblés et filés. »

Hayard, 1907 : Connaître.

Nobling

France, 1894 : Genre de fraude aux course.

Nobrer

Rigaud, 1881 : Reconnaître ; c’est le diminutif de reconnobrer.

Noc

Delvau, 1864 : Le con, par anagramme.

Vous nous dites, belle farouche.
Que l’amour ne peut vous troubler.
Si votre noc savait parler,
Il démentirait votre bouche.

Gombauld.

Delvau, 1866 : s. et adj. Imbécile parfait.

France, 1894 : Petit tuyau souterrain qui conduit les eaux d’un côté d’une route à l’autre.

Noce

d’Hautel, 1808 : Servez-moi aujourd’hui, je vous servirai le jour de vos noces. Se dit en plaisantant, et amicalement, pour engager quelqu’un à vous rendre un petit service.
Voyage de maître, noces de valets. Signifie que c’est alors que les valets font bonne chère.
Il est arrivé comme tabourin à noces. Pour dire, fort à propos.
Il y va comme à des noces. Se dit d’un homme qui s’acquitte gaiement d’un travail rude et pénible ; d’un soldat qui va de bon cœur au combat.
Jamais noces sans lendemain.

Larchey, 1865 : Débauche. — Allusion aux excès qui accompagnent les noces de campagne.

V’là deux jours que je fais la noce.

H. Monnier.

Pour y refaire leur santé délabrée par la noce.

De Lynol.

Delvau, 1866 : s. f. Débauche de cabaret, — dans l’argot du peuple. Faire la noce. S’amuser, dépenser son argent avec des camarades ou avec des drôlesses. N’être pas à la noce. Être dans une position critique ; s’ennuyer.

Rigaud, 1881 : Amusements ; débauche. — Faire la noce, faire une noce, nocer, s’amuser, courir les femmes, les cabarets, souvent au détriment du travail.

France, 1894 : Amusement, festin, ripailles. Faire la noce, mener joyeuse vie. « Les jeunes gens qui arrivent du fond de leur provines à Paris commencent par y faire la noce. C’est le début de toute carrière. Les plus graves magistrats ont passé par là. »

La noce ?… Eh bien ! la voilà, la noce, avec ces quatre ou cinq malheureuses qui ne mangent pas à leur faim et boivent plus qu’à leur soif, avec ces robes voyantes et dépenaillées qui cachent le manque de linge, avec ces petits souliers dont les talons se décollent et où l’eau entre, avec la mangeaille à crédit, la parfumerie au rabais, l’huissier qui guette, le « clou » qui attend, la phitisie qui empoigne, — et la condamnation à l’homme à perpétuité !

(Séverine)

Au claque le jour de la noce,
Flanque-t’en une rude bosse.

(Hogier-Grison)

Noce (faire la)

Delvau, 1864 : Passer son temps à baiser quand on est homme, à se faire baiser quand on est femme.

Faut s’dire une chose, il en est des prêtres comme des gens qui se marient : l’itonune n’est tranquille, Dans un ménage, que d’autant qu’il y fait là noce ; donc, un prêtre qui l’a faite ne là fait plus.

H. Monnier.

Noce de bâtons de chaise

Rigaud, 1881 : Batterie domestique dans laquelle les chaises sont offertes, par l’époux à l’épouse et vice versa, — à travers la figure.

Noce de bâtons de chaises

Delvau, 1866 : s. f. Débauche plantureuse de cabaret, — dans l’argot des faubouriens, qui, une fois en train de s’amuser, cassent volontiers les tables et les bancs du « bazar ».

France, 1894 : Amusement bachique qui se termine par des bris de tables et de chaises.

Noce de courtaud

France, 1894 : Repas des relevailles au sortir de l’église ; expression des départements du Centre.

Noce de tailleur

France, 1894 : Noce pauvres sans flas-flas et sans frais.

Noce de tailleur (faire une)

Virmaître, 1894 : Se promener le long des berges et faire des ronds dans l’eau avec des cailloux (Argot du peuple). N.

Nocer

Larchey, 1865 : Faire la noce.

Est-ce que tu as nocé aujourd’hui ? — Nocé ! ah bien oui !

E. Sue.

Delvau, 1866 : v. n. S’amuser plus ou moins crapuleusement.

France, 1894 : S’amuser, faire la noce.

— Chacun, dans cette foul’ mêlée,
Trouve sa chacune aisément,
— La veuv’ qui veut êtr’ consolée
Fait choix d’un homm’ commodément.
— Moi, c’qui m’amus’, c’est la binette
Du maîtr’ chez qui l’on vient nocer !
— J’ai l’plaisir de m’payer sa tête
Chaqu’ fois qu’sa femme s’laisse embrasser !

(Jules Célès)

Nocer en père peinard

France, 1894 : S’amuser, boire et boustifailler seul ; argot faubourien, de qu’on appelle dans l’armée faire suisse.

Nocer en père pénard

Fustier, 1889 : S’amuser tout seul. Faire un bon dîner ou une orgie seul. L’expression est usitée surtout dans le quartier Saint-Antoine.

Nocerie

France, 1894 : Vie de plaisir, débauche.

Noces (pain de)

France, 1894 : Chose très agréable dont on se promet ou reçoit grand plaisir. D’après M. Quitard, cette expression nous viendrait des Romains. « Dans le mariage par confarréation, dit-il, les deux époux mangeaient, en signe d’union, un pain ou gâteau fait de la farine de froment rouge. L’usage de ce gâteau s’était conservé dans les noces chrétiennes au moyen âge et de là vient l’expression pain de noces. Nous disons aussi de deux époux qui conservent longtemps l’un pour l’autre des procédés galants et tendres : Ils font durer le pain de noces. » Ce qui s’appelle en d’autres termes la lune de miel. Il faut observer que, dans le Languedoc, le baiser que l’on donne aux nouveaux mariés s’appelle pa de novis, paix de noces.
Le pain de noces coûte cher à qui le mange, vieux dicton peu encourageant non seulement pour les nouveaux époux, mais pour leurs invités. On sait, en effet, que les cadeaux que doivent faire les convives d’un repas de noce dépassent de beaucoup la valeur de leur part au festin.
Les Espagnols disent :

Pan de boda,
Carne de bultrera.

« Pain de noce, chair de piège à vautour. »

Noces de mai, noces mortelles

France, 1894 : La superstition qui fait considérer les mariages en mai sous de défavorables auspices nous vient des Romains. Le mois de mai était consacré chez eux au culte des tombeaux, et toute union conjugale contractée pendant ce mois devait tourner mal et entraîner la mort de l’épouse. C’est, on le voit, une superstition toute païenne, comme d’ailleurs la plupart de nos superstitions, et qui existe encore en certaines provinces, notamment ans le Midi. « Ce sont des malheureuses celles qui se marient au mois de mai », dit Ovide dans ses Fastes.

Noces réchauffées

France, 1894 : Secondes noces. Convoler à une nouvelle union était acte décrié chez les Romains. Valère Maxime dit que les femmes qui les contractaient ne pouvaient toucher à la statue de la Chasteté, et Martial les flagelle dans une épigramme : « Se marier une seconde fois, c’est être légalement adultère. » C’est ce que d’ailleurs Tertullien nommait adultera speciosa, des adultères déguisés. « Les pères de l’Église les qualifiaient de même, dit M. Quitard, et dans le moyen âge on inventa le charivari pour les bafouer. » « Première épouse, mariage ;; seconde, compagnie ; troisième, hérésie », dit le proverbe italien.

Noceur

Delvau, 1866 : s. et adj. Ouvrier qui se dérange ; homme qui se débauche avec les femmes.

Noceur, noceuse

Rigaud, 1881 : Homme, femme qui a érigé la noce en système, qui se livre habituellement à ce que les romantiques appelaient « l’orgie échevelée ».

France, 1894 : Homme ou femme qui s’amusent en plaisirs variés.

Noceuse

Delvau, 1864 : Fille qui a jeté son bonnet par-dessus les moulins de Montmartre et qui l’a remplacé par un bouchon de paille signifiant clairement, même pour les aveugles ; qu’elle est à vendre — et pas du tout à louer.

Ce sont là nos dignes femelles !
Ce sont nos sœurs,
Et l’on nous méprise autant qu’elles :
Aux noceuses vont les noceurs !

(Parnasse satyrique.)

Delvau, 1866 : s. f. Drôlesse de n’importe quel quartier, qui fuit toutes les occasions de travail et recherche tous les prétextes à plaisir.

Noceux

France, 1894 : Invité d’une noce, gens faisant partie d’une noce. Néologisme bon à conserver, comme tout ce qui est laconique et simplifie la phrase.

Le notaire de l’endroit mariait sa fille et les invités avaient été choisis parmi la fine fleur de la bourgeoisie et de la gentilhommerie des environs… La maison des noceux, illuminée et résonnante de musique, égayait seule l’obscurité et la sonorité des rues endormies.

(André Theuriet)

Nocher

France, 1894 : Sonner ; argot populaire, nocher la retentissante, faire aller la sonnette.

Noctambule

Delvau, 1866 : s. et adj. Bohème, qui va des cafés qui ferment à minuit et demi dans ceux qui ferment à une heure, et de ceux-là dans les endroits où l’on soupe.

Rigaud, 1881 : Celui qui bat le pavé toute la nuit ; celui qui court les cabarets, les maisons de débauche, les restaurants jusqu’au point du jour. Le noctambule donne un fier démenti au proverbe qui prétend que lorsqu’on est vertueux on aime à voir lever l’aurore.

L’attardé seul, le noctambule, a Quand tout dort est encore levé.

(A. Pommier, Paris.)

Noctambuler

Delvau, 1866 : v. n. Se promener la nuit, dans les rues, en causant d’amour et d’art avec quelques compagnons.

Rigaud, 1881 : Flâner, s’amuser lorsque les honnêtes gens dorment.

Noctambulisme

Rigaud, 1881 : Flânerie nocturne, courses nocturnes à travers les cabarets.

Nodule

France, 1894 : Petit nœud ; du latin nodulus, diminutif de nodus, nœud.

Noé (arche de)

France, 1894 : Maison ouverte à tout le monde. « C’est l’arche de Noé, il y a toutes sortes de bêtes. »

Noël

France, 1894 : Les dictons sur Noël sont nombreux et indiquent quelle fête c’était chez nos pères.
C’était autrefois le cri que poussait le peuple à toutes les réjouissances publiques. « Tant crie l’on Noël qu’il vint », dit Villon dans ses Ballades.
En voici quelques-uns :

À Noël au balcon,
À Pâques au tison.
À Noël les moucherons,
À Pâques les glaçons.

Après grant joie vient grant rire
Et après Noël vente bise.

Et un vieil adage ajoute :

Le Noël est plus beau aux champs qu’à la ville.

En patois poitevin, on dit Nau, et en bourguignon Noé. Dans la Vieille Bible des noëls, on trouve chanter no, pour chanter Noël.

Nœud

d’Hautel, 1808 : Un nœud d’épée. On appelle ainsi des couennes de lard que les charcutiers rassemblent en petits paquets pour les vendre.

France, 1894 : Le membre viril.

Lasse d’errer sur les sommets vertigineux
En qui, de loin, notre œil croit découvrir les nœuds
Colossaux des Titans échoués dans les nues ;
Lasse des chants sacrés et des psaumes divins,
Parfois la Muse, folle et prise entre deux vins,
Tape sur ses fesses charnues.

(A. Glatigny, Joyeusetés galantes)

— Oh ! vois ce vilain nœud !
Ma colère s’émeut !
C’est qu’il est invincible !
Quel embarras !
Suis-je donc las !

(Le Rayon de soleil)

Nœud (et mon) !

Rigaud, 1881 : Propos que les voyous ont sans cesse à la bouche, et qu’ils trouvent plus énergique, sans doute, que des navets ! du flan ! des nèfles ! qui en sont les variantes adoucies.

Nœud (filer son)

Larchey, 1865 : Partir. Terme de marine.

Viens-tu ! ou je file mon nœud.

H. Monnier.

France, 1894 : S’en aller ; terme emprunté à la marine.

Nœud (le)

Delvau, 1864 : La pine et les couilles qui, réunies, forment un nœud assez solide, — pour nouer la femme à l’homme. L’homme qui a beaucoup baisé de femmes et qui pour faire une fin, se marie, appelle cela : former d’autres liens. La femme, également logique, dit ; former un nouveau nœud. — Ce mot est employé fréquemment par les voyous qui disent : mon nœud ! plus facilement qu’ils ne disaient : du flan !

La femme n’est pas au monde pour lire,
Le nœud d’un goujat veut celui d’un roi.

(Parnasse satyrique.)

Nœud d’épée

Delvau, 1866 : s. m. Couennes de lard rassemblées en un petit paquet, — dans l’argot des charcutiers.

France, 1894 : Petit paquet de couenne de lard ; argot des charcutiers.

Nogue

France, 1894 : Nuit ; argot de voyous.

Noir

d’Hautel, 1808 : C’est sa bête noire. Pour, c’est la chose qu’il déteste le plus, qu’il ne peut souffrir.
Il n’est pas si diable qu’il est noir. Pour, il n’est pas si méchant qu’on le fait ; qu’on ne puisse en venir à bout.
Le temps est bien noir, il pleuvra des prêtres. Se dit lorsque le temps est couvert, et menace ruine.
Il a l’ame noire comme du charbon. Se dit d’un homme chargé de crimes.
Être dans son noir. Pour, être taciturne, et dans son jour de mauvaise humeur.
Il voit tout en noir. Se dit de quelqu’un qui ne voit que le mauvais côté d’une affaire, ou qui prévoit des événemens tristes et fâcheux.

Larchey, 1865 : Café. — Allusion de couleur.

Je paie le noir et je m’enfile de douze sous.

Monselet.

Delvau, 1866 : s. f. Café noir, — dans l’argot des voyous. Ils disent aussi Nègre pour un gloria, et Négresse pour une demi-tasse.

Rigaud, 1881 : Café. — Un noir chic, un café additionné de beaucoup de chicorée.

Rigaud, 1881 : Plomb, — dans l’argot des couvreurs. — Pierre noire, ardoise.

La Rue, 1894 : Café. Petit noir, tasse de café.

France, 1894 : Meurtrissure.

— Non, Monsieur, laissez-moi, je ne joue plus avec vous.
— Et pourquoi, ma grosse Victoire ?
— Parce que vous me pincez.
— Oh ! si doucement.
— Avec ça ! J’ai le derrière couvert de noirs.

(Les Propos du Commandeur)

Noir (broyer du)

France, 1894 : Être mécontent, se chagriner.

Dans les ateliers, l’épicier est devenu la bête noire de l’artiste et le cauchemar du rapin, c’est pour eux le nec plus ultra de la sottise, l’idiotisme fait homme, et, comme disait un peintre, rien que le nom d’épicier fait broyer du noir à un homme intelligent.

(Eugène Vermersch, Le Latium moderne)

Noir (cabinet)

France, 1894 : Bureau du ministère de l’intérieur où sont envoyées les lettres de toute personne compromise on réputée hostile au gouvernement. Elles sont ouvertes et, suivant leur contenu, gardées où envoyées au destinataire. Le cabinet noir a fonctionné sous toutes les monarchies ; supprimé à la révolution de juillet 1830, il fut rétabli sous le second empire par le ministre des affaires étrangères, Sébastiani.

Au temps où M. Constans était ministre, le cabinet noir fonctionnait comme il n’a jamais fonctionné depuis. Toutes les lettres y passaient. Un jour, un député trouva dans son courrier une enveloppe grossièrement recollée. Elle contenait une lettre salie, froissée, portant la trace de doigts graisseux. Le député s’empressa de l’adresser au ministre, avec un mot ainsi conçu : « Faites ouvrir mes lettres, si vous voulez, mais recommandez au moins à vos employés de se laver les mains. »
Deux jours après, sa lettre lui était retournée avec cette annotation de la main de M. Constans : « Réclamation trop juste. C’est entendu. »

(Ad. Manière, L’Aurore)

Noir (le)

Delvau, 1864 : La nature de la femme, où, en effet, il fait noir comme dans un four — et aussi chaud.

Le procureur, qui avait la braguette bandée, ne laissa pas de donner dans le noir.

Bonaventure Desperriers.

Bref, je veux qu’elle ait tant de beautés que le galant soit déjà perdu d’aise et de transport avant que d’être arrivé jusqu’au noir.

Mililot.

Noir (petit père)

France, 1894 : Pot de vin.

Noir (petit)

France, 1894 : Café. Noir de trois ronds, tasse de café du trois sous.

Noir de peau de nègre

France, 1894 : Pauvre diable qui sert d’aide à un chiffonnier.

Noir de peau, Nègre

Rigaud, 1881 : Aide-chiffonnier : pauvre diable à qui le chiffonnier confie un croc et fait gagner quelques sous.

Noir museau

France, 1894 : Dartre qui ronge le nez des moutons.

Noiraud

d’Hautel, 1808 : Sobriquet que l’on donne à celui qui a la peau brune et basannée.

Noire (bande)

France, 1894 : Voici quelques détails complémentaires à ajouter à ceux déjà donnés au mot Bande noire.
Les membres de cette vaste association d’escrocs se divisaient en quatre catégories : les faisans, les courtiers à la mode, les concierges dans le mouvement et les fusilleurs.
Les faisans, par l’intermédiaire des courtiers et avec la complaisance des concierges, se faisaient envoyer par leurs dupes des pièces de vin, soit en gare, soit à domicile.
Les courtiers à la mode étaient les agents qui, munis de fausses lettres de recommandation, se faisaient agréer comme représentants par des maisons en gros.
Les concierges servaient de complices en recevant et emmagasinant les marchandises ou en donnant de fausses références sur les faisans.
Les fusilleurs achetaient ces pièces de vin à vil prix et les revendaient de leur mieux.

Noire (chambre)

France, 1894 : Chambre, sous le second empire, où Napoléon III recevait ses agents secrets.

Ce fut dans la chambre notre que furent résolus la mort de Kelch et l’enlèvement secret des premiers fomentateurs du complot de l’Opéra-Comique.

(Mémoires de M. Claude)

Noire (forêt)

France, 1894 : « La Forêt Noire en question, dit Alfred Delvau, n’est pas en Allemagne ; elle est à Paris, entre la rue du Temple et le Marais. On n’y voit, en fait de sapins, qu’une infinité de petites boutiques ouvertes à tous les vents et à tous les acheteurs, et garnies d’habillements qui ont fait plusieurs campagnes sur des épaules humaines. Vieux habits, vieux galons, défroques de marquises et de rabotins, garde-robes de clercs de notaires et d’étudiants, costumes de débardeurs et de chambellans, tout un monde de guenilles et d’oripeaux. La Forêt Noire, c’est le nom général de cette halle aux loques qu’on appelle le Temple… La Forêt Noire est un lieu funèbre et jovial tout à la fois — comme tout ce qui touche à l’homme et surtout au Parisien. C’est le panier aux ordures des riches et la garde-robe des pauvres. Les uns y viennent ramasser avec empressement ce que les autres y ont jeté avec dédain. La Forêt Noire, c’est Madame la Ressources et ses filles. »

(Le Fumier d’Ennius)

Noire comme le cul du diable

Virmaître, 1894 : Se dit d’une femme brune, presque moricaude. On dit également de quelqu’un qui a la conscience chargée de nombreux méfaits :
— Son âme est noire comme le cul du diable.
Se dit aussi d’une affaire embrouillée, dans laquelle personne ne voit goutte (Argot du peuple).

Noire-fontaine

Fustier, 1889 : Encrier. Argot des élèves de l’École de Saint-Cyr.

France, 1894 : Encrier ; argot de Saint-Cyr.

Noise

d’Hautel, 1808 : Chercher noise. Chercher dispute ; faire une querelle d’Allemand.

Noisette

d’Hautel, 1808 : Donner des noisettes à ceux qui t’ont plus de dents. Offrir quelque chose à quel qu’un quand il n’est plus en état de s’en servir.

France, 1894 : Tête.

Noix (coquille de)

Rigaud, 1881 : Verre à boire de petite capacité, — dans le jargon des ivrognes qui trouveraient la botte de Bassompierre encore trop petite.

Noix (donner des)

France, 1894 : Expression qui, dans les Landes et le Midi, signifie rejeter une demande.

Dans les Landes, pour une demande en mariage, le prétendant, accompagné de deux amis, se présente chez la jeune fille ; on passe la nuit à boire, à manger et à raconter des histoires plus ou moins merveilleuses. Au point du jour, la jeune fille sert le dessert. S’il y a un plat de noix, c’est le signe que la demande est rejetée.

(Chéruel, Dictionnaire historique)

Dans le Béarn, on dit dans le même sens : donner de la citrouille, et dans certains coins de Gascogne, la Chalosse entre autres, donner des œufs. Cela vaut toujours mieux que de donner de l’eau bénite de cour ; l’on sait au moins à que s’en tenir.

Noix (en avoir)

Virmaître, 1894 : Avoir beaucoup de bijoux (Argot des voleurs).

Noix (escailleux de)

France, 1894 : Lambin ; individu toujours en retard. L’expression est vieille et n’est plus guère d’usage. On la trouve dans un ancien fabliau :

Eh Dieu ! quels escailleux de noix
Qui venez cy de tous coltés,
Ou, par la foy que je vous doys,
D’une grosse peile de boys
Vos trous du culs seront sellés.

Noix (être dans la)

Fustier, 1889 : Avoir de la chance, être heureux. Un boucher aurait lancé cette expression, d’ailleurs peu usitée, que cela ne serait point surprenant. Le gîte à la noix n’est-il pas un des meilleurs morceaux du bœuf et ne recommandez-vous pas à votre cuisinière de vous choisir un morceau dans la noix ? Être dans la noix a donc tout d’abord et naturellement signifié ce qui est bon, puis a dévié peu à peu de ce sens pour prendre celui que nous indiquons.

Quinze cent louis de bénéfice ! Très pur ! Vous êtes dans la noix, dites, alors ? Donnez-moi un cheval. Soyez assez blêche pour me prendre dix louis du gagnant ?

(Vie parisienne, juin 1884).

Noix (gauler des)

France, 1894 : Faire de grands gestes à l’escrime ou sur le terrain avec le fleuret, l’épée ou le sabre ; terme militaire.

— À ce compte-là, on ne doit pas faire de grands progrès en escrime ?
— Eh ! justement… On a beau être cavalier et avoir toujours le bancal au côté… on barbotte… on gaule des noix.

(Dubois de Gennes)

Noix à roulette

France, 1894 : Pou.

Noix de coco

France, 1894 : Tête : allusion à la forme. On dit plus généralement coco.

Je me saisis d’une table que je dresse à l’aide du camarade, un sionneur qui avait déjà quelques refroidis sur la conscience, et nous nous embusquons derrière par respect des prunes, lorsqu’il me dit : « Le voilà ! cette fois-ci, je le tiens, je ne vais pas le rater. — Qui ça ? — Le damné Sheffield, là, là ! gare l’atout ! Et il vous ajuste à six pouces de la noix de coco, tandis que vous étiez occupé à envoyer quelques convives au Père Éternel. »

(Hector France, La Taverne de l’Éventreur)

Noli me tangere

France, 1894 : « Ne me touchez pas. » Expression tirée de l’Évangile de saint Jean, signifiant que tout homme, comme certaines plantes, à sa fibre sensible.

Nolite mittere margaritas ante porcos

France, 1894 : « Ne jetez pas de perles aux porcs. » Ne perdez pas votre temps à vouloir instruire des imbéciles. On dit plus simplement : margaritas ante porcos.

Nom

d’Hautel, 1808 : Nom de guerre. Nom que prend chaque soldat en s’enrôlant ; sobriquet que l’on donne à quelqu’un, et sous lequel il est ordinairement désigné.
C’est chose, qui n’a point de nom. Se dit par raillerie à ceux qui ne se souviennent pas du nom d’une personne.
On pourroit lui dire pis que son nom. Se dit d’un homme dont la réputation est flétrie ; qui est connu pour un coquin, un fripon.

Nom d’un !

Delvau, 1866 : Juron innocent ou semblant de juron de la même famille que : Nom de d’là ! Nom de çà ! Nom de deux ! Nom d’un nom ! Nom d’une pipe ! Nom d’un chien ! Nom d’un petit bonhomme ! Nom d’un tonnerre !

Nom d’un ! Nom d’un nom ! Nom d’une pipe ! Nom d’un petit bonhomme ! Nom d’un tonnerre !

Larchey, 1865 : Jurons innocents chargés d’exprimer la colère, la surprise ou l’admiration.

86 000 fr. par an ! nom d’un petit bonhomme ! c’est joli.

L. Reybaud.

Nom d’un petit bonhomme est une allusion aux statuettes qui représentent le christ.

Nom d’une pipe ! si vous m’approchez…

Mélesville, 1830.

Nombrable

France, 1894 : Chose qu’on peut nombrer. L’Académie admet innombrable : pourquoi refuser nombrable ?

Nombre

d’Hautel, 1808 : Il n’est là que pour faire nombre. Se dit d’un parasite, d’un être importun, d’un fat, d’un homme pour lequel on n’a aucune considération.

Nombre caché

France, 1894 : Pratique superstitieuse encore existante dans certains départements du Centre et qui consiste à dissimuler le nombre exact des bêtes d’un troupeau, des bouillots d’un rucher, etc., pour les préserver des voleurs ou des maléfices. De là le dicton : « Brebis comptées, le loup les mange. »

(Cte Jaubert)

Nombril

Halbert, 1849 : Midi.

Delvau, 1866 : s. m. Midi, le centre du jour, — dans l’argot des voleurs, qui emploient, sans s’en douter, une expression familière aux Latins : Ad umbilicum jam dies est. (Il est déjà midi), écrivait Plaute il y a plus de deux mille ans.

La Rue, 1894 : Midi.

France, 1894 : Midi ; vieil argot. Le nombril est le milieu du corps, comme midi est celui du jour.

Nombril blanc

France, 1894 : Sorte de champignon que l’on trouve aux environs de Paris. Il est d’un blanc grisâtre et le centre supérieur du chapeau est creux.

Nombril de religieuse

Rigaud, 1881 : As d’un jeu de cartes.

France, 1894 : L’as aux cartes.

Nommer un chat un chat

France, 1894 : Appeler les choses par leur nom.

J’appelle un chat un chat et Rollet un fripon.

a écrit Boileau. Et Victor Hugo, dans ses Chansons des rues et des bois :

Ô fils et frères, ô poètes,
Quand la chose est, dites le mot.

Les Romains disaient : Scapha dicenda est, scapha scapham appellat. « Quand on parle d’un pot de chambre, il faut dire un pot de chambre. » Et les Grecs avec Socrate : « L’on doit nommer les choses comme la nature veut qu’on les nomme. » Les Anglais, et avec eux nombre de pudibonds hypocrites, sont d’un avis tout opposé. Mais on sait que ceux qui affectent tant la pudeur des mots ne le font que pour dissimuler qu’ils ne l’ont pas de la chose. Rougir de tout est loin d’être une preuve d’innocence. La véritable innocence est naïve et ne cache pas d’arrière-pensée.
Tout le monde connait le vers de Boileau cité plus haut, mais ce qui est peu connu, c’est l’influence que ce vers satirique clouant au pilori un procureur fripon exerça sur sa descendance. Les Rollet furent des lors exposés à toutes sortes de sarcasmes et un petit-fils ou un petit-neveu du procureur, qui avait été mousquetaire et obtenu une compagnie, fut obligé, à cause des insultes continuelles et, par suite, des duels que ce nom lui valait, de demander au roi l’autorisation de le changer.

Noms d’oiseaux

Delvau, 1864 : Petits noms que donnent ces dames à leurs messieurs, selon le degré d’amitié, d’estime ou d’amour qu’elles ont pour eux :

Mon ange, mon chien, mon chat, mon chou, mon loulou, ma biche, mon bichon, mon lapin, mon cochon, etc. On peut ajouter devant : mon grand, mon gros, mon petit, selon le physique de l’animal privilégié ; et à la suite le mot chéri : mon gros chien chéri, gros bibi chéri, etc. — J’en passe et… des plus bêtes.

Non

d’Hautel, 1808 : Il faut avoir soin dans la construction de ne pas placer ce négatif immédiatement après le pronom personnel moi ; car ces deux mots, ainsi construits, forment un calembourg. Est-ce toi qui as fait cela ? Moi ? non. Ce qui fait moinon.

Non bene olet, qui bene semper olet

France, 1894 : « Celui-là sent mauvais qui sent toujours bon. » Locution latine tirée de Martial.

Non bis in idem

France, 1894 : « Non deux fois pour la même chose. » Terme de jurisprudence indiquant qu’on ne peut poursuivre un inculpé deux fois pour le même délit.

Ce n’était pas sans une grande mélancolie que M. Campistrol méditait sur la sottise qu’il avait faite en se remariant. Le non bis in idem latin lui apparaissait comme la plus sage devise du monde.

(Armand Silvestre)

Non decet

France, 1894 : « Cela ne convient pas. » Locution latine, par laquelle ou avertit quelqu’un de l’inconvenance d’un acte ou d’une parole.

M. le sénateur Bérenger passe sa vie à lancer des non decet.

Non est ou erat his locus

France, 1894 : « Ce n’est pas la place de ces choses. » Locution latine tirée de l’Art poétique d’Horace pour indiquer que quelque chose est fait à contretemps.

Non licet omnibus adire corinthum

France, 1894 : « Il n’est pas donné à tout le monde d’aller à Corinthe. » C’est-à-dire, tout le monde ne peut avoir en partage la richesse et les honneurs.

Non liquet

France, 1894 : « Ce n’est pas clair. »

Non mi ricordo

France, 1894 : « Je ne me souviens pas. » Locution italienne.

Non omnia possumus omnes

France, 1894 : « Nous ne sommes pas tous propres à tout. » Axiome virgilien tiré des Bucoliques.

Non omnis moriar

France, 1894 : « Je ne mourrai pas tout entier. » Locution latine tirés des Odes d’Horace.

Non possumus

France, 1894 : Impossible. Mot à mot « Nous me pouvons pas. » Latinisme tiré d’une encyclique du pape Pie IX, qui l’a tirée lui-même des paroles de saint Pierre au prince des prêtres.

Non troppo

France, 1894 : « Ni trop lent ni trop vite. » Italianisme.

Non videbis annos Petri

France, 1894 : « Tu ne verras pas les années de Pierre », tu n’atteindras pas un âge avancé. Allusion à la vieillesse de saint Pierre.

Non volo mortem impii

France, 1894 : « Je ne veux pas la mort de l’impie. » Locution latine tirée d’un verset du prophète Ézéchiel.

Le prophète Ézéchiel vous dira : Non volo mortem impii, sed ut convertatur et vivat ; je ne veux pas que l’impie meure, mais qu’il se convertisse et vive.

(Édouard Fournier, L’Esprit des autres)

Non-âge

France, 1894 : État d’une fille impubère. Provincialisme.

Un ancien usage des Romains défendait de faire mourir les filles encore en non-âge, c’est-à-dire pas nubiles ; Tibère trouva l’expédient de les faire violer par le bourreau avant de les envoyer au supplice.

(Montesquieu)

Non-conformiste

Delvau, 1864 : Pédéraste, ce qui est le schisme en amour.

Non-lieu

France, 1894 : Individu plus ou moins louche, et plus ou moins fripon, qui a bénéficié d’une ordonnance de non-lieu. L’expression date des scandales de Panama.

Allez un jour à la Chambre, et faites-vous-y nommer les députés qui vous sembleront le mieux chez eux, ceux qui vous feront l’effet d’y avoir leurs pantoufles. Vous entendrez des noms que vous vous rappellerez comme de vieux airs de musique, sans compter les airs nouveaux. « Un tel ? vous direz-vous comme à un vieux refrain… Mais c’est un acquitté ! » Ou bien : « C’est un ancien non-lieu ! » Ou bien : « C’est un dossier complet !… C’est un Panama !… C’est un Chemins de fer du Sud !… » Et les anciens « non-lieu », les « acquittés », les « Panama », les « Chemins de fer du Sud » et les « dossiers complets » Ne manquent pas en effet dans la maison.

(Maurice Talmeyr, Le Figaro)

N’est-il pas digne de remarque que les ennemis les plus acharnés du général Boulanger sont en grande partie devenus des non-lieu ?

Non, c’est que je me mouche, que je tousse

Larchey, 1865 : Réponse ironique faite à celui qui demande la cause d’un bruit ou d’une chose qu’il aurait dû deviner. Dans cet exemple de Monselet :

Et maintenant regarde Comment je me mouche !

on fait aussi entendre à l’interlocuteur que sa pénétration est en défaut.

Nondelles

France, 1894 : Espèce de pâte d’Italie assez semblable aux vermicelles, faite d’œuf et de farine fine, et mince comme une feuille de papier. On la coupe en filets très fins pour limiter le gros vermicelle. Cet aliment nourrissant et d’excellent goût se consomme beaucoup en Italie.

Noner

M.D., 1844 : Cacher.

Nonnain

France, 1894 : Pensionnaire d’un couvent dont le gros numéro inscrit sur la porte indique le genre de divinité qu’on y honore.

Il était une abbesse
Qui, pour nonnains, avait
Ribaudes de grand’liesse
Devant brocs et chevets ;
Un castel en Gascogne
Lui servait de couvent ;
Les belles, sans vergogne,
Y prêtaient leur devant.

(Paul Rey, Le Don Juan)

France, 1894 : Asphodèle blanc, appelé ainsi par comparaison de leurs fleurs avec les voiles blancs de certaines communautés religieuses.

Nonnant

France, 1894 : Ami ; argot des voleurs.

Nonnant, nonnante

Rigaud, 1881 : Ami, amie. — Compagnon, compagne.

Nonnat

France, 1894 : « On donne ce nom à tous les petits poissons, non seulement de mer, mais aussi d’eau douce qu’on ne peut apprêter qu’en friture. Celui de la Méditerranée est de diverses couleurs, très petit, d’une excellente saveur, et de facile digestion. On en fait des omelettes, des beignets ; c’est un manger très délicat et de saveur fort agréable. Le gouvernement en a défendu la pêche, parce qu’elle diminuait beaucoup la quantité des poissons qui devaient en provenir. »

(Adolphe Aulagnier, Dictionnaire des aliments)

Nonnat est sans doute une corruption de l’italien nonnula, rien, à cause de la petitesse de ces poissons. Les nonnats sont ce que les Anglais estiment si fort sous le nom de white-baits, minuscules poissons pêchés à l’embouchure de la Tamise.

Nonne

Delvau, 1866 : s. f. Encombrement volontaire, — dans l’argot des voleurs. Faire nonne. Simuler à huit ou neuf un petit rassemblement afin d’arrêter les badauds, et, les badauds arrêtés, de fouiller dans leurs poches.

France, 1894 : Attroupement. Faire nonne, c’est faire un attroupement pour aider à un vol. Manger sur les nonnes ou nonneurs, c’est dénoncer ses complices.

Le quart d’œil lui jabotte :
Mange sur tes nonneurs ;
Lui tire une carotte,
Lui montant la couleur.

(Mémoires de Vidocq)

Nonne (faire)

Larchey, 1865 : Faire un attroupement simulé pour aider à un vol (Vidocq). — Mot à mot : faire le neuvième. — Du vieux mot nonne. V. Roquefort.

Virmaître, 1894 : Faire la foule. Rien de plus simple : les nonneurs (complices) se groupent autour de l’un d’eux, qui simule un mal subit, de préférence dans une rue barrée ; les badauds s’amassent, le tireur peut à l’aise explorer les poches, et souvent la moisson est féconde. Quand l’un d’eux est pris et qu’il se met à table, on dit qu’il mange sur ses nonneurs (complices) (Argot des voleurs).

Nonne, nonneur

Rigaud, 1881 : Compère qui assiste le voleur à la tire, soit en bousculant l’individu bon à voler, soit en recevant l’objet volé.

La Rue, 1894 : Compère du voleur à la tire.

France, 1894 : Complice d’un pick-pocket. La nonne mâle ou femelle s’approche de la victime choisie dans une foule et la presse tant qu’elle peut. Pendant ce temps, le pick-pocket opère et passe rapidement le produit du vol à un troisième larron appelé coqueur, de sorte que si le volé accuse ceux qui le pressaient, on ne puisse rien trouver sur eux.

Les voleurs ont appelé main celui qui prend les porte-monnaie. Les aides s’appellent nonnes ; ce sont les élèves, les coassociés, les factotums, les complices. Ils doivent, pendant l’exécution, et cela est capital, se placer entre la main et la foule. C’est une garantie de sécurité. Ils ont pour mission, d’abord, de faire le guet pour reconnaitre les agents, puis de disposer la victime choisie pour la plus grande commodité de la main, soit en la poussant plus ou moins fort, soit en attirant son attention du côté opposé à l’opérateur… S’il est découvert, les nonnes viennent à son secours et cherchent à le dégager avant l’arrivée de la police…
Si la main est saisie par un agent inexpérimenté, elle fait valoir son innocence, et comme les pièces à conviction sont parties avec les nonnes, cela le désoriente. Il craint une erreur qui peut le compromettre, le faire punir ou révoquer.

(G. Macé, Un Joli Monde)

Nonnerie

France, 1894 : Lupanar.

Nonneur

Larchey, 1865 : Compère de voleur à la tire.

Delvau, 1866 : s. m. Compère du tireur (V. ce mot) ; variété de voleur. Manger sur ses nonneurs. Dénoncer ses complices.

Nonneurs

Virmaître, 1894 : Complices de voleurs, plus particulièrement des pick-pockets (Argot des voleurs).

Nonzesse

Hayard, 1907 : Femme.

Nopeuse

France, 1894 : Ouvrière qui nope, c’est-à-dire qui enlève les nœuds du drap sortant du tissage.

Noque

Hayard, 1907 : Orge.

Nord

La Rue, 1894 : Tête. Esprit.

Virmaître, 1894 : Tête. Dans le peuple, du dit souvent de quelqu’un qui devient fou :
— Il perd le nord (Argot du peuple).

Nord (le)

Hayard, 1907 : La tête.

Nordester

France, 1894 : Aller vers le nord-est ; argot des marins.

Nordir

France, 1894 : Passer au nord ; argot des marins.

Nordiste

Delvau, 1866 : s. et adj. Partisan du gouvernement fédéral américain, et, en même temps, de l’abolition de l’esclavage et de la liberté humaine, sans distinction de couleur d’épiderme. Cette expression, qui date de la guerre de sécession aux Etats-Unis est désormais dans la circulation générale.

France, 1894 : Nom donné aux partisans de l’Amérique du Nord pendant la guerre entre le Nord et le Sud des États-Unis.

Norguer

France, 1894 : Faire des aveux. « Si le curieux te fait la jactance, ne norgue pas. »

Normand

d’Hautel, 1808 : Répondre en Normand. Ne dire ni oui ni non ; répondre d’une manière évasive, ambiguë.
C’est un fin Normand. Pour, un homme subtil, adroit, rusé et finot.
Des griffes de Normand. Se dit des mains d’un homme qui aime à prendre ; qui est enclin à la rapine.

Normand a son dit et son dédit

France, 1894 : Le dicton, injurieux pour la bonne foi des Normands, viendrait de l’ancienne coutume de Normandie par laquelle un contrat n’était valable que vingt-quatre heures après la signature ; on avait donc ce laps de temps pour se dédire.
Mais il est d’autres dictons qui doivent avoir pour origine une légendaire mauvaise foi :

Jamais Rousseau ni Normand ne prens ni croit à serment.

Le Normand de tout âge
À qui ne se fie le sage.

Garde-toi d’un Gascon ou Normand :
L’un hable trop, l’autre ment.

Qui fit le Normand, il fit le truand.

Répondre en Normand, ne répondre ni oui ni non.

Quatre-vingt-dix-neuf pigeons et un Normand font cent voleurs.

Le Normand tourne autour du bâton, le Gascon saute dessus.

Normand boulieux, normand bigot

France, 1894 : Les Origines de coutumes anciennes et de diverses façons de parler triviales expliquent le sobriquet de boulieux, c’est-à-dire mangeur de boullie, donné aux Normands en s’appuyant sur Plaute qui appelle les Carthaginois Normani pulmentarii, Normans mangeurs de bouillie, à cause des bas Normands qui mangeaient force bouillie, pulmentum. Dans l’une de ses élégies, Jean Tixier de Ravisi, surnommé Ravisius Textor, recteur de l’Université de Paris en 1520, faisant une longue énumération des choses impossibles, dit entre autres :

On ostera plustot aux Flamans le beure, aux Auvergnats les raves, et aux Normands la bouillie qu’on ne lui ostera le souvenir de son amy…

Un chapon de Normandie,
Croûte de pain dans de la bouillie.

Quant au second sobriquet de bigot, le peuple de Normandie le méritait dès le XIIe siècle par sa dévotion outrée.

Normandisme

France, 1894 : Façon de parler des Normands.

Normelle

France, 1894 : Merle.

Nos voisins

Delvau, 1866 : Les Anglais, — dans l’argot des journalistes et des bourgeois.

Nos voisins viennent

Delvau, 1866 : Se dit, dans l’argot des bourgeoises, — lorsque leurs menses font leur apparition.

Nosce teipsum

France, 1894 : « Connais-toi toi-même. » Traduction latine de l’inscription grecque Gnôti seauton, placée au fronton du temple de Delphes.

Nosigues

France, 1894 : Nous ; argot des voleurs.

Notaire

d’Hautel, 1808 : C’est autant que si les notaires y avoient passé. Se dit d’un homme qui observe exactement la parole.

Delvau, 1866 : s. m. Comptoir du marchand de vin, — dans l’argot des faubouriens, qui y font beaucoup de transactions, honnêtes ou malhonnêtes, et un certain nombre de mariages à la détrempe.

France, 1894 : C’est, pour les gens de la campagne, le synonyme d’homme d’esprit, de savant par excellence et aussi celui de l’homme menant une existence heureuse, confortable, bien au-dessus de celle du vulgaire. Savant comme un notaire, écrire comme un notaire, vivre comme un notaire sont des expressions courantes chez la plupart des paysans.
Il paraitrait cependant qu’il n’en a pas toujours été ainsi, du moins relativement au savoir des notaires qui, à une certaine époque, devait être bien médiocre, ainsi que le font observer MM. V. Lespy et P. Raymond, si l’on en juge par cette expression proverbiale usitée dans la vallée d’Ossau pour signifier qu’un jeune homme n’apprend pas grand’chose : Qu’en sabera prou ta sta noutari, il en saura assez pour être notaire. « Son père l’ayant fait instruire à écrire dans quelque ville voisine, en rendit enfin un beau notaire de village. »

(Montaigne, Essais)

Le notaire y a passé, il n’y a plus à y voir, on ne peut plus s’en dédire.

France, 1894 : Comptoir des marchands de vin : il reçoit l’argent ; et par ampliation, marchand de vin.

France, 1894 : Boutiquier qui fait crédit. Il inscrit, note les achats.

Notaire du coin

Rigaud, 1881 : Marchand de vin. C’était autrefois, et encore au commencement du siècle : Notaire à barreaux de bois, parce que la devanture des anciens débits de vin était garnie de barreaux de bois.

Allons passer z’un contrat d’un litre, chez le notaire à barreaux de bois.

(Le Nouveau Vadé.)

Notaire du Perche

France, 1894 : Notaire pauvre, dont l’étude est peu achalandée. Le dicton disait :

Notaire du Perche,
Plus d’échaliers que de contrats.

Notaresque (figure, tournure)

France, 1894 : Figure, tournure, physionomie particulières à l’ancien notaire de comédie qui n’existe plus guère que dans les coins de province les plus reculés. Visage rasé, cheveux grisonnants, ventre rondelet, maintien à la fois digne et bon enfant. Le notaire ressemble maintenant à tout le monde.

M. l’amiral Touchard, porte-voix de la minorité… a lu à la tribune ce factum. Dès les premiers mots, il a été arrêté par M. Grévy, qui ne pouvait laisser passer les expressions blessantes pour la majorité dont ces considérants sont bourrés. M. Touchard, avec sa figure notaresque et son ton lamentablement trainard d’huissier audiencier, est un lecteur inhabile.

(Albert Pinard, Le Bien Public, 1879)

Note

d’Hautel, 1808 : Changer de note. Changer de propos, de discours, de conversation.
Croque-note. Mauvais musicien.

Note (être dans la)

Rigaud, 1881 : Être au courant de ce qui se dit et se passe, être dans le mouvement. — (Jargon des gommeux.)

France, 1894 : Être an courant des événements du jour, suivre le progrès Tout dépend de ce qu’ou entend pur prosres. Un 1mhe- cilé qui se met à lu derniere mode, 5j wrotesquie qu’elle DHiissé être, dsl durs la mule,

Notzaz

France, 1894 : Mazas. Jeu de mot sur le pronom possessif ; argot des voleurs.

Nouba

France, 1894 : Musique des turcos. Le répertoire de la nouba comprend quarante-quatre morceaux qui sont de vieux airs populaires arabes.

Nouer l’aiguillette

Delvau, 1864 : Empêcher un mari ou un amant de consommer l’agréable sacrifice, non pas en lui jetant un sort, comme on le croyait autrefois, mais en épuisant complètement son stock de foutre, de sorte qu’on peut le laisser courir un peu dans la ville sans crainte d’infidélité.

Il avait peut-être l’aiguillette nouée.

(Moyen de parvenir.)

Lequel ayant eu l’aiguillette nouée la première nuit de ses noces.

Brantôme.

Ami lecteur, vous avez quelquefois
Ouï conter qu’on nouait l’aiguillette.

Voltaire.

France, 1894 : Empêcher par un maléfice la consommation du mariage. La croyance populaire attribuait aux sorciers le pouvoir de nouer l’aiguillette aux nouveaux mariés et de les empêcher d’accomplir ce que l’Église appelle l’œuvre de chair. On désignait ces sorciers sous le nom de noueux d’aiguillettes.

Il presse sa jeune épouse, mais soit l’émotion, soit l’excès d’amour,
Trop d’amour peut nuire à l’amour même,
il s’aperçoit avec terreur qu’il à l’aiguillette nouée.

(Les Propos du Commandeur)

Et vous qui présidez aux mystères funèbres,
Esprits noirs et malins, Habitans des Ténèbres,
Qui pour suivre mes Loix êtes toûjours sur piés,
Qui nouez l’aiguillette aux nouveaux mariés,
Qui prodiguez aux miens, d’une main bienfaisante,
Talisman, Trefle à quatre et Pistole volante ;
Vous, que j’ai pour mon Art employés tant de fois,
Farfadets et Lutins, accourez à ma voix.

(Nicolas R. de Grandval, Le Vice puni)

Noueur

France, 1894 : Complice ; argot des voleurs.

Noujon

Halbert, 1849 : Poisson.

Noune

Fustier, 1889 : Argot du bagne. Receleur qui suit le voleur à la tire et reçoit la camelotte à mesure que son associé opère. (V. Humbert : Mon bagne.)

La Rue, 1894 : Receleur.

Nounou

Delvau, 1866 : s. f. Nourrice, — dans l’argot des enfants et des mamans.

France, 1894 : Nourrice. Redoublement enfantin de la première syllabe. Dans le Midi et principalement Le Béarn, nounou signifie dormir, dans le langue des nourrices et des enfants : Ha nounou, faire dodo. A na a nounou, aller à dodo ; nana en espagnol.

Soudain il avisa sur un banc une petite nounou… Oh ! mes enfants ! ce qu’elle était chouette ! mille baïonnettes ! avec son petit tablier blanc bien plissé, son grand bonnet et sa robe noire qui moulait d’une façon avantageuse les rondeurs de la poitrine… et des rondeurs, oh ! là là !…

(La Baïonnette)

C’étaient les académiciens. En sortant de l’Institut, par ce beau jour de soleil, ils s’étaient rendus en bande aux Champs-Élysées, sans doute afin de rencontrer les nounous aux fortes mamelles qui étalent aux passants les richesses de leurs corsages.

(Don Juan)

Quelle est gentill’ ma p’tit’ nounou,
Elle arriv’ tout droit du Poitou ;
A son p’tit quand ell’ donne à boire,
Y en a pas deux comm’ ma Victoire :
Rose et joufflu’, rond’ comme un chou,
Qu’elle est gentill’ ma p’tit’ nounou !

(Villemer-Delormel)

Nourisseur de poudards

Virmaître, 1894 : Complice qui prépare les vols à accomplir. Un bon nourrisseur de poupards est très recherché par les voleurs (Argot des voleurs).

Nourrice

Delvau, 1866 : s. f. Femme que la nature a avantagée, — dans l’argot du peuple.

France, 1894 : Femme qui achète les objets volés ou qui indique les vols à faire.

Nourrice (dépuceleur de)

France, 1894 : Vantard en amour, Don Juan en paroles ou simplement imbécile. On dit aussi dépuceleur de femmes enceintes.

Nourrice (en)

France, 1894 : Se dit, en terme d’horticulture, de jeunes plants d’arbres, de vignes, de légumes que l’on transplante provisoirement dans une pépinière ou dans un jardin. « Mettre des vignes en nourrice. »

Nourrice (mois de)

France, 1894 : Mois ou années supplémentaires. Expression familière employée à l’égard des coquettes qui cherchent à se rajeunir. « Elle a trente ans. — Oui, et les mois de nourrice ! »

Nourrir

Larchey, 1865 : Préparer de longue main.

Ce garçon qui devait avoir nourri ce poupon (complotté ce crime) pendant un mois.

Balzac.

Rigaud, 1881 : Combiner. — Nourrir un poupon, combiner un vol, le charpenter comme un dramaturge une pièce de théâtre.

Fustier, 1889 : En argot de Bourse, « nourrir des titres c’est les conserver de liquidation en liquidation en les taisant reporter. On paye les différences, les reports, les courtages, on nourrit. À force de nourrir, on arrive même quelquefois à en mourir de faim. — X… nourrit deux cents Lombards depuis le mois de juin et Y… cinq mille Italiens — il ne faut pas prendre l’expression au pied de la lettre ». (Don Quichotte, 1884.)

La Rue, 1894 : Combiner. Nourrir un poupon, un môme, préparer un vol.

Nourrir le poupard

Delvau, 1866 : v. a. Préparer un vol, le mijoter, pour ainsi dire, avant de l’exécuter. Quelques grammairiens du bagne prétendent qu’il faut dire : Nourrir le poupon.

Rossignol, 1901 : Préparer un vol, l’étudier.

Nourrir le poupart

Halbert, 1849 : Préparer le vol.

Nourrir un poupard ou un poupon

France, 1894 : Préparer un vol, comploter un crime.

Chacun donnait dix-huit ans à ce garçon qui devait avoir nourri ce poupon pendant un mois.

(Balzac)

Nourrir un quine à la loterie

Delvau, 1866 : Se bercer de chimères, vivre d’illusions folles. Argot des bourgeois.

Nourrir une affaire

France, 1894 : « Nourrir une affaire, c’est, dit Vidocq, l’avoir en perspective, en attendant le moment propice pour l’exécution. »

Nourrisseur

Larchey, 1865 : « Les nourrisseurs préparent et nourrissent une affaire ; ils savent le moment où le rentier touche sa rente et les jours de rentrée du négociant ; ils étudient la maison et les habitudes des gens qu’ils veulent faire voler. » A. Monnier. — V. Cambriolleur.

Delvau, 1866 : s. m. Voleur qui indique une affaire, qui la prépare à ses complices.

Delvau, 1866 : s. m. Restaurateur, cabaretier, — dans l’argot des bohèmes.

Rigaud, 1881 : Charpentier en vols et assassinats. Il traite avec les metteurs en scène suivant l’importance et la réussite probable du drame.

Fustier, 1889 : Voleur qui dévalise les appartements dont les maîtres sont en voyage. La banlieue de Paris est pendant l’hiver infestée de nourrisseurs qui déménagent les villas.

La Rue, 1894 : Celui qui prépare, nourrit le vol. Voleur de la banlieue.

France, 1894 : Ce nom, dans l’argot des voleurs, désigne celui qui cherche les mauvais coups à faire. Le nourrisseur indique, moyennant une bonne redevance, soit un endroit à piller, soit quelqu’un à dévaliser. Jamais il ne prend de part à l’action. De cette façon, il touche le produit des vols qu’il organise sans encourir de danger sérieux.

Les nourrisseurs préméditent leurs coups de longue main, et ne se hasardent pas à cueillir la poire avant qu’elle ne soit mûre.

(Mémoires de Vidocq)

Nourrisson

Fustier, 1889 : Argot des employés de la Banque de France qui désignent ainsi le négociant gêné qui ne demande que du temps pour rétablir son crédit et auquel un banquier a prêté de l’argent.

Rossignol, 1901 : C’est un diamant que l’ouvrier sertisseur engraisse au dépend de son patron ou des clients. Il achète un diamant du poids d’un grain et même plus petit ; lorsque l’occasion s’en présente il met son diamant à la place d’un autre plus gros et de plus belle eau qu’on lui donne à monter. Cela renouvèle souvent, son nourrisson d’un grain finit par engraisser et peser un carat et quelquefois plus.

Nourrisson des muses

Delvau, 1866 : s. m. Poète, — dans l’argot des académiciens, qui ont été allaités par des Naïades.

Nourriture

France, 1894 : L’industrie des nourrices.

Dans une contrée où le commerce de la nourriture est devenu une industrie réglée, la source presque unique de la prospérité publique, les gars ne se soucient point de nouer mariage avec des femmes stériles. D’autre part, comme la fécondité ne se reconnait qu’à lenflure des tabliers, il ne se marie point une fille dans tout le pays morvandiot qu’elle ne soit enceinte on en relevailles.

(Hugues Le Roux)

Nousailles

Delvau, 1866 : pr. pers. Nous, — dans l’argot des voleurs. On dit aussi Nosigues.

Virmaître, 1894 : Nous. Nosigues est beaucoup plus usité (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : Nous.

Nousailles, nouzailles

France, 1894 : Nous ; argot des voleurs.

Je crois que nous avons été donnés (vendus) par le chêne qui s’est esgaré de chez nouzailles.

(Mémoires de Vidocq)

Nousailles, nozières

La Rue, 1894 : Nous. Oui.

Nouveau

d’Hautel, 1808 : Au nouveau, tout est beau. Signifie que les inconstans et les esprits légers s’enthousiasment d’abord de tout ce qui est nouveau ; mais que le refroidissement et le dégoût succèdent bientôt après.
C’est du fruit nouveau que de vous voir. Se dit par plaisanterie à quelqu’un qu’on n’a pas vu depuis long-temps dans un lieu, et que l’on y rencontre par hasard.

Delvau, 1866 : s. m. Élève récemment arrivé au collège, — dans l’argot des collégiens ; soldat récemment arrivé au régiment, — dans l’argot des troupiers ; ouvrier récemment embauché, — dans l’argot du peuple ; prisonnier récemment écroué, — dans l’argot des voleurs.

France, 1894 : Élève de rhétorique. La rhétorique est divisée en deux sections : les nouveaux et les vétérans.

Le nouveau a des principes de moustaches, des gants blancs, des éperons, un cigare qu’il jette sur le seuil du collège. Au lieu de lire Horace et Virgile et de s’occuper de discours latins, il se forme le style dans la lecture des romans, et apprend l’éloquence dans les journaux qui rapporttent les séances de la Chambre. Les moins hardis font des vaudevilles.

(Henri Roland, L’Écolier)

Nouveau jeu

France, 1894 : Nouveau modèle, nouveau genre, nouvelle manière de penser et d’agir ; argot du boulevard.

Nouveauté

Delvau, 1866 : s. f. Livre qui vient de paraître, — dans l’argot des libraires, qui souvent rééditent sous cette rubrique de vieux romans et de vieilles histoires.

Nouvelle

d’Hautel, 1808 : On n’en a eu ni vent ni nouvelle. Pour dire qu’on n’a plus entendu parler de quelqu’un, qu’on a perdu une affaire de vue.
On dit en parlant de l’autre monde, que personne n’en est revenu dire de nouvelles.

Rigaud, 1881 : Pour Nouvelle-Calédonie. Passer à la Nouvelle, être condamné à la déportation, — dans l’argot des voleurs.

France, 1894 : Parcelle de la mèche ou fétu brûlant avec plus d’éclat, au milieu de la flamme d’une chandelle. C’est, dit-on, l’annonce d’une nouvelle. Si l’on frappe le flambeau sur la table et que la petite flammèche se détache et tombe, on en conclut que le messager est un cavalier, et, si elle persiste, que c’est un piéton.

(Cte Jaubert, Glossaire du Centre de la France)

Dans les campagnes lorraines, quand le feu se met à lancer des étincelles et à pétiller, c’est signe de visite.

France, 1894 : La Nouvelle-Calédonie. Passer à la Nouvelle, être transporté.

À quatorze ans fort souvent l’on se tâte
Et l’on se dits « Quel sera mon métier ?
Serai-je huissier ou délayeur de pâte,
Artiste peintre, évêque ou charretier ? »
Un jour soudain, un ami vous révèle
Que vous feriez un excellent colon…
« Tiens ! dites-vous, le conseil parait bon,
Essayons donc d’aller à la Nouelle !

(Georges Prud’homme)

Il en a pour vingt ans d’Nouvelle,
On n’en r’vient pas, de c’pat’lin-là,
Mais l’on part avec sa donzelle,
C’est tout c’qu’i’ faut pour vivr’ là-bas.

Nouvelle (la)

Virmaître, 1894 : Le bagne. Abréviation de Nouvelle Calédonie. Autrefois, quand les bagnes étaient à Brest et à Toulon, on disait le grand pré.
— Il est sapé à faucher le grand pré à perpète (Argot des voleurs).

Hayard, 1907 : La Nouvelle-Calédonie.

Nouvelle à la main

Delvau, 1866 : s. f. Phrase plus ou moins spirituelle, où il doit toujours y avoir un mot, et que le public blasé lit de préférence à n’importe quel bon article, — parce que cela se retient facilement comme les centons et peut se citer dans la conversation.

Nouvelle-Calédonie

Rigaud, 1881 : Second cimetière de Saint-Ouen ouvert en 1872.

Nouvelle-couche

Rigaud, 1881 : Pour nouvelle couche sociale. Les bas-fonds du prolétariat.

On parle des nouvelles couches, ça n’est pas Cantagrel, qui est une vieille barbe.

(Bernadille Esquisses et Croquis parisiens.)

Nouzaille

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Nous.

Bras-de-Fer, 1829 : Nozière, nous.

Nouzaille, nouzingan, nozière

anon., 1827 : Nous.

Nouzailles

Rigaud, 1881 : Nous, — dans le jargon des voleurs. C’est : Nous avec la désinence aille.

Nouzailles, nouzigan, nouzière

Halbert, 1849 : Nous.

Nouzières

Hayard, 1907 : Nous.

Nouziergues

France, 1894 : Nous, nous autres. On dit aussi nouzailles, mot datant du siècle dernier, ainsi que nouzingan et nozière, en usage au temps de Cartouche.

— Écoute, Bec-de-Lampe, disait le garçon boucher au jeune homme pâle, des latronspem (patrons) il n’en faut plus… je suis mon maître, veux-tu être le tien ?
— Je ne turbine pas souvent, mon vieux. La Gaule… C’est pas de ma faute… les singes sont trop rosses… Eh bien ! quoi qu’il faudrait faire ?
— T’affranchir (devenir voleur)… faire comme nouziergues.

(Edmond Lepelletier, Les Secrets de Paris)

Nouzig

Hayard, 1907 : Nous.

Novateurs des plaisirs

Delvau, 1864 : Noms tirés de l’oubli, ou supposés par l’auteur de l’Art priapique.

Ah ! qu’ils faisaient l’amour platement autrefois,
Ces chevaliers errants, ces paladins courtois !
Filant à leurs beautés une tendresse pure,
Ils pensaient que les foutre était leur faire injure,
Pinus sut le premier, dans ces siècles grossiers,
Cocufier plusieurs de ces preux chevaliers.
Tribadinus après fit fleurir l’encuissade ;
Loyola fut, dit on, père de l’enculade ;
Vaginus renchérit par-dessus ces ribauds
Et créa pour jouir des moyens tout nouveaux ;
Gamahu, qui suivit, eut une autre méthode :
Il devint, par sa langue, un ribaud à la mode
Et longtemps, près du sexe, eut un heureux destin.
Mais les imitateurs de ce sale mâtin,
Accablés de mépris par un goût si grotesque,
Abjurèrent bientôt leur méthode tudesque.
Ce paillard ordurier, trébuché de si haut,
Rendit plus retenus Chancrin et Poulinot.
Enfin Priapus vint et, le premier en France,
Corrigeant l’art de foutre, en bannit la licence ;
D’un vit mis en sa place enseigna le pouvoir,
M réduisit la couille aux règles du devoir.

(L’Art priapique.)

Novembre 33 (un)

Merlin, 1888 : Officier ou sous-officier à cheval sur les règlements militaires, dont la loi fondamentale est celle du 2 novembre 1833, et aussi, en termes de pension, un ragoût qui contient toute espèce de choses, sans doute parce que le règlement de 1833 prévoyait tous les cas du métier militaire.

Fustier, 1889 : Officier à cheval sur tous les règlements militaires dont la loi fondamentale est celle du 2 novembre 1833 ; et aussi, en terme de pension, un ragoût qui contient toute espèce de choses, sans doute parce que le règlement de 1833 prévoyait tous les cas du métier militaire. (Merlin : La langue verte du troupier.)

France, 1894 : On appelait ainsi, sous l’ancienne armée, un officier ou un sous-officier à cheval sur les règlements militaires dont la loi fondamentale date du 2 novembre 1833, en d’autres termes un cocardier. C’est aussi une sorte de ragoût de cantine ou de pension où il entre toute espèce de viandes, les détritus de la veille.

Les fanatiques ne savaient, ne comprenaient qu’une chose, la rigoureuse consigne et le règlement du 2 novembre 1833. Ils prenaient pour devise : manœuvrer toujours, sans une minute de repos, malgré le froid, malgré la fatigue.

(René Maizeroy, Souvenirs d’un saint-cyrien)

Novice

Delvau, 1864 : Le garçon ou la fille qui, destinés par la nature à la vie amoureuse, n’ont pas encore prononcé leurs vœux aux pieds d’une femme l’un, dans les bras d’un homme l’autre, et, par conséquent, sont un peu neufs (novis, novi) pour les choses de la fouterie.

La donzelle encore novice,
Ne sut comment prendre l’objet
Que, par un surcroît d’artifice,
Le drôle au ventre lui mettait.

Béranger.

Novissima verba

France, 1894 : Nouvelles paroles, c’est-à-dire les plus récentes, ou les dernières paroles d’un mourant.

Novissimé

France, 1894 : Tout récemment. Mot emprunté du latin

Noyade

La Rue, 1894 : Baignade.

Noyau

d’Hautel, 1808 : Pour, argent monnoyé, écus.
Il a des noyaux. Pour, il est à son aise ; il est fortuné ; il a des écus ; il a du foin dans ses bottes.
Il faut casser le noyau pour en avoir l’amande. Signifie qu’il faut travailler, prendre de la peine, avant que de retirer de l’utilité, du profit de quelque chose.

Rigaud, 1881 : Argent, n’est guère employé qu’au pluriel. Il a des noyaux, et encore est-il très peu usité.

Rigaud, 1881 : Conscrit ; niais, — dans le jargon des troupiers.

La Rue, 1894 : Nouveau venu, néophyte.

France, 1894 : Nouveau venu.

Noyaux

Larchey, 1865 : Les pièces de monnaie. — Du vieux mot noiau : bouton d’habit. V. Roquefort.

Le sacré violon qu’avait joué faux, Voulut me demander les noyaux.

Vadé, 1760.

Tu jouis des noyaux du défunt banqu’rout’mard.

Festeau.

Delvau, 1866 : s. m. pl. Pièces de monnaie, — dans l’argot des faubouriens. L’expression est plus que centenaire, comme le prouvent ces deux vers de Vadé :

L’sacré violon qu’avait joué faux
Voulut me d’mander des noyaux.

France, 1894 : Argent ; on dit aussi pépins.

Voyant qu’dans l’jardin on dansait,
J’alions danser notre menuet… !
L’sacré violon qu’avait joué faux
Voulut me d’mander des noyaux.

(Vadé)

Noyaux de pêche (rembourré avec des)

Rigaud, 1881 : Horriblement mal rembourré, très dur ; se dit d’un siège dont les élastiques ont rendu l’âme, des banquettes, et même des fauteuils d’orchestre de certains théâtres.

Noyer

d’Hautel, 1808 : J’y pense autant qu’à m’aller noyer. Pour je n’y pense pas le moins du monde ; je suis à cent lieues de cette chose.
Qui veut noyer son chien, dit qu’il a la gale. Signifie que lorsqu’on en veut à quelqu’un, on trouve des prétextes pour le perdre.
Noyer son chagrin dans le vin. Pour, s’enivrer, chasser la mélancolie avec le jus de Bacchus.
Il se noie dans un déluge de paroles. Se dit d’un mauvais orateur, d’un auteur diffus et incompréhensible.

Noyer dans la mare à grapin (se)

France, 1894 : S’embrouiller, perdre le fil de son discours.
L’auteur des Meilleurs Proverbes français et étrangers raconte ainsi l’origine de ce dicton :
Emmanuel de Coulanges, auteur de spirituelles chansons et parent de Mme de Sévigné, était conseiller au Parlement. Exposant un jour, devant les juges, le procès de deux paysans qui se disputaient une mare d’eau, et dont l’un se nommait Grapin, il perdit le fil de son discours et le termina ainsi brusquement : « Pardon, Messieurs, je sens que je me noie dans la mare à Grapin et je suis votre serviteur. »

Noyer dans un verre d’eau ou dans un crachat (se)

France, 1894 : Se dit d’une personne à qui tout tourne mal, qui échoue devant le moindre obstacle, d’un malchançard enfin. Les Anglais disent dans le même sens : « Il tomberait sur le dos, qu’il se casserait le nez » (He would fall on his back, and break his nose).

Noyeuse d’étrons

Virmaître, 1894 : Mère de famille qui va au lavoir public laver le linge de ses enfants. Allusion aux déjections des bébés qui souillent les couches (Argot du peuple).

France, 1894 : Sobriquet que les blanchisseuses de profession donnent aux ménagères qui, par économie, vont faire la lessive au lavoir public. On dit aussi graillonneuse.

Rossignol, 1901 : Laveuse de linge.

Noyon (friands de)

France, 1894 : Les habitants de Noyon avaient reçu le sobriquet de friands et aussi de rusés. Quant aux Noyonnaises, elles passaient pour être en plus fort amoureuses, s’il faut s’en rapporter à cet adage du XVIe siècle :

Une gerbe de Cupidon
Pour les dames de Noyon.

Cependant le Père Le Vasseur, qui vivait dans la première moitié du XVIIe siècle, écrit dans les Annales de Noyon qu’on disait de son temps en proverbe : Noyon la Sainte.

Noyure

France, 1894 : Creux pour loger la tête d’une vis.

Nozières

Virmaître, 1894 : Qui ? (Argot des voleurs). N.

Nu

d’Hautel, 1808 : Un va cul nu ; un va nu-pied. Pour dire un misérable, un homme de néant, un vaurien.
Nu comme un ver ; nu comme la main ; nu comme il est sorti du ventre de sa mère.
Nu comme un Saint-Jean.
Dénué des vêtemens les plus indispensables ; privé de toute ressource ; gueux comme un rat d’église.

Nu comme un petit saint-Jean

France, 1894 : Allusion au petit enfant habillé seulement d’une peau de mouton que l’on voyait aux processions de la Fête-Dieu et qui était censé représenter saint Jean dans le désert.

Si on apporte des cartes pour ceux qui aiment à faire une petite partie, qu’ils regardent bien si elles ne viennent pas du Café-Divan, dont Constans était l’heureux tenancier, parce qu’alors ils sortiraient nus comme des petits Saint Jean.

(Henri Rochefort)

Nuage

Fustier, 1889 : C’est, croyons-nous, le mot le plus récent usité dans le langage populaire pour désigner la tournure, cet objet de toilette que portent les femmes autour de leurs reins de façon à faire bouffer la robe. Pourquoi nuage ? me demanderez-vous. Les irrévérencieux vous répondront : Parce qu’il cache la lune.

Virmaître, 1894 : La tournure que portent les femmes ; ainsi nommé parce qu’il cache la lune (Argot du peuple). N.

Nudis verbis

France, 1894 : Paroles crues, non gazées ; locution latine.

Nue

d’Hautel, 1808 : Tomber des nues. Être étonné, ébloui, surpris, embarrassé, hors de soi-même, comme si l’on vivoit dans un pays inconnu.
Faire sauter quelqu’un aux nues. Le mettre en colère ; l’impatienter, le mettre hors de lui même.

Nugis addere pondus

France, 1894 : Accorder de l’importance à des niaiseries ; donner du poids à des bagatelles. Locution latine.

Nuisance, nuisence

France, 1894 : Tort, dommage, préjudice. Vieux mot resté dans les provinces et dans la langue anglaise.

Nuit

d’Hautel, 1808 : Passer une nuit blanche. Pour, ne pas fermer l’œil de la nuit ; être dans une agitation qui empêche de dormir.
Je ne m’en releverai pas la nuit. Pour, cela m’importe peu ; je ne m’en soucie guères.
Il y a autant de différence que du jour à la nuit. Se dit de deux personnes, de deux choses extrêmement dissemblables.

Nuit porte conseil (la)

France, 1894 : C’est dans la nuit qu’on réfléchit le mieux, car on est entouré de silence et de calme. La sagesse des nations a généralement adopté ce proverbe. On le retrouve chez les Latins In noce consillum ; chez les Allemands : Guter Rath kommt über Nacht ; chez les Espagnols : Dormireis sobre ello, y tomareis acuerdo ; chez les Italiens : La notte è la madre di pensieri. « Prenez conseil de votre oreiller, disent les Anglais, les secondes pensées sont les meilleures » (Take counsel of one’s pillow, second thoughts are best), et les Russes : « Le matin est plus sage que le soir. »

Nuit, tous les chats sont gris (la)

France, 1894 : Dans l’obscurité, toutes les femmes, jeunes ou vieilles, belles ou laides, sont les mêmes. Ce dicton fort ancien fait évidemment abstraction du sens du toucher. « La nuit, dit Ovide dans l’Art d’aimer, fait disparaître bien des taches et oublier bien des imperfections. Elle rend toute femme belle. »

— Que voulez-vous ? J’étais dans les vignes du Seigneur. Je me trompai de porte, et au lieu de me fourrer dans le lit de la petite Jeannette, je me glissai dans celui de la vieille dévote. Elle ne protesta pas… Je fus heureux. Elle aussi. La nuit, tous les chats sont gris.

(Les Propos du Commandeur)

Veux-tu, ma Rosinette,
Faire emplette
Du roi des maris ?
Mais la nuit, dans l’ombre,
Je vaux encor mon prix,
Et, quand il fait sombre,
Tous les chats sont gris.

(Beaumarchais, Le Barbier de Séville)

Les Espagnols disent : « La nuit, à la chandelle, l’ânesse semble demoiselle à marier. »
Belle à la chandelle, femme ou fille laide au grand jour.

Nul n’est prophète en son pays

France, 1894 : On croit difficilement au mérite et à la supériorité d’un homme qu’on a connu enfant, avec qui l’on a polissonné et mangé des confitures. « Comment, nous avons joué ensemble, je suis resté un cul de plomb obscur et il est devenu une célébrité. Quel fumiste ! » Cela s’entend tous les jours dans les réunions de ces camarades de collège qui se revoient après une longue absence, constatent par le visage de chacun combien eux-mêmes ont vieilli et, les banales poignées de main échangées et les « te souviens-tu » épuisés, se regardent en chiens de faïence. Un habile filou venu de l’étranger est toujours mieux accueilli qu’un honnête homme natif du lieu : d’où le succès des rastaquouères. Cette locution proverbiale est tirée des Évangiles :

Aucun n’est prophète chez soi.

(La Fontaine)

Nulla dies sine linea

France, 1894 : « Pas de jour sans ligne. » Cette devise de nombre d’écrivains vient, s’il faut s’en rapporter à Pline, du peintre grec Apelle, qui ne passait jamais un jour sans dessiner ou peindre, pratique commune du reste à tout artiste soucieux de son art.

Nulla est sincera voluptas

France, 1894 : Nul plaisir n’est sans mélange ; locution latine.

Nulla nuova, buona nuova

France, 1894 : Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ; dicton italien.

Numéro

d’Hautel, 1808 : C’est du bon numéro. Pour, c’est du bon endroit ; cette marchandise est de bonne qualité, de bon acabit.

Rigaud, 1881 : Fille publique, — dans le jargon des agents de police.

France, 1894 : Mauvais tour joué à quelqu’un ; argot de Saint-Cyr.

Le capitaine donna sa démission, jugeant avec sagesse qu’il payerait tôt ou tard les frais de ce petit numéro et qu’il risquait désormais de croupir dans son grade, comme un fiacre que quelque mauvais farceur oublie à la porte d’un passage pendant des heures et des heures.

(René Maizeroy, Le Genêt)

Hayard, 1907 : Individu.

Numéro (connaître le numéro de quelqu’un)

Merlin, 1888 : L’apprécier à sa juste valeur.

Numéro (connaitre le)

France, 1894 : Expression emplovée en mauvaise part pour signifier que l’on est au courant des faits et gestes plus ou moins honorables d’une personne.

Numéro (être d’un bon)

Delvau, 1866 : Être grotesque, ou ennuyeux, — dans l’argot des artistes.

Numéro (fille à)

France, 1894 : Pensionnaire de lupanars.

Il y a trois classes de prostituées : 1o les filles à numéro ou filles de bordel ; 2o les filles en carte ou filles isolées ; 3o les filles insoumises ou les clandestines.

(Léo Taxil, La Prostitution contemporaine)

Numéro (gros)

France, 1894 : Lupanar, à cause du numéro de grandes dimensions que sert à le distinguer des maisons voisines.

— Nous arrivons, dit la salutiste, à la place que le gentleman nous avait indiquée. La maison avait une belle apparence et tout à fait respectable, mais tous les volets étaient fermés, sans doute à cause du soleil… C’est extraordinaire comme les Parisiens craignent le grand air et le soleil… Il n’y avait pas écrit sur la porte : « Pension de famille », mais il y avait un très gros numéro qu’on pouvait voir de très loin.
— C’est là ! me dit le révérend Jobson.
Nous sonnons, continua la salutiste, et une servante à la mine effrontée nous ouvre et paraît un peu surprise de nous voir, moi particulièrement ; elle n’avait sans doute jamais vu de salutistes.
— Qu’est-ce que vous désirez ? demanda-t-elle.
— Deux chambres à coucher, répondit le révérend.
L’effrontée nous regarde comme si nous arrivions de la lune et se met à rire, probablement de l’accent de mon compagnon. Les Français sont toujours prêts à se moquer des Anglais et ça me donnait sur les nerfs, les rires de cette méchante fille, parce que je voyais les passants s’arrêter derrière nous et rire aussi comme des imbéciles, peut-être à cause de mon saint uniforme… C’est un peuple si léger ! Et j’entendais derrière moi :
— Elle est bien bonne ! Voici un Angliche et sa femme qui vont chercher une chambre dans un gros numéro !

(Hector France, La Vierge russe)

Numéro (retenir le)

France, 1894 : Expression à l’adresse de quelqu’un qu’on menace. « Je retiens votre numéro, je ne vous oublierai pas, vous aurez de mes nouvelles. »

Numéro 100

Rigaud, 1881 : Lieux d’aisances. Il y a là un de ces jeux de mots qui sont une des plus fines manifestations du vieil esprit gaulois.

Numéro à renouveler

France, 1894 : Malade d’hôpital qui va bientôt mourir et dont par conséquent le numéro sera renouvelé par celui qui prendra sa place dans son lit ; argot des infirmiers.

Si seulement une voix consolante
Me répondait, quand j’ai longtemps gémi ;
Si je pouvais sentir ma main tremblante
Se réchauffer dans la main d’un ami !

Quand Hégésippe Moreau écrivit ces vers, il était déjà très malade ; il sentit qu’il serait bientôt un numéro à renouveler, comme disent les infirmiers.

(Ch. Virmaître, Paris oublié)

Numéro cent

Delvau, 1866 : s. m. Watercloset, — dans l’argot des bourgeois, qui ont la plaisanterie odorante.

France, 1894 : Les lieux d’aisances. Jeu de mot sur le verbe sentir. Dans les régiments, les amateurs du jeu de loto appellent les numéros du jeu par des facéties telles que celles-ci : 4, le chapeau du commissaire ; 6, le goupillon de l’aumônier ; 7, la potence où la pipe de l’adjudant ; 8, les lunettes du major ; 9, la queue basse ; 11, les jambes d’un tel ; 20, le vin du cantinier ;; 22, les deux cocottes ; 33, les deux bossus ; 44, les deux baraques ; 69, bout-ci bout-là ; 13, Thérèse, ma putain de sœur qui rit quand on la… chatouille ; 71, la potence et le Normand pendu, etc., etc.

Numéro de quelqu’un (connaître le)

Rigaud, 1881 : Connaître la moralité de quelqu’un, savoir à quoi s’en tenir sur le compte de quelqu’un.

Numero deus impare gaudet

France, 1894 : « Le nombre impair est aimé de Dieu. » Locution latine tirée d’une églogue de Virgile, où il est fait allusion aux propriétés mystiques que les anciens Grecs attribuaient aux nombres impairs.

Numéro onze

France, 1894 : Les jambes. « Prendre le train numéro onze », marcher. On dit aussi aller pedibus cum jambis.

Numéro sept

Larchey, 1865 : Crochet de chiffonnier. — Allusion de forme.

France, 1894 : Crochet de chiffonnier.

Les épaules courbées sous le poids de sa hotte, le corps plié en deux, la lanterne d’une main et le numéro sept de l’autre, le pauvre vieil ivrogne s’en allait titubant par les rues désertes.

(Les Propos du Commandeur)

Numéro un

Delvau, 1866 : adj. Très bien, très beau, très grand, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Vêtement, objet de toilette réservé pour les grandes occasions, le meilleur vêtement d’une garde-robe. — Entreteneur, — dans le langage de ces demoiselles.

Ça l’amant d’Amanda — Oui ! Ah ! mais, tu sais, chéri, c’est pas son numéro vin.

(Grévin, Croquis parisiens.)

France, 1894 : Première qualité d’une marchandise. « Du cognac numéro un. » C’est aussi l’amant qui entretient une fille.

— Ça l’amant d’Amanda !… Oui ! ah ! mais tu sais, chéri, c’est pas son numéro un.

(Grévin)

Numéro un, premier numéro

Larchey, 1865 : Premier par ordre de mérite.

C’est de la folie à l’état de numéro un.

Janin.

Une lanterne premier numéro et d’un tel reflet qu’on dirait un phare.

Deslys.

Numérote tes os !

Delvau, 1866 : C’est la phrase par laquelle les faubouriens commencent une rixe. Ils ajoutent : Je vais te démolir !

Numérotée (être)

Delvau, 1864 : Être inscrite, avoir son nom et son numéro sur les registres de la préfecture, — Être fille publique.

Du beau quartier, plus d’un’ bell’ dame
Qui pour un cach’mire ouvr’ ses draps,
Épous’ d’ultras, nièc’ de prélats,
Tout ça travaille et n’ se numèrot’ pas.

E. Debraux.

Numéroter ses abatis

France, 1894 : Se préparer à recevoir une forte raclée.

Le grand Jules. — Nini, tu couches avec moi, ce soir ; je te paye une tripe et un petit noir.
Nini. — J’peux pas : la dernière fois que j’ai couché avec Dodolphe, j’ai rien reçu une riche floppée.
Le grand Jules — Ton dab est un muffle, t’y diras ça de ma part.
Nini. — Va-z-y dire toi-même, mais avant fais numéroter tes abatis.

(Ch. Virmaître, Paris oublié)

Numéroter ses os

Rigaud, 1881 : Se dit pour appuyer énergiquement la menace d’une volée de coups. — Numérote tes os, que je te démolisse !

Nunc aut nunquam

France, 1894 : Maintenant ou jamais ; locution latine.

Nunc dimittis servum tuum

France, 1894 : « Maintenant congédie ton serviteur. » Ce dicton, qui signifie qu’on peut mourir après avoir vu s’accomplir ses vœux et ses espérances, sont les paroles prononcées par le juif Siméon après avoir vu le Christ.

Nunc est bibendum

France, 1894 : « Maintenant il faut boire », il faut nous réjouir : mots tirés d’une ode d’Horace célébrant la victoire d’Actium.

Nunc scio quid sit amor

France, 1894 : Je sais maintenant ce que c’est que l’amour.

Nunquam non paratus

France, 1894 : Toujours prêt. Locution latine ; littéralement : jamais non préparé.

Du résultat de cette visite dépendait l’avenir du mari, de tous les siens ; aussi, pour séduire le vieux sénateur, déploya-t-elle tous ses artifices. Coquettement vêtue d’un peignoir aux provocatrices transparences, elle le fit asseoir à ses côtés, et, à demi couchée sur l’ottomane, elle prenait les plus troublantes poses.
Il vit bien la manœuvre, mais se contenta de plonger un regard goulu dans l’échancrure du corsage et soupira.
— Eh bien, quoi ? lui demanda-t-elle à la fin, dépitée.
— Hélas ! Madame, si vous saviez le latin, je vous répondrais que le temps est passé où je disais fièrement aux dames : Nunquam non paratus.
— Je ne sais pas de latin, répliqua-t-elle, mais je comprends que vous voulez dire : « Petit bonhomme ne vit plus. »

(Les Propos du Commandeur)

Nursery

France, 1894 : Anglicisme. Lieu où l’on tient et garde les enfants. En Angleterre, dans les familles aisées, les enfants sont tenus à l’écart généralement dans une chambre haute, aux fenêtres grillées pour empêcher les chutes, et n’ayant que le strict indispensable de meubles pour prévenir les heurts. Sous la surveillance d’une gouvernante ou nurse, ils s’y ébattent à leur aise sans gêner les autres membres de la famille.

N’ayez d’autres créatures que vos enfants. Préférez la nursery à l’antichambre ou même au cabinet ministériel.
Soyez grand’mères, mes sœurs. C’est ainsi que, sous vos boucles blanches, vous garderez les roses et les fraîches amours.

Nymphe

d’Hautel, 1808 : Mot ironique dont on qualifie souvent les filles publiques, les femmes galantes, et généralement les femmes de mauvaise vie.

Delvau, 1864 : Déesse qui consent à sortir de son nuage pour entrer dans le lit d’un homme qui la paie pour cela.

Il avait pris je ne sais quelle habitude vituperosa avec une nymphe de la rue des Gravilliers.

Tallemant des Réaux.

Une nymphe, jeune et gentille.
Par un matin déménageait.

Grécourt.

Nous entrâmes dans la salle où se trouvaient renfermées beaucoup de nymphes.

Louvet.

Chez nos nymphes gentilles,
Aller négocier ;
Avoir toutes les filles,
Quand on est financier…

Collé.

Delvau, 1866 : s. f. Fille de prostibulum, — dans l’argot des bourgeois.

France, 1894 : Fille publique.

Nous entrâmes dans la salle où se trouvaient renfermées beaucoup de nymphes.

(Louvet, Faublas)

— Ah ! comme je comprends bien que les hommes de la Révolution, les géants de la Convention, pour éviter toutes ces mendiantes et ces intrigantes, toutes ces vendeuses de sourires et joueuses de croupe, aient interdit aux représentantes du beau sexe, en général, et en particulier aux nymphes et muscadines, l’entrée des ministères et autres services de l’État ! Je ne désespère pas de voir, dans quelques années d’ici, une femme à la place que j’occupe aujourd’hui ; et je n’ai pas besoin d’ajouter que ce sera nécessairement et fatalement la moins capable, mais la plus catin qu’on élira.

(Albert Cim, Demoiselles à marier)

France, 1894 : Nénuphar des marais.

Nymphe de Guinée

Delvau, 1866 : s. f. Négresse, — dans l’argot des faubouriens.

France, 1894 : Négresse. On dit en anglais dans le même sens : morceau d’ébène.

C’était une fort belle fille dont la croupe énorme faisait loucher Arabes et colons. Ses cheveux crépus et courts se cachaient sous un madras jaune, et à ses chevilles nues cliquetaient des anneaux d’argent. Sa peau reluisait au soleil comme un bronze florentin. Elle était sage, disait-on, n’ayant encore eu, malgré ses dix-huit ans passés, qu’une demi-douzaine d’amants à qui elle restait fidèle jusqu’au lâchage fatal. Un soir, je devins possesseur de ses charmes. Mais je me lassai après une semaine à cause de l’odeur pénétrante de cette nymphe de Guinée.

(Les Propos du Commandeur)

Nymphe potagère

Delvau, 1866 : s. f. Cuisinière.

France, 1894 : Cuisinière.

Nymphe verte

Rigaud, 1881 : L’absinthe, — dans le jargon des ivrognes qui cherchent la poésie au fond du verre.

France, 1894 : Absinthe.

— Laisse toutes tes nymphes, les brunes, les blondes, les jaunes, les rousses, toutes vous dupent, vous rançonnent, vous mangent le cœur — et désignant son verre plein d’une épaisse purée — celle-là seule ne vous trompe pas, vous est fidèle et vous fait oublier les autres, toutes les autres, la nymphe verte ! — Et d’un trait, d’une main tremblante, il avala le poison maudit.

(Les Joyeusetés du régiment)

Nymphes (les)

Delvau, 1864 : Les petites lèvres de la matrice. — Nymphomanes, tribades. Femmes qui s’aiment et se le prouvent, entre cuisses — et nymphes.

Que faire de mes deux recluses, que j’ai laissées la bouche béante et attendant les promesses de l’amour ? Les voilà nymphomanes et tribades : elles vont se dessécher et périr ayant le temps comme une fleur qui soupire après la rosée.

Mercier de Compiègne.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique